Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

II. Recomposition des espaces

Strasbourg après 1871 : réorganisation des espaces

Klaus Nohlen

Texte intégral

  • 1 Nous avons, pour cette communication, renoncé aux notes. Pour toutes les références, se reporter à (...)

1Au-delà du cadre architectural et urbanistique, commun à toutes les villes, Strasbourg présente une donnée supplémentaire : la situation politique, la destination de la ville comme capitale de ce nouveau Reichsland dans un empire tout neuf1.

2« Que votre Excellence fasse immédiatement établir un bilan des dommages à Strasbourg et annonce par une proclamation apaisante la restauration des bâtiments, sans prendre d´engagements particuliers », disait le télégramme qu´Ottovon Bismarck envoya le 29 septembre 1870 au gouverneur général de l´Alsace. Ce fut le premier témoignage de la volonté de guérir les blessures infligées à la cité par près d´un mois de bombardement. La veille, le commandant de la forteresse avait signé la capitulation ; deux brèches auraient rendu illusoire la poursuite de la défense de la ville. Strasbourg avait beaucoup souffert. L´enceinte construite par Vauban n´avait été d´aucun secours face à une artillerie moderne. Les quartiers du nord-ouest, situés du côté de l´attaque, n´étaient qu´un amas de ruines.

3Dès avant la paix de Francfort (où la France céda légalement l´Alsace et la Lorraine germanophone à l´Empire), Bismarck avait assuré des indemnisations aux habitants. Des commissions, composées en grande partie d´Alsaciens, enregistrèrent les dommages et répartirent les indemnités. Mais ce bombardement n´eut pas que des conséquences matérielles sur ceux qui en furent les victimes ; il fut aussi le point de départ du remodelage urbain – c´est-à-dire de la large extension de la ville – à un double égard :

  • On avait eu la preuve que les fortifications de Vauban ne pouvaient absolument pas résister à la guerre moderne et aux techniques contemporaines de siège ; une rénovation était donc nécessaire, déjà du seul point de vue militaire.
  • L´assiégeant avait un motif « moral » de réparer les dommages qu´il avait causés, s´il ne voulait pas pour toujours être taxé de destructeur par ceux-là même qu’il voulait faire « retourner » au sein de l´Empire. À cela s´ajoute la volonté de s´attacher les habitants de l´Alsace et tout particulièrement ceux de la nouvelle capitale, Strasbourg, par des bienfaits, y compris dans le domaine de l´urbanisme. De plus, le Strasbourg modernisé et agrandi devait ainsi avoir une fonction de vitrine vis-à-vis de l´Ouest.

4La reconstruction des édifices publics partiellement détruits commença en 1872. Les restaurations à l´identique, ou presque, furent exécutées la plupart du temps par l´architecte de la ville, Geoffroy Conrath, qui, comme l´architecte de l´Œuvre Notre-Dame, Gustave Klotz, était resté sur place et en fonction – signe de continuité.

5En même temps, il apparut que les bâtiments existants et les terrains constructibles étaient en nombre insuffisant pour répondre aux besoins de la jeune capitale du Reichsland. Il fallait à Strasbourg de l´espace pour l´administration qui s´y concentrait, pour les représentants du pouvoir berlinois, pour les vastes installations de l´Université refondée, pour le logement d´une nuée de fonctionnaires venus d´Outre-Rhin et pour l´énorme garnison de la forteresse d´Empire : un agrandissement de la ville était donc nécessaire.

6Au printemps 1871, le général von Moltke visita Strasbourg afin d'étudier comment, en restructurant la fortification de la ville, on pouvait éviter dans l'avenir un bombardement. Dans son rapport il soulignait que la ville devait demeurer une place forte. Pour la protéger des bombardements, il fallait entourer la citadelle d'un cercle de forts avancés. Il était précisé que rien n'empêchait de conserver l'ancien mur d'enceinte, et que pour gagner de la place, il suffisait d'avancer le mur principal en abandonnant les ouvrages de l'arrière. Dans le cas où la ville devrait s'agrandir, les généraux suggéraient l'extension vers le nord ; cela correspondait au vœu de la commission municipale présenté par le maire Jules Klein. À Berlin, on semblait tellement convaincu de la nécessité d'une extension de la ville que dès l'automne de la même année, dans un mémoire du département général de la Guerre, il n'était même plus question de se contenter d'avancer le mur principal. Les généraux Moltke et Kameke étaient d'avis

