Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

III. L'imagerie scolaire

Rapports "texte-image" : quelques observations concernant des manuels d'histoire du Chili

Pamela Olivares Felice

Texte intégral

1Cette étude sur les manuels scolaires chiliens s'intéresse à la place et à la fonction de l'image dans l'enseignement de l'Histoire. Quelles sont les conceptions de la nation et ses représentations à travers l'image ? En quoi le choix de l'image révèle-t-il l'orientation des contenus en histoire ? Telle est la problématique de cette étude qui prend en compte l'image dans son rapport au texte. L'imagerie scolaire, qui est une représentation mais aussi une interprétation du passé, se présente-t-elle comme un choix pour éclairer ou compléter le texte ?, comme une simple illustration du texte ou comme un élément de pédagogie à part entière ?

  • 1 Ces textes édités entre 1990 et 1997 répondent au programme de 1985. Le nouveau programme de 1997 (...)
  • 2 Cf. "Planes y Programas de Educación Media", Revista de Educación, Santiago de Chile, Ministerio d (...)

2Pour cette prospection des contenus, nous avons pris en compte cinq textes utilisés au cours des deux dernières années du lycée. Ils répondent au programme en vigueur au moment de leur élaboration et de leur édition1. Les textes et les illustrations se fondent sur le programme du Ministère qui en établit les contenus généraux. L'enseignement de l'histoire du Tercer año de Educación Media est marqué par les trois étapes suivantes : Les origines du continent américain et ses diversités ethniques et culturelles ; La conquête espagnole ; L'Indépendance. Pour le Cuarto año de Educación Media, le programme sélectionne l'histoire de la République du Chili jusqu'à 19732.

3Avant de passer à l'analyse de nos manuels, nous commencerons tout d'abord par les présenter. Quelques observations concernant l'illustration nous amèneront à réfléchir sur le choix de l'image et sur sa fonction dans le contenu historique. Pour cela, nous prendrons en compte les différentes étapes du programme afin d'analyser les idées qui se dégagent du discours sur le concept de nation et de chilenidad.

Les manuels

4Les manuels sélectionnés sont les suivants :

5Francisco Frías Valenzuela (par droits de succession), Manual de Historia de Chile, Desde la Prehistoria hasta 1973, Santiago de Chile, Ed. Zig-Zag, 1990, 495 p. C'est la dixième édition. Ce manuel est utilisé pour les deux niveaux d'étude.

6Raúl Cheix Montenegro (pour l'histoire), Conociendo mi tierra y mi gente, Historia y geografía de Chile, IV año de Educación Media, Santiago de Chile, Ed. Salesiana, 1993, 307 p. (182 pages pour l'histoire).

7Raúl Cheix Montenegro (pour l'histoire), Conociendo mi tierra y mi gente, Historia y geografia de Chile, Tercer año de Educación Media, Santiago de Chile, Ed. Salesiana, 1996, 269 p. (167 pages pour l'histoire).

8Gonzalo Vial Correa, Historia de Chile, Santiago de Chile, Ed. Santillana, 1994, 255 p. C'est sa première parution. Ce manuel couvre le programme d'histoire des deux niveaux d'étude.

9Sergio Villalobos Rivera, Chile y su Historia, Santiago de Chile, Ed. Universitaria, Colección imágen de Chile, 1996 (5ème édition), (1ère édition en 1993), 391 p.

10Carlos Aldunate, Horacio Aranguiz, Patricio Bernedo, Cristián Gazmuri, Ricardo Krebs, Marco Antonio León, Samuel Vial (autores), Nicolas Cruz y Pablo Whipple (coord.), Nueva Historia de Chile, desde los orígenes hasta nuestros días, Santiago de Chile, Ed. Zig-Zag, Instituto de Historia de la Pontifica Universidad Católica de Chile, 1997, (5ème édition), (1ère édition en 1996), 275 p. Il est utilisé pour les deux niveaux d'étude.

