Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint François de Paule et les Minimes en France de la fin du XVe au XVIIIe siècle

 | 
André Vauchez
, 
Pierre Benoist

Vème partie. Les Minimes d’Auvergne et l’évêque Guillaume Duprat

Guillaume Duprat et le couvent minime de Mirabeau dans la sculpture de la Renaissance en Basse-Auvergne

Pascal Piéra

Texte intégral

1À partir d’un florilège de sculptures réalisées en pierre de Volvic dans la Basse-Auvergne du xvie siècle, cette communication entend, d’une part, observer la période de mutation qui conduisit du style gothique à la Renaissance classique et, d’autre part, évoquer le rôle du mécénat ecclésiastique dans l’introduction de nouvelles formules (surtout décoratives), tandis que de riches particuliers furent également de véritables médiateurs entre ce qui se faisait ailleurs (notamment dans les résidences royales) et l’Auvergne. Les limites de cette étude doivent être précisées car les archives sont muettes et n’ont livré aucun nom d’artiste. Les principales ressources pour ce travail ont été l’héraldique, les chronogrammes et la stylistique. Bien sûr, cette communication ne saurait épuiser le sujet en établissant un catalogue exhaustif des œuvres de la Renaissance en Auvergne. Elle s’attache, plus modestement, à présenter chronologiquement les réalisations les plus remarquables et à souligner le rôle incontournable des commanditaires. Il s’agira aussi de replacer dans cet ensemble sculptural l’église du couvent minime de Mirabeau et l’action avant-gardiste de Guillaume Duprat.

LA SCULPTURE DE LA PREMIÈRE RENAISSANCE

La fontaine d’Amboise, à Clermont1

  • 1 À Clermont, place de la Poterne

Fig. 1 > Fontaine d’Amboise (1511-1515).

  • 2 Jacques d’Amboise (vers 1440 ou 1450-1516), abbé de Cluny de 1485 à 1514, fut à l’origine de la tr (...)

2Au début du xvie siècle, la ville de Clermont manquait d’eau et l’évêque Jacques d’Amboise s’en préoccupa, en qualité de seigneur temporel de sa cité épiscopale2. En 1507, il engagea des tractations avec le Conseil de ville en vue de réaliser une adduction d’eau en captant certaines sources de Royat qui appartenaient aux moines de Mozac.

  • 3 Un bassin inférieur, ajouté au xixe siècle, enserre maintenant la fontaine

3Sans attendre la réalisation de ces travaux qui devaient se heurter à des difficultés techniques, Jacques d’Amboise fit exécuter de 1511 à 1515 une fontaine monumentale qui, initialement, se situait entre le porche sud de la cathédrale et son palais (fig. 1). La fontaine se compose d’un bassin octogonal3 dont les huit panneaux de la margelle sont ornés de rinceaux et de masques (fig. 2) ; l’un de ces panneaux présente des coquilles Saint-Jacques, allusion au commanditaire. La margelle est cantonnée aux angles de colonnettes engagées qui soutiennent en alternance de petits candélabres polygonaux et des colonnettes ; les uns comme les autres sont couronnés de fleurons et sculptés en bas-relief de motifs végétaux. Au centre du bassin se dresse une pile à trois niveaux. Le premier est animé de huit niches à coquille Saint-Jacques. Le deuxième repose sur quatre piliers à rinceaux entre lesquels viennent se placer quatre vasques ornées de rinceaux entourant soit une figure humaine, soit un dragon, soit des figures chimériques. Entre ces vasques, les piliers sont sculptés de figures humaines. Au-dessus de ces quatre vasques, la pile centrale et les piliers continuent de s’élever ; à la base du troisième niveau, ces derniers sont reliés à la pile centrale par des arcs-boutants et surmontés de putti accompagnés de grappes de raisins. La pile est aussi décorée de rinceaux et de grotesques. Le troisième niveau forme une sorte de lanternon percé de baies à remplage gothique et couvert d’une toiture à motif d’écailles. Quatre petites figures, tenant chacune un écu aux armes de la famille d’Amboise, soulignent cette toiture au sommet de laquelle se dresse une figure bien plus grande qui sert d’amortissement à toute la fontaine. Celle-ci représente un homme sauvage, velu de la tête aux pieds, soutenu par un tronc d’arbre, tenant dans sa main droite une massue et, dans sa main gauche, l’écusson aux armes d’Amboise.

Fig. 2 > Fontaine d’Amboise. Détail de la margelle.

4Le mouvement descendant de l’eau, qui tombe dans le bassin inférieur par des vasques et des orifices de la pile centrale, se combine gracieusement avec le mouvement ascendant des jets qui sortent des huit candélabres et colonnettes. Pour Antoine Dulaure, érudit clermontois du xviiie siècle, le pittoresque de cette fontaine tient aux nombreuses figures « qui vomissent ou pissent l’eau, suivant l’idée singulière, sinon indécente de l’artiste ».

5La fontaine d’Amboise illustre parfaitement l’art de la Première Renaissance : structure gothique avec sa composition pyramidale, ses arcs-boutants, ses remplages ou ses pinacles, et son décor résolument italianisant. L’ornementation, particulièrement foisonnante, traduit les raffinements d’un art renouvelé. Cependant, au répertoire de la Renaissance (rinceaux, putti ou grotesques) se mêlent encore des figures monstrueuses traitées avec une verve qui rappelle celle des sculpteurs du gothique flamboyant. Quant au sauvage placé au sommet de la composition, il symbolise le païen domestiqué par la religion : représenté couvert de fourrure, telle une bête sauvage, il brandit une massue semblable à celle d’Hercule, mais maintient docilement l’écu de l’évêque, se plaçant ainsi à son service et se soumettant à la religion.

L’hôtel Guymoneau, à Riom4

  • 4 Au 12 rue de l’Horloge.

Fig. 3 > Hôtel Guymoneau (vers 1530-1550), à Riom. Cour intérieure.

  • 5 Pour le Moyen Âge, on retiendra l’hôtel Jacques-Cœur (1445-1453), à Bourges, et pour la Renaissanc (...)

6L’originalité de l’hôtel Guymoneau, à Riom, édifié entre 1530 et 1550, vient de sa cour intérieure qui offre un important décor sculpté associant thèmes religieux et thèmes profanes (fig. 3). Au-dessus de l’entrée du corps de logis principal, deux personnages, un homme et une femme, représentés en buste, chacun posant les mains sur le chambranle d’une petite fenêtre carrée et paraissant se pencher au-dehors, semblent accueillir les visiteurs. Leurs traits bien individualisés indiquent qu’il s’agit sans doute du portrait des commanditaires de cette demeure, les époux Guymoneau. Ce genre de composition appartient aussi bien à l’art médiéval qu’à celui de la Renaissance5.

Fig. 4 > Hôtel Guymoneau à Riom. Détail de l’escalier : l’archange Gabriel déployant un phylactère.

7Le parapet de la première volée de l’escalier en vis est orné d’une Annonciation, thème assez répandu en Basse-Auvergne. De part et d’autre d’un vase à godrons contenant trois branches de lis prennent place la Vierge, debout, à gauche, une main sur le cœur et l’autre sur un livre disposé sur un petit meuble, et l’archange Gabriel, à droite, déployant un phylactère (fig. 4) ; au-dessus de Marie, une colombe sortant d’une nuée figure le Saint-Esprit d’où émanent les rayons de la divine fécondité. À gauche de ce groupe, un blason porte le chiffre des Guymoneau et, à droite, un autre blason porte leurs armoiries.

Fig. 5 > Hôtel Guymoneau à Riom. Détail du parapet de la galerie du premier étage : frise représentant les Vertus Cardinales.

8L’ensemble est extrêmement soigné : finesse d’exécution des visages ou soucis du détail dans les tenues vestimentaires. De plus, la sculpture est techniquement très performante, puisque le support est à la fois biais et bombé, et que certains éléments atteignent la ronde-bosse, comme le phylactère ou les ailes de la colombe. Enfin, l’artiste a su habilement adapter sa composition à la configuration des lieux, disposant la Vierge à gauche, la rendant plus visible de la cour, et l’archange à droite, le plaçant en hauteur, comme descendant du ciel. Dans le cadre d’une demeure privée, la représentation d’une Annonciation était sensée apporter fécondité et prospérité au foyer.

  • 6 Jean Perréal (1450-1528 ou 1530).
  • 7 Michel Colombe (vers 1430-vers 1513)
  • 8 Les sculptures du tombeau de François II de Bretagne et de Marguerite de Foix furent réalisées par (...)

9Une frise représentant les Vertus Cardinales, chacune surmontée de son nom, occupe le parapet de la galerie du premier étage (fig. 5) La Force est une femme drapée dans un vêtement aux plis amples, casquée sur de longs cheveux flottants, qui tient une tour crénelée d’où elle extirpe un dragon. La Justice, elle aussi casquée sur sa longue chevelure, porte une cuirasse ornée d’un rinceau et d’une palmette ; de sa main droite elle brandit une épée vers le ciel et de son autre main tient une balance. La Prudence est enveloppée dans un ample manteau à capuche qui descend jusqu’à ses pieds et dont un pan est relevé sur l’un de ses bras ; elle tient un miroir de sa main gauche et un compas ouvert de sa main droite. La Tempérance, revêtue d’un ample manteau, tête ceinte d’une coiffe, verse de manière peu réaliste l’eau d’une aiguière dans une coupe de vin. Le thème des Vertus Cardinales fut importé d’Italie par le peintre Jean Perréal6 et repris par Michel Colombe7 pour le tombeau de François II de Bretagne, dans la cathédrale Saint-Pierre de Nantes8. Sculptées en haut-relief sur un fond nu, les figures de l’hôtel Guymoneau présentent des analogies avec les Vertus du tombeau de Nantes : la Force, la Justice et la Prudence ont les mêmes attributs. L’élégance robuste des figures riomoises, leurs draperies larges et souples, les rattachent à l’École tourangelle. La seconde volée de l’escalier, ainsi que les murs nord et est de la cour, laissent apparaître l’art nouveau sous forme de bustes à l’antique inscrits dans des médaillons : empereur, guerriers et différents personnages masculins ou féminins. L’un de ces bustes représente Méduse, la gardienne des lieux, le regard fixé vers le passage d’entrée (fig. 6).

Fig. 6 > Hôtel Guymoneau à Riom. Médaillon mural : buste représentant Méduse, la gardienne des lieux, le regard fixé vers le passage d’entrée.

L’hôtel Régin, à Montferrand9

  • 9 Au 36 rue de la Rodade.

