Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

Postface

Postface

Gérard Baudin, Laurent Devisme, Jean-Louis Fabiani and Serge Thibault

Full text

  • 1 N’hésitons pas à faire de l’ironie réflexive, la préoccupation est chez Flaubert « d’autant plus v (...)
  • 2 Pierre-Marc de Biasi, (2005), Lexique de l’actuel, Quelques idées reçues de notre temps, vol. 1, P (...)
  • 3 Cf. M. Callon, P. Lascoumes, Y. Barthe, (2001), Agir dans un monde incertain, essai sur la démocra (...)
  • 4 Jaime Semprun, (1997), L’abîme se repeuple, Paris, L’encyclopédie des nuisances.
  • 5 Cf. les contributions de Olivier Piron, Paul Chemetov, Bruno Fortier puis Yves Chalas respectiveme (...)
  • 6 Pierre-Marc de Biasi, (2005), op. cit., p. 204.
  • 7 Pierre-Marc de Biasi, (2005), op. cit., p. 215.
  • 8 Cf. Michel Foucault, (2004), Sécurité, territoire, population, Paris, Seuil, pp. 91-118.
  • 9 G. Flaubert, (1994), Dictionnaire des idées reçues, Paris, Mille et une nuits (première publicatio (...)
  • 10 François Ascher, (2000), Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs, Pari (...)
  • 11 Ce manque était pointé dans un court texte de Michel Lussault, en guise de note de lecture critiqu (...)
  • 12 Cf. en particulier les travaux d’Ola Söderström, dont Des images pour agir. Le visuel en urbanisme(...)

Petit Dictionnaire Des Idées Reçues De La Recherche Urbaine
Réaction à chaud sur le vocabulaire employé à l’occasion du colloque de clôture de l’ACIV
Laurent Devisme
À la relecture d’appels d’offre de recherche, de textes ayant pignon sur rue, d’introductions ou de conclusions de colloque, on se trouve confronté à une forme de récurrence doxique d’un certain nombre de termes désignant –souvent – des nouveautés ou cherchant à les incarner. Il serait exagéré de les présenter comme faisant partie d’un discours (dont la finalité serait le brouillage des cartes, avec quelques philosophes remuant la poussière et se plaignant conséquemment de n’y voir clair) : ce serait leur prêter trop de performativité. Le risque existe toutefois que cette récurrence empêche de voir un certain nombre de réalités. Il ne s’agit certes pas de reprendre l’idée que rien n’aurait vraiment changé et qu’en dernière instance, le problème de fond est toujours le même… Simplement, dans l’optique du discernement (de l’ancien et du nouveau), les mots qui suivent ne sont souvent que de bien maigre utilité ; ils témoignent en revanche d’un air du temps… C’est cette doxa que l’on rend visible par un petit lexique quelque peu ironique. « Ça parle », avec une faible maîtrise du vocabulaire qui circule allègrement notamment entre expertise, consultance et monde scientifique. D’aucuns y verront des aphorismes dont il manquerait la perspective générale, d’autres un pamphlet en forme d’abécédaire. Disons seulement que le choix des termes est évidemment tributaire de quelques unes des préoccupations1 de celui qui les pointe. Et précisons qu’il ne s’appuie pas ici sur un comptage mais qu’il privilégie l’expressivité à la représentativité ayant pour principal terrain la recherche urbaine incitative. On ne voit pas pourquoi elle serait restée à l’écart d’un phénomène qui fait que « désormais, la logosphère parle plus vite qu’elle ne pense »2 !
Bouge (l’architecture – alias architecture on the move) !. Injonction sponsorisée par le groupe PSA à l’occasion du mondial de l’automobile de 2002. Concrétisée en exposition circulant en Europe et ailleurs et pointant les enjeux d’une architecture soucieuse d’une anthropologie du mouvement. Dans le sens commun, « ça bouge », « tout bouge » sont des expressions désignant l’impression d’accélération généralisée des temporalités. Le « bougisme » désignerait quant à lui une idéologie issue d’une cristallisation de ce sens commun dans certaines grilles de lecture des sociétés contemporaines.
Complexité. Nécessairement croissante. Oblige à laisser de côté les approches « simples », voire « traditionnelles ». Appelle de nouvelles approches de la ville. Est d’autant plus mobilisée que l’on ne maîtrise pas les schèmes d’intelligibilité pourtant disponibles. S’articule parfois au discours de l’impossible maîtrise que l’on peut qualifier en inversant un titre fameux : ces événements nous organisent, feignons d’être dépassés par eux !
Consensus. Le cadrage politique par le consensus est omniprésent, tendant à occulter une notion plus pertinente, celle de compromis. Le consensus suppose la possibilité de sa largeur (un « large consensus »), et repose sur la croyance en une convergence générale autour d’objets, de sujets, de questions divers. Le consensus représente beaucoup plus une neutralisation de rapports de force qu’une réelle entente à long terme. Les « conférences de consensus » nées au Danemark dans les années quatre-vingt-dix renvoient quant à elles à une procédure d’élargissement du public dans une optique de démocratie délibérative cherchant à rendre plus efficace la délégation politique3.
Différenciation. Les différenciations sociales sont de plus en plus marquées, ce qui produit de l’hétérogénéité, de la différence (toujours bien –cela dit, peu d’auteurs se raccrochent au Manifeste différentialiste de H. Lefebvre par exemple) mais aussi potentiellement de la fracture sociale voire numérique (toujours inquiétante – convient d’être régulée – voir aussi « Solidarité »).
Diversification. La complexité comme la différenciation croissantes appellent au leitmotiv de la diversification des approches, degré zéro de l’interdisciplinarité. Quelques parentés avec la nécessaire diversification des structures, avec l’assouplissement des modes opératoires, le dépassement de la « société bureaucratique de consommation dirigée »…
Durable. Le développement sera nécessairement durable. Quand le citoyen écologiste prétend poser la question la plus dérangeante en demandant : « Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ? », il évite de poser cette autre question, réellement inquiétante : « À quels enfants allons-nous laisser le monde ? »4. N’oublions pas les flagrantes contradictions entre discours du durable et références à la croissance économique. L’adage « quand le bâtiment va, tout va » est-il vraiment passé aux poubelles de l’histoire ?
Émergent. Se dit de pays mais aussi de villes qui se trouveraient dans une phase de décollage ou qui ont grandi à l’ombre des (pays) « développés » et des (villes) « historiques » sans que leurs habitants y prennent garde. Mais prenons garde à la jeune garde ! Suite à un appel d’offre du PUCA (« la ville émergente »), à une exposition à l’IFA (« l’autre ville »), un début de polémique a vu le jour, en partie relayé dans la revue Urbanisme5.
Fractale. Terme émergent dans les années quatre-vingt-dix. Valeur métaphorique se rapprochant des significations portées par la complexité. Récemment tombée en désuétude alors que sa valeur scientifique, confinée, semble stable.
Gouvernance. Forcément mieux que l’exercice du pouvoir tel qu’il prévalait avant. « Un de ces mots gentils qui vous crucifient sans même que vous vous en aperceviez »6. Ne peut se penser sans le fond de plan d’une rationalité gestionnaire croissante. « Il ne peut y avoir d’institution de la gouvernance puisque le principe même de gouvernance est de mettre en doute toute souveraineté nationale ou internationale au profit d’une force qui s’exerce à l’échelle des réseaux, des lobbies, des sphères d’influence, des clubs d’intérêt, des groupes de pression, indépendamment de toute loi locale, régionale ou globale clairement et textuellement identifiée »7. S’associe fréquemment à l’adjectif « bonne » (cf. le terme « pratiques »). On préfèrera évidemment le pourquoi la gouvernance ? de Jean-Pierre Gaudin au pour une nouvelle gouvernance de Jean-Pierre Raffarin, tous deux sortis en 2002... Mais on relira en priorité « la gouvernementalité » selon Foucault : leçon du 1er février 1978 au Collège de France mettant en perspective les grandes économies de pouvoir en Occident8.
Hameau. « Substantif attendrissant. Fait bien en poésie »9. Les promoteurs-constructeurs ont intégré cette définition flaubertienne dans tous les programmes résidentiels valorisant l’entre-soi. Vive les closeraies urbaines, les clos de l’urbanité réconciliée, les néo-métairies de l’âge cognitif ! Où l’on rejoint bien sûr la définition de la campagne chez le même Flaubert : « les gens de la campagne meilleurs que ceux des villes : envier leur sort. À la campagne tout est permis : habits bas, farces, etc. ».
Hypertexte (société). Dans la « modernité réflexive », âge tardif du capitalisme, tout acteur doit être en réseau. « Il faut se garder aussi d’une vision trop hiérarchique et monoplan des régulations dans une société hypertexte »10. Pour une analyse critique du modèle du réseau et de la « cité par projets », lecture indispensable du Nouvel esprit du capitalisme de L. Boltanski et E. Chiapello.
Logiques (d’acteurs). Champ d’intérêt croissant qui suppose la plupart du temps que l’on ait identifié ceux qui sont les agissants (dépassant la masse des agis, peu agités) et que l’on puisse objectiver des logiques de ces « grands hommes » (de préférence) qui s’imposent à celles des structures. Postulat souvent embarqué de « l’acteur rationnel ».
Modernité. « Troisième », « sur », « réflexive », plutôt que « post » – ringard. Jamais « pré » ? Pourtant, peut-être n’avons-nous jamais été… modernes ! Lire l’essai d’anthropologie symétrique de Bruno Latour à ce sujet avec cette idée argumentée de l’imposture d’une représentation (moderne) établissant un partage étanche entre nature et culture.
Multiplicité (des choix, des temps sociaux). Les temporalités deviennent multiples, le citoyen vit la ville à la carte, il zappe, mobilise plusieurs univers en même temps. Mais qui est cet individu générique ? Cf. « Différenciation », « Diversification ».
NTIC, TIC. D’abord « nouvelles », les technologies de l’information et de la communication commencent à dater… D’où un vocable désormais fixé sous « TIC ». Étendard des incitations à la recherche à la fin des années quatre-vingt-dix et début deux mille. Le supplément du magazine La Recherche de décembre 2000 était intitulé « Ville.com », sa couverture montrait les jambes d’un cadre portant mallette, monté sur planche à roulettes… Véritable éloge de la mobilité allégée !
Pluridisciplinaire. Les approches seront nécessairement pluridisciplinaires (sinon quoi ?). La trans-disciplinarité est quant à elle nettement moins convoquée. Sursaut repéré dans une Action Concertée Incitative sur les techniques, terrains et théories de l’interdisciplinarité.
Pratiques. On s’intéressera et on développera les bonnes (opposées aux « mauvaises »). Il fut un temps où le projet cognitif consistait à travailler sur des théories de la pratique, à s’interroger sur la praxis, entendue comme activité modifiant le sujet de l’action. On accorderait désormais plus d’importance à dénicher les « bonnes pratiques », entendues comme ces pratiques qui font au meilleur coût tout en dégageant des bénéfices. Elles renvoient fondamentalement à une rationalité instrumentale, a-critique et relèvent d’un marché créé par la consultance.
Proximité. Désigne une distance rapprochée. Peut à la fois représenter une valeur (ainsi de tel homme politique qui, « lui au moins, n’est pas fier ») et un service. Les services dits de proximité nécessitent des enquêtes afin de mieux connaître les interactions services-clients. La proximité peut incarner un dispositif politique sous le nom de subsidiarité. Son principe consiste à réserver, en fonction du problème posé, la capacité d’agir à l’échelon le plus bas possible. Laissons les lecteurs apprécier cette hauteur de vue… (Certes nous voyons bien à quoi cela s’oppose, aux « dérives technocratiques » notamment… Voyons aussi la dérive selon laquelle il n’y aurait plus de problèmes posés que localement). Globalement, les vertus implicites de la notion renvoient à des effets de communauté, d’apaisement et de réunification.
Question (urbaine). Désignait dans les années soixante-dix un problème à la fois théorique et pratique relevant de la lutte sinon du conflit. Désormais peu utilisée ou dans un sens différent (n’appelant pas de méthode dialectique pour la travailler) : une question sociale parmi d’autres. Est désormais associée au terme « agenda ». Tant qu’une question n’est pas à l’agenda, elle n’est pas.
Renouvellement (urbain). Valeur sociétale, politique et urbanistique affirmée dans la loi dite SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain). Les tendances centrifuges étant dominantes dans les choix résidentiels (peu interrogent cependant le rapport centripète/centrifuge), il convient de retravailler sur la ville déjà urbanisée. Crise de la modernité.
Révolution (urbaine ?). Pour mémoire tout de même, titre d’un ouvrage d’Henri Lefebvre, paru en 1970 et consistant en une critique de l’urbanisme et une investigation nourrie du phénomène urbain.
Risque (société du). S’entend généralement comme la qualification d’une nouvelle ère et ne désigne pas tant le fait qu’il faut prendre des risques pour vivre qu’une incertitude qui serait la marque du monde dans lequel nous vivons : des catastrophes naturelles surgissent, des micro-pouvoirs guerriers se développent… Il convient donc, non de prendre des risques mais bien plutôt des précautions, afin d’assurer les conditions d’un développement durable et de permettre par conséquent aux générations futures les garanties d’une vie sur terre acceptable, sinon souhaitable (il faut préserver le présent, ne pas obérer le futur). Équivalent dans le sens commun : « y’a plus de saisons », « faut plus s’étonner de rien ». La société du risque est celle qui s’assure de plus en plus contre de plus en plus de maux possibles. Elle convient parfaitement aux assureurs et aux banquiers, qui placent l’argent de manière risquée afin que surgissent de nouveaux risques pour les petits actionnaires amenés à s’assurer davantage. Cercle vertueux, cercle vicieux... Le politique doit, quant à lui, être sur la défensive : « on ne sait jamais » ! Décapant utile : Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain de J.-P. Dupuy (Paris, Seuil, 2002).
Services (urbains). Nécessairement adaptés, flexibles, délégués au secteur privé, par essence plus performant à « l’organisation ».
Sociétal. « Dans un contexte sociétal où de plus en plus d’actes individuels et collectifs semblent soumis à une multiplicité de choix (…) » lit-on p. 25 de l’appel d’offre de l’ACI-Ville de 1999. Dire « question sociétale » avec gravité, avec le préfixe « véritable ».
Solidarité. Valeur politique récemment affirmée dans une loi dite SRU. Désigne essentiellement l’idée qu’il ne faut (quand même) pas laisser tomber ceux qui sont passés de l’autre côté (étant entendu qu’il y a fracture). D’autant plus importante que cela peut désormais toucher n’importe qui (équivalent « sociétal » du « faut plus s’étonner de rien »).
Synergie (entre SHS et technologies ou SHS et SPI). Terme récurrent dans les derniers appels d’offre. Renversons l’injonction en posant la question-miroir : quels sont ceux qui ont travaillé sur les conditions de transferts conceptuels ainsi envisagés ? Le terme peut aussi s’employer pour « recherche-développement » où la synergie concerne davantage la coopération entre savants et monde professionnel. Il s’agit dans le meilleur des cas (rare) de redéfinir l’utilité des sciences sociales dans la société avec une réflexion épistémologique permanente ; dans le pire des cas, d’une injonction au parler clair, aux formules efficaces, à l’utilité instrumentale du savoir. « Vous ne perdrez plus votre temps à reformuler des questions sans réponses ! ».
Voiture. « Plus commode d’en louer une que d’en posséder : de cette manière on n’a pas le tracas des domestiques, ni des chevaux qui sont toujours malades ». Cette définition proposée par Flaubert n’est qu’à adapter au nouvel esprit du capitalisme tant choyé par les loueurs de voitures. En l’occurrence, plus de tracas avec les garagistes. Vive le car sharing ! Quittant ce niveau, il est possible de documenter plus sérieusement les inflexions récentes et de signaler des acquis, le cas échéant, derrière les mots-valises ici épinglés. De surcroît, à pointer un usage inflationniste, peu contrôlé et fréquemment de charge idéologique, une dérive malheureuse consisterait à chercher à en bannir l’énonciation même. Loin de nous cette intention. Cela dit, la langue peut aussi être un instrument de vigilance, elle peut chercher à se « décoloniser ». Et puis confions une impression générale : le champ urbain ne semble plus guère fournisseur de théories fortes. Il ne s’agit pas de regretter des méta-théories courantes dans les années soixante-dix mais bien de demander, en temps de complexité de la chose urbaine, d’investir conséquemment sa théorisation et de proposer contradictoirement des schémas cognitifs intégrateurs11. Bien des chercheurs en sciences sociales impliqués dans la question spatiale travaillent des textes produits depuis d’autres sphères de connaissance. Cela n’est pas gênant mais déplace les conditions d’observation de la nouveauté. Sans s’attarder sur cette dimension, quelques domaines de recherches peuvent être objectivés, ayant parfois émargé à des appels d’offre issus de la recherche urbaine incitative et renouvelant fortement l’appareillage théorique usuel. Un premier pan concernerait l’analyse de l’image : production, usage, circulation du visuel en urbanisme apparaissent d’un intérêt stratégique pour comprendre l’action urbaine12. L’idée de développer une pragmatique du visuel en urbanisme rejoint des tensions pragmaticistes ailleurs repérables – le texte posthume d’Isaac Joseph, Météor (Economica, 2004) y fait largement écho – dont le point commun est de développer une attention forte relative aux arrangements, aux agencements, aux conséquences, au comment de différents dispositifs. L’enquête menée par Isaac Joseph sur la ligne 14 du métro cherche à être délivrée aussi bien des « contorsions de la posture critique » que des « prétentions du savoir expert ». Elle emprunte également à des sillons davantage mobilisés aujourd’hui comme la cognition distribuée – avec une attention plus forte aux régimes d’existence des objets – ou l’écologie de la perception. Ce sont généralement les théories de l’action qui se trouvent questionnées, dont le caractère heuristique est à coupler avec une saisie documentée de la panoplie des différents métiers et pratiques. Cette nécessité de nouveaux enregistrements, appel descriptif (simultané à l’appel théorique), revient à différer voire à réfuter les appels aux démarches résolutoires.
Laurent Devisme

CONSIDÉRATIONS ÉPISTÉMOLOGIQUES JEAN-LOUIS FABIANI

1La ville, comme les autres objets des sciences sociales, mais sans doute à un degré plus élevé, est par définition impure : contrairement à ce qu’aurait voulu établir l’épistémologie d’obédience bachelardienne qui a dominé nos façons de faire pendant un quart de siècle depuis la fin des années soixante, notre savoir sur les choses urbaines ne peut jamais être séparé des représentations du sens commun, ni être construit dans les limites d’un laboratoire imaginaire. Il est nécessairement doxique, il comporte des dimensions idéologiques et surtout pragmatiques, que nulle « police épistémologique » pour parler comme Bruno Latour, ne saurait arraisonner. Pourquoi rappeler, avant de livrer quelques propositions synthétiques, ce qui apparaît aujourd’hui comme une banalité, sauf au dernier carré des scientistes ? La ville, et plus généralement les objets urbains, ne se distinguent pas des autres objets dont traitent les sciences historiques, pour reprendre le lexique de Max Weber réactualisé en France par Jean-Claude Passeron. Si l’on tient pour acquise la singularité irréductible de toute configuration historique, la construction de l’objet dans nos disciplines est inévitablement contrainte par la phénoménalité du déroulement temporel, fût-il puissamment inscrit dans une configuration spatialisée.

