Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur les Afro-Américains

 | 
Claude Julien

Links across the waters

Palmer Hayden: New-York - Paris - New-York

Patricia Donatien-Yssa

Texte intégral

1Palmer Hayden, l’un des peintres les plus connus de la Renaissance de Harlem, vit le jour en 1890 en Virginie dans une ville nommée Wide Water. Ce jeune homme, de son vrai nom Peyton Hedgeman, était curieux de tout et fit très tôt de la peinture le centre de sa vie. Dans sa ville natale, il réalisa déjà quelques œuvres, des aquarelles, et s’intéressait déjà aux visages, aux postures aux corps mais sans avoir véritablement de style bien défini.

2Lorsque la guerre éclata, Peyton se retrouva engagé dans l’armée et dans une aventure qui allait changer le cours de sa vie ainsi que toute sa perception esthétique et artistique. Le jeune Hedgeman qui avait été surnommé Palmer Hayden par ses camarades de chambrée n’avait qu’un désir, voir l’Europe, et surtout Paris, ce centre du monde de l’art. Il savait que de nombreux artistes noirs américains s’y étaient rendus avant lui, musiciens, chanteurs mais aussi des peintres comme Henry O. Tanner. Celui-ci avait séjourné dans la capitale française de 1895 à 1897, avait régulièrement exposé au salon des artistes français de Paris, avait reçu plusieurs médailles du gouvernement français. Il avait également participé à l’exposition universelle de 1900 et avait finalement été fait chevalier de la légion d’honneur en 1937. Meta Vaux Warrick Fuller, célèbre sculptrice noire avait aussi vécu dans la ville lumière pendant trois ans de 1899 à 1902 et avait été remarquée par Samuel Bing de la galerie « Art Nouveau ».

3Ce fut donc avec enthousiasme qu’il se porta volontaire pour partir au secours des Français lorsque le gouvernement américain décida de prendre part au premier conflit mondial et envoya des contingents de soldats vers l’ancien monde.

4La France fut pour Palmer Hayden une expérience marquante. Il était fasciné par cette liberté d’exister dont il tira profit à la moindre de ses permissions et c’est avec avidité qu’il goûta à tout : à l’architecture, aux musées, aux galeries, aux restaurants, aux dancings ; mais aussi à sa propre culture qu’il redécouvrit à travers ses frères qui déversaient sans complexe et sans retenue aucune leur musique sur les rives de la Seine. Il gardait toujours sur lui un carnet de croquis et une plaquette d’aquarelles et ne cessa de travailler. L’originalité de l’œuvre parisienne de Palmer Hayden réside dans le fait qu’il a représenté exclusivement des personnages noirs, infirmières de la croix rouge ou soldats en permission dans un décor (cafés, métros, rues) parisien.

5Mais l’armistice vint mettre fin à la quête émerveillée de Palmer Hayden et il rentra aux Etats Unis, bien décidé à revenir. Le destin, ou peut-être est-ce le dynamisme du jeune homme, voulut que les événements s’enchaînent sans lui laisser de répit. A peine était-il rentré de Paris qu’il fut happé par la Renaissance de Harlem.

6La Renaissance de Harlem est bien connue de tous comme étant une explosion musicale et littéraire —mais on sait moins que cette décennie dorée qui fit de Harlem le quartier le plus fameux de New York fut aussi le berceau de la peinture africaine américaine contemporaine, révélant des dizaines de talents nouveaux et consacrant des valeurs sûres comme Aaron Douglas, William H. Johnson, Archibald Motley, Ellis Wilson et, bien entendu, Palmer Hayden.