10À l’hôtel Régin, à Montferrand, édifié entre 1530 et 1550, le parapet de la galerie sur cour est orné d’une Annonciation (fig. 7) : de part et d’autre d’un vase à trois branches de lis se trouvent l’archange Gabriel, à gauche, auquel les ailes ont été supprimées, et la Vierge Marie, à droite. Debout et vu de face, l’archange déroule de sa main gauche un long phylactère qui passe au-dessus des lis et court en direction de la Vierge. Celle-ci, agenouillée devant un escabeau sur lequel est posé un livre ouvert, se retourne vers l’archange ; une main sur le cœur, elle pose l’autre sur le livre. Au-dessus d’elle vole la colombe du Saint-Esprit, jaillissant d’une nuée. Cantonné de deux écus bûchés à la Révolution, le vase à godrons présente une panse renflée, un col resserré, deux anses et un décor de frises d’oves et de perles : ce vase est directement copié sur l’orfèvrerie de la Renaissance. Avec ses moulures en accolades, le petit meuble se rattache au gothique et sa représentation biaise produit un effet de perspective curieux et maladroit. Comme à l’hôtel Guymoneau, la facture de la sculpture se rattache à l’art français : archange aux longs cheveux bouclés et à tunique ornée de rubans et resserrée par une ceinture ; Vierge au visage rond, front dégagé, à l’expression retenue, enveloppée dans un ample manteau formant de nombreux plis au sol.

Fig. 7 > Hôtel Régin (vers 1530-1550), à Montferrand. Parapet de la galerie sur cour, orné d’une Annonciation.

11Une colonne, à la jonction de la cage d’escalier et du corps de galeries, est partiellement évidée pour former une sorte de niche plate qui contient une statue de saint Christophe, le saint patron du commanditaire : les pieds dans le Jourdain et la tête surmontée d’une coquille Saint-Jacques rayonnant vers le haut, le saint porte l’Enfant Jésus sur une épaule et s’appuie sur un grand bâton. Pour seul vêtement, saint Christophe porte un drapé noué de manière complexe qui souligne plus qu’il ne cache sa nudité. L’Enfant est retenu dans un pan de tissu dont une extrémité retombe sur son pied. Deux petites têtes humaines affrontées occupent le haut de la composition. Le rendu soigné et réaliste de la musculature du saint est caractéristique de l’art de la Renaissance.

La Tour de l’Horloge, à Riom10

  • 10 Au 5 rue de l’Horloge.
  • 11 L’Art décoratif en Europe : Renaissance et maniérisme, Alain Gruber (dir.), Paris, Citadelles et M (...)
  • 12 AM Riom, DD 3.

12La Tour de l’Horloge, à Riom, est l’ancien beffroi de la ville. Élément central du décor sculpté, le cadran monolithe de l’horloge présente à chaque angle les figures allégoriques des quatre vents. En dessous, deux amours portent un blason qui était aux armes de Riom (un « R » surmonté de deux fleurs de lis), armes bûchées à la Révolution ; ces amours se tiennent debout sur les retombées d’une fine banderole, celle-ci étant nouée à un anneau fixé au sommet de l’écusson. Au-dessus du cadran prend place un groupe de dimension plus importante (fig. 8) : surmontant la salamandre de François Ier, deux anges debout présentent un second écu, entouré du collier de l’Ordre de Saint-Michel et qui, avant d’être également bûché à la Révolution, portait les armes de France ; de taille impressionnante et dotée d’une queue formant un nœud, la salamandre couronnée et entourée de flammes tourne la tête à l’arrière, ouvre une gueule aux dents acérées et crache le feu. Par leur facture, les amours comme les anges se rattachent à la tradition française : longs cheveux bouclés, vêtements aux plis amples et lourds, tuniques à larges manches coupées à hauteur du coude et laissant apparentes les manches d’une chemise aux poignets évasés. L’influence de l’École de Michel Colombe se fait plus spécialement sentir dans le rendu fidèle de l’anatomie des corps humains. Le motif de l’entrelacs, particulièrement à la mode sous François Ier, sert ici pour le maillage du collier de l’Ordre de Saint-Michel11. Les auteurs des sculptures de la Tour de l’Horloge sont inconnus. Une pièce des Archives Municipales mentionne le nom de Sébastien Boisson, qualifié de maître-maçon12. Le nom de Boisson ne permet pas de dire s’il était Riomois ou non, mais on apprend par ce texte que la tour octogonale fut commencée en 1529 sur l’ordre de Louise de Savoie, qui s’était fait attribuer en douaire l’apanage du connétable Charles III de Bourbon. L’édifice fut achevé sous François Ier, comme l’indique la salamandre.

Fig. 8 > Tour de l’horloge (entre 1529 et 1547), à Riom. Groupe sculpté au-dessus du cadran de l’horloge.

L’hôtel Fontfreyde, à Montferrand13

  • 13 Au 28 rue Jules-Guesde.
  • 14 Le thème de la Vierge de Gloire trouve son origine à Laurie, dans le Cantal où, au xe siècle, la V (...)
  • 15 Le reste de la sculpture qui rattache la figure à l’arc semble indiquer qu’elle portait une couron (...)

13Comme pour l’hôtel Guymoneau, à Riom, l’hôtel Fontfreyde, à Montferrand, édifié entre 1530 et 1550, se distingue par le décor sculpté de sa cour intérieure. La porte, qui donne accès à la tourelle à pans coupés abritant un escalier en vis, est encore toute gothique : profond ébrasement, moulures prismatiques, tympan inscrit dans un arc brisé. Le tympan est orné d’une belle Vierge de Gloire entourée de rayons14. C’est une sculpture pratiquement en ronde-bosse, la tête débordant légèrement du cadre du tympan. La Vierge tourne son visage à la fois grave et tendre vers l’Enfant Jésus, aujourd’hui décapité, qui joue sur son bras gauche. Vêtue d’un manteau relevé jusqu’à la taille et qui barre horizontalement la chute des plis de sa robe, elle est nu-tête, ses longs cheveux bouclés flottant sur ses épaules15. La facture dénote la main d’un artiste accompli. Tout dans ce magnifique morceau révèle l’influence de l’atelier de Michel Colombe : le maintien de la Vierge, son regard vers l’Enfant, l’ampleur et l’élégance des plis de son vêtement. Du plus grand intérêt également, le décor du parapet de la galerie du premier étage consiste en trois médaillons de pierre à buste sculpté en fort relief. Celui du centre représente une jeune femme en train de se percer le sein droit avec un poignard qu’elle élève de la main droite (fig. 9). Comme la Vierge de Gloire, elle est nu-tête, mais sa coiffure est beaucoup plus recherchée : les cheveux sont relevés en bandeaux de tresses d’où s’échappent des mèches qui viennent se terminer en boucle sur chaque épaule. De chaque coté de sa tête se lisent les initiales L. et C. À gauche se trouve un homme barbu, vu de profil, la chevelure bouclée retenue par un bandeau. À droite apparaît un jeune homme, vu aussi de profil, au costume contemporain de l’époque de François Ier.

Fig. 9 > Hôtel Fontfreyde (vers 1530-1550), à Montferrand. Médaillon du parapet de la galerie du premier étage. Jeune femme (Lucrèce) en train de se percer le sein droit avec un poignard.

  • 16 Le thème de Lucrèce a, semble-t-il, été repris dans une cour (1522) de l’hôtel de La Rochepot, 9 p (...)

14Ce décor illustre un épisode de l’histoire romaine : Lucrèce (au centre), l’épouse de Collatin (à gauche), qui se donna la mort après avoir été outragée par Sextus, fils de Tarquin le Superbe (à droite). Le thème de Lucrèce préférant la mort au déshonneur, bénéficia d’un crédit certain aux xvie et xviie siècles16. Ici, l’artiste a très certainement prêté les visages des commanditaires et de leur fils à ces personnages romains. Une guirlande semblable de feuilles et de fruits ceint les médaillons du centre et de gauche, tandis qu’une guirlande plus simple, nouée par des lacets, borde le médaillon de droite. Par leur facture témoignant d’une grande maîtrise, ces sculptures sont très proches de celles de l’hôtel Guymoneau et sûrement issues de la même main ou, du moins, du même atelier.

L’abbaye Saint-Pierre, à Mozac

Fig. 10 > Abbaye Saint-Pierre de Mozac. Chapiteau de la première porte (vers 1520-1540).

Fig. 11 > Abbaye Saint-Pierre de Mozac. Frise de la première porte (vers 1520-1540).

Fig. 12 > Abbaye Saint-Pierre de Mozac. Détail de la seconde porte (1542-1543).

  • 17 Claude Duprat (1484-1532), abbé de Mozac de 1516 à 1524, évêque de Mende de 1524 à sa mort. Il éta (...)

15Claude et Guillaume Duprat furent attachés à l’abbaye Saint-Pierre de Mozac, où ils firent réaliser dans les bâtiments conventuels deux portes dans le goût de la Première Renaissance17. Le chambranle de la première porte présente un ébrasement assez profond à moulures prismatiques. Ce chambranle se complète de pilastres qui supportent une large frise surmontée à ses extrémités par deux candélabres et en son centre par une crosse d’abbé. Pilastres et frise sont animés de motifs en bas-relief d’une exceptionnelle qualité où rinceaux, putti et grotesques semblent sortis de quelque recueil d’ornemaniste et témoignent de l’influence de l’art italien (fig. 10 et 11). La seconde porte de Mozac, datée de 1542 et 1543, présente un ébrasement moins profond et est surmontée d’un arc en anse de panier. Comme l’autre porte, celle-ci est flanquée de pilastres (fig. 12) qui supportent une large frise au sommet de laquelle se dressent deux candélabres. Les pilastres, à fût orné de motifs végétaux et d’attributs guerriers, sont à chapiteau à corbeille de feuillage stylisé que surmontent des cornes de bélier et un tailloir à fleur. Entre deux motifs de rinceaux zoomorphes, la frise comporte un blason aux armes des Duprat, présenté par deux angelots poupins et chapeauté par une mitre et une crosse (fig. 13). De chaque côté, à l’aplomb des pilastres, s’inscrit une petite table garnie d’un buste pris dans un médaillon.

Fig. 13 > Abbaye Saint-Pierre de Mozac. Blason de la seconde porte (1542-1543).

Le couvent de Mirabeau, à Beauregard-l’Évêque

Fig. 14 > Couvent de Mirabeau à Beauregard-l’Évêque. Pilastre de la porte (vers 1530), côté ouest du cloître.

