Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Préhistoire en Touraine

 | 
Jean-Claude Marquet

Chapitre I. Histoire de la Préhistoire de la Touraine

Texte intégral

TOUTE UNE HISTOIRE…

1Les recherches de Boucher de Perthes sur les outils préhistoriques commencent véritablement avec ses fouilles de l’été 1837 sous les remparts d’Abbeville et ce n’est que dans les derniers jours d’août 1863 qu’Édouard Lartet entreprit des fouilles dans la grotte des Eyzies, à Laugerie-Haute et à Gorge d’Enfer. On verra plus loin que 1863 marque aussi le véritable début de la découverte des sites pressigniens mais en fait, l’histoire de la Préhistoire de la Touraine – même si cette science n’était pas encore officiellement née – commence un peu plus tôt avec la prise de conscience de l’ancienneté des monuments mégalithiques qui ne sont pas rares dans notre région.

2Dès 1805, Cambry (Cambry 1805 et cité par Chauvin 1991, p. 14) écrit « à deux lieues de Tours […] il existe […] une sorte de grotte, faite de main d’homme, sous le nom de “grotte des fées” […] Elle est formée de 12 pierres brutes […] ». En 1810, Eloi Johanneau l’étudie de façon plus détaillée (Johanneau 1810). En 1812, Dufour signale le dolmen de Charnizay (Dufour 1812). En 1836, Lesourd découvre les dolmens du Liège et de Saint-Quentin, puis en 1838 ceux de L’Ile- Bouchard et de Neuillé-Pont-Pierre (Lesourd 1842, dans Chauvin ibid.).

3C’est en 1840, date de la création de la Société archéologique de Touraine, que sera réalisé le premier inventaire des mégalithes de Touraine. En 1855, l’abbé Bourrassé (Bourrassé 1842) publie « la Touraine » avec les dessins de mégalithes tourangeaux qui sont alors déjà presque tous connus (fig. 2).

Fig. 2 > Dolmen de « la Grotte des Fées » à Saint-Antoine-du-Rocher dit aussi dolmen de Mettray. En haut, vue latérale sud ; en bas, entrée à l’est. [Archives Dr Louis Dubreuil-Chambardel, La Touraine Préhistorique, 1923, p. 29]

4Le comte Alexis de Chasteigner et le docteur Auguste Léveillé semblent bien être à l’origine de la découverte des vastes ateliers de taille d’âge Néolithique final dont les déchets jonchent le sol sur les plateaux des rives droite et gauche de la Claise et de la Creuse (Philippon 1962). Alexis de Chasteigner découvre, en 1857, à Chambon, dans son jardin de La Custière, le premier atelier signalé en Touraine. Cependant, ne comprenant sans doute pas très bien l’importance de cette découverte, il laisse passer les années. Certains des objets découverts sont des bifaces du Paléolithique comme l’atteste la mention d’un don fait à la société archéologique de Touraine (Chevalier 1861).

Fig. 3 > Un couteau à moissonner. [Archives AMGP/Léveillé]

5En juillet 1863, la découverte de l’atelier de La Vilatte (Commune du Grand- Pressigny) faite par le Dr Léveillé est annoncée par Casimir Chevallier devant la Société archéologique de Touraine, celui-ci revendiquant l’honneur d’avoir, le premier, présenté et signalé la région des silex taillés du bassin de la Creuse (Chevalier 1863). Les mémoires de la Société archéologique de Touraine révèlent que le différend concernant la primauté de la découverte ne fût clos que le 22 février 1865 : la communauté scientifique régionale reconnaît à A. de Chasteigner le mérite d’avoir découvert le premier atelier et au Dr Léveillé celui d’avoir mis en évidence l’existence des très vastes ateliers du Grand-Pressigny (Philippon 1962).

Fig. 4 > Le polissoir du Dr Léveillé découvert à Mozay au Grand-Pressigny (62 cm).
[Cliché CLD/AMGP]

6Le Dr Léveillé prospecta toute la région du Grand-Pressigny. Il fût bientôt accompagné par M. Jardonnet, instituteur, qui instruisait ses enfants et par l’abbé Brung, nommé vicaire au Grand-Pressigny en 1864. Dès cette période, les matériaux issus des prospections s’accumulèrent et amenèrent à imaginer la création d’un musée local (fig. 3 et 4). Cependant tout n’alla pas simplement et en « haut lieu », même le président de l’Académie des Sciences déclara que toutes les pièces étaient fausses et que les ateliers étaient des lieux de taille de pierres à fusil ou à pistolet (Chauvin 1991 p. 14). De grands préhistoriens se déplacèrent au Grand-Pressigny : Gabriel de Mortillet, Henry Christy, Edouard Lartet par exemple qui réfutèrent les jugements trop rapides des détracteurs.

