Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. I

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. Universités et universitaires espagnols au XIXe et au début du XXe siècle

L’Université espagnole à la fin du XIXe siècle. Approche sociologique du corps professoral

Jean-Louis Guereña

Texte intégral

  • 1 Adolfo Posada, Politica y enseñanza, Madrid, Daniel Jorro, Editor, 1904, pp. 92-94. Ricardo Maclas (...)
  • 2 "Mensaje y programa de la Cámara agricola del Alto Aragón (13 de Noviembre de 1898)", in Reconstitu (...)

1Durement secouée par les mesures de 1875 supprimant la liberté de chaire et qui allaient entraîner une nouvelle "question universitaire", strictement corsetée par le pouvoir central, l’Université espagnole demeurait à la fin du XIXe siècle un champ clos, de faible niveau scientifique. Elle avait besoin de profondes réformes, à même de pouvoir l’assimiler un tant soit peu aux Universités européennes plus prestigieuses. La suppression de certaines Universités, voire d’une grande majorité de celles qui existaient alors, était même présentée par certains comme une solution pour élever le niveau et l’efficacité de l’institution universitaire1 : "Moins d’Universités et plus de savants", clamait ainsi Joaquín Costa en 18982. Mais surtout l’Université espagnole et les universitaires avaient besoin d’autonomie face au pouvoir central.

  • 3 R. M. Picavea, op. cit., p. 131.
  • 4 Paul Melon, L’enseignement supérieur en Espagne, Paris, Armand Colin et Cie, 1898, pp. 100-101.

2Comme le lycée, l’Université apparaissait aux yeux des observateurs de l’époque comme "un corps mort de l’intérieur", selon la formule de Macías Picavea en 1899, qui poursuivait : "un régime identique, un même manque de contenu, une semblable carence de toute action éducative et d’enseignement, le même manque absolu de matériel didactique, l’absence propre d’un corps vivant et d’une âme autonome"3. Mêmes remarques de la part de Paul Melon en 1897, qui soulignait les effets pervers du centralisme bureaucratique, et la lutte, sur le terrain de l’enseignement universitaire, entre le passé et le présent4. L’Université espagnole présentait donc un cadre très rigide, qui ne permettait pas d’intégrer l’innovation.

  • 5 Le Boletín de la Institución Libre de Enseñanza fondé en 1877 ne cesse sa publication qu’en 1936. S (...)

3Dans une Université ankylosée, quelques universitaires, marqués par l’influence de l’Institution Libre de l’Enseignement (Institución Libre de Enseñanza) et de Francisco Giner de los Ríos, allaient tenter toutefois d’appliquer des méthodes modernes d’enseignement et de renouveler de l’intérieur la vieille institution universitaire. C’est le cas tout particulièrement du célèbre "groupe d’Oviedo" (Rafael Altamira, Adolfo Buylla, Adolfo Posada, Clarín...). A l’origine, suite à la révocation de leurs chaires universitaires en 1875 de Giner de Los Ríos, Salmerón, Azcárate et d’autres, l’Institution Libre de l’Enseignement n’était qu’un simple centre d’enseignement secondaire, aux méthodes pédagogiques actives. Mais bien vite, par ses conférences, sa bibliothèque, et surtout son Bulletin5, l’Institution devint un laboratoire permanent, un lieu de rencontre obligé pour tous ceux qui concevaient l’éducation autrement et voulaient connaître d’autres expériences. Son prestige social, sa projection dans tout le pays étaient immenses, et l’Institution irriga largement le tissu universitaire espagnol.

  • 6 P. Melon, op. cit., p. 112.

4C’est donc dans le plus petit centre universitaire espagnol, l’un des plus éloignés de la capitale, que se rencontrèrent ces hommes qui allaient faire jouer à l’Université d’Oviedo "ce rôle d’initiateur et d’agent des réformes" que découvrit Paul Melon en 1897. "Dans cette Université minuscule de la province des Asturies, poursuivait-il, il s’est formé depuis quelques années sous la direction de MM. Alas, Buylla, Sela, Aramburu, Posada, un groupe et une école dont les tendances sont en opposition avec l’esprit qui domine trop encore ailleurs"6.

5Par ses méthodes pédagogiques actives, rejetant tout formalisme, par toutes ses initiatives (Colonies scolaires, Ecole pratique d’études juridiques et sociales, publication d’Annales de l’Université), l’Université d’Oviedo surnageait dans un océan de médiocrité, où la production universitaire se contentait bien souvent de la rédaction de simples manuels alimentaires, et où l’enseignement se limitait à la seule préparation aux examens :

  • 7 Aramburu, Buylla, Sela, Posada, Altamira, "École pratique d’études juridiques et sociales à Oviedo" (...)

"Il y a longtemps déjà que l’Université d’Oviedo manifeste une tendance à sortir des moules officiels, à faire en sorte que l’élève ait quelque chose de plus que la science un peu dogmatique et cristallisée de la chaire, à chercher quelque compensation à cette pure préparation à l’examen où l’usage fait déchoir insensiblement -par la faute de vices traditionnels de nos systèmes d’enseignement- la tâche universitaire"7.

  • 8 Ce n’est qu’en 1901 qu’est créée une chaire de "Géographie politique et descriptive" (Jerónimo Beck (...)
  • 9 Un cours de Sociologie au niveau du doctorat, confié à Manuel Sales y Ferré, existait à la Faculté (...)
  • 10 Jean-Louis Guereña, "Les institutions du culturel. Politiques éducatives". Chapitre IV de 1900 en E (...)

6Pourtant allaient faire progressivement leur entrée à l’Université des disciplines nouvelles, comme la géographie8, ou la sociologie9. Mais, pour modifier son image, l’Université espagnole nécessitait en cette fin de siècle de profonds changements structurels, un financement adéquat, et davantage d’autonomie. La création d’un Ministère spécifique d’Instruction Publique en 1900 (bien que la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur ne voie le jour qu’en 1925), et les réformes des diverses facultés menées par les ministres García Alix et Romanones en 1900-1901, semblaient pourtant signaler la volonté de l’Etat de s’engager dans l’application d’une politique éducative nouvelle que réclamaient d’importants secteurs de l’opinion publique après la crise de 189810. Mais le manque permanent de moyens empêchait l’Etat de mener une politique pédagogique quelque peu ambitieuse. De toutes façons, l’éducation ne pouvait se séparer du contexte économique et social. Et l’on peut s’interroger sur la volonté réelle des hommes politiques de l’époque de transformer l’Ecole en profondeur, au-delà de mesures éducatives d’urgence. Malgré quelques initiatives, et l’effort de quelques universitaires soucieux du développement des missions universitaires, l’Université en Espagne restait donc très largement au début du XXe siècle un bastion fermé aux idées nouvelles, sans prise réelle sur la société.

  • 11 Citons toutefois l’étude de P.-L. Moreno et A. Viñao, "El cuerpo de catedráticos de Universidad com (...)

7Après une ébauche de la carte universitaire espagnole vers 1900, nous voudrions tenter ici une approche sociologique du corps professoral, terrain encore pratiquement inexploré en Espagne11, avec une application concrète pour les universitaires asturiens : répartition disciplinaire, origine géographique, âge moyen d’accès au corps, profils de carrière.

La carte universitaire espagnole en 1900

  • 12 Le traitement des instituteurs va commencer d’être pris en charge par l’Etat, et non plus les munic (...)
  • 13 Selon la loi d’Instruction publique du 9 septembre 1857 (Ley de Instrucción pública, Madrid, Impren (...)

8L’enseignement supérieur espagnol était jusque-là le seul niveau financé par l’Etat12, qui percevait ce qu’il restait des revenus des Universités, ainsi que les droits d’inscription et d’obtention des diplômes et titres universitaires13. C’est dire la tutelle qu’il exerçait sur l’institution et ses professeurs, devenus de simples fonctionnaires.

  • 14 Real Cédula por la qual se reduce el número de las universidades literarias, se agregan las suprimi (...)
  • 15 Plan literario de estudios y arreglo general de las Universidades del Reino, s. l., s.ed 1824, 38 p
  • 16 Plan general de estudios aprobado por Real decreto de 17 de Septiembre de 1845, in Historia de la E (...)
  • 17 P. Melon, op. cit., p. 3.

9Déjà le Décret du 5 juillet 1807 avait supprimé onze des vieilles Universités créées sous l’Ancien Régime14, puis le Plan de 1824 avait introduit de nouvelles suppressions15. Le Plan de 1845 n’avait retenu pour sa part que dix Universités16, en faisant "de ces anciennes Universités, véritables républiques enseignantes, qui avaient une vie propre, des revenus particuliers, des droits et des privilèges, des parties d’un tout administratif et fortement centralisé"17.

  • 18 Ley de Instrucción pública, op. cit., 9-IX-1857, art. 127-128, p. 42 et art. 259, p. 65.