2Le point de départ de la description épistémologique de type weberien réside dans l’historicité de l’objet des sciences sociales. La nature de leur objet empirique commande l’ensemble des particularités épistémologiques de ces disciplines. Les conditions de prélèvement de l’information sur le monde déterminent la nature des énoncés des sciences historiques : pour qu’on puisse dire s’ils sont vrais ou faux, il est impossible de les désindexer des contextes dans lesquels les informations sont prélevées. Ce qu’on peut dire d’intéressant est inévitablement dépendant de la contextualisation historique. Ceux qui oublient cette contrainte ne font que produire l’illusion que les variables sociologiques comme le sexe, l’âge ou l’appartenance à un groupe social sont identiques aux variables de la physique. La ville est à l’évidence le plus historique des objets des sciences sociales, puisqu’il doit la singularité de ses formes au chevauchement de temporalités qui le caractérisent, comme l’avait bien montré Bernard Lepetit. Il est aussi, et c’est ce qui vient compliquer le jeu, le plus physique, dans la mesure où son histoire (et le feuilletage des temporalités qu’elle organise) est indissociable du développement de systèmes techniques et de réseaux qui contraignent, structurent et réaménagent les formes principales de l’action en société. De ce fait, les discours savants sur les villes sont toujours pris entre deux tentations extrêmes. La première est techniciste : elle conduit à faire dériver l’ensemble des interactions du cadre technique qui définit, même en ses formes primitives, la ville comme ville, c’est-à-dire comme réticulation et articulation : étudier la ville, c’est étudier l’ensemble des déterminations que les divers modes d’organisation technique font peser sur l’action individuelle et collective. La deuxième tentation est herméneutique : elle se donne comme programme l’interprétation des signes, des codes et des parcours que la ville sécrète. La ville a été le lieu d’émergence de la sociologie interactionniste, à Chicago particulièrement, parce que l’espace des rencontres, des encounters au sens de Goffman, donnait lieu à la complexification du travail interprétatif des agents sociaux eux-mêmes, avant d’exiger celle des professionnels du social. Dans les formes les plus vives de la confrontation, ces deux points de vue peuvent donner lieu à des définitions antagonistes et prétendre à une position hégémonique. Les technicistes ont pour eux le caractère massif des réseaux et de la division technique de l’espace. Les herméneutes s’appuient sur le caractère inépuisable de la production urbaine de significations. Dans le quotidien des sciences de la ville, c’est plutôt la coexistence des approches qui prévaut, les tentatives d’hybridation, bien que fortement sollicitées par la commande publique, restant plutôt rares.

3La restitution finale que l’ACIV a permise a amplement montré que la coexistence sans grand contact était le mode dominant d’existence des études urbaines : une collection d’objets plutôt qu’un objet, des pratiques hétéroclites plutôt qu’un protocole de recherche unifié. Un point de vue pessimiste, mais sans doute épistémologiquement peu valide, pourrait conduire à un constat d’échec à propos de l’impossible émergence d’une science de la ville, où à tout le moins d’un mode de traitement unifié et universellement validé des choses urbaines. C’est ainsi que d’aucuns ont pu déplorer le caractère très faiblement probatoire d’études qualitatives sur la ville, ou le caractère douteux de comparaisons internationales insuffisamment étayées. Il ne s’agit pas ici de proposer une grille d’évaluation pertinente pour traiter de l’ensemble des comptes rendus de recherche fondés sur une approche qualitative : la caractéristique propre des objets que celle-ci permet de traiter est de ne pas être désindexables des contextes locaux, et donc de fragiliser les assertions générales. Il faut donc faire confiance aux chercheurs, tout en sachant que la fin de l’humeur scientiste n’a pas que des effets positifs sur la production des savoirs sur la ville : l’accroissement de la part du regard anthropologique sur l’urbain, qui apparaît comme une caractéristique notable des résultats de l’ACIV, conduit inévitablement à la multiplication des perspectives et à la fragmentation des constats. Il serait trivial de constater que là comme ailleurs, l’usure des grands modèles explicatifs destinés à rendre compte de l’organisation et du développement urbain (le marxisme, mais pas seulement) a eu pour conséquence l’émiettement des constats et le retour tendanciel à la localité des comptes-rendus, voire parfois à une forme de localisme explicatif. Il est vain de déplorer la fin de ce qu’on a appelé depuis Lyotard les grands récits : mais on n’a pas nécessairement à se satisfaire des petites histoires dont les ethnologues sont spécialistes et qui laissent inévitablement à d’autres la charge des assertions à caractère général, lesquelles n’ont pas disparu, puisqu’elles continuent d’être proférées par les disciplines techniques ou la prospective.

4Si l’on voulait considérer d’un œil radicalement ironique la production des savoirs sur la ville, on pourrait dire qu’il y a toujours des grands récits (celui des systèmes techniques ou celui des forecasters), mais qu’il ne s’agit plus des mêmes narrateurs. Le problème n’est pas propre aux études urbaines, mais il vaut d’être signalé : si la qualité des recherches monographiques était souvent frappante, leur hétérogénéité et l’absence relative de modèle explicatif conduisait inévitablement à des impressions contrastées. On pourrait dire que les sciences sociales ont un peu de mal à gérer la fin de leur période déconstructionniste et à sortir d’un état de crise qui peut être aussi une niche épistémologique confortable. Si nous ne produisons pas, sinon de grands récits, du moins des analyses à portée réellement intégratrice et comparative, nous sommes condamnés à jouer les utilités interprétatives dans le concert des discours techniques. Sous ce rapport, l’ACIV apparaît plus comme un sismographe que comme un outil puissant de pilotage de la recherche : le rassemblement d’un ensemble disparate de recherches accentue même l’impression de fragmentation des travaux. Une telle fragmentation a évidemment des causes épistémologiques – la fin des grands « paradigmes » sur la ville –, mais elle a aussi des causes sociologiques – la commande publique permet de constituer des ressources dans un monde caractérisé par la pénurie : il n’est pas étonnant de ce fait que l’obtention d’un contrat apparaisse le plus souvent comme une prise ou un butin (parfois arraché à l’ennemi institutionnel) qui va permettre à des petits producteurs indépendants de persévérer dans leur être. L’anarchisme épistémologique (le célèbre anything goes de Paul Feyerabend) va souvent de pair avec le particularisme méthodologique et le localisme interprétatif.

5Des esprits chagrins, il y en a et c’est nécessaire, peuvent dire que le paysage contemporain de la recherche urbaine offre le spectacle d’une morne banlieue constituée par les édifices grisâtres de la réponse routinisée à la commande publique, que ne viennent pas égayer quelques îlots de gentrification théorique où la sophistication du vocabulaire ne parvient pas à masquer les relents d’une cuisine d’assemblage. Mais peut-on sérieusement mesurer le progrès (ou à l’inverse la régression) d’un front de recherche sur la ville depuis une quinzaine d’années ? Disons-le nettement : les auteurs de cette postface n’ont pas les moyens de procéder à une telle évaluation. Tout au plus peuvent-ils rapporter des impressions ou des « ambiances » pour utiliser le vocabulaire parfois incertain des travaux contemporains. Si l’on compare la production actuelle avec des formes immédiatement antérieures de la recherche sur la ville, on constate aisément que la dimension proprement conflictuelle de l’espace urbain ne revêt plus le caractère de centralité qu’elle avait pu avoir dans le passé récent. La question des luttes n’est plus véritablement active, ni celle des rapports de classe, bien que les phénomènes de domination ou de ségrégation ne soient pas effacés, loin s’en faut, de l’agenda des chercheurs. Force est de constater que la sociologie du conflit n’est plus un moteur pour la recherche, sans doute parce qu’elle n’a pas tenu les promesses explicatives qu’elle affichait. Sont plutôt privilégiées des formes moins dissensuelles d’interaction, sans doute sous l’effet de la montée en puissance d’une approche de type politologique de la question urbaine : on peut y voir l’effet des formes multiples d’incitation (notamment à l’échelon européen) à développer un nouvel agenda, un nouveau lexique et un nouveau style d’approche des objets (les échanges parfois vifs sur la notion de gouvernance ont été le meilleur exemple de l’incertitude sur les catégories et les constructions intellectuelles à l’œuvre). La production en sciences sociales sur la ville semble donc marquée par le déclin assez net des modèles macro-sociologiques, ordinairement considérés comme dépassés au profit d’approches plus politistes portant sur l’art de gouverner, les formes du contrat, les contraintes de l’action collective en milieu urbain et sur une sorte de généralisation (on évitera le mot de « banalisation ») du regard ethnographique. La géographie continue, sans avoir l’air d’y toucher, de jouer un rôle organisateur dans la mesure où son hybridité constitutive lui offre une plasticité qui permet d’intégrer des échelles et des méthodologies variées. Il faut noter cependant que cette discipline de l’interface entre la nature et le social, mais aussi entre les systèmes techniques et leurs opérateurs et les usagers, n’a plus les ambitions intégratrices qu’elle a pu afficher dans le passé : mais elle sait mieux que d’autres recycler et retraiter l’air du temps en lui offrant souvent une cohérence supérieure à celle que peuvent offrir d’autres disciplines, pourtant plus proches du Zeitgeist.

6On constate un effet paradoxal : alors que le cadre disciplinaire, au sein duquel continuent de se faire les évaluations et les carrières, continue de peser de tout son poids, on constate de très nombreuses proximités entre les approches de la ville par les différents points de vue spécialisés. Cette parenté est d’abord lexicographique : on est frappé par la constitution d’une sorte de langue commune, compromis entre le vocabulaire des institutions politiques, la vulgate de la recherche ethnographique et l’univers de référence de l’espace public et de la citoyenneté. Il n’est pas possible d’évaluer dans le cadre de ces remarques la pertinence des assemblages notionnels que ces rapprochements non intuitifs occasionnent : un esprit ironique pourrait y trouver un lot de pataquès ou de malentendus. Notre propos n’est pas ici de purifier ou de clarifier le langage des chercheurs, mais de constater la fréquence statistique d’assemblages dans les comptes-rendus de recherche. Un constat d’ordre général est celui du reflux de la préoccupation théoriciste caractéristique de la sociologie urbaine des années soixante-dix et suivantes : on pourrait même dans certains cas parler de tendance à la déthéorisation. C’est ce reflux qui a permis au mixte ethnologico-politologique de constituer les bases d’une langue commune, que nombre de géographes ont assimilée très rapidement, et qui donne son ambiance particulière à la recherche urbaine contemporaine. Les travaux sur la ville n’échappent en aucune façon à ce que François Dosse a appelé, peut-être un peu vaguement, « l’humanisation des sciences sociales » ou de ce que j’ai désigné, tout aussi nébuleusement, comme le tournant interprétatif des sciences sociales. Les observateurs de nos disciplines ont moins remarqué l’autre élément caractéristique issu de nos observations, c’est-à-dire l’émergence et la stabilisation d’un cadre d’analyse « politologique » lequel est d’ailleurs assez souvent, et curieusement, l’envers du constat d’une dépolitisation des enjeux urbains. Si le tournant interprétatif des sciences sociales peut aujourd’hui être décrit assez précisément, de même que l’imprégnation phénoménologique de nos disciplines, y compris, et peut-être surtout, de la géographie, il est moins aisé de qualifier le développement rapide du lexique de la science politique dans les études urbaines. Il faut y voir à l’évidence l’effet de la transformation des rapports de force entre les disciplines, les politistes ayant gagné en autorité scientifique sans rien perdre de leur capital social (c’est le moins qu’on puisse dire). On peut y discerner également le poids croissant de l’injonction bureaucratique à abandonner le lexique du conflit au profit de la gouvernance. Mais ces remarques sociologiques sont loin de suffire à épuiser la question.

7C’est que les études sur la ville sont caractérisées simultanément par la multiplicité des savoirs spécialisés qu’elles convoquent (qu’on peut traduire par la désignation, au moins en creux, d’un espace d’intégration conceptuelle) et par la forte inertie des pratiques disciplinaires. La notion de discipline désigne ordinairement un corps de savoir entendu comme articulation d’un objet, d’une méthode et d’un programme, d’un côté, et comme mode d’occupation reconnaissable d’une configuration plus vaste (i. e. l’ensemble des opérations de savoir à un moment donné du temps) de l’autre. « De la même façon que les sociétés modernes sont généralement associées à un procès de différenciation entre des secteurs ou des sphères d’activités variées, la science moderne est communément dépeinte comme une entreprise spécialisée organisée en un large éventail de disciplines », remarque Johan Heilbron dans un texte récent. Il ajoute que les disciplines constituent le cadre référentiel (frame of reference) premier dans le monde de l’université et de la science. Autrement dit, parler de discipline, c’est désigner l’activité scientifique comme une forme particulière de la division du travail dans le monde social. La notion rend évidente et palpable à la fois l’organisation quotidienne de la recherche et de l’enseignement, fondée sur la délimitation d’un type d’objet et la répartition de tâches spécifiques, et la cohérence d’un horizon de savoir entendu comme maîtrise cognitive croissante d’un objet préalablement défini. En arrière-plan, on trouve évidemment la croyance, plus ou moins explicite, en l’existence, au moins prospective, d’un ensemble cohérent de savoirs particuliers qui, s’il présente très rarement la puissance architectonique d’un système des sciences, offre toujours un mode d’articulation qui associe complémentarité et hiérarchie des disciplines. Pourtant, la recherche urbaine montre que l’ordre disciplinaire ne fonctionne jamais selon ces principes ; les nombreux chevauchements et la constitution d’une langue commune qui est pour partie l’effet de l’action incitative transforment l’espace des disciplines non pas en un espace commun, mais plutôt en une zone de transaction, trading zone, au sens que l’historien des sciences Peter Galison donne à ce terme. Plus qu’un objet unifié, la ville est un lieu de transaction où les propositions disciplinaires peuvent être confrontées, où des emprunts sont négociés, ou des traditions de recherche ou plus simplement de nomination des phénomènes se développent. Si les sciences sociales partagent le même statut épistémologique, elles n’en ont pas moins des histoires sociales très différentes : la confrontation que permet l’ACIV montre clairement que ces particularités épistémologiques sont particulièrement saillantes dans le domaine des études urbaines. Ainsi des rapporteurs d’ateliers, comme Yankel Fijalkow et Ghislaine Garin-Ferraz, traitant de la cohésion sociale et de la citoyenneté, évoquent « l’interdisciplinarité implicite » qui permet que les interlocuteurs se comprennent parfaitement alors qu’ils utilisent des outils sans rapport entre eux. Plus prudent, Laurent Devisme préfère évoquer la « décontraction disciplinaire » qui a marqué les conclusions de l’ACIV. La notion d’interdisciplinarité mériterait d’être éclaircie : si l’on parcourt à grands pas l’ensemble des thématiques examinées, on s’aperçoit que l’espace commun qui est esquissé par les rapporteurs porte plus sur des questions d’actualité socio-politique que sur un point de vue épistémologique. Ainsi un chercheur en médecine peut converser sans difficulté avec un politiste lorsqu’il est question de citoyenneté, ou d’altermondialisation. À ce titre, il est peut-être risqué de parler d’interdisciplinarité : c’est l’appartenance à un monde commun, renforcée par l’homogénéité d’un lexique politique, qui permet une intercompréhension que la diversité méthodologique rend contre-intuitive. Plus fort que l’objet spécifique des savoirs disciplinaires, c’est la référence commune à un agenda politique qui produit de l’interaction. Il n’y a pas de solution de continuité entre le débat public et la recherche urbaine : la seconde s’exprime dans les termes du premier, au point qu’il existe peu de vocabulaire spécifique des sciences sociales de l’urbain. Un participant s’étonnait de l’usage intensif du mot « bobo » inventé par un journaliste à succès américain pour décrire des comportements propres à des couches moyennes-supérieures. Mais ceci n’est qu’un cas parmi d’autres de contamination de ce qui voudrait être une langue savante par les manières ordinaires de qualifier le monde. Faut-il d’ailleurs s’en étonner, voire s’en plaindre ? On retrouve ainsi dans les comptes-rendus de la recherche les clivages idéologiques qui prévalent dans la société, bien que la tonalité critique domine par rapport à ce qui pourrait être défini comme une « science du gouvernement urbain ».

8Ce point de vue critique sur les savoirs de la ville s’explique pour une bonne part par le progrès de la réflexion d’épistémologie appliquée qui a saisi depuis le début des années quatre-vingt-dix les chercheurs les plus avancés de notre communauté, principalement autour de l’analyse des catégories que les agents sociaux et les producteurs de discours savants mobilisent pour traiter des situations et interagir. La ville étant caractérisée par la prolifération discursive, et l’époque précédente ayant été d’une rare fécondité dans le domaine de l’invention langagière, l’analyse réflexive des catégories a tout naturellement trouvé un point d’application heuristique dans les études urbaines, qui, encore plus que d’autres méritaient une enquête lexicologique. Ce faisant, la posture critique a été désarrimée du strict point de vue idéologique avec lequel elle tendait à se confondre précédemment : ce n’est plus en termes de dénonciation ou de démasquage que l’opération critique se développe, mais plutôt à partir de l’interrogation sur les procédures de construction et d’argumentation qui font advenir les discours sur la ville. Par là, comme le faisait remarquer Luc Boltanski dès son livre sur les Cadres en 1982, les sciences sociales cessent de se prévaloir d’une posture royale, ou de pur surplomb qui viendrait, sur des critères jamais vraiment éclaircis séparer le bon grain de la science de l’ivraie idéologique. L’examen des comptes-rendus laisse penser que la recherche urbaine ne se contente plus d’afficher une posture de radicalité ou de subversion, non pas parce que les chercheurs sont rentrés dans le rang et ont accepté toutes les conditions d’une science urbaine de service, mais parce qu’ils ont réorienté leur posture critique dans une perspective plus modeste : il ne s’agit plus de produire les conditions d’une alternative au monde urbain tel qu’il est mais de fournir des outils réflexifs qui donnent des éléments sur la production de nos savoirs et sur leurs conditions d’application. Certains regretteront les temps héroïques du révolutionnarisme académique, en dépit du caractère parfois grotesque de la posture radicale autrefois affichée par les études urbaines, au motif qu’il vaut mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Aron : on nous permettra une position plus nuancée.

9Si les recherches sur la ville ne peuvent pas être désintriquées des situations historiques dans lesquelles elles se trouvent prises, elles sont néanmoins plus à même qu’autrefois d’exercer leur travail critique, dans la mesure où l’enquête sur les catégories permet d’objectiver la posture critique de l’intellectuel en tant que telle. Sous ce rapport, si le discours nostalgique est fréquent aujourd’hui, si la mythologie puérile de la rébellion ou de la radicalité continuent d’exercer leurs effets, il n’en reste pas moins qu’il serait ridicule de dire que la recherche urbaine « était mieux avant » au motif qu’aujourd’hui ses acteurs sont moins péremptoires et plus soucieux de travail empirique, quelles que soient ses modalités. La dimension multi-méthodologique des approches ainsi que l’effacement relatif des styles disciplinaires rendent évidemment la question de la corroboration encore plus compliquée : qu’est-ce qui fait preuve dans les études urbaines ? La nature même de l’objet traité, sa dimension composite et feuilletée, ainsi que la multiplicité des savoirs et des échelles convoquées rendent la question sans réponse pratique. La preuve ou la corroboration sont plutôt des idées régulatrices que des codes de procédures pour la vérification. Mais nous sommes là encore dans une épistémologie weberienne qui assume le statut relativement indécis de la preuve en sciences sociales. La recherche urbaine, on l’a souvent dit, doit être autant jugée par les effets de sociabilité qu’elle produit que par les résultats dont elle peut se prévaloir. La critique de la bureaucratie commanditaire, pont aux ânes pour fin de colloques ou la dénonciation du retard structural de la recherche française, scie musicale qu’affectionnent particulièrement les mandarins fatigués, ne prennent jamais en compte la dimension de confrontation que permet la production de travaux monographiques dans leur imperfection même. Comme les mondes de l’art décrits par Howard Becker, les mondes de la recherche urbaine constituent des chaînes de coopération qui associent des catégories très variées d’agents sociaux, du chercheur théoréticiste à l’urbaniste peu familier des grandes conceptualisations mais néanmoins adepte de la luxuriance langagière. Cette fonction de la recherche urbaine est rarement mise en avant, mais elle contribue à redéfinir les caractéristiques proprement épistémologiques de notre relation à l’objet.