« que l'installation à Strasbourg de différentes autorités administratives alors qu’on manquait de logements, la nécessité de construire une gare centrale et éventuellement l'aménagement d'un canal du Rhin jusqu'à Mannheim allaient bientôt rendre indispensable, c'était prévisible, une extension considérable du mur d'enceinte de la forteresse »,

7et leur avis se trouva complété par des réflexions d'ordre politique :

« Sur le plan politique, l'intérêt d'une extension de la ville réside dans le fait que cet agrandissement rendrait possible l'afflux massif de populations venues des anciens Länder allemands de l'Empire, qui entraînerait, de manière extrêmement rapide et efficace, la complète germanisation de cette ville qui est la plus importante d'Alsace, ce qui aurait vraisemblablement pour conséquence un rapide épanouissement de la cité […]. Il faut considérer l'épanouissement de la ville, mais surtout cet afflux considérable d'éléments allemands comme un avantage militaire pour la ville forte, d'une part parce que son importance s'en trouverait grandie et que les possibilités de secours en seraient accrues, d'autre part parce que dans une aussi grande ville, une augmentation de la partie amicale de la population jouerait un rôle capital en cas de siège. [...] Enfin, c'est seulement en construisant une nouvelle enceinte que l'on pourra remédier comme il se doit au manque presque complet d'abris capables de résister aux bombardements, qui représentent l'élément le plus important d'une fortification moderne. »

8Dès 1871, on engagea les travaux précédant la construction, en installant tout d'abord douze forts avancés – disposés tout autour de la ville sur un cercle d'environ huit kilomètres de rayon, afin « que le bombardement de la ville ne soit plus possible » – et l´empereur décida que l´agrandissement de la ville forte devrait être financé prioritairement par la vente des terrains militaires rendus disponibles pour la construction de la ville.

9Le plan des fortifications fut lui-même l'objet de longues négociations. L'agrandissement de la ville en direction de terrains situés à l'ouest, à une altitude plus élevée – et de ce fait considérés comme plus sains – fut rendu impossible par le projet, envisagé dès la fin de l'année 1871, de construire une gare de passage aux limites occidentales de la ville. Fin 1872, l'administration municipale précisait que si l'on voulait étendre la ville vers l'est, en direction du Rhin, c'est-à-dire dans la seule direction qu’elle appréciait, il fallait raser la citadelle. Cette demande fut cependant résolument rejetée par l'armée ; et même en 1875, « le maintien des fronts de la citadelle tournés vers la ville » fut, « jusqu'à nouvel ordre », défini comme « une nécessité militaire » par le département général de la Guerre. Contrairement aux vœux de l'Université (qui cherchait à éviter « d'être déchirée, avec d'un côté la faculté de médecine, et de l'autre, un simple fragment »), l'armée, en raison des frais que cela aurait entraîné, refusa l'utilisation du front sud pour l'agrandissement de la ville, et c'est ainsi que pour finir, l'extension ne put être effectuée qu'en direction du nord.

10L´autorité militaire, dont les décisions furent impératives, ne déposa le projet de nouvelle enceinte qu´à l´automne 1874, et avant que le plan de la ville avec les limites et les portes de la nouvelle enceinte ne soit livré à la municipalité, l´implantation de la nouvelle gare et de l´université étaient déjà fixés. Le résultat était de tripler la superficie de la ville existante.

11Le Reichstag vota trois millions de marks pour l´agrandissement nécessaire de la fortification. Mais le coût du tracé souhaité par la ville était estimé à vingt millions de marks. La différence de dix-sept millions de marks devait être apportée par la ville, qui était obligée d´acheter à l´Empire les terrains militaires déclassés des anciennes fortifications. Elle les paya difficilement, mais devint par cet échange forcé le plus grand propriétaire foncier de la ville nouvelle.

12Le poids de l´autorité militaire, qui ne permit une extension de la ville que dans une seule direction, eut des conséquences directes sur les plans d´urbanisme projetés.

13Deux concurrents se trouvaient en présence, chargés par l´administrateur municipal Otto Back de fournir une esquisse générale pour l´extension de la ville : l´architecte berlinois August Orth et le strasbourgeois Geoffroy Conrath, architecte municipal depuis 1849.

