Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 3

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Fabienne Toupin

Domaine modal et diachronie : où est le (dia)système ?

Guy Bourquin

Texte intégral

1. Quelques présupposés

1Qui dit système dit cohérence. Un système est affaire d'analyste, construction d'analyste, ombre portée d'a-prioris. S'agissant du langage, comment et à quel niveau introduire de la cohérence dans le diffus des faits observés, rendre compte sans dénaturer ? L'observable résulte déjà d'un parti-pris, d'une violence imposée au continuum. La délimitation du champ d'étude relève, elle aussi, du partipris. Nul n'a prise immédiate sur la nudité des faits.

2Sous ces réserves, nous partons d'un triple postulat :

  1. Le modal est bien autre chose qu'une banale composante de l'acte énonciatif. Il est l'ambiguïté de l'énoncé soumis au jeu de l'inconscient. Jeu trouble où l'énonciateur, malgré soi, s'implique. S'exprimer, c'est tout à la fois et à sa propre insu, affirmer et nier, exhiber et occulter. Partout, à tous niveaux, en toutes occasions, quelle que soit la teneur du propos, le dire et le dit sont subrepticement, insidieusement, soumis au contradictoire, à la dénégation, aux mises en question (du rapport de soi au monde, du monde à la chose énoncée, de la chose énoncée à la chose fantasmée).

  2. Liée à l'inconscient, donc régie par le double principe de la condensation et du déplacement, l'activité de langage s'exerce ludiquement, sur le mode résonanciel : toute représentation associée à du phonique est vouée à entrer, par chacune de ses deux faces (signifiant et signifié), en résonance avec le plus grand nombre possible d'autres représentations. Chaque signe glisse en permanence, en quête de similitudes, sur l'ensemble du réseau, entraînant simultanément autant de fixations surdéterminantes que de décentrements.

  3. L'énoncé est le lieu d'un double discours. L'énonciateur y croit parler de lui-même et du monde (discours dit de “parole”). Or, il ne le peut qu'en passant par le crible d'un autre discours, autarcique et laconique, celui de la “langue”, qui ne parle que d'elle-même. Tout énoncé porte les marques de ce criblage.

3L'étude qui suit met en interaction deux corpus de phénomènes liés au modal, sans rapport apparent mais qui ne prennent du relief qu'à la lumière l'un de l'autre. Le premier appartient à la synchronie du français actuel et spontané ; l'autre est un sondage étymologique sur quelques vocables (devenus) modaux du français et de l'anglais. En référence à ces données, on tentera de construire un (dia)système qui rende compte non de concepts modaux pré-définis, mais de la production de valeurs modales à travers une activité modalisante de tous les instants.

2. Concepts modaux vs activité modalisante vs valeurs modales

4Il y a intérêt à distinguer entre concepts modaux et activité modalisante. Les “concepts modaux” (radical, épistémique, appréciatif, aléthique...) sont des catégories logico-cognitives, définies a-priori, à chacune desquelles serait censé répondre dans l'énoncé une grande variété de moyens d'expression, depuis les formulations les plus libres et les plus diluées jusqu'aux marqueurs grammaticalisés les plus contraints. Idéalement, les reformulations obtenues par la méthode dite paraphrastique devraient permettre de faire l'inventaire des ressources d'une langue à un moment donné de son développement. Cependant les gloses provoquées depuis l'extérieur dans le cadre d'une stratégie analytique sont concurrencées, en immanence, par des variations d'un autre type, non plus paraphrasantes mais complémentaires, commentatives, émanant de 1'“activité modalisante” de l'énonciateur. Cette activité se concrétise en une suite de réactions, de jugements, de commentaires à partir d'une même prédication, laissant entrevoir, de valeur à valeur, des glissements multiples. Elle se traduit moins par la projection sur l'énoncé de catégories cognitives pré-existantes que par la production de valeurs modales interactives dues à une sorte de rotation continue de la sphère énonciative, un déplacement constant des angles de vue, une multiplicité de saisies simultanées.

5Quelques exemples illustreront le phénomène.

    1. Tu n'as pas fermé la porte à clé, et voilà le résultat ! Ah tu peux être fier !

    2. Tu aurais dû fermer la porte à clé ! Comment ne pas y avoir pensé ! Tu le savais pourtant ! Je l'ai assez dit !

    3. Il fallait fermer la porte à clé voyons ! Quelle imprudence ! Mais où as-tu donc la tête ? Avec toi il faut s'attendre à tout !

    4. Tu ne pouvais pas fermer la porte à clé, non ? Mais ça va plus la tête ?

    5. C'est ta faute, tu n'avais pas fermé la porte à clé ! Mais qu'est-ce qui t'a pris ? Ah c'est bien de toi ! Et tu oses te montrer après ça ?

  1. A : J'attends sa visite très prochainement. Il a promis de passer. On va bien voir. Β : Pour moi, c'est tout vu ! Je te trouve bien naïf ! Comme si tu ne le connaissais pas !

  2. Et il a fallu qu'il pleuve juste à ce moment-là ! Comme si on avait eu besoin de ça ! Ah c'est bien notre chance ! Il n'y a qu'à nous que ça arrive ! La méchanceté des choses moi j'y crois !

  3. Lui ! rendre ce service ? Alors là laissez-moi rire ! Il en est bien incapable le pauvre !

  4. Pourquoi voudriez-vous que ce soit lui le coupable ? De quel droit l'accusez-vous ? Vous n'avez pas le moindre soupçon de preuve ! Qu'est-ce qu'il a donc pu vous faire pour lui en vouloir à ce point ?