11Les couvertures respectives rendent hommage à quelques emblèmes nationaux tels que le drapeau national : emblème d'une histoire patriotique, profondément marquée par un patriotisme éxarcerbé ; Les grands acteurs et événements de l'histoire présentés à travers une pyramide et une construction hiérarchique de l'image. C'est l'histoire des conquêtes et des progrès scientifiques mais aussi celle des grands personajes ; L'esprit et la culture populaire à travers la vie sociale et des symboles comme "la cueca" (la danse nationale).

12Avec une particularité dans le manuel Nueva Historia : l'histoire des civilisations indiennes est ici réhabilitée par la présence d'un "gorro tiwanaku", symbole de pouvoir et de prospérité de civilisations antérieures.

  • 3 Francisco Frías Valenzuela, Manual de Historia de Chile, para el segundo ciclo de humanidades y ca (...)

13Parmi ces manuels, c'est le "Frías Valenzuela" qui a été le plus utilisé par les élèves. Il reste le manuel d'histoire unanimement connu des chiliens. Bien qu'il se lègue de génération en génération, celui-ci a subi quelques modifications depuis sa première édition. Une édition de 1960, destinée à l'enseignement secondaire, comporte un total de sept cents pages sans aucune illustration3.

14A la fin des années soixante, la véritable nouveauté pour les manuels du secondaire est, entre autres, l'image insérée dans le texte. L'illustration prend alors une place plus importante, ce qui change totalement la structure interne du livre et par conséquent son utilisation. Dans ces manuels, la couleur n'est utilisée que pour les couvertures et dans le cas de deux manuels pour les titres et l'encadrement des images. Cela a pour effet de rendre le manuel plus attractif. Cependant, dans les pages intérieures, l'iconographie apparaît en noir et blanc. Ceci est sûrement dû au coût trop élevé de la reproduction d'images en couleur.

15Concernant la réglementation sur l'illustration, c'est la Pauta Evaluativa V de 1985 qui en établit les grandes lignes. Ces informations sont en vigueur au moment où sont édités ces manuels (1990-1997) :

"El material didáctico más importante es el libro. Constituye la mejor fuente del saber conseguido hasta el presente, allí se encuentra objetivado y latente el desarrollo de la lectura, de acuerdo a criterios de verdad, belleza y bondad, valores que la educación transmite. Especial cuidado debe tenerse en la presentación de la Bandera Nacional, en lo que se refiere a colorido y dimensiones.

  • 4 Ministerio de Educación Pública, Pauta Evaluativa V, Santiago de Chile, ed. Ministerio de Educació (...)

Las fotografías, documentos, gráficos y cuadros estadísticos, deben llevar la respectiva leyenda, título, autor y/o fuente, fecha, lugar o época que representan, etc., cuando sea necesario. Las ilustraciones deben considerar la realidad, estableciendo relaciones de espacio y tamaño proporcionales, que permitan a los alumnos formarse una imagen fidedigna de lo representado, cuando sea necesario"4.

16Il est ici souligné que l'enjeu du manuel est de poids ; l'illustration ne peut donc être laissée au hasard.

  • 5 Sergio Villalobos Rivera, Chile y su Historia, Santiago de Chile (Ed. Universitaria, colección Ima (...)

17Dans cette prospection de l'illustration, nous avons relevé quelques reproductions non objectives c'est-à-dire qu'elles sont loin de refléter la réalité. Parfois, les légendes et le texte démentent la véracité des illustrations. Celles-ci se retrouvent essentiellement pour la période de la "découverte" et de la conquête des territoires. Par exemple, dans le manuel de Sergio Villalobos les annotations des illustrations soulignent le caractère imaginaire et idéalisé de la représentation des héros indiens Caupolicàn et Lautaro5.

  • 6 Cf. illustration n° 1.
  • 7 Gonzalo Vial Correa, Historia de Chile, Santiago de Chile, Ed. Santillana, 1994, p. 68.