14Le port à l’intérieur de l´enceinte de la ville joue un rôle prépondérant dans le projet du berlinois August Orth. Alors que le port est naturellement à l´écart – à la lisière de la ville en direction du Rhin – le Baurath Orth prend comme point central de sa composition la place Impériale (Kaiserplatz), de dimensions immenses, qui prolonge la plus grande place de l´ancienne ville, la place Broglie, symbolisant l´unité des deux villes. Il prévoit pour l´ancienne ville une rénovation avec des percées – un système tout à fait « haussmannien »… Conrath, lui, marque aussi l´entrée de la Neustadt (ville nouvelle) avec une place – mais moins monumentale ; la Kaiserplatz est plus dans le prolongement de la place Broglie, mais le réseau des rues est la plupart du temps orthogonal. Le plan de construction urbain (Bebauungsplan), fixé par les autorités militaires et civiles, et surtout par une commission de spécialistes, suit dans les grandes lignes le plan de Conrath. L´architecte de la ville respectait l´agencement historique de la vieille ville et obtenait de grands effets avec des moyens simples. Ce fut une idée heureuse de séparer et de canaliser en deux voies parallèles le flux de la circulation d´une part et celui des manifestations de prestige d´autre part. Entre la place Impériale, considérée comme un « forum impérial », et le palais universitaire à l´autre bout de la perspective, s´étend un espace de déambulation long de quelque cinq cents mètres. Des deux places limitant cet espace, on a vue sur la cathédrale, créant ainsi un lien spirituel entre le nouveau centre et le grand passé de la ville libre d´Empire. Décalée d´une section vers le nord, l´artère principale est censée relier les portes de la ville. Ses vastes dimensions, qui témoignent d´une grande prévoyance, mais qui ne sont certainement pas dues à de simples considérations de circulation, font que même de nos jours le trafic moderne est absorbé de façon presque satisfaisante.

15Ce projet rationnel de l´architecte municipal Conrath, formé à Paris, fut changé pour les quartiers extérieurs, après 1897, par son successeur Karl Ott, sous l´influence de l´ouvrage de Camillo Sitte, L´urbanisme selon ses principes artistiques, recherchant les effets pittoresques.

16Dans l´activité architecturale on peut distinguer trois phases, qui sont à chaque fois déterminées par la volonté politique du maître d´œuvre.

  • De 1877 à 1890, c´est avant tout l´Empire allemand qui est actif, par le biais de ses différents services d´architecture. Il faut citer ici les diverses casernes, ou la manutention (Proviantamt), la gare centrale, les bâtiments universitaires (palais universitaire), le palais impérial, les églises de garnison et la poste centrale, le dernier grand bâtiment de style néogothique en Europe, à ma connaissance.
  • De 1888 à 1911, l´administration du Reichsland joue un rôle important, avec des bâtiments dus à la fonction de Strasbourg comme capitale d´un « État particulier », pour souligner une certaine autonomie, même si elle est très relative. Parmi eux les bâtiments du Parlement, de la bibliothèque du Land et de l´université, les tribunaux et les ministères.
  • L´activité de la municipalité s´étend, elle, à travers toute la période concernée (écoles, ponts, canalisations, etc.), mais elle s´amplifie au tournant du siècle et au début du xxe, en même temps que s´affirme l´administration municipale.

17À tout cela s´ajoute bien sûr, durant toute la période, la grande masse des constructions privées.

18Dans les années qui précédent la première guerre mondiale, on peut voir la municipalité strasbourgeoise agir cette fois-ci en toute liberté, et prendre l´initiative du projet dit de la Grande Percée.

