Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

I - Dimensions identitaires

Loisirs urbains, loisirs ruraux dans les élites du xviiie siècle

Olivier Zeller

Volltext

1On connaît les multiples fonctions assurées par les « maisons des champs » à l’époque moderne. En cas d’épidémie, celles-ci offraient un asile éloigné des foyers de contagion et des chemins de propagation tout en garantissant la satisfaction des nécessités alimentaires. Elles accentuaient donc très largement l’inégalité sociale devant la mort. Ces maisons constituaient en même temps un élément patrimonial essentiel, qui permettait aux possédants urbains de vivre « du leur », « de leur cru », réalisant l’idéal d’une économie domestique fermée en faisant venir vins, grains, salaisons et fruits de leurs domaines. Symboliquement, la possession offrait de riches possibilités onomastiques. Se parer de noms de terre fut longtemps l’une des étapes vers l’agrégation à la noblesse ; puis l’usage se répandit de distinguer les cadets en substituant le nom de différents biens au patronyme de la lignée. Dans le même ordre d’idées se plaçaient les conduites de nature à signifier et à renforcer la notabilité locale, du recrutement de jeunes ruraux comme serviteurs urbains aux donations faites à la paroisse de campagne.

TEMPS URBAIN ET TEMPS RURAL

2L’aspect qui retient ici l’attention correspond à une troisième fonction essentielle : celle d’espace de loisir. Très généralement, les élites gagnaient la campagne à l’époque des grandes récoltes : moissons et vendanges. Cet usage imprimait un rythme caractéristique à la vie des villes. Les cours de justice, dont l’activité était si importante sous l’Ancien Régime, entraient dans le sommeil des « vacances » judiciaires, ne laissant fonctionner qu’une chambre des vacations. Dans le même temps, un ralentissement de l’économie était probablement lié à l’absence des principaux clients de tous ceux qui pratiquaient un métier rare tourné vers la production de luxe ou vers les services. Au xviiie siècle, les théâtres se vidaient au point que le montant des abonnements mensuels fît l’objet de réductions. Mais les directeurs ne mettaient guère à l’affiche que des reprises, réservant les créations aux jours d’affluence ouvrant l’année théâtrale après Quasimodo ou l’achevant durant les mois d’hiver. Cette léthargie estivale frappait également les principaux cercles de sociabilité : cercles, clubs, académies, sociétés savantes, loges maçonniques.

3Pour les riches urbains, le séjour à la campagne n’était pourtant pas synonyme de rupture des relations sociales. Bien au contraire fonctionnaient des réseaux temporaires de sociabilité élitaire, au besoin tissés à l’échelle de plusieurs paroisses : il suffisait d’envoyer un valet porter les invitations. Le fait que celles-ci soient volontiers griffonnées sur un simple billet, voire au dos d’une vieille carte à jouer incite à penser que, transportés hors du cadre de représentation sociale permanente que constituait la ville, les membres des élites prenaient des libertés avec le formalisme ordinairement imposé par le code des convenances. Toujours est-il que les loisirs ruraux permettaient de nombreuses rencontres : les amis et voisins étaient priés à dîner, des parties de chasse étaient organisées, des pièces de théâtre amateur étaient représentées. Parfois, les feux d’une loge maçonnique étaient même allumés.

L’APPORT DES PAPIERS DE FAMILLE

4Il est possible de dépasser cette vision globalisante, donc réductrice, en recourant au filon heuristique particulièrement riche que constituent les papiers de famille. Des fonds entiers, souvent inexplorés, restent conservés de nos jours par les descendants des notables d’Ancien Régime, au moins lorsque la transmission du patrimoine immobilier a été assurée, la continuité démographique établie et le statut social relativement préservé. De tels fonds recèlent des correspondances, des pièces littéraires, des travaux scolaires, des notes personnelles, des recettes, des livres de raison, des comptabilités, outre les inévitables sacs à procédure. Même si leur exploitation ne peut déboucher que sur des monographies posant nécessairement le problème de leur représentativité, elle permet une finesse d’analyse et une observation du détail impossibles à obtenir par les études de masse. En particulier, les notes personnelles, les correspondances et les livres de raison livrent des éléments précieux sur les stratégies et les motivations. Une autre richesse tient également à la connaissance des consommations, de l’environnement matériel et des pratiques quotidiennes. À ce titre, l’étude de trois fonds d’archives privées laissées par des nobles du xviiie siècle montre les rapports entre résidence et loisir.

