Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Saint François de Paule et les Minimes en France de la fin du XVe au XVIIIe siècle

 | 
André Vauchez
, 
Pierre Benoist

IIème partie. Minimes et minimesses au Siècles des Saints : spiritualité, pouvoirs et société

Le modèle de l’ordre des Minimes à la fin du xviie siècle

Nicole Lemaitre

Testo integrale

  • 1 René Thuillier, Diarium patrum, fratrum et sororum ordinis minimorum provinciae Franciae [...], Pa (...)
  • 2 François de La Noue, Chronicon generale ordinis Minimorum, in quo acta per S. Franciscum a Paula e (...)
  • 3 Louis Dony d’Attichy, Histoire générale de l’ordre sacré des Minimes, Paris, 1624, Sébastien Cramo (...)
  • 4 On retrouve ces inflexions dans l’historiographie commentée par le père Giuseppe Maria Roberti, Di (...)
  • 5 Cécile Caby, « La mémoire des origines dans les institutions médiévales. Présentation d’un projet (...)

1Sous l’Ancien Régime, les Minimes restent un ordre jeune que la protection royale rassure et enrichit. Le rapport de cet ordre à son passé est forcément affecté par cette position : comment peut-on en mesurer les effets sur la cristallisation d’une tradition assumée ? En observant la construction des modèles nécessaires à la transmission des valeurs de l’ordre. En 1707, alors que le rapport au monde de tous les ordres est remis en question, le chapitre provincial de Paris demande à René Thuillier, qui sort de la charge de correcteur, d’écrire une histoire de la province de France. L’ouvrage paraît en 1709 avec l’approbation du général de l’ordre du moment, le père Zacharie Roslet et bien entendu avec un privilège royal du 18 décembre 17081. Cette œuvre est conçue comme une suite, vue de France, au Chronicon generale ordinis Minorum... de François de La Noue (ou Lanoue) qui datait de 16352. Celui-ci, l’une des gloires de la province de France (1595-1670) avait rédigé la première forme des Annales en latin. Comme son contemporain Louis Dony d’Attichy qui rédigeait en français3, il pensait une histoire générale qui dépasserait l’histoire des fondations4. En soi, écrire l’histoire de son ordre n’a rien d’original pour un religieux, fixer et réécrire la mémoire des origines non plus, comme les médiévistes nous l’ont montré depuis des lustres5. Ce qui l’est plus à nos yeux d’historiens, c’est le choix d’une présentation en forme obituaire pour ce genre. À côté de l’histoire classique, le Diarium de Thuillier prend ainsi la forme d’une galerie de portraits d’ancêtres : pourquoi énumérer autant d’hommes et de femmes (1 260 hommes et 77 femmes), pourquoi les privilégier au détriment des fondateurs ? Il faudra s’interroger sur les raisons de cet oubli relatif du fondateur et sur les raisons du surinvestissement des Minimes ordinaires. Est-ce conserver tous ceux qui ont marqué l’épopée ou simplement faire nombre, prouver par la masse qu’un groupe pionnier a eu raison deux siècles après sa fondation ?

2L’ouvrage de Thuillier comporte une première partie classique (37 p.) sur l’histoire des vingt-huit couvents de la province ; des annales écrites sur ordre donc, qui sont, somme toute, un hommage convenu aux fondateurs et aux bienfaiteurs en même temps qu’une histoire très classique de l’établissement de chaque couvent. Mais l’essentiel du travail est la seconde partie : « Des vertus et actions des frères de la province de France » (550 p.). C’est là qu’il fait œuvre originale en combinant l’histoire de son ordre et l’appel à la prière pour les morts de sa « famille ». Derrière la masse de religieux et religieuses, il faut lire l’appel à l’imitation des ancêtres, ces frères qui intercèdent en permanence pour ceux d’ici-bas. René Thuillier écrit pour fixer la mémoire de sa famille religieuse. Il n’est ni ne cherche à rester neutre ; il est au service d’une cause bonne, l’expansion de son ordre par la promotion d’un genre de vie parfait, d’une vie angélique dès ici-bas. C’est une opération de communication fondée sur la valeur intrinsèque des Minimes. Quelles sont les caractéristiques de la mémoire minime ? Il s’agit aussi d’une entreprise mettant en valeur le caractère exceptionnel des acteurs de l’ordre. Sur quels personnages compte-il appuyer son œuvre ? En quoi sont-ils des modèles à cette époque dite de la « crise de la conscience européenne » qui voir s’effacer les topoi héroïques et mystiques ?

DES HOMMES ET DES FEMMES PLUTÔT QUE DES LIEUX MINIMES

3Il ne faut pas s’y tromper, l’enregistrement jour après jour des gloires de la famille religieuse afin de prier pour eux ou de s’en inspirer est fort usité dans les milieux monastiques ; le genre n’est certes pas nouveau, en particulier sous la forme d’annales qui mettent en valeur les grands ancêtres. Le choix même de ce modèle de communication interne et externe sur l’excellence collective repose sur le postulat d’une éternité de l’ordre, et d’autant plus que celui des Minimes est vieillissant (voir tableau et graphique ci-contre). Comment Thuillier rend-il compte des 28 couvents de la province (en 1707) ? Pour le saisir, il faut bien entendu comparer son propos avec ce qui se fait de son temps dans les autres ordres et en particulier dans la famille franciscaine dont les Minimes estiment être l’exemplarité.

Une histoire au siècle des histoires particulières

4René Thuillier suit à la fois les règles de son ordre et un genre qu’on trouve partout ailleurs, à commencer par l’ordre bénédictin qui a laissé une méthode et des modèles de son histoire depuis cette époque ; les Mauristes ont su aussi mettre en valeur la matricule comme mode de gouvernement et le Diarium y ressemble. Dans quelle mesure peut-on parler d’une œuvre originale en ces temps où la mémoire hagiographique est en reconstruction apologétique dans tous les ordres dynamiques ?

  • * Mois de janvier à juin dans le Diarium de René Thuillier

Note **
Une démographie inquiétante. Tableau du nombre de professions et de morts par décennie dans le Diarium.