  5. Que pouvait-il faire seul contre trois ? Mais réfléchissez donc un peu ! Trois contre un ! Vous avez déjà vu quelqu'un l'emporter dans ces conditions ? Il faudrait vraiment être un surhomme ! et encore !

  6. A : Réflexion faite, ça ne vaut vraiment pas la peine que j'y aille. A quoi bon ? Ça ne servira à rien. C'est une perte de temps. Β : Non, crois-moi, vas-y. C'est dans ton intérêt, j'en suis sûr. Tu risques de rencontrer des gens intéressants... et puis, sait-on jamais ?...

  7. Ah ça non ! Je voudrais bien voir ça ! Non mais des fois ! Il ne manquerait plus que ça !

6(etc... le lecteur saura continuer de lui-même...)

7Dans chaque exemple, à l'exception des unités de la relation prédicative de base (ex : 1. “toi, fermer la porte à clé” ; 2. “moi, attendre sa visite” ; 3. “pleuvoir” ; 4. “lui, rendre ce service” ; 5. “lui, coupable” ; 6. “lui, seul contre tous” ; 7. “moi, y aller” ; 8. prédication non explicitée), tout est à mettre au compte de l'activité modalisante. Non seulement les verbes comme 'devoir', 'pouvoir', 'falloir', 'vouloir', 'savoir', 'croire' entrent en relation et vont chacun jusqu'à recevoir, d'un emploi à l'autre, des acceptions divergentes, mais des mots comme 'faute' (cf. en 1. la relation 'faute' / 'falloir'), 'penser', 'voir', 'imprudence', 'avoir la tête quelque part', 'avec (toi)', 'aller', 'oser', 'prendre', 'bien', 'méchanceté', 'chance', 'arrive', 'incapable', 'droit', 'soupçon', 'preuve', 'réfléchir', 'réflexion', 'encore', 'bon', 'intérêt', 'risquer', 'sûr', 'non', 'manquer'... et les modulations interrogative, exclamative, négative sont autant de fils enchevêtrés du tissu modalisant.

8Le parler “engagé” du vécu quotidien, spontané, affectif a toujours été le terrain le plus favorable aux contaminations notionnelles. La logorrhée modalisante favorise les combinaisons, les justifications roboratives faites de chaînes d'énoncés peu stabilisées ou bien de phrases partiellement figées qui s'agglutinent. Elles émanent d'une activité psychique proche du courant de conscience, du ressassement. A force de se côtoyer dans les nœuds, les retournements ou les rebonds d'une sémantaxe ondoyante, certaines notions étrangères les unes aux autres finissent par se faire signe, s'appeler, inter-agir. Des passerelles se fraient. Dans les énoncés plus concis, il suffit d'une seule de ces notions en surface pour évoquer le réseau tout entier : le vocable véhiculaire acquiert au fils du temps et des contextes une plasticité proche de la polysémie.

9On tient sans doute ici une des causes des fluctuations qu'atteste l'évolution étymologique des signifiés de nombreux vocables impliqués à un moment de leur histoire dans l'expression du modal. L'étymologie de marqueurs de surface (livrés par le “discours de parole”) constitue, à condition de la manipuler avec prudence, un observable (diachronique) à interpréter, et peut aider à la construction d'hypothèses sur le “discours de langue”.

3. Quelques sondages étymologiques

10Voici donc maintenant de brèves remarques, à des fins purement illustratives, sur un petit nombre de vocables cueillis un peu au hasard. Le critère de sélection est le lien que chacun entretient - ou a entretenu dans le passé - avec une notion modale radicale (type : devoir, pouvoir, vouloir, savoir), épistémique (type : certitude, probabilité, équipossibilité...), appréciative (aimer, trouver bon...) ou aléthique (oui/non, vrai/faux).

3. 1 Autour de lat. fallere (> fr. falloir, faillir ; ang. fail)

11Lat. classique : fallo, fefelli, falsum. Autres formations en bas lat. : fallo, -as, -are (dénominatif de falla ?) ; falleo, -es... et fallio, -is..., d'où *fallia : faille. On postule aussi *fallita : faute.

12a) Sens étymologique (Ernout-Meillet) : 1. 'tromper', 2. 'échapper à', remontant probablement tous les deux au sens unique de 'cacher', 'être caché', encore attesté à l'époque impériale (“... nequidem fallís dea” : en vain te caches-tu comme déesse). – Falsus = 1. 'faux', 'trompeur', 2. 'qui se cache'.

13b) Sémantisme de 'fallere' en lat. (Gaffiot-Flobert) : 1. 'faire glisser' (ex. sur la glace), 2. 'tromper', 'décevoir les espérances de', 'trahir la parole donnée à'... (“nisi me fallo, nisi fallor” : si je ne me trompe), 3. 'échapper à', 'tromper l'observation, l'attention' - absolument : 'rester inconnu', 4. Te non fallit : il ne t'échappe pas que, tu sais bien que, 5. poétique : 'tromper', 'faire oublier' (les heures, les soucis), 'donner le change sur' (Properce : “sua nocturno fallere terga lupo” : se dissimuler la nuit sous la forme d'un loup).

14A remarquer : en b4, la construction négative conduit à la notion de 'savoir (bien)' ; en b5, le glissement est aisé de la notion de '(dis)simulation' aux valeurs épistémiques de 'sembler', 'paraître', 'avoir l'air' ou, comme en b3, 'rester inconnu' ; et, en b1, la notion de 'glissement' n'est peut-être pas elle-même innocente. Mirages, feu follet, jeu (de cache-cache ?) entre le comme-si et l'indécidable.

15c) Dérivés français : falloir, faillir, faux, faute, défaut, faille, etc.