10Ces dix Universités étaient devenues en 1857 le siège d’autant de districts universitaires, dont dépendaient les autres établissements d’enseignement18 : Barcelone (comprenant les quatre provinces catalanes de Barcelone, Gérone, Lérida et Tarragone, plus les Iles Baléares), Grenade (provinces de Grenade, Almería, Jaén et Malaga), Madrid (provinces de Madrid, Ciudad-Real, Cuenca, Guadalajara, Ségovie et Tolède), Oviedo (provinces d’Oviedo et de Léon), Salamanque (provinces de Salamanque, Avila, Cáceres et Zamora), Saint-Jacques de Compostelle (provinces galiciennes de La Corogne, Lugo, Orense et Pontevedra), Séville (provinces de Séville, Badajoz, Cadix, Cordoue, Huelva, et les Iles Canaries), Valence (provinces de Valence, Albacete, Alicante, Castellón et Murcie), Valladolid (provinces castillanes de Valladolid, Burgos, Palencia et Santander, et provinces basques d’Alava, Guipuzcoa et Biscaye) et Saragosse (provinces aragonaises de Saragosse, Huesca et Teruel, plus les provinces de la Navarre, Soria et Logroño).

  • 19 Ibid., art. 260-265, pp. 65-66.
  • 20 Ibid., art. 270, p. 67.

11L’administration universitaire empruntait partiellement au modèle centraliste français. Le Président de l’Université était en effet en même temps le Recteur du district universitaire, "chef immédiat de l’Université respective, et supérieur de tous les établissements d’instruction publique qui s’y trouvent"19, nommé par le Roi, et dépendant hiérarchiquement du Ministre. Les Doyens des Facultés étaient nommés par le Gouvernement sur proposition du Recteur20. Les conseils des professeurs (claustros) avaient, du fait de cette organisation centralisée, largement perdu de leurs pouvoirs.

  • 21 Colección Legislativa de España, T. 100, 1868, p. 422. Sur les Facultés de théologie, voir Mariano (...)
  • 22 La Faculté de Médecine de l’Université de Séville se trouvait à Cadix.

12A la fin du XIXe siècle, il n’y avait que cinq Facultés (Philosophie et Lettres, Sciences -avec des sections de Sciences exactes, physiques et naturelles-, Droit, Médecine et Pharmacie), celle de Théologie ayant été supprimée en 186821. Mais seule la Faculté de Droit était présente officiellement dans toutes les Universités, et celle de Pharmacie n’existait que dans quatre Universités (Madrid, Barcelone, Grenade et Saint-Jacques de Compostelle). La Faculté des Lettres n’existait que sous la forme d’enseignements préparatoires aux cursus juridiques, avec trois professeurs seulement au lieu de neuf ou dix huit (Madrid), dans quatre Universités (Oviedo, Saint-Jacques de Compostelle, Valence et Valladolid). La Faculté de Médecine était absente dans les deux Universités d’Oviedo et de Salamanque22. Enfin, la Faculté des Sciences n’était réduite bien souvent qu’à une seule section (comme dans les Universités de Grenade, Séville ou Valence), voire deux (Universités de Barcelone et de Saragosse), ou n’offrait que des enseignements préparatoires à la Médecine et à la Pharmacie (comme dans les Universités de Saint-Jacques de Compostelle et de Valladolid). Seule l’Université de Salamanque était dépourvue de tout enseignement scientifique.

  • 23 Voir Ley de Instrucción pública, 9-IX-1857, op. cit., art. 130-135, p. 42.
  • 24 L’Université se trouvait auparavant à Alcalá de Henares. Elle fut transférée à Madrid (comme celle (...)
  • 25 Le terme apparaît pour la première fois en 1820 : "Une université centrale sera établie dans la cap (...)
  • 26 Ley de Instrucción pública, 9-IX-1857, op. cit., art. 129, p. 42. Voir les souvenirs d’Adolfo Posad (...)

13La carte universitaire présentait donc une stricte hiérarchie des Universités, de par leur poids et leur taille, l’éventail des filières d’enseignement supérieur23. L’Université de Madrid, pourtant de création récente24, mais qualifiée d’Université centrale25, occupait une place prééminente dans le dispositif universitaire - voulue par le législateur - par la nature et le nombre de ses filières, les rémunérations et le prestige de ses enseignants. Seule en effet, l’Université centrale de Madrid possédait les enseignements de doctorat, ainsi que toutes les Facultés complètes, devenant par là lieu de passage obligé pour les universitaires26.

  • 27 Mais l’Université de Barcelone ne possédait que les Sections de Sciences exactes et de Sciences phy (...)
  • 28 Avec des enseignements littéraires préparatoires au Droit, et, pour l’Université de Valence, une se (...)

14A côté des Universités de Madrid et Barcelone, qui seules en 1900 pouvaient offrir aux étudiants toutes les Facultés27, l’Université d’Oviedo, à l’autre bout de l’échelle, n’avait officiellement qu’une seule Faculté, celle de Droit, avec toutefois des enseignements complémentaires de Lettres, préparatoires à l’enseignement juridique. Les Universités de Valence et de Valladolid ne possédaient officiellement que les deux Facultés de Droit et de Médecine28, et celle de Salamanque les seules Facultés de Lettres et de Droit. Les Universités de Saint-Jacques de Compostelle et de Séville étaient pourvues de trois Facultés complètes (Droit, Médecine et Pharmacie à Saint-Jacques ; Lettres, Droit et Médecine à Séville), avec des embryons des filières scientifiques manquantes. Enfin, parmi les mieux dotées, avec quatre Facultés, se trouvaient les Universités de Grenade (avec les Facultés des Lettres, de Droit, de Médecine et de Pharmacie, outre une Section de Sciences, non reconnue comme Faculté) et de Saragosse (Faculté des Lettres, de Droit, des Sciences - avec deux sections seulement, et de Médecine).

15Face au désengagement de l’Etat, certaines Facultés étaient subventionnées par les autorités locales et provinciales, afin de compléter le potentiel d’enseignement : ainsi les Facultés de Médecine de Séville et de Lettres de Valence (par la province), ou celle des Sciences d’Oviedo (par la municipalité et la province).

16A côté des Facultés, il faut ajouter les Ecoles Supérieures à finalité professionnelle (Ingénieurs industriels, Architecture, Commerce...), que nous n’envisageons pas ici.

Les corps universitaires, Professeurs et Etudiants

  • 29 Anuario Estadístico de Instrucción Pública correspondiente al curso de 1900-1901, con avances de 19 (...)

17Le nombre de professeurs et d’étudiants dans les Universités espagnoles était globalement rachitique au début du XXe siècle. Seulement quelques 8.000 étudiants étaient effectivement présents dans les locaux universitaires en 1900, auxquels il faut ajouter un nombre légèrement supérieur d’étudiants dits "libres" (inscrits mais n’assistant pas aux cours), soit en tout environ 17.000 étudiants, dont l’essentiel (7.400) était inscrit en Faculté de Droit29.

  • 30 Pour les étudiants de l’Université de Salamanque, voir José María Hernández Díaz, "La condición de (...)

18Le nombre d’étudiants était très variable selon les Universités, dépendant évidemment de leur importance (nombre de Facultés), mais pas simplement. Si l’on s’en tient au total (étudiants inscrits et "libres"), le rapport va de 1 à 10 (Madrid, 4.800 et Oviedo, 400), la plupart des Universités se tenant autour de 1.000-1.500 étudiants30.

  • 31 Seules six femmes obtiennent un diplôme de licence et quatre un doctorat à l’Université de Madrid a (...)

19Le nombre et la nature des diplômes délivrés étaient en rapport direct. L’Université espagnole produisait ainsi un peu moins de 2.000 licenciés en 1900/1901, dont 31 seulement à l’Université d’Oviedo, et 326 à l’Université de Madrid. Une seule femme obtenait cette année-là sa licence, en Pharmacie31. Par ailleurs, 166 étudiants soutenaient leur thèse de doctorat.

20La répartition disciplinaire des diplômes témoignait de façon largement significative des priorités de la société espagnole de l’époque. Le Droit l’emportait ainsi très largement : 985 titres de licenciés délivrés, presque la moitié du total, contre seulement 49 licenciés ès sciences (2,5 %), 545 en Médecine (27 %), 268 en Pharmacie (13 %), et 145 en Lettres (7 %).

  • 32 Real orden, resolviendo que inmediatamente se haga la publicación del escalafón general de los cate (...)
  • 33 En 1902 est toutefois publié le tableau d’avancement des professeurs auxiliaires (Ministerio de Ins (...)
  • 34 Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1895, formad (...)
  • 35 Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1900, formad (...)
  • 36 Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes. Subsecretaría - Sección de Estadística, Escalafón (...)
  • 37 Il s’agit du total des postes de rang magistral, incluant donc les chaires effectivement vacantes c (...)

21D’autre part, le nombre de professeurs titulaires d’une chaire (Catedráticos de Universidad), quelque soit la modalité d’accès au corps (concours public, l’équivalent de l’agrégation française de droit - oposición, ou recrutement sur dossier - concurso), n’augmentait que très lentement et demeurait très modeste, selon les tableaux d’avancement du corps (Escalafones de antigüedad de los catedráticos de Universidad), publiés annuellement depuis 184732, et qui laissaient par conséquent de côté les professeurs auxiliaires, chargés de remplacer les professeurs titulaires de chaire et d’occuper les postes éventuellement restés vacants33 : 444 professeurs en 189534, 466 en 190035, et 480 en 190536, soit 8 % d augmentation en 10 ans37.