19La vieille ville était restée telle qu´elle était, avec des ruelles tortueuses aux maisons étroitement serrées, où régnaient en partie des conditions de logement misérables, absolument sans hygiène. C´est ainsi qu´en 1907 on conçut un plan pour apporter « la lumière et l´air » dans les parties les plus resserrées de la vieille ville, mais aussi pour permettre le développement du trafic entre le centre-ville et la gare dont l’emplacement était désavantageux. Certes des protestations s´élevèrent contre le projet d´assainir tout un quartier de logements misérables au centre-ville en les remplaçant par des immeubles neufs. On proposa ainsi de conserver ce précieux quartier ancien qui portait la marque des xviie et xviiie siècles, de mettre en valeur les cours et les jardins situés derrière les façades en tant qu´espaces verts, et de réduire les problèmes de circulation en déplacant la gare à la nouvelle porte de Pierres (Steinthor, aujourd´hui place de Haguenau). Mais les points de vue de l´hygiène et des problèmes sociaux demeurèrent prépondérants. De plus le centre-ville devait devenir commercialement plus attractif grâce à un nouveau grand magasin (« Magasins Modernes ») et à d´autres établissements. On pourrait considérer ce projet, qui consiste à démolir et à reconstruire à neuf une partie du centre ancien, comme une sorte d’ « haussmannisation » tardive. Mais il y a ici des différences fondamentales, dans le domaine immobilier surtout. La ville de Strasbourg fut elle-même le plus important maître d´œuvre, elle ne fit pas usage du droit d´expropriation, droit français toujours valable à Strasbourg sous la domination allemande, elle coupa court à toute spéculation foncière et immobilière en achetant les cent trente-sept terrains dont on avait besoin sur le marché foncier. Pour éviter une montée des prix, le maire Schwander en donna l´ordre en secret, sans en avertir les conseillers municipaux.

20La Grande Percée fut, pour ses grandes lignes urbanistiques, conçue par l´architecte de la ville Fritz Beblo, influencé comme son prédécesseur Karl Ott par les théories de Camillo Sitte ; ainsi le tracé retenu est courbe et n´a plus rien à voir avec les grands axes rectilignes. En ce qui concerne l’aspect artistique du projet, on ouvrit trois concours d´urbanisme et d´architecture. Des projets présentés pour la place Kléber – entre autres une esquisse importante de Fritz Beblo, nommé « Blondel » et des contributions de l´alsacien Paul Bonatz – et pour la place devant Saint-Pierre-le-Vieux (comme celles de Eduard Schimpf et Karl Bonatz) furent publiés intégralement dans les périodiques régionaux d´architecture. Pour les nouveaux édifices, il y avait, dans la conception de la municipalité, voire de Beblo, également l´idée que la Neue Straße (nouvelle rue) devait offrir une certaine unité. C´est pourquoi les candidats à la réalisation devaient s´engager par contrat à se soumettre au jugement esthétique d´une commission des façades.

21D´autre part, et pour résoudre les problèmes sociaux, le maire Schwander infléchit la politique communale d´une manière très nette dans le sens de réformes sociales concrètes. Cela fit de la ville de Strasbourg en très peu de temps l´une des plus modernes dans ce domaine en Allemagne et en Europe. Le corollaire de cette grande percée était la création de logements sociaux pour la population des immeubles du centre-ville destinés à être démolis. C´est ainsi qu´on construisit un Foyer du célibataire pour les personnes seules, et – après un concours gagné par le jeune Eduard Schimpf – pour les familles la cité-jardin du Stockfeld, dans l´esprit de la Gartenstadt loin à l´extérieur de la ville.

22La Grande Percée, réalisée sous une impulsion venue cette fois-ci de l´intérieur de la ville, n´était pas terminée au début de la première guerre mondiale. Mais par-delà le changement étatique, elle sera reprise et achevée après 1918.

23On peut, pour conclure, faire quelques remarques à propos de cet urbanisme à Strasbourg.

24Il faut tout d´abord souligner le caractère exceptionnel du plan d´extension : je ne connais pas au xixe siècle d´autres exemples d´agrandissement de ville de cette ampleur, qui en triplent la superficie tout en apportant un tel éventail d´équipements nouveaux.

25Il faut en voir les limites aussi : la ville ancienne et la ville nouvelle restent juxtaposées – reliées d´un seul côté –, il n´y a pas d´imbrication de leurs axes de circulation, d´interpénétration. On retrouve cette juxtaposition dans la localisation des pouvoirs de décisions : les anciennes autorités municipales et ecclésiastiques sont dans l´ancienne ville ; à la limite de cette dernière, le nouveau gouverneur militaire et le représentant de l´État impérial sont déjà tournés vers la nouvelle place Impériale où se concentre le vrai centre du pouvoir, le palais de l´empereur, la représentation du Land et l´administration, reliés visuellement à cet autre pouvoir que représente l´Université. Le centre des activités commerciales est toujours resté dans l´ancienne ville, aucun centre commercial ne s´est développé dans la Neustadt.

