Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre IV. Le collège : à Poitiers

Texto completo

1Octobre. À la rentrée scolaire 1877-1878, âgé de 10 ans et demi, René intègre l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes à Poitiers.

2Ce choix est le résultat d’une réflexion, élaborée depuis quelques semaines, par maître Tardiveau.

3La Haye est une localité équidistante des villes de Tours et de Poitiers. Le chemin de fer de Paris à Bordeaux dessert l’une et l’autre. Que l’on attèle pour Port-de-Piles ou Dangé, ces gares sont pratiquement à même distance de La Haye. S’agissant du choix géographique, celui-ci est donc totalement ouvert.

4Des institutions confessionnelles de renom existent dans les deux endroits, aussi fréquentables pour un fils de notaire les unes que les autres.

5Placer en revanche René à Tours, c’était le maintenir sous l’influence rapprochée de ses grands-parents maternels qui, dans le même temps, s’installaient dans la capitale tourangelle, rue de la Bourde. Maître Tardiveau, dont les relations avec sa belle-mère ont quelque peu fraîchi depuis son remariage avec « la créole » et l’achat de la maison Colivaut, voit dans l’éloignement de l’enfant de Célina Boilesve un motif de panser un amour-propre quelque peu endolori depuis un temps, par les propos caustiques de la vieille femme. Ce sera donc Poitiers !

6Quelle congrégation choisir maintenant ? Un prestigieux collège de jésuites fonctionne en ce lieu. René, lui se voit déjà, revenant pour les vacances, revêtu de l’uniforme qui marque l’intégration à cette noble Institution… et qui fascine.

7Toutefois la personnalité contestée des Pères, leur réputation trop marquée, oriente le choix du notaire vers une autre communauté, moins flamboyante certes, mais plus neutre, celle des Frères des Écoles Chrétiennes.

8À ce moment, et toujours dans le but d’aguerrir le jeune enfant, quand bien même la grand-mère, qui avait, bon gré mal gré, pris son parti de le voir exilé à Poitiers, plaidait le motif d’une constitution délicate, ce serait, qui plus est, l’internat. Il ne s’agirait là, après tout, qu’une initiation à la vie de caserne qu’il connaîtrait lorsqu’il serait soldat.

  • 1 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 50.

9À ce moment aussi, la chose ne déplaisait pas à René qui l’avouait : « la nouveauté, l’inconnu m’attiraient. » Il n’hésite pas à fanfaronner, faisant le brave, peut-être pour se rassurer : « Moi, je quitte la famille : je vais dans une caserne »1.

10Maître Tardiveau ne pouvait à ce moment savoir que René serait exempté des servitudes militaires de la vingtième année et n’aurait pas à connaître une vie de caserne qui, sans aucun doute, lui eût été un supplice.

11Quant au langage guerrier, à l’attitude conservatrice du notaire, soucieux de s’afficher face aux « rouges », il faut en chercher dans l’histoire de l’époque la toute simple explication.

12Les plaies de la défaite de 1870 et de l’agitation communarde ne sont pas encore bien cicatrisées. L’Allemand, « le boche » comme le disait Félicie, a occupé jusqu’à l’automne 1873 les départements français de l’Est. L’Alsace et la Lorraine semblent définitivement sous la botte. Financièrement la France, bien qu’elle commence à se redresser, a été mise à genoux. L’esprit de revanche souffle. Il souffle même tellement que Bismarck le ressent et prend peur. Il faut écraser la France avant qu’elle n’ait le temps de se réarmer. En avril 1875 nous sommes à nouveau à deux doigts de la guerre. Les désordres de la commune par ailleurs, « la chienlit » eussent pû dire les Conservateurs, cette mascarade, a détourné la France de sa vocation bien pensante, morale et même religieuse. De surcroît, Thiers a dû s’effacer et le vieux Mac-Mahon semble bien faible pour tenir tête aux hordes progressistes. Heureusement un homme est là, le Duc de Broglie, placé providentiellement à la tête du gouvernement et dont toute l’ambition est de restaurer l’Ordre Moral. Avec le goût de la revanche, le goût de l’extrémisme se fait sentir, il faut éradiquer l’ennemi extérieur mais aussi l’ennemi intérieur. Nous sommes à deux doigts d’une nouvelle restauration monarchique.

13Chez Boylesve ces soubresauts ne paraîtront qu’à l’état de traces disséminées, mais visibles néanmoins, notamment dans Les Bonnets de Dentelle, La Becquée ou L’Enfant à la Balustrade.

  • 2 R. Boylesve, La Becquée, op. cit., p. 15.

14Déjà, en 1870 on avait, par crainte du possible envahisseur qui bombardait Tours, caché l’argenterie et les bijoux de toute la famille dans la bonne terre française de Courance : « On ouvrit un puits perdu situé devant le perron de la maison neuve. Mesdemoiselles Victoire et Adelaïde tendaient les paquets d’argenterie enveloppés de linge ; Félicie tenait la feuille d’inventaire, et pointait, à l’aide d’un crayon qui trouait le papier contre la paume de sa main. On remplit ainsi trois caisses que Fridolin cloua, ficela et cacheta. Puis on les descendit dans la fosse, comme des cercueils d’enfants. Deux essieux de tombereau rouillés furent croisés à l’orifice et recouverts de planches épaisses. Enfin, on jeta de la terre. Pendant longtemps, lorsqu’on passait à cet endroit chacun frappait du talon pour éprouver le sol »2.

15Cinq ou six ans plus tard, c’est la politique franco-française dont l’écho assourdi se retrouve sous la plume de Boylesve, et ce jusque dans la trivialité d’un décor de salon bourgeois.

  • 3 Id., L’Enfant à la Balustrade, op. cit., 1961, p. 159-160.

16Lorsque maître Tardiveau (maître Nadaud), rend visite à son prédécesseur et ami, masqué par le pseudonyme de Clérambourg, il trouve celui-ci se chauffant près d’une « cheminée prussienne réputée économique […] la semelle de ses chaussures contre les chenets […] qui représentaient la tête à toupet de M. Thiers, en cuivre brillant. Ces messieurs, amis naturels de l’ordre et des capacités, et témoins, dans leur petite ville, des premiers gâchis démocratiques, gardaient une dent à l’organisateur du régime républicain. M. Clérambourg trouvait une certaine satisfaction à l’insulter de sa semelle, en effigie. »3

17Confier René à l’éducation des Frères satisfait donc Maître Tardiveau qui, d’un côté, fait preuve d’autorité vis à vis de sa belle-mère en écartant l’enfant de ses jupes et, de l’autre, de soumission aux idées bien pensantes, qu’à défaut d’épouser formellement, il est plus ou moins obligé de montrer. Boylesve le dit d’ailleurs lui-même : « […] Il n’y avait pas à dire le contraire, Bismarck lui-même, en définitive, aiguillait, sur un chemin de fer départemental, vers Poitiers et non vers Tours, vers la “caserne” de l’internat et non vers les tendres gâteries d’une vieille femme aimante, un gamin tourangeau, fils d’un petit notaire ! »

  • 4 R. Boylesve, Feuilles Tombées, op. cit., 1947, p. 25.
  • 5 Id., « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 76.

18Le temps passé au collège allait être placé sous le signe de l’ennui. Il écrit dans Feuilles Tombées en date du 25 août 1899 : « Ici, je me suis tout le temps embêté »4 ; il le redit dans Les Nostalgiques publiés pour la première fois dans L’Écho de Paris en 1919 : « Jamais je ne parvins à m’intéresser à quoi que ce fût. »5

19À peine arrivé à Poitiers, dès la gare, avant même d’attaquer les innombrables marches qui mènent au centre ville où se tient la maison des Frères, il dit déjà sa déception :

  • 6 Ibid., p. 54-55.

« Une espèce de “Monsieur le Curé” en rabat blanc, coiffé d’un tricorne rigide, velu et démesuré, chaussé de bateaux gigantesques et vêtu d’un pardessus également trop grand, jeté sur les épaules comme un châle, mais muni de manches vides qui pendaient ou étaient agités par le vent » était venu les attendre, son père et lui.
Mon père, s’adressant à lui, l’appela : « Mon cher Frère ». […] Je fis une imperceptible moue, parce que ce n’était pas un « Frère » que j’eusse souhaité, mais un « Père », un franc jésuite, un de ces hommes de qui les élèves ont un uniforme « qui a vraiment du chic » […] Ils ne sont même pas prêtres ! dis-je à mon père.6

  • 7 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 58-59.