PROFESSEURS TITULAIRES EN POSTE (1887-1900). Tableau 1

1887

386

1888

400

1889

409

1890

414

1891

405

1892

408

1893

404

1894

402

1895

394

1896

407

1897

413

1898

423

1899

429

1900

432

22Les inégalités par Universités et filières s’observaient bien entendu à ce niveau. L’Université de Madrid pouvait disposer en 1900 de près d’une centaine de professeurs (99 exactement), 30 en Faculté des Sciences (33,7 % des 89 professeurs de Sciences pour toutes les universités espagnoles), 23 en Faculté de Droit (16,4 % des 140 professeurs de Droit), 20 en Faculté de Médecine (15,1 % des 132 professeurs de Médecine), 18 en Faculté des Lettres (23,68 % des 76 professeurs de Lettres), et 8 en Faculté de Pharmacie (27,58 % des 29 professeurs de Pharmacie).

23Après l’Université de Madrid, qui concentrait globalement plus du cinquième du total des professeurs titulaires (21,24 % des 466 professeurs), venaient les Universités de Barcelone (58 professeurs, soit 12,45 % de 1’ensemble), Grenade et Saragosse (51 professeurs chacune, correspondant à 10,94 %), puis celles de Séville (45 professeurs - 9,66 %), Saint-Jacques de Compostelle (42 professeurs - 9 %), Valence (40 professeurs - 7,07 %), et Valladolid (36 professeurs - 7,72 %). Loin derrière, se trouvaient les Universités d’Oviedo et de Salamanque, avec 22 professeurs chacune, soit environ cinq fois moins qu’à l’Université de Madrid, et moins de 5 % (4,72 %) de l’ensemble du corps professoral espagnol de statut magistral.

PROFESSEURS TITULAIRES PAR UNIVERSITÉS (1895-1900)(*). Tableau 2

UNIVERSITÉS

1895

1900

Barcelona

58 (13.06 %)

58 (12.45 %)

Granada

48(10.81 %)

51(10.94 %)

Madrid

94(21.17 %)

99 (21.24 %)

Oviedo

16 (03 60 %)

22 (04.72 %)

Salamanca

22 (04.95 %)

22 (04.72 %)

Santiago

42 (09.46 %)

42 (09.01 %)

Sevilla

42 (09.46 %)

45 (09.66 %)

Valencia

35 (07.88 %)

40 (07.07 %)

Valladolid

36 (08.10 %)

36 (07.72 %)

Zaragoza

51 (11.48 %)

51 (10.94 %)

Totaux

444

466

* Sont inclues les chaires vacantes.

24Les Facultés traditionnelles de Droit et de Médecine concentraient l’essentiel des professeurs (plus de 58 % de l’ensemble des professeurs à elles deux) : 140 professeurs de Droit (30 %) et 132 de Médecine (28,33 %). A l’opposé, il n’y avait que 29 professeurs dans les quatre Facultés de Pharmacie (6,22 %), 89 professeurs de Sciences (19 %)-40 dans les sections des Sciences Exactes, 27 dans celles des Sciences Physiques, et 22 en Sciences naturelles et 76 professeurs de Lettres (16,3 %).

PROFESSEURS TITULAIRES PAR FACULTÉS EN 1900. Tableau 3

PROFESSEURS TITULAIRES PAR FACULTÉS EN 1900. Tableau 3

25L’intitulé des chaires - qui, nous l’avons vu, ne se trouvaient pas dans toutes les Facultés - était uniforme pour toute l’Espagne. Citons celles des Facultés de Lettres et de Droit. La Faculté des Lettres disposait de huit chaires, certaines se trouvant doublées : Métaphysique (deux postes à l’Université de Madrid), Histoire Universelle (deux postes en général), Histoire critique d’Espagne (deux postes à l’Université de Madrid), Langue grecque, Littérature grecque, Littérature générale et espagnole, Langue et Littérature latines, Hébreu (Universités de Barcelone, Madrid, Salamanque et Séville) ou/et Arabe (Universités de Grenade, Madrid, Saragosse et Séville). L’Université de Madrid ajoutait en plus une chaire de Philologie comparée du Latin et du Castillan, alors confiée alors au tout jeune Ramón Menéndez Pidal, ainsi que les quatre chaires spéciales pour le doctorat (Histoire de la Philosophie, Esthétique, Histoire critique de la littérature espagnole, Sanscrit et Sociologie). Les Universités qui n’avaient que des enseignements littéraires préparatoires au Droit, ne possédaient que trois chaires (Métaphysique, Littérature générale et espagnole, Histoire critique d’Espagne).

26En Faculté de Droit, il y avait treize chaires au total, à savoir : Droit naturel, Droit romain, Histoire générale du Droit espagnol, Droit canon, Droit politique et administratif (deux postes), Droit civil (deux postes), Economie politique et Finances publiques (à l’Université de Madrid ces deux chaires étaient séparées, et il y avait deux postes pour la chaire d’Economie politique et de Statistique), Droit pénal, Droit du commerce, Droit international, Procédés judiciaires et Pratique juridique. Ces deux dernières chaires étaient séparées à l’Université de Madrid, qui possédait en outre sept chaires pour les cours de doctorat : Littérature et Bibliographie juridiques, Histoire de l’Eglise et Recueils de Droit canon, Histoire des traités, Législation comparée, Etudes supérieures de Droit romain, Philosophie du Droit, et Institutions de Droit public.

  • 38 "Los Catedráticos numerarios de las Universidades formarán escala general, en la que se ascenderá p (...)
  • 39 Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1900, op. ci (...)

27La faiblesse des rénumérations, payées directement par l’Etat, rappelons-le, obligeait les universitaires à des travaux auxiliaires (et, en premier lieu l’édition de manuels, dont la lecture était obligatoire pour les étudiants), ou à multiplier les articles de revue. L’échelle des traitements, extrêmement rigide38 et inchangée depuis 1882, comportait huit catégories composant une pyramide au sommet très étroit (7 professeurs seulement), et s’élargissant progressivement, de 10.000 pesetas à 3.500 pesetas par an (139 professeurs), soit un éventail de un à trois, mais les deux tiers des professeurs gagnaient 5.000 pesetas ou moins39 :

ÉCHELLE DES SALAIRES DES PROFESSEURS D’UNIVERSITÉ EN 1900. Tableau 4

n° 1-5 (5 + 2)

10.000 pesetas

n° 6-15(10 + 3)

8.750 pesetas

n° 16-45 (30)

7.500 pesetas

n° 46-90(45 + 1)

6.500 pesetas

n° 91-145 (55)

6.000 pesetas

n° 146-210 (65 + 6)

5.000 pesetas

n° 211-280 (70)

4.000 pesetas

n° 281-417 (136 + 3)

3.500 pesetas

  • 40 Ley de Instrucción pública, 9-IX-1857, op. cit., art. 228, p. 59 et art. 235, p. 60.
  • 41 Paul Aubert, "Madrid, polo de atracción de la intelectualidad a principios de siglo", La sociedad m (...)
  • 42 P.L. Moreno et A. Viñao Frago, "El cuerpo de catedráticos de Universidad como grupo profesional. An (...)
  • 43 Voir Memoria de la gestión realizada desde el día 3 de abril de 1907 hasta el día 30 de junio de 19 (...)
  • 44 José Carlos Mainer, "La redención de los Paraninfos : asambleas y regeneracionismo universitarios",(...)

28Les chaires madrilènes étaient les plus courues, puisqu’elles comportaient une prime annuelle de 1.000 pesetas, soit un dixième du plus fort traitement, en fin de carrière40. Les stratégies universitaires étaient ainsi clairement orientées. L’Université de Madrid pouvait apparaître comme l’Université type pour terminer sa carrière universitaire41, et les petites Universités de province, bien moins dotées en personnel et moyens, comme des Universités de simple passage, des tremplins vers d’autres Universités plus prestigieuses42. Signalons aussi comme autre élément de réponse la stabilité du nombre des professeurs, ou tout au moins sa très lente progression globale. La question de l’augmentation des salaires figurait en tout cas en premier lieu des revendications universitaires43, avec l’affirmation de l’autonomie, à la suite de l’Assemblée Universitaire de Saragosse44.

"Cette Université minuscule de la province des Asturies"

  • 45 Voir Fermín Canella, Historia de la Universidad de Oviedo y noticias de los establecimientos de ens (...)

29L’Université d’Oviedo, à laquelle nous allons nous attacher plus particulièrement, est un exemple typique d’Université périphérique45 : le plus petit centre universitaire d’Espagne (par le nombre de facultés, d’enseignants, d’étudiants et de diplômés-en gros 10 % des effectifs de l’Université madrilène, l’Université Centrale, la seule à posséder toutes les facultés et enseignements, dont ceux du doctorat), "cette Université minuscule de la province des Asturies" comme la décrit Paul Melon en 1897, ce qui limite le champ d’étude à un échantillon certes relativement réduit, mais d’autant plus facile à appréhender.

  • 46 Voir par exemple Enrique de Benito, La cátedra, el laboratorio y el museo en la enseñanza del derec (...)
  • 47 Irene Palacio Lis, "La Universidad de Oviedo y su programa americanista (1900-1910), Higher Educati (...)
  • 48 J.-L. Guereña, "La projection sociale de l’Université à la fin du XIXe siècle : l’Extension Univers (...)