18Dans plusieurs manuels, des personnages pourtant différents sont cependant présentés sous le même modèle et les mêmes portraits6. Dans le manuel de Gonzalo Vial Correa, le conquistador Valdivia est le premier à figurer dans le chapitre de la conquête. Sa représentation évoque son caractère noble et loyal mais l'auteur souligne par la suite dans le texte qu'il s'agit d'une représentation "fantaisiste"7.

19Dans ce cas, il nous semble que la fonction de l'image a pour but de mettre en valeur l'esprit de l'époque. Nous nous sommes donc demandée quel était cet esprit et quel était le reflet de la société chilienne tout au long d'un passé illustré par les images.

La Nation chilienne

  • 8 Francisco Frías Valenzuela, Manual de Historia de Chile, Desde la Prehistoria hasta 1973, Santiago (...)

20La Nation chilienne est donnée à voir au public scolaire comme une nation "moderne". L'éloge de la "modernité" est ici évident. Ce terme traduit le progrès de la "civilisation" sous toutes ses formes. Le progrès est lié à la science et donc à l'avancée des techniques. Ces facteurs sont mis en avant dans quelques manuels à travers la représentation de la "découverte" et de la conquête des territoires. En effet, la "découverte" est présentée dans les images comme une avancée scientifique occidentale et est perçue comme une "rencontre" plutôt sereine. D'ailleurs, trois manuels sur cinq se placent du point de vue des conquistadors8. La représentation des faits est traitée comme une légende. La "découverte" et la conquête de l'Amérique sont montrées comme une intégration au système universel capitaliste. Ces événements ont permis à tout un continent d'entrer dans le monde de la technique, du commerce et donc de la "modernité". Ainsi, le discours du manuel de Frías Valenzuela tend à démontrer que le Chili existe grâce au savoir et aux connaissances scientifiques d'"hommes audacieux". Ceux-ci auraient assuré le développement du commerce et par là même auraient favorisé l'intégration du Chili à la communauté internationale.

21Concernant cette même période, les élèves sont invités à "découvrir" des civilisations indiennes lointaines. Les scènes de vie des indiens évoquent des scènes proches des photographies de l'anthropologie descriptive. Les personnages sont figés. Leurs postures et leurs expressions sont travaillées. De cette façon, les illustrations apportent une vision stétréotypée de leurs activités économiques et sociales. Dans le manuel de Frías Valenzuela, en particulier, il suffit d'un portrait pour présenter un "prototype ethnique". Dans trois manuels sur cinq, leur vie culturelle est dévalorisée par l'adjectif "primitif" qui s'oppose au concept de "civilisation".

  • 9 Cf. Raúl Cheix Montenegro, Conociendo mi tierra y mi gente, Historia y geografía de Chile, Tercer (...)
  • 10 Gonzalo Vial Correa, op. cit., pp. 54, 92.
  • 11 Ibid., p. 47.

22La civilisation dite "moderne" s'installe. Au dire des auteurs, c'est le concept même de modernité qui justifie la conquête. Dans deux manuels, elle apparaît comme une violente confrontation9. Dans un autre manuel, l'auteur expose deux images d'actes de cruauté manifestés tantôt par les Indiens, tantôt par les Espagnols10. Par le choix des images illustrant le texte, l'auteur-Gonzalo Vialdonne à connaître son jugement personnel sur cette période de l'Histoire. Il ajoute : "La verdad está en lo medio. Ni tanto, ni tan poco. Hombres extraordinarios, desorbitados para todo, lo malo y lo bueno"11.

  • 12 Cf. illustration n° 2.

23Certaines périodes historiques bénéficient d'une importante illustration iconographique comme l'Indépendance, période largement évoquée dans les manuels et exprimée à travers un fort sentiment patriotique. L'Indépendance marque la naissance d'une nouvelle culture. Les "personnages illustres" sont les patriotas, "les hommes nouveaux". Les bustes, les portraits ou les représentations sur pied, dépourvus de tout décor extérieur12, tendent à fixer ou à statufier ces personnages. De cette façon, le XIXe siècle, jalonné de portraits plus que d'actions dans les images, se présente comme un siècle statique dans la plupart des manuels.