10À ce titre, une des dimensions fortes de la recherche urbaine est le travail lexicologique, qui découle de la prééminence accordée à l’enquête sur les catégories. Jean-Claude Chamboredon avait montré, il y a déjà de longues années, que l’aménagement urbain était un extraordinaire forgeur de mots et d’acronymes. Cette exubérance lexicale est l’objet de nombreuses recherches qui visent à déconstruire les notions, à faire la socio-histoire de leurs usages et de leurs transformations. Il existe une vie sociale des notions : certaines émergent et deviennent de véritables fétiches sans qu’on sache vraiment à quoi elles correspondent. Ce que tout le monde s’accorde à appeler le développement durable est sans doute l’exemple même d’un consensus préréflexif produit à partir d’une injonction globale mais lestée de fort peu de contenu. Une des questions qui traversent les études sur la ville est bien celle du degré de stabilisation de notions jouant un rôle central dans la discussion mais ne faisant jamais l’objet d’un accord définitionnel préalable. Faut-il exiger une vaste opération de clarification sémantique comme préalable à toute construction conceptuelle ? Une exigence épistémologique minimale devrait l’imposer. Le malentendu sur les notions est, semble-t-il, de l’ordre du pré-scientifique ou de l’idéologique, et l’honneur du chercheur est de ne pas se laisser imposer des notions par la bureaucratie planétaire ou par tout autre lieu de production de mots, y compris par les milieux professionnels de l’urbanisme. Pourtant les choses ne sont pas aussi simples : les chercheurs les plus critiques à l’égard de ces notions à tout faire ne cessent pas pour autant de les utiliser de façon critique. La ville durable n’a rien d’un concept ; mais c’est une manière de désigner un horizon d’action et de constituer un monde commun. Que ce monde soit hybride (entre science et action, pour être simple) n’a rien de rédhibitoire : une telle hybridation pourrait au contraire désigner le régime de scientificité propre à nos savoirs, dès lors qu’un de leurs objectifs est la production de ce monde commun. On pourra objecter à ce point de vue qu’il est trop bien intégré dans l’air du temps pour être épistémologiquement honnête. Ne peut-on y voir métaphoriquement une idéologie de la participation citoyenne à la co-construction conceptuelle, une forme de populisme épistémologique ? L’affirmation de ce point de vue hybride comporte évidemment un risque : celui d’affaiblir le niveau d’exigence conceptuelle et de s’orienter vers une science sociale de service, conçue avant tout comme une activité de médiation entre des agents ou des institutions. Mais on peut compter sur la pulsion déconstructrice qui anime la communauté de la recherche pour recréer du dissensus au sein du nouveau monde commun. La stabilisation notionnelle reste donc un puissant enjeu dans un espace de discussion dont on sent qu’il est renouvelé. Nous savons désormais que nous sommes aussi des (co)producteurs de mythologies, dont nous reconnaissons principalement le caractère mythique lorsqu’elles commencent à perdre de leur force : ce savoir, fût-il négatif, ne constitue certainement pas une régression épistémologique.

11L’une des notions les plus utilisées, et les plus transversales, est celle de culture. On parle ainsi de cultures urbanistiques ou de cultures politiques. Il n’est pas besoin de rappeler le flou de la notion dans sa dimension anthropologique. Les multiples usages du terme renvoient à l’existence d’un ensemble de dispositions acquises dont on ne connaît vraiment ni le principe de production (expérience primitive du monde social, apprentissages collectifs, imposition normative, etc.) ni la durabilité de leur effet (comment passe-t-on d’une culture politique ou urbanistique à une autre, par exemple ?). Le caractère à la fois brumeux et omniprésent de la notion de culture ne renvoie pas seulement à un tic de langage ou à un effet de mode. Le terme vient concentrer, en un raccourci quelque peu magique, toutes les difficultés que nous avons à penser aujourd’hui la relation entre l’action individuelle et l’action collective. Les deux conceptualisations majeures disponibles, la théorie de l’habitus (ou si l’on préfère un vocabulaire plus neutre, le primat de la socialisation) et l’individualisme méthodologique (ou la théorie de l’acteur rationnel), ne satisfont plus les chercheurs. Simultanément la question scolaire des ressorts de l’action ne semble plus intéresser frontalement les équipes engagées dans la recherche urbaine. C’est vers une forme molle d’interactionnisme que la plupart des comptes-rendus s’orientent, d’où le recours fréquent à la notion de culture dont la plasticité permet de ne pas aller plus loin dans l’interrogation théorique. On ne poursuivra pas la réflexion à ce point : cela supposerait une véritable sociologie de l’usage des termes, de leur émergence, de leur appropriation collective et de leur déclin, dont nous n’avons pas les moyens. La notion de « montée en généralité », élaborée par Boltanski et Thévenot il y a une vingtaine d’années, est devenue un élément central dans la manière dont nous pensons, de manière parfois purement rhétorique, l’appariement des contextes et la sortie des logiques monographiques, alors que cette notion avait été forgée dans un autre cadre conceptuel, celui de la justification. Nous éprouvons une sorte de satisfaction à user de certains mots, non pas que leur pouvoir explicatif soit plus grand, mais parce qu’ils portent en eux une sorte de prime de plaisir intellectuel. Il resterait à élaborer l’analyse sociologique de ce plaisir, des conditions de son partage et des circonstances de sa disparition. Le terme de « champ » qui a fait florès, sans doute parce qu’il était susceptible des investissements les plus hétérogènes, entre aujourd’hui dans une phase d’obsolescence. Le pouvoir générateur de discussion et de reconnaissance mutuelle qu’il détenait a tout simplement disparu. En même temps, l’espace commun qu’il désignait, quoique imparfaitement, s’est délité, favorisant l’accumulation des approches singulières, sans doute favorisée par les contraintes inédites pesant sur les entrants dans le monde académique, qui doivent marquer leur originalité à tout prix et dont on attend plus que jamais une performance individuelle.

12Si l’intérêt pour l’épistémologie de la part des chercheurs ne se dément pas, la question des choix méthodologiques et de leur validation est rarement posée. Cette attitude est le lot commun des sciences sociales, qui préfèrent, lorsqu’elles abordent le statut des connaissances qu’elles produisent, prendre un tour réflexif plutôt qu’un tour évaluatif. La réflexion ainsi conçue développe de nombreux points aveugles, notamment quand il s’agit d’en venir à la pertinence des cadres d’analyse, aux échelles utilisées et à leurs principes d’emboîtement, et aux modes de construction de la comparabilité. La collectivité des chercheurs est en revanche plutôt consensuelle et franchement productive lorsqu’elle se livre à la généalogie et à l’analyse de la circulation de ce que Bernard Lepetit nommait des « réseaux notionnels ». C’est ainsi que nous disposons désormais des outils qui nous permettent de tracer les parcours de notions comme celle de gouvernance, de citoyenneté ou de réseau urbain et les transformations qu’elles engendrent par rapport à l’agenda collectif de la recherche et au mode de construction des objets. Une telle lucidité critique est salutaire, mais elle ne suffit pas à épuiser l’interrogation sur les méthodes et sur les pratiques de la recherche. L’épistémocentrisme des sciences sociales fait aujourd’hui l’objet d’un constat massif. Nous aimons les généalogies, la critique des institutions, la déconstruction et la mise au jour des intentions cachées. Si la situation présente offre moins de discours péremptoires et d’arguments d’autorité que les configurations antérieures, il n’en reste pas moins que l’hygiène critique, élément indispensable du retour réflexif, ne doit pas constituer la totalité de nos travaux. C’est pourquoi on doit s’efforcer de ne pas se limiter à la posture critique, même si elle est de nature à flatter l’ego des chercheurs et à conforter leur fantasme de maîtrise.

13Il est nécessaire pour finir, tout en restant dans un cadre épistémologique, mais en en renouvelant le genre et les pratiques, de faire quelques propositions en vue de renforcer l’espace commun que la recherche urbaine désigne et qui semble aujourd’hui manquer singulièrement d’unité. On se limitera à trois suggestions. La première consiste à s’interroger sur les limites de la référence à la diversité des expériences sociales de la ville. La diversité est en effet l’une des notions les plus prisées avec celle de complexité, qui fait l’objet d’une analyse décapante dans une autre partie de cette postface. L’usage intensif qui en est fait est souvent incantatoire : quel type d’intelligibilité peut-il sortir de la référence obsessionnelle à la diversité ? Il semble ici que la sortie salutaire de modèles excessivement normatifs d’explication des comportements urbains se paye par une incapacité de distinguer des cohérences et des modes d’explication. On se contente souvent d’enregistrer le bruit du monde, sans faire grand chose de cet enregistrement. Il conviendrait de s’efforcer de ne jamais se satisfaire du constat de la diversité des pratiques de la ville. Derrière la diversité se cachent des modes de coexistence, de concurrence et d’influence qui sont presque systématiquement sortis du cadre de l’analyse. Le primat de la diversité conduit à l’émiettement et à la parcellisation des constats. Il est un écran puissant à la capacité de développements synthétiques et à la comparabilité des analyses. Il est nécessaire de repenser la question de la diversité des pratiques de la ville à partir d’une réflexion renouvelée sur la théorie de la pratique. L’obsolescence des modèles d’intelligibilité établis a conduit à une sorte d’éparpillement interprétatif qui semble correspondre trait pour trait au foisonnement et au désordre des villes contemporaines, mais dont la fécondité n’est qu’apparente. L’effort collectif devrait porter sur la reconstruction de modèles d’intelligibilité peut-être moins englobants et plus attentifs aux émergences singulières que ceux dont nous nous sommes lassés mais nécessaires pour sortir des gratifications illusoires propres au constat monographique.

14La seconde suggestion porte sur la question des échelles. Il est inutile d’en souligner l’importance, puisqu’une bonne partie des discours sur la ville est centrée sur la question des modes de relation entre unités territoriales. L’objet « nouvelles technologies » n’a sans doute pas joué le rôle moteur qu’on pouvait attendre de lui pour faire avancer l’analyse de la recomposition des échelles territoriales. On pressent sans difficulté le caractère décisif du recours à la notion d’échelle lorsqu’on prétend contribuer à la reconstruction de modèles d’intelligibilité qui peuvent traiter simultanément le local en ses émergences les plus singulières et des transformations d’ordre global. Les recherches urbaines passent souvent de l’un à l’autre sans précaution excessive et avec une fécondité limitée. Une réflexion collective sur les « jeux d’échelle » s’impose. C’est une condition nécessaire de la comparaison des contextes ou du développement d’une problématique de la « traduction » des modes d’expérience de la ville. C’est aussi un impératif pour assurer la validation des assertions de portée générale. C’est enfin un moyen de penser à nouveaux frais la cumulativité des sciences sociales, naguère écartée d’un revers de main par Jean-Claude Passeron dans le Raisonnement sociologique, mais qui apparaît comme une exigence indiscutable, sinon toujours clairement formulée. La question des échelles est à la fois une question théorique, une question empirique et une question sociale (au sens où elle met en jeu les modes d’articulation de la collectivité des chercheurs). Il convient de revenir, dans la recherche urbaine, à des exigences collectivement acceptées concernant le mode de constitution et de traitement des corpus et aux assertions qu’on peut tirer de leur exploitation. Le caractère apparemment hétéroclite et foisonnant de la recherche urbaine, la coexistence en son sein de méthodologies et d’outils hétérogènes est moins un handicap qu’une opportunité. On sent une lassitude vis-à-vis de la logique de juxtaposition des travaux, et il est temps d’inciter à relancer le travail collectif dans cette direction. L’interdisciplinarité implicite déjà évoquée, ou à tout le moins la coexistence pacifique des manières de concevoir et de faire, en est un signe évident.

15La troisième suggestion porte sur la nécessité de développer la préoccupation collective pour le statut présent de l’expertise dans les mondes urbains. La construction de savoirs d’experts sur la ville constitue de plein droit une question épistémologique. Les principes de production de ces savoirs, leurs modes d’existence concurrentiels et les formes de justification qu’ils mettent en œuvre sont aujourd’hui essentiels dans la cité. Ils conditionnent toutes les réflexions sur les formes de participation démocratique et sur la recomposition de l’intérêt public. Ils posent le problème de l’articulation des formes de connaissance et de la circulation des savoirs. Plusieurs éléments relatifs à cette question ont été abordés lors du colloque, mais il est nécessaire de les mettre en cohérence et de fédérer les analyses, qui ne peuvent plus se limiter à la déconstruction de réseaux notionnels. C’est dans cette perspective qu’il faut inciter les chercheurs, y compris ceux qui se meuvent dans les mondes les plus qualitatifs et les plus interprétatifs, à s’engager dans un débat collectif portant sur les usages de la simulation, de la modélisation et de l’expérimentation. Si l’épistémologie des sciences historiques de type weberien évoquée plus haut semble mal se prêter à ce type de travail, au moins dans les interprétations postérieures à Weber qui en ont été données, on n’est pas forcé de faire du primat des contextes la loi d’airain de la production des savoirs. On doit aussi développer la part expérimentale qui est au cœur des sciences sociales, mais qu’on sollicite rarement. Préciser les conditions du recours à ces formes expérimentales dans les sciences sociales, voilà un projet sur lequel les recherches sur la ville peuvent s’engager avec des atouts plus importants que ceux qui existent dans d’autres secteurs.

16Jean-Louis Fabiani

SPATIALITÉ/SPATIALISATION DES PHÉNOMÈNES GÉRARD BAUDIN

REMARQUES INTRODUCTIVES

17Les recherches sur la ville ont peut-être ceci de particulier qu’elles concernent non seulement un domaine dont la définition suppose à elle seule investigations et polémiques mais également de nombreux aspects des rapports entre espace et société.

18En effet, la ville peut être considérée en tant que forme, plus ou moins concrète et définissable, ou encore comme acteur de productions nouvelles (ou plus nouvelles) ; ville en tant que creuset d’où émergent des phénomènes qui seraient particuliers ; ville comme lieu de déploiement spécifique de transformations de différents secteurs de la société (économique, technique, représentations…), transformations limitées, ou non, strictement à ce cadre.

  • 13 Ce n’est pas jouer sur les mots que de faire cette distinction. On peut en effet considérer que la (...)

19Une autre difficulté apparaît : doit-on se limiter à l’étude des manifestations dans (ou en version plus absolue : sur) l’espace physique de certains ou de la quasi-totalité des phénomènes sociaux13, autrement dit, de leur inscription concrète ? Si on répond positivement à cette question, alors l’espace serait plutôt envisagé comme un simple réceptacle des actions sociales, comme un écran de projection, sans effet retour ou effet propre. Mais on sait qu’une telle réponse s’oppose à d’autres : espace comme simple cadre d’effectuation versus espace comme possédant des effets propres ou versus espace comme affectant pour partie la forme de ces actions mais aussi leur contenu même. Bien que présentées ici caricaturalement, ces oppositions ou divergences continuent de nourrir un débat récurrent au sein de disciplines touchant à divers titres la spatialisation de l’action et de l’organisation sociale comme la géographie ou la sociologie, voire l’urbanisme.

20Si cette question est apparue en filigrane dans de nombreux travaux présentés lors de ce colloque de clôture, elle n’a pas été posée en ces termes : ce sont surtout des déclinaisons voire des tentatives implicites de dépassement de ce débat qui y ont été abordées.

21Au-delà des déclinaisons possibles, cette interrogation générale ne se limite pas à l’espace. Elle sollicite aussi un autre registre : les temporalités.

  • 14 Cf. Pierre Bourdieu, chapitre « Effets de lieu » in Pierre Bourdieu et alii, (1993), La misère du (...)
  • 15 Suivant la définition donnée dans Roger Brunet et alii, (1992), Les mots de la géographie, Paris, (...)

22Car si l’espace, dans sa concrétude et son inertie s’articule avec une autre dimension par définition mouvante – le temps –, il en accueille aussi quelques-unes de ses marques solidifiées : par exemple l’architecture particulière d’un édifice ou les traces (ou strates) de l’évolution de l’implantation des établissements humains et des groupes sociaux. Quelle que soit la position adoptée dans le débat mentionné plus haut, on ne peut néanmoins ignorer que l’espace cristallise, durcit des actions sociales. En ce sens, il est aussi ensemble d’indices, de référents, de preuves de relative stabilité, réservoir de signes qui sont autant de marques et de ressources – pour les individus comme pour les chercheurs –, telle la localisation vue comme topique sociale ou les dimensions des manifestations physiques de la structure sociale14. Mais, une lecture assimilant durcissement et stabilité à immobilité serait peu dynamique et surtout simpliste : persistance ne signifie pas pour autant fixité de l’espace ou plutôt des territoires entendus comme partie d’espace appropriée15. En effet, ces derniers sont soumis aux effets conjugués de multiples processus et phénomènes et parmi ceux-ci : qualification de l’espace et par conséquent transformations de ses caractéristiques ; dispersion et/ou polarisation de phénomènes ; mobilité des biens et des personnes ; impacts éventuels des nouvelles technologies d’information et de communication.

23De manière scolastique, l’examen de la spatialité peut être envisagé suivant deux pistes : la spatialité proprement dite en tant que privilège accordé à la manifestation et à l’inscription spatiales d’éléments ou d’événements sociaux (ce qui relèverait de l’examen d’un état) ; la spatialisation en tant que primat accordé aux processus d’inscription de ces éléments et aux transformations qu’ils subiraient (ce qui relèverait de l’examen de dynamiques). Or, les recherches menées dans le cadre de cette action incitative battent en brèche une telle distinction académique et montrent bien la complémentarité de ces deux approches : c’est souvent par un va-et-vient et l’instauration d’une tension entre elles que se joue la production de connaissances.

24Reste que les réponses aux questions précédentes sont à l’évidence variables suivant les objets et les disciplines. Car, ainsi qu’on l’a déjà noté, dans les références à la ville – d’ailleurs plus souvent considérée comme cadre que comme objet – les travaux issus de ce programme scientifique impliquent la mobilisation de disciplines qui se positionnent diversement dans le débat sur l’importance et le rôle de l’espace, en fonction de l’objet de leur visée et les modalités de sa mise en œuvre. Qui plus est, les courants de pensée qui traversent chacune des disciplines vont engendrer des options, inciter à tendre vers telle ou telle interprétation.

25Le contenu des recherches exposées affine et brouille davantage ces dernières considérations et ce pour plusieurs raisons. D’abord, la plupart des investigations font appel à plusieurs disciplines sans néanmoins toujours parvenir à un travail réellement interdisciplinaire. Ensuite et en la circonstance, les obédiences ne constituant pas des dogmes mais plutôt des points d’assise théorique, c’est en termes nuancés que les chercheurs s’expriment. Enfin et peut-être plus fondamentalement, si les investigations, tant dans leurs échelles d’analyse que phénoménales, démontrent la diversité des avancées de la connaissance dans le domaine considéré, elles interrogent aussi les modalités de la nécessaire cumulativité qui permettrait de confronter les acquis et de les mettre en perspective.