Graphique du nombre d’entrées et de morts dans la province de France (mois de janvier à juin dans le Diarium)

  • 6 Bullarum privilegiorum ac diplomatum Romanorum Pontificum amplissima collectio [...], Carolus Coqu (...)
  • 7 Frédéric Meyer, « L’unité de la Stricte-Observance franciscaine. Mythes et réalités (xvie-xixe siè (...)

5La fondation des Minimes représente en effet un mouvement de l’Observance franciscaine comme un autre, dans le même élan que celui qui pousse la papauté à reconnaître en 1517 (bulle Ite vos) l’existence de deux ordres distincts chez les Franciscains. Dès 1480 en effet, Jean de Puebla avait lancé de son côté le mouvement Déchaux des Franciscains : les Alcantarins, passaient à l’Observance à leur tour. François de Paule n’est donc qu’une tête parmi d’autres de cette aspiration de la fin du xve siècle à la perfection franciscaine. Les bulles d’Alexandre VI et de Jules II montrent en effet qu’au moment où ils s’occupent des Minimes, ils promeuvent aussi les Ermites de saint Augustin, les Cisterciens, les Jésuates, les Bénédictins observants de la Congrégation de sainte-Justine et du Mont-Olivet, les Mineurs de l’Observance, etc.6 Au moment où Thuillier écrit, Capucins et Récollets ont au moins autant de références à faire valoir que les Minimes. Les Annales des frères mineurs du récollet Luc Wadding sortent d’ailleurs en français en 1680 après l’Histoire chronologique de la province des Récollets de Paris, du père Hyacinthe Lefevre en 1677. Ce dernier, mort en 1657, n’est pas un contemporain, mais la version française, qui exalte Espagne et Italie, représente bien un danger potentiel de concurrence et d’effacement mémoriel pour les Minimes français, débordés en nombre par leurs collègues italiens et espagnols. Pourtant, on le sait, les divisions entre Observants et Stricts Observants sont profondes et la lisibilité du projet de Thuillier d’une exemplarité incertaine du fait de la concurrence7.

6Or le choix français de privilégier une réforme gallicane de tous les franciscains observants n’est certainement pas fortuit dans le contexte parisien du règne de Louis XIV ; il s’agit en fait d’une opération pour favoriser l’installation d’un pouvoir symbolique, celui du choix du mode de vie minime par la monarchie : la tradition du rapport entre la monarchie française et l’ordre est en effet une donnée première depuis le règne de Louis XI. Les Minimes sont la seule branche de la famille franciscaine sur laquelle la monarchie ait prise, sans subir la concurrence des pouvoirs urbains ou étrangers. Les Minimes appartiennent en quelque sorte au patrimoine de la nation française déposée entre les mains du roi car la monarchie française a choisi de les soutenir. Mais pour montrer jusqu’où va ce projet, il faut pouvoir comparer l’entreprise minime avec celles des ordres contemporains.

  • 8 Claude Berchier, La fundation du monasteyre des Célestins de Lyon despuis l’an 1407 jusques en l’a (...)
  • 9 Ubald d’Alençon, « Le nécrologe des Récollets de Couvin (1577-1771) », Iseghem, 1923, p. 195-231 ( (...)

7D’autres ordres, comme les Célestins et les Récollets, utilisent la forme du nécrologe des frères et des fondateurs8 : on constitue ainsi une histoire des individus et non plus de l’institution elle-même. Signe des temps, de telles collections d’illustres religieux et religieuses fleurissent dans tous les ordres religieux qui commencent leur histoire. Il s’agit d’un mouvement général des élites, qui souhaitent mettre en avant leur exemplarité en passant par la mémoire des individus, des héros de l’ordre, et non plus par les seules institutions et leurs privilèges. Les hommes et les femmes remplacent peu à peu les lieux, leurs pierres et leurs reliques dans l’exemplarité. Dans la province de Namur, les Récollets pratiquent en 1676 un nécrologe du même genre que celui des Minimes ; ils y incluent autant de femmes, mais beaucoup moins de laïcs9. Les Prémontrés puis les Mauristes, les Cisterciens et les Feuillants revisitent à ce moment leurs origines pour en retirer les enseignements et des modèles nécessaires au monde contemporain.

  • 10 Bernard Ardura, « De conciles en réformes, les Prémontrés et leurs interprétations du charisme de (...)
  • 11 Daniel-Odon Hurel, « Les mauristes, historiens de la Congrégation de Saint-Maur aux xviie et xviii(...)
  • 12 Carlo Giuseppe Morozzo, Cistercii reflorescentis seu cong. Cistercio-monasticarum B. Mariae Fulien (...)
  • 13 Bernard Montagnes, « Le tricentenaire d’Antonion Cloche », Archivum Fratrum Praedicatorum, t. 57, (...)

8C’est ainsi que l’on voit, dans une relecture dévote du xviie siècle, saint Norbert paré de toutes les vertus de la piété eucharistique10. Mieux encore, on voit les Mauristes reconstituer leur passé pour relancer le recrutement de leurs couvents sur des bases spirituelles et temporelles saines et remises au goût du temps11. De la même façon, on voit les Feuillants racontés par le P. Morozzo en 1690, comme une céleste cohorte qui fait refleurir les Cisterciens primitifs dans les Feuillants savoyards, leurs supérieurs, leurs auteurs, leurs moines et moniales pieux (trois femmes seulement sur 34 notices entre 1600 et 1686)12 On pourrait encore suivre le maître de l’ordre dominicain, Antonin Cloche, qui en 1715 lance un projet identique de relecture des origines de son ordre, mise au service de la province de Toulouse tandis que celle de Jacques Echard à Paris efface au contraire les miracles de saint Dominique dans le Midi13. Il y a affrontement des mémoires au sein des mêmes familles afin de mettre en valeur un héritage local. Thuillier se trouve devant cette même nécessité de défendre la province de France, une province royale par excellence qui ne peut qu’être porteuse de l’héritage glorieux de François de Paule, pour assumer cette tâche.