7Dans une lettre datée du 12 mai 1865 et à l’en-tête des « Matériaux pour l’Histoire de l’Homme » que nous reprenons mot pour mot comme nous le ferons pour les autres lettres qui vont suivre, le grand préhistorien de l’époque Gabriel de Mortillet répond à une lettre du Dr Léveillé :

Matériaux pour l’histoire de l’Homme
Paris, 12 mai 1865
Mon cher Monsieur,
J’ai tardé un peu à vous répondre pour vous donner plus de détails.
Je vous accuse d’abord réception de votre bon de cinq francs et vous remercie. Pour le moment M. Decaisne fait le mort et il fait bien. Impossible d’avoir de lui de nouveaux renseignements. Mais il n’en est pas quitte pour cela.
D’abord M. Penguilly d’Havidon, directeur du musée de l’Artillerie, vient de terminer un excellent article destiné au Moniteur. Vous le verrez dans trois ou quatre jours. Il envisage surtout la question au point de vue de la fabrication des pierres à fusil.
M. de Vibraye prépare aussi une réponse pour l’Académie des sciences. Comme il en est membre, on ne peut refuser l’insertion de son travail dans les Comptes-rendus des séances.
Bien plus, il est question de faire une réunion générale au Grand-Pressigny dans les premiers jours de juin. Ce sera une espèce d’enquête. Il n’est pas de meilleur moyen pour mettre en relief votre belle découverte. Une enquête atténue l’attente de la presse et tous les journaux en parleront. C’est là la véritable publicité.
Il serait bien utile que pour cette époque vous ayez tous les documents possibles.
L’Académie se gardera bien de faire une enquête qui compromettrait son Président et son secrétaire perpétuel. C’est à nous à la faire, à nous les croyants et les fidèles. Nous sommes dans le vrai, il faut l’établir clairement et nettement. Il y va de votre honneur, de celui du Grand-Pressigny, de celui enfin de la science toute entière.
M. du Sommerard s’est surtout occupé du Moyen Âge. C’est là sa spécialité. Il ne s’est jamais préoccupé des temps antéhistoriques aussi a-t-il été un rien surpris et effrayé par les assertions de M. Decaisne. Il y avait dans le musée de Cluny de fort beaux échantillons du Grand-Pressigny. M. du Sommerard s’est empressé d’y apposer une énorme étiquette portant Don de M. le marquis de Vibraye. Il a voulu décharger sa responsabilité. C’est ce qui vous explique pourquoi vous n’avez pas reçu de réponse. Ils ne vont pas se compromettre. Nouvelle preuve de la nécessité d’une enquête, d’une réunion sur les lieux.
Quant aux objets que vous me proposez, mettez les moi de côté puisque je dois aller au Grand-Pressigny. Je les prendrai moi-même. J’aimerais mieux moins de pièces, mais quelques beaux morceaux très caractéristiques.
Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes meilleurs sentiments de votre tout dévoué
G. de Mortillet

8Auguste Léveillé contacte aussi d’autres préhistoriens majeurs de l’époque, il écrit même au tout premier d’entre eux, encore considéré aujourd’hui comme le fondateur de la Préhistoire : Boucher de Perthes. Afin de mieux convaincre de la validité de ses découvertes, il propose d’envoyer des échantillons. Boucher de Perthes répond d’Abbeville, le 5 février 1866 à la première lettre du docteur Léveillé :

Abbeville, 5 février 1866
Monsieur le Docteur,
J’ai été très sensible à la lettre gracieuse que vous avez bien voulu m’adresser et si j’étais moins vieux j’irais certainement vous faire une visite et examiner le pays où vous avez fait de si belles découvertes.
J’ai donné à l’État la presque totalité des pierres celtiques et antédiluviennes que j’ai réunies depuis 30 ans et vous pourrez en voir la collection à St-Germain-en-Laye dans la galerie à laquelle l’Empereur veut bien donner mon nom.
J’en forme une autre pour ma ville et j’accepterai volontiers les échantillons que vous me proposez. Mais je ne veux pas que ceci vous entraîne dans des frais. Je vous demanderai donc de vous en rembourser le montant ainsi que celui de l’emballage, alors il suffit de mettre la caisse au chemin de fer, petite vitesse.
Si vous le voulez bien, j’ajouterai à ce remboursement quelques uns de mes volumes dont la liste est ci-jointe et que je vous prie d’agréer.
Recevez, Monsieur le Docteur, l’expression de mes sentiments les plus distingués.
J. Boucher de Perthes

9Le docteur Léveillé envoie donc tout un ensemble de lourds silex taillés à Abbeville et le 2 mars 1866, Boucher de Perthes lui écrit pour le remercier :

Abbeville, 2 mars 1866
Monsieur le Docteur,
J’ai reçu le baril contenant les silex taillés de votre département. Je vous en remercie. Il y a de beaux échantillons qui vont compléter ma collection et celle que j’ai donnée à Saint-Germain. J’en enverrai aussi à mes confrères de la Société Géologique de Londres en leur disant qu’ils viennent de vous…
Tout ceci vous a occasionné des frais. Permettez moi de vous les rembourser. Voyez aussi dans la liste ci-jointe de mes ouvrages imprimés ; et si quelques volumes pouvaient vous agréer ou compléter ceux que vous avez…
Agréez, Monsieur le Docteur, l’expression de mon affectueuse considération.
J. Boucher de Perthes

Fig. 5 > Dessin de G. de Mortillet sur feuille transparente accompagnant une lettre adressée au Dr Léveillé en date du 2.8.1866. [Archives AMGP]

10À partir d’Août 1866, les échanges se font plus nombreux avec Gabriel de Mortillet. Le docteur envoie à celui-ci communication d’une découverte de silex taillés dans des alluvions ; G. de Mortillet en profite alors pour demander l’envoi d’échantillons (fig. 5) dans une lettre du 2 août 1866 :