26Sous l’angle choisi pour évoquer les recherches initiées par l’ACIV, quatre thèmes nous semblent particulièrement révélateurs des débats scientifiques contemporains et propices à quelques commentaires. Il s’agit de la qualification de l’espace, des processus de dispersion/polarisation des phénomènes, de la mobilité et des impacts des nouvelles technologies.

LA QUALIFICATION ET SES DÉCLINAISONS

  • 16 Le fait de considérer l’étendue comme obstacle suggère de multiples interprétations : par exemple (...)

27La qualité de l’espace dépend, entre autres attributs, de son étendue. On peut d’ailleurs s’étonner de l’omission de cette caractéristique. La raison relèverait-elle de notre capacité à désormais concevoir voire embrasser un espace de plus en plus large grâce aux modes de communication contemporains, au point de négliger la distance ? S’agit-il d’une dévalorisation de cette caractéristique compte tenu d’une relative déterritorialisation de certaines activités économiques ; ou bien encore d’un déni de l’étendue car considérée comme un obstacle pour homogénéiser et/ou desservir un territoire16 ? Mais l’attribut de l’espace qui a été mis en avant est son occupation, qu’elle relève des groupes sociaux ou du type d’activité, de son accessibilité, laquelle déterminerait la valeur globale qui lui est accordée. Mais qu’en est-il de cette valeur ?

  • 17 Rappelons que cette remarque concerne de nombreux secteurs du champ des SHS. En effet, dans le cha (...)

28À l’instar d’autres travaux, ceux que nous avons considérés comme relevant de cette thématique ne se sont pas attachés en tant que tels à livrer une explication générale d’ordre théorique aux processus en cause, à commencer par ceux rendant compte de la fixation des prix du foncier en recourant par exemple aux apports de l’économie, de la géographie ou de la sociologie. C’est plutôt par l’étude fine d’objets concrets ou de variation de situations que ces derniers ont été saisis, par des « déplacements » aussi, adoptant de la sorte une posture qui privilégie un angle d’approche jugé pertinent pour explorer un questionnement lui-même considéré comme particulièrement heuristique17. Si une telle démarche fait que l’on perd souvent en cumulativité (entre autres du fait de la difficulté de montée en généralisation de monographies), elle est à l’origine d’une multiplicité de lectures, d’une profusion de matériaux déjà travaillés intéressant en l’occurrence le thème de la qualification.

  • 18 Et aussi, à l’intérieur de chacune d’elles, des pistes qui apparaissent pertinentes pour explorer (...)
  • 19 On préfère ici « raisonné » à « rationnel «, afin d’éviter l’opposition sur un même registre conce (...)

29Une des questions posées autour de ce thème concerne la mobilisation des catégories selon lesquelles on appréhende l’espace. Si elles dépendent des disciplines18 convoquées, elles sont aussi tributaires de ce que l’on pourrait appeler le « regard ». Certes, ce regard est fonction de la posture disciplinaire ou théorique – usant en cela de catégories « raisonnées »19 – il est aussi, plus banalement et en deçà, orienté par des représentations, des valeurs, des attentes qui sont autant d’autres catégories qui le façonnent et qui attribuent à tel ou tel lieu une valeur ou une autre. À ce propos, on peut d’ailleurs se demander ce qui, au travers des projets qui contribuent à la fabrication de la ville et à la production de milieux physiques ou d’ambiances particulières, renvoie à des impératifs écologiques et/ou à des postulats éthologiques. Il s’agit là d’une mise en perspective qui mériterait d’être prolongée et précisée.

30On a coutume d’opposer qualité et quantité d’espace. Or, la quantité ou, d’une certaine manière l’étendue, peut avoir un rapport avec la qualité par l’impact de processus économiques mais aussi proprement sociétaux. En effet et en la matière, il faut rappeler que la jouissance d’un bien quantitativement important, à qualité identique à un autre, permet souvent d’affirmer une situation et donc une position (sociale). Plus subtilement, cette surface appropriée, ce territoire occupé, permet aussi, en situation urbanisée, de mettre à distance toute installation jugée indésirable et donc, déqualifiante.

  • 20 Cette comparaison (e.g. insécurité/sentiment d’insécurité ; pollution atmosphérique/perception de (...)
  • 21 Les questions écologiques mériteraient une analyse spécifique. Ainsi, certains travaux sur les ind (...)

31Mais la quantité, entendue cette fois-ci comme unité de mesure d’un phénomène, constitue également un mode d’approche pour saisir la qualité, au sens de caractéristique(s) imputant éventuellement une valeur. Ainsi, des travaux qui ont exploré la « dimension verte » montrent, qu’au-delà des résultats obtenus, subsiste une part irréductible à la quantification : par exemple la perception ou non d’un « vert privé », débordant ou non sur l’espace public. On se trouve alors confronté à une question récurrente dans les investigations des sciences humaines : le rapprochement entre la mesure de phénomènes objectifs (la mesure d’un bruit, d’une distance…) et celle de la perception humaine et sociale de ces mêmes phénomènes20. Même si les ressorts de cette quantification doivent être rapportés à un cadre scientifique, on ne peut s’empêcher de penser aux usages urbanistiques de tels résultats et à une quête récurrente pour trouver (enfin !) – phantasmes des chiffres oblige – des certitudes et des étayages pour les projets d’aménagement21. De surcroît, c’est de la quantification possible des ambiances dont il est aussi question ici, problème qui rejoint celui de l’acception que l’on peut avoir par exemple de l’espace public (appropriable physiquement et/ou de manière perceptive) et des catégories mobilisées pour juger de la qualité. Cette voie se trouve être d’autant plus complexe à explorer eu égard à une propension contemporaine à valoriser le sensoriel, l’émotion, la labilité qui peuvent dévaloriser ou entrer en contradiction avec la fixité et la matérialité, par exemple d’une architecture.

32Enfin, cette thématique nous conduit à faire trois remarques finales.

  • 22 Il faudrait même ajouter que suivant les théories en la matière, on considérera qu’il peut exister (...)

33Il convient d’abord de rappeler qu’au-delà des rapports entre qualité et quantité et des processus qui procéderaient de la valorisation ou de la dévalorisation, ces derniers sont relatifs et ce dans un double sens : relatifs au sens où la valeur se mesure suivant une échelle et relatifs car sujets à des variations qui sont fonction des cultures ou des groupes sociaux22.

34De plus, qu’il s’agisse de la qualité ou de la quantité, une question importante subsiste : celle de l’usage des résultats de telles études. En effet, si on tend à indexer les formes de vie sociale à la morphologie spatiale, il est particulièrement tentant, à partir de ces investigations, de construire des indices ou des cahiers des charges qui prétendraient servir de référence pour guider l’action publique d’aménagement. Même si les politiques en « re » – requalification, réhabilitation, rénovation voire renouvellement… –, ne font pas référence explicitement à de telles constructions, il reste qu’elles s’en nourrissent, à témoin les normes appliquées dans la réhabilitation, ou l’impératif de mixité.

35Enfin, derrière cette thématique de qualification, pointe la question de la valorisation de territoires et par là même celle de la dévalorisation d’autres espaces, laissés pour compte, suivant des processus qui procèdent relationnellement, autrement dit par comparaison de qualités et/ou de potentialités qu’offre tel ou tel espace. Il n’est que de penser aux nouveaux quartiers d’affaires et à des territoires en déshérence qui, il y a quelques décennies, accueillaient des activités industrielles ou d’extraction de matières premières.

POLARISATION ET DISPERSION DES PHÉNOMÈNES

36La concentration des phénomènes ou à l’inverse leur dispersion serait consubstantielle au processus d’urbanisation et aux mutations qui affectent tant les formes de groupements que leur contenu. Les questions sous-jacentes appellent de nombreux registres économiques et sociaux. En effet, il s’agirait d’analyser l’occupation de territoires par le bâti, les transports, l’implantation d’activités, les mutations de territoires au sens de transformation de leur contenu voire leur valeur et leur place relatives dans un ensemble plus vaste. L’échelle de saisie de ces phénomènes affecte notablement leur compréhension. Par exemple, à la prolifération de centres commerciaux considérés à l’échelle d’une agglomération peut être opposée la raréfaction de commerces de proximité à une échelle plus petite. On pourrait d’ailleurs étendre ce raisonnement à l’échelle nationale ou mondiale.

37Une question importante posée par ces processus de polarisation et de dispersion a trait à l’identification des phénomènes concernés ou plus exactement de leurs ressorts.

38S’il est indiscutable que la répartition spatiale des populations et des activités est aujourd’hui soumise à des changements importants voire brutaux, mouvements qui excèderaient une simple modalité de déploiement, est-ce que cela nous contraint pour autant à changer de registres explicatifs ? Un exemple nous semble particulièrement significatif : celui de la répartition spatiale des groupes sociaux. Certaines études tendent à montrer que la ségrégation augmente, d’autres non. Derrière la diversité de ces résultats, que doit-on considérer : le développement de gated communities comme préfigurant une sécession sociale ou bien l’absence d’une évolution significative de la répartition de groupes sociaux au sein des agglomérations (ni polarisation, ni sécession) ? Comme le pensent certains, est-il plus fécond d’analyser la « question urbaine » ou de se référer à une « question sociale » qui serait moribonde ou encore faut-il privilégier une moyennisation de la société plutôt que l’interprétation en termes de classes, miser sur l’avènement de l’individu et de nouvelles formes de sociabilité en remettant en cause d’anciens schémas explicatifs ?

  • 23 On peut rapprocher ce débat de celui qui a lieu à propos des théories de S. Sassen lesquelles semb (...)

39Des recherches évoquent l’apparition de nouvelles figures territoriales comme les lieux d’échanges « hyper modernes » bâtis sur des nœuds de communication, des centres d’affaires et commerciaux, figures qui seraient annonciatrices de formes de groupements et de gestion inédites. D’autres travaux concluent cependant en termes nuancés quant à la rupture que ces espaces constitueraient. Outre le problème posé par la relation (ou son absence) de tels dispositifs spatiaux avec leur environnement immédiat (extra-territorialité), on assisterait plutôt, à l’instar de ce qui se passe en termes de commerce (commerce électronique/commerce traditionnel) à une cohabitation entre réseaux et territoires existants. D’ailleurs, ces mêmes études nous invitent à la prudence quand elles notent que les figures engendrées par les firmes ne sont finalement pas si différentes que celles, bien plus anciennes, liées aux manufactures23.

40Trois dernières remarques méritent d’être faites.

41La première concerne les implicites de telles interrogations. Les débats sur ces processus présentés en termes de concentration ou de dispersion débouchent souvent sur une dimension éthique et prescriptive qui renvoie à la conception de l’organisation sociale et de son déploiement spatial, aux implicites de l’action publique : les réflexions sur la mixité (qu’elle soit sociale ou urbaine), ou encore celles portant sur les conséquences (modes de vie, rapport au travail…) de mode d’implantation des activités en fournissent deux exemples.

  • 24 Cf. Les transferts des analyses en termes de systèmes complexes inspirés de la biologie et de la c (...)
  • 25 Sans être pour autant le résultat d’une forme institutionnelle nouvelle, le débat sur l’aménagemen (...)

42Ces processus nous invitent aussi à poursuivre la confrontation (ou l’utilisation alternative) des outils classiques de pensée avec des modes de saisie plus contemporains fréquemment inspirés des sciences dures. C’est le cas des analyses faisant valoir des logiques planiques et de surface qui peuvent être amendées voire remises en cause par des analyses en termes de réseaux24. À ce propos, il a été noté que la spatialisation de nouveaux dispositifs institutionnels conduit à concevoir des projets qui sont moins assujettis à un territoire restreint et clairement délimité, prenant place dans une hiérarchie. Ainsi, le regroupement de communes, la prise en compte de l’échelle d’une agglomération affectent le contenu et la forme des interventions urbanistiques25.

  • 26 Cette persistance de la référence au « centre » doit aussi être rapportée à un système de pensée q (...)

43On sait que depuis au moins un siècle toutes les activités humaines ne sont pas déclinées à partir d’un centre. Mais à notre avis, cette notion continue de formater notre pensée, au moins dans l’espace européen et plus particulièrement dans un pays comme la France avec ses traditions jacobines. La « rupture épistémologique » n’est pas toujours complète et quoi qu’on en pense, le centre perdure comme foyer de valeurs dont la périphérie ne serait qu’une déclinaison altérée, comme densité historique ou comme lieu cardinal de l’espace public. Ceci expliquerait pour partie les quelques réticences à raisonner en termes de réseaux, la difficulté de faire le deuil de cette référence dans nos représentations, au moins pour penser nos activités les plus quotidiennes26. D’ailleurs et au-delà de la recherche d’une plus grande pertinence scientifique, on peut se demander si la mobilisation de ces approches « réticulées » ne procède pas également d’une volonté de se démarquer vis-à-vis d’un raisonnement « traditionnel », en convoquant aussi des disciplines plus « dures » – économétrie, informatique voire physique – favorisant la prise d’écart d’avec le sens commun (ou la science commune !), au risque de s’éloigner de la spécificité de la chose sociale.

44Enfin, comme nous l’avions mentionné à propos de la qualification, polarisation et dispersion ou encore centrifugation relèvent de processus qui doivent être saisis dans le temps. Les décalages chronologiques ou coïncidences ou encore la synchronie avec d’autres processus ou phénomènes, les temporalités et les rythmes qui leur sont intrinsèques constituent des éléments renvoyant à des questions méthodologiques (unité temporelle d’observation) voire théoriques (opposition structure/événement, historicité et anachronisme). Il conviendrait aussi d’ajouter la tentation de la nouveauté paradigmatique au sens où, au-delà d’un renouvellement ou d’affinement des méthodes d’approche, la séduction opérée par les « nouveaux phénomènes » peut amener certaines recherches à mettre l’accent sur ce qu’elles prennent pour de l’inédit.

MOBILITÉ, NTIC : ÉLÉMENTS D’UN AGGIORNAMENTO ?

45La mobilité des personnes, des biens réels ou plus virtuels et les nouvelles technologies d’information et de communication apparaissent a priori emblématiques de thèmes propres à renouveler les interrogations sur la place qui serait désormais dévolue à l’espace dans ses rapports avec l’activité et l’organisation sociales. À l’instar des recherches produites dans d’autres domaines, celles qui abordent ces questions sont fondées sur la construction d’objets précis, livrant de la sorte des résultats certes partiels mais riches d’interrogations. On peut y retrouver, sous une autre forme, quelques questions qui ont déjà été évoquées telle celle ayant trait à un classement/déclassement qui résulterait de la mobilité dont font preuve les individus ou les groupes sociaux. Si dans les études, il s’agit toujours de mobilité physique au sens de déplacement, quels qu’en soient les motifs, il y a, implicitement, un jugement porté sur ces pratiques ou plutôt sur l’aptitude à exercer celles-ci : par exemple, la ségrégation résulterait d’une difficulté à s’affranchir du territoire, valorisant implicitement de la sorte les capacités à bouger. Des travaux analysent les conséquences des nouvelles technologies sur certaines formes de mobilité et, par là même les rapports à l’espace : l’utilisation de téléphones portables donnent une adresse sans que celle-ci soit toujours référée à un lieu, les appareils de localisation livrent des informations éphémères… Dès lors, les notions de frontières et de limites doivent être repensées dans leur fixité, dans leur « effet barrière », peut-être également dans la spécificité même des caractéristiques qu’elles attribuent aux territoires ainsi balisés.

46Mais mobilité ne signifie pas mouvement brownien, elle possède ses logiques, ses ressorts et, eu égard à notre propos « spatial », ses trajets et ses pôles de rassemblement, cycliques, éphémères mais aussi sélectifs. Elle a des impacts sur l’aménagement : l’appropriation régulière de territoires par des groupes sociaux affecte le type d’investissements dont ils peuvent être l’objet.

47Loin d’être uniformes et « rationnelles », ces pratiques de mobilité font apparaître des décalages ou paradoxes dans leurs rapports avec les nouvelles technologies. Par exemple, si ces dernières tendent pour partie à extraire nos activités du sol, on parle même d’entreprises footless, il reste que les conversations téléphoniques au moyen d’un portable incluent une question rituelle : « où es-tu ? ». Parmi d’autres conséquences, l’usage d’instruments de repérage et de communication portables modifie certes la perception que l’on peut avoir de l’espace-temps, nos formes de sociabilité mais, en effet retour, il intervient aussi sur notre identification. Ces nouvelles technologies nécessitent néanmoins la mise en place de dispositifs concrets, autrement dit une inscription dans un espace et, s’il existe des satellites au-dessus de nos têtes, des études montrent que, le plus souvent, les nouveaux réseaux suivent des tracés déjà utilisés par les anciens (routes, voies ferrées)… Plus généralement d’ailleurs, les manifestations spatiales de ces nouvelles technologies (si toutefois cela ne relève pas dans certains cas d’un paradoxe) ne sont pas aussi perceptibles ou emblématiques qu’on pourrait le penser : au-delà de quelques interventions urbanistiques et architecturales qui se veulent signifiantes, c’est le plus souvent dans le réaménagement de bâtis existants ou du tissu urbain actuel qu’on en trouve les traces.

48Ces quelques remarques montrent assez qu’on ne peut s’en tenir à un constat alternant la déploration ou les promesses d’un monde nouveau, les bouleversements ou les changements superficiels. Par exemple, s’il y a diversification des modes de distribution de certains biens (vente en magasins, par internet) celle-ci n’interdit pas l’apparition dans le centre des villes européennes de lieux plus traditionnels que les centres commerciaux. De même les téléconférences et autres modes contemporains de débat et de réunion ne se substituent pas à la demande de face-à-face. Il convient donc, comme les résultats des travaux concernés l’ont montré, de ne pas céder à des positions caricaturales, désespérées ou enchanteresses, souvent adoptés par une littérature qui relève plus de l’essai que de véritables investigations scientifiques fondées sur des données empiriques contrôlées. C’est d’ailleurs l’exigence requise pour construire un objet de recherche et la mise à l’épreuve rigoureuse d’hypothèses qui offrent la possibilité d’échapper à ce travers.

  • 27 Il va de soi que ces « problèmes » n’ont pas la prétention de constituer un programme de recherche (...)

49Reste que les analyses de ces changements de pratiques et du développement de ces technologies doivent se poursuivre pour éclairer quelques problèmes particulièrement articulés avec la question spatiale, que ceux-ci en soient affectés de manière radicalement différente ou non, y compris dans leur nature27.

50Trois axes illustrent cette préoccupation.