Soutenir les traditions de la province de France

9La réinterprétation de la figure des fondateurs selon les besoins du moment est donc à l’ordre du jour en cette fin du règne de Louis XIV. Pour François de Paule comme pour tous les autres. Mais, en raison peut-être de l’absence d’événements collectifs marquants, qui confirment la volonté d’humilité des Minimes, cette recherche est aussi patrimoniale : dans un propos quasiment d’agence touristique, Thuillier énumère très largement les reliques, fresques, bibliothèques, commodités (l’infirmerie, les cellules consacrées, etc.), indulgences et sépultures remarquables de chacun des couvents de la province. Il s’agit ici d’exalter les vénérables bienfaiteurs locaux qui ont donné de l’argent pour que les lieux existent et qui ont souhaité y reposer, enrichissant encore le décor. L’esprit de collection n’est donc pas étranger au propos de notre historien. Les couvents sont traités dans l’ordre de leur fondation, depuis Nigeon, fondé par Anne de Bretagne en 1496 jusqu’aux moniales de Soissons (1653). Comme toujours, il s’agit aussi d’une mémoire topographique, qui progresse de couvent en couvent et du plus ancien et vénérable vers le plus nouveau et dynamique.

10Selon l’esprit pluriséculaire de la dévotion, chaque couvent de la province de France dispose de « merveilles » concrètes et se met à la recherche d’autres héros, de ceux qui vont permettre aux frères et sœurs ordinaires de s’identifier à une manière d’être adaptée aux temps nouveaux et à la concurrence des autres ordres. Si François de Paule, créateur de la province en 1506, est peu mis en valeur ici, c’est parce que les petites monographies qui le concernent sont légion et en langue française, mais c’est aussi pour mieux exalter les particularités locales de chaque couvent, là où se décide le recrutement. Nous savons par les courbes de professions et de morts que le moment est grave en effet, même si le Diarium n’en dit rien (cf. supra tableau et graphique, p. 127).

  • 14 Les Saints et les stars. Le texte hagiographique dans la culture populaire. Études présentées à la (...)

11Favoriser les villes d’implantation, c’est aussi laisser place aux familles, parisiennes ou picardes pour l’essentiel, qui ont payé et donné leurs enfants à la province et qui pourront continuer à le faire parce qu’elles y trouvent une forme de pouvoir local non négligeable. Pour l’éternité, le chanoine et grand pénitencier de Paris Jean Quintin, tertiaire dont le cœur repose à Nigeon, voisine avec les laïcs des familles humanistes et réformatrices du début du xvie siècle, comme les Halluin d’Amiens, les Rambures d’Abbeville, les Senneterre, Béthune et Duprat, etc., familles en devenir du Bassin parisien, qui mêlent noblesse locale ancienne et noblesse récente issue de l’administration royale à tous les niveaux. Le besoin d’autorités renommées semble avoir guidé l’énumération du chroniqueur, même s’il faut mettre à part les reines Anne de Bretagne et surtout Jeanne de France, incluses dans la prière pour les morts Minimes non pas par vêture mais par admiration. Cette dernière est aussi choisie parce qu’elle est l’une des premières héroïnes à mourir dans la réputation de perfection de l’observance, même si c’est chez les Annonciades. Le besoin de star est donc très précoce dans le nouvel ordre14. Ces laïcs haut placés de la Renaissance accompagnent bientôt de la même façon les familles dévotes et catholiques de la Contre Réforme : Avrillot, Dudrac, Le Lieur, Vivien, etc.

12Il est temps maintenant d’entrer dans les choix faits par Thuillier pour tenter d’imposer ces modèles. Leur analyse sérielle révèle en effet les représentations de l’ordre.

LA MISE EN HISTOIRE DES GRANDS ANCÊTRES : UNE SOCIOLOGIE ORIGINALE

  • 15 La règle des Ermites est approuvée par Alexandre VI en 1493, celle des moniales et des tertiaires (...)

13L’analyse de la population du nécrologe révèle une sociologie particulière de la population ici rassemblée : il y a beaucoup de femmes et surtout, signe des temps nouveaux, il n’y a pas que des profès (fig. 2 et 3). La prière pour les morts ne s’intéresse que pour 69 % des cas à des pères ou des révérends pères. Les autres sont soit des femmes (6 %) soit des oblats (25 %). Ces trois composantes correspondent à la structure des règles minimes, qui rassemblent dans leurs éditions, la règle composée d’abord pour les ermites puis celle des femmes et enfin celle du tiers ordre15. Comment sont-elles appliquées chez Thuillier et jusqu’où peut-on parler de véritable fraternité entre ces trois composantes ?

Laïcs et prêtres, hommes et femmes

  • 16 Bullarum romanum, op. cit., part. 41, p. 281.

14Compte tenu des codes habituels, l’histoire des ordres religieux est, surtout au xviie siècle, l’histoire des prêtres et non celle des tertiaires ou des oblats. Pourtant les Minimes sont fidèles à la tradition franciscaine dans laquelle les convers font partie de l’ordre sans être clercs. S’ils n’ont pas voix au chapitre, ils participent pleinement à la piété et à l’ascèse communautaires. Comme souvent dans les ordres mendiants, les frères lais et oblats qui vivent au couvent sont très proches des tertiaires qui vivent dans le siècle en pratiquant les exercices de l’ordre ; ils sont cités en même temps par la règle comme profitant des mêmes indulgences16. Les codes de cette époque favorisent donc les prêtres. Or de fait, il est beaucoup question du troisième ordre dans le texte de Thuillier, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Si la hiérarchie des avant-titres favorise les « réverends pères » et les « pères » sur les frères, les « révérendes mères » sur les sœurs, les niveaux subalternes disposent de notices parfois aussi développées que ceux qui tiennent le haut de la liste.

  • 17 R. Thuillier, Diarium, op. cit., p. 182-183.