Lettre de G. de Mortillet à Auguste Léveillé
Paris, 2 août 1866
Cher Monsieur,
J’ai reçu en son temps votre intéressante communication relative à la découverte de silex taillés dans un banc de sable diluvien. Je vous en remercie.
Aujourd’hui m’arrive votre lettre du 1er août. Vous me demandez deux numéros des Matériaux : l’un qui a déjà paru et l’autre qui est sous presse. Vous adresser ces numéros, c’est dépareiller un exemplaire.
Je ne puis le faire ; mais je viens vous proposer une autre combinaison. Je serais fort désireux de recevoir un certain nombre de vos silex taillés.
Quelques livres de beurre jolies et bien caractérisées, ainsi que le plus grand nombre possible d’éclats, de pointes, de haches, de disques, etc. Voulez vous m’en faire un envoi et je vous adresserai en échange le premier volume des Matériaux ainsi que l’abonnement de la seconde année.
Si cet arrangement vous convient, je serais désireux de recevoir le plus tôt possible votre envoi.
Agréez, cher Monsieur, mes salutations les plus empressées.
G. de Mortillet

11Auguste Léveillé demande des précisions sur ce qu’il doit envoyer à Saint-Germain-en-Laye. Gabriel de Mortillet lui répond le 6 août 1866 :

Matériaux pour l’Histoire de l’Homme
Paris, 6 août 1866
Monsieur,
Je vous adresse par la poste tout ce qui a paru des matériaux. Vous recevrez successivement les numéros qui manquent pour compléter la seconde année.
Je vous remercie de la hache polie que vous m’avez destinée. Je la recevrai avec grand plaisir bien qu’un peu détériorée.
Vous me demandez ce qu’il faut m’envoyer ? Tout ce que vous voudrez en fait de petits objets, plus une douzaine de livres de beurre, quatre ou cinq gros, les autres plutôt moyens et petits. Je les désirerais bien choisis. J’aime mieux que les pièces soient moins nombreuses et plus choisies. Si vous pouviez joindre à votre envoi une livre de beurre taillée dessus en dos d’âne, une de ces livres de beurre dont le dessus n’a pas été éclaté ou dont l’éclat laisse une portion intacte vous me feriez grande joie et grande satisfaction. C’est une pièce qui manque dans ma collection.
Je m’en rapporte du reste entièrement à vous pour le choix des bonnes pièces qui représentent parfaitement l’industrie de vos riches ateliers.
Comme le poids sera considérable, vous pouvez mettre à la petite vitesse en adressant à Paris, rendu à domicile, rue de Vaugirard, 35.
Le 22 août aura lieu à Neuchâtel Suisse le premier congrès international antéhistorique.
Vos occupations médicales vous empêchent d’y venir, mais vous pourriez donner votre adhésion. Cela n’engage à rien. C’est seulement un appui moral à l’œuvre.
Votre Nom serait publié dans la liste des adhérents. Je me chargerais de transmettre votre adhésion.
Agréez, Monsieur, l’assurance de mes meilleurs sentiments.
Votre tout dévoué
G. de Mortillet

12Il remercie encore dans une lettre du 21 août 1866 et demande encore du matériel complémentaire, ce que ne manquera pas d’envoyer le découvreur des sites tant grand est son souhait de voir ses découvertes reconnues. À l’en-tête des « Matériaux pour l’Histoire de l’Homme », il écrit :

Matériaux pour l’Histoire de l’Homme
Paris, 21 août 1866
Cher Docteur,
Je vous remercie beaucoup de votre envoi. Il m’a fait grand plaisir et a presque renouvelé de fond en comble ma collection de Grand-Pressigny. Maintenant grâce à vous j’ai une belle série. Mais comme l’appétit vient en mangeant, dit le proverbe, je serais enchanté de l’augmenter encore. Je me recommande donc à vous.
Vous avez dû recevoir hier ou avant hier le nouveau numéro des Matériaux contenant la lettre de M. de Chasteigner.
Recevez avec mes remerciements, mes plus cordiales salutations.
Votre tout dévoué
G. de Mortillet

13et sous le même en-tête, le 3 octobre 1866, nouvelle lettre de remerciements pour le nouvel envoi :

Matériaux pour l’Histoire de l’Homme
Paris, 3 octobre 1866
Cher Monsieur,
Excusez moi si je ne vous ai pas remercié plus tôt de votre second envoi. Il a bien complété ma série du Grand-Pressigny. Grâce à vous, elle est maintenant fort jolie. Mais accablé de besogne, je n’ai pu la mettre en ordre que ces jours-ci. Comme je voulais vous remercier en connaissance de cause cela a retardé ma réponse. J’ai aussi ces jours-ci classé la collection de Pressigny qui se trouve au musée de Saint-Germain. Il y a de jolies pièces pourtant il existe encore des lacunes.
Je vais mentionner votre hache monstre dans les matériaux puisque vous m’y autorisez. Elle est vraiment énorme. Cela représente une jolie petite pierre à fusil !…
Votre envoi est arrivé en bon état, mais plusieurs jours après votre lettre.
Agréez, cher Monsieur, l’assurance des meilleurs sentiments de votre tout dévoué confrère en archéologie.
G. de Mortillet

14En 1867, John Evans, archéologue anglais écrit un article « Sur les silex taillés du Grand-Pressigny » (Evans 1867). Il relate sa visite dans les champs du Grand-Pressigny : il note l’abondance des nucleus livre de beurre, le grand nombre d’éclats dans la terre dans toutes les directions, au-dessus de la terre arable. Evans décrit les livres de beurre, démontre que ce ne sont pas des outils (il n’y a pas de traces d’usure), il comprend que ce sont des restes de fabrication d’instruments donc des déchets d’où des grandes lames ont été détachées. Il montre aussi que ces lames n’ont pu servir à la fabrication de pierres à fusil. Il analyse les autres types d’outils fabriqués dans le secteur et termine son étude en évoquant (déjà…) la diffusion des grandes lames au départ des ateliers pressigniens. Ainsi dès 1867, un archéologue particulièrement observateur reconnaît l’importance de ces ateliers et de leur rôle important pour la diffusion d’objets loin du centre de production. En juin 1869, le XXXVIe congrès archéologique de France se tient à Loches, les problèmes de la nature des ateliers et de la diffusion des silex pressigniens sont évoqués (fig. 6). En 1894, Louis Bousrez fait paraître les Monuments mégalithiques de Touraine et grâce à cet ouvrage et ses photographies on a connaissance de plusieurs monuments aujourd’hui disparus (Bousrez 1894).