  • Le premier d’entre eux concerne l’espace public. La mobilité et les nouvelles technologies posent la question de l’articulation entre plusieurs acceptions de la notion : espace physique/espace virtuel, espace d’usage public/espace de statut public, espace d’expression de débat/espace de consommation collective. Plus explicitement, il serait par exemple prometteur d’ordonner en les problématisant les analyses existantes (ou encore à mener) sur la complémentarité ou la substitution (suivant quelles modalités, avec quels effets… ?) d’un espace de débat public ou de consommation, qu’il soit réel ou virtuel. Autre exemple puisé cette fois dans les processus de polarisation et de dispersion : quels sont les attendus et les conséquences de la privatisation relative de ce qu’on considère habituellement comme de l’espace public qu’il s’agisse des voiries et des « espaces verts » présents dans les ensembles d’habitation voire dans certains lotissements périurbains quand ce ne sont pas des quartiers entiers qui annexent de l’espace qui dès lors n’est appropriable que par une seule frange de la population ? Comment se pose la question des limites physiques mais aussi juridiques et celle des impacts financiers de telles dispositifs spatiaux ? Dernier exemple, inspiré davantage par le thème de la qualification : quid de la polyvalence ou de la spécificité fonctionnelle de tels espaces, des critères de valeur qui leur sont appliqués (ou en ressortant) et, partant, leur place dans l’élaboration de projets d’aménagement, tant dans l’affirmation d’un parti que dans le processus de conception ?
  • Un second problème concerne les rapports entre le politique et le territoire. Si l’on pose l’hypothèse selon laquelle le politique a besoin d’un territoire pour pouvoir se fonder et trouver une assise pour son discours voire son action, comment s’accommode-t-il des recompositions territoriales, qu’elles soient le fait du législateur, d’une réinterprétation volontariste ou encore d’une adaptation contrainte ? Cette interrogation générale appelle tant une analyse renouvelée de la nature du local si ce n’est de son existence même, qu’une analyse de la hiérarchie des niveaux de décision (peut-être même de la validité de cette notion) ainsi que des temporalités et des dispositifs d’action. De plus, si comme on le notait précédemment, l’espace public, qu’il soit de débat ou de consommation, tend ou physiquement à se restreindre, ou à échapper à la puissance publique pour tout ou partie – résultat d’une coopération avec le privé –, dans quelle mesure et suivant quelles modalités ce changement de donne affecte les attributions du politique et ses manifestations (le discours en particulier) dont il était jusqu’alors porteur ? Plus généralement, comment les élus peuvent-ils composer avec des processus de valorisation mais surtout de dévalorisation de territoires qu’ils semblent moins maîtriser que par le passé et ce, dans des domaines aussi divers que l’aménagement ou que la concurrence au sein du champ politique ? Ces questions relatives à l’intervention du politique interrogent la place que revêt l’espace dans l’action publique d’aménagement. Schématiquement, pour le raisonnement qu’on appellera spatialisme, la vie sociale est éminemment tributaire de l’espace au point qu’il en modifierait grandement ses caractéristiques. Une des conséquences d’une telle posture serait que l’espace, suivant un corollaire inverse, constituerait un bras de levier essentiel pour agir sur le social. À la base de ce raisonnement, se trouve également l’idée selon laquelle l’espace serait un média permettant de lire la société avec l’évidence qu’autoriseraient une perception présumée neutre et la prégnance concrète de phénomènes qui s’imposeraient dès lors à nous. En bref, mélange de transparence, de densité et de principe efficient (presque au sens chimique du terme), l’espace serait de la sorte et simultanément révélateur de rapports sociaux désormais limpides et moyen d’intervention sur eux. Alors, est-ce que ce raisonnement est affecté par les changements de la conception de l’action publique, de l’organisation territoriale imputables au politique et par les recompositions territoriales, qu’elles soient dues à l’accélération de la mobilité des biens et des personnes et aux impacts des nouvelles technologies ? Plus précisément comment le spatialisme peut-il composer avec la diversité des rythmes et des échelles voire des univers respectifs de l’activité économique et de l’action publique. Autrement dit, un tel argumentaire est-il encore de mise s’il présuppose d’une part une relative stabilité des ingrédients entrant en jeu dans l’aménagement et d’autre part une conception républicaine du politique ?
  • Enfin, une dernière question intéresse l’espace en tant que ressource pour l’identité et l’identification. La mobilité, la dispersion ou la polarisation, la qualification de l’espace en fournissent autant de points d’entrée. Comment peuvent se concilier ancrage dans un territoire, mobilité, appariements sélectifs, autant de configurations des rapports articulant identité des groupes et des personnes avec les territoires ? Si ce n’est le cas, l’exclusivité ou le privilège accordé à l’une d’entre elles résulte-t-elle uniquement d’une variation d’échelle d’appréhension ou bien de la prévalence attribuée à une posture théorique ou encore de la spécificité de l’objet de recherche ?
  • 28 Encore faudrait-il rappeler que la mobilité ne renvoie pas, en fonction des pratiques, aux mêmes a (...)

51Au vu des résultats d’études concernées, il semble bien que l’espace joue encore un rôle important comme référence identitaire par exemple en tantque territoire, autrement dit comme espace « habité » ou approprié. À l’opposé d’individus attachés à un territoire unique dans lequel s’effectuerait la plupart de leurs activités, les « hypermobiles » se réfèrent et sont référés à l’espace. Même pour ces personnes très mobiles, à opposer au cas extrême d’un territoire unique dans lequel se déploie la quasi-totalité des pratiques, l’espace constitue une ressource puisque condition de cette mobilité laquelle est à l’origine d’une caractérisation de ces mêmes personnes28.

52Le territoire contribue encore à classer socialement – ou identifier – les groupes qui l’occupent et à ces groupes de s’en sentir y appartenir. En témoignent entre autres « l’effet d’adresse » ainsi que le pouvoir de mettre à distance les « indésirables » par des barrières symboliques ou en certains cas physiques. L’entre-soi perdure mais sous des formes multiples. Ainsi à une forme résultant d’accumulation de processus relativement lents, fondée aussi sur des divisions institutionnelles, se juxtaposent deux formes électives plus brutales que sont les regroupements dans des lotissements fermés et les cercles de relations peu territorialisés que permettent les nouvelles technologies.

53Mais il semble que nous sommes désormais en présence d’une appartenance à de multiples territoires aussi bien recomposés par des phénomènes économiques, institutionnels ou encore techniques que par l’appréhension itérative ou simultanée d’espaces qui servent de références identitaires. Au-delà de l’image du local souvent représenté par la commune, certaines figures comme le quartier ou le « village » appliquées à un cadre urbain restent des bases fortes d’identification, fusse sur le mode mythique d’un microcosme où côtoiements de tradition et de modernité, de différentes catégories sociales donneraient corps à une naturalité de regroupements d’individus, comme s’il s’agissait d’un patrimoine – physique et social – qu’il fallait défendre. Mais ce recours n’est généralement pas un repli : il n’exclut nullement l’ouverture vers un ailleurs multiple. Dès lors, il s’agirait de connaître comment nous vivons ces espaces et suivant quel usage nous nous y référons : sont-ils ou non hiérarchisés, par exemple à partir d’un centre ? La succession d’espaces de références signifie-t-elle atomisation de l’identité ? Comment s’arrangent précisément multi-appartenance et identité personnelle et groupale ? Quelles seraient les conséquences de cet arrangement sur la structuration de la société globale ?

54La spatialité et les modalités de spatialisation de phénomènes apparaissent nouvelles, peut-être moins qu’on le prétend… En effet, ces nouvelles figures, ces nouveaux processus ne paraissent-ils pas inédits en raison des interrogations sur des schémas explicatifs anciens ou sur des plus récents, pour les premiers à propos de leur aptitude à expliquer ces phénomènes, pour les seconds quant à la robustesse de leur assise…

55C’est là une raison supplémentaire pour poursuivre ces recherches, les cumuler et les confronter.

56Gérard Baudin

CRISTALLISATION ET INSTITUTIONNALISATION DES RAPPORTS ENTRE ESPACES ET SOCIÉTÉS LAURENT DEVISME

57De manière générale, on peut dire que les faits et les problèmes auxquels la recherche urbaine s’intéresse sont des phénomènes qui interpellent la dimension spatiale des sociétés et plus précisément comment celles-ci « s’arrangent » avec les distances et les proximités qui ont certes une composante spatiale mais aussi, bien évidemment des déterminants d’autres dimensions (politique, économique…). Au sein de cet ensemble, nous voudrions attirer l’attention sur le vecteur qui consiste à agir sur les rapports entre espaces et sociétés afin de les stabiliser, contraindre, dynamiser... La caractéristique de ce vecteur est d’impliquer des volontés, des technologies, des appareils, bref un ensemble « d’équipements » ayant un pouvoir de cristallisation voire d’institutionnalisation des rapports entre espaces et sociétés – ces médiations n’épuisant pas les rapports entre espaces et sociétés ; cf. la contribution de Gérard Baudin au sujet de la spatialité et des phénomènes de qualification et d’identification.

58Trois thématiques, non exhaustives, peuvent contribuer à identifier ce vaste sillon de recherche et sourdent de prises en compte nouvelles dans ce domaine avec soit des actualisations de questions plus anciennes, soit le recours à de nouvelles grilles de lecture. Les problèmes sous-jacents sont à la fois théoriques et « de société », reflets de préoccupations dont on s’attachera à pointer ce qui les caractérise dans leur actualité. La première thématique renvoie aux enjeux généralement ramassés sous le vocable injonctif de la gouvernance, la deuxième renvoie au renouvellement des enjeux de la participation dans le cadre de la démocratie locale, la troisième questionne le rôle des objets et des dispositifs dans les médiations socio-spatiales.

  • 29 Entretien avec Thierry Paquot, Urbanisme, n° 302, 1998.

59Enfin, l’action sur les rapports espaces-sociétés est sûrement indissociable de représentations spécifiques la nécessitant, de grilles de lecture organisant le monde. Les liens entre l’âge d’or de l’aménagement du territoire et des travaux géographiques et économiques sur l’armature urbaine dans les années soixante sont bien connus à cet égard. Nous voudrions, en pointant la fortune du rapport centre/périphérie et son actualité, inviter à mieux considérer un certain nombre de grilles de lecture, inciter à un « calme examen des faits urbanistiques » qui suppose de ne pas changer d’appareillage notionnel plus vite que les réalités sociales. Comme le disait Manuel Castells avec quelque ironie : « en France, on est si intelligent qu’on analyse les phénomènes avant qu’ils se produisent »29.

LA RÉGULATION DES FORCES CONTRADICTOIRES, LA GOUVERNABILITÉ DES MÉTROPOLES

  • 30 Ulrich Beck, (1986-2001), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammari (...)
  • 31 Cf. François Ascher, (2000), Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. (...)

60Les interactions et les co-déterminations entre espaces et sociétés gagnent sûrement en complexité, ce que des notions de la systémique peuvent aider à désigner : feed-back imprévus, entropies accrues… Cette complexité croissante a rencontré et renforcé une notion de plus en plus chargée, en l’occurrence celle de risque, avec une interprétation globale d’Ulrich Beck dans La société du risque30. Selon lui, l’apparition du risque, c’est la disparition de ce que les économistes appellent les externalités et désormais l’impossibilité d’imputer des situations de menace à des causes externes. La nature, devenue seconde nature, est intégrée aux débats politiques et sociaux, ce qui complexifie en effet les problèmes par rapport à la manière de les régler dans les sociétés modernes industrielles. Il n’existe plus aucune réserve où l’on puisse rejeter les dommages collatéraux de nos actions. Les sociétés sont devenues des manufactures de risques. Pour quelques auteurs, les sociétés contemporaines sont alors d’abord réflexives, hypermodernes plutôt que postmodernes31. Cette complexité explique aussi l’impact idéologique de plus en plus fort de la référence au développement durable cherchant à concilier efficacité économique, équité sociale et protection de l’environnement – les différences restant de taille entre un pôle anthropocentré et un autre écocentré parfois proche de mouvements de la deep ecology.

61La recherche urbaine récente a montré l’érosion du rôle de l’État dans ses capacités d’institutionnalisation, au profit de régulations locales, régionales et de tentatives de cadrage supra-étatiques, via des directives européennes par exemple. Avant de considérer les relations entre pouvoirs territoriaux d’échelle différents, évoquons un pouvoir spécifique, probablement accru et qui émerge dans des dispositifs liés à l’histoire de l’urbanisme commercial. Ces dispositifs ont pour caractéristique d’être efficaces quant à la régulation des flux et l’on peut les considérer comme « hyper-gérés ». De fait, certains lieux évoqués par Marie-Christine Jaillet dans la présentation de l’atelier Modifications d’échelle, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance – centre commercial, gare, centre-ville investi par un manager d’espace public – désignent de tels processus d’hypergestion amenant à des espaces sécurisés, surveillés, policés, amenuisant si ce n’est détruisant les soulèvements, les surgissements et les côtoiements d’altérités. Cette tendance est parfois liée à des concessions par le secteur public, à des délégations de gestion à des opérateurs privés dans des contextes où les collectivités locales apparaissent parfois démunies face à l’étendue et aux conséquences de leurs prérogatives. Les analyses relatives à l’hypergestion, à une nouvelle étape du gouvernement, peuvent rencontrer celles qui interrogent les phénomènes sociaux et économiques relevant du « retranchement urbain » : économies de club régissant des complexes résidentiels sécurisés, fonctions externalisées et renforcées de contrôle des frontières de vastes propriétés privées… Quelques analystes ont mis en exergue comment les aspirations de cet ordre sont à relier à une mobilité croissante des ménages amenant par compensation une volonté de maîtrise des espaces du proche (traduite dans la force de l’image du village ainsi que dans un grand nombre de références à la proximité). Cette logique de compensation n’est pas sans poser quelque inquiétude du point de vue politique.

  • 32 B. Jouve, D. Guéranger in B. Jouve, C. Lefèvre (dir.), (2004), Horizons métropolitains, Presses Po (...)
  • 33 Cf. les analyses très utiles de Jean-Pierre Gaudin dans Pourquoi la gouvernance ?, Paris, PFNSP, 2 (...)

62Pour faire retour sur l’amenuisement de l’État, on peut considérer le thème de plus en plus présent des politiques publiques, reflet des préoccupations de l’ordre de la régulation. Leur analyse revient souvent à montrer l’émergence des pouvoirs décentralisés et les interférences possibles avec le niveau étatique. Sont à l’œuvre en effet des stratifications différentes de rapports aux territoires et donc des phénomènes de discordances voire de « bruit » dans les sphères institutionnelles. Une hypothèse implicite est récurrente, avec l’idée que le retrait du niveau étatique d’organisation correspondrait à un accroissement automatique des marges de manœuvre locales. Or différents types de relations de dépendance se mettent en place et s’approfondissent (entre collectivités locales au sein d’une structure intercommunale, entre État et régions via les contractualisations, entre l’Europe et les agglomérations). Ces dépendances ne sont le plus souvent pas hiérarchiques mais relèvent de contractualisations qui conditionnent des financements, une vitrine, la mise en réseau et reviennent à un mode moins lisible d’organisation sociétale, pas nécessairement plus stable – ce que l’on est pourtant en droit d’attendre en termes par exemple de continuité du service public. En outre, des cas de « bricolages institutionnels et organisationnels »32, de même que la perspective de développement de partenariats public-privé (PPP) ne sont pas forcément le gage de gouvernances clarifiant les relations entre « société civile » et pouvoirs métropolitains à la teneur souvent fortement technocratique. D’où la préférence possible pour le vocable de la gouvernabilité ou de la gouvernementalité métropolitaine, ne présupposant pas, à l’inverse de l’invocation de la gouvernance, de « bonnes pratiques » ou une situation forcément concertée33. Il reste décisif de porter attention aux fabriques de l’intérêt général (sans présupposer qu’un acteur l’incarne « naturellement »), ce qui ne revient pas à simplement documenter des conflits de rationalité dans une posture relativiste plaçant en équivalence différents intérêts ou systèmes de préférence.

LA SOCIÉTÉ CIVILE ET LA PARTICIPATION. RAPPORTS ENTRE POLITIQUES, TECHNICIENS ET HABITANTS

63Relancer des chantiers cognitifs relatifs à la concertation ou à la définition des publics concernés par des changements spatiaux peut se motiver de plusieurs manières. Il y a il est vrai l’intérêt de déconstruire la « société civile » qui est tout sauf homogène et qui, traversée de rapports de forces, mobilise un ensemble trop important pour être opératoire : quoi de commun entre des think tanks ou des lobbies largement financés par le privé et des groupes d’usagers balbutiants ? Du côté politique, comment impliquer à nouveaux frais, et par quels moyens, ceux qui se trouvent être le « non-public », les « non-concernés »… ? Les Conseils de Développement encouragés et installés par la loi donnent à voir la mobilisation de collectifs hétérogènes et mériteraient des analyses comparatives à la fois dans l’optique de comprendre la genèse de telles instances propositionnelles (veilles aux contours encore peu stabilisés) et dans l’interrogation des manières contemporaines dont se définissent des contextes d’action.

64Il y a ensuite l’idée que les analyses actuelles du fonctionnement de la « démocratie locale » ne permettent pas toujours une mise en perspective avec les luttes urbaines des années soixante-dix et avec l’appareillage théorique alors mobilisé pour les appréhender (cf. par exemple les débats alors vifs relevant des théories de la planification, les contre-propositions de l’advocacy planning face au modèle comprehensive impliqué par des master-plan). Certes la science politique déploie bien des outils et paradigmes sur la question, mais c’est parfois justement avec une certaine négligence de la dimension spatiale qui n’est alors que simple projection au sol des rapports sociaux, plutôt appréhendés de nos jours via des « jeux d’acteurs ».

65Il y a aussi l’importance de comprendre la diversité des pratiques participatives qui, instituées ou confortées via la mise en place obligée par la loi de conseils de quartier dans les villes de plus de 80 000 habitants en France, ne sont pas moins diverses, entre approfondissement d’une voix officielle, récupération des initiatives citoyennes, développement effectif de la citoyenneté… Le prisme participatif peut être une jauge efficace pour le questionnement des idéologies territoriales à l’œuvre, pour la comparaison des modes d’exercice des pouvoirs locaux, pour l’interrogation de l’effet quartier ou de la lente montée en charge de nouvelles échelles géographiques de référence.

  • 34 M. Callon, P. Lascoumes, Y. Barthe, (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie (...)

66Pour toutes ces fenêtres, le questionnement du dispositif, des modalités de participation, est décisif : enveloppes budgétaires ou non, moyens humains (chargés de quartier) ou non, place relative dans l’organigramme municipal ou communautaire des instances de quartier… S’il y a de bonnes raisons de penser à un développement de plusieurs figures d’une citoyenneté locale, l’analyse plus poussée peut porter à l’inverse à pointer les effets pervers de la focalisation sur le quartier (tendances à des démocraties locales communautaires pour lesquelles priment des logiques affinitaires) ou à considérer les effets de la professionalisation de certains mondes associatifs qui, à l’épreuve de leur crédibilité, sont amenés à déployer une expertise de plus en plus fine. Caractéristique de la démocratie technique diraient Callon, Lascoumes et Barthe34, c’est indéniable, mais cela ne doit pas éviter de poser certaines questions ni de considérer l’urgence de repenser l’éducation populaire ou l’accessibilité maximale de la formation sur des sujets ne relevant pas seulement de crises sanitaires ou environnementales.

  • 35 Cf. les ouvrages d’Isaac Joseph ainsi que les travaux de Samuel Bordreuil.

67Enfin, la représentation d’un triptyque de l’action locale est devenue commune : politiques, techniciens et habitants figureraient aux extrémités d’un triangle. Cette image est d’emblée vertueuse car elle déroute des analyses dualistes (le conçu versus le vécu, les institutionnels contre les habitants) mais les triangulations postulées ne rendent pas forcément compte de l’inégalité des capitaux participatifs de ces différents pôles. Il semble en outre que la part des professionnels dans l’élaboration et la conduite de politiques publiques soit d’autant plus forte que les territoires impliqués sont plus larges. Ce qui mérite de regarder de plus près le fonctionnement des structures des agglomérations et la manière dont des projets, dispositifs, cherchent à augmenter la conscience d’agglomération voire de métropole des habitants, rejoignant un enjeu de visibilité citadine déjà documentée par certaines micro-sociologies35.