15Les tertiaires ou les oblats appartiennent toujours à une élite qui choisit le carême perpétuel à l’issue d’une carrière bien remplie, comme Jean Quintin ou le président au parlement de Paris Jean Dorieu, qui a aidé au décor du couvent en 1507. Leur nombre augmente lentement au xvie siècle pour exploser au siècle suivant. Il est pourtant difficile de caractériser les modèles oblats par leur seule notice, très stéréotypée le plus souvent, avec de notables exceptions comme celle de Claude Catenois, de Dieppe, qui a bénéficié d’apparitions de l’enfant Jésus. Prenons quelques cas ordinaires, par exemple ceux qui sont honorés le 27 avril, soit quatre frères oblats17 : Jean Richard de Meaux, qui avait commencé une vie dans le siècle « pleine d’élégance » comme tertiaire, l’avait poursuivie au service de son ordre comme oblat « avec autant de grâce », avant de tomber malade des poumons et de mourir à Château-Thierry en 1649, après vingt ans de profession. Son compagnon du 27 avril, le parisien Nicolas Blanchot a fait profession en 1628 à 22 ans et s’est spécialisé dans la pharmacie puis a risqué sa vie en soignant les Parisiens malades en 1652.

16Jean Hainques de Beauvais est entré dans l’ordre comme simple frère en 1653 à l’âge de 27 ans pour « vivre dans la pénitence et dans la gaieté », avant de passer « dans la joie » de la terre au monde des anges en 1673. Denis Poulain de Pont sur Seine était entré au couvent de Nevers en 1673, « orné d’humilité, modèle de piété, de travail et de politesse avec ses frères » ; envoyé à Mons en Hainaut par ses supérieurs, il y mourut pris par la fièvre, « dans une grande douceur », après avoir reçu les derniers sacrements. Ces quatre cas suffisent à caractériser quelques modèles convenus de comportement communautaire, mais aussi la compétence professionnelle de ces modèles laïcs. Il ne suffit pas d’être pieux, obéissant, pénitent, pour faire un bon Minime, il faut encore l’être avec élégance et surtout avec une compétence reconnue : d’autres seront peintre, sculpteur, cuisinier ou chirurgien. Il semble bien que ces traits se retrouvent aussi bien chez les prêtres-profès, chez les femmes et les frères et sœurs laïcs. Pourtant, les notices de ceux qui ont eu des charges restent plus longues et plus explicites que celles des seules compétences à la fin du xviie siècle. Les charges dans l’institution dominent désormais la carrière, ici comme ailleurs.

17Les notices suivent d’abord les canons médiévaux de la sainteté chez les athlètes du Christ : subir de grandes douleurs est un signe d’élection classique ; mais venir d’une famille reconnue socialement est remarquable pour pouvoir gouverner sagement et fermement les couvents, l’ordre tout entier et Rome même. C’est ainsi qu’est encensé le parisien Jean Croyer, envoyé pour y étudier et qui mourut de maladie après 26 ans de profession ou le Langrois Jacques Emard, agrégé à la domesticité du futur Grégoire XIV (1576-1630). Pour un candidat à l’inscription au Diarium, faire montre de zèle religieux est cependant indispensable à l’âge des dévots, ce qui est la moindre des choses pour un religieux de l’Observance. On trouve aussi un Louis Frizon de Reims, mort en 1616, un temps suspecté d’hérésie ou Michel Barjoneau de Reims, entré dans l’ordre en 1580, converti du calvinisme et soumis aux représailles de ces anciens amis, avant de mourir à Paris en 1637.

18Si les particularités des règles minimes sont lisibles dans ces listes, celles-ci doivent aussi beaucoup à un mode de structuration du modèle hagiographique minime autour d’une ascèse particulièrement exigeante pour le corps, qui domine toute autre particularité. Choisir les Minimes, c’est en effet choisir avant tout le carême perpétuel. La proximité entre hommes et femmes est exceptionnelle dans cet ordre, même si la distance entre hommes et femmes reste grande par rapport à nos critères : le signe indubitable en est que les notices féminines sont beaucoup plus courtes que celles des hommes. Pourtant, dans ce monde de séparation absolue des sexes, la place des femmes reste remarquable, même s’il n’est pas encore question de parité.

La place particulière des femmes

19Les femmes sont largement reconnues dans la prière de l’ordre et les couvents féminins fort présents, bien au-delà des notices concernant les sœurs (tableaux et graphique ci-contre). La hiérarchie entre les femmes est réelle mais aussi masquée que chez les hommes : la différence des notices entre les sœurs simples ou « vénérables » mères (quand elles vivent longtemps) et les révérendes mères qui ont en principe exercé une charge est assez faible en dehors de la mention de la charge elle-même de correctrice, provinciale etc. qu’elles ont exercé, « dans la paix et la sagesse » bien entendu.

20Jeanne de France semble être le porte drapeau de l’ordre féminin des Minimes, mais si elle est là, c’est qu’elle n’a pas son double Minime : il y a peu de femmes de la haute société dans le nécrologe. Parmi les vedettes qui bénéficient d’une notice longue, il faut citer Marguerite Le Boulanger (14 février) dont le parcours est assez atypique de l’entrée féminine en religion ; il n’y a donc pas de conformisme minime à cet égard ou du moins une incapacité à multiplier les recours haut placés. Cette parisienne d’une famille du parlement intègre le couvent de Soissons à l’âge de 55 ans après avoir vécu sous l’habit bénédictin à Soissons, elle choisit l’ordre pour pratiquer le carême perpétuel et prend le nom de Marguerite de la Sainte Croix. Sa longue notice est à la gloire des macérations et abstinences féminines qui donnent une exemplarité très typée à son aventure. Voudrait-on la donner comme modèle à des religieuses d’autres ordres pour qu’elles rejoignent les Minimes à la fin du xviie siècle qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

21Pourtant, demander à l’ensemble des membres de l’ordre de garder le contact avec les meilleurs interprètes de la vie minime, révèle aussi des thématiques typiques des temps de la Contre-Réforme. Dans un monde parfait, il n’y a pas de place pour les comportements qui sortent de la norme. Mais ce n’est pas sortir de la norme que de suivre une règle approuvée qui défend l’identité de l’ordre dont le carême perpétuel, soutenu de façon héroïque par les femmes en particulier, en constitue la meilleure illustration.

Les adeptes du carême perpétuel

  • 18 Bullarum Romanum, op. cit., p. 229. Elle est précisée dans la règle de 1493, qui fait de sa transg (...)
  • 19 Regulae [...] minimorum, op. cit., p. 19 : « carnes ac omnia sementinam originem a carnibus ipsis (...)

22Si les particularités des règles minimes sont lisibles dans ces listes, celles-ci doivent aussi beaucoup à un mode de structuration du modèle hagiographique minime autour d’une ascèse particulièrement exigeante pour le corps, qui domine toute autre particularité. Choisir les Minimes, c’est en effet choisir le carême perpétuel, devenu un quatrième vœu par la bulle de Jules II qui confirmait la règle, le 28 juillet 150618. Deux siècles plus tard, la perfection minime va jusqu’à l’anorexie. Il est vrai que la distinction par rapport à d’autres ordres est habitée par ces frères et sœurs qui renoncent aux plaisirs du palais de leur temps19. Ils doivent éviter toute viande, mais aussi tout ce qui provient des animaux, c’est-à-dire œufs, beurre, fromage, lait.

Tableau des Minimes « remarquables » de la province de France du Diarium de René Thuillier (classés par ordre alphabétique)

Tableau des Minimes « remarquables » de la province de France du Diarium de René Thuillier (classés par ordre alphabétique – suite)

Tableau du nombre de Minimes inscrits par mois dans le Diarium et répartis selon le statut (profès, oblat, % de prêtres) et le sexe (femmes)

Graphique du nombre de Minimes inscrits par mois dans le Diarium et répartis selon le statut (série 1 : profès ; série 3 : oblats) et le sexe (série 2 : femmes)

  • 20 Il faut rappeler que ces pratiques sont des outils qui permettent aux femmes de disposer de leur c (...)

23Toutes les notices concernant les femmes dressent une image de femme modèle, mais selon les canons de la mystique féminine issue des béguinages de la fin du Moyen Âge, le rapport au corps semble dominer l’ensemble des notices. On peut parler d’une véritable grammaire de l’exemplarité ascétique : tenus ici par les femmes en premier lieu, et suivis par les hommes qui récupèrent leur discours du corps, les topoi de l’ascèse monastique féminine semblent irriguer toutes les notices biographiques. L’insistance sur l’austérité de vie est une constante et, sous réserve d’inventaire, les maladies semblent mieux décrites chez les femmes que chez les hommes. Selon les lieux communs du temps, elles sont souvent venues au couvent contre l’avis de leur entourage et ont persévéré dans le carême perpétuel jusqu’à leur mort, refusant de l’alléger durant leur maladie. Le carême perpétuel est donc leur principale compétence, leur manière de se singulariser. Issues de la bourgeoisie marchande parisienne bien nourrie, elles ne mangent que peu, et parfois seulement du pain et de l’eau ; elles pratiquent largement toutes les macérations possibles et meurent consumées par ce régime. Nous retrouvons là les saintes anorexiques des xiiie-xve siècles et la fascination qu’elles exercent ne semble pas avoir faibli au siècle de Descartes20.

  • 21 Michel Lauwers, La Mémoire des ancêtres. Le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Âge (...)

24Les femmes ont aussi pour elles cette capacité à vivre entre les vivants et les morts qui distingue également les mystiques du monde rhéno-flamand où l’on a pu observer les processus de féminisation et de laïcisation de la mémoire funéraire dans les obituaires justement, qui apparaissent ainsi comme les ancêtres de nos nécrologes à cet égard21. Comme leurs devancières, les religieuses ont été longuement malades et, comme les hommes, ont gardé toute leur conscience au milieu des plus intenses douleurs ; la mort édifiante suppose que les vénérables mères exhortent en effet leurs jeunes sœurs à cette occasion. Il est possible ici que le filtrage masculin prévale sur la réalité des choses et qu’il faille aller voir ce qu’elles disent elles-mêmes, mais les canons de l’ascèse héroïque et parfaite sont bien posés. Il n’y aurait pourtant rien d’étonnant à ce qu’en matière de maîtrise du corps les femmes imposent leur interprétation de l’ascèse et de la mystique aux hommes. L’identité minime serait alors féminine dans son fondement. Mais cette identité fondée sur la maîtrise du corps par la nourriture ne donne aucun privilège particulier aux femmes ou aux pères qui s’en réclament : signe des temps de naissance de l’ordre, l’orgueil de la règle est banni dès l’origine dans le nom même de « Minime ». L’insistance de Thuillier n’est cependant pas fortuite.

NORMALISER PAR DES MODÈLES

25Les modèles de fondateurs ou de comportement, qu’ils soient minimes ou non, ne sont jamais invoqués de façon gratuite par un auteur qui travaille le plus souvent sous le contrôle de son ordre, dans ce monde où l’individu n’est rien sans le groupe qui le soutient. L’examen des notices de Thuillier permet de mettre en valeur, à côté des gloires érudites de l’ordre, des auteurs secondaires qu’on n’attendait pas et qui imposent des caractéristiques assez fortes pour constituer un comportement collectif.

Le goût minime pour la biographie

26L’examen sommaire des publications des pères minimes de la province de France montre une forte implication des auteurs dans la rédaction de biographies édifiantes de saints anciens ou contemporains, que ce soit pour les gloires de l’ordre ou pour des religieux ou religieuses d’autres ordres. Pour en rester aux auteurs de plusieurs biographies, on note par exemple que le père Hilarion de Coste a non seulement écrit une vie latine de Marin Mersenne (1649) mais aussi une vie de sainte Élisabeth de Portugal (1628), l’histoire de François Le Picart, le parfait ecclésiastique du siècle précédent (1658). Louis d’Attichy s’attache à la biographie des gloires gallicanes que sont Pierre de Bérulle en latin (1649) et Jeanne de France en français (1624), mais aussi à la biographie de Niccolò Albergati, archevêque de Bologne et cardinal de Sainte-Croix (1656). Simon Martin, savant traducteur du Guide des pécheurs de Louis de Grenade (1645) et des Fleurs des saints de Ribadeneyra (1657), a aussi écrit des petites biographies de Catherine de Vis, saint Babolin premier abbé de Saint-Maur, saint Vulphly curé de Rhue en Ponthieu, sainte Ulphe patronne du Paraclet d’Amiens. D’autres auteurs sont moins célèbres, comme le père François Victon qui écrit sur sœur Grâce Valentinoise en 1622 et sur le père Gaspar de Bono, mais qui est d’abord un biographe de François de Paule. Un trait commun à tous ces érudits est que les fondateurs, s’ils sont mis en valeur, ne résument pas l’ordre à eux seuls. Les saints religieux et saintes moniales ou tertiaires du début du xviie siècle sont au moins aussi importants que les saints fondateurs de la fin du xve siècle.