24Parallèlement à la construction de la nation a lieu la construction des monuments et des diverses institutions d'Etat. Les illustrations représentent les plans de la capitale à différentes périodes, la "plaza de armas", les grandes avenues de Santiago comme la "Alameda" ; les photographies ou gravures d'édifices, les grands travaux et les constructions de routes et voies ferrées sont des symboles de progrès urbains et industriels qui abondent dans les manuels.

25Quelles sont, dans les images, les symboles de l'unité nationale ? Les grands hommes de l'Histoire, les hommes illustres, sont quelques fondateurs de la construction et du développement national. Leurs bustes et leurs portraits expriment l'autorité, la légalité et la légitimité du pouvoir. Ils garantissent la sécurité nationale face à un ennemi externe (en l'occurence les pays frontaliers comme le Pérou et la Bolivie lors de la Guerre du Pacifique, 1879-1884) puis face à un ennemi interne. Celui-ci est identifié par des manifestations populaires ou syndicales venant troubler l'ordre, la tranquilité sociale et politique. C'est ce que reflètent les images de la période antérieure au coup d'Etat de 1973 où les hommes, protagonistes des événements, n'apparaissent pas toujours comme des portraits illustres.

  • 13 Francisco Frías Valenzuela, "Historia de Chile desde la prehistoria hasta 1973", op. cit., p. 478.
  • 14 Cf. illustration n° 2.

26Le manuel de Frías Valenzuela critique de façon à peine voilée et sournoise le programme politique de l'Unité Populaire. L'auteur se réfère à une expression de Salvador Allende qui définit la politique du gouvernement comme "una revolución a la chilena, con empanadas y vino tinto"13, formule qui renvoie et se limite à une photographie du Ministre de l'économie Pedro Vuskovic mangeant "un merlan frit". La légende qui annonce une campagne pour "el fomento de la merluza frita"14 ne donne pas plus d'information sur le programme politique concernant l'activité de la pêche ni sur le programme politique du gouvernement. Cette campagne avait pour but de développer ce secteur d'activité, d'améliorer et de varier l'alimentation à un coût réduit pour la population. Cette information n'est cependant pas précisée dans le texte. Remarquons que ce type de photographie s'oppose à celles de "héros morts pour la patrie".

Héros et anti-héros

27A travers l'illustration, l'auteur prend aussi position face aux événements. L'image renvoie à des héros qu'ils soient "bons" ou "mauvais", ou à des "anti-héros". Les grands personnages de l'Histoire, ces personnages exemplaires, moralement irréprochables sont évidemment des modèles à respecter, à admirer et à suivre. Les auteurs comme Francisco Frías Valenzuela et Gonzalo Vial Correa ajoutent aux biographies des informations sur le caractère et les qualités morales des personnages politiques.

  • 15 Cf. illustration n° 2.

28La personnification du peuple est incarnée par l'image du "roto chileno"15 : personnage unificateur du peuple face à l'ennemi. Dévoué et combatif, il incame l'unité et la force. Notons les traits physiques occidentaux de sa représentation. Un autre auteur utilise l'archétype social du roto : cet homme qui, venu de la campagne, va travailler à la ville. Son travail et son dévouement pour son pays participent au développement industriel de celui-ci.

29De façon générale, dans ces images, le citoyen chilien est celui qui travaille dans différentes activités et s'accomplit à travers un consensus social de productivité. Ce message est clair, il concerne l'activité agricole et industrielle.

30Aux valeurs du travailleur patriote s'ajoutent les valeurs du savoir. Les grands noms sont aussi ceux des artistes et hommes de lettres reconnus à l'échelle internationale tels que le peintre contemporain Matta et les écrivains et poètes Gabriela Mistral et Pablo Neruda. Dans ces manuels, l'important est la renommée et non pas tant les écrits ou les idées de ces auteurs. De façon implicite, le travail et le savoir sont désignés comme les principaux facteurs de l'ascension sociale.