À la veille de la première guerre mondiale, les buts que s´était fixés ce remodelage de la ville n´étaient pas atteints : le dispositif de protection militaire était dépassé, le palais Impérial passait pour le contraire d´un embellissement et le mélange des Allemands et des Alsaciens dans les nouveaux quartiers était limité. Il faudra attendre les années d´entre-deux-guerres pour que les Strasbourgeois s´approprient cet espace, et la fin du vingtième siècle pour qu´ils l´intègrent à leur histoire et en tirent une certaine fierté.

Fig. 1 – La nouvelle forteresse de Strasbourg avec ses forts détachés. (Dessin K. Nohlen).

Fig. 2 – August Orth, Plan d´agrandissement de la ville de Strasbourg, 1877. (Dans Deutsche Bauzeitung, 1878, p. 344 sq.)

Fig. 3 –Geoffroy Conrath, Plan d´agrandissement de la ville de Strasbourg, 1878. (Dans Deutsche Bauzeitung, 1878, p. 344 sq.)
« Le projet du plan d´agrandissement de Strasbourg, dont l´auteur est l´architecte Conrath, d´origine française, a été directement influencé par l´école parisienne » : Stübben 1924, S.463.

Fig. 4 – « Vue du sud à vol d´oiseau de la Place Impériale, avec le cours souterrain du canal de l´Ill », tableau présenté sur la page de titre de l´ouvrage d´August Orth, « Projet d´urbanisme pour la ville de Strasbourg ». (Dans ORTH 1878).

Fig. 5 – Les bâtiments de la « ville nouvelle » sur la place Impériale (bibliothèque et parlement), en liaison optique avec la ville ancienne (hôtel Klinglin et cathédrale). (Coll. Nohlen).

Fig. 6 – Les grands axes du plan d´urbanisme de 1880 (réalisé), avec vue perspective sur la tour de la cathédrale et séparation entre les axes de prestige et ceux de circulation. (Dessin K. Nohlen).

Fig. 7 – « Plan général de la ville de Strasbourg », échelle 1/4 000, état au 1er avril 1913.
Les changements sont clairement lisibles dans les quartiers est, où l´on a abandonné les axes rectilignes au profit des courbes, à partir de 1897 sous l´influence de C. Sitte. Entre la place Saint-Pierre-le-Vieux et la place Kléber, on reconnaît le tracé sinueux de la Grande Percée.

Fig. 8 – Projet de la Grande Percée, 1910. (Dans Bauzeitung für Württemberg, Baden, Hessen, Elsass-Lothringen, 1911, p. 26).

Fig. 9 – Concours pour le remodelage de la place Kléber. Projet « Blondel A » de l´architecte de la ville, Fritz Beblo, qui obtint le 1er prix. (Dans Bauzeitung für Württemberg, Baden, Hessen, Elsass-Lothringen, 1911, p. 26).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE (DANS L´ORDRE CHRONOLOGIQUE)

J. Flach, Strasbourg après le bombardement, Strasbourg, 1873.

August Orth, Entwurf zu einem Bebauungsplan für Strassburg, Leipzig, 1878.

Geoffroy Conrath, Bericht des Stadtarchitekten über den Bebauungsplan der neuen Stadttheile Strassburgs, Strassburg, 1878.

R. Baumeister, « Die Stadterweiterung von Strassburg », dans Deutsche Bauzeitung, 1878, p. 428 sqq.

Gustav Fischbach, Guerre de 1870, Le siège de Strasbourg, Strasbourg, 1897.

J. Stübben, « Der Städtebau », Handbuch der Architektur IV, Band 9, 2e éd. Stuttgart 1907, 3e éd. Leipzig 1924.

Eickelmann, Die Erweiterung der Stadt Strassburg, Strassburg, 1907.

Bode, « Ein Straßendurchbruch durch die Altstadt von Straßburg i.E. », dans Zentralblatt der Bauverwaltung 1907, Berlin, 1907, p. 505 sqq.