LA CONTRIBUTION DE L’URBANISME À LA DIALECTIQUE ESPACES/SOCIÉTÉS. LA PLACE DES OBJETS

  • 36 Distinction proposée par Yves Chalas, s’appuyant sur le philosophe G. Vattimo.
  • 37 Et sur le rapport connaissance/action, il faut au moins signaler l’impossibilité littérale de l’ac (...)

68Tout un sillon de recherches a pu cultiver la manière dont les pratiques urbanistiques sont intrinsèquement prises dans une dialectique entre espaces et sociétés. C’est en ce sens que ces pratiques peuvent être qualifiées de technico-politiques, la dialectique étant à la fois intentionnelle et émergente. On connaît certes les fantasmes des urbanistes démiurges et leurs pensées non timorées de la « forme formante ». On connaît surtout, depuis les années quatre-vingt, quatre-vingt-dix la critique de telles inspirations et de leurs concrétisations massives, souvent aujourd’hui pointées pour leur mégalomanie et désignant le projet moderne-type. Plus généralement, la caractérisation du passage d’un urbanisme à pensée forte à un urbanisme à pensée faible est probablement heuristique36. Cela dit, sans cette dimension, que reste-t-il aux urbanistes ? Il nous semble en effet que le spatialisme provient directement d’un impératif d’action et qu’il permet une transmutation des rapports sociaux en rapports concrets. Les mythologies urbanistiques qui en découlent prennent la force du code permettant l’échange, elles permettent d’agir à défaut de connaître37. S’il faut donc des garde-fous à de telles pratiques, permettant précisément la venue au monde de conflits en la matière, il est à craindre que l’incorporation même, chez les urbanistes, des doutes quant à la portée de la transformation spatiale se ramène à la chute d’un complexe de croyances dont le remplacement par le marketing urbain n’est pas forcément plus prometteur.

  • 38 Cf. spécifiquement, « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie d (...)

69La nouvelle place faite aux objets est à remarquer, notamment leur pouvoir de configuration. Longtemps les sciences sociales ont négligé le registre objectal, laissé à l’univers des producteurs et des ingénieurs. Que ce soit par les travaux d’un philosophe comme François Dagognet ou du médiologue Régis Debray ou encore ceux du sociologue des sciences Bruno Latour38, quelques marges disciplinaires ont pris au sérieux la force intrinsèque des objets, des dispositifs spatiaux concrets qui se trouvent être parfois des prothèses à nos actions, des embrayeurs de trajets.

  • 39 On peut ainsi faire un trajet de lecture depuis Du rond-point au giratoire d’E. Alonzo (Marseille, (...)

70Deux exemples peuvent illustrer cette question. La transformation de nombreux guichets en automates déplace les attentes des usagers, leurs réflexes, leurs interprétations des pannes, leur rapport au temps. C’est évident diront certains mais cela va mieux en le disant et en le documentant. Les recherches entreprises par Dominique Boullier (notamment une recherche intitulée « La portabilité des réseaux d’appartenance – pour une théorie de l’habitèle ») reflètent cette prise au sérieux de ce que les objets nous font. Autre cas, l’apparition et la généralisation dans le système routier des giratoires (et l’extinction progressive des carrefours à feux) modifie certes le paysage mais surtout la cognition de l’automobiliste, ses attentes quant au comportement de ses alter ego. Anecdote pense-t-on ? Sûrement pas si l’on se rappelle quelques apports majeurs relatifs à l’analyse des couplages et des découplages entre espaces et techniques39.

  • 40 Isaac Joseph, (1998), « Paysages urbains, choses publiques », in Carnets du paysage, p. 88.

71Les objets ne peuvent probablement être séparés, ni de leurs inventeurs, ni de ceux qui les ont enrichis, ni de ceux qui les ont utilisés. Pour autant il ne faut pas céder à une tentation déterministe par l’objet, se traduisant dans la formule function follows form : « Il ne s’agit ni de la réception de l’œuvre par un sujet, ni de la consommation d’un produit par un client, mais de la relation dialogique qui s’instaure entre un espace urbain et celui qui le traverse, le parcourt ou l’explore »40.

  • 41 Paris, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte, 1998, p. 14.
  • 42 Traduction Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Armand Co (...)

72La prise au sérieux de la place des objets dans la vie urbaine permet de se défaire de l’idée souvent vite administrée de la désagrégation des rapports espaces-sociétés. Elle oblige aussi à trouver des cadres d’intelligibilité plus pertinents que ceux mobilisant de grandes abstractions comme « la société » ou « la ville ». Bruno Latour explicite très bien cette nécessité dans l’argument de Paris, ville invisible : « fragmentée, fracturée, déstructurée, atomisée, anomique, voilà, paraît-il, comment se présente de nos jours la Société et pourquoi il serait vain de vouloir s’en faire une théorie globale : des impressions, des juxtapositions, des fragmentations, mais plus de structure, et surtout, plus d’unité. Ou, inversement, tout serait nivelé, uniformisé, globalisé, standardisé, libéralisé, rationalisé, américanisé, surveillé, et le monde social aurait disparu, survivant dans des réserves, sous le nom de “sociabilité”. (…). La sociologie serait finie ; en tous cas le temps des sciences humaines aurait passé. De quoi périr étouffé vif, en effet. Nous avons fait l’hypothèse inverse. La double impression de fragmentation et de monotonie, de déstructuration et d’uniformité, peut tenir au point de vue choisi comme à la température. Quelque chose d’autre ordonne et localise, rassemble et situe, relie et distingue, rythme et cadence, mais qui n’aurait plus la forme d’une Société, et qu’il faudrait suivre à la trace, par d’autres méthodes »41. Ces propos peuvent tout à fait s’appliquer à de récents projets de recherche tel celui de John Urry donné à lire dans Beyond societies42.

  • 43 Disons pour simplifier que cette perspective est d’abord analyse de l’action, de ses conséquences (...)

73Ce renouvellement d’approches ne consiste pas dans le décret d’un programme fort ou dans de simples inventions sémantiques (que l’on pourrait retenir par exemple de John Urry lorsqu’il forge le terme de « motility » dans la perspective d’un capital de mobilité) mais bien dans la volonté de relancer des enquêtes, d’ordre pragmatiste le plus souvent, traquant ce « quelque chose qui ordonne et localise »43.

ACTUALITÉ DU SCHÈME CENTRE/PÉRIPHÉRIE ?

  • 44 Il faut signaler à cet égard, l’ouvrage très précieux coordonné par Bernard Lepetit et Christian T (...)

74On pourrait penser que ce qui suit vient contredire les propos précédents appelant au déploiement d’enquêtes d’ordre micro. Il s’agit au contraire de dire l’intérêt de les coupler à des questions théoriques générales et surtout de travailler plus finement sur un certain nombre d’héritages des sciences urbaines, en termes de paradigmes et de théories générales44.

  • 45 J.-M. Berthelot, (1996), Les vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences so (...)

75Du côté des approches structurelles et formelles de la ville, plusieurs travaux ont mis en avant, que ce soit via la métropolisation ou les processus d’étalement (sprawl, citta diffusa…), une étape inédite de l’urbanisation qui tournerait le dos aux grilles de lecture précédemment en vigueur. Les inventions lexicales sont nombreuses pour désigner un phénomène en tendance : « ville-pays » (Beauchard), « métapole » (Ascher), « métropole froide » (Branzi), « ville générique » (Koolhaas) ont en commun le rejet de la notion d’agglomération et de l’idée impliquée de continuité. Parmi celles des propositions qui s’accompagnent de grilles de lecture, le schème centre/périphérie figure souvent parmi les premiers abandonnés – en particulier chez l’architecte néerlandais. Il ne s’agit évidemment pas ici de postuler, à l’inverse, son extrême pertinence. Simplement, à la lumière de quelques évolutions, nous pourrons montrer ce qu’il y a à gagner dans le réexamen de certaines grilles de lecture dont celle-ci. Parmi les schèmes d’explication du social, le sociologue J.-M. Berthelot distingue le schème dialectique dans lequel il inscrit le modèle centre/périphérie45. Mais dans l’usage de ce modèle dans la recherche urbaine (à toutes les échelles mais aussi pour appréhender la dynamique des organisations ou la structuration des représentations), les approches se sont souvent avérées moins dialectiques que dualistes. Il s’agissait d’identifier des entités distinctes comme si elles ne se créaient pas l’une l’autre ; on parlait de centre et de périphérie comme si une limite géographique ou sociologique s’imposait, rendant commode un moteur de l’histoire logé dans la lutte des classes. On oubliait alors trop souvent le procès, la relation, la morphogenèse activée par ce rapport. En la matière, la dynamique épistémologique s’est souvent effacée derrière les modes et les ruptures générationnelles. Le statut de l’espace, dans l’ensemble de ces analyses et de ces théories, est plutôt instrumenté et faiblement problématisé.

76L’abandon du schème centre/périphérie se fait souvent au motif d’un certain nombre de transformations majeures intervenues au cours des dernières décennies et dont la prise de conscience a bousculé le credo de chercheurs et de praticiens désormais beaucoup plus enclins à parler de « fragments » et « d’archipels ». Ces notions ont certes des vertus mais sont rarement conceptualisées dans des ensembles précisant leur production, leur genèse, leur altération…

77De quel ordre sont les dynamiques qui interpellent le plus le rapport centre/périphérie ? Pointons trois registres, relevant du politique, de l’économique et du déplacement de la critique et voyons leur écho dans le domaine de l’urbanisation et de l’urbanisme.

  • Le retrait de l’État-Providence dans un grand nombre de pays implique un rétrécissement de la chose publique, considérée au mieux comme une instance régulatrice. Dès lors, la critique du rapport de domination (de type centre/périphérie) perd de son actualité. La visibilité du pouvoir central est moindre, amenuisée par la montée en puissance d’autres niveaux de pouvoir, local et européen en l’occurrence.
  • L’approfondissement de la mondialisation qui a caractérisé le monde économique a contribué à décomposer/recomposer les territoires (d’où la montée en puissance des thèmes de la fragmentation socio-spatiale). De nombreuses périphéries ne semblent plus associées au reste de l’espace : la ségrégation dissociée remplace la ségrégation associée. De nombreux espaces déroutent la lecture ordinaire des territoires46.
  • La réponse du néocapitalisme aux exigences de libération et d’authenticité ancrées dans une critique de la vie quotidienne, autrement dit l’intégration des principaux éléments de la « critique artiste » de 1968 au contenu même du management contemporain47, pose une redoutable question à la posture critique et à ses schèmes interprétatifs dont celui de centre/périphérie.
  • 48 Mentionnons entre autres le livre de Jean Viard, La société d’archipel ou les territoires du villa (...)
  • 49 Cf. Sandrine Berroir, Nadine Cattan, Thérèse Saint-Julien, (1996), La structuration des territoire (...)

78À ces tendances lourdes s’ajoute une évolution de l’urbanisation qui a brouillé les lectures de l’espace. D’une part se développent les implantations spatiales diffuses, d’autre part les principes de localisation et les rapports des sociétés aux territoires, qu’autorisent de nouveaux vecteurs, rendent les solidarités territoriales plus problématiques. L’analyse de la localisation géographique des entreprises et des ménages a permis d’utiliser l’image d’un continent avec ses archipels48. L’augmentation des liaisons pendulaires est avérée et tend à renforcer la notion géographique d’aire polarisée49. Elle est due d’abord au déploiement spatial de l’habitat individuel, traduisant les convergences entre plusieurs facteurs, économiques et culturels. La « dispersion élective » de l’habitat s’accompagne d’une forme de perte de mémoire des possibilités offertes par la combinaison de la densité et de la diversité, caractéristique de la centralité. Elle est également imputable à une relocalisation des activités au sein même du « continent » surtout visible dans le phénomène de déconcentration périphérique, suivant le réseau viaire, des activités consommant de l’espace et nécessitant une visibilité pour les ménages (grande distribution notamment). En trente ans, si une double tendance de diversification progressive des espaces périphériques et de spécialisation des centres est attestée, il reste que l’avantage des villes-centres continue d’être décisif. Par exemple, les secteurs économiques caractéristiques des grandes agglomérations se trouvent prioritairement dans les communes-centre : la convergence est alors établie, au niveau économique, entre métropolisation et renforcement de la centralité. Ici aussi, en considérant le rapport centre/périphérie comme une relation de contrariété et comme le maintien d’avantages comparatifs du côté d’acteurs dominants, la répartition géographique des différents secteurs d’activités tend à montrer la pertinence de raisonnements qui se traduisent en première, deuxième et troisième couronnes.

  • 50 Boltanski, Chiapello, 1999, op. cit., p. 446.
  • 51 Milton Santos, (1997), La nature de l’espace, Paris, L’Harmattan, p. 202.
  • 52 Cf. Pierre Veltz, (2002), Des lieux et des liens, Paris, L’Aube.

79De ce premier moment géographique, on peut passer à un autre, socio-économique lié au capitalisme contemporain. Les forces économiques, dans un contexte de mondialisation accrue, sont certes plus difficiles à repérer dans leurs mouvements. Développement du travail intérimaire, des équipes de projet, des flux tendus, croissance généralisée de l’externalisation (de la production, du montage, de la gestion...) expriment un allégement par rapport aux formations sociales instituées. La phase actuelle du capitalisme tend à opposer les logiques étatique et de marché (alors qu’elles étaient liées dans le capitalisme monopoliste d’État), et de façon plus large les logiques territoriales et de marché. Si des complémentarités de long terme subsistent, c’est selon les critères productifs aujourd’hui en vigueur qui astreignent les territoires à toutes formes de flexibilité avec de nouveaux interlocuteurs délocalisés. Aussi le néocapitalisme ne semble-t-il pas créateur de procès de territoire dans le sens où le territoire donne à lire toutes sortes de relations de pouvoir – via maillages, réseaux et centralités. Le monde économique devient-il alors de plus en plus chaotique ? C’est aller un peu vite dans le raisonnement qui oublierait alors que « l’immobilité des uns est nécessaire à la mobilité des autres. (...) Dans un monde connexionniste, où la grandeur suppose le déplacement, les grands tirent une partie de leur force de l’immobilité des petits, qui est la source de la misère de ces derniers. Or les acteurs les moins mobiles sont un facteur important de la formation des profits que les mobiles tirent de leurs déplacements »50. La dialectique travaillée par les deux sociologues entre les deux pôles mobile/immobile paraît ici féconde pour repenser l’asymétrie des relations de pouvoir, d’une part dans les mondes interactionnels du travail, d’autre part dans les dynamiques macro-économiques du positionnement des entreprises dans le monde. Cette asymétrie ne s’observe pas nécessairement dans l’espace avec des mobiles au centre et des immobiles en périphérie (même si le phénomène d’assignation à résidence pour les habitants en « fin de trajectoire résidentielle » ne doit pas être négligé), du fait même du développement d’une polarisation métropolitaine liant les métropoles entre elles au détriment de leur « arrière-pays » par exemple. Les forces économiques, dominées par les forces financières, rendent les formations socio-spatiales moins à même de maîtriser les choix à opérer. Comme le dit Milton Santos : « Quant aux forces centrifuges, elles peuvent être considérées comme un facteur de désagrégation, lorsqu’elles retirent à la région les éléments de son propre commandement qui deviennent externes et lointains »51. Le changement du rapport au territoire (d’un rapport d’identification à un rapport d’exploitation relationnelle pour le dire vite) amène à la nécessité de repenser d’autres formes de solidarité ou de liens entre les différents espaces52.

  • 53 Philippe Genestier, (1990), « Recherche urbaine, aménagement urbanistique : entre doctrines et apo (...)

80En bref, actualiser le rapport centre/périphérie revient à examiner les conditions de son changement : comment par exemple, il s’atteste plus résolument dans un rapport mobile/immobile par exemple, comment il se fait moins pertinent à une échelle, mais davantage à une autre. Dans la généralisation du « modèle » polycentrique pour comprendre les dynamiques des agglomérations, trop peu de travaux analysent les rapports entre les différents pôles identifiés, qui, s’ils peuvent être lus comme des satellites en orbite géographique le long d’un périphérique, ne sont pas moins aussi en lien avec un marché local, avec des acteurs concurrents et complémentaires. Plutôt que d’abandonner des schèmes, mieux vaut donc les examiner en cherchant par l’association de spécialisations disciplinaires s’ignorant régulièrement (entre sociologie des organisations et sociologie urbaine ou entre géographie économique et géographie urbaine ou entre sciences politiques et urbanisme) à repérer le déplacement de leur pertinence. Le risque est autrement de ne plus croire vrai ce qui l’est encore, risque d’autant plus grand pour l’urbanisme que, « tel Cronos dévorant ses enfants, il dévore ses doctrines successives ; il évolue sans avancer en brûlant les croyances antérieures au profit de dogmes faussement nouveaux, en fait décalques inversés des précédents »53.

81Laurent Devisme

TECHNIQUES ET URBANISMES SERGE THIBAULT

82Le temps de la recherche urbaine qui associe, mélange et combine les sciences sociales à celles de l’ingénierie, devra durer, tant les enjeux issus des interactions entre les espaces habités, les sociétés urbaines et les systèmes techniques sont toujours plus importants. La ville est notre habitat, toujours plus complexe et appareillé par des systèmes techniques qui sont l’une des conditions majeures de son développement, de son organisation et de sa sociabilité. Ces systèmes ne sont pas que de simples outils utilisés par les citadins ; ce sont des objets sociaux engagés dans la construction et l’organisation de l’espace social. Et tant que durera notre capacité à développer l’accès à la mobilité, à développer la circulation de l’information, notre capacité à concevoir des systèmes techniques complexes et fiables, tant que notre volonté à équilibrer nos rapports avec la nature se maintiendra, tant que durera notre capacité d’ouverture sur le monde, la question de l’urbain sera posée comme celle qui donne de l’espace à ce projet sociétal. Voilà déjà quasiment deux siècles que notre civilisation moderne est entrée de plain-pied dans la civilisation urbaine et pour un nombre toujours croissant de personnes. Étant le cadre de notre vie quotidienne, cette civilisation nous apparaît familière, mais également étrangère, tant notre expérience et nos connaissances en la matière sont faibles et jeunes. Cette civilisation est assurément technique, comme le furent toutes ses précédentes, mais avec une ampleur toute nouvelle. Elle conçoit et met en œuvre des systèmes et des réseaux qui ne sont pas que de simples équipements mais tout un appareillage de l’espace permettant à sa ou ses sociétés de s’organiser et se constituer. Les questions posées à la recherche portent alors sur la conception de ces systèmes et sur leur engagement dans l’engendrement des espaces et des sociétés urbaines. Elles portent également sur la conception, l’organisation et la gestion des relations entre les dimensions construites et les dimensions naturelles de notre monde, considérant que nombre de systèmes techniques urbains servent en totalité ou en partie d’interface entre le monde de la nature et le monde du construit.

L’URBANITÉ DE LA MACHINE

  • 54 Asimov Isaac, (1970), Face aux feux du soleil, Paris, J’ai lu, n° 468, 309 p.

83« Bref, un Solarien s’enorgueillit de ne pas rencontrer ses voisins. D’ailleurs un domaine est si bien mis en valeur par les robots et se suffit à lui-même que le Solarien n’a aucun motif de rencontrer d’autres personnes. Ce désir de ne pas les rencontrer a conduit à l’amélioration des installations de stéréovision ; ces améliorations renforcèrent la répugnance des uns et des autres à se voir en chair et en os. C’était un cycle qui se renforçait par lui-même, une sorte de rétroaction »54.

