Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint François de Paule et les Minimes en France de la fin du XVe au XVIIIe siècle

 | 
André Vauchez
, 
Pierre Benoist

IIème partie. Minimes et minimesses au Siècles des Saints : spiritualité, pouvoirs et société

Les Minimes dans la province d’Aquitaine sous l’Ancien Régime1

Valérie Malabirade

Texte intégral

  • 1 Cet article n’est que la première étape d’un travail de thèse entrepris à l’université de Bordeaux (...)
  • 2 Jean-Marie Le Gall, Les Moines au temps des réformes : France, 1480-1560, Seyssel, Champ Vallon, 2 (...)
  • 3 Giuseppe Fiorini Morosini, Il carisma penitenziale di S. Francesco di Paola e dell’ordine dei Mini (...)
  • 4 Gennaro Moretti, « Minimi », Enciclopedia cattolica, Rome, Citta del vaticano, 1952, p. 1036.
  • 5 Pierre Hélyot, Dictionnaire des ordres religieux, ou histoire des ordres monastiques, religieux et (...)

1Saint François de Paule est le fondateur d’un ordre que l’austérité de vie, le quatrième vœu quadragésimal et l’humilité religieuse distinguent nettement des congrégations régulières traditionnelles. Pour le saint Calabrais la réforme est essentielle : elle est perçue comme un renouveau, un retour aux sources et à la stricte observance à la manière d’autres réguliers de l’époque, versés dans le rigorisme pénitentiel en ces temps de crise aiguë2. La renovatio de l’ermite s’inscrit dans un vaste courant d’une recherche de pureté originelle par l’ascèse et l’abandon3. La vie spirituelle des religieux de l’ordre est donc construite autour de ces notions d’humilité, de pénitence et de charité4. À la mort de l’ermite calabrais, l’ordre des Minimes est en France organisé en plusieurs aires géographiques qui comportent probablement cinq ou six provinces5. Dans tout le sud du royaume, seul le couvent de Toulouse est fondé du vivant de François, en 1503. L’analyse que nous proposons ici, répond à la relative méconnaissance de cet ordre en France et plus précisément dans le Sud-Ouest, où aucune étude d’ensemble n’a été menée, ni sur les Minimes, ni plus généralement sur les autres réguliers.

2Afin de saisir l’ampleur des mutations internes qui se jouent au xviie siècle, il est nécessaire de ne pas se limiter au seul « Siècle des Saints », mais d’entrevoir l’histoire de la province d’Aquitaine de sa naissance en 1503 jusqu’à sa disparition sous la Révolution française.

ORGANISATION ET CRÉATION DE LA PROVINCE

3Avec la croissance démographique et l’expansion géographique de l’ordre, une nouvelle organisation territoriale, dont les provinces constituent le maillage territorial, s’impose et se met en place, indépendamment des structures religieuses préexistantes. Si elle se fixe pour objectif de préserver la cohésion de l’ensemble, elle permet aussi l’autorégulation de chaque entité, axée principalement sur le respect de la règle et la répartition des pouvoirs.

L’aquitaine et les provinces minimes de france

4Les limites de la province sont floues. Les Minimes n’établissent pas de « frontières » bien définies, mais se contentent de regrouper dans une même entité un essaim de couvents relativement proches les uns des autres. Au niveau national, ils ne tiennent pas compte non plus de la carte des évêchés, comme le montre les deux provinces de Champagne et de Lorraine qui, du point de vue de la structure diocésaine, se recoupent : sur les cinq diocèses inclus dans la Lorraine quatre sont communs avec la province voisine. Le nombre de diocèses par province est très aléatoire et oscille entre 1 et 15 ; de même le nombre de couvents par évêché varie lui aussi fortement : la Provence et la Lorraine contiennent toutes deux 17 maisons mais la première s’étend sur 11 diocèses alors que la seconde sur 5 seulement. Autre province atypique, celle de Bourgogne Comté : elle regroupe 8 maisons qui appartiennent toutes au seul diocèse de Besançon.

  • 6 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, les Franciscains récollets de la province de L (...)
  • 7 Bernard Dompnier, Enquête au pays des frères des anges, les Capucins de la province de Lyon aux xv (...)

5Cette façon singulière de procéder au coup par coup, se retrouve dans d’autres ordres comme les Récollets de la province de Lyon qui n’hésitent pas à ériger une maison à Nyons (Dauphiné) pourtant géographiquement plus proche de leurs frères avignonnais6. Il n’y a pas ici de « frontières » pas plus que dans les provinces capucines7. Là encore, aucun plan d’ensemble ne préexiste aux installations, les deux premières fondations du royaume, Paris et Lyon, devenant des pôles à partir desquels s’organise une division spontanée du territoire (fig. 1).

  • 8 Tournay en 1769, Samatan en 1769, Agen en 1773, Carcassonne en 1777 et Plaignac en 1778.

6La province d’Aquitaine s’est constituée lentement, après la fondation de Toulouse en 1503, il faut attendre plus de trente ans pour voir apparaître le second couvent, celui de Samatan en 1534 puis 36 années supplémentaires pour la troisième fondation à Narbonne en 1570. Le mouvement s’accélère ensuite : Perpignan (1574), Caumont (ou Cazaux, 1591), Tournay (1592), Blaye (1607), Bordeaux (1608), Vic et Béziers (1609), Plaignac (1615), Aubeterre-sur-Dronne (1617), Carcassonne et Villemur-sur-Tarn (1629). On ne compte en revanche qu’une fondation après cette date, à Agen en 1658. Puis c’est le déclin au xviiie siècle : la commission des réguliers supprime cinq couvents sur quinze entre 1769 et 1778 puis c’est au tour de la Révolution française d’entraîner la fermeture définitive des maisons8.

Fig. 1 > Les couvents Minimes de la province d’Aquitaine sous l’Ancien Régime.

  • 9 Odile Krakovitch, « Le couvent des Minimes de la Place-Royale », Mémoires publiés par la Fédératio (...)
  • 10 Bernard Peyrous, La Réforme catholique à Bordeaux (1600-1719), Talence, Fédération historique du S (...)
  • 11 B. Dompnier, op. cit., p. 36.

7Le destin de la province se joue donc pour l’essentiel entre 1591 et 1629, avec dix fondations en trente ans, ce qui correspond aux rythmes de l’ordre, dont la principale phase d’expansion se situe au début du xviie siècle9. Cet élan trouve un écho dans la région : durant le premier tiers du xviie siècle, le diocèse de Bordeaux est le théâtre d’une réforme catholique qui se traduit surtout dans un premier temps par la fondation de nouveaux couvents10. Comme le souligne Bernard Dompnier, cette dynamique est commune à beaucoup de familles religieuses autour des années 1610-162011, qui non seulement se réforment en interne, mais deviennent aussi les principaux agents du catholicisme militant. Au début du xviie siècle, le renouveau catholique est d’abord et avant tout un phénomène conventuel, mené sous le regard vigilant des évêques.

  • 12 Marie Christine Charbonniaud de Riberolles, Les Ordres mendiants de la province ecclésiastique d’E (...)
  • 13 F. Meyer, op. cit., p. 47.
  • 14 AD Lot-et-Garonne, GG 190.

8Cependant l’expansion du réseau minime ne semble pas répondre à une stratégie aussi solidement établie que dans d’autres aires géographiques, telles que la province d’Embrun par exemple12. En Aquitaine, les fondations ne procèdent d’aucune logique, mais se font au gré des sollicitations, des dons et des legs. Ces implantations suivent cependant un axe qui s’étend de Bordeaux à Perpignan et Béziers, en passant par Toulouse. Les Minimes, à l’instar des Récollets de Lyon13, ont-ils décidé de multiplier les étapes entre les maisons pour faciliter les échanges internes à l’ordre ? Soulignons que les couvents sont en général assez proches les uns des autres, sauf dans l’espace médian entre la partie méridionale et septentrionale de la province, où Agen apparaît isolé et éloigné des autres maisons : Plaignac est à 142 km, Toulouse à 117 km et Cazaux la plus proche à 100 km. On comprend que pour justifier cette ultime fondation d’Agen en 1658, certains minimes aient invoqué l’éloignement entre les deux maisons de Bordeaux et Toulouse (250 km) et la nécessité de créer une « maison-étape » entre la partie nord et sud de la province14. La distance entre les couvents est donc un facteur primordial de cohésion, dont les religieux tiennent compte. En revanche, il est plus difficile d’expliquer la proximité entre certaines maisons : Cazaux et Samatan sont distantes de seulement 7 km ! Mais le projet de fondation à Canet-en-Roussillon, situé à 13 km de Perpignan, ne verra jamais le jour. Précisons enfin que d’autres espaces de la province d’Aquitaine, plus difficiles d’accès, échappent totalement à la présence des Minimes : les Landes et les Pyrénées.