16Du côté ouest du cloître de Mirabeau s’ouvre une porte exécutée dans les années 1530. Bien qu’elle semble avoir été remontée à partir d’éléments d’origines différentes, cette porte apparaît assez homogène. Son chambranle, dont la base rappelle les moulures prismatiques de l’architecture gothique, est flanqué de pilastres reposant sur des piédestaux à motifs feuillagés. Ces pilastres présentent un fût orné en bas-relief de trophées aux Instruments de la Passion (fig. 14) et un chapiteau de facture fruste dont la corbeille, à feuilles d’acanthe stylisées, est couronnée de cornes de bélier et dont le tailloir, pour le chapiteau de gauche, est marqué d’une figure humaine. Ces pilastres supportent un entablement dont la frise porte au centre le blason martelé des Duprat, entre deux anges vêtus à l’antique malheureusement mutilés. Un fronton triangulaire couronne l’ensemble. Cette porte présente une sculpture d’une facture comparable à celle de la seconde porte de l’abbaye de Mozac. Les drapés des anges de Mirabeau, d’un dessin particulièrement dynamique, produisent un effet de mouvement donnant l’illusion que les anges se dirigent vers le blason. Ces anges rappellent ceux de la Tour de l’Horloge et de l’hôtel Guymoneau, à Riom.

La maison dite des Consuls, à Riom18

  • 18 Au 1-3 rue Croisier.

Fig. 15 > Maison dite des Consuls (ancien hôtel Du Bourg, édifié entre 1520 et 1550). Un des six chapiteaux des colonnes du portique.

17Situé à l’angle de la rue de l’Hôtel-de-Ville et de la rue Croisier, à Riom, l’ancien hôtel Du Bourg, édifié entre 1520 et 1550, aujourd’hui Maison dite des Consuls, se signale par son corps de bâtiment nord qui présente des dispositions atypiques pour la région : portique à arcades, toiture à pente raide et à tuile plate, lucarnes passantes et échauguette d’angle. Le portique comprend six colonnes trapues montées sur de hautes bases polygonales et possédant des chapiteaux d’une grande fantaisie : corbeille ornée de feuillages, tailloir incurvé et garni en son centre d’une petite tête humaine ou d’un putto, tandis que sur ses angles se retournent des cornes de bélier, des dauphins à dents pointues ou des queues de scorpion (fig. 15). Agrémentées d’un très riche décor, les cinq croisées du premier étage sont flanquées de pilastres que couronne un entablement. Pilastres (fig. 16) et frises d’entablement (fig. 17) sont très finement sculptés en méplats de rinceaux, grotesques, attributs guerriers et bucranes. La fantaisie du décor n’est pas amoindrie par la répétition de motifs sur les pilastres d’un même trumeau (fig. 16). Quatre médaillons à buste en terre cuite, représentant des personnages à l’antique, prennent place au-dessus des fenêtres du premier étage.

Fig. 16 > Maison dite des Consuls. Pilastres des croisées du premier étage.

Fig. 17 > Maison dite des Consuls. Frises d’entablement du premier étage.

Fig. 18 > Maison dite des Consuls. Porte d’entrée principale (située sur la rue secondaire) à la fois gothique et Renaissance.

  • 19 Le tailloir de ces chapiteaux est orné de cordes nouées terminées par des pompons.

18Éclairant l’étage de combles, les lucarnes sont flanquées de pilastres nus à chapiteaux fantaisistes qui supportent un entablement à cannelures et un fronton triangulaire orné d’un écu et cantonné de vases. Au-dessus d’une niche aujourd’hui vide que soutiennent deux amours portant un écu martelé à la Révolution, l’échauguette est couverte d’un toit en forme de cloche. L’entrée principale, située sur la rue secondaire, constitue un exemple typique de la conversion d’une porte gothique en style Renaissance (fig. 18). Du gothique, elle garde sa forme générale : large ébrasement à moulures prismatiques et tympan inscrit sous un arc en accolade orné de feuilles de chou frisé. La Renaissance s’exprime par les montants composés de pilastres à fût lisse et chapiteaux fantaisistes19 que surmontent des balustres ornés de feuillages et amortis de putti ; à gauche, le putto, présenté de face et portant un carquois dans son dos, bande son arc en direction du second putto ; celui-ci (moins bien conservé) se présente de dos et tient un javelot. Profond ébrasement, emploi de pilastres et chapiteaux fantaisistes sont des éléments communs aux portes sur rue et sur cour. La porte de la cage d’escalier sur cour présente des pilastres au fût à face et petits côtés ornés de losanges dans lesquels s’inscrivent des rosaces, et des chapiteaux, l’un à cornes de bélier et l’autre à figure humaine ; une frise d’oves garnit la moulure interne du chambranle, tandis que le tympan est appareillé, au lieu des tympans monolithes habituels.

La frise du puits Lavèze, à Riom

Fig. 19 > Détail de la frise du Puits Lavèze (vers 1520-1540), à Riom.

  • 20 AM Riom, BB 91. Émile Clouard, Les Gens d’autrefois, Riom aux xve et xvie siècle, Paris, H. Champi (...)
  • 21 Le Musée Francisque-Mandet de Riom conserve un élément de cette frise, encastré dans le mur du pas (...)

19L’ancienne toiture de la Tour de l’Horloge de Riom fut emportée par un ouragan en 1646. Un nouveau couronnement fut alors réalisé. Les comptes consulaires nous apprennent qu’on utilisa les six colonnes et une partie de l’entablement de l’édicule qui abritait le puits du Palais de Riom20. On ajouta deux colonnes pour compléter l’octogone. L’entablement se distingue par les éléments de la frise datant de la Renaissance21. D’une grande finesse d’exécution, cette frise se compose de rinceaux, de putti phytomorphes, de masques et autres figures chimériques (fig. 19). Ce type de décor s’inspire nettement de motifs italianisants, tout comme l’écu central de forme très découpée dont les armes ont été bûchées.

La chapelle Ossandon, dans l’église Saint-Genès de Thiers

  • 22 Bruno Tournilhac et Jean Chassaigne, « Notes et remarques sur l’église Saint-Genès de Thiers. Chap (...)
  • 23 Albert de Remacle, Dictionnaire généalogique : familles d’Auvergne, Clermont-Ferrand, ARGHA, 1995, (...)
  • 24 Armes de la famille Ossandon : « d’or au chevron d’azur accompagné de trois hirondelles essorantes (...)

20Connue aujourd’hui sous le nom de chapelle des Morts, la chapelle Ossandon, dans l’église Saint-Genès de Thiers22, fut construite vraisemblablement dans les années 1530 pour une ancienne famille thiernoise issue du négoce et qui figura à partir du xvie siècle dans les rangs de la noblesse d’Auvergne23. Cette chapelle, qui prolonge le bras nord du transept, est pour l’essentiel construite en granit, exception faite de la plupart des éléments de structure et de la totalité du décor, réalisés en pierre de Volvic. À l’extérieur, deux gargouilles fantastiques signalent cette partie de l’édifice. De plan rectangulaire, la chapelle Ossandon est voûtée sur croisée d’ogives auxquelles s’ajoutent lierne et tiercerons. Elle ouvre sur le transept par un arc légèrement brisé dont l’agrafe sculptée se compose de deux angelots qui portent l’écusson de la famille surmonté d’un heaume24. De chaque côté, l’arc repose sur un large montant pourvu d’une colonne engagée et d’une colonnette également engagée (fig. 20). Curieusement, les colonnes ne reçoivent aucune retombée de l’arc : cette disposition témoigne d’une incompréhension des règles de l’architecture dans l’usage des ordres. Cette formule est à rapprocher des chapiteaux et des arcs des petites fenêtres de la cage de l’escalier d’honneur de l’hôtel de Cériers, à Riom (actuel Hôtel de Ville).

Fig. 20 > Chapelle Ossandon (construite dans les années 1530), dans l’église Saint-Genès de Thiers. Chapiteaux.

21Les chapiteaux sont d’une qualité d’exécution remarquable. Il s’agit de chapiteaux à figures que l’on rencontre habituellement dans l’architecture civile. Sur la gauche, le chapiteau de la colonnette est animé de putti qui font la liaison entre la corbeille et le tailloir, tandis que ce dernier, souligné d’une frise d’oves, est occupé par une tête d’angelot entre ses deux ailes. Le chapiteau de la colonne présente également des angelots sur son tailloir, que souligne une frise de rubans et de graines, tandis que des monstres aquatiques remplacent les volutes ioniques. Sur la droite, le chapiteau à cornes de bélier de la colonnette présente un tailloir ponctué en son centre d’une tête d’homme. Quant au chapiteau de la colonne, il comporte aux angles les mêmes créatures fantastiques que son pendant et un tailloir animé, là encore, de petites têtes d’hommes à l’antique. Les chapiteaux qui reçoivent les ogives de la voûte procèdent de la même veine.

22La clef de voûte porte aussi les armes de la famille que présentent deux angelots. Les clefs des tiercerons présentent, dans des médaillons, les quatre évangélistes tenant chacun un phylactère indiquant son nom. En écho aux évangélistes, au sommet des trois murs, ainsi qu’à la clef de l’arc séparant la chapelle du transept, prennent place quatre médaillons représentant les Vertus Cardinales accompagnées de leurs attributs. Le mur nord de la chapelle est percé d’une importante baie à arc brisé comportant quatre lancettes à arc légèrement en accolade que surmonte un réseau rappelant des alvéoles. Des pilastres grêles à chapiteaux fantaisistes flanquent cette fenêtre. À l’aplomb de ces pilastres, la base de la fenêtre est marquée par deux têtes d’angelots.

Fig. 21 > Chapelle Ossandon. Pilastre de l’encadretaux ou animaux traités dans le goût du gothique flamboyant. Plusieurs ment sculpté de la niche, au mur est de la chapelle.

23Le morceau d’exception est assurément l’encadrement sculpté de la niche située dans le mur est de cette chapelle. S’inscrivant dans une travée en léger ressaut, cette niche plate à arc en plein cintre présente un encadrement à deux pilastres s’élevant chacun sur un haut bahut et supportant un puissant entablement. Chaque bahut comprend dans sa partie supérieure un petit portrait en médaillon : à gauche, une femme et, à droite, un homme barbu (peut-être les commanditaires). Les pilastres sont ornés de trophées d’armes, de vases, de bucranes, ainsi que de grotesques suspendus à une guirlande où alternent fruits et feuillages (fig. 21). L’entablement est constitué d’une architrave à fasces et motifs de feuilles d’eau, d’une frise animée d’un cartouche central très découpé d’où partent des rinceaux peuplés d’amours phytomorphes, d’oiseaux et de grotesques, et d’une corniche très saillante agrémentée d’oves et de feuilles. À l’aplomb des pilastres correspondent d’importants ressauts de l’entablement. Enfin, dans les écoinçons s’inscrivent des motifs végétaux qui rappellent les carlines de l’art gothique.

  • 25 Au 20 de la rue du Commerce, à Riom, un hôtel présente sur rue une porte du xvie siècle, alors que (...)

24L’ensemble du décor sculpté de la chapelle s’avère d’une exceptionnelle qualité. Le répertoire décoratif venu d’Italie y est associé à des motifs végétaux ou animaux traités dans le goût du gothique flamboyant. Plusieurs rapprochements s’imposent avec des édifices riomois. Les chapiteaux à l’entrée de la chapelle sont similaires à ceux du portique de la Maison dite des Consuls ; les têtes disposées sur les tailloirs s’observent non seulement dans cette dernière, mais aussi à Riom à l’hôtel de Cériers et au 20 rue du Commerce25 (ou encore, au 11 rue des Cordeliers, à Montferrand). Les Vertus Cardinales se retrouvent à l’hôtel Guymoneau, les angelots présentant les blasons apparaissent à la Tour de l’Horloge, à la Maison des Consuls ou encore à l’hôtel de Murat, au 28bis rue de l’Hôtel-de-Ville. L’encadrement de la niche rappelle les montants de la porte du 20 rue du Commerce, ainsi que les chambranles des fenêtres de la Maison dite des Consuls, ou encore la frise de l’ancien Puits Lavèze. Cet encadrement rappelle aussi les montants des deux portes de l’abbaye de Mozac et ceux de la porte sur cloître du couvent de Mirabeau.

LA SCULPTURE DE LA SECONDE RENAISSANCE

L’église du couvent de Mirabeau, à Beauregard-l’évêque

Fig. 22 > Église des Minimes de Mirabeau. Porte à arc en plein cintre du portail (1560-1572).

  • 26 La traverse et le barreaudage de la porte ont été supprimés.
  • 27 Allusion au blason de la famille Duprat : d’or à la fasce de sable accompagnée de trois trèfles de (...)
  • 28 Le texte latin des quatre tables est le suivant : in sĩmplicitate cordis/ leto (lœtus ?). Obtuli u (...)
  • 29 Les niches étaient destinées à recevoir des statues.

25Réalisé entre 1560 et 1572, le portail de l’église des Minimes de Mirabeau comporte une porte à arc en plein cintre26, inscrite entre deux pilastres ioniques, supportant un entablement que surmonte un attique couronné d’un fronton triangulaire (fig. 22). Sur de hauts piédestaux, les fûts grêles des pilastres présentent des pierres décorées placées à des hauteurs identiques, mais dont les motifs sont tous différents. Au-dessus de l’arc, les écoinçons mutilés devaient être ornés de rosaces. Les pilastres portent une large frise sur laquelle alternent des tables et des motifs en forme de quatre-feuilles entourés de feuilles de trèfle27, chaque table comportant une inscription en relief28. Au-dessus, l’attique est animé de quatre petits pilastres ioniques placés à l’aplomb des tables ; ces pilastres aux fûts ornés de motifs séparent un cartouche central de deux niches à cul-de-four orné d’une coquille Saint-Jacques29 ; le cartouche se compose de lanières de cuir retournées entourant les armes des Duprat (fig. 23). Enfin, un entablement à architrave à deux fasces et frise bombée, ainsi qu’un fronton triangulaire pourvu de denticules couronnent l’ensemble.

Fig. 23 > Église des Minimes de Mirabeau. Cartouche central du portail portant les armes des Duprat.

  • 30 Ce type de lettrage se retrouve à Maringues, rue de l’Égout, à la maison Perissel où un linteau or (...)

26Si la conception architecturale de cette porte paraît cohérente, en revanche le décor semble bien être l’œuvre de plusieurs mains. En effet, la sculpture n’est pas homogène et, à l’exception du cartouche armorié, d’une grande qualité, on peut relever de très grandes libertés prises par rapport aux ordres d’architecture, voire des maladresses : fûts ornés de tables, fronton à denticules de plusieurs calibres, chapiteaux supérieurs mieux réalisés que les inférieurs, disproportions (chapiteaux trop petits ou fûts trop maigres ou niches asymétriques). La sculpture ne présente pas partout la même qualité : si les chapiteaux de l’attique et les coquilles Saint-Jacques sont finement sculptés, en revanche, le lettrage en relief, même s’il représente une performance technique, est maladroit30 ; de plus, si les motifs décoratifs sont très variés, la réalisation en est plutôt rustique.

Le portail de l’Hôtel-dieu, à Clermont31

  • 31 Au château de Maulmont à Saint-Priest-Bramefant.

Fig. 24 > Château de Maulmont. Ancien portail (daté de 1566) de l’Hôtel-Dieu de Clermont (détruit en 1770). Ce portail a été remonté au xixe siècle au château de Maulmont.

Fig. 25 > Château de Maulmont. Chapiteau ionique.

Fig. 26 > Château de Maulmont. Détail de la partie inférieure d’une colonne ionique.

  • 32 Bene vivere et letari. Traduction : « Bien vivre et bien mourir ».
  • 33 d. om. guil. duprat eps. claromon. has aedes christi. pauperibus a fundement. construendas.testame (...)

27À partir de 1538, Guillaume Duprat entreprit la réorganisation des hôpitaux de Clermont, comprenant notamment la reconstruction de l’ancien Hôtel-Dieu, qui se déroula après sa mort, pour l’essentiel de 1562 à 1578. Cet Hôtel-Dieu, situé dans la partie ouest du quartier Saint-Pierre, fut détruit à la fin des années 1770. En subsiste l’ancien portail, remonté au xixe siècle au château de Maulmont (fig. 24). Ce portail, daté de 1566, constitue pour la Basse-Auvergne l’une des plus belles réalisations illustrant l’art de la Seconde Renaissance. Celui-ci se compose d’une porte à arc en plein cintre dont la clef, traitée à la manière d’un cartouche, est timbrée aux armes de Guillaume Duprat et porte une devise latine32. De chaque côté de cette porte s’élève un couple de colonnes ioniques (fig. 25) qui reposent sur de hauts socles et supportent un entablement. Les colonnes sont cannelées, à l’exception de leur tiers inférieur, orné de grotesques (fig. 26) et de motifs végétaux traités en guirlandes ou en chutes. L’entablement se compose d’une architrave à fasces, d’une frise bombée portant une seconde inscription en latin33 et d’une corniche à modillons et rosaces ; son soffite est orné de petits caissons légèrement saillants à motifs de rosaces et de masques. Enfin, les écoinçons de la porte cintrée offrent un décor en bas-relief : sur la droite, une Renommée (fig. 27) soufflant dans une trompette et, sur la gauche, la Charité qui allaite un enfant et qu’accompagnent deux autres enfants. Ce portail se caractérise par une parfaite maîtrise dans l’emploi de l’ordre ionique et une grande qualité de la sculpture. De même, l’iconographie, les colonnes et leur entablement, attestent que les leçons de l’art italien ont été ici parfaitement assimilées.

Fig. 27 > Château de Maulmont. Détail d’un écoinçon de la porte cintrée. La Renommée soufflant dans une trompette.

L’hôtel de la Porte, à Montferrand34

  • 34 Au 5 rue Marmilhat.
  • 35 La famille de La Porte blasonnait d’azur à la porte d’or.

28Sur la cour de l’ancien hôtel de La Porte, à Montferrand, la porte donnant accès à la cage d’escalier est caractéristique de l’art de la Seconde Renaissance. Son chambranle à fasces et crossettes est couronné d’un larmier qui repose sur deux consoles à volutes et motifs de feuillages et fruits. Au-dessus, un important cartouche (fig. 28) renferme un écu timbré aux armes parlantes de la famille de La Porte35 : une petite baie à arc en plein cintre, coiffée d’un fronton triangulaire et présentée légèrement de biais, produit un bel effet de perspective. Les armes sont au centre d’un miroir circulaire pris dans un cadre rectangulaire aux petits côtés échancrés. Des cuirs s’enroulent sur ce cadre, tandis que des compositions de fruits et de fleurs retenues par des lacets viennent occuper les interstices. Des palmettes stylisées et des masques complètent le décor. Placée dans la partie supérieure du cartouche, une petite plaque, évoquant les plaques votives de l’Antiquité, porte la date de 1577.

Fig. 28 > Hôtel de La Porte (1577), à Montferrand. Cartouche renfermant un écu timbré aux armes des La Porte.

L’hôtel Fontfreyde, à Clermont36

  • 36 Au 34 rue des Gras.

29L’hôtel Fontfreyde, au 34 rue des Gras, à Clermont, se compose de deux corps de logis réunis par un corps de galeries (fig. 29-30). Par l’emploi des ordres d’architecture et par les décors de son escalier en vis, cet édifice se rattache à la Seconde Renaissance. L’escalier à trois volées, bâti entre 1578 et 1588, s’inscrit dans une cage largement ouverte. Les parapets sont ornés chacun de deux écus enfermés dans des cartouches à cuirs retournés dont le relief augmente au fur et à mesure de l’élévation.

Fig. 29 > Hôtel Fontfreyde (1578-1588), à Clermont. Cartouches ornant l’escalier.

Fig. 30 > Hôtel Fontfreyde, à Clermont. Agrafe à motif de cartouche.

L’hôtel Arnoux de Maison-rouge, à Riom37

  • 37 Au 7 rue de l’Horloge.

30La cour intérieure de l’hôtel Arnoux de Maison-Rouge, à Riom, édifié vers 1600, constitue l’un des exemples les plus accomplis de la Seconde Renaissance en Auvergne. Entre deux corps de logis, cette cour est d’ailleurs conçue de façon entièrement nouvelle : elle est latérale au couloir d’accès, et non plus située à son point d’aboutissement et la tourelle d’escalier a disparu ; seules subsistent les galeries reliant les corps de logis ; de plus ces galeries sont desservies par un escalier droit inscrit dans une cage de plan rectangulaire disposée perpendiculairement à l’axe des galeries. Sur cour, la porte donnant accès au couloir est formée d’un arc en plein cintre orné d’une frise d’oves et de rais-de-cœur. Une tête de chérubin garnit la clé de l’arc. Cette porte est flanquée de deux colonnes d’ordre toscan reposant sur de hauts piédestaux. L’entablement est animé d’une architrave à fasces et son soffite porte des rosaces inscrites alternativement dans des cercles et des carrés. Ce décor en méplat imite le relief des caissons. Un tympan cintré chapeaute l’ensemble. Son fronton porte un écu flanqué de deux lions et surmonté d’un casque au-dessus duquel trône un aigle aux ailes déployées.

Fig. 31 > Hôtel Arnoux de Maison-Rouge à Riom (édifié vers 1600). Oculus du côté gauche (rez-de-chaussée).