20L’uniforme, on peut en parler, celui des Frères ne trouve aucune grâce à ses yeux. Alors que celui des élèves des jésuites était sobre : « Les revers de la veste en étaient bien ornés de boutons de métal doré, mais de boutons tout unis, tout plats et mats ; le col ne comportait aucun ornement, ni la casquette toujours “déformée” d’un coup de pouce d’initié, et dont la bande était de simple velours violet ! ». Celui des Frères est prétentieux : le « col rabattu portait des étoiles d’or ; sa casquette, une imbécile de casquette de chef de gare, indéformable, s’ornait d’un galon d’or, d’une étoile d’or aussi ! Et il avait encore, Dieu me pardonne, des pattes d’épaules dorées, fixées par des boutons d’or ! Pourquoi cette débauche de parure ? Pourquoi ces constellations ? »7

21Et ce n’était qu’un avant goût ! « Moi, je quitte la famille, je vais dans une caserne », avait-il dit ! C’est bien cela en effet, tant pour le décor que pour la discipline. Pour le décor ?

  • 8 Ibid., p. 65-66.

Rien ! une sorte d’espace géométrique, quelque chose d’abstrait comme une figure tracée à la craie sur le tableau noir. Rien. Des mètres carrés déterminés par des bâtiments d’une régularité insipide, bâtiments neufs et niais percés de trous − portes et fenêtres − désespérément égaux. Rien. Dans ce néant, une petite cloche haut suspendue, et sa longue chaîne, se distinguait de loin, seul objet. Qu’étaient-ce que ces cours ? C’était le lieu de récréation !
Le souvenir de ces lieux […] me revient intact et m’étreint la gorge. Aujourd’hui encore, après plus de quarante trois ans, un sol poussiéreux me fait faire un détour, le contact du gravier sous mes semelles m’est intolérable. Ce n’est ni douilletterie de ma part, ni sensibilité morbide ; c’est mémoire de supplice d’enfance.8

  • 9 R. Boylesve, Feuilles Tombées, op. cit., p. 202.

J’ai été dans ce temps-là si malheureux qu’il me semble que je connais, pour l’avoir traversé, le sort des pauvres.9

  • 10 R. Boylesve« La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 67.

22Que l’enfant en effet est loin de Courance, des champs et des bois environnants où il gambadait quasi à sa guise ; que l’enfant est loin du jardin Colivaut ou de celui du curé de La Haye, du paysage calme et serein des bords de la Creuse où il faisait bon rêver. Ici, nul support à l’imagination, pas même un pot de fleurs aux fenêtres par quoi « tout ce désert […] eût été rafraîchi ! »10

23Il eût fallu fermer les yeux ! Se retrouver seul ! Mais cela aussi, ce simple « cela » était impossible.

  • 11 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 67-68.
  • 12 Ibid., p. 69.

Mes camarades […] arrivés à la file indienne dans cette maudite cour, à un coup de la cloche, tous s’éparpillèrent en hurlant, et un jeu s’organise aussitôt, comme s’il n’avait pas été interrompu par deux mois de vacances. Tous semblaient savoir de tout temps qu’à la rentrée d’octobre on joue aux « barres », comme l’abeille sait qu’on butine au printemps ou la fourmi ouvrière qu’on attend les œufs.11
Un Frère, sans pardessus à manches ballantes et sans chapeau, vint à moi et me dit :
− Allons, allons, mon enfant, il faut jouer comme tout le monde !
« Phrase inoubliable pour moi et qui, toute ma vie, devait me revenir aux oreilles ! Du premier coup, ce Frère avait trouvé les mots qui devaient m’être à tous les instants applicables : « Il faut jouer !… » et « il faut jouer comme tout le monde ! »12

24Et comme René ne veut pas jouer :

  • 13 Ibid., p. 70.
  • 14 R. Boylesve, Feuilles Tombées, op. cit., 1947, p. 201-202.

Alors, le Frère revint à moi et me dit :
− Nous aurons un compte à régler, mon garçon.13
Jouer m’était odieux, presque impossible ; je ne sais plus comment je faisais pour me dérober à l’obligation de jouer ; il me semble que je ne jouais pourtant pas ; je crois que j’attendais, j’avais l’impression atroce du temps qui ne s’écoule pas, et, fait assez curieux, ma mémoire si fidèle pour tant de détails de cette époque n’a rien conservé des moments douloureux et nuls sans doute où je maudissais chaque parcelle du temps.14

  • 15 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 53.