  • 15 Valérie Malabirade., Les Minimes dans les provinces méridionales d’Aquitaine et de Provence sous l (...)

9En comparaison, les fondations de la province minime voisine de Provence sont à peine plus tardives15 : sur les dix-huit maisons qu’elle comporte, seules quatre sont créées au xvie siècle, tandis que onze sont fondées entre 1600 et 1635. Les fondations longent la côte méditerranéenne suivant un maillage plus serré qu’en Aquitaine. L’éloignement entre deux maisons n’excède pas les 100 km avec cependant des variations : Marignane et Marseille sont éloignés de 20 km, mais seulement 6 km séparent La Valette et Toulon.

Les Minimes dans le siècle : appuis et obstacles

10La décision d’une fondation et les conditions d’installation d’une communauté ne sont pas laissées au hasard et constituent même la garantie de sa pérennité. Les impératifs locaux, le prestige urbain et social, les besoins spirituels ou sociaux que les religieux peuvent satisfaire, sont autant de critères à prendre en compte. L’absence de ces facteurs rend en revanche difficile et même parfois impossible l’arrivée des religieux dans une ville, qui sont confrontés bien souvent à de nombreux obstacles.

  • 16 Valérie Malabirade, Les Minimes dans le diocèse de Bordeaux sous l’Ancien Régime, mémoire de maîtr (...)
  • 17 Jean Placide Dieuzaide, Histoire de Samatan, Auch, imprimerie centrale, 1923, p. 259-260.
  • 18 AD Charente, H 32.3 et H 32.6.

11Le moyen le plus simple pour favoriser une installation d’un couvent est de bénéficier de l’aide d’un généreux fondateur. L’exemple de Jean Paul d’Esparbès de Lussan, gouverneur de la ville de Blaye et marquis d’Aubeterre-sur-Dronne, et de sa famille, est le plus frappant. Le marquis et son fils, François d’Esparbès de Lussan, sont à l’origine de deux fondations minimes en Aquitaine en l’espace de dix ans : Blaye, fondée par le père en 1607 et Aubeterre-sur-Dronne par le fils en 161716. L’histoire de cette famille rencontre à plusieurs reprises celle des Minimes : en 1618, une métairie est donnée aux Minimes de Samatan17. En 1735, soit près de 100 ans après la première fondation minime de sa famille, le marquis d’Aubeterre propose de financer un religieux pour l’enseignement des enfants dans sa ville. Ce qui est chose faite en 178418. Au total six couvents de la province sont fondés grâce à l’influence de protecteurs locaux : outre ceux de Blaye et d’Aubeterre-sur-Dronne, on compte les maisons de Cazaux, de Samatan, de Plaignac et de Tournay.

  • 19 AD Haute-Garonne 129 H 36.
  • 20 AD Lot-et-Garonne, GG 190.

12Deux couvents sont de fondation royale. La maison de Toulouse, la première à voir le jour en Aquitaine en 1503, bénéficie du soutien du roi et du saint fondateur, quelques années avant sa mort19. Son ancienneté et cette double paternité lui confèrent une place très importante dans la province mais aussi en France. En 1514, le troisième chapitre général de l’ordre est ainsi organisé à Toulouse. Le couvent d’Agen est en revanche la dernière installation d’Aquitaine : c’est en mars 1645 que les consuls de la cité sont sollicités par les Minimes, ils bénéficient alors du soutien de Louis XIV et de la régente20. Malgré cet appui, l’acte de fondation du couvent n’est signé par les consuls qu’en 1658, soit treize ans plus tard ! On retrouve à travers ces deux maisons, l’intérêt que les rois de France portent pour l’ordre des Minimes depuis Louis XI, mais qui ne coïncide pas nécessairement avec celui des pouvoirs locaux.

  • 21 AD Haute-Garonne 129 H 21.
  • 22 P. Giuseppe Maria Roberti, Disegno storico dell’ordine de’minimi, dalla mortedel santo istitutore (...)

13Plusieurs types de motivations président à l’installation d’un couvent minime. La fondation peut venir combler un besoin spirituel particulier. C’est le cas pour la citadelle de Blaye qui accueille une importante garnison militaire à laquelle les Minimes de la ville sont particulièrement dévoués. Dans le projet d’installation de l’ordre à Montpellier, on met en avant la lutte contre les huguenots21. À Carcassonne, l’arrivée des religieux est attribuée à l’action de l’évêque qui stoppe une épidémie de peste après avoir fait le vœu de fonder un couvent en leur faveur22. La maison est construite en 1630. Les références à la peste et aux deux saints traditionnellement rattachés aux Minimes, saint François de Paule et saint Roch, sont récurrentes pour justifier les fondations de leurs maisons, particulièrement en Aquitaine où ce lien est clairement revendiqué pour un tiers d’entre elles. Dans la mémoire populaire, le saint calabrais reste celui que Louis XI avait appelé à son chevet pour le soigner. Au début du xviie siècle, la recrudescence des pandémies de peste contribue sans doute à accélérer la diffusion du réseau minime dans la province.

  • 23 Jean-François Soulet, Tradition et reformes religieuses dans les Pyrénées centrales au xviie siècl (...)
  • 24 Joël Fouilleron, « Mémoire religieuse ou religion de la mémoire ? Les Minimes de Béziers et leurs (...)
  • 25 AD Hérault, 31 H 1. J. Fouilleron, op. cit., p. 99.

14En dépit de ces diverses sollicitations, les Minimes ne sont pas toujours les bienvenus : les évêques observent parfois d’un mauvais œil ces religieux indépendants de leur pouvoir. Ils sont en outre concurrencés par les autres ordres et notamment les Mendiants qui voient en eux des rivaux avec lesquels il faudra partager les dons et les fondations. Les villes, de leurs côtés, craignent de devoir subvenir aux besoins de ces religieux qui gèrent en outre des biens mainmortables. À Tournay, malgré une fondation sans encombre, il faut plus de 20 ans pour achever la construction des bâtiments claustraux destinés à sept religieux23 ! À Béziers, les consuls acceptent la fondation minime à la seule condition que les religieux abandonnent toute aide financière des habitants24. L’évêque biterrois ne donnera son accord que trois ans plus tard. Et même après leur installation, l’opposition perdure : lorsqu’ils projettent de s’établir à l’intérieur des remparts suite aux deux épidémies de peste de 1629 et 1652 et aux inondations fréquentes de leur maison, ils se heurtent très rapidement à de nombreuses résistances locales25. Les Minimes se résignent finalement à ne pas quitter les faubourgs, en dépit d’une autorisation royale de janvier 1654 qui leur permettait de trouver un terrain dans la ville. Si donc le premier xviie siècle est celui de l’expansion du réseau minime, il se traduit également dans la province par trois échecs connus (Villemur-sur-Tarn, Montpellier et Canet-en-Roussillon) qui témoignent également des difficultés rencontrées.

Une organisation administrative et financière

  • 26 René Thuillier, Traduction nouvelle des règles du correctoire et du cérémonial de l’ordre des Mini (...)
  • 27 F. Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 16 et 97.