Fig. 6 > Le souterrain-refuge de Rouinceau à Charnizay d’après une carte postale ancienne portant la légende : « Charnizay (I-et-L). Caves du Rochiau, ancien arsenal de pierres taillées ». [Archives F. Berthouin]

15Invité à revenir en 1870 au Grand-Pressigny par le docteur Léveillé pour y authentifier la découverte d’ossements supposés humains, John Evans répond aimablement au docteur mais ne semble pas très enclin à effectuer le déplacement. Le 12 mars 1870, il écrit (nous avons repris les termes mot pour mot) :

Masle Mills
Hemel Hempsted
12 mars 1870
Monsieur
Je vous remercie pour votre lettre obligeante du 8 de ce mois par laquelle vous m’annoncez la découverte que vous venez de faire de quelques restes humains dans des fouilles que vous avez entrepris sur un de vos terrains, et m’invitez de me rendre sur la place afin que je puisse vérifier vos observations. Je voudrais bien me trouver en position à entreprendre un voyage à Pressigny et accepter votre invitation, non pas que je pense que vos observations n’ont besoin d’aucune vérification mais que je trouve toujours beaucoup d’intérêt dans des découvertes pareilles. En tout cas, j’espère que quelque savant Français se rendra chez vous et prendra part dans vos recherches dont il rendra compte ou à la Société géologique ou à l’Académie des sciences.
Les faits les plus importants sont à déterminer si les squelettes ont été enterrées ou si elles ont été enfouies pendant la déposition du diluvium par quelque cause géologique. Surtout sera-t-il nécessaire de diriger l’attention la plus vive sur les instruments ou armes, s’il y en a par lesquelles les ossements sont accompagnés. Si les squelettes sont celles des hommes à livres de beurre elles appartiennent à l’âge de la pierre polie et probablement ont été dûment enterrées même si les traces des fossés dans lesquels on les a déposé sont devenus obscures.
Je ferai part de votre découverte à Sir John Lubbock (qui vient d’être élu membre du Parlement), au capitaine Douglas Galton à MM. Flower et Jeffreys. Mon ami M. Prestrovick vient de se marier et s’en est allé en Italie pour le mois de miel. Je pense à passer quelques jours à Pâques en faisant une petite excursion en France et même en Poitou mais je crains de ne pas pouvoir faire une extension de mon voyage jusqu’à Pressigny. C’est un peu trop éloigné du chemin de fer quand on n’a pas trop de temps à sa disposition.
Veuillez présenter mes compliments à Madame Léveillé et agréer mes salutations les plus cordiales.
John Evans

Fig. 7 > VIe congrès préhistorique de France tenu à Tours du 21 au 27 août 1910. [Cliché officiel du congrès]

16Auguste Léveillé a plus de succès avec Gabriel de Mortillet qui accepte de se déplacer enfin au Grand-Pressigny. Il écrit du château de Saint-Germain-en-Laye, le 8 avril 1870 :

Ministère de la maison de l’Empereur et des Beaux-arts.
Surintendance des Beaux-arts.
Musée Impérial de St-Germain.
Château de St Germain, le 8 avril 1870
Excellent docteur,
Dimanche prochain, 10 courant, j’aurai le plaisir de vous serrer la main. J’espère arriver au Grand-Pressigny par le premier omnibus du matin. Pourrons-nous voir vos hommes quaternaires et les faire occurer avec le déluge ?
Pourrons-nous faire quelque fouille ? Je suis chargé d’étudier la question. C’est la société d’Archéologie qui m’a donné cette mission.
Votre tout dévoué
G. de Mortillet

17Les ossements qu’Auguste Léveillé voulait montrer à Gabriel de Mortillet étaient des extrémités d’os longs visibles, mais en hauteur, dans une coupe. Au cours de la visite, les ossements atteints se sont révélés être ceux d’un âne moderne (Cordier 1954).

Fig. 8 > La place de la mairie du Grand-Pressigny lors de l’excursion en Touraine du Sud du VIe congrès préhistorique de France. [Archives F. Berthouin]

18Au congrès d’archéologie et d’archéologie préhistorique tenu à Paris en 1900, M. de Saint-Venant insiste sur le problème de la diffusion des silex pressigniens (Saint-Venant 1900). Au cours de la séance inaugurale du VIe congrès préhistorique de France, le 21 août 1910 (fig. 7 et 8), le Dr Edmond Chaumier présente l’exposition qu’il a pu préparer avec différentes collections particulières notamment celles du Dr Léveillé, de l’abbé Brung et de M. Chauveau, instituteur à Barrou, inventeur de la cachette de lames des Ayez. E. Chaumier, au cours du congrès, fait voter à l’unanimité un vœu de création d’un musée régional de Préhistoire. Parmi les congressistes, siégeaient des grands noms de la géologie et de la Préhistoire dont M. Rutot et les frères de Mortillet (Chaumier 1910).