30En même temps, et significativement, l’Université d’Oviedo est, dans la période considérée (fin XIXe-début XXe siècles), l’Université la plus active, la plus rénovatrice, tant sur le plan universitaire lui-même - activités de recherche, renouvellement disciplinaire46 - qu’au-delà : projection sociale de l’Université dans la région, le pays, et même en Amérique latine47, grâce en particulier à ses initiatives en matière d’Extension Universitaire48.

  • 49 Voir dans l’Annexe n° 2 les biographies succinctes des 31 Professeurs enseignant à l’Université d’O (...)

31Parmi les Universitaires en poste à l’Université d’Oviedo49, on peut noter à cette époque la présence de plusieurs personnalités de renom : un grand romancier (Clarín), décédé en 1901 ; un historien qui sera le premier Directeur Général de l’Enseignement primaire au sein du nouveau Ministère de l’Instruction Publique (Rafael Altamira) ; des intellectuels "engagés" dans le mouvement social, et qui seront recrutés dans la période envisagée comme chefs de service à l’Institut des Réformes Sociales, l’ancêtre du Ministère du Travail (Buylla et Posada).

  • 50 Antonio García Alix, Disposiciones dictadas para la reorganización de la enseñanza. 26 abril a 30 s (...)

32La chronologie choisie (1887-1907) essaie donc de cerner sociologiquement le corps professoral de l’Université d’Oviedo au long de 20 années significatives, autour de 1900 qui connaît une accumulation de réformes éducatives avec la création du Ministère50.

  • 51 Nous n’avons pu consulter le tableau correspondant à l’année 1901. Nous remercions Mariano Peset po (...)

33Cette étude se fonde essentiellement sur les tableaux d’avancement des professeurs titulaires (Escalafones de antigüedad de los catedráticos de Universidad) de 1887 à 190751. Comme nous l’avons plus haut, cette source ne se réfère qu’aux seuls professeurs titulaires d’une chaire (catedráticos de Universidad), et laisse de côté les professeurs auxiliaires, chargés de remplacer les titulaires et d’occuper les chaires éventuellement vacantes.

34Quelles indications fournissent ces tableaux ? Quels calculs permettent-ils d’effectuer ? Ces escalafones publiés annuellement depuis 1847 ont varié dans le temps dans leur présentation et les renseignements contenus. Les premiers ne sont en effet que de simples listes de noms (avec l’indication de l’Université, de la Faculté et de la chaire occupée en début d’année civile). S’ajouteront ensuite dates et lieux de naissance, titres possédés, traitements en fonction de la place dans le tableau d’avancement, et ce en fonction uniquement de l’ancienneté.

35Nous avons également consulté quelques dossiers personnels (conservés aux Archives du Ministère de l’Education). Bien qu’un certain nombre de données puisse ainsi être obtenue, une grande inconnue demeure cependant : l’origine sociale des professeurs, dont la connaissance pourrait sans doute éclairer les stratégies universitaires mises en œuvre.

36Petite Université périphérique, comme nous l’avons vu, l’Université d’Oviedo n’était-elle qu’une Université de passage ? Nous tenterons d’y répondre, en ayant à l’esprit les conclusions du responsable de la section de statistique au Ministère, Fernando Araujo, en 1902 :

  • 52 Escalafón de antigüedad de los catedráticos numerarios de las Universidades del Reino en 1° de Ener (...)

"En todo caso siempre queda en pié esta conclusión : el personal destinado a Universidades situadas en poblaciones pequeñas emigra en cuanto puede, a menos de que razones de familia, de origen, de salud o de intereses no le retengan"52.

37Signalons aussi la stabilité du nombre des professeurs titulaires pour toute l’Espagne, ou tout au moins sa très lente progression globale pendant les 20 ans considérés, ce qui limitait d’autant les mutations possibles (1887 : 380 professeurs ; 1900 : 417, soit une augmentation de 9,73 % en 13 ans ; 1907 : 439, soit plus de 15,5 % d’augmentation en vingt ans).

L’Université d’Oviedo. Les facultés. Les chaires

  • 53 Sur les enseignements de Droit, voir Adolfo Posada, La enseñanza del derecho en las Universidades. (...)

38Commençons par une description globale, complémentaire de celle que nous avons faite plus haut. Longtemps, la Faculté de Droit a été la seule à exister officiellement, avec 13 (à partir de 1893) ou 14 chaires dont les intitulés (fixés par les autorités centrales, Direction Générale de l’Instruction Publique du Ministère de Fomento, puis Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts) ne connaîtront que peu de modifications : Droit naturel, Droit romain, Histoire générale du droit espagnol, Droit canon, Droit politique et administratif (2 chaires), Droit civil (2 chaires), Economie politique et Finances publiques, Droit pénal, Droit du commerce, Droit international, Procédés judiciaires et Pratique juridique - 2 chaires jusqu’en 189253.

39S’ajoutaient des enseignements complémentaires de Lettres, préparatoires au cursus juridique (3 chaires : Métaphysique, Histoire critique d’Espagne, Littérature générale et espagnole), érigés en Faculté autonome (Filosofía y Letras) à partir de l’année universitaire 1899-1900.

  • 54 Gaceta de Madrid, n° 201, 20-VII-1895, p. 263. Une première Faculté des Sciences avait été supprimé (...)
  • 55 Voir Enrique Urios, "La Facultad de Ciencias", Anales de la Universidad de Oviedo, Oviedo, 1,1901, (...)

40D’autre part, la Faculté des Sciences -subventionnée par la municipalité d’Oviedo et la province- (Diputación provincial) face au désengagement de l’Etat, et autorisée officiellement à fonctionner en 189554 - comptait 6 chaires en 1900 : Chimie générale, Physique supérieure, Histoire naturelle, Analyse mathématique (2 cours), Géométrie et Géométrie analytique, Cosmographie et Physique du Globe55.

  • 56 Voir Annexe n° 1.

41De 1887 à 1907, seuls 31 professeurs, notre échantillon d’étude (mais certains calculs seront effectués sur une population légèrement inférieure), vont assurer ces enseignements (qui comportent selon les années, 16, 17 ou 22 chaires). C’est dire déjà la grande stabilité du corps professoral de l’Université d’Oviedo. Signalons toutefois le nombre relativement important de chaires vacantes (5 en 1887, 2 en 1900), dont beaucoup le sont de nombreuses années de suite56, ainsi que, pour la Faculté des Sciences, les chaires assurées en enseignement complémentaire (dites chaires accumulées).

Origine géographique du corps professoral de l’Université d’Oviedo

42Les professeurs en poste à l’Université d’Oviedo entre 1887 et 1907 sont pour l’essentiel nés dans la région (15 sur 31 sont en effet originaires de la province, à quoi il faut ajouter un professeur originaire de la province de León toute proche, et qui dépend administrativement du district universitaire d’Oviedo, soit 50 % de l’ensemble). Certains professeurs nés hors des Asturies y ont toutefois leur famille originaire (tel Clarín) et doivent dont leur être associés, ce qui accroît d’autant le pourcentage de professeurs nés dans la province, et pour la plupart dans la ville même d’Oviedo (un peu moins de 50.000 habitants en 1900). Le corps professoral asturien se reproduit donc très largement sur place.

43Parmi les professeurs non originaires de la région, sept sont nés dans une province siège d’Université (Madrid, Salamanque, Saint-Jacques de Compostelle, Séville, Valence et Saragosse), soit plus du quart de l’ensemble (25,80 %). Si l’on ajoute à ce groupe les quinze professeurs nés à Oviedo, c’est donc près des trois quarts d’entre eux (74,20 %) qui sont originaires d’une province où se trouve une Université.

44Seuls huit professeurs (25,80 %) sont nés dans une province qui ne dispose pas d’une Université : Alicante (district universitaire de Valence), Cáceres (Salamanque), León (Oviedo), Logroño (Saragosse), Palencia (Valladolid), Toledo (Madrid) et Zamora (Salamanque).

  • 57 F. Araujo, "Prólogo", Escalafón de antigüedad de los catedráticos numerarios de las Universidades d (...)

45En 1902, et pour toute l’Espagne, près des 2/3 des professeurs (65 %) étaient originaires d’une province siège d’Université57. Ceux nés à Oviedo, et quelque soit leur lieu d’exercice - 18, représentaient alors près de 4,5 % des 411 professeurs, au 7e rang, après les professeurs nés à Madrid - 42, Barcelone - 33, Grenade - 30, Valence - 29, Saragosse - 28, et La Corogne (Université de Saint-Jacques de Compostelle) - 27. Les Asturies étaient donc en quelque sorte sur-représentées dans le corps professoral, par rapport à l’importance de leur population, ou même de leur propre Université :

  • 58 Ibid., p. 18.

"¿Es un fenómeno casual, s’interroge Fernando Araujo58, que las provincias en que existen Universidades den los contingentes mayores de personal docente, y precisamente del personal propio de las Facultades que en ellas se enseñan ? Evidentemente que no, y la coincidencia señalada es resultado natural del influjo del medio en que se vive : (...) Oviedo tiene Facultad de Derecho y Oviedo produce 14 jurisconsultos (...)".

