Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transformation, métamorphose, anamorphose

 | 
Bernard Escarbelt
, 
Jean-Paul Regis

Francis Bacon, William Golding, ou l'art défiguré

Frédéric Regard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L'art anglais peut-il encore exister, se demande en 1955 Nikolaus Pevsner. Le verdict est sans appel : Albion ayant été préservée de la barbarie des temps modernes, il y aura une sorte d'incompatibilité d'humeur entre l'esprit traditionnel britannique et le monde moderne. L'art anglais étant par essence un art de l'ordre, un art inscrit au sein de valeurs telles que l'évolution, il ne pourra plus rendre compte de la violence qui semble désormais caractériser la civilisation occidentale : "England dislikes violence and believes in evolution. So here, spirit of the age and spirit of England seem incompatible" (193).

C'est pourtant à la même époque (Pevsner rédigeant ses fameuses "Reith Lectures" au début des années 50) qu'arrivent sur le marché des livres tels que Lord of the Flies (1954) et des tableaux tels que Study of a Baboon (1953) ou Study after Velazquez's Portrait of Pope Innocent X (1953 également). Or que montrent ces oeuvres ? De quoi jeter à bas tous les a priori moraliste...

Auteur

Université de Saint-Etienne

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter