Version classiqueVersion mobile

Dans l’atelier de Michel Pastoureau

 | 
Claudia Rabel
, 
François Jacquesson
, 
Laurent Hablot

Femmes, je vous aime

Le sourire de Fortune, ou le rêve du bonheur

Olga Vassilieva-Codognet

Texte intégral

Olga Vassilieva-Codognet, La Fortune. D’après Pierre-Paul Prud’hon, La Fortune, carton pour la décoration de l’hôtel de Lannoy, Paris, 1798-1801 (Paris, musée du Louvre).

Olga Vassilieva-Codognet, La Fortune. D’après Pierre-Paul Prud’hon, La Fortune, carton pour la décoration de l’hôtel de Lannoy, Paris, 1798-1801 (Paris, musée du Louvre).

1Parmi les nombreux mascarons allégoriques en trompel’œil que Pierre-Paul Prud’hon peignit pour le salon de la Richesse de l’hôtel de Lannoy à Paris, se trouvait la figure de Fortune. Le visage souriant de la déesse de la chance y faisait pendant à la face renfrognée du dieu des richesses, Plutus. Outre l’effet de contraste, ce sourire était pour Prud’hon l’occasion de citer son peintre préféré, Léonard de Vinci, ainsi que le moyen de mieux caractériser la déesse de la chance : le sourire de Fortune est ici l’un de ses attributs. Comme l’a bien vu Michel Pastoureau, l’attribut identificatoire d’un personnage n’est pas forcément un objet. Ce peut être une couleur, un motif formel, un geste, une attitude, un trait de physionomie. La Fortune de l’hôtel de Lannoy se caractérise par trois attributs : son bandeau dit son aveuglement, son sourire sa bienveillance, et ses cheveux flottant au vent sont le signe de son inconstance autant que le moyen de la saisir. Si la chevelure et la cécité de Fortune se rencontrent souvent dans ses représentations figurées, son sourire est plus rare – c’est plus une locution langagière qu’un motif iconographique. Aussi vaut-il de répondre à son invitation et d’aller voir ce qu’il cache.

2Née dans le Latium il y a presque trois mille ans, Fortuna est une divinité oraculaire bienfaisante. Elle ne sourit pas pour autant : ses effigies cultuelles ont la digne impassibilité des matrones romaines. À partir du second siècle av. J.-C., se fait jour une conception plus ambiguë de son rôle. Fortuna se met alors à rire, mais d’un rire mauvais, moqueur Insana chez Pacuvius (Rhétorique à Hérennius, II, 36), elle s’amuse des tours qu’elle joue aux hommes : on trouve ainsi gaudet chez Horace (Odes, I, 36, 16), ridet chez Boèce (Consolation, II, 2, 6). Quant à la Fortuna de l’Énéide, beaucoup plus proche de la conception cultuelle traditionnelle, elle ne sourit pas aux audacieux : elle les favorise (Audentes Fortuna iuvat).

3Bien que le christianisme ait éradiqué le culte de la déesse païenne, Fortuna fut ressuscitée comme figure de théologie morale par la réforme grégorienne, avant de devenir l’une des vedettes de l’iconographie médiévale. La première (et dernière) occupation de Fortune consiste alors à tourner inlassablement sa roue afin de « bestourner » à son gré la gent humaine. Ce n’est qu’au xive siècle qu’elle commence à sourire : dans le Remède de Fortune de Guillaume de Machaut, ou dans le Bruce de John Barbour. Mais qu’il s’agisse d’un sourire ironique (Machaut) ou d’une tentative de séduction (Barbour), Fortune demeure un être duplice. Son sourire provocateur fait écho, sous une forme atténuée, au rire de la Fortuna antique. Rappelons qu’étymologiquement parlant, tant en français qu’en latin, un « sous-rire » est un rire qui manque de force, un rire qui n’éclate pas.

4La Renaissance voit la métamorphose de la capricieuse déesse médiévale en une divinité bienveillante à la mèche de cheveux propitiatoire. Cette nouvelle Fortune, toujours prise en bonne part, sourit de plus en plus fréquemment. Son sourire est un tel gage de félicité qu’il finit par en devenir proverbial, comme en témoignent la locution « la Fortune lui sourit » ou le dicton « la Fortune sourit aux audacieux ». Cette dernière formule existe déjà en 1801, tandis que sa variante « la Fortune sourit à l’audace » figure tant dans une traduction de l’Énéide de 1825 que dans un discours de Maximin Isnard à la Convention en février 1793, à la veille de la Terreur !

5Nous voici donc revenus à l’époque de Pierre-Paul Prud’hon, chantre de la Révolution puis maître de dessin de l’Impératrice. Après avoir achevé le décor de l’hôtel de Lannoy, Prud’hon fit à nouveau le portrait de Fortune dans les (nombreuses) esquisses d’un projet qui lui tenait à cœur, mais qui fut finalement achevé par son élève et maîtresse Constance Mayer. Il s’agissait d’une composition allégorique intitulée Le Rêve du bonheur qui cristallisait les aspirations des deux amants : vivre ensemble paisiblement jusqu’à la fin de leurs jours – précisons que Prud’hon était un homme marié. L’œuvre de Mlle Mayer fut exposée au Salon de 1819 avant d’être achetée par Louis XVIII et de finir au Louvre. Lisons la notice du Salon : « Deux jeunes époux dans une barque, avec leur enfant, sont conduits sur le fleuve de la vie par l’Amour et la Fortune. » On peine à reconnaître Fortune dans la femme anonyme qui rame à la proue de la barque. Elle ne sourit pas. En cherchant bien, on entraperçoit une roue. On pressent alors que l’on a moins affaire à la Fortune souriante de la Renaissance qu’à la Fortune trompeuse du Moyen Âge. La Fortune que Mlle Mayer a peinte n’est pas la bonne – c’est la mauvaise. Désespérant de pouvoir épouser Prud’hon et voyant s’évanouir à jamais le rêve du bonheur, Constance Mayer se suicida en 1821. Pierre-Paul Prud’hon mourut de lassitude et de chagrin deux ans plus tard.

Table des illustrations

Titre Olga Vassilieva-Codognet, La Fortune. D’après Pierre-Paul Prud’hon, La Fortune, carton pour la décoration de l’hôtel de Lannoy, Paris, 1798-1801 (Paris, musée du Louvre).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/29932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search