16Ces dérivés ont en commun de désigner un manque, soit comme absence mal vécue, soit comme frustration d'une présence attendue ou idéale. La chose absente est fuyante, insaisissable, se montre et se cache, s'offre et se refuse dans le même mouvement. Falloir, en tant que manque à combler, a partie liée avec l'évaluatif (“il s'en faut de X pour que...”), le désidératif ou le besoin (“il me le faut absolument”, “il m'en faut encore deux”), le déontique (“il faut que tu le lui dises”) ou même, au passé, l'appréciatif de désagrément (“et il a fallu qu'il le lui dise !”). Faillir oscille entre l'incapacité (ne pas être à la hauteur, à même de... : faillir à sa mission) et la contiguïté, le presque, la frontière externe de la présence (“il a failli venir”) : ce qui se dérobe alors qu'on croyait (ou allait) le tenir. La faute et le défaut sont l'absence vue à la lumière de la présence idéale, tandis que la faille dit le vice qui lézarde secrètement le domaine. Faux est, d'une part, à l'opposé de vrai (modal aléthique) et, de l'autre, le produit de la ruse (cf. un homme faux) ou du mensonge (un faux : pièce fabriquée pour tromper).

17d) Dérivés anglais (NED, s. v.) : fail, sb (< ν. fr. faille), fail, vb (< v. fr. falir, faillir), failing, gérondif, failure (sur fail, vb) ; false (< v. fr. fals), fault (v. fr. faute) et leurs dérivés.

18Les dérivés anglais offrent au fil des siècles des acceptions que leurs originaux français n'ont pas connues ou bien n'ont pas conservées et exploitées au même degré. Ainsi fail sb (v. fr. faille), à côté des sens de 'négligence', 'erreur', 'échec', 'lacune', 'absence', entre en moyen-anglais dans les locutions withouten (ani) faile(s), it is no faile, saun faile, qui disent la certitude épistémique (= a. m. 'doubtless', 'certainly', 'surely', 'actually', 'truly') obtenue par rejet de fail dans le champ du dubitatif ou de l'aléatoire. Quant au verbe fail, le rôle de quasi-auxiliaire de négation qu'il finit par acquérir en anglais moderne (“he failed to come” : he did not turn up) résulte de l'épuration de nombreuses autres acceptions regroupables autour de l'espoir déçu, de l'attente trompée, de la tâche à laquelle on se dérobe contrairement à ce qui avait été affirmé ou convenu, de la fragilité à l'épreuve ou à l'examen, de la fragilité tout court (perte de force ou de moyens, affaiblissement, épuisement). Le gérondif failing recouvre lui aussi la plupart de ces notions, notamment l'épuisement, le déclin, mais aussi la perte, la cessation, le terme (voir le NED s. v.).

19En bref, le sémantisme de la famille de fallere et de ses dérivés français et anglais peut se ramener à une épreuve d'évitement réciproque (le cache-cache étymologique de fallere) entre l'absence et la présence, depuis l'insaisissable (le manque absolu) jusqu'à la saisie virtuelle (le à-saisir de il faut) en passant par le nonsaisi (l'échec) ou la perte de saisie (déclin,...). Toutes les catégories modales sont sollicitées à des titres divers sur fond d'instabilité, d'évanescence.

3. 2. Autour de v. a. faegen (> m.a. et a.m. fain).

20La racine est représentée dans toutes les langues germaniques au sens de joie, bonheur, contentement. La dérive sémantique de fain à travers l'histoire de l'anglais est éloquente, même si les sens attestés entre le vieil-anglais et aujourd'hui sont maintenant pour la plupart obsolètes, archaïques ou poétiques. Voici, en abrégé, les données du NED :

21A. adj. 1. Glad, rejoiced, well-pleased (dial. or poet.) : 1876, Morris : “And fain and full was my heart”. To be fain of.

222. a) constr. to + inf. Glad under the cirumstances ; glad or content to take a certain course in default of opportunity for anything better, or as the lesser of two evils [= (devoir) se contenter de] : “Christabel was fain to make the best of her life at M. Royal”. Cf. fr. “être tout heureux et tout aise de...”).

23b) d'où passage graduel au sens de : necessitated, obliged [= ne pas pouvoir faire autrement que, devoir se résoudre à]. 1513 : “Pinkie... so lost his voice that he was fain to leave off”.

243. a) Disposed, inclined or willing, eager, with prep. or inf. Arch. or dial. 1884 : “... Vain for a man to think that he can hide what a woman is fain to know”.

25b) Apt, wont, obs. 1596 : Spenser, FQ, “... Whose steadie hand was faine his steed to guyde”

264. Well-disposed, favourable. With of or dat. (Also “fair and fain”). Obs. (1205-1440).

27B. adv. Gladly, willingly, with pleasure. Frequent in “X would fain. Otherwise obs. or arch.

28Les valeurs du modal radical sont toutes ici représentées : du plaisir (jouir, aimer) au désir (vouloir), du désir à la disposition favorable (vouloir-bien), de celleci à l'aptitude (le pouvoir/savoir) et de là à l'obligation (devoir/falloir).

3. 3. Autour des racines indo-européennes *wā-/*w~-, *wen-, *wel- ? - (à propos de a. m. want, wish, will, well)

29Les vocables anglais (à valeur modale) want, wish, will, well renvoient respectivement aux racines i. e. *wā-/*w~-·(want), *wen- (wish), *wel- (will, well). On s'abstiendra ici, malgré la proximité phonologique, de postuler une parenté formelle (par exemple élargissements d'un même formant *w- disjonctif/distanciatif ?). Les convergences sémantiques suffiront. L'étymon *wā-/*w~- oriente sur le vide et le manque, *wen- sur la tension (effort vers, visée) et *wel- sur le choix (élection, sélection, dilection). Cependant on trouve aussi du désir, voire du plaisir (le désir comblé) dans quelques dérivés de *wen-, de la tension dans la famille de *wel-, du besoin (puis du désir) dans celle de *wā-/*w~-. Les trois racines sont, en réalité, complémentaires : chacune dit un des trois stades d'un mouvement oscillatoire entre présence et absence, mouvement que chacune reconstitue progressivement dans sa totalité et dont elle finit par n'être plus qu'un point remarquable.

