Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint François de Paule et les Minimes en France de la fin du XVe au XVIIIe siècle

 | 
André Vauchez
, 
Pierre Benoist

IIème partie. Minimes et minimesses au Siècles des Saints : spiritualité, pouvoirs et société

La construction d’un modèle hagiographique minime chez Louis Dony d’Attichy : formes et limites

Philippe Castagneti

Texte intégral

1Depuis une quinzaine d’années, l’intérêt pour les conditions de production et de réception de la littérature hagiographique de l’époque moderne s’est considérablement développé, en privilégiant l’approche sérielle et en insistant sur le lien entre une conception de la sainteté comme archétype et l’expression stéréotypée qui en découle. Une telle approche ne doit pas pour autant nous détourner de l’examen des œuvres singulières, nées dans un contexte congréganiste particulier, sous prétexte que l’originalité n’est pas de mise quand il s’agit de dire l’adéquation de parcours individuels à un modèle idéal prédéfini, modèle dont les traits deviennent de plus en plus précis du fait de l’uniformisation de la procédure de canonisation.

  • 1 Louis Dony d’Attichy, Histoire générale de l’ordre sacré des Minimes, Paris, Sébastien Cramoisy, 1 (...)

2C’est en 1624, au seuil du règne d’Urbain VIII, le plus grand législateur du xviie siècle en matière de canonisation, que paraît l’Histoire générale de l’ordre sacré des Minimes de Louis Dony d’Attichy, prêtre minime plus tard évêque de Riez puis d’Autun. C’est un recueil de biographies édifiantes proposant, à la fois aux autorités de l’ordre et à la Congrégation des Rites, de possibles béatifications, François de Paule demeurant le seul saint officiel en 1624. L’usage du français pour une œuvre de cette ampleur est à remarquer. En effet, dans le premier xviie siècle, le latin est en général de rigueur quand on fait un tableau d’ensemble de la sainteté dans un ordre donné, les langues vernaculaires étant davantage utilisées pour les collections de vies de saints propres à une province ou à une nation. En outre, l’Histoire de Dony d’Attichy est un ouvrage relativement portatif, consistant en deux tomes reliés en un volume in-octavo. Par sa langue comme par son format, l’ouvrage semble destiné à une assez large diffusion, au-delà du lectorat minime. Dony d’Attichy s’est attelé seul à une tâche ambitieuse, non exempte d’un souci critique proche de celui des Bollandistes. La découverte de deux ouvrages l’encourage dans sa résolution : le premier est la chronique de Luc Montoya, parue à Madrid en 1619 ; l’autre est un abrégé des hommes illustres de son ordre, de Pedro Jaime Tristan, publié à Barcelone en 1618. L’entreprise avançant, Dony d’Attichy reçoit l’aide de quelques autres doctes minimes : Olivier Chaillou, qui joue de son crédit international en écrivant aux différents correcteurs provinciaux afin de collecter des informations pour Dony d’Attichy ; Gilles Camart, provincial de Touraine puis correcteur général et Antoine Du Pro, provincial de Paris1.

3On voudrait ici déterminer les caractéristiques du regard que Dony d’Attichy jette sur son institut et voir en quoi il contribue à dresser le portrait du parfait minime. Certes, l’originalité de la démarche ne doit pas être surestimée : si modèle hagiographique minime il y a, il coïncide pour l’essentiel avec le modèle général post-tridentin. Ce nonobstant, l’auteur entend démontrer, par des notations éparses plus que par de longues dissertations, l’utilité de son ordre et sa mission irremplaçable dans l’Église. Son œuvre est ainsi une œuvre d’apologétique congréganiste, dans laquelle il fait comprendre que, si le saint minime en lui-même ne se différencie guère des autres saints, ce qui le distingue, c’est son appartenance à un ordre florissant, particulièrement apte à susciter la sainteté. On s’efforcera donc de mettre en lumière la cohérence de la pensée de Dony d’Attichy en analysant la page de titre, conventionnelle par bien des aspects mais à valeur programmatique, les critères assurant l’unité de cette entreprise éditoriale, et le contenu des multiples préfaces dispersées dans l’ouvrage, préfaces dans lesquelles les stéréotypes tendent à s’effacer pour laisser poindre la conception que l’auteur se fait de la vie minime.