15L’organisation de la province est à l’image de celle du généralat. Le pouvoir est réparti entre le provincial élu pour trois ans, secondé par deux collègues, et le chapitre provincial qui se réunit tous les ans à la fin du mois de septembre, le 29 du mois en Aquitaine. Le provincial est élu par les correcteurs et les commis des couvents de la province, il est ensuite libre de tenir annuellement son chapitre, de disposer des frères oblats ou d’établir des règlements sur le culte divin. De plus, c’est lui qui distribue les correctoriats locaux, après leur élection dans chaque maison26. Le provincial a donc un pouvoir très important à la tête d’une province dotée d’une forte autonomie. Une situation qui n’a rien d’inhabituel : les Récollets, plus indépendants, bénéficient de statuts spécifiques pour chacune de leurs provinces27.

  • 28 AD Haute-Garonne 129 H 68-70.
  • 29 R. Thuillier, op. cit., p. 37 et 81-86.
  • 30 AD Haute-Garonne 129 H 53.

16Les provinciaux visitent régulièrement leurs couvents. C’est à cette occasion qu’ils exercent leur véritable pouvoir et vérifient le bon fonctionnement des maisons. À Toulouse, il est possible d’en suivre l’évolution entre 1734 à 1789 dans les registres des comptes signés régulièrement par le provincial28. En effet, selon la règle qui aborde peu la question des visites, les provinciaux ont pour mission de vérifier les cahiers des comptes des couvents de leur province au moins une fois par an29. Il leur est également recommandé de répartir les habits entre les religieux. La visite doit être la plus brève possible, pour ne pas troubler le bon fonctionnement du lieu ni le silence monacal. Ces prescriptions ont-elles été suivies d’effets ? Sur une période de cinquante-cinq ans, seules quatre années (1736-1742-1743 et 1761) n’ont pas connu de visites. À partir de 1741, les déplacements s’effectuent invariablement aux mois de juillet, août et parfois septembre. À Carcassonne, les visites sont faites avec régularité30 : tous les ans, entre 1758 et 1777, le provincial signe les registres des comptes du couvent. La visite oscille entre avril, mai, juin et juillet mais elle précède toujours celle qu’y est faite à Toulouse. Nous ne pouvons que déplorer l’absence de registres complémentaires pour attester de ces pratiques dans l’ensemble de la province.

  • 31 AD Haute-Garonne 129 H 19 et 129 H 67.
  • 32 AD Pyrénées-Orientales, HP 264.
  • 33 F. Meyer, op. cit., p. 112-113 et B. Dompnier, op. cit., p. 252-253.
  • 34 Pierre Chevalier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique, Paris, Vrin, 1959, t. II, p. 122.

17Durant l’Ancien Régime, c’est le couvent de Toulouse qui fait office de principal centre de formation noviciale31. Les quinze testaments de novices que nous avons retrouvés stipulent clairement que la plupart de ces nouveaux religieux (10 entre 1591 et 1680) sont formés à Toulouse et seulement deux à Cazaux (1640 et 1680). Le registre des vêtures et des professions du couvent de Toulouse dénombre 113 vêtures et 51 professions entre 1737 et 1784. Avec ces quelques renseignements le noviciat de Toulouse fonctionne assurément de 1591 à 1680 et de 1737 à 1784. Traditionnellement, il n’existe qu’un noviciat par province mais le couvent de Cazaux est cité dans les testaments et celui de Perpignan aurait lui aussi hébergé le noviciat pendant quelque temps : il existe un registre des vêtures et professions dans ce couvent avec seulement 4 vêtures entre 1737 et 1739 et 3 professions entre 1738 et 174132. Les Récollets et les Capucins de la province de Lyon ont une organisation similaire33 : la formation noviciale n’est pas toujours assurée au même endroit, ces changements étant décidés par les chapitres provinciaux. Le noviciat des Minimes d’Aquitaine a donc probablement migré à plusieurs reprises au cours de la période, ce que confirment les plaintes relevées lors de la Commission des réguliers en 1768, qui accusent les provinciaux d’installer le noviciat où bon leur semble et d’y recevoir à leur gré les religieux34.

  • 35 AD Haute-Garonne, 129 H 2.
  • 36 AD Haute-Garonne, 129 H 70.

18Cette province d’Aquitaine semble détenir une trésorerie indépendante. En effet, il subsiste, dans les archives du couvent toulousain, trois états des recettes et dépenses pour la province d’Aquitaine en 1722, 1723 et 172435. Les recettes et dépenses sont diverses mais équilibrées. En 1722 la province effectue le paiement d’un procureur, d’un factum d’affaire judiciaire et le port des lettres d’une partie des couvents. Les dépenses en 1723 sont semblables, augmentées par les frais de voyage du provincial. Seule originalité en 1724, l’achat de six exemplaires des règles de saint François de Paule : c’est la seule action d’ordre spirituel qui transparaît dans ces comptes. Plus généralement, les dépenses de la province sont liées à des affaires judiciaires (frais d’avocat, impression de factum, etc.) ou de communication, probablement entre les couvents eux-mêmes, avec les frais de port des lettres. La province soutient donc financièrement les couvents en cas de besoin. Un système de taxation aurait même été instauré pour la province entre 1768 et 1773, ce qui expliquerait « cette prétendue taxe pour le couvent d’Agen » de 40 lt (auxquelles s’ajoute 1 lt en 1769) que le couvent de Toulouse règle au provincial pour le couvent de Narbonne36.

  • 37 AD Haute-Garonne, 129 H 68 et 129 H 69. Cela est le cas de 1734 à 1738, en 1747, en 1756 et de 176 (...)
  • 38 AD Haute-Garonne, 129 H 8.

19La province contracte également des emprunts37. Au même titre que les couvents, elle verse trois rentes différentes à Toulouse pour un montant global de 195 lt par an. En juillet 1774, c’est le couvent de Toulouse qui emprunte 8 000 lt à la province pour compléter la somme de 12 000 lt que les religieux doivent rembourser à un créancier. Les frais de voyage des visites font eux aussi l’objet de financement : un contrat de constitution de rente de 1784 à Toulouse spécifie que les intérêts de ce contrat doivent être remis au provincial pour subvenir aux frais de voyage de la visite38. À chaque chapitre de la fin du mois de septembre, les couvents participent aux frais, les comptes de Toulouse l’attestent entre 1735 à 1783. La gestion financière de la province reste malgré tout obscure, et il est bien difficile à partir de ces trois états d’en tirer des généralités ou des caractéristiques communes.

20Notre entité aquitaine jouit donc d’une certaine autonomie et à l’échelle locale, les unités fonctionnent de manière relativement indépendante également. Les autorités supérieures de l’ordre semblent bien éloignées du quotidien des religieux.

LA VIE AU COUVENT

Les entrées

  • 39 AD Haute-Garonne 129 H 67.

21La déclaration du roi du 9 avril 1736, fixant la forme des actes de vêtures et de professions est une obligation observée minutieusement par les Minimes aquitains : ces registres, qui couvrent la période 1738-1783, constituent l’unique source pour comprendre les modalités d’entrée dans l’ordre39.

  • 40 AD Haute-Garonne, 129 H 69.

22La cérémonie de vêture, véritable passage de la vie laïque à la vie régulière est préparée avec soin par les postulants. Ceux-ci font systématiquement un séjour dans le couvent avant d’entrer au noviciat. Cette préparation est envisagée comme une première expérience de la vie conventuelle. Elle dure une dizaine de jours en moyenne. Si la règle reste silencieuse sur la possibilité de faire des dons et des legs à ce moment précis, le livre des recettes de Toulouse révèle qu’entre 1760 et 1771 des « pensions » ont bien été versées par quelques novices pour couvrir les frais40. L’inégalité des sommes est manifeste, de 50 lt à 125 lt, selon les individus. En dépit des nombreuses précautions prises pour évaluer la détermination du postulant, certains novices quittent l’habit, parfois même très rapidement : sur la centaine d’actes de vêtures répertoriés, douze abandons sont signalés en marge du registre. Deux sorties seulement sont explicitées par des raisons de santé.

23L’âge au moment de la vêture est en moyenne de 19 ans dans la province. Malgré la règle de l’ordre qui fixe un minimum de dix-sept ans à la vêture, 31 jeunes âgés de quatorze à seize ans entrent au noviciat, soit 30 % d’entre eux ! Ce sont les prescriptions du concile de Trente et non celles de la règle qui l’emportent ici : la vêture à 15 ans et les vœux à 16 ans. Seules quatre vêtures sont célébrées à l’âge de 14 ans, soit 4 %. La majorité d’entre eux attendent la quinzième année. Les religieux prennent l’habit relativement tôt, 61 % entre 16 et 20 ans et 75 % entre 14 et 20 ans. Les vocations tardives existent mais se font rares, 9 % après 26 ans et 4 % après 31 ans. Pour expliquer le déclin et la crise des vocations qui s’amorcent à partir de la fin des années 1760, les ordres religieux invoquent généralement l’augmentation de l’âge minimum des vœux monastiques de 16 à 21 ans en 1768. Qu’en est-il chez les Minimes ? Avant 1768, seuls deux novices effectuent leur profession à l’âge de 16 ans ; la moyenne d’âge à l’entrée est alors d’environ 20 ans. Mais après 1768, on constate en effet que l’âge moyen est supérieur à 27 ans et augmente donc fortement.

24Le recrutement est majoritairement local et toulousain : il s’effectue à 57 % dans le diocèse de Toulouse et à 77 % dans un diocèse où un couvent de l’ordre est implanté. Seuls deux novices n’appartiennent pas à l’Aquitaine : le premier est natif du « bas Poitou » et le second du diocèse de Fréjus. L’origine géographique des religieux confirme l’enracinement local de l’ordre, et a contrario l’absence de rayonnement en dehors des « frontières » provinciales.

Les effectifs conventuels

25Le manque d’informations sur les effectifs conventuels et la méconnaissance totale d’une partie des maisons interdit d’appréhender la population de la province dans sa globalité. Le seul document à notre disposition est le décompte effectué par la Commission des réguliers en 1768. Il est le seul à mentionner les effectifs de petits couvents comme Plaignac, Vic, Samatan, Perpignan, Cazaux et Narbonne. Son intérêt est donc indéniable même s’il ne permet pas de mesurer l’évolution des effectifs de la province (cf. tableau ci-contre).

  • 41 Léon Lecestre, Abbayes, prieurés et couvents d’hommes en France, liste générale d’après la commiss (...)
  • 42 ANF, 4 AP 97.

26Avec sept religieux par couvent, la province d’Aquitaine suit précisément la moyenne nationale de l’ordre. Cela la place en deuxième position juste derrière la Bourgogne Comté, à égalité avec la Bourgogne Duché. Cependant au sein d’une même province, les disparités sont importantes. La France minime est ainsi constituée d’une grande majorité de « petites » maisons : 56 % d’entre elles comptabilisent entre un et cinq frères ; 34 % contiennent de six à dix religieux par maison, et seulement 10 % se trouvent au-dessus de cette limite. En Aquitaine, seules les communautés de Toulouse et de Bordeaux entrent dans cette dernière catégorie. Les couvents de taille « intermédiaire » sont inexistants et 87 % des maisons ne concentrent pas plus de huit frères. Replacé dans le contexte diocésain, les Minimes d’Aquitaine ne sont cependant pas toujours les plus à plaindre. Dans le diocèse de Périgueux par exemple où le tissu conventuel est composé pour plus des ⅔ de petites voire de très petites maisons (moins de 5 religieux), les couvents d’Aubeterre et de Plaignac, avec leurs six religieux, se situent dans la tranche supérieure41, une situation qui se retrouve dans l’évêché de Perpignan, où les Minimes arrivent eux aussi à tirer leur épingle du jeu42. Mais à Bordeaux même, où les maisons sont plus densément peuplées qu’ailleurs, celle de notre ordre fait partie des plus petites communautés et n’arrive qu’en 7e position sur 9 (fig. 2).

  • 43 ANF, 4 AP 97.

Effectifs des couvents par province minime dans la France de 176843

Fig. 2 > Nombre de Minimes par couvent dans la province d’Aquitaine en 1768.

  • 44 Bernard Dompnier, « Les Capucins en France dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, le pay (...)
  • 45 Hugues Dedieu, « Le recrutement des novices franciscains d’Aquitaine (Cordeliers et Récollets) au (...)
  • 46 Frédéric Meyer, « Les débuts de la province saint François de Lyon des Récollets au xviie siècle » (...)

27Les trois dernières décennies du xviiie siècle sont généralement assimilées à une baisse du recrutement monastique : en 1760, les Capucins français, précédés par un vieillissement de leur population, perdent 19 % de leurs effectifs44. Sont également concernés les Cordeliers et Récollets aquitains45, les Récollets comme les Capucins lyonnais46. Quant aux Minimes d’Aquitaine, ils sont inégalement touchés par cette diminution : sur les trois couvents pour lesquels nous disposons d’une solide documentation, deux connaissent même une augmentation. Il faut se méfier de toute interprétation hasardeuse : cela ne reflète probablement pas un nouvel engouement pour l’ordre. Il faut plutôt y voir un effet de la Commission des réguliers qui en fermant certains sites a provoqué un repli des communautés sur un nombre restreint de maisons. Mais il est vrai aussi qu’on ne constate pas, pour nos Minimes aquitains, de baisse des effectifs à la fin du xviiie siècle : nous sommes donc de ce point de vue dans une situation assez exceptionnel de statu quo et non pas de déclin, comme cela est souvent le cas.

Le patrimoine des religieux

  • 47 AD Aude, 3 J 584.

28La constitution d’un patrimoine est très aléatoire et est soumise à la fréquence et la variété des dons. Elle n’en reste pas moins décisive pour la survie des communautés. À Bordeaux, les Minimes sont d’importants propriétaires immobiliers, avec une moyenne annuelle de 14,5 maisons au xviiie siècle, un chiffre élevé que seul deux instituts de la cité portuaire dépassent. Avec une quinzaine de biens immobiliers, le couvent toulousain se situe dans le même ordre de grandeur. La superficie des possessions agricoles est également très variable. Toulouse est richement doté avec un ensemble de 100 à 200 hectares selon les années. Les autres communautés arrivent très loin derrière et certaines d’entre elles sont même totalement dépourvues de terres. Les religieux de Narbonne ne possèdent qu’un champ47 ; ceux de Carcassonne se contentent d’affermer leur jardin. La taille du couvent n’est pas un facteur suffisant pour expliquer ces disparités. Ainsi le plus important d’entre eux, celui de Bordeaux n’est guère impliqué dans le monde agricole et, de manière étonnante, est absent de la viticulture, l’un des marchés les plus florissants de l’époque. Les Minimes de Toulouse en revanche participent indirectement aux innovations techniques et économiques de leur région à travers leur gestion du moulin du Bazacle.

  • 48 Raymond Darricau, « Le couvent des Minimes », dans La Citadelle de Blaye, Bordeaux, Les cahiers du (...)

29Si les communautés minimes ne sont pas initialement logées à la même enseigne, elles ne gèrent pas non plus leur patrimoine de la même façon. Nous n’avons retrouvé dans ce domaine aucune norme, aucune directive, aucun conseil émanant des instances provinciales ou nationales. Chaque entité est libre de gérer comme bon lui semble son patrimoine. À Bordeaux, les possessions immobilières se situent dans la ville et plus précisément dans la paroisse du couvent. Les religieux ont donc réussi à optimiser leurs investissements, pour en faciliter la gestion et surveiller de près leurs locataires. C’est très différent chez les Minimes toulousains qui possèdent une maison à Rieux, à une cinquantaine de kilomètres de la cité. Pour l’essentiel, leurs possessions intra muros ne sont pas concentrées dans une même paroisse, ni autour du couvent. Seul 20 à 40 % de leurs biens se trouvent à proximité de leur enclos aux xviie et xviiie siècles. La seule initiative que prennent les Toulousains en la matière est de faire construire trois logements près de l’entrée du couvent entre 1670 et 1680. Ils montrent en revanche une plus grande détermination dans le domaine agricole : les échanges de terres qu’ils effectuent pour constituer des ensembles fonciers plus homogènes en témoignent. Une telle attitude est d’ailleurs originale par rapport aux autres couvents de la province. Les Minimes de Blaye par exemple, qui ne sont pourtant pas dépourvus de patrimoine foncier, n’achètent qu’un pré en 1657 et un petit vignoble en 1670 dans le Blayais48.