31Le manque d'information et de précision sur les sources des illustrations (auteurs, date, lieu), qu'elles soient des dessins, des peintures ou des photographies, se manifeste de façon générale dans les manuels.

  • 16 Cf. illustration n° 3.

32Nous dirons que l'image est considérée dans la majorité des cas comme une illustration du texte. Cependant, le manuel Nueva Historia met en opposition deux conditions de vie différentes dans le Santiago des années cinquante16 : la pauvreté des bidonvilles face aux quartiers administratifs de la capitale. Ici, les images ne sont pas une simple description. En effet, elles invitent à l'analyse et constituent, par conséquent, un outil pédagogique à part entière. Ce recours au contraste permet donc de réfléchir sur les inégalités sociales du pays. Ainsi, les images purement illustratives, tout comme celles qui invitent clairement à une analyse constitueraient des outils pédagogiques seulement si elles étaient utilisées dans une activité d'observation et de critique ; ce qui dépend surtout des professeurs. Les images sont donc en rapport étroit avec le texte. Bien que dans la plupart des manuels, ce n'est pas l'auteur mais l'illustrateur qui choisit les illustrations, celles-ci constituent avec le récit un message, une orientation et une interprétation historique non "neutre".

33En conclusion, la Nation est représentée en premier plan par les "fondateurs" qui marquent la première étape, celle de la naissance et de l'origine du pays. La conquête, et non pas la période précolombienne, ainsi que l'Indépendance, sont érigées dans la majorité des manuels comme valeurs positives de progrès. A cela s'oppose la vision romantique et nostalgique du monde indigène. Les deux visions -positive et négative- présentent la population indigène comme une civilisation d'un passé lointain.

34Les manuels exaltent le patriotisme à travers la figure du travailleur agricole et l'ouvrier ainsi que du roto. Tout cela est lié à l'idée de progrès. Les manuels diffusent l'image d'un Chili moderne, flattent le travailleur, force de production, et évincent la figure de l'indigène qui fait partie d'un passé à oublier. Au moment où le Chili connaît un rapide développement industriel et urbain dans les années 30 à 50 du XXe siècle, la figure des travailleurs apparaît plus souvent. Notons que les photographies de mouvements syndicaux sont peu nombreuses dans les manuels. Les "grands absents" dans l'illustration de l'histoire scolaire sont les minorités ethniques et culturelles. La population indigène n'est évoquée que pour la période de la "découverte" et de la conquête du continent américain et également pour la période de colonisation interne du territoire : "la guerra de Araucania" (fin du XIXe siècle). L'histoire contemporaine des différents peuples indigènes n'apparaît pas comme partie intégrante de l'histoire nationale du XXe siècle.

35Les femmes n'apparaissent pas en tant qu'actrices et intervenantes dans l'évolution historique, politique et sociale du pays. De façon générale, elles apparaissent à travers l'image de la mère et de la travailleuse. Les "femmes illustres" sont peu nombreuses mais exemplaires, patriotes. Nous avons relevé trois "icônes" : Javiera Carrera qui a participé à l'indépendance (elle apparaît une fois dans un manuel) ; Gabriela Mistral, poétesse de renommée internationale, apparaît dans tous les manuels ; et Marta Brunei : une fois dans un manuel. Une photographie d'un rassemblement féministe dans les années quarante apparaît également dans deux manuels : la diversité culturelle et régionale du pays n'est donc pas représentée et les minorités sociales, culturelles et politiques.

  • 17 "Planes y Programas", Revista de Educación, n° 94, op. cit., p. 123.
  • 18 Cf. Pamela Olivares Felice, Représentations de deux faits historiques dans quatre manuels d'histoi (...)
  • 19 Nicolas Cruz y Pablo Whipple (ed.), Nueva Historia de Chile, desde los orígenes hasta nuestros día (...)