19Lors du comice agricole de 1911 au Grand-Pressigny, les collections personnelles du Dr Chaumier, de MM. L. Gobillot, J.M. Rougé et J.B. Barreau furent exposées dans la mairie du Grand-Pressigny où elles restèrent jusqu’en 1951 (fig. 9). Le 9 octobre 1922, J.M. Rougé était nommé conservateur du musée par un arrêté de M. le préfet d’Indre-et-Loire (fig. 10). Les collections du musée sont classées « Monument historique » depuis le 3 avril 1930. À cette date, la création du musée était ainsi officialisée et ses collections devenaient propriété collective. Pour assurer la gestion des collections, était créée le 26 juin 1935, l’association « les Amis du musée préhistorique du Grand-Pressigny » (fig. 11).

Fig. 9 > Une salle de la mairie du Grand-Pressigny avant 1955. [Cliché F. Berthouin]

Fig. 10 > Anciens membres éminents de l’association des « Amis du musée du Grand-Pressigny ». De droite à gauche : J.-M. Rougé, E. Simon, Dr Maurice, Dr Chaumier, Dr Bonamy et J.-B. Barreau. [Archives AMGP]

Fig. 11 > Exposé de G. Lecointre sur la terrasse du château lors d’une assemblée générale de l’association des Amis du musée (vers 1950). [Archives F. Berthouin]

20En 1949, le conseil général du gépartement d’Indre-et-Loire décide de transformer et d’aménager le château du Grand-Pressigny, propriété départementale, en musée de Préhistoire. Les collections resteront propriété de l’association « les Amis du musée » qui, en cas de dissolution, dévoluera les collections au département. En 1952, la commande de 36 vitrines en bois est passée, vitrines qui seront installées pour y présenter le matériel issu des fouilles et des prospections (fig. 12). L’installation des collections est effectuée dans la grande salle du premier étage du logis Renaissance (fig. 13) par G. Cordier sous la responsabilité de M. Gaudron alors inspecteur général des musées de Province. La nouvelle présentation du musée est inaugurée le 17 juillet 1955. Elle s'appuie aussi sur les collections de A. Léveillé, E. Chaumier, M. Chauveau, les docteurs Orillard et Gobillot, J.-M. Rougé, J.-B. Barreau et, un peu plus tard, l’importante collection de F. Reignoux.

Fig. 12 > Fouille ancienne du Petit Paulmy à Abilly, vers 1950. [Cliché R. Daniel]

Fig. 13 > La grande salle du musée du Grand-Pressigny entre 1955 et 1991. [Archives F. Berthouin]

21La découverte en septembre 1970 de la seconde cachette de grandes lames en silex, au lieu-dit la Creusette à Barrou, marque un moment important dans l’histoire de la Préhistoire pressignienne. Avant cette date, les observations et collectes de matériel archéologique résultaient soit de ramassages de surface, surtout après les labours soit de découvertes fortuites à la suite du creusement d’excavations ou de tranchées le long des routes (fonds de cabane du Foulon à Abilly, des Réaux au Grand-Pressigny, gisement du silo au Grand-Pressigny).

22Curieusement les préhistoriens français n’ont effectué que de rapides sondages dans la région, peut-être dissuadés par l’abondance extraordinaire de matériel archéologique jonchant le sol. La population locale reste cependant fascinée par ces objets si curieux que l’on continue aujourd’hui à trouver dans les sillons des terres labourées (fig. 14 et 15). Dès 1971, des sondages et fouilles méthodiques sont entrepris d’abord autour de l’emplacement de la découverte de la cachette de grandes lames de La Creusette puis en divers endroits permettant ainsi d’amorcer une étude scientifique de l’histoire des peuplements préhistoriques de cette région. En 1990, trois grands chantiers de fouille se terminent : L’Assignat à Barrou, Les Sables-de-Mareuil à Ligueil et Le Petit Paulmy à Abilly.

Fig. 14 > Nucléus livre de beurre sur le mur de façade d’une maison de la rue principale (Grand Rue) du Grand-Pressigny.

Fig. 15 > « Exposition » de nucléus livre de beurre dans un ferme proche du Grand-Pressigny.

23Parallèlement à ces travaux de recherche de terrain indispensables pour la compréhension des sites, une réflexion sur l’intérêt pédagogique et économique du patrimoine conduit à programmer puis entreprendre la réalisation de la rénovation complète du musée de Préhistoire pour en faire un véritable musée aux présentations modernes (fig. 16). La protection et la présentation pédagogique d’un site en cours de fouille (Le Petit-Paulmy à Abilly) vient compléter très utilement les présentations du musée départemental. Un grand musée de plein air devrait pouvoir venir compléter le dispositif pédagogique. Il permettrait de montrer aux amateurs de découverte du patrimoine, comment étaient faites les habitations de nos ancêtres préhistoriques, comment se déroulaient leurs journées, quelles étaient leurs activités… À la fin des années 2000, le musée est complètement restructuré et de nouvelles présentations sont maintenant en place (fig. 17).