  • 22 Joseph-Victor Thibaud, Histoire de la vie et des mœurs de la tres illustre et tres vertueuse dame (...)

27Ce qui importe cependant, c’est que les pères minimes sont assez souvent confesseurs de religieuses et pas seulement dans l’ordre lui-même ; ils ont presque toujours édité des vies édifiantes de femmes remarquables, sans que la famille franciscaine en ait l’exclusivité. On trouve parmi elles, par exemple, l’abbesse cistercienne d’Hières, Marguerite de Solliez, dont la vie édifiante est relatée par son confesseur, le père Joseph Victor Thibaud22. Celui-ci insiste particulièrement sur la réception fréquente des sacrements, bien plus que sur l’ascèse. Pourquoi ce décalage ?

Le refus de privilégier une époque

  • 23 Les Portraits de quelques personnes signalées en piété de l’ordre des Minimes avec leurs éloges, t (...)

28Dans la province de France, les Minimes dont la notice dépasse une page chez Thuillier (68) sont en effet répartis de façon harmonieuse et continue entre 1550 et 1675. La mise en valeur de tous les moments de l’histoire semble bien une attitude systématique de sa part. Le temps est vu non pas comme progrès mais comme l’attestation de l’excellence de l’ordre. Un minime vit donc le temps des anges, cette période stable dans laquelle se déploie l’œuvre de Dieu au moyen de ces religieux, religieuses et tertiaires parfaits. Ce conformisme cache cependant le mauvais état du recrutement, comme nous l’avons vu : cette présentation idyllique serait-elle le moyen de transformer le Diarium, destiné à une lecture interne, en manifeste externe pour susciter les vocations ? Si l’on prend des publications beaucoup plus mondaines comme les Portraits de quelques personnes signalées en piété de l’ordre des Minimes, une série de gravures des « gloires » de l’ordre, publiée en 1668 et reliée avec une somptueuse biographie de saint François de Paule (par la qualité de l’édition de François Muguet), l’insistance sur les origines de l’ordre est nettement plus affirmée23.

29Des quinze portraits choisis pour représenter les Minimes, on trouve, outre saint François de Paule lui-même et son père (mort tertiaire), saint François de Sales (tertiaire), et une cohorte de martyrs des barbares et des hérétiques, représentés ensemble sans aucune distinction (seuls huit sont cités). Les portraits individuels commencent avec Paul de Randace, dit de Paterne, l’un de ses premiers disciples, mort en 1511 puis le premier général, François Binet, mort en 1524 ; l’un des premiers grands prédicateurs minimes, Ambroise de Jésus, mort en chaire à Valence en 1541 ; le père Gaspare del Fosso di Reggio, qui assista au concile de Trente, Gaspar Bon signalé à Valence par ses miracles depuis 1604, frère Jean de Sainte-Marie, célèbre pour son austérité et mort à Xerès en 1605 puis deux pères maladifs et persécutés par le démon, Antoine des Rivières, mort en 1613 et Pierre Moreau, mort en 1626. Le modèle de l’ordre est aussi celui de l’innocent Bonaventure a Martina, mort à Rome en 1643. Ici, si plusieurs frères lays apparaissent, dont Jean de Sainte-Marie déjà cité et frère François de Paule mort à Naples en 1626 : l’absence de hiérarchie entre prêtres et frères est manifeste, mais les fonctions modèles de l’ordre veulent aussi servir une hagiographie de la fraternité réalisée. Seule une femme est mise en valeur dans ce cadre : Grâce de Valence, une tertiaire morte à Valence en 1626 à l’âge de 112 ans.

L’insistance sur la fonction enseignante

30Les Minimes ne sont pas seulement des athlètes de l’abstinence. Ils sont aussi intelligents et cultivés. Vers 1700, l’action exceptionnelle de Nicolas Barré, qui dispose de l’une des plus longues notices, pousse un peu plus les Minimes vers les fonctions enseignantes. Cette évolution est liée à leur histoire à la fin du xvie siècle qui les oblige à se justifier auprès de la monarchie mais aussi au développement des traductions de classiques mystiques de la littérature dévote. Il suffit de comparer avec la plupart des autres ordres : il n’y a aucune exaltation de l’héroïsme minime du « Grand Siècle des âmes », même s’il reste encore quelques athlètes du Christ, comme Guillaume Serreux, qui fut esclave et martyrisé aux Baléares ; c’est très peu par comparaison avec les Jésuites. Particulièrement remarqués dans le Diarium sont les prédicateurs, exégètes et auteurs spirituels, les historiens et théologiens de l’ordre et beaucoup plus que les jurisconsultes.

  • 24 Boris Noguès, Une archéologie du corps enseignant : les professeurs des collèges parisiens aux xvi (...)

31La province de France et Thuillier ne méprisent ni la régularité de l’obéissance et du carême perpétuel, ni les macérations et l’héroïsme mais ils mettent également en avant des comportements propres à l’Église de France. Les savants, les prédicateurs, les enseignants sont largement distingués. Si l’on reprend la liste des religieux qui disposent d’une notice longue, on peut observer 52 vedettes de l’ordre (femmes exclues). On y trouve, outre trois confesseurs (prêtres), onze prédicateurs et quatre professeurs auxquels on doit ajouter cinq théologiens, qui sont aussi des enseignants, mais aussi quatre biblistes, cinq auteurs spirituels, six historiens et deux mathématiciens. Tous sont employés dans la formation des novices, particulièrement à Nigeon, mais la plupart sont en même temps des auteurs imprimés de leur vivant, même si tous n’ont pas le succès d’Hilarion de Coste ou de Marin Mersenne. Aujourd’hui encore, les œuvres de vingt d’entre eux sont présentes au catalogue de la Bibliothèque nationale, soit en français, soit en latin. C’est parmi les mêmes qu’on trouve les spécialistes de biographies. Or en temps ordinaire les enseignants, ceux de l’Université de Paris par exemple, et à fortiori des ordres religieux ne sont pas des auteurs publiés de leur vivant24 et les prédicateurs ne voient leurs sermons édités qu’après leur mort.