30Ainsi, à l'anglais want qui couvre aujourd'hui la chaîne manque > besoin > désir > vouloir) correspond le got. wanata, neutre de wans (= déficient, absent) qui, tout comme lat. uanus (vide, vain), remonte à une formation participale indoeuropéenne en -(o)no- sur la rac. *wā- (= vide). Divers dérivés de cette formation dans les langues germaniques ont le sens de 'diminuer', 'décroître' (par exemple ang. wane). Autrement dit, le vide y est traité non plus comme zéro absolu mais comme aboutissement d'une décrue, inscrit dans un mouvement continu qui en se poursuivant le relativise comme simple présence perdue, puis comme manque, puis comme besoin, devenu tension réactivée, visant le retour de présence.

31Quant à wish (= all. wünschen), tout se passe comme si le sémantisme de son étymon *wen-, qui cumule effort, désir et plaisir, prenait historiquement la relève de celui de want au stade de la tension pour le conduire, à travers les aléas de l'épreuve et de l'effort, au stade ultime de l'objectif atteint, de la joie du succès. De l'imperfectif au perfectif en quelque sorte. Ainsi s'ordonnent les notions couvertes, à travers le germanique et le reste du domaine indo-européen, par divers vocables issus de *wen-. Aux aléas du parcours répondent les notions de souffrance (got. winnan), de labeur et de combat (v. a. et germ, winnan), d'espoir (got. wens...) et/ou d'illusion (v. h. all. wān) ou de simple opinion (v. fris, wēn...), de voisinage (hitt. wenzi : cohabiter), de doute et/ou d'incertitude (v. a. wēning : doute, hasard, wēnunga peut-être, par hasard). Le plaisir et la stabilité acquise (vision perfectivante), en revanche, se retrouvent dans v. isl. una (être content, jouir, demeurer), v. a. wine (ami), wunian (habiter, demeurer), (ge)wuna (accoutumé), ge-winnan (gagner, être victorieux), lat. uenus (amour, plaisir), skt vanoti (désirer, exiger, mais aussi : aimer, conquérir).

32Avec la racine *wel- (ang. will et adv. well), ce sont bien les valeurs de (s) élection/diIection qui, malgré les apparences, sous-tendent les effets de surface. Les corrélats indo-européens montrent suffisamment comment s'exploite l'opération sélective. Choisir, c'est a) viser, anticiper, cerner mentalement, repérer ; b) détacher, isoler, abstraire et faire abstraction du contexte de l'objet abstrait ; c) se (con) centrer sur l'objet (d'où plaire, jouir, aimer) avec les éventuels effets secondaires de la focalisation exacerbée (intensification, superlativité, itérativité). Il ne faut donc pas s'étonner, selon qu'on se fixe sur a), sur b), ou sur c), de retrouver une partie des notions précédemment traitées (du besoin à l'amour). Par exemple, le stade a) recouvre, surtout dans des élargissements -d- et -p- de la racine *wel-(*wel-d-, *wel-p-), certaines des valeurs de visées déjà relevées dans la famille de wish : gr. arch. [w]elpomai (s'attendre à, penser, espérer ; aussi elpizô : s'attendre, parfois avec crainte ; espérer), [w]el-domai (aspirer à, désirer en envisageant le terme du procès). D'autre part, lat. uolo introduit dans son paradigme de présent (2ème personne du singulier : uis : tu veux) un thème étranger *wei- (= tension vers, effort vers). Le stade b), en revanche, est clairement attesté dans des emplois grammaticalisés de lat. uolo orientant le thème *weis- du côté du choix dans les indéfinis en -uis (quiuis, quamuis, ubiuis...) ou dans la forme contractée malo (= magis uolo : je préfère) ; aussi dans lat. -uel = ou bien (conjonction offrant le choix entre deux possibilités) ; v. slave vole (= or donc : opération de prélèvement) ; got. waila, all. wohl (au sens de peut-être), ang. well (au sens de 'eh bien', ou dans may well...) ; alb. valle (particule interrogative) ; bret. gwell (<*wel-no-) : meilleur ; skt vrnité (choisir), varas (saillant, éminent). Au stade c), la focalisation sur l'élément abstrait est attestée soit du côté de la dilection : serbe voliti (aimer), soit de celui des valeurs intensifiantes : arménien gel (< IE* wel-no-) : beauté ; ang. well, all. wohl (aux sens de 'bien', 'très'). Le will de l'anglais actuel renvoie, selon les emplois, aux trois stades évoqués : visée (= stade 1), évaluation épistémique (= 2), itérativité (= 3 : les valeurs dites fréquentatives).

33On postulera donc, à titre provisoire, la séquence sous-jacente :

34Présence 1 => déclin de présence => absence (de présence)

35=> recherche de présence => attente (visée) de présence

36=> regain (retour) de présence (= présence 2) => intensité de présence

37De bout en bout, chaque étape se construit par disjonction d'avec la précédente, y compris, au terme du parcours, le processus d'intensification (éloignement depuis le même pour revenir au même).