30On constate plus généralement un appauvrissement de la plupart des communautés au siècle des Lumières. Au début du xviiie siècle, le couvent de Bordeaux met en location environ 17 maisons. En 1760, les revenus tirés des loyers restent stables. En revanche, à la fin de l’Ancien Régime, le nombre de locations a largement baissé, soit parce que les religieux ont été contraints de vendre certains de leurs biens, soit à cause de leur mauvais état. Il en va souvent de même pour les possessions agricoles qui diminuent sur la même période à Toulouse, et dans certains petits couvents comme Tournay et Samatan. En revanche, les communautés de Blaye et de Bordeaux conservent le même patrimoine foncier tout au long de leur histoire. À l’intérieur des couvents, les signes de richesse sont rares et le mobilier est rudimentaire. Les biens immobiliers sont à l’image des bâtiments de l’ordre, simples et parfois de peu de valeur. Les vastes domaines, au coût élevé, telle la propriété de Fontanieu à Bordeaux, ne sont pas entretenus et restent finalement dans un piteux état.

LA VIE INTELLECTUELLE ET SCIENTIFIQUE EN AQUITAINE

31Les progrès que connaissent les sciences au xviie siècle sont exceptionnels, les certitudes antérieures deviennent obsolètes et périmées. De nouvelles approches du monde se développent. Descartes, Spinoza ou encore Newton, pour ne citer que les plus célèbres, modifient profondément les savoirs scientifiques et posent de nombreuses questions sur lesquelles l’Église doit apporter des réponses, ou du moins, tenter de se positionner. Le monde des religieux n’est pas épargné par ces transformations et se trouvent même parfois en première ligne.

D’un ordre érémitique à un ordre scientifique ?

  • 49 B. Dompnier, Enquête, op. cit., p. 121.
  • 50 Antonella Romano et Pascal Dubourg Glatigny, « La Trinité des Monts dans la « République romaine d (...)
  • 51 R. Thuillier, op. cit., p. 61 du correctoire.
  • 52 J.-M. Le Gall, Les Moines au temps des réformes, op. cit.

32Les ordres, et notamment les mendiants, partagent un même sentiment de méfiance à l’égard des études susceptibles d’éloigner leurs religieux de la dévotion et du respect des constitutions monastiques. Mais l’apostolat et la prédication nécessitent un minimum de connaissances, tant théologiques que philosophiques. C’est ce qui a incité certaines familles tels les Génovéfains ou les Capucins à accepter le travail intellectuel49. Antonella Romano a en revanche montré le peu d’intérêt des textes minimes pour l’organisation scolaire interne50. La règle de saint François de Paule ignore les études, la formation des prêtres, ou celle des maîtres des novices, pourtant fondamentales51. La seule obtention du grade de docteur est ainsi interdite. Cela reflète la personnalité de l’ermite calabrais qui refuse de recevoir le sacerdoce et préfère rester simple frère lai. À une époque de profonde réforme monastique, le saint a créé un mouvement en opposition aux ordres religieux traditionnels qui sont souvent vus comme de simples « déformés »52. La règle des Minimes suscite ainsi la vocation d’ascètes plutôt que d’hommes de savoir ou d’étude. Elle est la probable conséquence d’un anti-intellectualisme ambiant qui règne dans certains ordres rigoriste de la Renaissance.

  • 53 Robert Fiot, « Saint François de Paule et la Réforme des réguliers », RHEF, t. 65, 1979, p. 65-66.
  • 54 Fourier Bonnard, Histoire du couvent royal de la Trinité du mont Pincio à Rome, Rome, Picard, 1933 (...)

33Cependant la position du « bonhomme » n’est pas restée figée sur cette question des études. Il a su envisager un minimum d’éducation pour instruire le peuple et atteindre la perfection spirituelle. Il se félicite de compter dans ses rangs des hommes savants et va même jusqu’à aménager une bibliothèque dans la maison de Jésus-Maria53. Enfin, assez rapidement, il renonce à son idée première d’une vie anachorétique et doit tenir compte de ses disciples, de plus en plus nombreux. C’est la première étape d’une adaptation à la société environnante. À la suite du 29e chapitre général de l’ordre tenu à Gênes en 1596, le pape Clément VIII promulgue des articles traitant de la formation interne et instaure des examens pour les frères qui veulent devenir prêtre ou correcteur. Il faut y voir la validation institutionnelle d’une mutation interne. Sous l’influence de Mersenne, la nécessité des études n’est plus remise en cause, mais dans une ultime volonté de respecter la règle, aucun religieux n’occupera en France de poste à l’université. En 1623, une certaine institutionnalisation des études voit le jour en Italie54 avec l’établissement à Rome d’une sorte de « collège national » dans le couvent français de la Trinité-des-Monts où les jeunes régnicoles sont envoyés pour suivre un programme de six années.

  • 55 A. Romano et P. Dubourg Glatigny, art. cit., p. 19.

34Si, dans l’univers des religieux lettrés de l’époque, les Minimes français et italiens sont bien représentés, le vif intérêt pour la science reste cependant une affaire personnelle. Les textes ne cessent de réaffirmer les valeurs primitives d’humilité et de pauvreté, sans tenir compte du développement d’un goût prononcé pour les études. Seul le religieux minime Nicolas Lesguillier écrit sur cette question. En 1639, il publie une Ratio Studiorum qui, contrairement à la référence jésuite du titre, ne constitue pas une réglementation des études mais plutôt un plaidoyer en faveur de celles-ci55. Cette prise de position isolée est un signe supplémentaire des réticences tenaces de l’institution à l’égard d’un développement d’une formation intellectuelle plus systématique et aboutie.

La révolution scientifique et les minimes d’aquitaine

35Il est difficile d’évaluer la vie intellectuelle de la province d’Aquitaine, sachant que les indicateurs éventuels d’une telle activité n’ont en général guère laissé de traces dans les sources. C’est à travers l’analyse de quelques figures marquantes (mais y en avait-il d’autres ?) que l’on peut tenter de l’approcher.

  • 56 Parmi les différentes notices le concernant voir Laurent Henri Vignaud, « Le père Charles Plumier (...)
  • 57 Bibliographie du père Plumier : De nombreuses réponses du père Plumier ont été publiées dans le Jo (...)
  • 58 Denis Diderot et d’Alembert, L’encyclopédie, t. 31 : L’art du tourneur, recueil des planches sur l (...)

36Dans notre province quelques religieux se détachent, tel le botaniste Charles Plumier (1646-1704)56. Celui-ci n’appartient pas à proprement parler à l’Aquitaine, mais à sa sortie du noviciat, il effectue une partie de sa formation scientifique dans le couvent de Toulouse, sous la conduite d’Emmanuel Maignan. Son premier ouvrage, Description des plantes de l’Amérique est publié en 1693 avec des dessins d’une exceptionnelle qualité (la quasi-totalité des plantes qu’on y trouve sont jusqu’alors inconnues). La botanique représente la majeure partie de l’œuvre du Minime mais pas la totalité57. Il s’illustre dans des domaines aussi variés que la gravure, le journalisme, l’ébénisterie, la menuiserie ou l’art de tourner. En 1701, il publie, à Lyon, L’art de tourner ou de faire en perfection toutes sortes d’ouvrages au tour, où Plumier, en précurseur des Encyclopédistes, s’attache à expliquer le fonctionnement des objets. L’article de l’Encyclopédie intitulé « Tour, Tourner, Tourneur », contient un très grand nombre d’illustrations, largement inspirées de ses travaux58. L’une de ses planches y est même intégralement reproduite.