31Le mur du rez-de-chaussée dans lequel s’ouvre cette porte est percé de chaque côté d’un oculus qui éclaire le couloir. Ces deux oculi sont inscrits dans un cadre rectangulaire ; l’espace entre ce cadre et le jour de l’oculus est traité à la manière des cartouches. À gauche (fig. 31), le décor s’organise de manière parfaitement symétrique. Le cadre renferme des cuirs, des compositions de fleurs et de fruits suspendues à des drapés, des masques, ainsi que deux amours soufflant dans des olifants et portant des fanions aux armes des commanditaires ; un chapelet et une frise de godrons ornent la bordure interne du cadre. À droite, le cadre offre une composition comparable, mais légèrement asymétrique ; son dessin en est par ailleurs plus subtil. À l’intérieur, sur un cadre plus petit aux lignes angulaires dessinant une sorte de grecque viennent s’enrouler des cuirs : aux courbes et contre-courbes de ces cuirs s’oppose la ligne brisée du cadre. À cette combinaison s’ajoutent des motifs végétaux, des masques évoquant la Commedia dell’Arte, ainsi que des grotesques rappelant les peintures de l’Antiquité. De plus, ces grotesques tiennent en laisse des oiseaux, semble-t-il des perroquets (fig. 32). La bordure interne est ici formée d’un collier de boules.

Fig. 32 > Hôtel Arnoux de Maison-Rouge, à Riom. Détail de l’oculus du côté droit.

  • 38 L’originalité de ces chapiteaux vient de l’association d’une rangée de feuilles d’acanthe et de cu (...)
  • 39 Les godrons sont disposés de manière symétrique à partir des écus ; au-dessus de chaque baie, aux (...)

32La façade est s’ouvre au rez-de-chaussée par deux portes-fenêtres, mais la mouluration laisse voir que ces portes ont été obtenues à partir des fenêtres d’origine : des consoles à feuillages soutiennent une moulure qui devait correspondre au couronnement de l’ancienne allège. Ces baies ont un ébrasement garni de moulures et sont flanquées de pilastres à fut bombé dans leur partie centrale et à chapiteau composite38. À l’aplomb de chaque pilastre s’élève une console ornée d’une tête grotesque et portant un vase garni de fruits. Ces consoles rythment l’entablement à frise de godrons tors. Au-dessus et au milieu des baies, sur la frise prend place un écu très découpé accompagné d’amours ou de putti39.

LA PREMIÈRE RENAISSANCE, UNE PÉRIODE DE TRANSITION

33À la fin du xve siècle, les principales villes de Basse-Auvergne furent touchées par une série de tremblements de terre, et par les incendies qui s’ensuivirent. Au début du xvie siècle, la reconstruction de ces cités se fit sur la trame urbaine héritée du Moyen Âge, constituée de parcelles en lanière.

34La tradition gothique de construction perdura longtemps, en particulier par l’emploi de voûtes sur croisées d’ogives (boutiques, passages couverts et galeries) ou d’escaliers en vis. Mais, progressivement, des emprunts à la mode antiquisante venue d’Italie furent associés aux structures médiévales, aboutissant à un véritable déguisement des éléments gothiques en éléments italiens. Puisant dans un vocabulaire nouveau qui leur était étranger, mais conservant bon nombre de principes hérités du gothique, les architectes et sculpteurs auvergnats ne se limitèrent pas à la copie des modèles transalpins : ils les interprétèrent et les combinèrent aux traditions architecturales françaises. Les cas de la fontaine d’Amboise, à Clermont, et de la Maison dite des Consuls à Riom, sont en cela significatifs.

35Pour le dessin des façades, la Renaissance se traduit par une horizontalité affirmée : des cordons viennent concurrencer la verticalité traditionnelle du gothique. On retiendra les exemples à composition orthogonale de la façade sur rue de la Maison dite des Consuls et la façade sur cour de l’hôtel de Cériers, à Riom. Le traitement des baies illustre particulièrement bien l’évolution de cette combinaison des formes anciennes et nouvelles : les chambranles des baies expriment la permanence des formules gothiques bien au-delà du xve siècle, comme le prouvent les ébrasements profonds, les moulures prismatiques ou encore les tympans à arc brisé que surmonte parfois un arc en accolade et feuilles de chou frisé ; avec l’apparition des pilastres, le décor italianisant trouve un champ d’application remarquable, même si subsiste parfois une base à moulures prismatiques. Le plus souvent, les pilastres et les colonnes engagées furent employés comme éléments décoratifs, dans une complète méconnaissance de leur rôle architectonique : ils ne supportent plus aucun entablement et les retombées des arcs se font le plus souvent sur les côtés des chapiteaux, comme à la Maison dite des Consuls ou à l’hôtel de Cériers, à Riom, ou encore, à la chapelle Ossandon, à Thiers.

  • 40 Château de Chambord (Loir-et-Cher), édifié de 1519 à 1556.
  • 41 Château de Villegongis (Indre), édifié vers 1530.
  • 42 Château de Gaillon, édifié de 1502 à 1510 pour le cardinal Georges d’Amboise. Des pilastres proven (...)
  • 43 Tombeau de Louis XII et d’Anne de Bretagne, sculpté par Jean Juste entre 1515 et 1531.
  • 44 Tombeau du cardinal Guillaume Briçonnet (1445-1514), réalisé vers 1514. Précisons que Guillaume Br (...)
  • 45 Chapelle du château d’Ussé (Indre-et-Loire), édifiée entre 1520 et 1538.
  • 46 Porte de la Psalette à la cathédrale Saint-Gatien de Tours, réalisée vers 1510.
  • 47 Porte donnant sur le porche nord de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges, réalisée vers 1510.
  • 48 Porte de l’église Saint-Florentin (Yonne), réalisée vers 1520.

36En Basse-Auvergne, le pilastre de la Première Renaissance offre de multiples variations qu’il convient de repérer et de mettre en perspective avec d’autres réalisations extérieures à la province. À Riom, les pilastres à fût orné de losanges de la Maison dite des Consuls, ou à fût orné de cercles de l’hôtel Cériers, rappellent ceux à incrustation d’ardoise des châteaux de Chambord40 et de Villegongis41. Les deux portes de l’abbaye Saint-Pierre, à Mozac, la porte du cloître du couvent des Minimes, à Mirabeau, la porte du 20 rue du Commerce et les fenêtres de la Maison dite des Consuls, à Riom, ou encore la niche de la chapelle Ossandon de l’église Saint-Genès, à Thiers, offrent des exemples de pilastres sculptés en bas-relief de rinceaux, attributs ecclésiastiques ou guerriers, ou encore de grotesques. Quelques frises d’entablement offrent des décors comparables, à motifs de rinceaux et autres attributs : frises de la Maison dite des Consuls, de la première porte de l’abbaye de Mozac et de la niche de la chapelle Ossandon, ainsi que celle provenant du puits Lavèze, à Riom. Ces pilastres et entablements renvoient à des modèles prestigieux, comme le château de Gaillon42, le tombeau de Louis XII et d’Anne de Bretagne43 de la basilique Saint-Denis, ou le tombeau du cardinal Briçonnet44 de la cathédrale Saint-Just, à Narbonne, ou encore à d’autres exemples comme la porte de la chapelle du château d’Ussé45, une porte de la Psalette à Tours46, une porte du porche nord de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges47, ainsi qu’une autre porte à l’église de Saint-Florentin48, dans l’Yonne. De ces divers rapprochements, il ressort deux idées essentielles : d’une part, certaines réalisations auvergnates atteignent un raffinement comparable aux édifices les plus prestigieux construits à la même époque, notamment dans le Val-de-Loire et, d’autre part, les dates de construction montrent que les édifices auvergnats leur sont contemporains : ainsi la diffusion des modèles italiens en Auvergne est concomitante des grands programmes français de l’époque.

  • 49 Château de Blois, aile Louis XII édifiée vers 1498.
  • 50 Château d’Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), édifié de 1518 à 1527.
  • 51 Château du Lude (Sarthe), édifié vers 1520-1530.
  • 52 Château de Villandry (Indre-et-Loire), édifié vers 1532-1536.
  • 53 Château de Valençay (Indre), édifié à partir de 1540.
  • 54 Immeuble au 22bis rue du Pont-Louis-Philippe, construit dans le premier quart du xvie siècle.
  • 55 Église Saint-Justin, à Louvres (Val-d’Oise), chapiteaux réalisés vers 1530-1540.
  • 56 Église Saint-Maclou, à Pontoise, chapiteaux réalisés vers 1530-1540.
  • 57 Jean Guillaume, « L’ornement italien en France. Position du problème et méthode d’analyse », La sc (...)

37Les chapiteaux de ces pilastres se composent généralement d’un simple astragale, d’une corbeille au feuillage maigre et d’un tailloir saillant animé au centre d’une figure ou d’un motif (petit buste de soldat casqué, homme en toge, Hercule, putto, amour, tête de bélier, lion assis ou fleurs) ; le tailloir est souligné d’une moulure (rais-de-cœur, rang d’oves ou baguette à rubans et grains) ; par ailleurs, les habituelles volutes des chapiteaux antiques sont remplacées par toutes sortes de sujets (cornes de bélier, queues de scorpion, grotesques, monstres aquatiques ou putti). De tels chapiteaux, où la fantaisie est de mise, se retrouvent en France aussi bien dans l’architecture civile que religieuse. Parmi les exemples les plus fameux, on peut mentionner, outre ceux déjà évoqués, les chapiteaux de l’aile Louis XII du château de Blois49, ceux des châteaux d’Azay-le-Rideau50, du Lude51, de Villandry52 ou de Valençay53, ainsi que les chapiteaux de l’immeuble du 22bis rue du Pont-Louis-Philippe54, à Paris, et ceux des églises Saint-Justin55, à Louvres-en-Parisis, et Saint-Maclou56, à Pontoise. Ces chapiteaux connurent leur forme la plus aboutie dans le Val-de-Loire et le Haut-Poitou autour de 151557, quelques années seulement avant leur apparition en Basse-Auvergne.

  • 58 Je ne connais pas d’autre exemple d’une telle association en France et à la même époque.

38Le décor sculpté auvergnat de la Première Renaissance, qui continue à privilégier des sujets en haut-relief se détachant sur un fond nu, trouve son origine dans l’art gothique. Il en est de même du goût pour les armoiries, généralement disposées au-dessus de la porte sur cour. Parallèlement à cette sculpture de tradition gothique se développe une sculpture traitée en bas-relief où le motif du rinceau constitue l’élément essentiel du décor et occupe l’ensemble du champ qui lui est imparti. Quant à l’iconographie, elle puise aussi bien dans les thèmes religieux hérités du Moyen Âge (en particulier l’Annonciation) que dans des actes héroïques ou moraux inspirés par la mythologie gréco-latine. Dans le cas auvergnat, les thèmes religieux et profanes sont parfois représentés dans un même lieu, comme à l’hôtel Guymoneau, à Riom, ou à l’hôtel Fontfreyde, à Montferrand58.