7Celui-ci débarqua à New York pour y étudier l’art. Il s’inscrivit à la Cooper Union et à la Boothbay Art Colony dans le Maine et ne cessa de hanter Harlem où il rencontra notamment Mary B. Brady qui l’introduisit à la Fondation Harmon qui était à la recherche de jeunes artistes pour les faire exposer. Palmer Hayden travailla d’arrache-pied pour avancer dans ses études et pour se faire connaître à New York. Durant son séjour en France, il avait approché l’avant garde de la peinture parisienne. Son art fut dès lors pendant plusieurs années visiblement influencé par la palette impressionniste, et ses lignes, de même que sa conception émancipée de la forme présentèrent des similitudes avec le cubisme. Dans les années vingt, il peignit une série représentant ses congénères : gens de Harlem croqués dans leurs activités diurnes et nocturnes tel Bal Jeunesse où les lignes déhanchées et très stylisées des corps structurent la toile dans une géométrie débridée. Palmer Hayden qui dans la lignée des avant-gardistes de ce début de siècle ne se souciait guère de ressemblance, de respect de la beauté et de l’esthétique traditionnelles, et encore moins de la susceptibilité des bien pensants, déforma comme bon lui semblait ses congénères dans les portraits qu’il en réalisa. Paris, symbole d’une liberté réelle ou mythique, lui avait offert une vision autre de sa culture et de lui-même, une vision débarrassée du poids écrasant de l’oppression raciste. Palmer Hayden se montra dès lors libre, dans sa gestuelle aussi bien que dans sa thématique. Il s’accorda également sans complexe mais aussi sans a priori le droit d’intégrer dans sa peinture des influences esthétiques diverses, notamment les influences de la statuaire et des masques de l’Afrique dont il fît la découverte au travers du cubisme et des musées ethnographiques parisiens. Comme les statuettes africaines, ses personnages se parèrent alors de lippes démesurées, de narines aplaties, de coiffures allongées et de membres disproportionnés. Comme cela est souvent le cas pour tous ceux qui sont en avance sur leur temps, Palmer Hayden fut très mal perçu par de nombreux critiques, artistes et intellectuels noirs comme, en particulier, James A. Porter. Ses œuvres furent ressenties comme des caricatures grotesques et ironiques des noirs. Il est vrai, que ce travail était dans un même temps applaudi par certains blancs qui en firent une interprétation erronée correspondant à la vision dégradante qu’ils avaient du noir.

8Palmer Hayden un peu dépité, repartit pour Paris en 1927, comme il désirait d’ailleurs le faire depuis longtemps. Il y resta jusqu’en 1932. On suppose que mettant à profit son séjour, il compléta sa formation en étudiant aux Beaux-Arts. Il est en tout cas certain qu’il se nourrit des artistes et de la mouvance dominant la capitale à cette période.

9Hayden rentra aux Etats Unis en 1933, bardé d’une expérience et d’une maturité qu’il n’aurait peut-être pas acquises s’il n’avait pas quitté les Etats-Unis pour l’Europe. Ce n’est pas tant qu’il faille considérer Paris comme un carrefour édénique de créativité, mais il ne faut pas, par ailleurs oublier le dépit que les jeunes volontaires noirs éprouvèrent de retour d’Europe quand après avoir été accueillis en héros outre Atlantique, il ne trouvèrent aucune gratitude en rentrant au pays mais au contraire le mépris, des droits bafoués et surtout l’impossibilité de s’exprimer librement aussi bien d’un point de vue civique et politique que sur le plan artistique, comme ils avaient pu le faire en France.

10Palmer Hayden était de ceux-là. Mais la fréquentation de la rive noire de la Seine lui avait donné et pour toujours la vision de ce que ses frères et lui-même étaient capables de produire une fois débarrassés de la peur.

11Vers 1936 Palmer Hayden laissant de côté les sujets africains s’intéressa de plus en plus à la tradition orale afro-américaine et surtout à ses héros. Il y trouva sa thématique de prédilection. A Partir de 1940 il inaugura ce qui constituerait la partie la plus signifiante et la plus marquante de son œuvre avec une toile impressionnante intitulée When Tricky Sam shot Father Lamb. Il se lança dès lors véritablement dans la série des héros noirs et notamment dans celle de John Henry qu’il réalisa de 1944 à 1954. Il y mit en scène les tribulations tantôt comiques tantôt tragiques de ce personnage légendaire dans une palette vive et avec un tracé épuré surligné de noir.

12La simplification extrême, caractéristique du style très particulier et personnel développé par Palmer Hayden a sans doute surpris ses contemporains mais avec le recul dont nous disposons aujourd’hui, nous voyons que ce peintre a su profiter de ses apprentissages parisiens sans en être prisonnier. Paris fut dans la vie et l’œuvre de Palmer Hayden à la fois un labyrinthe initiatique où il trouva ses racines africaines, et un tremplin qui le projeta vers l’ouverture de toutes les formes de l’avant garde artistique.

13C’est en grande partie grâce aux rencontres qu’il fit à Paris et aux expériences qu’il eut lors de ses deux séjours qu’il put avec la réflexion qu’autorise la distance, redécouvrir la valeur de sa propre tradition. Cela lui permit d’exceller dans la thématique des héros noirs qu’il fut pratiquement le seul à développer et de se forger un style très contemporain avant même l’avènement de ce concept, ce qui fait de lui un peintre unique.

Bibliographie

Ouvrages cités

Driskell David, Levering Lewis David, Schmidt Campbell Mary. 1986. Harlem Renaissance. Art of Black America. New York : Harry Ν. Abrams Inc.

Donatien Patricia, 1995. Africobra : Esthétique et idéologie de l’expression plastique noire américaine, Atelier national de reproduction des thèses, Lille.

Auteur

Université Antilles-Guyanne (Campus De Schœlcher)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540