  • 59 Voir notamment : O. Krakovitch, « La vie intellectuelle... », art. cit., p. 163-186. Pierre Bayle, (...)
  • 60 Bibliographie du père Maignan : Perspectiva horaria, sive de Horographia gnomonica, tum theoretica (...)

37Les contributions scientifiques d’Emmanuel Maignan (1601-1676)59, le « religieux scientifique » le plus célèbre de notre province, sont très nombreuses60. L’un de ses premiers ouvrages, Perspectiva horaria sive de holographia gnomonica, tum theorotica, tum practica, publié en 1648, à Rome, est une étude en quatre volumes abordant respectivement l’heure, l’optique, la catoptrique et la dioptrique. Les illustrations de Maignan sont là encore d’une extrême qualité graphique : elles reflètent la volonté du religieux d’apporter des explications techniques claires à l’aide de représentations iconographiques, considérées comme plus significatives et « parlantes » que n’importe quelle explication écrite.

  • 61 Cette explication est donnée par Pascal Julien, « Anamorphoses et visions miraculeuses du père Mai (...)
  • 62 Elisabeth Dandine, « Une dissertation théologique oubliée : De l’usage licite de l’argent. Emmanue (...)
  • 63 P. Julien, art. cit. p. 45-71. Jean-Louis Gaillemin, « L’anamorphose du père Maignan », Connaissan (...)
  • 64 Paul gagnaire, Le cadran du père Maignan à la trinité des monts, 2002, site internet de l’ENS Lyon (...)
  • 65 A. Romano et P. Dubourg Glatigny, op. cit., p. 33.

38Grâce à ce premier succès, il publie à Toulouse en 1652 la première édition du Cursus philosophicus. La théologie, qu’il ne détache pas de ses travaux scientifiques, fait partie de ses recherches : en 1662 il publie une Philosophia sacra qui se révèle très polémique. Il répond aux critiques de certains théologiens sur son Cursus philosophicus. Il s’agit pour lui d’expliquer les dogmes fondamentaux de l’Église, notamment celui de la transsubstantiation, à partir de l’expérimentation scientifique61. La Dissertatio theologica de usu licito pecuniae, parue en 1673, lui permet de démontrer que l’argent a une valeur productive et qu’il est possible de percevoir légitimement des revenus sans se rendre coupable d’usure62. Le 4 décembre 1674, l’ouvrage est mis à l’index. La mise en pratique des théories de Maignan fait intégralement partie de son raisonnement et de son approche expérimentale des sciences. Deux de ses principales réalisations ont été récemment restaurées et redécouvertes dans le couvent de la Trinité-des-Monts : la spectaculaire anamorphose de 18 mètres achevée en 164263 et le monumental cadran solaire64. Malgré son relatif oubli, le rôle scientifique de Maignan est primordial. Avec Gasparo Berti, Raffaello Magiotti et Athanasius Kircher, il participe à Rome aux premières expériences sur le vide qui vont susciter l’émotion et entretenir un vaste débat européen65.

  • 66 Louis Moréri, Le Grand Dictionnaire historique, Paris, Chez les libraires associés, 1759, p. 67.

39Un « modèle » minime fondé sur une interprétation théologico-scientifique du monde, semble ainsi émerger des travaux de certains religieux tels Maignan et Mersenne, mais aussi Louis Feuillé, Charles Plumier et Jean-François Niceron. Ils partagent tous le même souci de transmettre le résultat de leurs expérimentations, à grand renfort de dessins et d’illustrations, précédant en cela les Encyclopédistes. De même, ils écrivent en français alors que le latin est encore très largement utilisé dans le monde scientifique : Mersenne tend vers une vulgarisation des sciences alors que Feuillé ou Plumier donnent le récit détaillé de leurs voyages, mêlant sciences et observation du quotidien. Il faut souligner ici l’appui royal dont ils bénéficient : les pères Feuillé et Plumier sont respectivement « botaniste du roi » et « mathématicien du roi », ce qui leur donne droit au versement d’une pension annuelle. Le roi fait de plus construire un observatoire pour Louis Feuillé à Marseille et les publications de Plumier sont financées par le pouvoir. En ajoutant la visite royale de Louis XIV à Maignan à Toulouse en 1660, il est clair que le pouvoir royal suit avec intérêt ces scientifiques connus dans tout le royaume et à l’étranger66.

40Au xviie siècle, l’activité scientifique des Minimes est cependant concentrée à Paris et à Rome. En dehors de ces deux foyers, la vie intellectuelle reste plus anecdotique, surtout en Aquitaine. Ainsi, les quelques « religieux scientifiques » de la province ont pour l’essentiel développé leurs premiers travaux et leurs réseaux pendant leurs séjours à Rome. De retour dans leur couvent d’origine, ils ne font plus qu’entretenir des relations sociales ou poursuivre des travaux déjà bien engagés. Rome reste le passage obligé pour tous ceux qui sont versés dans la science.

41Dans ce domaine, la « capitale » pontificale semble s’affirmer comme le point de convergence et de définition d’un modèle propre à l’ordre. En revanche, le xviiie siècle est un siècle de reflux : seuls les frères français Le Seur et Jacquier s’illustrent dans le couvent romain. La situation en Aquitaine confirme cette désaffection, puisqu’au siècle des Lumières, plus aucun religieux ne semble s’intéresser de près ou de loin aux sciences, à moins qu’il ne le fasse dans le secret et l’intimité de sa cellule.

La diversité quantitative des bibliothèques minimes

  • 67 Sources : BM Bordeaux, ms. 844 (bilbiothèque des Minimes de Bordeaux) ; ANF, F17/1172 (Minimes de (...)

42Le développement des travaux intellectuels s’effectue parallèlement à celui des bibliothèques. Sur la quinzaine de couvents de la province seuls six inventaires ont été conservés67. On notera à nouveau une très grande variété de situation.

  • 68 ANF, pour l’ensemble des relevés en France F17/1168 à F17/1179B.
  • 69 AD Gers, H74. Inventaire du couvent à la fermeture en 1769.
  • 70 AD Aude, B82. Inventaire du couvent à la fermeture en 1777.
  • 71 AD Aude, 3 J584. Inventaire du couvent à la fermeture en 1790.

Note 68
Note 69
Note 70
Note 71
Nombre de titres et de volumes dans les bibliothèques minimes de la province d’Aquitaine à partir des décomptes révolutionnaires (1790-1791)

  • 72 O. Krakovitch, « La vie intellectuelle... », art. cit., p. 61.

43Les informations aujoud’hui disponibles pour la bibliothèque de Toulouse sont particulièrement révélatrices des incohérences archivistiques de la période révolutionnaire. Ainsi dans l’introduction de l’inventaire du 6 mai 1790, une première description sommaire de la bibliothèque évalue à 13 500 le nombre de volumes, ce qui est en totale contradiction avec le relevé lui-même qui n’en répertorie que 7 400. Si l’on prend la peine d’ouvrir l’inventaire de cette bibliothèque datée du 6 mai 1790 (il s’agit donc très certainement de celui qui a servi au précédent décompte), nous sommes bien en deça de ces chiffres et ne comptabilisons que 2 908 titres et 3 684 volumes. La situation est identique pour le couvent parisien de la place Royale où l’estimation oscille entre 20 000 et 25 000 ouvrages, selon les sources72.

  • 73 Voir dans ce présent volume la communication de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « La bibliothèque (...)
  • 74 L’étude qualitative des fonds de ces bibliothèques ne constituant pas l’objet principal de notre a (...)