  • 59 Hôtel de Marillac, édifié vers 1550 et situé 154 Grande-Rue.
  • 60 Hôpital des Innocents, à Florence, édifié à partir de 1419 sur les plans de l’architecte Filippo B (...)
  • 61 Château de Madrid, près de Paris, édifié de 1527 à 1547, décoré de tondi dus à Girolamo Della Robb (...)
  • 62 Hôtel d’Alluye, à Blois, achevé en 1508.
  • 63 Hôtel Lallemant, à Bourges, édifié vers 1500-1518.
  • 64 Château d’Assier (Lot), édifié entre 1518 et 1535.
  • 65 Château de Beauregard (Loir-et-Cher), édifié vers 1545.
  • 66 Château de Fleury-en-Bière (Seine-et-Marne), édifié vers 1540-1550.
  • 67 Château de Mesnières-en-Bray (Seine-Maritime), édifié vers 1525-1544.

39L’engouement pour l’Antiquité se traduit de manière plus significative encore par l’emploi de bustes à l’antique inscrits dans des médaillons, qui connurent un certain succès en Basse-Auvergne, à Riom (Maison dite des Consuls et hôtel Guymoneau), à Montferrand (hôtel Fontfreyde) et à Aigueperse (hôtel de Marillac59). Ces bustes en haut-relief, sculptés dans la pierre ou réalisés en terre cuite, sont habituellement ceints d’une guirlande de feuillages et de fruits, de fleurons ou rosaces, ou encore d’une frise de perles ou d’un chapelet. D’une manière générale, ces réalisations témoignent d’une bonne connaissance du modelé antique et retiennent l’attention par la qualité du rendu des coiffures. Ces bustes en médaillons rappellent les fameux tondi italiens, comme ceux de l’Hôpital des Innocents60, à Florence, ou ceux du château de Madrid61, exécutés par des sculpteurs de la dynastie des Della Robbia. Ils peuvent être aussi mis en parallèle avec ceux de l’hôtel d’Alluye62, à Blois, de l’hôtel Lallemant63, à Bourges, ou encore avec ceux des châteaux du Lude, d’Assier64, de Beauregard65, de Fleury-en-Bière66 et de Mesnières-en-Bray67.

40Ainsi, dans la première moitié du xvie siècle, l’architecture auvergnate reste fidèle aux formules de tradition gothique. C’est d’abord par le décor que le style italien se diffuse : putti, amours, grotesques (mêlés ou non de rinceaux), motifs de vases, candélabres, coquilles ou encore motifs à répétition linéaire comme les frises à godrons, oves, perles, olives, rais-de-cœur, rosaces, entrelacs ou chapelets, furent autant d’ornements adoptés par les sculpteurs auvergnats.

  • 68 Amable de Cériers (mort vers 1540).
  • 69 Château de Bury (Loir-et-Cher), construit de 1512 à 1515.
  • 70 Château de Chenonceau, construit de 1513 à 1521.
  • 71 Château de Saint-Cirgues, à Saint-Cirgues-sur-Couze (Puy-de-Dôme), reconstruit au cours du premier (...)

41Ce nouveau vocabulaire ne parvint pas en Auvergne directement d’Italie, mais selon différentes voies de diffusion qui trouvent toutes leurs origines dans le Val-de-Loire. Tout d’abord, le mécénat ecclésiastique contribua à l’introduction de la mode antiquisante. L’évêque Jacques d’Amboise, frère du cardinal Georges d’Amboise, l’un des plus importants promoteurs de la Renaissance en France, fut à l’origine de la première œuvre à Clermont : la fontaine d’Amboise. Il fut assez rapidement suivi par quelques officiers royaux de haut rang désireux de s’inspirer des modèles ligériens. Le cas d’Amable de Cériers68, commanditaire d’un vaste hôtel à Riom, est à ce titre révélateur : il était apparenté non seulement à Florimond Robertet (1458-1527), à qui l’on doit le château de Bury69, en Touraine, et l’hôtel d’Alluye, à Blois, mais aussi à Thomas Bohier (1565-1524), commanditaire du château de Chenonceau70 et du château de Saint-Cirgues71. Si la présence en Auvergne d’architectes et de sculpteurs venus du Val-de-Loire n’est pas attestée, de même que la participation d’artisans auvergnats à des chantiers de construction en Val-de-Loire, il est raisonnable de penser que ces hauts personnages rapportèrent avec eux des planches, des gravures ou des recueils d’ornemanistes qui servirent de modèle aux artistes locaux.

  • 72 Pierre Pradel, « Michel Colombe et son école de sculpture », Bulletin de la Société d’Émulation du (...)
  • 73 Construit de 1497 à 1503.
  • 74 Josiane Teyssot, Riom : capitale et bonne ville d’Auvergne (1212-1557), Nonette, Éd. Créer, 1999, (...)

42D’autre part, sous l’action du mécénat des Bourbons, Moulins servit sans nul doute de relais dans la promotion du nouveau goût. Au tournant des xve et xvie siècles, la cité était le siège d’une des cours les plus brillantes d’Europe : celle des ducs de Bourbon, parvenus au faîte de leur puissance et qui se trouvaient être les derniers représentants de cette lignée de grands seigneurs-mécènes vers lesquels se tournaient nombre d’artistes de l’époque72. Or, depuis 1416, l’Auvergne relevait des biens des Bourbons. Jean II de Bourbon (1426-1488) mourut en 1488. Son frère Pierre II (1438-1503), qui lui succéda, épousa Anne de France (1462-1522), dite aussi Anne de Beaujeu. Ceux-ci devinrent ducs de Bourbonnais et d’Auvergne. À Moulins, ils entreprirent la transformation de leur château, dont subsiste aujourd’hui le fameux pavillon Anne de Beaujeu73, qui constitue l’une des toutes premières réalisations de la Renaissance en France. Riom, capitale administrative et judiciaire de l’Auvergne, fit aussi l’objet des attentions des Bourbons : en 1503, Anne de France commanda des réparations au Palais ducal et en fit aménager les jardins ; de même, en 1504, elle fit entreprendre la rénovation et l’agrandissement de deux halles74.

  • 75 Annie Regond, La Peinture murale du xvie siècle dans la région Auvergne, Clermont-Ferrand, Institu (...)

43La remarquable qualité architecturale et décorative du pavillon Anne de Beaujeu suppose une parfaite connaissance de la mode italianisante et un savoir-faire qui prouvent que les ducs de Bourbon firent appel à des artistes tourangeaux et italiens75. Pour preuve de la venue d’artistes prestigieux à la cour des Bourbons et du rayonnement de cette cour jusqu’en Auvergne, la présence à Moulins du sculpteur Michel Colombe, considéré comme l’un des plus grands artistes de son temps, qui y séjournait à la fin du xve siècle et y possédait un atelier. Son influence se fit sentir dans les trois principales villes de la Basse-Auvergne. En attestent les sculptures de la Tour de l’Horloge, à Riom, les Annonciations de Riom et Montferrand, ou encore les Vertus Cardinales de Riom et la Vierge en Gloire de Montferrand : sens des proportions, rendu très fidèle de l’anatomie du corps humain sous le vêtement, recherche de drapés à la fois amples et souples, visages ronds entourés de cheveux longs et bouclés ou encore expressions teintées de retenue, autant d’éléments qui rattachent ces œuvres au style de Michel Colombe.

  • 76 Précisons que les sculpteurs travaillant la pierre de Volvic ne peuvent qu’utiliser les ciseaux et (...)

44Ainsi, il ne fait guère de doute que des sculpteurs ayant travaillé dans l’atelier de Michel Colombe se soient mis au service de commanditaires auvergnats. L’origine de ces sculpteurs ne nous est pas connue : certes, le savoir-faire que suppose le travail de la pierre de Volvic pourrait étayer l’hypothèse qu’ils étaient auvergnats76. Toutefois, le cas de la fontaine d’Amboise, dont la sculpture est dans l’ensemble de facture maladroite, donnerait à penser qu’on ait pu faire appel à des sculpteurs seulement habitués à travailler des pierres plus tendres.

45Par ailleurs, un rapprochement s’impose, dans la composition comme dans le style, entre l’Annonciation traitée en grisaille du fameux triptyque du Maître de Moulins, réalisé entre 1498 et 1501 pour Pierre II de Bourbon et Anne de France, et l’Annonciation sculptée de l’hôtel Guymoneau, à Riom. En effet, dans les deux cas, contrairement à la coutume, Marie est représentée à gauche, tandis que l’archange Gabriel est disposé au-dessus de la Vierge, ce qui permet d’insister sur la divine théâtralité de l’Annonce.

LA SECONDE RENAISSANCE : L’ACCOMPLISSEMENT DE LA MODE ANTIQUISANTE

46La Seconde Renaissance a laissé moins d’exemples en Basse-Auvergne que la Première Renaissance, qui avait coïncidé avec une période de reconstruction des cités. Dès lors, le champ d’application de l’art de la Renaissance ne porta plus seulement sur le décor, mais aussi sur les formes architecturales : à partir du milieu du xvie siècle, les pilastres, par exemple, furent employés dans les règles de l’art, le fronton se substitua au gâble gothique et l’ébrasement des baies se réduisit.

  • 77 Sebastiano Serlio, Traité d’architecture, publié de 1537 à 1575. Retenons en particulier le livre (...)
  • 78 Portail édifié en 1559.
  • 79 Philibert Delorme, Premier tome de l’architecture, Paris, F. Morel, 1567, livre VIII, chapitre IX.
  • 80 Portail édifié vers 1580.
  • 81 Château de La Tour-d’Aigues (Vaucluse), construit de 1565 à 1577.
  • 82 De plus, la fantaisie décorative de la partie inférieure des colonnes se rattache encore à la vein (...)

47À partir de la Seconde Renaissance, une nouvelle source d’inspiration et de connaissance fut mise à la disposition des artistes locaux : les traités d’architecture. Certaines planches de Sebastiano Serlio firent vraisemblablement partie des modèles dont s’inspiraient les architectes auvergnats77. Il en est ainsi de la porte sur cour de l’hôtel Arnoux de Maison-Rouge, à Riom, et du portail de l’ancien Hôtel-Dieu de Clermont. Ce portail, qui doit être considéré comme une œuvre d’avant-garde pour l’Auvergne, rappelle celui réalisé par Philibert Delorme en 1559 pour l’hôtel des Tournelles78, à Paris, portail qui fut publié dans son traité d’architecture de 156779 et qui servit de modèle pour le portail sud de l’église parisienne de Saint-Nicolasdes-Champs80. Bien que plus monumental, le portail du château de La Tour-d’Aigues81 peut être rapproché de celui de l’Hôtel-Dieu de Clermont. Que ce soit à l’Hôtel-Dieu, à l’hôtel des Tournelles, à l’église Saint-Nicolas-des-Champs ou au château de La Tour-d’Aigues, le portail se compose d’une porte à arc en plein cintre inscrite dans un ordre d’architecture avec écoinçons au-dessus de la porte occupés par des renommées ou des anges, figures décoratives que Philibert Delorme est le premier à disposer de la sorte. Si ces rapprochements ne permettent pas d’attribuer la réalisation du portail de l’Hôtel-Dieu à Philibert Delorme, ils autorisent à penser qu’il s’agissait d’un architecte connaissant ses travaux82.

  • 83 À Riom aux 8 rue du Commerce (1560), 5 rue du Commerce (1561), 41 rue de l’Hôtel-de-Ville (vers 15 (...)
  • 84 Jacques Ier Androuet du Cerceau, Petit traité des cinq ordres de colonnes, Paris, s. éd., 1583. Id (...)
  • 85 Château d’Écouen, cheminée réalisée entre 1555 et 1560.

48Malgré la plus grande codification des formes architecturales propres à la Seconde Renaissance, la liberté d’interprétation et la fantaisie furent encore de mise ; le portail de Mirabeau en est une illustration, même si le résultat présente de nombreuses maladresses. Quant au décor, il se caractérise par un recours plus fréquent à la sculpture en faible relief et un répertoire plus abstrait. Par exemple, le motif du cartouche83, combinant cuirs et cadre à crossettes auxquels se mêlent grotesques, amours, masques, fleurs et fruits, devient très à la mode et témoigne de l’influence de l’École de Fontainebleau. Ces cartouches traduisent également l’engouement des sculpteurs pour les modèles que Jacques Ier Androuet du Cerceau publiait dans ses recueils de gravures84. Parfois, certains rapprochements sont plus inattendus, comme les oculi de l’hôtel Arnoux de Maison-Rouge qui, par leur répertoire décoratif, rappellent le grand cartouche de la cheminée de la chambre du Connétable, au château d’Écouen85.

  • 86 Château de Nantouillet (Seine-et-Marne), construit de 1517 à 1521.
  • 87 Voir sur le voyage de Guillaume Duprat en Italie, les précédents articles de Grégory Goudot et de (...)

49Comme lors de la Première Renaissance, on doit à l’activité des mécènes ecclésiastiques les œuvres les plus prestigieuses et les plus novatrices. Parmi eux, et à la suite de Jacques d’Amboise, Guillaume Duprat joua un rôle particulièrement décisif. Il était le fils du cardinal chancelier Antoine Duprat, qui s’était fait bâtir le château de Nantouillet86, œuvre majeure de la Première Renaissance située dans la région parisienne. Cette famille comptait plusieurs mécènes et de fameux constructeurs, comme son oncle Thomas Bohier, qui s’était fait construire le château de Chenonceau. Devenu évêque de Clermont, Guillaume Duprat alla en Italie à l’occasion du Concile de Trente. Ce voyage le mit en contact avec les sources mêmes de la Renaissance italienne, ce qui guida probablement ses choix en faveur de la mode antiquisante87.

  • 88 À Riom : hôtel Guymoneau, Tour de l’Horloge, Maison dite des Consuls, frise du Puits Lavèze, hôtel (...)

50En Auvergne, Guillaume Duprat fit bénéficier un certain nombre d’établissements religieux de ses libéralités et fut le protecteur zélé des Jésuites et des Minimes, qu’il introduisit en France dès son retour du Concile. L’abbaye clunisienne de Mozac, le couvent des Minimes de Mirabeau ou l’Hôtel-Dieu de Clermont portent encore aujourd’hui témoignage de cette activité de mécénat, qui s’étendit aussi à Billom, à Mauriac et à Paris, où les Jésuites fondèrent des collèges dont il ne reste rien de l’époque de Guillaume Duprat. Le remarquable portail de l’Hôtel-Dieu souligne à quel point l’évêque de Clermont était proche de l’avant-garde artistique. En alliant tout à la fois un grand raffinement stylistique et une sculpture d’une extrême virtuosité, ce portail apporte la preuve évidente que la pierre de Volvic dans ses livraisons les plus fines88 pouvait rivaliser avec les calcaires les plus fameux, comme ceux du Val de Loire ou de l’Île-de-France.

Notes

1 À Clermont, place de la Poterne

2 Jacques d’Amboise (vers 1440 ou 1450-1516), abbé de Cluny de 1485 à 1514, fut à l’origine de la transformation (vers 1500) du palais abbatial, à Cluny, et de la construction (entre 1485 et 1510) de l’hôtel de Cluny, à Paris. Il fut évêque de Clermont de 1505 à 1516. Il était le frère du cardinal Georges Ier d’Amboise (1460-1510), archevêque de Rouen, ministre de Louis XII et commanditaire du château de Gaillon, en Normandie

3 Un bassin inférieur, ajouté au xixe siècle, enserre maintenant la fontaine

4 Au 12 rue de l’Horloge.

5 Pour le Moyen Âge, on retiendra l’hôtel Jacques-Cœur (1445-1453), à Bourges, et pour la Renaissance les châteaux de Gaillon (1502 à 1510), dans l’Eure, de La Possonnière (1515), dans le Loir-et-Cher, de Montal (1519 à 1534), dans le Lot, et de Messilhac (transformé vers 1531), dans le Cantal

6 Jean Perréal (1450-1528 ou 1530).

7 Michel Colombe (vers 1430-vers 1513)

8 Les sculptures du tombeau de François II de Bretagne et de Marguerite de Foix furent réalisées par Michel Colombe de 1499 à 1507.

9 Au 36 rue de la Rodade.

10 Au 5 rue de l’Horloge.

11 L’Art décoratif en Europe : Renaissance et maniérisme, Alain Gruber (dir.), Paris, Citadelles et Mazenod, 1993, p. 98, illustration. Une assiette en faïence de la Manufacture de Gubbio, réalisée vers 1520-1525 et conservée à Paris, au Musée du Petit-Palais, présente une bordure identique.

12 AM Riom, DD 3.

13 Au 28 rue Jules-Guesde.

14 Le thème de la Vierge de Gloire trouve son origine à Laurie, dans le Cantal où, au xe siècle, la Vierge serait apparue entourée de rayons lumineux. Au début du xvie siècle, l’évêque Jacques d’Amboise fit placer sur la toiture de la cathédrale de Clermont une statue de Vierge de Gloire, dite « Vierge du Retour » (aujourd’hui détruite). En 1584, une Vierge de Gloire fut placée sur le dôme de l’église du Marthuret à Riom (également aujourd’hui détruite).

15 Le reste de la sculpture qui rattache la figure à l’arc semble indiquer qu’elle portait une couronne.

16 Le thème de Lucrèce a, semble-t-il, été repris dans une cour (1522) de l’hôtel de La Rochepot, 9 place Monge, à Beaune.

17 Claude Duprat (1484-1532), abbé de Mozac de 1516 à 1524, évêque de Mende de 1524 à sa mort. Il était le frère de Thomas Duprat (1486-1528), évêque de Clermont de 1517 à sa mort. Son neveu Guillaume Duprat (15071560), abbé commendataire de Mozac de 1528 à sa mort, lui succéda au siège épiscopal de Clermont. Qu’il me soit permis de remercier ici Christophe Vellet, conservateur au département du Patrimoine à la Bibliothèque Communautaire et Inter-Universitaire de Clermont-Ferrand, pour ces renseignements biographiques.

18 Au 1-3 rue Croisier.

19 Le tailloir de ces chapiteaux est orné de cordes nouées terminées par des pompons.

20 AM Riom, BB 91. Émile Clouard, Les Gens d’autrefois, Riom aux xve et xvie siècle, Paris, H. Champion, 1910, p. 788.

21 Le Musée Francisque-Mandet de Riom conserve un élément de cette frise, encastré dans le mur du passage couvert qui donne accès à la cour d’honneur.

22 Bruno Tournilhac et Jean Chassaigne, « Notes et remarques sur l’église Saint-Genès de Thiers. Chapelles, vicairies et fondations », Bulletin de la Société des Études Locales et du Musée, no 19, 1959, p. 11-32 ; no 20, 1960, p. 27-42.

23 Albert de Remacle, Dictionnaire généalogique : familles d’Auvergne, Clermont-Ferrand, ARGHA, 1995, t. III, p. 63-64. Parmi les membres de cette famille liés à la construction de cette chapelle peuvent être cités Jehan II Ossandon (mort en 1523), qui avait fondé deux vicairies à Thiers, trois de ses fils, Claude, Pierre et Jehan, qui furent chanoines de l’église de Saint-Genès, ou encore un autre de ses fils, Jehan III Ossandon (mort avant 1569).

24 Armes de la famille Ossandon : « d’or au chevron d’azur accompagné de trois hirondelles essorantes du même, les deux du chef affrontées ».

25 Au 20 de la rue du Commerce, à Riom, un hôtel présente sur rue une porte du xvie siècle, alors que le reste de la façade a été refait au xviiie siècle. Cette porte, surmontée d’un tympan ajouré et délimité par un arc en anse de panier, est accostée de deux pilastres dont les chapiteaux arrivent à hauteur de la clef de l’arc du tympan. Les pilastres sont identiques à ceux de la Maison dite des Consuls.

26 La traverse et le barreaudage de la porte ont été supprimés.

27 Allusion au blason de la famille Duprat : d’or à la fasce de sable accompagnée de trois trèfles de sinople, deux en chef et un en pointe.

28 Le texte latin des quatre tables est le suivant : in sĩmplicitate cordis/ leto (lœtus ?). Obtuli universa/ elegi et sanctificavi locum/ istum, ut sit cor meum ibi. Traduction de M. Jean-Claude Gaudiat, que je remercie ici : « Dans la simplicité de mon cœur, à ma mort, j’ai tout offert ; j’ai choisi et j’ai consacré ce lieu, pour que mon cœur y repose ». Le couvent de Mirabeau fut fondé dans le but d’être la demeure funéraire du cœur de Guillaume Duprat (cf. le précédent article de Christophe Vellet).

29 Les niches étaient destinées à recevoir des statues.

30 Ce type de lettrage se retrouve à Maringues, rue de l’Égout, à la maison Perissel où un linteau orné d’un écu présenté par deux griffons porte la date 1560 et l’inscription perissel.

31 Au château de Maulmont à Saint-Priest-Bramefant.

32 Bene vivere et letari. Traduction : « Bien vivre et bien mourir ».

33 d. om. guil. duprat eps. claromon. has aedes christi. pauperibus a fundement. construendas.testamen cavit scabin procur –mdlxvi. Traduction : « Guillaume Duprat, évêque de Clermont, a décidé la construction de cet édifice pour les pauvres amis du Christ et par son testament chargera les échevins de compléter son œuvre – 1566 ».

34 Au 5 rue Marmilhat.

35 La famille de La Porte blasonnait d’azur à la porte d’or.

36 Au 34 rue des Gras.

37 Au 7 rue de l’Horloge.

38 L’originalité de ces chapiteaux vient de l’association d’une rangée de feuilles d’acanthe et de cuirs formant volutes.