46Quoiqu’il en soit, il faut noter que l’une des premières conditions favorables pour devenir professeur des Universités était l’existence ou non dans la province d’un centre universitaire. Tous les professeurs originaires des Asturies ont en effet effectué leurs études universitaires à Oviedo (pour le Droit, sauf bien entendu le doctorat), plus certains dont les parents sont venus y habiter, comme Clarín.

Age moyen d’accès au corps des professeurs. Renouvellement du corps universitaire d’Oviedo

47L’accès dans le corps des professeurs se fait à un âge relativement jeune, sauf certains cas, qui semblent tout à fait particuliers et marginaux (47 et 51 ans). La quasi totalité (près de 90 %) a en effet moins de 38 ans lorsqu’elle accède au rang de professeur (25 professeurs sur 28 - 89,3 %). Plus de 50 % a entre 30 et 37 ans pour son premier poste (15/28 - 53,6 %), et plus du tiers moins de 30 ans (10/28 - 35,7 %). Notons que certains professeurs étaient déjà entrés à l’Université auparavant en tant que professeurs auxiliaires (dont l’ancienneté n’était pas comptabilisée pour l’avancement des titulaires, sauf quelques cas particuliers).

  • 59 Ley de Instrucción pública, 9-IX-1857, art. 220/1.

48Malgré les dispositions59 fixant à 25 ans l’âge minimum pour devenir professeur titulaire (c’est aussi la limite d’âge inférieure requise pour pouvoir être inscrit sur les listes électorales), deux professeurs débutent tout de même leur carrière universitaire à l’âge de 23 ans.

49Etant donné la stabilité du nombre de chaires, le faible nombre des mutations, et la longueur de la carrière (en 1902, et pour toute l’Espagne, plus de 15 % des professeurs ont plus de 60 ans, près de 45 % plus de 50 ans), le renouvellement du corps professoral est très lent. Plus du tiers (35,7 %) des professeurs enseignant de 1887 à 1907 ont été recrutés avant 1887 (dont la moitié 5 - l’a été en 1876 - 17,6 %), les deux tiers (18, soit 64,2 %) de 1887 à 1906 (dont presque un tiers toutefois dans la période 1895-1900 - 9 professeurs représentant 32,1 % de l’ensemble).

50En 20 ans, l’Université d’Oviedo connaît ainsi un vieillissement progresssif et sensible de son corps professoral, malgré l’âge relativement jeune des recrutements. La moyenne d’âge augmente en effet de 10 ans pendant la période considérée, de 39,8 ans en 1887 (avec des écarts maxima de 27 à 56 ans-29 ans) à 49,8 en 1906 (écarts de 29 à 75 ans-46 ans).

Mutations-mobilité. Profils de carrière

  • 60 Voir Simone Saillard, "Le dossier universitaire de Clarín à Saragosse", Les Langues Néo-latines, 57(...)

51L’Université Oviedo constitue très généralement la première (et souvent aussi la seule) affectation de l’échantillon examiné ici (24/29, soit nettement plus de 80 %). Seuls cinq professeurs proviennent d’une autre université (l’un arrive à Oviedo après 2 affectations précédentes), parmi lesquels deux sont originaires d’Oviedo, et un autre peut y être assimilé Clarín60.

52Seuls sept professeurs obtiennent (et demandent ?) leur mutation sur 20 ans, entre 1887 et 1907 (22,58 %). L’essentiel des professeurs effectue donc la totalité ou la quasi totalité de sa carrière à l’Université d’Oviedo (plus des trois quart - 77,42 %), après éventuellement un autre poste. Cette grande stabilité était sans doute le fait d’un blocage des mutations (grande stabilité globale du nombre de professeurs, absence de création de postes, promotion uniquement selon l’ancienneté), mais surtout due à un choix personnel. Ceux qui le désiraient (certains) ont pu rejoindre une autre Université. L’origine géographique et le lien assez fort avec la région semblent plaider fortement en faveur du choix personnel pour Oviedo.

53Parmi les sept professeurs qui quittent l’Université d’Oviedo pour un autre poste, seuls deux sont nés dans les Asturies, et encore parmi ces deux l’un a plus de 30 ans de carrière effectuée dans l’Université d’Oviedo (Aramburu). L’Université Centrale de Madrid constitue l’objectif pour trois d’entre eux. Viennent ensuite les Universités de Barcelone, Valence, SaintJacques de Compostelle et Grenade.

54Les professeurs d’Oviedo font donc preuve d’une grande fidélité pour leur université. Plus de 60 % d’entre eux ont ainsi plus de 10 ans d’enseignement à Oviedo dans la période considérée (17/28 - 60,7 %), près de 30 % ont plus de 20 ans d’ancienneté à l’Université d’Oviedo (8/28 - 28,6 %), et presque 15 % plus de 30 ans (4/28-14,3 %). Seuls six enseignants passent moins de cinq ans à l’Université d’Oviedo (21,4 %), et cinq de 5 à 10 ans (17,85 %). Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’Université d’Oviedo n’est donc pas un premier poste obligé dans l’attente d’une Université plus prestigieuse (Madrid - trois professeurs, ou, dans une moindre mesure, Barcelone - un professeur).

55Si le doctorat était le diplôme requis pour pouvoir accéder au poste de professeur, il faut noter que plus du tiers des professeurs en poste à l’Université d’Oviedo de 1887 à 1907 possédait un autre diplôme (11/31 - 35,5 %), en général une licence d’une autre discipline (22,6 % - 7/31), voire un autre doctorat (9,7 % - 3/31). Stratégie de carrière fréquente en Lettres, dans une moindre mesure en Sciences, mais pratiquement pas en Droit. Certains professeurs étaient d’autre part passés auparavant par le Lycée (catedrático de Instituto).

***

56L’existence d’un "Groupe d’Oviedo" s’explique facilement par la grande stabilité des professeurs de l’Université. Majoritairement le corps professoral de l’Université d’Oviedo est originaire de la région et s’identifie fortement avec son université. Entré jeune dans la carrière, il effectue la totalité ou presque de sa carrière dans l’Université d’Oviedo où il débute. Corps d’une très grande stabilité, son vieillissement progressif à l’époque considérée pouvait faire craindre les pires scléroses. Ce ne fut pas le cas à Oviedo, où les universitaires surent faire preuve de dynamisme intellectuel et social.

57Nous sommes bien conscients des limitations de cette première approche, qui devrait être complétée par des études portant sur d’autres Universités et d’autres époques, afin de contribuer à la connaissance du corps professoral espagnol, et partant de l’institution universitaire en Espagne. Le cas de l’Université d’Oviedo pourrait ainsi être comparé avec d’autres situations. Il n’en demeure pas moins qu’il se trouve être, à l’époque considérée, un cas exceptionnel et atypique à l’intérieur de l’Université espagnole.

58Une exploitation systématique sur le temps long des Escalafones de Catedráticos de Universidad, dont les séries sont difficiles à reconstituer, le croisement avec d’autres sources (et, en premier lieu, les dossiers personnels), l’application de la méthode prosopographique initiée par Christophe Charle pour la France, devraient enfin pouvoir mieux dessiner la structure et l’évolution du modèle universitaire espagnol.

Annexes

ANNEXE 1

Chaires vacantes à l’Université d’Oviedo (1887-1907)

En 1887:

Literatura general y española
Derecho natural
Derecho político y administrativo
Derecho mercantil
Derecho procesal (1 professeur/2)

En 1888:

Historia general del Derecho español
Derecho procesal (1 professeur/2)

En 1889 :

Derecho romano
Derecho procesal (1 professeur/2)
Derecho internacional

En 1890 :

Derecho romano
Derecho internacional

En 1891 :

Derecho romano
Derecho internacional

En 1892 :

Derecho romano

En 1893 :

Derecho romano

En 1894 :

Derecho romano

En 1895 :

Historia crítica de España
Derecho romano

En 1896 :

Literatura general y española
Derecho romano
Historia general del Derecho español

En 1900 :

Ampliación de la Física (C)
Análisis matemático (1° y 2° curso) (C)

En 1902 :

Elementos de Derecho natural (D)

En 1904 :

Elementos de Derecho natural (D)
Física general (C)

En 1905 :

Mineralogía y Botánica (C)

En 1906 :

Mineralogía y Botánica (C)

En 1907 :

--

C : F acuité des Sciences.

D : Facuité de Droit.

ANNEXE 2

Les professeurs de l’Université d’Oviedo (1887-1907) Biographies succinctes1

AFABA y FERNANDEZ Leopoldo (F y L) : Né le 3-11-1849 (León). Dr. en F y L, L en D. Professeur de Littérature générale et espagnole (1900), Langue y Littérature espagnoles (1902-1907).

ALTAMIRA Y CREVEA Rafael (D) : Né le 10-11-1866 (Alicante). Dr. en D. (1887). Professeur d’Histoire générale du Droit espagnol (1900-1907).

ALVAREZ AMANDI Justo (F y L) : Né le 28-V-1839 (Oviedo). Dr en F y L, L en D. Professeur de Métaphysique (1887-1900). Logique fondamentale (1902-1900). Doyen de la Faculté de F y L (1900-1907).