44Les quelques exemples dont nous disposons montrent que les maisons décident seules de leur politique d’achat et de la constitution de leurs fonds, même si on retrouve bien souvent une commune ambition de limiter le volume des collections. Les capacités financières de chaque entité sont déterminantes : un couvent tel que celui de Samatan n’est pas en mesure, si tant est qu’il en est vraiment éprouvé le besoin, d’entretenir un fonds, ni même d’avoir une bibliothèque digne de ce nom. En revanche, les Minimes de Marseille ne sont pas soumis aux mêmes impératifs et réussissent à créer, à l’image de la place Royale à Paris, un véritable pôle intellectuel autour de leur bibliothèque73. Dans la province d’Aquitaine, le couvent de Toulouse suit, dans une moindre mesure, ce « modèle » alors que celui de Bordeaux, qui cumule pourtant un certain nombre de conditions favorables pour constituer une riche collection, choisit de rester dans une petite moyenne. Les autres bibliothèques de la province sont largement plus réduites et destinées, semble-t-il, à un usage restreint. Seul le couvent de Toulouse qui est aussi, rappelons-le, le principal centre novicial de l’ordre dans le Sud-Ouest, sort son épingle du jeu. Ce n’est pas un hasard s’il abrite les hommes de sciences de la province dont la seule présence a aussi sans doute contribué en retour à augmenter les fonds74.

45Le xviiie siècle n’est certainement pas un siècle propice aux réguliers : le sentiment anticlérical se renforce, les dons et fondations se font plus rares ainsi que les vocations. Bien avant la Révolution française la Commission des réguliers entérine déjà un premier déclin du monde monastique plus qu’elle ne le favorise ou ne l’anticipe. Comme la plupart des ordres religieux de l’époque, l’institut fondé par François de Paule en fait lui aussi en partie les frais. Ce que l’on retient souvent des religieux de cette époque, c’est de manière caricaturale, leur incapacité à s’adapter aux transformations socioculturelles de leur temps et leur hostilité au changement. Les religieux rencontrés dans cette étude et leur vie à l’échelle provinciale prouvent le contraire. Leur idéal primitif s’estompe progressivement, et avec lui la figure de l’ermite mangeant dans une grotte des racines et des fèves crues. Mais au xviiie siècle, ces religieux ont en revanche beaucoup plus de mal à gérer un mouvement culturel qui les dépasse et leur est en grande partie hostile : la philosophie des Lumières qui prône la rationalité, l’efficacité et la liberté, et qui à certains égards, méprise la vie contemplative, du moins celle dont les Minimes se font encore les chantres.

Notes

1 Cet article n’est que la première étape d’un travail de thèse entrepris à l’université de Bordeaux 3, sous la direction du Professeur François Cadilhon : Les Minimes et la province méridionale d’Aquitaine sous l’Ancien Régime.

2 Jean-Marie Le Gall, Les Moines au temps des réformes : France, 1480-1560, Seyssel, Champ Vallon, 2001.

3 Giuseppe Fiorini Morosini, Il carisma penitenziale di S. Francesco di Paola e dell’ordine dei Minimi, storia e spiritualità, Rome, Curia generalizia dell’ordine dei Minimi, 2000, p. 41 et 50.

4 Gennaro Moretti, « Minimi », Enciclopedia cattolica, Rome, Citta del vaticano, 1952, p. 1036.

5 Pierre Hélyot, Dictionnaire des ordres religieux, ou histoire des ordres monastiques, religieux et militaires et des congrégations séculières de l’un et l’autre sexe, Paris, Migne, 1847-1863, col. 992. Même information dans Odile Krakovitch, « Le couvent minime de Passy », Paris et Ile de France, mémoires, t. 40, 1989, p. 37. Contrairement à Patrick James Stigent Whitmore, The Order of Minims in Seventeenth-Century France, La Haye, Martinus Nijhoof, 1967, p. 5, qui date la création de l’Aquitaine à cette même période. Il se base peut être sur l’article de Moretti qui compte six provinces à la mort du fondateur, la sixième étant la Gascogne (l’Aquitaine). Il n’est donc guère possible de dater avec précision la création de cette province Aquitaine.

6 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, les Franciscains récollets de la province de Lyon aux xviie et xviiie siècles, Saint-Étienne, CERCOR, 1997, p. 42-43.

7 Bernard Dompnier, Enquête au pays des frères des anges, les Capucins de la province de Lyon aux xviie et xviiie siècles, Saint-Étienne, CERCOR, 1993, p. 32-40.

8 Tournay en 1769, Samatan en 1769, Agen en 1773, Carcassonne en 1777 et Plaignac en 1778.

9 Odile Krakovitch, « Le couvent des Minimes de la Place-Royale », Mémoires publiés par la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de France, 1979, t. 30, p. 102.

10 Bernard Peyrous, La Réforme catholique à Bordeaux (1600-1719), Talence, Fédération historique du Sud-Ouest, 1995, t. 1, p. 308-309.

11 B. Dompnier, op. cit., p. 36.

12 Marie Christine Charbonniaud de Riberolles, Les Ordres mendiants de la province ecclésiastique d’Embrun aux xviie et xviiie siècles, thèse de 3e cycle, Nice, 1990, p. 47.

13 F. Meyer, op. cit., p. 47.

14 AD Lot-et-Garonne, GG 190.

15 Valérie Malabirade., Les Minimes dans les provinces méridionales d’Aquitaine et de Provence sous l’Ancien Régime, DEA, université de Bordeaux 3, 2005.

16 Valérie Malabirade, Les Minimes dans le diocèse de Bordeaux sous l’Ancien Régime, mémoire de maîtrise sous la direction du professeur F. Cadilhon, université de Bordeaux 3, 2004, p. 14-15. AD Charente, H 32.3.

17 Jean Placide Dieuzaide, Histoire de Samatan, Auch, imprimerie centrale, 1923, p. 259-260.

18 AD Charente, H 32.3 et H 32.6.

19 AD Haute-Garonne 129 H 36.

20 AD Lot-et-Garonne, GG 190.

21 AD Haute-Garonne 129 H 21.

22 P. Giuseppe Maria Roberti, Disegno storico dell’ordine de’minimi, dalla mortedel santo istitutore fino ai nostri tempi (1507-1902), Rome, società tipografico, t. 2 (1600 à 1700), 1902, p. 150.

23 Jean-François Soulet, Tradition et reformes religieuses dans les Pyrénées centrales au xviie siècle, Pau, Marrimpouey jeune, 1974, p. 205.

24 Joël Fouilleron, « Mémoire religieuse ou religion de la mémoire ? Les Minimes de Béziers et leurs livres, (1609-1790) », Liame, bulletin du centre d’histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, 1999, n° 3, p. 92-99.

25 AD Hérault, 31 H 1. J. Fouilleron, op. cit., p. 99.

26 René Thuillier, Traduction nouvelle des règles du correctoire et du cérémonial de l’ordre des Minimes de saint François de Paule, Paris, Pierre Giffard, 1703, p. 79-80.

27 F. Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 16 et 97.

28 AD Haute-Garonne 129 H 68-70.

29 R. Thuillier, op. cit., p. 37 et 81-86.

30 AD Haute-Garonne 129 H 53.

31 AD Haute-Garonne 129 H 19 et 129 H 67.

32 AD Pyrénées-Orientales, HP 264.

33 F. Meyer, op. cit., p. 112-113 et B. Dompnier, op. cit., p. 252-253.

34 Pierre Chevalier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique, Paris, Vrin, 1959, t. II, p. 122.

35 AD Haute-Garonne, 129 H 2.

36 AD Haute-Garonne, 129 H 70.

37 AD Haute-Garonne, 129 H 68 et 129 H 69. Cela est le cas de 1734 à 1738, en 1747, en 1756 et de 1760 à 1773.

38 AD Haute-Garonne, 129 H 8.

39 AD Haute-Garonne 129 H 67.

40 AD Haute-Garonne, 129 H 69.

41 Léon Lecestre, Abbayes, prieurés et couvents d’hommes en France, liste générale d’après la commission des réguliers en 1768, Paris, Picard, 1902, p. 60-65.

42 ANF, 4 AP 97.

43 ANF, 4 AP 97.

44 Bernard Dompnier, « Les Capucins en France dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, le paysage contrasté d’une crise de recrutement », dans Religieux et Religieuses pendant la Révolution (1770-1820), t. I : Décadence ou ferveur ? Actes du colloque de la Faculté de théologie de l’Université catholique de Lyon, 15-17 septembre 1992, Yves Krumenacker (dir.), Lyon, Profac, 1995, p. 239-268.