25Une fenêtre toutefois allait s’ouvrir dans cet univers clos. Les Frères n’étaient autorisés à dispenser qu’une instruction primaire mais ils « pouvaient envoyer quelques-uns de leurs élèves suivre des cours de latin et de grec chez un docte ecclésiastique, aumônier d’un couvent de femmes, et muni de tous les diplômes exigibles. »15

26Ainsi, avec quelques camarades, René allait-il pouvoir très régulièrement quitter la « caserne » et se rendre en ville chez l’abbé Thibault, rebaptisé Daru dans « Les Nostalgiques ».

  • 16 Ibid., p. 77-78.

27Ces sorties, faites alternativement sous la surveillance de deux adjoints des Frères, tantôt « Mac-Mahon », tantôt « la mère Guette » donnait accès à quelques félicités. Non point lorsqu’il s’agissait de « Mac-Mahon » qui était incorruptible, mais lorsque c’était à « la mère Guette » de conduire la petite troupe. Moyennant finance, elle pourvoyait les garnements de quelques friandises et plus particulièrement de moutarde de Dijon qui permettait d’avaler les mets insipides de la cantine « et en particulier des îlots de veau errant dans la sauce gluante »16.

28Rien de nouveau sous le soleil, s’agissant de la nourriture fournie dans les pensions scolaires.

  • 17 Ibid., p. 81-82.

29Un autre plaisir s’offre au jeune collégien dans sa fréquentation de l’abbé Thibault : « On entrait chez l’abbé par un jardin ». De ce fait : « j’aimais l’abbé avant de l’avoir vu » quand bien même son jardin était quelque peu rigide, glacé, géométrique, contenu par des murs gigantesques »17.

30Quels rapports le jeune René entretenait-il avec ses congénères, lui qui n’avait jusqu’alors jamais connu que la fréquentation de sa sœur et des adultes de sa famille ?

  • 18 Ibid., p. 70, 72 et 80.

31Son peu d’appétence pour les jeux le faisaient surnommer « l’Andouille », mais le degré des connaissances acquises avant l’entrée au collège et le prestige qu’il en retirait auprès de ses professeurs l’avaient fait, dans le même temps cataloguer « aristo avec la mention à ménager ». N’y eut-il pas même une fois où il se vit gratifier de cet incroyable compliment : « Oh ! toi, tu n’es empoté que quand tu le veux bien ! »18

32Pour n’être point allé à l’école communale, René en effet n’était cependant pas dépourvu de connaissances, certes basiques mais toutefois bien maîtrisées, et qui le mettaient en bon rang dans le lot de ses condisciples.

  • 19 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », p. 71-73.

33C’est ainsi que les braves Frères s’étonnent qu’il sût « à peu près l’orthographe, science fort prisée dans ce temps-là ». « Je l’avais sue toujours, non pas des règles apprises, mais grâce à la mémoire visuelle à force de lire le Magasin Pittoresque. » Il accordait aussi les participes, « savait distinguer le futur du conditionnel et dessiner d’“épatants” triangles. » C’est pourquoi ses professeurs le mirent aussitôt hors de pair »19.

34L’abbé Thibault lui-même sera surpris de son savoir en ce qui concerne le latin : « Mes déclinaisons, mes pronoms, mes adjectifs, mes verbes, je savais tout ça : le curé de chez moi, avec sa poésie et son amour de tout, m’avait inculqué ces choses en me charmant et sans que j’y prisse seulement garde. L’abbé me fit avancer vers lui de trois rangs : j’étais plus fort que la moitié de mes camarades. Il me dit :

  • 20 Ibid., p. 83-84.

− Mercredi prochain, vous commencerez le grec.20

35Entrons maintenant dans la salle d’études, ouvrons le pupitre de notre jeune élève. Ne peut-on l’imaginer tel qu’il décrit celui de son père, pensionnaire au collège de Vendôme.

  • 21 R. Boylesve, L’Enfant à la Balustrade, op. cit., 1961, p. 91. Le Nafé est une plante d’Arabie de l (...)

La symétrie selon laquelle ses livres étaient distribués au fond de ce pupitre leur donnait si bonne apparence que le plus pauvre exemplaire classique y prenait la figure d’une édition de bibliophile. Sur le devant, les cahiers à couverture souple ou rigide y avaient l’aspect de ces belles piles si tentantes pour quiconque touche à la plume, que l’on voit dans les papeteries bien tenues. Règles, crayons et fusains étaient rassemblés au râtelier de becs métalliques fichés dans la paroi de bois ; une aile de pigeon, disposée de manière ornementale, servait à ramasser les déchets divers que, d’un souffle, l’élève ordonné dispersait sur le voisinage. Quant à la machination, un tome de Boileau déplacé ouvrait l’« office » ou chambre à provisions habilement ménagée derrière les petits volumes in-trente deux ; un seul doigt exercé y atteignait sans tâtonner la tablette de chocolat, le sac de boules de gomme, le pain de réserve ou la pâte de nafé d’Arabie ; plus secrète était la cage à mouches ; plus profondément enfoui, le plumier découpé à claire-voie contenant le lézard vivant.21

36Il n’y a pas que du négatif, toutefois, dans cette nouvelle vie. L’esprit se meuble, la personnalité se construit.

37René déplore-t-il son inaptitude à la confidence ? L’abbé Thibault, qui déjà le jauge, répond que, nonobstant, le fond de son âme « est brûlant » et qu’il le tient « caché ».

  • 22 Id., Feuilles Tombées, op. cit., p. 36.

Le cher homme n’était pas si méchant psychologue, car c’était la vérité ; mais je ne sais pas par où il l’a pu découvrir, car à ma souvenance je ne manifestais en vérité rien […]22

  • 23 La photographie figurant page 39 de l’Album Boylesve, op. cit., ne laisse-t-elle pas suggérer une (...)

38Ou le bon abbé a-t-il pu découvrir ce secret ? Sans doute dans les yeux de son élève, à la fois attentifs et un peu tristes, dans l’ovale distingué de son visage régulier, dans le pli sérieux de sa bouche, sur son front haut et que l’on devine le réceptacle d’interrogations, de jugements, plus murs que ceux que pourraient laisser autoriser son âge ! Un visage ne peut masquer bien longtemps en effet le reflet de toute une personnalité ; moins encore un visage d’enfant que la vie, jusqu’alors, n’a que peu gâté23.

39Imperceptiblement, René évolue : « la seule vérité m’oblige à dire qu’au bout de quelques mois de ma vie de jeune réfractaire, une modification singulière s’opéra en tout moi-même. »

  • 24 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 87.

Cela ne se produisit pas tout d’un coup ; il n’y eut jamais dans ma vie ni révélation ni conversion brusque ; je suis d’une région française où l’on aperçoit l’envers des choses en même temps que la face, où l’on ne s’en laisse pas facilement conter, où l’on dégonfle les vessies en les perçant à l’aide d’une expression pointue.24

40C’est la fréquentation de l’abbé Thibault qui lui fait découvrir la beauté de la discipline et de l’ordre auquel elle permet de parvenir.

  • 25 Ibid., p. 88.

Cet homme n’avait, on en était certain, jamais laissé errer un grain de poussière sur sa soutane ni un brouillard dans son esprit.25

  • 26 Ibid., p. 90.

[…] Un jour que, par les corridors infiniment longs et compliqués, nous marchions à la queue leu leu pour nous rendre à la chapelle, je remarquai que nous marchions bien, que notre pas était scandé régulièrement […] Et c’est bien pour la première fois que l’idée de figurer dans un ensemble me fut agréable ! Un surcroît d’agrément me venait de constater que cet ensemble fonctionnait à merveille.26

41À tel point que, revenu à La Haye à la fin du premier trimestre, pour les vacances de Noël, le jeune collégien se trouve devenu un autre enfant et souffre des « manquements à l’ordre » qu’il découvre chez les siens et par tout le pays.

  • 27 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 95-96.

La paix régnait à la maison […] ; mais j’estimais que rien n’y était cependant comparable à cette magnifique ordonnance du Pensionnat des Frères […] Je trouvai que le dimanche à la messe, tout le monde se tenait de manière à mériter des « privations de sortie » […] Par-dessus tout, il me semblait que chacun était préoccupé de mesquineries, parce qu’un lieu idéal de ralliement manquait à ces butinements d’abeilles ou à ces promenades de fourmis […]
[…] J’ai peine à croire aujourd’hui que mon Poète, Alfred de Vigny, dont la statue trônait au milieu de la place publique, mon cher Poète, jadis mon modèle et la dernière expression du Beau et du Bien, me paraissait désormais manquer de prestige ! Que faisait-il là, en effet, avec ses airs de fierté, s’il n’était seulement pas capable d’organiser autour de lui un ordre sublime ?27

42Durant les quatre années suivantes, René continuera à Poitiers, sa vie de collégien. Chaque année il obtiendra, plus ou moins nombreuses, des distinctions, prix ou accessits, surtout dans les matières littéraires.