ALVAREZ-BUYLLA Y GONZALEZ-ALEGRE Adolfo (D) : Né le 1-XII-1850 (Oviedo). Dr en D et F y L. Professeur d’Economie politique et Finances publiques (1887-1900), Economie politique (1902-1907) et Eléments de Finances publiques (1902-1907). Doyen de la Faculté de D (1890-1904). Professeur à l’Université de Valladolid (1877-1878).

ALVAREZ Y GONZALEZ Melquíades (D) : Né le 17-V-1864 (Oviedo). Dr en D (1886). Professeur d’Economie politique et Finances publiques (1900), Institutions de Droit Romain (1902-1907).

APARICIO SORIANO Antonio (C) : Né le 12-IΧ-1865 (Valencia). Dr en C et L en F y L. Professeur de Physique générale (1902-1904). Muté à l’Université de Granada (1904).

ARAMBURU Y ZULOAGA Félix Pío (D) : Né le 5-V-1848 (Oviedo). Dr en D. Professeur de Droit pénal (1887-1906). Doyen de la Faculté de D (1887-1888). Recteur de l’Université (1889-1905). Muté à l’Université de Madrid - Professeur d’Etudes Supérieures de Droit pénal et d’Anthropologie criminelle (1907).

BARRAS Y ARAGON Francisco de las (C) : Né le 27-X-1869 (Sevilla). Dr en Cn et L en D. Professeur de Minéralogie et de Botanique + Zoologie générale - chaire accumulée (1907).

BARRIO Y MIER Matías (D) : Né le 10-II-1844 (Palencia). Dr en D et en F y L, Bibliothécaire. Professeur de Droit civil (1887-1892). A été Professeur des Universités de Zaragoza et Valencia. Muté à l’Université de Madrid - Professeur d’Histoire générale du Droit espagnol (1893).

BENITO Y DE LA LLAVE Enrique de (D) : Né le 14-VII-1882 (Toledo). Dr en D. Professeur de Droit pénal (1907). A été Professeur de l’Université de Santiago (Droit pénal).

BERJANO Y ESCOBAR Gerardo (D) : Né le 3-X-1850 (Oviedo). Dr en D. Professeur d’Histoire générale du Droit espagnol (1887), Droit commercial (1888-1900), Droit commercial d’Espagne et des principales nations d’Europe et d’Amérique (1902-1907). Doyen de la Fac. de D. (1907).

BRAÑAS Y MENENDEZ Alfredo (D) : Né en 1859 (Carballo, Coruña). Mort en 1900 (Santiago, Coruña). Dr en D. Professeur de Droit naturel (1888). Muté à l’Université de Santiago - Professeur d’Economie politique et de Finances publiques (1889).

CANELLA Y SECADES Fermín (C) : Né le 7-VII-1849 (Oviedo). Dr en D et L en A. Professeur de Droit civil (1887-1900), Droit civil espagnol, commun et particulier (foral) (1902-1907). Recteur (1907) ; Vice-recteur de l’Université (1895-1906) ; Doyen de la Faculté de D (1905-1906).

DIAZ ORDOÑEZ Y ESCANDON Victor (D) : Né le 10-XII-1848 (Oviedo). Dr en D. Professeur de Droit canon (1887-1900), Institutions du Droit canon (1902-1907).

ESTRADA Y VILLAVERDE Guillermo (D) : Né en 1834 (Oviedo). Mort le 27XII-1894 (Oviedo). Dr en D. Professeur de Droit international (1887-1888), et d’Histoire général du Droit espagnol (1889-1894).

FERNANDEZ Y ECHEVARRIA Enrique (C) : Né le 4-XII-1864 (Logroño). Dr en Cfm. Professeur de Cosmographie et de Physique du Globe (1900), Analyse mathématique (1er y 2e cours) (1902-1907).

GARCIA ALAS Y UREÑA Leopoldo (D) : Né le 25-IV-1852 (Zamora). Mort le 13-VI-1901 (Oviedo). Dr en D. Professeur de Droit romain (1887-1888), et de Droit naturel (1889-1900). A été Professeur de l’Université de Zaragoza - Professeur d’Economie politique (1882-1883).

GILES Y RUBIO José (F y L) : Né le 31-VIII-1850 (Sevilla). Dr en F y L. Professeur de Littérature générale et espagnole (1888-1895). Muté à l’Université de Valencia (1896).

GONZALEZ POSADA Y BIESCA Adolfo (D) : Né le 18-IX-1860 (Oviedo). Dr en D. Professeur de Droit politique et administratif (1887-1900), Droit politique espagnol comparé (1902-1905), Droit administratif (1906-1907).

GONZALEZ RUA Y HUÑIZ Armando (F y L) : Né le 15-III-1848 (Oviedo). Dr en F y L et D. Professeur d’Histoire critique d’Espagne (1896-1900) y de Historia d’Espagne (1902-1907).

JOVE Y SUAREZ BRAVO José María Rogelio (D) : Né le 16-IX-1851 (Oviedo). Dr en D. Professeur de Droit politique et administratif (1888-1900), Droit administratif (1902-1905), Droit politique espagnol comparé (1906-1907).

MUR Y AINSA José (C) : Né le 24-IV-1870 (Zaragoza). Dr en C. Professeur de Géométrie et de Géométrie analytique (1900) et de Géométrie analytique + Géométrie métrique - chaire accumulée (1902-1907). Doyen de la Faculté de C (1904-1907).

PEREZ BUENO Fernando (D) : Né le 26-VIII-1877 (Cáceres). Dr en D. Professeur d’Eléments de Droit Naturel (1905-1907).

PEREZ MARTIN Arturo (C) : Né le 7-III-1872 (Salamanca). Dr en Cfq. Professeur de Physique générale (1905-1907).

RIOJA Y MARTIN José (C) : Né le 16-IV-1866 (Madrid). Dr en C n. Professeur d’Histoire naturelle (1900), Minéralogie et Botanique + Zoologie générale - chaire accumulée (1902-1904), Zoologie générale (1905-1906).

RODRIGUEZ ARANGO Y MURIAS DE VELON Juan María (D) : Né le 28-V1831 (Oviedo). Dr en D et bibliothécaire. Professeur de Droit procédurier (1887-1892), Procédés judiciaires et Pratique des tribunaux (1893-1907).

SALMEAN Y MANDAYO León (C) : Né en 1809 (Madrid). Mort en 1893. Dr en Cfq. Recteur de l’Université (1887-1888).

SELA Y SAMPIL Aniceto de la (D) : Né le 13-IX-1863 (Oviedo). Dr en D. Professeur de Droit international (1892-1900), Droit international public et Droit international privé (1902-1907). Vice-Recteur (1907). A été Professeur de l’Université de Valencia (1891).

SERRANO BRANAT Eduardo (D) : Né le 11-IX-1856 (Oviedo). Dr en D. Professeur de Droit procédurier (1890-1892), Droit civil (1893-1900), Droit civil espagnol, commun et particulier (1902-1907).

URIOS Y GRAS Enrique (C) : Né le 22-II-1860 (Alicante). Dr en C q et L en F y L. Professeur de Chimie générale (1900-1907). Doyen de la Faculté de C (1900-1902).

VALLINA Y SUBIRANA Inocencio de la (F y L) : Né le 27-XII-1848 (Oviedo). Mort en 1910 (Barcelona). Dr en F y L et L en D. Professeur de Lycée (Histoire et Géographie). Professeur d’Histoire critique d’Espagne (1887-1894). Vice-Recteur de l’Université (1892-1894). Muté à l’Université de Barcelone (1895).

ANNEXE 3

ÉTUDIANTS ET INSCRIPTIONS UNIVERSITAIRES DANS LES UNIVERSITÉS ESPAGNOLES (1900-1901)

ÉTUDIANTS ET INSCRIPTIONS UNIVERSITAIRES DANS LES UNIVERSITÉS ESPAGNOLES (1900-1901)

(1) De éstos corresponden 37 al Preparatorio de la Facultad de Medicina de Cádiz.
(3) Corresponden 7 alumnos a los estudios complementarios de la Facultad, sostenidos por la Exema. Diputación provincial.
(5) Estas cifras corresponden a la Facultad oficial establecida en Cádiz. En la Facultad provincial de Sevilla, se matricularon en este curso 110 alumnos con 367 inscripciones ; de modo que el total general de este curso es 8. 389 alumnos con 26. 333 inscripciones.
(7) Corresponden 182 a Preparatorio de Medicina de Cádiz.
(9) Corresponden 45 a los estudios complementarios de la Facultad, sostenidos por la Exema. Diputación provincial.

(2) De éstos corresponden 142 al Preparatorio de la Facultad de Medicina de Cádiz.
(4) Corresponden 14 inscripciones a estudios complementarios de la Facultad, sostenidos por la Exema. Diputación provincial.
(6) Corresponden 72 al Preparatorio de Medicina de Cádiz.
(8) Corresponden 17 a los estudios complementarios de la Facultad, sostenidos por la Exema. Diputación provincial.
(10) Además de estas cantidades que corresponden a la Facultad oficial establecida en Cádiz, en la provincial se matricularon en este curso 133 alumnos con 372 inscripciones ; de modo que el total general en este año es de 9. 141 alumnos con 22. 797 inscripciones.