Fig. 16 > Le musée de Préhistoire du Grand-Pressigny. La salle de Préhistoire générale ouverte en 1991. [Cliché CLD/AMGP]

Fig. 17 > Une vue du musée du Grand-Pressigny après sa restructuration à la fin des années 2000. [Cliché Conseil général d’Indre-et-Loire]

QUELQUES GRANDS NOMS DE LA PRÉHISTOIRE TOURANGELLE

Auguste Léveillé

24Auguste Léveillé (fig. 18) naît au Grand-Pressigny le 5 juin 1805. Son père, médecin, lui fait faire des études secondaires à Nantes puis de médecine à Paris. Il devient interne des hôpitaux et, son père décédé, vient assurer la succession de celui-ci au Grand-Pressigny vers 1830. Dans toute la région il acquiert rapidement la renommée d’un praticien qui ne ménage ni son temps, ni sa peine. Il parcourt la campagne et foule les silex qui jonchent les champs et qu’il prend d’abord pour des déchets de fabrication de pierres à fusil.

Fig. 18 > Le docteur Auguste Léveillé. [Archives AMGP]

25Vers 1860, les découvertes de Boucher de Perthes sont annoncées et lui font revoir son jugement concernant ces éclats. Pendant deux années, il hésite, ramasse, compare, réfléchit et correspond avec différents archéologues. En 1862, Auguste Léveillé acquiert la certitude que les silex pressigniens ont été taillés par les hommes préhistoriques. Il fait donc venir au Grand-Pressigny, Gabriel de Mortillet, Henri Christy, Édouard Lartet et John Evans. Il leur fait parcourir les ateliers de La Chatière, du Petit-Carroi et de La Claisière. Ils sont convaincus de la signification de ces ateliers mais l’inventeur de ces sites aura encore beaucoup à faire pour convaincre l’ensemble des archéologues et notamment des locaux qui ne peuvent admettre une aussi grande ancienneté pour ces produits qui jonchent leur sol.

26D’après le Dr Chaumier, le Dr Léveillé était au moins un bon observateur. Il rapporte ses notations :

Dans les vrais ateliers, il y a des éclats de toutes formes amoncelés en ronds plus ou moins réguliers, d’un diamètre de deux mètres environ. Dans les points qui n’ont pas été bouleversés, ces amas ont jusqu’à un ou deux mètres d’épaisseur (ce sont vraisemblablement les fosses-entonnoirs que nous décrivons plus loin), les éclats sont les uns sur les autres sans ordre, on n’y trouve qu’un tout petit nombre d’instruments entiers. C’est, dit le Dr Léveillé, comme si les ouvriers venaient d’abandonner leur travail.

27Auguste Léveillé ne fut certainement pas un grand préhistorien mais, outre ses qualités humaines qui éclataient dans le cadre de son activité de médecin, des qualités d’observateur infatigable en ont fait une figure emblématique de la Préhistoire du Sud-Lochois. Le 31 octobre 1880, le docteur Auguste Léveillé, encore membre du Conseil municipal du Grand-Pressigny, disparaît.

Edmond Chaumier

28Si Auguste Léveillé avait eu l’idée de créer au Grand-Pressigny un musée de Préhistoire, c’est Edmond Chaumier (fig. 19), de près de 50 années son cadet, qui en fut le fondateur. Edmond Chaumier est né en 1853 à Saint-Flovier, dans Le Lochois. Il était le descendant d’une vieille famille de médecins. Il fit des études secondaires au collège de Châtellerault, commença ses études de médecine à Tours de 1872 à 1874 et les termina à Paris.

Fig. 19 > Le docteur Edmond Chaumier. [Archives AMGP]

29En 1878, il s’installe au Grand-Pressigny. Pendant près de 10 ans, il s’intéresse à la Préhistoire locale, parcourt les ateliers pressigniens et recueille des spécimens. En 1884, il publie ses premiers travaux sur les maladies des enfants ; en 1887, il fonde à Tours l’« Institut vaccinal » et crée l’année suivante un dispensaire pour enfants. Il installe l’Institut vaccinal dans le château de Plessis-lès-Tours. Ce château, ancienne demeure de Louis XI, qui menaçait ruine, est alors réparé et sauvé de la destruction. Son Institut vaccinal acquiert une très grande renommée, il fournit du vaccin en Turquie et au Japon. Edmond Chaumier doit fonder une succursale à Rome pour répondre à la demande.

30Parallèlement à son activité médicale, il continue à s’intéresser à la Préhistoire. Il acquiert des pièces importantes comme le polissoir de Mozay du Dr Léveillé, le matériel du dolmen du Vigneau à Manthelan. En 1910, se tient à Tours le Ve congrès de la Société préhistorique française. Il est président du comité local et vice-président du congrès. Il prononce le discours d’ouverture et organise l’exposition préhistorique au château de Plessis-les-Tours.

31Sur la lancée du congrès de 1910, il ressent la nécessité de créer un musée de Préhistoire au Grand-Pressigny. C’est chose faite en 1912, après une exposition présentée dans le cadre du comice agricole local, le musée est créé et installé dans l’immeuble de la mairie du Grand-Pressigny.

32En 1926, le docteur Chaumier est élu membre correspondant de l’Académie de Médecine. Après avoir demandé à Jacques Marie Rougé de s’occuper de la conservation du musée, il décède à Tours le 2 avril 1931.

Jacques-Marie Rougé

33Jacques-Marie Rougé (fig. 20) était avant tout folkloriste. Il parcourt La Touraine et en particulier sa partie méridionale dont il est originaire (il est né à Ligueil). Au cours de ces sorties, il accumule des pièces découvertes dans les champs et qui sont destinées à enrichir les collections du musée. Celles-ci sont classées Monument historique le 3 avril 1930 à la demande notamment de M. le Dr René Verneau, professeur de paléontologie humaine à l’École d’anthropologie de Paris. J.-M. Rougé fut nommé conservateur par arrêté préfectoral du 9 octobre 1922. Il accueille en 1923 un congrès important de préhistoriens belges dirigé par le professeur Hamal-Nandrin. Par une sorte de testament scientifique, Edmond Chaumier, dans une lettre datée du 26 janvier 1931, confie à J.-M. Rougé le soin de veiller sur le musée. En 1935, J.-M. Rougé fonde avec quelques autres « charcheux d’piarres » (comme ils s’appelaient eux-mêmes et comme les appelaient aussi les agriculteurs), l’association des Amis du musée (l’association est déclarée le 26 juin 1935 et la parution a lieu au journal officiel du 12 juillet 1935).

Fig. 20 > Jacques-Marie Rougé, premier conservateur du musée du Grand-Pressigny. [Archives AMGP]

34J.-M. Rougé obtient du préfet d’Indre-et-Loire R. Vivier, la décision de transférer les collections qui étaient alors installées dans la mairie, dans la salle du 1er étage du corps du logis Renaissance du château. Il reçoit au Grand-Pressigny, en 1950, un congrès international de Préhistoire et la nouvelle présentation est inaugurée le 17 juillet 1955. En octobre de la même année, il cesse ses fonctions de conservateur et décède l’année suivante. La grande salle de lecture de la bibliothèque municipale de Tours, en bord de Loire, porte son nom.

Louis Dubreuil-Chambardel

35Pour évoquer la mémoire de celui qui est l’auteur de « La Touraine préhistorique », ouvrage que les préhistoriens utilisent encore fréquemment aujourd’hui (fig. 21), nous emprunterons au Dr V. Bugiel (1927) une partie d’un article qu’il consacra à celui qu’il avait bien connu et beaucoup apprécié. Le Dr Bugiel écrit notamment :

Louis Dubreuil-Chambardel est né à Marseille le 21 juin 1879. Fils d’un médecin, il fit ses études de médecine à Tours où Le Double l’orienta définitivement vers l’anatomie, et surtout vers l’étude des variations somatiques. Reçu docteur à Paris en 1905, il revint dans l’élégante et calme cité de Descartes et reprit le fil de ses recherches. Chef des travaux, puis professeur suppléant à l’École de Médecine, il étudia tour à tour l’anatomie, la tératologie ; la pathologie, l’anthropologie, la préhistoire, l’histoire de la médecine, le folklore et les anciennes coutumes. Il s’occupa des associations sportives dans lesquelles un si beau-rôle est dévolu au médecin. Il fit aussi du journalisme en collaborant sous le pseudonyme du Dr Raoul Leclerc à la « Touraine républicaine » et du journalisme médical en tant que collaborateur, puis directeur de là « Gazette médicale du Centre ». Le gouvernement lui confia des missions scientifiques en Belgique, en Italie, en Portugal, en Pologne. Il s’en acquitta de la manière la plus satisfaisante. Au Portugal il planta des jalons d’une sincère amitié franco-portugaise ; l’éminent anatomiste de Porto et lauréat de notre Société. M. le professeur J.-A. Pires de Lima en témoigne éloquemment dans son beau volume sur les Anomalies des membres chez les Portugais (As Anomalias dos Membros non Portugueses), paru récemment (Porto 1927). Il fit la guerre comme major au 68e, puis au 290e d’infanterie, fut blessé en 1917 près d’Ypres et rapporta du front cinq citations.

Fig. 21 > Le docteur Louis Dubreuil-Chambardel, en 1927.

36L’une de ces citations est à l’ordre de l’armée :

Le médecin-chef Dubreuil-Chambardel a apporté au front, avec sa valeur professionnelle, son inlassable dévouement et son intelligente activité. Affecté au début dans une unité territoriale, a demandé instamment à être versé dans un régiment actif. Au cours des derniers et durs combats de Champagne, a dirigé le service sanitaire du régiment avec maîtrise, prodiguant ses soins avec son habituel dévouement et assurant des nombreuses évacuations dans des conditions parfaites.

37Louis Dubreuil-Chambardel a été fait Chevalier de la Légion d’honneur, le 14 juillet 1919.

38Dans le même article le Dr V. Bugiel détaille les disciplines dans lesquelles il a excellé. Nous ne reprendrons ici que ce qui concerne la Préhistoire :

En 1922 et 1923, il fit à l’École d’Anthropologie une série de conférences sur « La Touraine préhistorique ». Elles parurent ensuite en volume in-4° chez Champion. (La Touraine préhistorique, Paris, 1923). Dans sa préface Camille Jullian (fig. 22) a dit le plus grand bien de cet ouvrage. C’est avant tout la monographie préhistorique d’une province. Jullian insiste avec raison sur l’importance de ce genre de monographies, elles permettent la reconstitution du passé de chaque région dans les limites les plus reculées. L’exemple de Dubreuil-Chambardel serait à suivre sur une vaste échelle.

Fig. 22 > Fac-similé d’un courrier de Camille Jullian, professeur au Collège de France, auteur de la préface de La Touraine préhistorique. [Archives L. Dubreuil-Chambardel]

39Le docteur Louis Dubreuil-Chambardel eut une correspondance avec de nombreux collectionneurs tourangeaux mais aussi avec des préhistoriens reconnus de l’époque comme J. de Saint-Venant. Louis Dubreuil-Chambardel est décédé brutalement en août 1927 à l’âge de 48 ans.

Fig. 23 > C. Chauveau, inventeur de la cachette de grandes lames des Ayez à Barrou en 1883 [Archives AMGP]

Fig. 24 > Dolmen de la ferme de Marcilly près de Neuillé-Pont-Pierre. [Dessin de P. Chollet. Archives L. Dubreuil-Chambardel]

QUELQUES AUTRES PERSONNAGES IMPORTANTS

40Nous pourrions encore citer bien d’autres noms qui ont fait l’histoire de la Préhistoire pressignienne :

  • C. Chauveau, instituteur et maire de Barrou (fig. 23) à qui l’on doit le sauvetage du site des Ayez à Barrou, première cachette de grandes lames pressigniennes découverte dans la vallée de la Creuse en 1883. Cet ensemble est malheureusement aujourd’hui dispersé mais une partie importante est conservée au musée du Grand-Pressigny, y compris la collection Alexis de Chasteigner, propriété du musée d’Aquitaine à Bordeaux.

  • Louis Bousrez qui publie en 1894 les Monuments mégalithiques de Touraine, étude qui comprend 90 planches de grande qualité (fig. 24).

  • L’abbé Brung, curé de Chaumussay, rassembla une importante collection pendant la seconde moitié du xixe siècle. Certains de ses tableaux étaient conservés à l’hôtel Goüin, musée de la Société archéologique de Touraine à Tours, ils ont transférés récemment au musée du Grand-Pressigny.

  • François Reignoux, serrurier au Grand-Pressigny, parcourt inlassablement les champs et accumule une masse considérable d’objets. Il découvre un grand gisement moustérien dont il garde secret l’emplacement jusqu’à sa mort. F. Berthouin assurera l’entrée de ses collections au musée.

  • Ernest Montrot fut conservateur adjoint du musée dès 1936. Il découvre le très important site moustérien de Fontmore à Vellèches dans le département de la Vienne et fouille l’ossuaire du Bec-des-deux-Eaux à Ports-sur-Vienne.

  • Pierre Geslin et son épouse découvrent en 1970, toujours sur la commune de Barrou, la seconde cachette de grandes lames pressigniennes. Ils en font don à l’association des amis du musée ; l’ensemble des lames est classé, à son tour, monument historique à l’initiative du Professeur André Leroi-Gourhan.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 > Dolmen de « la Grotte des Fées » à Saint-Antoine-du-Rocher dit aussi dolmen de Mettray. En haut, vue latérale sud ; en bas, entrée à l’est. [Archives Dr Louis Dubreuil-Chambardel, La Touraine Préhistorique, 1923, p. 29]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 3 > Un couteau à moissonner. [Archives AMGP/Léveillé]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4 > Le polissoir du Dr Léveillé découvert à Mozay au Grand-Pressigny (62 cm).[Cliché CLD/AMGP]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 5 > Dessin de G. de Mortillet sur feuille transparente accompagnant une lettre adressée au Dr Léveillé en date du 2.8.1866. [Archives AMGP]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 6 > Le souterrain-refuge de Rouinceau à Charnizay d’après une carte postale ancienne portant la légende : « Charnizay (I-et-L). Caves du Rochiau, ancien arsenal de pierres taillées ». [Archives F. Berthouin]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 7 > VIe congrès préhistorique de France tenu à Tours du 21 au 27 août 1910. [Cliché officiel du congrès]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 8 > La place de la mairie du Grand-Pressigny lors de l’excursion en Touraine du Sud du VIe congrès préhistorique de France. [Archives F. Berthouin]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 9 > Une salle de la mairie du Grand-Pressigny avant 1955. [Cliché F. Berthouin]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 10 > Anciens membres éminents de l’association des « Amis du musée du Grand-Pressigny ». De droite à gauche : J.-M. Rougé, E. Simon, Dr Maurice, Dr Chaumier, Dr Bonamy et J.-B. Barreau. [Archives AMGP]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 11 > Exposé de G. Lecointre sur la terrasse du château lors d’une assemblée générale de l’association des Amis du musée (vers 1950). [Archives F. Berthouin]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 12 > Fouille ancienne du Petit Paulmy à Abilly, vers 1950. [Cliché R. Daniel]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 13 > La grande salle du musée du Grand-Pressigny entre 1955 et 1991. [Archives F. Berthouin]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 14 > Nucléus livre de beurre sur le mur de façade d’une maison de la rue principale (Grand Rue) du Grand-Pressigny.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 15 > « Exposition » de nucléus livre de beurre dans un ferme proche du Grand-Pressigny.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 16 > Le musée de Préhistoire du Grand-Pressigny. La salle de Préhistoire générale ouverte en 1991. [Cliché CLD/AMGP]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 17 > Une vue du musée du Grand-Pressigny après sa restructuration à la fin des années 2000. [Cliché Conseil général d’Indre-et-Loire]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 18 > Le docteur Auguste Léveillé. [Archives AMGP]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 19 > Le docteur Edmond Chaumier. [Archives AMGP]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 20 > Jacques-Marie Rougé, premier conservateur du musée du Grand-Pressigny. [Archives AMGP]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 21 > Le docteur Louis Dubreuil-Chambardel, en 1927.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 22 > Fac-similé d’un courrier de Camille Jullian, professeur au Collège de France, auteur de la préface de La Touraine préhistorique. [Archives L. Dubreuil-Chambardel]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 23 > C. Chauveau, inventeur de la cachette de grandes lames des Ayez à Barrou en 1883 [Archives AMGP]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 24 > Dolmen de la ferme de Marcilly près de Neuillé-Pont-Pierre. [Dessin de P. Chollet. Archives L. Dubreuil-Chambardel]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3607/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par