  • 55 Récit anonyme, 2004.

84« Pour aller d’Orléans centre ville à Orléans la Source, au sein de cette petite métropole régionale, vous pouvez emprunter depuis quelques temps son tout nouveau tramway. Vous voyagerez avec de nombreux étudiants, puisqu’en son temps, la Source fut conçue comme la nouvelle Cambridge de sa région. La vitesse du véhicule n’étant pas considérable, vous avez le loisir d’observer le paysage urbain. C’est d’abord le centre ville, animé à ses heures, en partie ré-aménagé en zone piétonne pour assurer le passage du nouveau véhicule. La traversée de la Loire amène aux anciens faubourgs de la ville où les architectures bourgeoises du dix-neuvième siècle côtoient des constructions certes plus simples et banales mais aujourd’hui recherchées, ainsi que quelques bâtiments, hors d’échelle, des années mille neuf cent soixante. Puis après, c’est un espace bien particulier, de périphérie diraient certains, où quelques friches rurales voisinent encore des zones nouvellement aménagées ; un Zénith ici, des bâtiments d’habitation construits tout récemment là, autour d’une station de ce tramway. La voie de ce réseau est tantôt verte de gazon, tantôt grise de béton ou de bitume, comme s’il voulait combiner ville et campagne. Puis vous arrivez à la Source qui fut une véritable ville nouvelle, une ville satellite, séparée, peut-être trop séparée de l’ancienne. La couture est en train de se faire. Elle ne correspond pas à un simple accroissement de la ville. Après l’automobile qui permis de distendre ce qui aurait peut-être dû rester proche, ce tram en est l’un des vecteurs, agent, acteur même, de cette ville en train de se fabriquer »55.

85Ainsi, le tramway, qu’il soit d’Orléans, de Lyon ou d’ailleurs, est bien plus qu’une simple machine à transporter, plus qu’un outil pour aller d’un lieu à un autre. C’est une technique déjà ancienne et accomplie, redevenue au cours de ces dernières années, un quasi-figurant de la ville, un acteur même, de son renouvellement, de sa recomposition et de son projet. Cette machine est conviée à en redessiner la carte géographique et sociale, à établir des rapports plus équitables et équilibrés avec l’environnement de la ville, à soutenir le développement durable. Le tram est la ville renouvelée, la ville à l’œuvre. Il porte une bonne partie du projet de la ville de demain, celle qui, après l’essaimage véhiculé par l’automobile, tente de se recomposer. Il est notre ville du futur, un objet totalement nouveau et ancien, qui noue modernité et culture, qui symbolise ce développement que l’on veut durable et non plus immédiat et jetable. Il appareille un espace encore peu urbain, pour en faire de la ville. Il ouvre son espace intérieur et ses abords à ses citadins. Il les véhicule et les transporte, il en construit l’espace partagé ; telles sont du moins les images et les représentations véhiculées par ses promoteurs. Est-il l’instrument de la lutte contre l’éparpillement, l’essaimage, la fragmentation spatiale et sociale ? S’oppose-t-il ou vient-il en complément d’autres techniques et d’autres systèmes tels que l’automobile ou les techniques d’information et de communication qui ont pu être perçues comme porteuses d’abolition de la distance ? Manifestement, tramway, automobile, TIC, etc., sont quelques-unes des ressources organisationnelles et des appareils engagés dans la fabrique de la ville et de l’urbain. Ils sont les appareils qui assurent le couplage et la tension entre la proximité et le lointain, entre le lieu d’ici et le monde ailleurs, ces deux échelles dominantes, engagées dans l’organisation de nos sociétés contemporaines.

Les réseaux du projet, le projet des techniques

86La ville et l’urbain n’en ont donc pas fini avec les techniques et les systèmes techniques. Parmi ceux-ci, les réseaux jouent un rôle particulier en matière d’organisation des espaces habités et des pratiques urbaines ; ce sont des ressources par les services qu’ils offrent à ceux qui en ont l’accès, des infrastructures engagées dans l’organisation des espaces habités. Et ce sont peut-être moins des techniques qui pourraient être qualifiées d’urbaines, c’est-à-dire conçues uniquement au profit de la ville, que des techniques engagées dans la fabrication, l’évolution et la transformation de la ville. Par exemple, l’automobile et le télégraphe n’ont pas été inventés pour les besoins de la ville. Nicolas-Joseph Cugnot, le constructeur du Fardier, visait à proposer un véhicule automobile permettant de remplacer la traction animale des attelages de l’artillerie de campagne. Quelques années plus tard, Claude Chappe, l’inventeur du premier télégraphe, souhaitait remplacer la messagerie traditionnelle par un système de transport plus rapide, utilisant des signaux visuels codés. Ces deux techniques, aujourd’hui anciennes et qui seront considérablement transformées par la suite pour donner naissance, d’une part à l’automobile, véritablement fiable à la fin du dix-neuvième siècle, et d’autre part à tous les réseaux de transport d’information que nous connaissons actuellement, relèvent d’abord du génie militaire. Mais ils seront très largement engagés dans l’évolution et la transformation de la ville. Certes, l’habitude conduit à qualifier d’urbain les réseaux qui font partie du champ des voiries et des réseaux divers, dont le traitement en matière de planification urbaine fut pendant longtemps, réglé par leur présence en tant que simple annexe des plans d’occupation des sols. Mais de quels réseaux s’agissait-il ? De la voirie, bien sûr, des réseaux d’adduction et de collecte des eaux, parfois ; dans la grande majorité des cas de bien peu de choses en plus.

87L’ensemble des réseaux qui aujourd’hui viabilisent, équipent, organisent et transforment les espaces habités, contient les plus anciens, aussi vieux que la ville, la voirie et les réseaux liés à la circulation de l’eau, comme les plus nouveaux, l’Internet, le téléphone mobile, etc. Distinguer parmi ces techniques, celles qui seraient typiquement urbaines de celles qui ne le seraient pas, du moins à leur création et leur invention, pourrait revenir à opérer une naturalisation de la ville, c’est-à-dire à décider de ce qu’il en est d’une part intrinsèque et d’une part rapportée. Un rapide regard porté sur l’histoire des techniques et des réseaux techniques montre une très grande ancienneté des types de réseaux et une forte inflation du nombre de réseaux à partir de la fin du dix-huitième siècle. Cette inflation ne conduit pas uniquement à remplacer des techniques et des réseaux par de nouveaux, couvrant des domaines non encore appareillés ; elle conduit à modifier plus ou moins en profondeur le rapport des citadins à l’espace urbain, le rapport de la ville au temps, de la ville à l’espace, le rapport de chacun des individus aux autres, qu’ils soient proches ou lointains.

88Le rapport entre la fabrication de la ville et ses systèmes techniques peut être étudié selon deux positions épistémologiques. Pour la première, d’ordre positiviste, la ville est la seule organisation sociale et spatiale qui permet le produit de l’interrelation entre l’individu et la société, considérant que la société est la condition de l’existence de l’individu. Nécessairement identifiée par cette interrelation, la ville prendrait progressivement forme ou prendrait de multiples formes, en fonction des opportunités offertes par l’invention et la création de systèmes techniques, mis au profit de la production de la ville. Les réseaux et les systèmes techniques ne sont alors que des équipements qui, en fonction de leur condition d’apparition historique, consolident ou non, un processus ou une condition de l’existence des sociétés, qui serait plus ou moins permanent. Avec la seconde position, la ville n’est pas le seul type d’espace possible d’une société d’individus, à moins d’appeler ville tout espace habité. Il n’y a pas un modèle de la ville dont les formes historiques et réalisées seraient le résultat d’un processus d’adaptation du modèle au contexte historique. Bien au contraire, la ville et ses projets sont changeants, au sein de contextes historiques eux-mêmes changeants. La ville ne résulte donc pas d’un processus d’équilibration entre une nécessité sociale historique et son contexte ; elle est le résultat d’une évolution structurelle pour laquelle les techniques peuvent prendre une part importante, voire décisive. Ses réseaux et ses systèmes techniques sont plus que de simples équipements, de simples infrastructures de viabilisation. Ils sont à la fois un moyen et une ressource. C’est un moyen lorsque ces techniques sont mises au profit d’un projet. Elles sont une ressource lorsqu’elles servent à engendrer le projet ou produire la ville. Dans ce cas et sans que le projet conduise nécessairement à créer les techniques dont il aurait besoin, nous pouvons qualifier d’urbaines celles qui sont engagées dans l’engendrement et la conception d’un projet de l’urbain. Au cours de l’histoire récente, ces projets se sont succédés, sans nécessairement se substituer les uns aux autres ; la ville moderne, qui fait suite à la ville enfermée, présente jusqu’à maintenant quatre figures successives et les combine. Il s’agit tout d’abord de la ville saine, puis de la ville machine, prolongée par la ville réseau. Et depuis peu de temps, le projet de la ville durable façonne nombre de politiques et d’actions actuelles, du moins apparaît-elle comme un horizon, une référence, peut-être même une utopie.

  • 56 Cerda Idelfonso, (1979), La théorie générale de l’urbanisation, Paris, Seuil, 248 p.

89La ville saine était le projet urbain de l’hygiénisme. Ce projet fait corps avec l’écologie naissante au dix-neuvième siècle qui conçoit la notion d’habitat pour rendre compte des interrelations entre le milieu et les populations qui y vivent. Les progrès de la médecine permettent de comprendre le rôle que joue l’état sanitaire du milieu urbain dans la naissance et la propagation des maladies qui provoquent et ont provoqué quelques épidémies, cruelles pour les populations agglomérées. C’est ainsi qu’Idelfonso Cerda proposa la théorie de la viabilité pour organiser une nouvelle mise en ordre de l’espace urbain et maîtriser la circulation des flux qui irriguent l’organisme urbain et ses échanges avec ses environnements proches et lointains. L’image du corps humain fait figure de référence à cette ville nouvelle qui organise l’activité et la localisation de ses habitants autour de quelques réseaux irriguant et organisant l’espace de la ville ; « Froids anatomistes de l’organisme urbain, nous nous sommes jusqu’ici bornés à en inventorier les éléments constitutifs, comme s’il s’agissait de corps inertes… Nous allons donc donner vie à ce corps inanimé… Il faut encore ajouter aux inconvénients relatifs à la vue, à la lumière et à la ventilation, ceux que les habitants de l’intervoie provoquent. L’étroitesse des habitations, le manque de grandes cours intérieures obligent les habitants à rechercher quelque soulagement dans la rue... »56.

  • 57 Le Corbusier, (1957), La charte d’Athènes, Paris, Minuit, 190 p.
  • 58 Le Corbusier, (1994), Urbanisme, Paris, Champs Flammarion, 284 p.
  • 59 L’esprit nouveau, Le Corbusier et l’industrie 1920-1925, Édition Ernst & Sohn, catalogue d’exposit (...)

90La ville machine, quelles que soient les multiples formes qui en furent proposées, tant par Tony Garnier, Le Corbusier que par de nombreux autres urbanistes ou architectes, est une radicalisation du propos hygiéniste. Si Cerda et le projet Haussmannien de Paris, avaient maintenu le rôle de la rue comme figure organisatrice de la ville avec le principe de l’alignement, Le Corbusier et la célèbre charte d’Athènes vont ouvrir une ère nouvelle à partir d’une critique radicalisée de l’état des villes : « Les constructions élevées le long des voies de communication et autour des carrefours, sont préjudiciables à l’habitation : bruits, poussières et gaz nocif... L’alignement traditionnel des habitations sur le bord des rues n’assure d’insolation qu’à une partie minime des logis... Les constructions hautes implantées à grande distance l’une de l’autre, doivent libérer le sol en faveur de larges surfaces vertes… »57. Le propos corbuséen présente en fait deux faces. La première est issue d’une radicalisation des thèses hygiénistes. La justification de l’approche fonctionnaliste est réaffirmée par Le Corbusier qui n’hésite pas à illustrer son propos par quelques planches anatomiques, « organes précis, enchaînement logique des opérations »58. La seconde met en scène le mythe de la machine comme nouvelle figure d’un esprit nouveau. Jusqu’à la fin des années soixante, l’organisation des villes et des sociétés fait une large part à une nouvelle culture, celle de l’industrie et de ses productions machiniques. Le design est industriel, l’automobile ouvre de nouveaux espaces, la ville s’articule autour de grandes infrastructures de transport. Le Corbusier en tirera quelques projets (urbains) restés fort célèbres ; « La réflexion contemporaine sur la production de masse (fordisme) et sur l’organisation rationnelle du travail (taylorisme) stimulèrent énormément Le Corbusier, qui pensait avec raison que les transformations industrielles de son époque résultaient autant de nouvelles formes d’organisation du travail que des apports de la technologie »59. La ville et l’habitat sont des machines.

  • 60 Gabriel Dupuy, (1991), L’urbanisme des réseaux, théories et méthodes, Paris, Armand Colin, 198 p.
  • 61 Breton Philippe, (1992), L’utopie de la communication, Paris, La Découverte-essais.
  • 62 Asimov Isaac, op. cit.

91La ville réseau radicalise le propos de la ville machine. Le réseau est la nouvelle figure organisatrice de l’espace urbain. Ce n’est plus un projet d’architecte et d’urbaniste sauf à de rares exceptions près60. C’est un projet technologique issu du développement des nouveaux supports de communications. Ils sont à la base d’une nouvelle utopie, celle de la communication qui émerge au cours de la seconde guerre mondiale à partir des travaux de Von Neumann portant sur le développement de l’informatique. Le thème de la communication prolonge celui de l’information, mis en avant par Norbert Wiener, le père de la cybernétique, la science du pilotage des machines. Von Neumann et Wiener se feront les porte-parole d’une nouvelle utopie sociale, celle de la transparence et de la juste décision, obtenues simultanément par le développement des réseaux de communication et des calculateurs permettant le traitement de problèmes compliqués et complexes de décision61. La ville réseau est le fruit du développement des nouveaux réseaux de communication et d’information qui relativisent les contraintes spatiales de localisation ; tout peut être partout à tout instant. La proximité spatiale n’est plus a priori un enjeu de localisation, seule la règle de l’accessibilité par les réseaux de communication qualifiant l’espace urbain. L’urbanisation autour de grandes infrastructures de transport, tant d’individus que d’informations et de marchandises sont à mettre au crédit de cette nouvelle pratique de l’organisation de la ville. Certains iront même jusqu’à proposer une disparition de la variable spatiale pour penser la ville nouvelle. Cette forme exacerbée de la ville du futur fut mise en scène de façon admirable par Asimov dans l’un de ses romans de science fiction, écrit en 1957. Le monde urbain est un réseau maillé de nœuds qui couvre la totalité de la planète, à chacun des nœuds se situant un habitat ou un centre d’activités62.

92La ville durable est la dernière version du projet urbain, apparue en cette fin du vingtième siècle, du moins celle qui prédomine. Comme précédemment, ce n’est pas un projet directement issu de l’architecture et de l’urbanisme. Le concept de ville durable est né du mouvement environnementaliste et écologique qui a fortement émergé à partir des années 1970. La question de la ville est posée à travers ses impacts sur le milieu naturel, sa capacité à économiser les ressources environnementales et à mobiliser tous ses acteurs pour résoudre ses problèmes complexes. Son projet complète celui de la ville saine, mais en lui associant l’assainissement de son environnement ; ville et environnement sont pensés globalement en tant que systèmes totalement interdépendants. On assiste ainsi à une véritable autonomisation de l’environnement par rapport à la ville, en dotant ce milieu de systèmes d’action concrets, chargés de le maintenir dans un état jugé viable. Cette politique de protection de l’environnement rétroagit sur la conception de la ville qui fait appel à la notion de ville compacte. La ville durable ne peut plus être une ville étale, elle doit gérer au mieux ses ressources comme les réseaux de transports en commun, en assumant la densification de l’espace urbain autour de ses services communs, en tentant de réduire le coût environnemental de la mobilité, etc.

Appareiller l’espace

93L’artifice est la condition de la ville. Pour hier, faire circuler au mieux ses flux et pour certains d’entre eux, au plus vite et au plus loin, était la condition de la ville saine. La ville réseau a radicalisé le propos ; ce sont les réseaux qui sont la ville. Ils ne sont plus de simples équipements dont les villes doivent être nécessairement dotées pour être viables. La ville réseau s’oppose à celle qui fut enfermée jusqu’à la destruction des remparts ; après avoir été prisonnière du lieu, elle ne devient plus que circulation et transport. Sans être encore totalement la ville mobile, la ville nomade, c’est-à-dire une ville ou portion de ville qui n’est plus localisée ici mais qui circule, la ville réseau est une ville distribuée le long de ses infrastructures, comme le préconisait déjà quelques urbanistes du dix-neuvième siècle. Enfin, la ville durable vise à contrebalancer cette artificialisation plus ou moins généralisée de l’espace, opérée par la ville réseau. Elle tente de composer avec la nature, ce qui ne veut plus dire ruser avec elle, ni en faire commerce, mais tout au contraire en être un digne partenaire. La ville durable appareille son environnement pour le doter de défenses. Pour la plupart d’entre elles, se sont des interfaces visant à protéger la nature des effets néfastes du milieu urbain. Milieu de l’artifice, la ville et ses projets ne peuvent plus être contre nature. Pour aujourd’hui, allier nature et construit est la condition de la ville durable.

94De plus, les sciences de la ville, dont les théories de l’urbanisme, nous enseignent que concevoir et installer des systèmes techniques qui engendrent ou plus exactement actualisent un projet urbain, ne renvoient pas à la seule réalisation d’un espace matériel, au service d’une société urbaine, qui serait mue par sa dynamique, son histoire et ses projets propres. Là encore, l’interaction, la co-détermination entre espaces et sociétés est la règle. Appareiller l’espace est en faire un espace social, qui selon les cas, peut être plus ou moins public, plus ou moins privé et plus ou moins ouvert à son public. Les objets, qui expriment les dimensions matérielles et artificielles de l’espace, en sont pleinement des partenaires, avec les citadins qui en usent, et les transforment.

95La ville est donc un espace appareillé et cet appareillage est sociétal, sans que nécessairement il en favorise la dimension publique ; il en co-définit les multiples dimensions. La publicité nous en donne quotidiennement des exemples. Ainsi, vous devez absolument acquérir ce véhicule automobile, dont vous êtes nécessairement le pilote, à la découverte de nouveaux espaces. Ce véhicule est vanté pour l’isolement qu’il assure, pour l’accès qu’il permet aux grands espaces peu, voire pas habités, si vous en avez le temps et les moyens. De l’autre, vous êtes invités à n’utiliser que les transports collectifs qui font de vous un nouveau voyageur, libre de découvrir l’espace environnant et le monde qui l’habite. Le véhicule et les lieux parcourus sont des espaces partagés, des espaces de la rencontre, des espaces communs ; telles sont aujourd’hui pour chacun de ces modes de transport, les quelques représentations qui sont véhiculées d’un espace appareillé.