Notes

1 Adolfo Posada, Politica y enseñanza, Madrid, Daniel Jorro, Editor, 1904, pp. 92-94. Ricardo Maclas Picavea propose d’en réduire le nombre à quatre seulement dans El problema nacional. Hechos, causas, remedios, Madrid, Librería general de Victoriano Suárez, 1899, p. 385.

2 "Mensaje y programa de la Cámara agricola del Alto Aragón (13 de Noviembre de 1898)", in Reconstitución y europeización de España. Programa para un partido nacional. Publícalo el "Directorio" de la Liga Nacional de Productores, Madrid, Imprenta de San Francisco de Sales, 1900, p. 27. Costa propose à la suite de réduire le nombre des Universités "à deux ou trois, en y concentrant les professeurs valables des autres Universités" (p. 28). Voir aussi le recueil Maestro. Escuela y Patria (Notas pedagógicas), Madrid, "Biblioteca Costa", t. X, 1916, pp. 348-350.

3 R. M. Picavea, op. cit., p. 131.

4 Paul Melon, L’enseignement supérieur en Espagne, Paris, Armand Colin et Cie, 1898, pp. 100-101.

5 Le Boletín de la Institución Libre de Enseñanza fondé en 1877 ne cesse sa publication qu’en 1936. Ses 60 tomes et 920 numéros accueillent l’essentiel de la production pédagogique espagnole et étrangère. Voir León Esteban Mateo, Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, Nómina bibliográfica (1877-1936), Valencia, Universidad de Valencia, 1978, 341 p.

6 P. Melon, op. cit., p. 112.

7 Aramburu, Buylla, Sela, Posada, Altamira, "École pratique d’études juridiques et sociales à Oviedo", Troisième congrès international d’enseignement supérieur tenu à Paris du 30 juillet au 4 août 1900, Paris, A. Chevalier-Maresq et Cie, 1902, p. 405.

8 Ce n’est qu’en 1901 qu’est créée une chaire de "Géographie politique et descriptive" (Jerónimo Becker, Los estudios geográficos en España (Ensayo de una historia de la Geografía), Madrid, Publicaciones de la Real Sociedad Geográfica, 1917, pp. 331-332.

9 Un cours de Sociologie au niveau du doctorat, confié à Manuel Sales y Ferré, existait à la Faculté des Lettres de Madrid depuis 1899 (Rafael Jerez Mir, La introducción de la Sociología en España. Manuel Sales y Ferré : Una experiencia frustrada, Madrid, Editorial Ayuso, 1980, pp. 369-372).

10 Jean-Louis Guereña, "Les institutions du culturel. Politiques éducatives". Chapitre IV de 1900 en Espagne (Essai d’histoire culturelle), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1988, pp. 47-66, et "L’Université espagnole vers 1900", Sozialer Raum und akademische Kulturen. Studien zur europaischen Hochschullandaschaft im 19. und 20. Jahrhundert/A la recherche de l’espace universitaire européen. Etudes sur l’enseignement supérieur aux XIXe et XXe siècles, Frankfurt, Peter Lang, 1991.

11 Citons toutefois l’étude de P.-L. Moreno et A. Viñao, "El cuerpo de catedráticos de Universidad como grupo profesional. Análisis sociológico (1907-1958)", Higher Education and Society. Historical Perspectives, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1985, vol. I, pp. 492-502. Signalons aussi le travail pionnier de Fernando Araujo, Chef de la Section de Statistique au Ministère de l’Instruction publique, dans son introduction au tableau d’avancement des professeurs titulaires de 1902 (Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes. Subsecretaría. - Sección de Estadística, Escalafón de antigüedad de los catedráticos numerarios de las Universidades del Reino en 1° de Enero de 1902, Toledo, Imprenta, Librería y Encuademación de Rafael G. Menor, 1902, pp. 8-18).

12 Le traitement des instituteurs va commencer d’être pris en charge par l’Etat, et non plus les municipalités, en 1900-1901.

13 Selon la loi d’Instruction publique du 9 septembre 1857 (Ley de Instrucción pública, Madrid, Imprenta Nacional, 1857, art. 126, p. 41).

14 Real Cédula por la qual se reduce el número de las universidades literarias, se agregan las suprimidas a las que quedan y se manda observar en ellas el plan de Estudios aprobado para la de Salamanca, Madrid, Imprenta Real, 1807, 28 p.

15 Plan literario de estudios y arreglo general de las Universidades del Reino, s. l., s.ed 1824, 38 p.

16 Plan general de estudios aprobado por Real decreto de 17 de Septiembre de 1845, in Historia de la Educación en España. Textos y documentos. Tomo II. De las Cortes de Cádiz a la Revolución de 1868, Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia, 1979, p. 225, art. 67. Antonio Gil de Zárate, Directeur Général de l’Instruction Publique, justifie le centralisme introduit dans la réforme de 1845 dans De la instrucción pública en España, Madrid, Imprenta del Colegio de Sordo-Mudos, 1855, T. 3, pp. 325-340.

17 P. Melon, op. cit., p. 3.

18 Ley de Instrucción pública, op. cit., 9-IX-1857, art. 127-128, p. 42 et art. 259, p. 65.

19 Ibid., art. 260-265, pp. 65-66.

20 Ibid., art. 270, p. 67.

21 Colección Legislativa de España, T. 100, 1868, p. 422. Sur les Facultés de théologie, voir Mariano et José Luis Peset, La Universidad española (Siglos XVIII y XIX). Despotismo ilustrado y revolución liberal, Madrid, Taurus, 1974, pp. 707-728.

22 La Faculté de Médecine de l’Université de Séville se trouvait à Cadix.

23 Voir Ley de Instrucción pública, 9-IX-1857, op. cit., art. 130-135, p. 42.

24 L’Université se trouvait auparavant à Alcalá de Henares. Elle fut transférée à Madrid (comme celle de Cervera, près de Barcelone), une première fois en 1820, définitivement en 1836. Voir Elena Hernández Sandoica, "La Universidad de Madrid en el siglo XIX. Una aproximación histórica", Madrid en la Sociedad del siglo XIX, Madrid, Comunidad de Madrid 1986, vol. 2, pp. 375-393.

25 Le terme apparaît pour la première fois en 1820 : "Une université centrale sera établie dans la capitale du royaume. L’on y donnera les enseignements avec l’étendue nécessaire pour la connaissance complète des sciences" (Reglamento general de Instrucción pública decretado por las Cortes en 29 de Junio de 1821, Madrid, En la Imprenta Nacional, 1821, art. 78, p. 13).

26 Ley de Instrucción pública, 9-IX-1857, op. cit., art. 129, p. 42. Voir les souvenirs d’Adolfo Posada, Fragmentos de mis memorias, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1983, pp. 93-96. Ricardo Macías Picavea demande précisément d’étendre les cours de doctorat et toutes les Facultés aux Universités dont il propose le maintien (op. cit., p. 385).

27 Mais l’Université de Barcelone ne possédait que les Sections de Sciences exactes et de Sciences physiques dans la Faculté des Sciences.

28 Avec des enseignements littéraires préparatoires au Droit, et, pour l’Université de Valence, une section de Sciences Physico-chimiques.

29 Anuario Estadístico de Instrucción Pública correspondiente al curso de 1900-1901, con avances de 1902 y 1903 publicado por la Sección de Estadística del Ministerio, Madrid, Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, 1904 (Voir Annexe 3). Voir Mariano Peset, "Los estudiantes universitarios : sus cifras in José Luis Peset (Dir.), Historia y actualidad de la Universidad española, Madrid, Fundación Juan March, 1984, pp. 334-369 (ex. dactyl.).

30 Pour les étudiants de l’Université de Salamanque, voir José María Hernández Díaz, "La condición de los estudiantes de Salamanca en el umbral del siglo XX", Higher Education and Society. Historical Perspectives, op. cit., 1985, vol. II, pp. 336-349.

31 Seules six femmes obtiennent un diplôme de licence et quatre un doctorat à l’Université de Madrid avant 1900 (Carmen Colmenar Orzaes et Miryam Carreño, "El acceso de la mujer a la enseñanza oficial en la Universidad Central durante el siglo XIX español", Higher Education and Society, op. cit., vol. I, pp. 100-112). Pour lUniversité de Séville au début du XXe siècle, voir Consuelo Flecha, "La mujer en la Universidad de Sevilla de 1900 a 1930", Ibid., pp. 133-142.

32 Real orden, resolviendo que inmediatamente se haga la publicación del escalafón general de los catedráticos, a los fines que se expresan, 19-V-1846, Colección de Reales Decretos, t. 37, 1846/2, pp. 277-278, et Escalafón de antigüedad de los catedráticos de las Universidades del reino, aprobado por S. M. en Real orden de esta fecha, 22-VI-1847, Colección de Reales Decretos, t. 41,1847/2, pp. 205-212.

33 En 1902 est toutefois publié le tableau d’avancement des professeurs auxiliaires (Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes. Subsecretaría - Sección de Estadística, Escalafones de antigüedad de auxiliares numerarios de Universidad en 1° de Julio de 1902, Madrid, Rafael Gómez-Menor, 1902, 88 p.).

34 Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1895, formado con arreglo a las bases establecidas a propuesta del Consejo de Instrucción pública, por Real decreto de 20 de Agosto de 1875, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordo-Mudos y de Ciegos, 1895, 80 p.