3. 4. Les couples (lat., fr., ang.) considero/desidero, habeo/debeo

38La chaîne circulaire esquissée ci-dessus gère la dérive modalisante de deux couples de vocables antonymiques pris ici à titre d'exemple : lat. considero/desidero et habeo/debeo et leur descendance française et anglaise.

39En latin, considero (sur sidus, génitif sideris : astre) signifie en premier : observer les astres, d'où regarder avec soin, examiner, réfléchir (= parcours d'un espace sidéral métaphorisé dont chaque point devient objet de fixation). L'antonyme de-sidero (> fr. désirer > ang. desire) prend à rebours les sens figurés du précédent et signifie : constater puis regretter l'absence de. Dès le latin, desidero (et le substantif desiderium) signifient non seulement le regret, la perte et le manque, mais aussi le besoin, le souhait, la vive convoitise, l'objet des regrets, du désir ou de la tendresse. Un des sens de desidero rejoint même celui de son antonyme : mettre en discussion, en question, examiner. La démarche repose donc sur une suite faite simultanément de ruptures (pour passer d'un point à un autre du parcours) et de refocalisations sur chaque point nouvellement atteint. A noter qu'une focalisation peut aussi s'effectuer plusieurs fois sur un même point du parcours, impliquant une rupture d'un autre type (le passage du même au même) à effet intensifiant (exemple : la vive convoitise).

40Habeo/debeo (< de-habeo, cf. le parfait archaïque de-hibui). En latin habeo est un des avatars de la relation être-à (variantes : être-pour, être-dans). Les sens principaux se regroupent autour de 1) tenir, contenir, détenir (posséder), maintenir, obtenir (et garder), 2) avoir pour soi, en soi, à soi ; avoir pour, comme, en tant que..., 3) glissement vers le modal (surtout en latin ecclésiastique) : avoir l'occasion de, pouvoir, savoir, devoir : par exemple “pro certo habeo affirmare” (je puis affirmer comme un fait certain), “non habeo quid scribam” (je ne sais que t'écrire), “carne indui habebat” (il [= le Christ] devait revêtir un corps). L'exploitation modalisante se fait à partir des opérations de l'adhérence, de l'inhérence (être-à, être-dans) : une prédication virtuelle (non actualisée) Y est située dans la mouvance (dans la classe des prédicables) de X. Les effets de sens modaux (variations sur le pouvoir, le savoir, le devoir) sont fonction de la valeur attribuée à X et du contexte énonciatif. Ainsi, dans “carne indui habebat”, le facteur X (le lieu où se situe la prédication virtuelle “Christ revêtir un corps”) est soit le Christ lui-même, soit le projet divin (il était inscrit quelque part que...)· C'est chaque fois le contexte qui va préciser l'intention modale : habeo ne dit que le début de la démarche, à savoir le lieu où se trouve le prédicat qu'on cherche à actualiser ; sous-entendu : si vous voulez l'actualiser, il faut aller là où il est, le tirer d'où il est. Et c'est justement ce que dit, en clair cette fois-ci, l'antonyme debeo (< de-habeo). Debeo cumule le être-à de habeo (il me revient, il m'appartient de...) avec la valeur d'éloignement de de- (il dépend de moi que...). Le passage du virtuel (absence) à l'actuel (présence) est traité comme une dépossession : le virtuel qu'on vient d'attacher à X est présenté, simultanément, comme détachable de X. Mouvement de dé-suspension (suspendre à => dépendre de). Rien ne va de soi, X est un passage obligé, aussi bien d'ailleurs avec habeo qu'avec debeo. La circularité des va-et-vient convoque toutes les valeurs modales tant radicales (y compris le vouloir) qu'épistémiques (le possible, le probable) ou appréciatives (conforme/non-conforme, souhaitable/non-souhaitable). Sous les espèces de être-à/être-de, à la fois distincts et confondus, c'est la dialectique présence/absence qui reprend ses droits.

3. 5. Autour de perhaps, perchance, peradventure

  • 1 Bourquin, Guy, 1999. "Autour de germ. *motan (got ga-mot). Quel signifié pour quel système ?". C. C (...)

41Le mot hap (substantif) est un emprunt fait par le moyen-anglais au Scandinave (v. nor. happ : événement, chance, bonne chance) et c'est autour de lui que se contrait la famille des dérivés (haply, happen, happy, perhaps...). Cependant le vieil-anglais connaît deux adjectifs formés sur la même racine : ge-haep (adapté, conforme, approprié) et haep-lic (égal). La racine n'est attestée nulle part ailleurs en germanique. Dès l'origine voisinent les notions d'aptitude (le conforme) et de survenance (l'événementiel) puis, en relation avec le quasi-synonyme chance (< v. fr. chance < lat. cadentia), de hasard. Il est difficile de dire si le sens de conformité (aussi attesté par une des valeurs de happy, -ly, -ness : NED 'apt', 'dexterous', 'felicitous', 'fit', 'appropriate',... 'successful or satisfactory adaptation to circumstances'...) est antérieur ou non à celui d'événement. Les deux notions œuvrent en symbiose. Un rapprochement avec des acceptions de lat. cadere (d'où provient cadentia > chance) est éclairant. Gaffiot : 's'appliquer à', 'cadrer avec', 'coïncider', 'convenir à', 'trouver place dans', par exemple Cic. “cadit ergo in bonum virum mentiri ?” : un honnête homme est-il donc capable de mentir ? autrement dit : y a-t-il place en lui pour l'inscription du mensonge ? Un site existe en attente d'occupation. L'événement a lieu, survient, à point nommé, là où il sied qu'il survienne, où s'offre un site à sa mesure (on retrouve ici le sémantisme de ang. must1.