32Pourquoi cette humilité d’auteurs contredite par des pratiques sans doute rentables économiquement ? Il faut peut-être invoquer, à côté des risques de controverse, les souvenirs, désagréables pour l’ordre, du combat politique pendant les guerres de Religion. Peut-être l’ordre s’estimait-il fort bien pourvu par les générations humanistes antérieures. Il faut rappeler en effet le lien étroit que Marc Antoine Muret ou des humanistes de l’entourage royal, sous Henri II au moins, entretenaient avec l’ordre. Peut-être la prudence était-elle également justifiée face à des recherches scientifiques ou linguistiques parfois fort anticonformistes dans le monde post-tridentin. L’édition après la mort, des seules recherches admises s’imposait alors, sauf si l’exemplarité minime permettait de dépasser ces prudences.

33Exalter les vedettes d’un monde angélique où il n’y a plus (ou plus beaucoup de distinctions) entre hommes et femmes, prêtres et laïcs, etc. est incontestablement un choix franciscain originel qui est assumé dans l’Observance. Vers la fin du règne de Louis XIV, il est particulièrement original dans le paysage des ordres religieux français. Pour en comprendre les modalités, il faut étudier l’évolution démographique et sociale de l’ordre et sa production intellectuelle. Nul doute que l’histoire des pré-Lumières ne soit particulièrement intéressante dans leur cas. Voici un ordre qui n’hésite pas à cultiver un genre de vie ascétique et érudit à la fois et qui y réussit peu, mais peut-être un peu mieux que les Feuillants et les Grandmontains. Le carême perpétuel, l’humilité extrême au point de refuser l’encensement collectif du fondateur, la promotion du savoir et de la compétence dans le service communautaire et extérieur, une compétence non pas passée mais présente, montrent qu’ils vivent encore dans l’utopie des commencements deux siècles après leur fondation. On ne peut nier pourtant, même si Thuillier se voile la face, que l’ordre connaît une chute terrible des vocations. C’est un fait que la bourgeoisie parisienne vers 1700 n’aspire plus beaucoup à pourvoir en jeunes intellectuels le couvent de Nigeon. Mais l’essentiel pour eux est qu’ils croient vivre toujours avec leur roi, qu’ils se considèrent comme liés de façon définitive et privilégiée à la monarchie, ce que dément le réel, bien entendu.

Note

1 René Thuillier, Diarium patrum, fratrum et sororum ordinis minimorum provinciae Franciae [...], Paris, Pierre Giffart, 1709.

2 François de La Noue, Chronicon generale ordinis Minimorum, in quo acta per S. Franciscum a Paula et successores generales, pontificum gratiae, regum privilegia, capitulorum generalium eventus [...] aliaque ad ejusdem ordinis [...] incrementum et decus pertinentia [...] summatim perstringuntur. Insertae sunt tres priores ejusdem S. Francisci regulae quae necdum prodierant. Accedit Registrum pontificium, seu Bullarium a Sixto IV ad Urbanum VIII [...] Franciscus Lanovius [...] eruit, concinnavit et latine primum edidit, Paris, S. Cramoisy, 1635, 682 p.

3 Louis Dony d’Attichy, Histoire générale de l’ordre sacré des Minimes, Paris, 1624, Sébastien Cramoisy, 2 vol. (rel. en 1 seul), 726 + 181 p.

4 On retrouve ces inflexions dans l’historiographie commentée par le père Giuseppe Maria Roberti, Disegno storico dell’ordine de’Minimi dalla morte del santo istitutore fino ai nostri tempi (1507-1902), Rome, Tip. Poliglotta, t. I, 1902. En dépit de sa date, son érudition reste utile.

5 Cécile Caby, « La mémoire des origines dans les institutions médiévales. Présentation d’un projet collectif », Mélanges de l’École française de Rome (Moyen Âge), t. 115-1, 2003, p. 133-140.

6 Bullarum privilegiorum ac diplomatum Romanorum Pontificum amplissima collectio [...], Carolus Coquelines (éd.), t. III, no 3 (1431-1521), Rome, H. Mainardus, 1743.

7 Frédéric Meyer, « L’unité de la Stricte-Observance franciscaine. Mythes et réalités (xvie-xixe siècle) », dans Écrire son histoire. Les communautés régulières face à leur passé. Actes du 5e colloque international du CERCOR, Saint-Étienne, 6-8 novembre 2002, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005, p. 275-297. Pierre Moracchini, « Quand le témoin réplique à l’historien... Notes sur les origines des Récollets de France parisienne (1597-1612) », dans ibid., p. 461.

8 Claude Berchier, La fundation du monasteyre des Célestins de Lyon despuis l’an 1407 jusques en l’an 1537 suivi du nécrologe du monastère et de la liste des officiers & gentilshommes formant la cour du roi Louis XII à Lyon en 1501, Georges Guigue (éd.), Lyon, Georg, 1882, 87 p. Ce mémoire, écrit par le frère Claude Berchier en 1537, lève le voile sur une fondation dont la documentation a disparu en 1562.

9 Ubald d’Alençon, « Le nécrologe des Récollets de Couvin (1577-1771) », Iseghem, 1923, p. 195-231 (extrait de la revue Franciscana). D’autres listes ont été largement étudiés et d’autres encore du même genre dorment dans les archives anciennes, si mal répertoriées pour les couvents de réguliers.

10 Bernard Ardura, « De conciles en réformes, les Prémontrés et leurs interprétations du charisme de saint Norbert (xve-xxe s.) » , dans Écrire son histoire, op. cit., p. 239.