35 Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1900, formado con arreglo a las bases establecidas a propuesta del Consejo de Instrucción pública, por Real decreto de 20 de Agosto de 1875, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordo-Mudos y de Ciegos, 1900, 87 p.

36 Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes. Subsecretaría - Sección de Estadística, Escalafón de antigüedad de los catedráticos numerarios de las Universidades del Reino en 1° de Enero de 1905, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordomudos y de ciegos, 1905, 125 p.

37 Il s’agit du total des postes de rang magistral, incluant donc les chaires effectivement vacantes ces années-là. Voir Mariano Peset, "Catedráticos y profesores" (étude axée essentiellement sur le droit), in José Luis Peset (Dir.), Historia y actualidad de la Universidad española, op. cit., pp. 137-205.

38 "Los Catedráticos numerarios de las Universidades formarán escala general, en la que se ascenderá por antigüedad rigurosa" (Ley de Instrucción pública, 9-IX-1857, op. cit., art. 228, p. 59). Voir aussi l’article 230 : "Los Catedráticos de facultad estarán además constituidos en tres categorías : de entrada, de ascenso y de término. Corresponden a la de entrada las tres sextas partes de los Catedráticos de facultad ; podrán optar a la de ascenso, las dos sextas partes ; y a la de término, la otra sexta parte" (Ibid., pp. 59-60), et le décret du 20 août 1875 (Dictando bases para la formación del Escalafón de los Catedráticos de las Universidades del Reino, in Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1900, op. cit., pp. 5-9).

39 Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1900, op. cit., pp. 11-53. Certains numéros sont doubles, voire triples (15 n° supplémentaires au total). D’autre part, 34 chaires sont vacantes. Voir Adolfo Posada, Fragmentos de mis Memorias, op. cit., pp. 181-182 ("La vida de un catedrático de provincias") : "Un catedrático de universidad de provincias, v. g. de Oviedo, tenía un sueldo anual de 3. 500 pesetas allá por los años ochenta y tres y siguientes : deducidos descuentos percibía al mes cincuenta y un duros, ¡ah !, y catorce reales, si mal no recuerdo (...)".

40 Ley de Instrucción pública, 9-IX-1857, op. cit., art. 228, p. 59 et art. 235, p. 60.

41 Paul Aubert, "Madrid, polo de atracción de la intelectualidad a principios de siglo", La sociedad madrileña durante la Restauración, 1876-1931, Madrid, Comunidad de Madrid 1989, pp. 113-122.

42 P.L. Moreno et A. Viñao Frago, "El cuerpo de catedráticos de Universidad como grupo profesional. Análisis sociológico (1907-1958)", op. cit., pp. 492-502.

43 Voir Memoria de la gestión realizada desde el día 3 de abril de 1907 hasta el día 30 de junio de 1910 por la Comisión permanente del cuerpo de catedráticos de Universidad y Proyecto de estatutos para el dicho cuerpo, Zaragoza, Tipografía de P. Carra, 1910,163 p.

44 José Carlos Mainer, "La redención de los Paraninfos : asambleas y regeneracionismo universitarios", La crisis del Estado español 1898-1936, Madrid, Edicusa, 1978, pp. 213-244.

45 Voir Fermín Canella, Historia de la Universidad de Oviedo y noticias de los establecimientos de enseñanza de su distrito (Asturias y León), 2° éd., Oviedo, Imprenta de Flórez, Gusano y Compañía, 1903-1904, X-792 p.

46 Voir par exemple Enrique de Benito, La cátedra, el laboratorio y el museo en la enseñanza del derecho español. Tareas realizadas en la Universidad de Oviedo (años de 1905 y 1906), Oviedo, Establecimiento tipográfico, 1907, 32 p.

47 Irene Palacio Lis, "La Universidad de Oviedo y su programa americanista (1900-1910), Higher Education and Society, op. cit., 1985, vol. I, pp. 525-534 ; J. C. Mainer, "Un capítulo regeneracionista : el hispanoamericanismo (1892-1923)", VII Coloquio de Pau. Ideología y sociedad en la España contemporánea. Por un análisis del Franquismo, Madrid, Edicusa, 1977, pp. 179-188.

48 J.-L. Guereña, "La projection sociale de l’Université à la fin du XIXe siècle : l’Extension Universitaire en Espagne, Higher Education and Society, Historical Perspectives, op. cit., 1985, vol. I, pp. 208-218, et "Clarín en la Extensión Universitaria ovetense (1898-1901)", Clarín y La Regenta en su tiempo, Actas del Simposio Internacional. Oviedo 1984, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1987, pp. 155-176.

49 Voir dans l’Annexe n° 2 les biographies succinctes des 31 Professeurs enseignant à l’Université d’Oviedo de 1887 à 1907. L’on trouve des notes biographiques dans Constantino Suárez, Escritores y Artistas Asturianos. Indice bio-bibliogràfìco, Madrid, Imp. Sáez Hermanos-Oviedo, Instituto de Estudios Asturianos, tomes I-VE, 1936-1959. Il faut se reporter également à l’étude de Santiago Melón Fernández (Un capítulo en la historia de la Universidad de Oviedo (1883-1910), Oviedo, Instituto de Estudios Asturianos, 1963, pp. 32-44), et aux souvenirs d’Adolfo Posada (Fragmentos de mis Memorias, op. cit., pp. 188-227).

50 Antonio García Alix, Disposiciones dictadas para la reorganización de la enseñanza. 26 abril a 30 septiembre de 1900, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordomudos y de ciegos, 1900, pp. XVI-XXXIV.

51 Nous n’avons pu consulter le tableau correspondant à l’année 1901. Nous remercions Mariano Peset pour l’aide apportée à retrouver certaines années.

52 Escalafón de antigüedad de los catedráticos numerarios de las Universidades del Reino en 1° de Enero de 1902, op. cit., p. 16.

53 Sur les enseignements de Droit, voir Adolfo Posada, La enseñanza del derecho en las Universidades. Estado actual de la misma y proyecto de reformas, Madrid, Imprenta de la Revista de las Provincias, 1889,130 p.

54 Gaceta de Madrid, n° 201, 20-VII-1895, p. 263. Une première Faculté des Sciences avait été supprimée en 1867 (Siro Arribas Jimeno, La Facultad de Ciencias de la Universidad de Oviedo [Estudio histórico], Oviedo, Universidad, 1984, p. 17).

55 Voir Enrique Urios, "La Facultad de Ciencias", Anales de la Universidad de Oviedo, Oviedo, 1,1901, pp. 38-41.

56 Voir Annexe n° 1.

57 F. Araujo, "Prólogo", Escalafón de antigüedad de los catedráticos numerarios de las Universidades del Reino en 1° de Enero de 1902, op. cit., pp. 17-18.

58 Ibid., p. 18.

59 Ley de Instrucción pública, 9-IX-1857, art. 220/1.

60 Voir Simone Saillard, "Le dossier universitaire de Clarín à Saragosse", Les Langues Néo-latines, 57e année, n° 164, mars 1963, pp. 37-61.

Notes de fin

1 C : Faculté des Sciences.
D : Faculté de Droit.
F y L : Faculté des Lettres
(Filosofía y Letras).
Dr : Docteur.
L : Licencié.
A : Artes.
Cn : Sciences Naturelles.
Cfq : Sciences physico-chimiques.

Table des illustrations

Titre PROFESSEURS TITULAIRES PAR FACULTÉS EN 1900. Tableau 3
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5866/img-1.jpg
Fichier image/, 204k
Titre ÉTUDIANTS ET INSCRIPTIONS UNIVERSITAIRES DANS LES UNIVERSITÉS ESPAGNOLES (1900-1901)
Légende (1) De éstos corresponden 37 al Preparatorio de la Facultad de Medicina de Cádiz.(3) Corresponden 7 alumnos a los estudios complementarios de la Facultad, sostenidos por la Exema. Diputación provincial.(5) Estas cifras corresponden a la Facultad oficial establecida en Cádiz. En la Facultad provincial de Sevilla, se matricularon en este curso 110 alumnos con 367 inscripciones ; de modo que el total general de este curso es 8. 389 alumnos con 26. 333 inscripciones.(7) Corresponden 182 a Preparatorio de Medicina de Cádiz.(9) Corresponden 45 a los estudios complementarios de la Facultad, sostenidos por la Exema. Diputación provincial.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5866/img-2.jpg
Fichier image/, 788k
Légende (2) De éstos corresponden 142 al Preparatorio de la Facultad de Medicina de Cádiz.(4) Corresponden 14 inscripciones a estudios complementarios de la Facultad, sostenidos por la Exema. Diputación provincial.(6) Corresponden 72 al Preparatorio de Medicina de Cádiz.(8) Corresponden 17 a los estudios complementarios de la Facultad, sostenidos por la Exema. Diputación provincial.(10) Además de estas cantidades que corresponden a la Facultad oficial establecida en Cádiz, en la provincial se matricularon en este curso 133 alumnos con 372 inscripciones ; de modo que el total general en este año es de 9. 141 alumnos con 22. 797 inscripciones.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5866/img-3.jpg
Fichier image/, 901k

Auteur

C.I.R.E.M.I.A., Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540