39 Les godrons sont disposés de manière symétrique à partir des écus ; au-dessus de chaque baie, aux extrémités de la frise, une feuille d’acanthe vient partiellement recouvrir le godron.

40 Château de Chambord (Loir-et-Cher), édifié de 1519 à 1556.

41 Château de Villegongis (Indre), édifié vers 1530.

42 Château de Gaillon, édifié de 1502 à 1510 pour le cardinal Georges d’Amboise. Des pilastres provenant de Gaillon, datés de 1510, sont aujourd’hui conservés au Musée du Louvre.

43 Tombeau de Louis XII et d’Anne de Bretagne, sculpté par Jean Juste entre 1515 et 1531.

44 Tombeau du cardinal Guillaume Briçonnet (1445-1514), réalisé vers 1514. Précisons que Guillaume Briçonnet fut le parrain de Guillaume Duprat.

45 Chapelle du château d’Ussé (Indre-et-Loire), édifiée entre 1520 et 1538.

46 Porte de la Psalette à la cathédrale Saint-Gatien de Tours, réalisée vers 1510.

47 Porte donnant sur le porche nord de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges, réalisée vers 1510.

48 Porte de l’église Saint-Florentin (Yonne), réalisée vers 1520.

49 Château de Blois, aile Louis XII édifiée vers 1498.

50 Château d’Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), édifié de 1518 à 1527.

51 Château du Lude (Sarthe), édifié vers 1520-1530.

52 Château de Villandry (Indre-et-Loire), édifié vers 1532-1536.

53 Château de Valençay (Indre), édifié à partir de 1540.

54 Immeuble au 22bis rue du Pont-Louis-Philippe, construit dans le premier quart du xvie siècle.

55 Église Saint-Justin, à Louvres (Val-d’Oise), chapiteaux réalisés vers 1530-1540.

56 Église Saint-Maclou, à Pontoise, chapiteaux réalisés vers 1530-1540.

57 Jean Guillaume, « L’ornement italien en France. Position du problème et méthode d’analyse », La scultura decorativa del Primo Rinascimento. Atti del primo convegno internazionale di studi di Pavia (Pavia, 16-18 settembre 1980), Pavie, Viella, 1983, p. 207-212.

58 Je ne connais pas d’autre exemple d’une telle association en France et à la même époque.

59 Hôtel de Marillac, édifié vers 1550 et situé 154 Grande-Rue.

60 Hôpital des Innocents, à Florence, édifié à partir de 1419 sur les plans de l’architecte Filippo Brunelleschi (1377-1446). Les tondi en terre cuite vernissée furent exécutés vers 1470 par Andrea Della Robbia (1435-1525).

61 Château de Madrid, près de Paris, édifié de 1527 à 1547, décoré de tondi dus à Girolamo Della Robbia (1488-1566).

62 Hôtel d’Alluye, à Blois, achevé en 1508.

63 Hôtel Lallemant, à Bourges, édifié vers 1500-1518.

64 Château d’Assier (Lot), édifié entre 1518 et 1535.

65 Château de Beauregard (Loir-et-Cher), édifié vers 1545.

66 Château de Fleury-en-Bière (Seine-et-Marne), édifié vers 1540-1550.

67 Château de Mesnières-en-Bray (Seine-Maritime), édifié vers 1525-1544.

68 Amable de Cériers (mort vers 1540).

69 Château de Bury (Loir-et-Cher), construit de 1512 à 1515.

70 Château de Chenonceau, construit de 1513 à 1521.

71 Château de Saint-Cirgues, à Saint-Cirgues-sur-Couze (Puy-de-Dôme), reconstruit au cours du premier quart du xvie siècle.

72 Pierre Pradel, « Michel Colombe et son école de sculpture », Bulletin de la Société d’Émulation du Bourbonnais, 1955, p. 361.

73 Construit de 1497 à 1503.

74 Josiane Teyssot, Riom : capitale et bonne ville d’Auvergne (1212-1557), Nonette, Éd. Créer, 1999, p. 288-290. Il s’agissait de deux « marchés à viande » dont il ne reste rien aujourd’hui.

75 Annie Regond, La Peinture murale du xvie siècle dans la région Auvergne, Clermont-Ferrand, Institut d’Études du Massif Central, 1983, p. 21.

76 Précisons que les sculpteurs travaillant la pierre de Volvic ne peuvent qu’utiliser les ciseaux et les massettes ; cette pierre ne permet pas l’emploi du trépan, de la sciotte, de la ripe ni du grattoir.

77 Sebastiano Serlio, Traité d’architecture, publié de 1537 à 1575. Retenons en particulier le livre IV, Regole generali di architettura, 1537 et le Extraordinario [sic] Libro di archittetura, longtemps considéré comme le livre VI (traduit en français et publié à Lyon chez J. de Tournes en 1551), qui comporte pas moins de trente modèles de portes.

78 Portail édifié en 1559.

79 Philibert Delorme, Premier tome de l’architecture, Paris, F. Morel, 1567, livre VIII, chapitre IX.

80 Portail édifié vers 1580.

81 Château de La Tour-d’Aigues (Vaucluse), construit de 1565 à 1577.

82 De plus, la fantaisie décorative de la partie inférieure des colonnes se rattache encore à la veine créatrice de la Première Renaissance et non au style de Philibert Delorme.

83 À Riom aux 8 rue du Commerce (1560), 5 rue du Commerce (1561), 41 rue de l’Hôtel-de-Ville (vers 1570), 22 rue Marivaux (vers 1580-1600) et 7 rue de l’Horloge (vers 1590-1600). À Clermont aux 34 rue des Gras (vers 15781588) et 6 rue de la Treille (1605, 1608 et 1613). À Montferrand au 5 rue Marmilhat (1577). Portail (1566) de l’ancien Hôtel-Dieu de Clermont, remonté au château de Maulmont, à Saint-Priest-Bramefant (Puy-de-Dôme). Portail (entre 1560 et 1572) de l’ancienne église des Minimes de Mirabeau, à Beauregard-l’Évêque (Puy-de-Dôme).

84 Jacques Ier Androuet du Cerceau, Petit traité des cinq ordres de colonnes, Paris, s. éd., 1583. Id., Grands et petits grotesques, Paris, 1566.

85 Château d’Écouen, cheminée réalisée entre 1555 et 1560.

86 Château de Nantouillet (Seine-et-Marne), construit de 1517 à 1521.

87 Voir sur le voyage de Guillaume Duprat en Italie, les précédents articles de Grégory Goudot et de Christophe Vellet.

88 À Riom : hôtel Guymoneau, Tour de l’Horloge, Maison dite des Consuls, frise du Puits Lavèze, hôtel Arnoux de Maison-Rouge ; à Montferrand : hôtel Régin, hôtel Fontfreyde, hôtel de la Porte ; à Mozac : portes de l’abbaye ; à Thiers : chapelle Ossandon.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Fontaine d’Amboise (1511-1515).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 2 > Fontaine d’Amboise. Détail de la margelle.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende Fig. 3 > Hôtel Guymoneau (vers 1530-1550), à Riom. Cour intérieure.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Légende Fig. 4 > Hôtel Guymoneau à Riom. Détail de l’escalier : l’archange Gabriel déployant un phylactère.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Fig. 5 > Hôtel Guymoneau à Riom. Détail du parapet de la galerie du premier étage : frise représentant les Vertus Cardinales.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Fig. 6 > Hôtel Guymoneau à Riom. Médaillon mural : buste représentant Méduse, la gardienne des lieux, le regard fixé vers le passage d’entrée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 7 > Hôtel Régin (vers 1530-1550), à Montferrand. Parapet de la galerie sur cour, orné d’une Annonciation.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 8 > Tour de l’horloge (entre 1529 et 1547), à Riom. Groupe sculpté au-dessus du cadran de l’horloge.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Fig. 9 > Hôtel Fontfreyde (vers 1530-1550), à Montferrand. Médaillon du parapet de la galerie du premier étage. Jeune femme (Lucrèce) en train de se percer le sein droit avec un poignard.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Fig. 10 > Abbaye Saint-Pierre de Mozac. Chapiteau de la première porte (vers 1520-1540).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Fig. 11 > Abbaye Saint-Pierre de Mozac. Frise de la première porte (vers 1520-1540).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 12 > Abbaye Saint-Pierre de Mozac. Détail de la seconde porte (1542-1543).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Légende Fig. 13 > Abbaye Saint-Pierre de Mozac. Blason de la seconde porte (1542-1543).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Fig. 14 > Couvent de Mirabeau à Beauregard-l’Évêque. Pilastre de la porte (vers 1530), côté ouest du cloître.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 15 > Maison dite des Consuls (ancien hôtel Du Bourg, édifié entre 1520 et 1550). Un des six chapiteaux des colonnes du portique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 16 > Maison dite des Consuls. Pilastres des croisées du premier étage.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Fig. 17 > Maison dite des Consuls. Frises d’entablement du premier étage.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende Fig. 18 > Maison dite des Consuls. Porte d’entrée principale (située sur la rue secondaire) à la fois gothique et Renaissance.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 19 > Détail de la frise du Puits Lavèze (vers 1520-1540), à Riom.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 20 > Chapelle Ossandon (construite dans les années 1530), dans l’église Saint-Genès de Thiers. Chapiteaux.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 21 > Chapelle Ossandon. Pilastre de l’encadretaux ou animaux traités dans le goût du gothique flamboyant. Plusieurs ment sculpté de la niche, au mur est de la chapelle.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 22 > Église des Minimes de Mirabeau. Porte à arc en plein cintre du portail (1560-1572).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Fig. 23 > Église des Minimes de Mirabeau. Cartouche central du portail portant les armes des Duprat.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 24 > Château de Maulmont. Ancien portail (daté de 1566) de l’Hôtel-Dieu de Clermont (détruit en 1770). Ce portail a été remonté au xixe siècle au château de Maulmont.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende Fig. 25 > Château de Maulmont. Chapiteau ionique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Fig. 26 > Château de Maulmont. Détail de la partie inférieure d’une colonne ionique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Fig. 27 > Château de Maulmont. Détail d’un écoinçon de la porte cintrée. La Renommée soufflant dans une trompette.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Fig. 28 > Hôtel de La Porte (1577), à Montferrand. Cartouche renfermant un écu timbré aux armes des La Porte.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Fig. 29 > Hôtel Fontfreyde (1578-1588), à Clermont. Cartouches ornant l’escalier.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Légende Fig. 30 > Hôtel Fontfreyde, à Clermont. Agrafe à motif de cartouche.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Légende Fig. 31 > Hôtel Arnoux de Maison-Rouge à Riom (édifié vers 1600). Oculus du côté gauche (rez-de-chaussée).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 32 > Hôtel Arnoux de Maison-Rouge, à Riom. Détail de l’oculus du côté droit.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2695/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

Auteur

Docteur en Histoire de l’Art

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par