36Les manuels que nous avons analysé devraient laisser place à d'autres plus appropriés aux programmes de 1997. Ceux que nous avons sélectionné restent cependant des références pour l'enseignement de l'histoire. La plupart de ces textes étudient l'Histoire jusqu'à 1973, date à partir de laquelle il n'apparaît aucune image. En effet, aucune image relative aux événements de l'après coup d'Etat n'est visible dans les manuels. Celui-ci est d'ailleurs présenté comme "un pronunciamiento militar"17, largement justifié par les images et le contenu des textes18. Dans le manuel Nueva Historia19, les images étant absentes pour cette période, seul le texte nous donne des éléments d'information. Quant au texte de Sergio Villalobos, cette période est passée sous silence dans les dernières éditions. A ce sujet, les discordances et les tensions ravivées au sein de la société chilienne, nous semblent représentatives du climat de "réconciliation nationale" actuel : état qui n'épargnerait pas le contenu des manuels d'histoire.

Notes

1 Ces textes édités entre 1990 et 1997 répondent au programme de 1985. Le nouveau programme de 1997 pour le secondaire provoquera des changements dans les manuels d'histoire à partir de l'année 2001. Cf. Distribución de Material y Formularios, documento del Ministerio de Educación, MECE-MEDIA, 1999, p. 35.

2 Cf. "Planes y Programas de Educación Media", Revista de Educación, Santiago de Chile, Ministerio de Educación CPEIP, julio de 1985, n° 94, p. 123.

3 Francisco Frías Valenzuela, Manual de Historia de Chile, para el segundo ciclo de humanidades y candidatos al Bachillerato, Quinta edición, puesta al día, Editorial Nacimiento, 1960, 701 p.

4 Ministerio de Educación Pública, Pauta Evaluativa V, Santiago de Chile, ed. Ministerio de Educación, 1986, pp. 5. 2-5. 8.

5 Sergio Villalobos Rivera, Chile y su Historia, Santiago de Chile (Ed. Universitaria, colección Imagen de Chile), 1996, pp. 65,67.

6 Cf. illustration n° 1.

7 Gonzalo Vial Correa, Historia de Chile, Santiago de Chile, Ed. Santillana, 1994, p. 68.

8 Francisco Frías Valenzuela, Manual de Historia de Chile, Desde la Prehistoria hasta 1973, Santiago de Chile, Editorial Zig-Zag, 1990, p. 24. Cf. Annexe I.

9 Cf. Raúl Cheix Montenegro, Conociendo mi tierra y mi gente, Historia y geografía de Chile, Tercer año de Educación Media, Santiago de Chile, Ed. Salesiana, 1996, p. 64 ; Sergio Villalobos R., "Chile y su historia", op. cit., p. 80.

10 Gonzalo Vial Correa, op. cit., pp. 54, 92.

11 Ibid., p. 47.

12 Cf. illustration n° 2.

13 Francisco Frías Valenzuela, "Historia de Chile desde la prehistoria hasta 1973", op. cit., p. 478.

14 Cf. illustration n° 2.

15 Cf. illustration n° 2.

16 Cf. illustration n° 3.

17 "Planes y Programas", Revista de Educación, n° 94, op. cit., p. 123.

18 Cf. Pamela Olivares Felice, Représentations de deux faits historiques dans quatre manuels d'histoire du "Cuarto Medio" au Chili, Mémoire de Maîtrise d'Espagnol, Université François Rabelais de Tours, Eve Marie Fell Dir., 1997, 248 p.

19 Nicolas Cruz y Pablo Whipple (ed.), Nueva Historia de Chile, desde los orígenes hasta nuestros días, Santiago de Chile, Ed. Zig-Zag, Instituto de Historia de la Pontifica Universidad Católica de Chile, 1997, 275 p.

Table des illustrations

Titre ANNEXE I
Légende 1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5698/img-1.jpg
Fichier image/, 278k
Titre ANNEXE II
Légende 2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5698/img-2.jpg
Fichier image/, 319k
Titre ANNEXE III
Légende 3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5698/img-3.jpg
Fichier image/, 302k

Auteur

CIREMIA, Université François-Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540