Schwander (éd.), Bericht an den Gemeinderat betr. die Durchführung des großen Straßendurchbruchs, Straßburg, 10-5-1910.

Blaum, Die Wohnlage der Armenbevölkerung zu Straßburg 1904 und 1912, Strassburg, 1913.

Emerich, « Die bauliche Entwicklung und das Stadtbild von Straßburg », dans Export-Woche, Berlin, 1913, p. 5 sqq.

Ch. Riehl (éd.), Société Coopérative de Logements Populaires. Historique depuis la Fondation, Strasbourg, s.d. [1923].

C. P. Heil, « Der grosse Strassendurchbruch und das Erbbaurecht in Strassburg », dans Echo des Communes, Strassburg, 1931.

Ch. Goehner et E. Brumder, Geschichte der räumlichen Entwicklung der Stadt Straßburg, Strasbourg, 1935.

Harold Hammer-Schenk, « Die Stadterweiterung Straßburgs nach 1870. Politische Vorgaben historistischer Planung », dans Geschichte allein ist zeitgemäß, éd. M. Brix et M. Steinhauser, Giessen, 1978, p. 121-141.

Klaus Nohlen, « Baupolitik im Reichsland Elsaß-Lothringen 1870-1918. Stadterweiterung und Kaiserpalast in Straßburg », dans Kunstverwaltung, Bauund Denkmal-Politik im Kaiserreich, éd. E. Mai et St. Waetzoldt, Berlin, 1981, p. 103-119.

Denis Durand de Bousingen, « L´architecture strasbourgeoise de 1903 à 1918 », dans Annuaire de la Société des Amis du Vieux Strasbourg, Strasbourg, 1985.

Theodore Rieger, « L´architecture wilhelminienne en Alsace », dans Encyclopédie de l´Alsace, vol. 12, Strasbourg, 1986.

Rolf Wittenbrock, « Baurecht und Stadtentwicklung im Spannungsfeld unterschiedlicher nationaler Normensysteme. Der Fall Elsaß-Lothringen (1850-1950) », dans Jahrbuch für europäische Verwaltungsgeschichte, 2, 1990, p. 51 sqq.

François Loyer, « Architecture et urbanisme à Strasbourg (1910-1930) », Monuments Historiques, n° 171, nov.-déc. 1990.

Rainer Hudemann, Rolf Wittenbrock (éd.), Développement urbain dans la région frontalière France -Allemagne -Luxembourg (xixe et xxe siècles), Sarrebruck, 1991.

Stéphane Jonas, Annelise Gerard, Marie-Noële Denis, Francis Weidmann, Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine et sa nouvelle université : 1871-1918, Strasbourg, Oberlin, 1995.

Klaus Nohlen, Construire une capitale, Strasbourg impérial de 1870 à 1918 : les bâtiments officiels de la place Impériale, Strasbourg, Publications de la Société Savante d´Alsace (collection « Recherches et documents »), tome 56, 1997 (traduction française du livre paru en 1982 chez Gebr. Mann Verlag, Berlin, sous le titre Baupolitik im Reichsland Elsaß-Lothringen 1871-1918. Die repräsentativen Staatsbauten um den ehemaligen Kaiserplatz in Straßburg). Dans la version allemande on trouve en plus un tableau synoptique et un répertoire biographique des architectes et artistes. Les chapitres en rapport direct avec notre sujet sont avant tout : « La situation historique », « Strasbourg après le siège de 1870 » et « Plan d´urbanisme et agrandissement de la ville » (p. 23-44).

Ch. Cornelißen, Stefan Fisch,Annette Maas, Grenzstadt Straßburg. Stadtplanung, kommunale Wohnungspolitik und Öffentlichkeit 1870-1940, St. Ingbert, 1997.

Strasbourg 1900. Naissance d´une capitale, Paris, Somogy, 2000, surtout les contributions :

– Jean-Pierre Klein, « La situation historique », p. 12-15 ;

– Klaus Nohlen, « Introduction générale : la politique derrière les bâtiments », p. 148-152 ;

– Louis Ludes, « La nouvelle enceinte », p. 153-157 ;

– Bénédicte Leclerc, « L´urbanisme à Strasbourg après 1880 sous le "Stadtbaumeister" Ott », p. 158-166 ;

– Niels Wilcken, « Strasbourg et l´architecture publique dans le Reichsland », p. 178-185 ;

– Didier Laroche, « L´architecture de Fritz Beblo, "Stadtbaumeister" à Strasbourg », p. 192-199 ;

– Denis Durand de Bousingen, « Le développement de l´Hôpital de Strasbourg entre 1872 et 1918 », p. 200-205 ;

– Rolf Wittenbrock, « La politique municipale de l´habitat », p. 232-239 ;

– Stefan Fisch, « La Grande Percée », p. 240-243 ;

– Stéphane Jonas, « La cité du Stockfeld : de la ville à la campagne », p. 244-252.