42On voit comment ont pu se construire les valeurs épistémiques d'éventuel ou de probable portées par perhaps, perchance, peradventure, mayhap, may fall...

  • 2 Bourquin, Guy, 2000. "Quelques leçons de l'histoire des perfecto-présents du germanique". La modali (...)

43Les marqueurs per- et may ouvrent un parcours et une indétermination, comme une errance, quête laborieuse, hasardeuse, d'un lieu à la mesure de la prédication à situer. La dérive sémantique de adventure (NED) suffit à souligner les incertitudes et le caractère expérimental (sens 3, obsolète, 'a trial of one's chance', 'a venture or experiment') du parcours, où se mêlent le danger, le risque et l'audace, notions que les langues souvent grammaticalisent (par exemple avec les perfecto-présents du germanique) et orientent vers le modal2.

3. 6. Autour de lat. probare (probabilis) et cernere (certus).

44Les deux familles ont à voir, à certains moments de leur dérive, avec les valeurs de probable et de certain. Dans les deux cas sont mis en avant, comme précédemment, les aléas et les exigences du parcours.

45Lat. probare signifie 'mettre à l'épreuve', 'essayer', 'examiner', 'apprécier', 'juger', 'reconnaître la valeur de', 'approuver', 'agréer', 'accepter', 'éprouver' (= faire l'expérience), 'faire trouver bon', 'se faire bien venir de quelqu'un', 'plaire à' (Gaffiot). Le verbe anglais prove (v. fr. prouver < lat. probare) hérite d'un certain nombre des sens de probare dont quelques uns sont aujourd'hui obsolètes, comme : 'savoir par expérience', 'parcourir', 'souffrir', 'faire effort', 's'évertuer (pour savoir)'. Le sens actuel combine la mise à l'épreuve et le résultat atteint : NED s. v. ii 'to make good', 'establish'... 'to be shown or found by experience or trial to be (so and so)', 'to turn out (to be)', par exemple “The land..., by my late surveys, proves to lie in latitude 74°25”. L'adjectif (et l'adverbe) probable (probably), davantage introduits dans le modal, subordonnent le jugement de vérité moins au simple résultat (= démontrable, prouvable) qu'à la qualité de l'enquête (NED : 'so far as evidence goes') et sont passés progressivement de l'assurance de vérité (le démontrable) à l'air de vérité (le vraisemblable, le plausible) et de là à la seule apparence de vérité. Fragilité du regard (voir infra 3. 8.).

46Le regard est assez étroitement lié au sémantisme de lat. cernere qui, avec certus (> lat. tardif certanus), certo, certare, cribrum, crimen et bien d'autres, se rattache à la racine i.e. *krei- (séparer), attestée en grec, italique, celtique, germanique. Le sens le plus concret de cernere est 'trier', 'tamiser'. Sur un plan plus général, cernere signifie : 1. 'distinguer', 'discerner', puis simplement 'voir', 2. 'choisir', d'où 'décider' (voir aussi de-cernere ; discernere : 'séparer en triant', 'discerner') 3. 'décider par la voie des armes', 'combattre'. Le sens de combat se retrouve dans certare (itératif à valeur intensive de cernere) : 'débattre', puis 'lutter pour la décision', 'rivaliser', 'combattre' (substantif certamen : 'dispute', 'lutte' amicale ou hostile). Le principe de tri (qui implique l'élimination) est en filigrane dans lat. certus (certanus) et ses dérivés : a) décidé (après débat intérieur ou collectif) b) non-douteux (doute envisagé puis écarté) c) sûr, fidèle (après mise à l'épreuve). En anglais comme en français les vocables certain, certainement, certainly, ascertain, certainty, certitude, laissent à la certitude une marge d'indétermination : le certain est l'aboutissement d'un examen, d'une sélection, il est acquis sans aller nécessairement de soi, il est plus subjectif (certitude morale) qu'objectif. Les doutes surmontés peuvent ressurgir. La crainte, le souci ou l'inquiétude sont d'ailleurs étymologiquement présents (bien que niés) dans un vocable non apparenté qui dit lui aussi la certitude : fr. sûr, ang. sure, issus de lat. se-curus (sans souci ou crainte). L'ombre portée de l'“autre” est toujours là. Sait-on si ce que le tri a refoulé ne cherche pas à faire retour ? Un combat n'est jamais définitivement gagné.

3. 7. Lat. terere (tritare), tendere (tentare, attentare), bas-lat. exagiare

47Les notions de tri, d'épreuve, d'effort, de quête et de lutte se retrouvent associées dans l'histoire de vocables qui ont glissé vers des valeurs imperfectives du type 'chercher à', 'essayer de', proches du modal radical. Ainsi, ang. try remonte, à travers v. fr. trier, sans doute à bas-lat. tritare, forme fréquentative (reconstituée) de lat. terere (trivi, tritum). Terere signifie 'frotter', 'frotter souvent', 'broyer', 'fouler' (viam terere : 'parcourir souvent'). Le fréquentatif tritare, par ses retours répétés sur les effets de terere (morceaux ou éclats), favorise une focalisation à la fois sur la quantité (multiplication) et sur la qualité (graduation), d'où le passage à la notion de tri et de choix. A partir de là, le français trier, mais surtout, l'anglais try développent les sens de 'séparer', 'mettre à part', 'distinguer'... puis 'évaluer', 'éprouver', 'juger' (on rejoint ici une partie du sémantisme de probare, prove), puis les valeurs modales de tentative, d'effort (pour obtenir), de recherche.