Recherche

96Même si la recherche urbaine, soutenue au cours des années mille neuf cent quatre-vingt-dix par le Programme Interdisciplinaire de Recherche sur la Ville du CNRS puis par l’Action Concertée Incitative Ville du Ministère de la recherche, concernait pour une bonne part les Sciences de l’Homme et de la Société, elle a toujours fait une place plus ou moins importante à des recherches relevant du domaine des Sciences de l’Ingénieur et plus largement, une place à l’étude des rapports entre techniques, espaces urbains et sociétés urbaines. Cette place, qui pour le PIR Ville mais également pour l’ACI Ville, a correspondu aux recherches qui furent menées afin de favoriser l’innovation technologique et tout particulièrement celle liée à la conception architecturale des ambiances urbaines, ainsi que le développement et la gestion de quelques systèmes techniques, comme ceux liés à la gestion de l’eau, des transports, etc., reflète le rôle particulièrement important et toujours avéré que peuvent jouer les techniques dans l’organisation des espaces habités et celle de leurs sociétés. À tenir pour signifiante cette place dévolue aux recherches qui prennent pour objet l’innovation et l’invention technologique, mais également la dimension organisationnelle des techniques dans l’univers urbain, toute recherche urbaine ne pourrait donc pas faire l’impasse de la prise en considération de l’ensemble constitué par les trois domaines et leur relation, que sont les techniques, l’espace et les sociétés. Alors que les sciences de l’ingénieur ont pour domaine privilégié tout ce qui relève de l’invention, de la conception et de la gestion des artefacts techniques, la recherche urbaine qui vise à rendre intelligible et aider à concevoir l’organisation et l’évolution des espaces habités et de leurs sociétés, ne peut pas être uniquement une science de l’Homme et de la société ni une science relevant du seul domaine de l’ingénierie technique. Ce peut être un domaine, probablement encore hybride, qui tente de s’émanciper de ces deux grandes tutelles, et qui conçoit l’urbain comme un champ de relations et d’interactions entre techniques, espaces et sociétés. Par cette affirmation, il ne s’agit pas tant de vouloir valoriser ou survaloriser l’ensemble des techniques ou de vouloir affirmer le primat de telle ou telle discipline ou champ de préoccupations par rapport à quelques autres, que d’attribuer à cette partie, sa part légitime dans la compréhension du complexe spatial et social qu’est l’univers urbain. Il ne s’agit pas plus de défendre un principe qui attribuerait à chacune des sciences de la ville son propre quartier de la recherche, plus ou moins séparé des autres, que de considérer tout d’abord la tension entre chacune de ces sciences et la recherche urbaine, définie comme étant celle qui les noue ensemble. Elle est alors plus que multidisciplinaire, même plus qu’interdisciplinaire, elle doit être une unité qui se nourrit de ces parties, chacune d’elles n’existant que dans sa relation au tout.

97Définir cette recherche urbaine, c’est questionner le rapport complexe entre les techniques et la ville. C’est également mettre en question une position très classique et probablement confortable, mais encore largement répandue, qui associe peu l’étude des sociétés urbaines à celle des objets techniques. Cette position, qui distingue et peut conduire à trop séparer ces deux domaines, s’appuie sur quelques siècles de production scientifique et d’histoire des sciences. En France, cette séparation est probablement renforcée par une organisation de la production et de la transmission des savoirs et des connaissances qui, jusqu’à peu, avaient séparé les sciences de la machine des sciences de l’Homme. Les ingénieries, rurales, civiles, urbaines et architecturales étaient encore jusqu’à peu très largement enseignées au sein d’écoles, créées hors de l’Université. Il aura fallu attendre ces toutes dernières années pour que des nouveaux départements et des facultés d’ingénierie soient créés au sein des universités, conçus sur un mode calquant peut être trop encore le modèle hérité des grandes écoles. Donner place à cette question de la formation et de la transmission des savoirs, comme à celle des jeux de position en matière de reproduction des métiers, pourrait paraître déplacé pour traiter d’une question qui, pour certains, n’a de juste définition que par son caractère scientifique et problématique, détaché des contingences sociales ou plus exactement de la position sociétale du chercheur qui l’aborde. Les techniques, la production de l’espace et l’évolution des sociétés urbaines ne constituent pas un système intelligible en soi, c’est-à-dire indépendant des positions de l’observateur et du chercheur. S’il lui arrive d’estimer que ces trois instances sont en position relative de co-détermination, du moins lorsqu’elles sont vues du côté de la recherche urbaine, sa position sociale de chercheur, les instances de régulation et de légitimation de la recherche sont également des facteurs engagés dans la définition des objets scientifiques et qui tendent peut être trop encore à séparer ce qui doit être relié. Il ne s’agit pas seulement de jouer de la multidisciplinarité, réduite à l’association factuelle d’un chercheur issu des sciences de l’ingénierie et d’un chercheur issu des sciences sociales, mais de soutenir l’hypothèse d’une co-détermination entre les techniques, l’espace urbain et ses sociétés pour penser la question de la recherche urbaine, du moins lorsqu’elle se donne pour ambition de penser la ville faite, en train de se faire et la ville imaginée.

Urbain, génie urbain

98Alors que nous avons à résoudre des problèmes environnementaux cruciaux et peut-être à faire face à des transitions qu’aucune société humaine n’a connu jusqu’alors avec une telle ampleur, alors que nous aurons à résoudre des problèmes de croissances et de pénuries, la recherche qui vise à allier sciences sociales et ingénierie doit être soutenue. Elle doit être avant tout un lieu du débat et de la formulation permanente des enjeux et des défis. Il ne s’agit pas de minimiser par les sciences sociales, l’intérêt de la recherche technologique considérant sa dimension peu humaine et à l’inverse de réfuter les recherches en sciences sociales qui donnent peu, voire pas de place à la dimension construite de notre espace urbain. Il s’agit d’embrasser pleinement le caractère sociétal de la dimension matérielle de la ville et le caractère construit de sa société. Là était déjà en son temps ce que le génie urbain, vu du côté de la recherche, avait engagé. Ce génie ne peut pas être qu’une science de la conception et de la gestion des systèmes techniques urbains, comme peut-être certains ont pu l’imaginer. Après deux tentatives de fondation, l’une au début, l’autre à la fin du vingtième siècle, le projet d’un génie urbain reste entier tout comme reste entier le projet de l’urbain, entendu comme tension entre l’ici et l’ailleurs, tension entre le public et le privé, entre l’individuation et le sociétal, entre le construit et le naturel.

99Serge Thibault

Notes

1 N’hésitons pas à faire de l’ironie réflexive, la préoccupation est chez Flaubert « d’autant plus vive qu’étant profondément absorbé, on reste immobile » ! Cf. Dictionnaire des idées reçues.

2 Pierre-Marc de Biasi, (2005), Lexique de l’actuel, Quelques idées reçues de notre temps, vol. 1, Paris, Calmann-Lévy, p. 15.

3 Cf. M. Callon, P. Lascoumes, Y. Barthe, (2001), Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique, chapitre 5, « L’organisation des forums hybrides ».

4 Jaime Semprun, (1997), L’abîme se repeuple, Paris, L’encyclopédie des nuisances.

5 Cf. les contributions de Olivier Piron, Paul Chemetov, Bruno Fortier puis Yves Chalas respectivement dans les n° 296 (1997), 298 et 300 (1998).

6 Pierre-Marc de Biasi, (2005), op. cit., p. 204.

7 Pierre-Marc de Biasi, (2005), op. cit., p. 215.

8 Cf. Michel Foucault, (2004), Sécurité, territoire, population, Paris, Seuil, pp. 91-118.

9 G. Flaubert, (1994), Dictionnaire des idées reçues, Paris, Mille et une nuits (première publication en 1911 longtemps après la mort de l’auteur).

10 François Ascher, (2000), Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs, Paris, L’Aube, p. 172.

11 Ce manque était pointé dans un court texte de Michel Lussault, en guise de note de lecture critique. Cf. « Petite chronique urbaine », Espaces Temps le journal, 1997, n° 64-65.

12 Cf. en particulier les travaux d’Ola Söderström, dont Des images pour agir. Le visuel en urbanisme, Lausanne, Payot, 2000.

13 Ce n’est pas jouer sur les mots que de faire cette distinction. On peut en effet considérer que la plupart des phénomènes sociaux sont de fait spatialisés (de la poignée de main à la localisation de groupes sociaux ou d’entreprises). Mais on peut aussi privilégier des faits qui semblent plus directement référés à l’espace, comme la mobilité des personnes ou encore l’urbanisation de la périphérie des villes.

14 Cf. Pierre Bourdieu, chapitre « Effets de lieu » in Pierre Bourdieu et alii, (1993), La misère du monde, Paris, Seuil, pp. 159-167.

15 Suivant la définition donnée dans Roger Brunet et alii, (1992), Les mots de la géographie, Paris, La documentation française, « Le territoire implique toujours une appropriation de l’espace, il est autre chose que l’espace », p. 480.

16 Le fait de considérer l’étendue comme obstacle suggère de multiples interprétations : par exemple une conception bipolaire de l’espace (l’appréhendable et le très lointain sans continuité), ou bien un rapport du politique (ou au politique) à son assise désormais circonscrite ou plus limitée… Plus généralement et à toutes ces possibles raisons d’omission, il faudrait aussi ajouter (mais la liste n’est pas exhaustive) une nouvelle manière de penser la ville, moins en tant qu’espace dense, compact et cerné, qu’en termes de « réseau aréolaire » comme le propose Jean Remy.

17 Rappelons que cette remarque concerne de nombreux secteurs du champ des SHS. En effet, dans le champ scientifique, les « questions ultimes » ne sont que très rarement posées comme telles. C’est par un découpage raisonné et réflexif de la réalité, par l’élaboration d’objets de recherche et des hypothèses qu’ils suscitent que sont élaborées des réponses lesquelles, confrontées les unes aux autres, autorisent la production de réponses à une interrogation intéressant un registre plus large.

18 Et aussi, à l’intérieur de chacune d’elles, des pistes qui apparaissent pertinentes pour explorer une hypothèse voire un corpus théorique.

19 On préfère ici « raisonné » à « rationnel «, afin d’éviter l’opposition sur un même registre concernant les catégories mobilisées par tout un chacun qui seraient qualifiées alors « d’irrationnelles ».

20 Cette comparaison (e.g. insécurité/sentiment d’insécurité ; pollution atmosphérique/perception de la pollution…) peut faire suite à divers types d’interrogations, par exemple celles ayant pour but d’affirmer le décalage entre les résultats des deux mesures ; celles ayant pour but de qualifier les différences de perception suivant des critères sociaux (âge, catégorie…), etc. Mais, in fine, on se retrouve devant les questions posées par l’utilisation de telles études partant du primat d’une mesure sur l’autre…, oubliant que ces dernières procèdent, l’une comme l’autre, de constructions sociales.

21 Les questions écologiques mériteraient une analyse spécifique. Ainsi, certains travaux sur les indicateurs écologiques ont montré l’impact des formes d’une ville en la matière offrant de la sorte la voie à des préconisations pour les futures interventions urbanistiques. Peut-on pour autant douter de leur « objectivité » ?

22 Il faudrait même ajouter que suivant les théories en la matière, on considérera qu’il peut exister des échelles relativement indépendantes les unes des autres ou encore, pour reprendre une expression bourdieusienne que « le goût des uns est le dégoût des autres ». Autrement dit il y aurait assujettissement d’un système de valeurs à un autre : système dominé, au mieux fortement influencé par l’autre, au pire conditionné et décliné péjorativement.

23 On peut rapprocher ce débat de celui qui a lieu à propos des théories de S. Sassen lesquelles semblent sinon contredites, à tout le moins fortement nuancées par d’autres recherches.

24 Cf. Les transferts des analyses en termes de systèmes complexes inspirés de la biologie et de la cybernétique.

25 Sans être pour autant le résultat d’une forme institutionnelle nouvelle, le débat sur l’aménagement du quartier des Halles de Paris illustrent assez les conséquences, et la difficulté, d’une prise en compte de multiples échelles.

26 Cette persistance de la référence au « centre » doit aussi être rapportée à un système de pensée qui dépasse largement la question spatiale.

27 Il va de soi que ces « problèmes » n’ont pas la prétention de constituer un programme de recherche. Ils s’agit davantage d’une invitation à poursuivre suivant des modalités qui restent à définir.

28 Encore faudrait-il rappeler que la mobilité ne renvoie pas, en fonction des pratiques, aux mêmes appréciations sociales qui vont des plus laudatives (les voyages d’affaires à l’étranger…) aux plus péjoratives (migrations pendulaires des salariés ou pérégrinations de migrants africains par exemple).

29 Entretien avec Thierry Paquot, Urbanisme, n° 302, 1998.

30 Ulrich Beck, (1986-2001), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion.

31 Cf. François Ascher, (2000), Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. Essai sur la société contemporaine, Paris, L’Aube.

32 B. Jouve, D. Guéranger in B. Jouve, C. Lefèvre (dir.), (2004), Horizons métropolitains, Presses Polytechniques Universitaires Romandes.

33 Cf. les analyses très utiles de Jean-Pierre Gaudin dans Pourquoi la gouvernance ?, Paris, PFNSP, 2002. Quant à la gouvernementalité, on se réfère ici aux analyses de Michel Foucault proposées au Collège de France en 1977-78 : cf. Leçon du 8 février 1978 in Michel Foucault, (2004), Sécurité, territoire, population, Paris, Gallimard.

34 M. Callon, P. Lascoumes, Y. Barthe, (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

35 Cf. les ouvrages d’Isaac Joseph ainsi que les travaux de Samuel Bordreuil.

36 Distinction proposée par Yves Chalas, s’appuyant sur le philosophe G. Vattimo.

37 Et sur le rapport connaissance/action, il faut au moins signaler l’impossibilité littérale de l’action en connaissance de cause et de conséquences, ce fantasme qui sourd chez les spécialistes du risque. Certes l’action est liée à la connaissance (cf. la parabole des pêcheurs à la dérive dans le Maelström racontée par Elias dans Engagement et distanciation, Paris, Fayard, 1983, pp. 69-175), mais non à un paramétrage exhaustif.

38 Cf. spécifiquement, « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie du Travail, n° 4, 1994, pp. 587-607. Citons un long passage très didactique : « Simple berger, il suffit que je délègue à une barrière en bois la tâche de contenir mes moutons, pour que je puisse dormir avec mon chien. Qui agit pendant que je dors ? Moi, les charpentiers et la barrière. Me suis-je exprimé dans cette barrière comme si j’avais actualisé hors de moi une compétence que je possédais en puissance ? Pas le moins du monde. La barrière ne me ressemble aucunement. Elle n’est pas l’extension de mes bras ou de mon chien. Elle me dépasse tout à fait. Elle est un actant de plein droit. Surgit-elle de la manière objective, soudainement, pour écraser par ses contraintes mon pauvre corps fragile et ensommeillé ? Non, j’ai été la chercher parce qu’elle n’avait justement pas la même plasticité, la même temporalité, bref la même ontologie que moi. En me plissant en elle, j’ai pu glisser d’une relation complexe qui réclamait ma vigilance continuelle à une relation simplement compliquée qui n’exige plus de moi que de verrouiller la porte. Les moutons interagissent-ils avec moi lorsqu’ils cognent leur museau sur les rêches planches de sapin ? Oui, mais avec un moi, débrayé, délégué, traduit, multiplié par la barrière. Se heurtent-ils aux contraintes objectives de la matière ? Pas vraiment, puisque la barrière ne ressemble pas plus au sapin qu’à moi. Il s’agit bien d’un actant à part entière qui s’ajoute dorénavant au monde social des moutons bien qu’il ait des caractéristiques totalement différentes des corps. À chaque fois qu’une interaction dure dans le temps et s’allonge dans l’espace, c’est qu’on l’a partagée avec des non-humains », pp. 603-604.

39 On peut ainsi faire un trajet de lecture depuis Du rond-point au giratoire d’E. Alonzo (Marseille, Parenthèses, 2004) jusque Histoire des voyages en train de W. Schivelbusch (Paris, Le promeneur, 1990).

40 Isaac Joseph, (1998), « Paysages urbains, choses publiques », in Carnets du paysage, p. 88.

41 Paris, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte, 1998, p. 14.

42 Traduction Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Armand Colin, 2005.

43 Disons pour simplifier que cette perspective est d’abord analyse de l’action, de ses conséquences sur le monde. Elle est attentive aux effets de composition, explore la composition des mondes communs, réfutant les postures de surplomb et de construction a priori de catégories d’entendement imposées aux actants analysés.

44 Il faut signaler à cet égard, l’ouvrage très précieux coordonné par Bernard Lepetit et Christian Topalov, (2001), La ville des sciences sociales, Paris, Belin. Du côté sociologique le symposium organisé par le Groupe d’Étude et d’Observation de la Démocratie (GEODE) en 2003 visait une telle question sous le titre : « Une théorie sociologique générale est-elle possible (et souhaitable) à l’ère de la mondialisation ? », (cf. les textes réunis par Alain Caillé et Stéphane Dufoix).

45 J.-M. Berthelot, (1996), Les vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales, Paris, PUF.

46 Ainsi qualifiée par Pierre Veltz : « Le territoire est fortement hiérarchisé. La hiérarchie se décline surtout en macro-différences, entre entités nationales, régionales, urbaines. Elle est graduelle et continue. Centres et périphéries se distinguent nettement. Ils s’opposent tout en se soutenant mutuellement : selon les cas, le centre vit des gains prélevés sur la périphérie, ou la périphérie de la redistribution des richesses du centre. Enfin le monde est bien ordonné selon la distance : les rapports économiques ou sociaux sont d’autant plus intenses que la distance est faible. Il n’est pas un élément de cette axiomatique qui ne pose problème au regard des évolutions actuelles ». Pierre Veltz, (1996), Mondialisation, villes et territoires, Paris, PUF, p. 55.

47 Les sociologues Boltanski et Chiapello ont finement qualifié la « récupération » de cette « critique artiste » en analysant un corpus de textes récents du management. Les thèmes du mouvement de Mai 1968 se sont retrouvés autonomisés, « constitués en objectifs valant pour eux-mêmes et mis au service des forces dont ils entendaient hâter la destruction ». Boltanski L., Chiapello E., (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, p. 150.

48 Mentionnons entre autres le livre de Jean Viard, La société d’archipel ou les territoires du village global et celui évoqué de Pierre Veltz.

49 Cf. Sandrine Berroir, Nadine Cattan, Thérèse Saint-Julien, (1996), La structuration des territoires de la ville, entre agglomération et aire polarisée, Équipe P.A.R.I.S, CNRS, rapport de recherche pour le Plan Urbain, 98 p.

50 Boltanski, Chiapello, 1999, op. cit., p. 446.

51 Milton Santos, (1997), La nature de l’espace, Paris, L’Harmattan, p. 202.

52 Cf. Pierre Veltz, (2002), Des lieux et des liens, Paris, L’Aube.

53 Philippe Genestier, (1990), « Recherche urbaine, aménagement urbanistique : entre doctrines et apories », Sociologie du travail, n° 3.

54 Asimov Isaac, (1970), Face aux feux du soleil, Paris, J’ai lu, n° 468, 309 p.

55 Récit anonyme, 2004.

56 Cerda Idelfonso, (1979), La théorie générale de l’urbanisation, Paris, Seuil, 248 p.

57 Le Corbusier, (1957), La charte d’Athènes, Paris, Minuit, 190 p.

58 Le Corbusier, (1994), Urbanisme, Paris, Champs Flammarion, 284 p.

59 L’esprit nouveau, Le Corbusier et l’industrie 1920-1925, Édition Ernst & Sohn, catalogue d’exposition, Les musées de la Ville de Strasbourg, 11 juillet au 13 septembre 1987.

60 Gabriel Dupuy, (1991), L’urbanisme des réseaux, théories et méthodes, Paris, Armand Colin, 198 p.

61 Breton Philippe, (1992), L’utopie de la communication, Paris, La Découverte-essais.

62 Asimov Isaac, op. cit.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540