43Dans le pays, des convulsions politiques se faisaient jour. Tombé le gouvernement de l’Ordre Moral du Duc de Broglie, la gauche républicaine avait désormais tous les pouvoirs. Gambetta avait embrasé la chambre des Députés en tonnant : « Le cléricalisme, voilà l’ennemi ! ».

  • 28 Id., Feuilles Tombées, op. cit., p. 36, n. 1. Pour toute cette période à Poitiers, voir G. Marchai (...)

44Les lois scolaires, et plus précisément les lois anticongréganistes vont, indirectement, servir notre jeune élève : d’interne chez les Frères, il deviendra pensionnaire en ville, chez cet abbé Thibault qu’il aime et qu’il respecte. Il entretiendra d’ailleurs, par la suite, avec lui une correspondance espacée mais suivie sur quelques années28. Un autre petit bonheur sera celui, pendant l’année scolaire 1880-1881 d’avoir pour professeurs ces jésuites dont il désirait tant, en 1877, être l’élève, et qui continuent d’enseigner dans leur collège Saint-Joseph, dirigé, les lois l’obligent, par un non congréganiste qui se trouve être, encore lui, l’abbé Thibault.

45Sa dernière année d’études à Poitiers, il la passera, pour tout ou partie, à la Grand’Maison, collège des Picpussiens, autorisé par le Ministère.

46Cette même année, maître Tardiveau, lassé des ennuis endurés à La Haye depuis l’achat de la maison Colivaut et qui se traduisaient, entre autres choses, par une déperdition importante de sa clientèle, décide de vendre et la maison et l’étude notariale et de s’installer, avec sa famille, à Tours, où il exercera, ce à quoi le prédispose sa formation universitaire, la profession d’avocat. René continuera donc, à Tours, les études qui le mèneront au baccalauréat.

  • 29 É. Gérard-Gailly, « Des rives de la Creuse au bord du Claint », Les Heures Boylesviennes, n° II (1 (...)

47Mais ne quittons pas, pour un instant encore, sa petite ville natale de La Haye. Aux alentours du millésime 1880, dit Émile Gérard-Gailly29, René, âgé de treize ans, fait la connaissance d’une jeune fille de trois ans son aînée, vivant à Tours, orpheline de père, avec sa mère et ses sœurs. Par suite d’attaches familiales locales, elle venait assez régulièrement à La Haye chez son oncle, ancien combattant de la guerre de Crimée, le Colonel Martial Couturier chez lequel fréquentait également, en ami, maître Tardiveau.

  • 30 R. Boylesve, Feuilles Tombées, op. cit., 1947, p. 254.

48Tout de suite, René, pour la première fois de sa vie, ressent à son égard un véritable et profond sentiment amoureux… que, de sa vie entière, écrira t-il, il n’osera avouer. Le 30 mars 1919, trente-neuf années plus tard, il murmurera en effet dans son journal : « Aucune femme n’a tenu une place aussi forte dans ma vie et d’une façon aussi prolongée. Et Louise n’en a jamais rien su »30. Elle s’appelait Louise Renaut, et ce jour-là, neuf ans après l’événement, René Boylesve apprenait sa mort.

  • 31 É. Gérard-Gailly, « Le premier amour de René Boylesve et Louise Renaut », Les Heures Boylesviennes(...)
  • 32 Ibid., p. 14.

49Qu’elle n’en ait rien su, cela apparaît quelque peu douteux à É. Gérard- Gailly qui fait état d’une correspondance et de conversations de et à propos de Louise entre René et sa belle-mère alors retirée à Vendôme31. Le même É. Gérard-Gailly va de plus jusqu’à écrire que le sentiment de René pour elle, Louise le connaissait si bien qu’en 1909 elle allait avouer à ses propres enfants : « René Boylesve m’a aimée jadis et aurait voulu m’épouser. Mais la différence d’âge fut l’obstacle à notre mariage, le seul. »32 Ainsi donc, si ce fut René qui eût trois ans de plus que Louise !

50Rien ne fut avoué, mais Louise avait cependant lu dans les yeux de René, à un moment ou à un autre, à tous peut-être, durant les six années où ils se virent régulièrement entre mi 1880 et le début de 1887, rien moins qu’une demande en mariage !