48Ces dernières valeurs sont le plus souvent portées en français pas essayer, chercher, tenter. Essayer est issu de lat. tardif exagiare : 'peser', sur exagium : 'balance', 'pesée', et par extension 'essai', où l'on retrouve le va-et-vient de la mesure, du parcours calculateur, auquel ressortit également fr. chercher dont l'ancêtre latin circare signifie justement 'parcourir', 'faire le tour de', 'examiner méticuleusement'. Avec fr. tenter et ang. attempt réapparaît étymologiquement, derrière la valeur plus récente de 'chercher à', 'essayer de', la série familière visée-tension-effort-résistancelutte-assaut, offerte par lat. tendere et exacerbée par ses dérivés fréquentatifs-itératifs tentare (var. temptare) et attentare (var. attemptare). Les valeurs anciennes (prémodales) sont encore très présentes dans fr. attenter ou ang. tempt.

3. 8. Apparaître et paraître

49Apparaître à la vue, paraître au regard. Tout ce qui touche à la perception visuelle (ou à la perception tout court) est entaché d'ambiguïté. Toute représentation n'est qu'interprétation. Une vision peut n'être qu'illusion, fantasmation. Les oscillations du sémantisme de certains vocables liés au modal questionnent l'adéquation du regard à la perception du réel. Modaliser, c'est multiplier les points de vue, les positions du regard avec tout ce que chaque (re)positionnement entraîne de subjectivité, d'approximation, d'hésitation, de flottement. Le regard se fait tour à tour scrutateur (con/de-siderare), évaluatif (probare...), offensif (cernere, tritare, tentare...), flottant (faillir), faillible (fallere : sens premier 'échapper au regard').

50L'emblème du modal épistémique, en latin, est justement videor (passif de video) : 'sembler', 'paraître', 'être jugé comme'... La racine i. e. *weyd- (voir) est abondamment attestée sur l'ensemble de l'aire indo-européenne du côté du savoir (radical et/ou épistémique). Et le savoir peut entrer dans l'expression de l'hypopthèse ou du doute (got. wait-ei : 'peut-être', fr. 'savoir si', 'sait-on jamais'...). Le sémantisme de videor, orienté sur le choix d'adéquation du même au même, n'en est pas moins situé dans la zone frontière entre le même et l'autre : l'opération de tri n'est jamais achevée.

51Du similaire au simulé, puis au dissimulé, la transition est aisée et l'ambiguïté fréquente. Les verbes fr. sembler et ang. seem, qui remontent, l'un par l'italique (lat. simulare : 'imitation', 'faux-semblant', 'feinte', 'jeu'), l'autre via le germanique (v.a. sēman : '(ré) concilier' ; got.* samjan : 'chercher à plaire' ; v. isl. semja : '(s')accorder', et sama, sōma : 'être adéquat' ; v.a. ge-sōm : 'harmonieux', 'unanime',...), à une commune racine indo-européenne désignant l'unité, sont aujourd'hui des marqueurs semi-grammaticalisés du probable ou du possible, mais bien en deçà du certain (cf. NED sur l'usage moderne de seem : “... probably if the evidence may be trusted”, avec le maintien d'une réserve de doute). Semblablement, ang. likely, likelihood connaissent, au fil du temps, les mêmes restrictions : on glisse de la ressemblance fidèle à l'apparence de vérité, de l'aptitude évidente ou indubitable à l'aptitude seulement apparente, de la probabilité absolue à la probabilité raisonnable.

4. Vers quel diasystème ?

4. 1. L'activité latéralisante

52Voici, dans le désordre, un relevé des notions auxquelles l'étude étymologique du § 3 ci-dessus permet de rapporter divers aspects de l'actitivé modalisante :

(ré)jouissance, (com)plaisance, (bon)heur, (in)quiétude, (in)sécurité, (res)semblance, (dis)simulation, (faire) défaut, manque(ment), tromperie, échappatoire, (dé)croissance, (dis)paraître, cessation, approximation, proximité, attachement, (dés)affection, aptitude, disposition, inclination, acceptation, obligation, nécessité, satisfaction, conviction, doute, négligence, orientation, attente, but, promesse (honorée), besoin, désir, volonté, regret, regard, contemplation, examen, (é)preuve, séparer, trier, cribler, combat, débat, se (dé)battre, assaut, essai (s'essayer à, s'empresser de), s'efforcer, se hâter, poursuivre, conquérir, rechercher, errer, (par)courir, toucher, oser, mesure, capacité, vanité, vacuité, goûter, apprécier, trouver bon, demeurer, co-habiter, égalité, probabilité, chûte, échéance, chance, hasard, risque, réfléchir, régler, préférer, habileté, dextérité, décision, savoir, être, devenir, aller...

53La liste n'a rien d'exhaustif. L'examen d'autres signifiants sélectionnés avec les mêmes critères et couvrant l'ensemble de l'indo-européen (sans parler d'autres groupes de langues) nuancerait évidemment l'inventaire. Existe-t-il un seuil de stabilisation ? Tout se passe pour l'instant comme si, malgré les hétérogénéités de la surface, ces notions de provenance diverse pouvaient, à la faveur d'un contexte adéquat, glisser plus ou moins librement les unes vers les autres.

54Ces glissements diachroniques sont néanmoins à corréler avec les contaminations effectuées en synchronie dans le “parler engagé” par les débordements de l'activité modalisante (cf. §2 ci-dessus). Ils en sont les témoins, les reliques historiques. De l'oubli à l'errance, de l'errance à l'erreur, puis à la faute, de la faute au reproche ou au regret, puis à la réparation due (falloir), au manque à combler ; de l'échéance à la malchance, puis à l'agressivité des choses (leur chanceté) ou contre les choses, de l'agressivité à la contestation, de l'épreuve à la mise à l'épreuve, à la contre-épreuve, des épreuves à la preuve, puis à la sécurité, puis à l'inquiétude renouvelée par les assauts du doute... La simultanéité et l'ubiquité des saisies brouillent les distinctions superficielles entre mode et aspect, entre épistémique, aléthique, appréciatif, radical. La déstabilisation, l'épreuve, l'ordalie sont systématiques, erratiques.