45 Hugues Dedieu, « Le recrutement des novices franciscains d’Aquitaine (Cordeliers et Récollets) au xviiie siècle », Annales du Midi, t. 100, no 181, 1988, p. 36-62. La population des Récollets diminue de 38 % entre 1766 et 1790.

46 Frédéric Meyer, « Les débuts de la province saint François de Lyon des Récollets au xviie siècle », Revue Mabillon, t. 65, 1993, p. 266-290. Entre 1766 et 1790, les effectifs diminuent de 58 %. B. Dompnier, Enquête, op. cit., p. 187 et 268.

47 AD Aude, 3 J 584.

48 Raymond Darricau, « Le couvent des Minimes », dans La Citadelle de Blaye, Bordeaux, Les cahiers du Vitrezais, 1978, p. 64.

49 B. Dompnier, Enquête, op. cit., p. 121.

50 Antonella Romano et Pascal Dubourg Glatigny, « La Trinité des Monts dans la « République romaine des sciences et des arts » », Mélanges de l’école française de Rome, Italie et méditerranée, 2005, t. 117, p. 18-25.

51 R. Thuillier, op. cit., p. 61 du correctoire.

52 J.-M. Le Gall, Les Moines au temps des réformes, op. cit.

53 Robert Fiot, « Saint François de Paule et la Réforme des réguliers », RHEF, t. 65, 1979, p. 65-66.

54 Fourier Bonnard, Histoire du couvent royal de la Trinité du mont Pincio à Rome, Rome, Picard, 1933, p. 172-179.

55 A. Romano et P. Dubourg Glatigny, art. cit., p. 19.

56 Parmi les différentes notices le concernant voir Laurent Henri Vignaud, « Le père Charles Plumier un Minime botaniste à la Trinité-des-Monts », dans La Trinité-des-Monts redécouverte. Arts, foi et culture, exposition, Rome, Couvent de la Trinité-des-Monts, 12 juin 2002-8 septembre 2002, Yves Bruley (dir.), Rome, 2002, p. 142147 ; Laurent Henri Vignaud, « Des mathématiques à la botanique, la conversion scientifique du père Charles Plumier durant son séjour à Rome (1676-1681) », Mélanges de l’école française de Rome, Italie et méditerranée, 2005, t. 117, p. 131-157 et Odile Krakovitch, « La vie intellectuelle dans les trois couvents Minimes de la Place-Royale, de Nigeon et de Vincennes. Les auteurs, les études et les bibliothèques », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 109e année, 1982, p. 32-35.

57 Bibliographie du père Plumier : De nombreuses réponses du père Plumier ont été publiées dans le Journal des scavans et les Mémoires de Trévoux ; Plantes de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec des plans et des figures de sauvages de ces pays, Paris, 1688 ; Description des plantes de l’Amérique, avec leurs figures, Paris, imprimerie royale, 1693 ; Le Tour Libéral, Paris, 1698 ; L’Art de tourner ou de faire en perfection toutes sortes d’ouvrages au tour, Lyon, J. Certe, 1701 ; Filicetum americanum [...], Paris, Typ. Regia, 1703 ; Nova plantarum americanarum genera, Paris, J. Boudot, 1703 ; Traité des fougères de l’Amérique, Paris, imprimerie royale, 1705 ; Plantarum americanarum fasciculus primus, Amsterdam, Apud viduam et filium Schouten, 1755-1760.

58 Denis Diderot et d’Alembert, L’encyclopédie, t. 31 : L’art du tourneur, recueil des planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques avec leurs explications, Paris, inter-livres, 1751-1780, particulièrement la planche LXII, « Tourneur, divers ouvrages réunis » où une illustration de Plumier est reproduite à l’identique. Selon P.J.S. Whitmore, The Order of Minims, op. cit., p. 195 et 259, cette même planche est aussi reproduite dans le Journal de Trévoux.

59 Voir notamment : O. Krakovitch, « La vie intellectuelle... », art. cit., p. 163-186. Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, Paris, Desoer, 1820-1824, t. 10, p. 125 : article « Maignan ». Henri Louyat, « Emmanuel Maignan (1601-1676). Un religieux toulousain mathématicien, astronome, philosophe », dans Comptes rendus du 96e congrès national des sociétés savantes, section des sciences, Toulouse, 1971, t. 1, p. 15-29.

60 Bibliographie du père Maignan : Perspectiva horaria, sive de Horographia gnomonica, tum theoretica, tum practica, Rome, P. Rubei, 1648 ; Cursus philosophicus, concinnatus ex notissimis cuique principiis, ac praesertim quoad res physicas instauratus ex lege naturae, sensatis experimentis passim comprobata, Toulouse, R. Bosc, 1652 ; Philosophia sacra, sive entis tum supernaturalis tum increati, Toulouse, A. Colomerium, 1661 ; Sacra philosophia, sive entis supernaturalis, in quâ actuum humanorum principia tùm naturalia, tùm supernaturalia in ordine ad vitam aeternam ansequendam physicè et theologicè exponuntur, Paris, Thiboust, 1661 ; De l’usage licite de l’argent, dissertation théologique, où est enseigné un moyen de le faire profiter sans usure, Toulouse, B. Bosc, 1673.

61 Cette explication est donnée par Pascal Julien, « Anamorphoses et visions miraculeuses du père Maignan (1602-1676) », Mélanges de l’école française de Rome. Italie et Méditerranée, 2005, n° 117, p. 61.

62 Elisabeth Dandine, « Une dissertation théologique oubliée : De l’usage licite de l’argent. Emmanuel Maignan et le prêt à intérêt (1673-1674) », Revue historique de droit français et étranger, vol. 82, n° 4, 2004, p. 613-655.

63 P. Julien, art. cit. p. 45-71. Jean-Louis Gaillemin, « L’anamorphose du père Maignan », Connaissance des Arts, janv. 2003, p. 92-96. Les illustrations sont particulièrement réussies.

64 Paul gagnaire, Le cadran du père Maignan à la trinité des monts, 2002, site internet de l’ENS Lyon : http://www.ens-lyon.fr/RELIE/Cadrans/Promenades/Trinite/TriniteTexte.htm#_Toc55773204.

65 A. Romano et P. Dubourg Glatigny, op. cit., p. 33.

66 Louis Moréri, Le Grand Dictionnaire historique, Paris, Chez les libraires associés, 1759, p. 67.

67 Sources : BM Bordeaux, ms. 844 (bilbiothèque des Minimes de Bordeaux) ; ANF, F17/1172 (Minimes de Cazaux) ; ANF, F17/1178 (Minimes de Vic et Perpignan) ; BM Toulouse, ms. 887 (Minimes de Toulouse). Le catalogue de la bibliothèque minime de Béziers existe lui aussi. Il a déjà étudié par J. Fouilleron, op. cit.

68 ANF, pour l’ensemble des relevés en France F17/1168 à F17/1179B.

69 AD Gers, H74. Inventaire du couvent à la fermeture en 1769.

70 AD Aude, B82. Inventaire du couvent à la fermeture en 1777.

71 AD Aude, 3 J584. Inventaire du couvent à la fermeture en 1790.

72 O. Krakovitch, « La vie intellectuelle... », art. cit., p. 61.

73 Voir dans ce présent volume la communication de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « La bibliothèque des Minimes de Marseille au xviiie siècle. Reflet d’un parcours intellectuel ».

74 L’étude qualitative des fonds de ces bibliothèques ne constituant pas l’objet principal de notre article, nous renvoyons dans ce volume aux deux communications de Fabienne Henryot et de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard qui centrent leur propos sur cette thématique.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Les couvents Minimes de la province d’Aquitaine sous l’Ancien Régime.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Légende Effectifs des couvents par province minime dans la France de 176843
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Légende Fig. 2 > Nombre de Minimes par couvent dans la province d’Aquitaine en 1768.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Note 68Note 69Note 70Note 71Nombre de titres et de volumes dans les bibliothèques minimes de la province d’Aquitaine à partir des décomptes révolutionnaires (1790-1791)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

Doctorante Université de Bordeaux 3

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par