PREMIER CAS : LES CONSULS LYONNAIS BRAC ET LEUR MAISON BEAUJOLAISE

5Le nom de La Perrière désigne une maison de maître située en Beaujolais, au pied du mont Brouilly, dans la paroisse de Saint-Lager. Constituée originairement d’une simple maison de vigneron, elle appartint dès le début du xviie siècle à une famille résidant dans la toute proche ville de Beaujeu, les Brac. À la fin du siècle, elle fut promue résidence unique du médecin Antoine Brac et, considérablement agrandie, devint le centre du domaine agro-viticole constitué par trois générations. Mais le départ du fils aîné François Brac, son installation définitive à Lyon comme avocat et sa désignation comme consul de cette ville fixèrent à Lyon le domicile principal et fit de La Perrière une résidence champêtre éloignée de quelque quatorze lieues. Rien ne changea à la génération suivante, l’aîné François-Pierre-Suzanne Brac étant avocat et consul comme son père.

6Évidemment, l’éloignement rendait difficiles des déplacements fréquents : il fallait prendre le coche d’eau jusqu’à Belleville, puis effectuer le reste du chemin en voiture. Aussi l’organisation familiale permettait-elle seule de maintenir l’œil du maître sur place. La surveillance des vignerons et des domestiques, ou encore la conduite des nombreux travaux entrepris incombaient à des Brac chanoines de Beaujeu - l’oncle puis le neveu - ainsi à un cadet chevalier de Saint Louis jouissant d’une mince retraite. Au besoin, les sœurs restées célibataires partageaient leurs activités entre Lyon et Saint-Lager. Les avocats Brac père et fils ne regagnaient donc le domaine de leurs ancêtres qu’au temps des vacances judiciaires, prolongeant leur séjour jusqu’à la Saint-Martin qui voyait traditionnellement les comptes annuels être arrêtés avec les vignerons.

7De nombreux indices montrent l’importance de ce séjour en termes de pratiques de loisir. Tout d’abord, l’existence d’une sociabilité spécifique de voisinage : on invitait des propriétaires voisins, des bourgeois de Lyon, des curés des paroisses voisines à des dîners suivis de parties de cartes où l’on jouait petit jeu. On participait également à des parties de chasse. En 1757, on fit l’acquisition d’un billard, que monta l’ébéniste lyonnais Hennequin moyennant 300 livres. Surtout, la consistance de la bibliothèque rurale s’oppose totalement à celle de la ville. À Lyon, François-Pierre-Suzanne Brac, bibliophile averti, régnait sur un ensemble de plus de 4 000 volumes constitué par l’accumulation lignagère, mais surtout par ses propres achats. Il s’agissait essentiellement de droit, de médecine, de morale et de religion ; romans, théâtre et œuvres frivoles étaient significativement rares. La bibliothèque des champs était très différente : 58 titres seulement, dont l’Académie des Jeux, le Jardinier François, la Maison Rustique, la Maison académique. Cette spécificité était liée à l’un des loisirs favoris de l’avocat, la culture potagère qui l’amenait à faire planter de nouveaux légumes par ses valets, en particulier des pommes de terre.

8En 1770, un plan manuscrit du jardin attribua des dénominations humoristiques aux différents lieux. Pour François-Pierre-Suzanne Brac, la carrière de pierres éponyme devint carrière de marbre de Paros, une tonnelle, le cabinet des amoureux, un sentier, l’allée des beaux esprits, une terrasse, la salle de bal, les alentours étant baptisés Vigne de Falerne et le Bois de cyprès. Tout converge : les séjours d’automne étaient largement voués à une sociabilité ludique.

DEUXIÈME CAS : LE RECEVEUR DES TAILLES PIERRE VALESQUE, ENTRE LYON ET LA NORENCHAL

9La deuxième étude permise par les archives privées porte sur Pierre III Valesque, receveur des tailles alternatif de la Généralité de Lyon. L’implantation de sa lignée à Lyon était toute récente. Son père et son oncle étaient venus de leur Languedoc natal pour apprendre la finance et trouver un emploi dans les bureaux. Par une remarquable double réussite, l’oncle était devenu receveur des tailles et le père, de commis épicier, était devenu l’un des plus gros négociants de cette spécialité, assez riche pour être nommé trésorier de l’Hôtel-Dieu, en être remercié par une nomination anoblissante au consulat de Lyon et pouvoir acheter à l’un de ses fils la deuxième charge alternative de receveur des tailles.