55L'activité modalisante n'est qu'un cas particulier de ce qu'on pourrait appeler l'activité latéralisante du langage. La latéralisation, c'est le déplacement programmé du regard ; le regard est reporté en permanence à côté, par delà les bornes assignées depuis l'extérieur à un phénomène, un processus ou une représentation. De même qu'on ne peut poser p sans poser simultanément ~p, on ne peut poser une valeur modale sans poser du même coup et parcourir toutes les autres. De part et d'autre de la frontière entre ici et ailleurs, la construction (toujours fragile) de l'ici se fait par le détour (et sous le regard) de l'ailleurs.

4. 2. Esquisse d'un modèle

56L'économie du dia-système recherché repose sur un mouvement cyclique qui met en relation dialectique l'ici et l'ailleurs, le da et le fort (le jeu de la bobine du petit enfant de Freud), la présence et l'absence. En schéma :

57Le mouvement implique départ, parcours, retour mémorisant, nouveau départ,... indéfiniment. Chaque rotation, selon le cas, fragilise et relativise ou bien enrichit et conforte le point origine du mouvement, le lieu de présence.

58Le continuum cyclique se décompose en une séquence de points ou positions ou strates remarquables, tels que rupture, stades divers de l'éloignement, éloignement maximal, retournement de tendance, cohabitation des contraires, amorce de rapprochement, rapprochement progressif, contact externe, retour au point d'origine, valorisation du point d'origine (cumul, intensité, récursivité, récapitulation) ou dépréciation (remise en cause). En schéma :

59Diversement exploitable, par exemple :

60N.B. : les opérateurs EN, EX, DE, AVEC (ou CUM, CO), PAR (PER), A (AD), RE, COMME sont utilisés ici comme termes de métalangue. Il en va de même des termes : -position, -plication, -hérence (-hésion), -férence, -fluence, -fection, qui projettent, à titre illustratif, des éclairages variés (positionnements, plis et replis, types d'adhérence/adhésion, d'inférence, de flux et reflux, d'affection...).

  • 3 Voir Bourquin, Guy (à paraître). "Approche étymologique de quelques marques grammaticales d'origine (...)
  • 4 Voir la référence bibliographique donnée supra dans la note 2.

61Les points du cycle ne sont pas des fixations stables, mais seulement des portes d'accès, des signaux de prise en charge par le cycle des valeurs de parole qu'on engage dans le processus et qui sont immédiatement entraînées par le mouvement. Telle est la fonction des marqueurs les plus grammaticalisés, comme ceux qui proviennent des particules articulaires de l'indo-européen3, ou comme les auxiliaires dits modaux (shall, will, may, must, can) de l'anglais actuel (issus de perfecto-présents dont on sait l'instabilité diachronique/diatopique à travers le germanique)4. Ce ne sont plus des modaux au sens strict, mais de simples pointeurs de position. Leur signifié est devenu presque aussi abstrait que celui des autres marqueurs articulaires. Une fois captée par le cycle et disposée le long du cycle selon son sémantisme d'origine, chaque forme n'est plus là que comme icône de l'ensemble. Ces verbes sont cycliquement solidaires, logosémiquement interactifs :

62Must s'appuie sur la relation Etre-EN, shall sur Etre-DE, may sur Etre-AVEC (ou PAR), can sur Etre-A, will sur Etre-COMME. Ou plutôt, must dit le parcours à partir (ou : vu sous l'angle) de Etre-EN, shall de Etre-DE, may de Etre-AVEC, can de Etre-A, will de Etre-COMME.

4. 3. Le modal, rançon du vivant

63Il importe de situer le dia-système à un niveau où il puisse jouir d'une certaine permanence – dans le sas où s'articulent langage et “réel”. Les opérations logosémiques sont la traduction dans le langage d'un mouvement perpétuel de l'inconscient cérébral, qui fait du langage une activité de brassage et de tri. Le modal est à l'image du langage. Et le langage est à l'image de l'homme et du vivant. Le propre du vivant est la relativité, l'ouverture, la mise en question aussi bien dans le rapport à l'environnement que dans le développement génétique. On sait que le code génétique programme une dose gratuite d'erreur (d'errance ?) pour faire face aux situations imprévues. Tout se passe comme si la pensée (étymologiquement la pesée évaluative) – qui n'est qu'un aspect de l'évolution du vivant – se tenait, jusque dans ses projections les plus hardies, constamment sur ses gardes – sur la réserve. Réserve protectrice, creux paradoxalement créateur, qui ménage le futur.

Notes

1 Bourquin, Guy, 1999. "Autour de germ. *motan (got ga-mot). Quel signifié pour quel système ?". C. Cortés et A. Rousseau (éds), Catégories et Connexions. Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 341-350.

2 Bourquin, Guy, 2000. "Quelques leçons de l'histoire des perfecto-présents du germanique". La modalité et les modaux en diachronie et en synchronie (domaine anglais), Etudes du C.I.R.L.E.P. 14 (publiées par Jean Pauchard). Presses Universitaires de Reims, 15-33.

3 Voir Bourquin, Guy (à paraître). "Approche étymologique de quelques marques grammaticales d'origine articulaire". Travaux de diachronie 1. Poitiers : Publications de l'Université de Poitiers.

4 Voir la référence bibliographique donnée supra dans la note 2.

Auteur

Université de Nancy II

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540