Notes

1 Nous avons, pour cette communication, renoncé aux notes. Pour toutes les références, se reporter à la bibliographie de dernière page. Comme ouvrages de base ont servi, pour le plan d´extension de la ville : Nohlen, 1997 ; pour la « Grande Percée » : Fisch, 2000.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La nouvelle forteresse de Strasbourg avec ses forts détachés. (Dessin K. Nohlen).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3064/img-1.jpg
Fichier image/, 285k
Légende Fig. 2 – August Orth, Plan d´agrandissement de la ville de Strasbourg, 1877. (Dans Deutsche Bauzeitung, 1878, p. 344 sq.)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3064/img-2.jpg
Fichier image/, 531k
Légende Fig. 3 –Geoffroy Conrath, Plan d´agrandissement de la ville de Strasbourg, 1878. (Dans Deutsche Bauzeitung, 1878, p. 344 sq.)« Le projet du plan d´agrandissement de Strasbourg, dont l´auteur est l´architecte Conrath, d´origine française, a été directement influencé par l´école parisienne » : Stübben 1924, S.463.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3064/img-3.jpg
Fichier image/, 608k
Légende Fig. 4 – « Vue du sud à vol d´oiseau de la Place Impériale, avec le cours souterrain du canal de l´Ill », tableau présenté sur la page de titre de l´ouvrage d´August Orth, « Projet d´urbanisme pour la ville de Strasbourg ». (Dans ORTH 1878).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3064/img-4.jpg
Fichier image/, 256k
Légende Fig. 5 – Les bâtiments de la « ville nouvelle » sur la place Impériale (bibliothèque et parlement), en liaison optique avec la ville ancienne (hôtel Klinglin et cathédrale). (Coll. Nohlen).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3064/img-5.jpg
Fichier image/, 170k
Légende Fig. 6 – Les grands axes du plan d´urbanisme de 1880 (réalisé), avec vue perspective sur la tour de la cathédrale et séparation entre les axes de prestige et ceux de circulation. (Dessin K. Nohlen).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3064/img-6.jpg
Fichier image/, 460k
Légende Fig. 7 – « Plan général de la ville de Strasbourg », échelle 1/4 000, état au 1er avril 1913. Les changements sont clairement lisibles dans les quartiers est, où l´on a abandonné les axes rectilignes au profit des courbes, à partir de 1897 sous l´influence de C. Sitte. Entre la place Saint-Pierre-le-Vieux et la place Kléber, on reconnaît le tracé sinueux de la Grande Percée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3064/img-7.jpg
Fichier image/, 600k
Légende Fig. 8 – Projet de la Grande Percée, 1910. (Dans Bauzeitung für Württemberg, Baden, Hessen, Elsass-Lothringen, 1911, p. 26).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3064/img-8.jpg
Fichier image/, 2,0M
Légende Fig. 9 – Concours pour le remodelage de la place Kléber. Projet « Blondel A » de l´architecte de la ville, Fritz Beblo, qui obtint le 1er prix. (Dans Bauzeitung für Württemberg, Baden, Hessen, Elsass-Lothringen, 1911, p. 26).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3064/img-9.jpg
Fichier image/, 553k

Auteur

Architecte, il est professeur d’histoire de l’architecture à l’université des sciences appliquées de Wiesbaden (Allemagne) ; directeur d’études invité à l’EPHE de Paris, et membre de l’Institut allemand d’archéologie.
Ses travaux portent notamment sur l’architecture romaine, en particulier le sanctuaire de Trajan à Pergame, et sur l’architecture à Strasbourg entre 1871 et 1918. Pour ses publications concernant le sujet « Villes rattachées », voir la bibliographie de sa communication.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540