11 Daniel-Odon Hurel, « Les mauristes, historiens de la Congrégation de Saint-Maur aux xviie et xviiie siècles : méthodes, justifications monographiques de la réforme et défense de la centralisation monastique », dans ibid., p. 263.

12 Carlo Giuseppe Morozzo, Cistercii reflorescentis seu cong. Cistercio-monasticarum B. Mariae Fuliensis in Gallia et reformatorum S. Bernardi in Italia chronolgica historia auctore D. Carolo Josepho Morotio ex strictiori eadem observantia, provinciae Pedemontano-sabaudae moderatore, Turin, B. Zappatae, 1690, 280 p.

13 Bernard Montagnes, « Le tricentenaire d’Antonion Cloche », Archivum Fratrum Praedicatorum, t. 57, 1987, p. 271 ; Id., « la reconstruction de la mémoire dominicaine dans le Midi de la France », dans Écrire son histoire, op. cit., p. 421.

14 Les Saints et les stars. Le texte hagiographique dans la culture populaire. Études présentées à la Société d’ethnologie française [...]. Paris, 14 décembre 1979, Jean-Claude Schmitt (dir.), Paris, Beauchesne, 1983.

15 La règle des Ermites est approuvée par Alexandre VI en 1493, celle des moniales et des tertiaires par Jules II en 1501 et 1506 : cf. Bullarum Romanum, op. cit., p. 227-233, 245-255, 273-287. Les règles ont été rassemblées dans une édition commune en 1631 par François des Lombards, Regulae fratrum et sororum ac fidelium utriusque sexus ordinis minimorum. Item correctorium et caeremoniae eiusdem ordinis. Autore et institutore sancto Francisco de Paula [...], Paris, Fiacre Dehors, 1631.

16 Bullarum romanum, op. cit., part. 41, p. 281.

17 R. Thuillier, Diarium, op. cit., p. 182-183.

18 Bullarum Romanum, op. cit., p. 229. Elle est précisée dans la règle de 1493, qui fait de sa transgression le péché suprême : chap. V, part. 9 : « Cibi nostri durante vita nostra sint Quadragesimales tam in locis et conventibus quam etiam extra, nec alicui carnes nec ova caseum, aut lacticinia alio modo aliquo, seu tempore, demptis infirmis et hoc de consilio medici commedere licitum sit, contrafacientes simul et consentientes non revelantes per tres menses carceribus mancipentur, jejunentque quarta et sexta feria in pane et aqua, insuper ipso facto deprehensus perpetuo inhabilis ad omne officium existat, nisi per Capitulum generale ejus considerata qualitate rehabilitetur ».

19 Regulae [...] minimorum, op. cit., p. 19 : « carnes ac omnia sementinam originem a carnibus ipsis trahentia penitus vitent. Carnes igitur, et pinguedo, ova, butyrum, caseus et quaevis lacticinia », sauf quand ils sont à l’infirmerie.

20 Il faut rappeler que ces pratiques sont des outils qui permettent aux femmes de disposer de leur corps et d’exercer une forme de pouvoir sur leur entourage, ce qui semble bien le cas chez les Minimes. Caroline Bynum, Jeûnes et festins sacrés. Les femmes et la nourriture dans la spiritualité médiévale, Paris, Cerf, 1994.

21 Michel Lauwers, La Mémoire des ancêtres. Le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Âge (Diocèse de Liège, xie-xiiie siècles), Paris, Beauchesne, coll. « Théologie historique », n° 103, 1997.

22 Joseph-Victor Thibaud, Histoire de la vie et des mœurs de la tres illustre et tres vertueuse dame madame Marguerite de Solliez, religieuse de l’ordre de Citeaux et abbesse du tres devot monastere de Sainct Bernard d’Hieres. Recueillie et composée par le R. pere Joseph Victor Thibaud de l’Ordre des Minimes, autrement de Jesus Maria de Sainct François de Paule, predicateur ordinaire de madame royale, reyne de Chypre, duchesse de Savoye et princesse de Piedmont, Romans, J. Guilhermet, 1658, 530 p. (BnF, Res LN27-45417). Il n’est pas dans la province de France.

23 Les Portraits de quelques personnes signalées en piété de l’ordre des Minimes avec leurs éloges, tirez des historiens et des chroniques du mesme ordre, s. l., 1668, suite de 18 planches gravées dont 15 portraits, reliés à la suite de : Antoine Dondé, Les Figures et l’abbregé de la vie, de la mort et des miracles de Saint François de Paule, instituteur et fondateur de l’ordre des Minimes [...], Paris, François Muguet, 1671.

24 Boris Noguès, Une archéologie du corps enseignant : les professeurs des collèges parisiens aux xviie et xviiie siècles, 1598-1793, Paris, Belin, 2006.

Note di fine

* Mois de janvier à juin dans le Diarium de René Thuillier

Indice delle illustrazioni

Legenda Note **Une démographie inquiétante. Tableau du nombre de professions et de morts par décennie dans le Diarium.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2664/img-1.jpg
File image/jpeg, 381k
Legenda Graphique du nombre d’entrées et de morts dans la province de France (mois de janvier à juin dans le Diarium)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2664/img-2.jpg
File image/jpeg, 279k
Legenda Tableau des Minimes « remarquables » de la province de France du Diarium de René Thuillier (classés par ordre alphabétique)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2664/img-3.jpg
File image/jpeg, 975k
Legenda Tableau des Minimes « remarquables » de la province de France du Diarium de René Thuillier (classés par ordre alphabétique – suite)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2664/img-4.jpg
File image/jpeg, 452k
Legenda Tableau du nombre de Minimes inscrits par mois dans le Diarium et répartis selon le statut (profès, oblat, % de prêtres) et le sexe (femmes)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2664/img-5.jpg
File image/jpeg, 282k
Legenda Graphique du nombre de Minimes inscrits par mois dans le Diarium et répartis selon le statut (série 1 : profès ; série 3 : oblats) et le sexe (série 2 : femmes)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2664/img-6.jpg
File image/jpeg, 203k

Autore

Professeur d’Histoire moderne
Université Paris I – Sorbonne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

Offerto da