UN PROGRAMME ICONOGRAPHIQUE D’HAGIOGRAPHIE MINIME

4L’image de la page de titre (fig. 1) expose une vision idéale de l’ordre des Mimines. En haut, une scène paradisiaque : François de Paule, âgé, s’abîme dans la contemplation du Nom de Dieu ; il est à genoux, dans une posture qui rappelle François d’Assise recevant les stigmates. Le parallèle entre les deux François est d’autant plus pertinent que François de Paule est entouré d’anges qui lui passent autour du cou un collier portant un médaillon avec la devise Charitas. Au-dessus du saint flotte un ruban avec une citation du Cantique des cantiques (2, 4) : Vexillum ejus super me charitas. Le blason des Barberini, en double exemplaire, rend hommage au dédicataire du livre, Urbain VIII. L’extase de François de Paule est objet de contemplation pour six personnages placés plus bas : quatre hommes et deux femmes ; soit deux prêtres et deux laïcs du premier ordre, une religieuse du second ordre, une tertiaire ; soit un Français, deux Italiens, trois Espagnols. Leur représentation fait parfois allusion à un miracle particulier de leur hagiographie. Ainsi reconnaît-on de gauche à droite : Réparate de Palerme, Paul de Paterno (fondateur du couvent de Crotone, où il aurait fait pousser un amandier aux fruits ornés de la Croix), Diego Barbuto (frère lai à Grenade, sur la tombe duquel auraient poussé des lys marqués des noms de Jésus et de Marie), le frère Guillaume (oblat tué par les protestants à Châtellerault, portant la palme du martyre), Gaspard de Bono (avec un crucifix d’où germe une fleur), enfin Grâce de Valence (un lys à la main, rappelant le vœu de virginité qu’elle fit à treize ans).

Fig. 1 > Louis Dony d’Attichy, Histoire générale de l’ordre Sacré des Minimes, Paris, Sébastien Cramoisy, 1624. [Bibliothèque du CERCOR, Saint-Étienne]

  • 2 Henricus Sedulius, Imagines sanctorum Francisci et qui ex tribus ejus ordinibus relati sunt inter (...)

5Cette image tranche avec certains frontispices d’ouvrages du même type. Elle ne comporte pas en effet de personnages allégoriques comme les affectionne le goût baroque. Le cas est différent, par exemple, avec les Imagines Sanctorum Francisci et qui ex tribus ejus Ordinibus relati sunt de Sedulius, parues à Anvers en 1602, à la gloire des Frères mineurs2. À gauche sur la page de titre, on voit une statue de l’humilité (Humilitas, sapientiae conciliatrix) ; à droite, une statue de la pauvreté (Paupertas, rerum conservatrix). La figure de François d’Assise est absente. Si on veut tirer de cette illustration une interprétation de la spiritualité franciscaine, celle-ci semble reposer moins sur l’imitation d’un personnage que sur la fidélité à certaines vertus, la pauvreté et l’humilité. Le reste de l’illustration se rapproche de celle de Dony d’Attichy. Au-dessus du cadre central, une banderole porte une citation de l’Ecclésiastique (44, 1) : Laudemus viros gloriosos et patres nostros in generatione sua ; elle laisse entendre que la sainteté de l’ordre se continue de génération en génération. La page de titre de Dony d’Attichy, elle, nie toute temporalité : l’extase des Minimes procède de l’extase de François de Paule, toute cette société étant arrachée à l’espace et au temps.