51René n’a pour l’heure que 13 ans, mais il en aura presque 20 au moment de sa dernière rencontre avec Louise, et les premiers sentiments développés au cours de l’adolescence sont pénétrants et tenaces. Il n’est pas rare qu’ils marquent la vie entière. Le temps leur sera laissé également pour, de rencontre en rencontre, s’épanouir.

  • 33 R. Boylesve, Mon Amour, op. cit., p. 160-161.

52Dans Feuilles Tombées, Louise aura une place, une vraie place, la sienne ; dans L’Enfant à la Balustrade, sous les traits de Marguerite Charmaison ou dans Mon Amour, elle apparaîtra masquée, mais la passion de René est bien la même, ici ou là. « Quand j’étais enfant, une jeune fille, en visite piqua son ombrelle dans la terre et faillit l’oublier. Sur la porte, comme cette jeune fille allait partir, c’est moi qui fus dépêché pour quérir l’ombrelle. Je savais bien où elle était, mais je fis comme si je la cherchais longtemps : caché derrière ce noisetier, je baisais comme un grand amoureux, la petite pomme d’agate que touchait chaque jour la main du premier être qui ait charmé mon cœur. »33

53En octobre 1882, René vient habiter Tours. Son père s’installe de l’autre côté de la Loire, au 77 de la rampe de la Tranchée avec sa femme et les trois enfants qu’il a eus d’elle, près, tout près du domaine « l’Ardoisière » où vit Madame Renaut et ses filles : Eugénie, Marie et Louise, la cadette.

54René, lui, intègre la classe de seconde au lycée Descartes, en tant qu’externe, il loge en ville, chez ses grands-parents Boilesve, rue de la Bourde, entre la Basilique Saint-Martin et les Halles. Seul le fleuve et quelques centaines de mètres le séparent du fruit de sa tendre passion.

55Sa propre sœur, Marie, est pensionnaire au couvent de Marmoutier à la sortie de Tours, sur la rive droite de la Loire, en direction de Blois. C’est là que toute la fine jeunesse féminine tourangelle se doit d’être formée : chez les Dames du Sacré-Cœur. Interne, elle ne vient rue de la Bourde que pour les vacances et les congés de fin de semaine.

Notas

1 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 50.

2 R. Boylesve, La Becquée, op. cit., p. 15.

3 Id., L’Enfant à la Balustrade, op. cit., 1961, p. 159-160.

4 R. Boylesve, Feuilles Tombées, op. cit., 1947, p. 25.

5 Id., « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 76.

6 Ibid., p. 54-55.

7 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 58-59.

8 Ibid., p. 65-66.

9 R. Boylesve, Feuilles Tombées, op. cit., p. 202.

10 R. Boylesve« La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 67.

11 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 67-68.

12 Ibid., p. 69.

13 Ibid., p. 70.

14 R. Boylesve, Feuilles Tombées, op. cit., 1947, p. 201-202.

15 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 53.

16 Ibid., p. 77-78.

17 Ibid., p. 81-82.

18 Ibid., p. 70, 72 et 80.

19 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », p. 71-73.

20 Ibid., p. 83-84.

21 R. Boylesve, L’Enfant à la Balustrade, op. cit., 1961, p. 91. Le Nafé est une plante d’Arabie de laquelle on tire un sirop ou une pâte pectorale.

22 Id., Feuilles Tombées, op. cit., p. 36.

23 La photographie figurant page 39 de l’Album Boylesve, op. cit., ne laisse-t-elle pas suggérer une telle analyse ?

24 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 87.

25 Ibid., p. 88.

26 Ibid., p. 90.

27 R. Boylesve, « La Touraine : “Les Nostalgiques” », art. cit., p. 95-96.

28 Id., Feuilles Tombées, op. cit., p. 36, n. 1. Pour toute cette période à Poitiers, voir G. Marchais, Les Heures Boylesviennes, n° II (1971).

29 É. Gérard-Gailly, « Des rives de la Creuse au bord du Claint », Les Heures Boylesviennes, n° II (1971).

30 R. Boylesve, Feuilles Tombées, op. cit., 1947, p. 254.

31 É. Gérard-Gailly, « Le premier amour de René Boylesve et Louise Renaut », Les Heures Boylesviennes, n° III (1972), notamment p. 5, 6 et 8.

32 Ibid., p. 14.

33 R. Boylesve, Mon Amour, op. cit., p. 160-161.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

Brindado por