10Ainsi, la maisonnée Valesque réunit-elle pour un temps, place Saint-Pierre, les trois ménages constituant une véritable famille souche répartie sur trois niveaux d’habitation : celui du père François II (1706-1791), celui du fils aîné Pierre III Valesque (1737-1794) et celui du fils cadet, Francois II Valesque (1734-1816). Mais les membres de cette impressionnante concentration s’égaillèrent rapidement. En 1770, François II acheta à Saint Didier au Mont d’Or la propriété de La Guerrière où il passa désormais le plus clair de l’année. Surtout, Pierre III épousa en 1770 Marguerite Monlong, fille d’un riche fabricant de soieries, également consul de la ville de Lyon. Valesque put dès lors jouir des charmes de la Norenchal, petit manoir situé à Fontaines-sur-Saône, à quelque trois lieues au nord de Lyon. L’iconographie conservée par les descendants souligne la fonction ludique de cette résidence champêtre. Le bâtiment est dessiné à gros traits, en arrière plan. Le moyen plan développe la perspective offerte par les jardins d’agrément, mais aussi par le potager. Surtout, le premier plan met en scène les membres de la famille se promenant dans une allée : les couples se promènent sous des ombrelles, les enfants courent ou jouent au cerceau, le petit chien gambade. Manifestement, le rôle assigné à la résidence champêtre était de servir de cadre à cette exaltation du bonheur familial. Mais Valesque alla plus loin, et finit par installer l’ensemble de sa famille à La Norenchal. Lui-même ne se rendait à Lyon que pour suivre ses affaires, ce qui lui imposait d’accomplir deux chevauchées hebdomadaires. Il n’est donc pas exagéré de constater que la résidence champêtre, lieu de loisir, l’avait emporté sur la résidence urbaine, lieu de travail.

TROISIÈME CAS : LE FERMIER GÉNÉRAL JACQUES JOSEPH BRAC DE LA PERRIÈRE, ENTRE PARIS ET SURESNES

11Le dernier dossier d’archives utilisé fournit un exemple très explicite de choix comparables. Après avoir été promis à l’état de jésuite et vécu de nombreuses années au sein de la Compagnie, Jacques-Joseph Brac de La Perrière (1726-1794) suivit un cursus atypique qui, d’employé surnuméraire famélique, fit de lui l’un des fermiers généraux du crépuscule de l’Ancien Régime. Comme tel, il se trouvait professionnellement astreint à une résidence parisienne proche de l’Hôtel des fermes, et il louait un appartement sur la butte Saint Roch, rue Thérèse. Mais il acheta en 1781 un domaine à Suresnes, au pied du mont Valérien et, très vite, il en fit la résidence familiale, préférant s’imposer de véritables migrations pendulaires pour exercer dans la capitale des fonctions extrêmement prenantes. La richesse de sa correspondance, très fournie, est d’expliciter les motifs de ce choix résidentiel.

12La vie urbaine était clairement décrite en termes répulsifs. La Perrière souffrait de l’exiguïté, certes relative, de son logement parisien : « il nous est impossible d’avoir un chat dans la maison, nous sommes dix maîtres et dix-sept domestiques, pas un pouce de libre », écrivait-il. En même temps, il trouvait l’air de la capitale irrespirable : « dès que je rentre dans Paris, son air épais me rend mes vapeurs ». Et beaucoup de lettres évoquent le désir de fuir les importuns et de mettre un terme au surmenage. Les loisirs de la capitale pesaient peu dans la balance : « les spectacles et autres folies de Paris ne vous touchent plus guère, je vous invite à venir nous voir à Suresnes ou nous vivons paisiblement et ou nous en dirons de bonnes », écrivait en 1789 le fermier général à son frère resté à Lyon. À cette époque, les séjours parisiens étaient limités au strict minimum professionnel, le théâtre de la vie familiale et des sociabilités amicales étant fixé à Suresnes.

13La résidence champêtre présentait en effet de nombreux aspects attractifs. Le calme et le bon air, certes. Mais, surtout, Suresnes était riche de possibilités de loisir. Les correspondances fourmillent de notations à cet égard, et quatre d’entre eux sont parfaitement identifiables.

14Avant tout, le jardinage. Jacques-Joseph se passionnait pour son potager, au point d’en chanter les vertus dans ses exercices de versification. Ainsi, le poème intitulé Mon jardin chanta « l’artichaut vigoureux » et le « fertile concombre » poussant dans un lieu dépeint comme espace de félicité familiale où les enfants s’amusent à jardiner.

15Par ailleurs, la campagne permettait les invitations sélectives. Elles permettaient de se soustraire aux relations protocolaires en réservant Suresnes aux parents, aux amis et aux très proches collègues. Les indices relevés dans les lettres permettent de supposer avec beaucoup de vraisemblance la pratique de relations empreintes de simplicité et de familiarité.

  • 1 De nombreux fermiers généraux résidaient dans la paroisse Saint Roch.

16Le rejet de la société des financiers parisiens apparaît dans l’une des pièces écrites par le fermier général, Les voisins corrigés, ou l’envie punie, où la micro-société de la butte Saint Roch1 se trouvait brocardée. Un perron pour scène, quelques orangers en caisse pour décor, les membres de la famille pour acteurs : il n’en fallait pas plus pour monter un spectacle de ce théâtre de société que les élites du temps appréciaient tant. Cette forme de loisir était très volontiers associée aux grandes réjouissances. Ainsi, Brac de La Perrière écrivit-il une pièce de circonstance quand il se rendit avec les siens chez son gendre Parseval de Frileuse non à Paris, mais à Mantes, autre résidence champêtre.

17Une activité de loisir assez proche était constituée par le chant en société. La culture lyrique fondée sur la connaissance des grands airs d’opéra était très répandue. Sur leur musique, l’on improvisait de nouvelles paroles. Par exemple, sur le célèbre Brillant Soleil des « Indes Galantes », la Perrière écrivit un éloge humoristique de son ami le fermier général Victor de Saint-Amand, manifestement destiné à être interprété lors d’une fête entre intimes.

18L’association entre loisirs familiaux et résidence champêtre est enfin signifiée, une nouvelle fois, par l’iconographie. Le tableau représentant la maison de Suresnes en méprise totalement l’architecture. Le bâtiment est rejeté en arrière plan, le jardin apparaissant en position moyenne. Le premier plan est occupé par une scène montrant les adultes se promenant et les enfants tirant leur cadet dans un petit chariot. C’est exactement le système iconographique utilisé pour représenter la Norenchal. Sans doute les collections de famille contiennent-elles de nombreux autres exemples de représentation de maisons de loisir des années 1780… La valorisation de tels lieux est d’ailleurs confirmée par le portrait collectif que le fermier général fit réaliser vers 1782 par Garneray : la famille fut placée dans le cadre champêtre de Suresnes, l’un des enfants étant juché sur un superbe mouton.

CONCLUSION : ESPACE PROFESSIONNEL ET ESPACE LUDIQUE

19Méthodologiquement, l’apport des études de cas consiste pour une large part dans la reformulation ou l’affinement des hypothèses. La présente étude n’échappe pas à la règle, et permet principalement d’avancer quatre propositions.

20Avant tout, la résidence rurale s’inscrivait dans trois rythmes de vie différents. Que l’anachronisme me soit pardonné : chez Valesque et le fermier général, le déplacement hebdomadaire vers la campagne prenait la figure d’un véritable week-end, dont le début était avancé dans toute la mesure du possible. Ce n’était que chez l’avocat François-Pierre-Suzanne Brac que l’éloignement rendait cette pratique impossible, et la résidence rurale correspondait au modèle général des vacances judiciaires, donc à un rythme annuel. La troisième temporalité s’inscrivait dans le cours de la vie : l’acquisition d’une maison des champs ou d’un château pouvait être explicitement destinée à jouir de cette période de loisir continu qu’était la retraite. Sitôt ses affaires abandonnées, François Valesque père quitta Lyon pour résider dans son domaine de La Guerrière, à Couzon au Mont d’Or. De même, le fermier général Jacques-Joseph Brac de La Perrière fit d’importantes acquisitions en Beaujolais dans les années 1780 dans l’espoir de quitter Paris sans retour et de revenir couler une retraite qu’il espérait douce auprès de ses parents et de ses amis.

21Dans un autre domaine, le choix de la résidence rurale traduisait une nette répulsion pour la vie urbaine. Jacques-Joseph Brac de la Perrière et Pierre Valesque fuyaient le bruit, les puanteurs, les promiscuités et les importunités de la ville. Aux discours dominants sur la ville immorale et malsaine répondait un ressenti brossant l’image de la ville incommode : des attitudes assez banales dans ce second xviiie siècle.

22Le rôle de cadre ludique joué par les résidences champêtres était également assez prévisible. La pratique du jardinage, la promenade, la possession d’animaux familiers, les jeux d’extérieur, le théâtre de société nécessitaient tous de l’espace. Le logement urbain ne permettait guère que le chant, la musique, la broderie et le trictrac, formes de loisirs amplement attestées par les inventaires après décès.

23Le véritable intérêt des trois études de cas présentées ici réside ailleurs. Il tient dans une stratégie de répartition du temps entre ville et campagne articulée en termes d’organisation familiale. La résidence champêtre pouvait devenir le domicile normal de l’épouse et des enfants, l’usage de la ville étant réduit à l’exercice d’un état manifestement ressenti comme une corvée. Ainsi, le goût des loisirs et le dégoût du milieu urbain avaient produit une nette séparation entre l’usage de l’espace urbain réduit à l’exercice professionnel et celui de l’espace rural élu cadre de la vie familiale et ludique. Une remarque à vérifier par de nouvelles études de cas.

Literaturverzeichnis

Sources

Archives de La Perrière, série E1, passim.

Archives de la Norenchal, AP2, fonds Valesque, passim.

Fonds Brac de La Perrière, passim.

Anmerkungen

1 De nombreux fermiers généraux résidaient dans la paroisse Saint Roch.

Autor

Université Lumière Lyon 2

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540