6Les fils du Calabrais sont en outre placés les uns à côté des autres, toutes générations confondues, et non les uns au-dessus des autres, la disposition horizontale suggérant moins que la verticale la continuité dans le temps. La verticalité dans la représentation des saints se retrouve en revanche dans les frontispices de maintes collections de vies de saints franciscains. Il faut dire que la famille franciscaine est ancienne et qu’elle s’est divisée en de multiples ordres et observances : ces deux éléments, ancienneté et division, sont aisés à suggérer par la figure de l’arbre, solidement planté en terre et s’épanouissant en plusieurs branches. Ainsi en va-t-il des Flores seraphici de Charles d’Aremberg, publiés à Bruxelles en 1648 et livrés à la gloire des Capucins, mais inscrivant ceux-ci dans la continuité de tout le mouvement franciscain antérieur. Le bas de la page de titre des Flores seraphici nous montre François d’Assise bêchant la terre autour d’une plante dont deux branches vont s’enrouler autour de colonnes (fig. 2). Des silhouettes humaines sont autant de bourgeons germant sur ces branches ; tous sont des hommes réputés saints par la tradition franciscaine, dont beaucoup officiellement canonisés (Bérard, Bonaventure, Louis de Toulouse, Antoine de Padoue, etc.). Les branches se poursuivent au-delà de l’entablement des colonnes, au-dessus du cadre central, et vont se perdre dans une voûte ; là, des fleurs apparaissent, qui correspondent à des Capucins, à commencer par Matteo da Bascio en haut à droite. Sous la voûte, la Vierge, penchée à un balcon de nuages, tient dans chaque main un arrosoir dont l’eau est censée s’écouler jusqu’à la plante cultivée par saint François.

  • 3 Giuseppe Fiorini Morosini, Il carisma penitenziale di S. Francesco di Paola e dell’Ordine dei Mini (...)
  • 4 Gabriel Llompart, « Iconografia dello stato religioso », dans Dizionario degli Istituti di perfezi (...)

7Bien que vieux d’à peine deux siècles, les Minimes, dans le premier quart du xviie siècle, virent aussi parfois leur histoire représentée sous la forme d’un arbre, à l’exemple des Frères mineurs. À peu près contemporain de l’œuvre de Dony d’Attichy, l’Arbor Religionis sancti Francisci de Paula de J. Laura (1622)3 reprend ainsi un modèle iconographique qui finit par être utilisé peu ou prou par tous les ordres religieux, car si la ramification connote ancienneté et division, elle suggère aussi la vie commune, la fraternité conventuelle. L’arbre minime de Laura jaillit de la poitrine de François de Paule, tenant en main la Règle qu’illumine la devise Charitas, et déploie de nombreuses branches où prennent place, avec des didascalies, les religieux. Il renvoie à l’arbre de Jessé, également motif de prédilection de l’imagerie franciscaine à l’âge baroque4. La gravure, où figurent cent vingt-neuf minimes, a une dimension plus historique et moins hagiographique que la page de titre de Dony d’Attichy. Ce ne sont pas à l’évidence les seuls minimes morts en renom de sainteté mais tous les religieux éminents de l’ordre, à un titre ou à un autre, notamment les correcteurs généraux et provinciaux, que le graveur a voulu honorer.

Fig. 2 > [Charles d’Aremberg], Flores seraphici, ex amoenis annalium hortis Adm. R. P. F. Zachariae Bouerii Ord. FF. Minorum S. Francisci Capucinorum Definitoris Generalis collecti, sive icones, vitae et gesta virorum illustrium [...], Milan, C. Bonacina, 1648. [BnF]

  • 5 Jean Rousset, Anthologie de la poésie baroque française, Paris, Armand Colin, 1961, t. I, p. 6-9.

8La comparaison de l’iconographie dans les Flores seraphici et l’Histoire de Dony d’Attichy s’avère très éclairante. En premier lieu, la place donnée au fondateur dans les deux ouvrages est différente. François d’Assise, en bas chez d’Aremberg, est au fondement de son ordre, sur la croissance duquel il veille en bon jardinier ; mais les branches ensuite semblent vivre leur vie propre ; aucun des personnages-fleurs de l’arbre franciscain ne regarde vers François d’Assise. En revanche, chez Dony d’Attichy, François de Paule est en haut et concentre les regards de ses disciples : le fondateur n’est pas qu’à l’origine de l’ordre, il est aussi son aboutissement, son horizon mystique. D’autre part, nous voyons que les fleurs, dont Jean Rousset a dit l’importance dans l’imaginaire baroque, qui voit en elles la conjonction de la splendeur et de la fragilité, de la beauté et de la modestie5, sont très présentes dans les deux gravures. Elles montent au gré de la croissance de l’arbre franciscain chez d’Aremberg ; elles tombent depuis le paradis, telle une pluie de grâces, chez Dony d’Attichy. Chez ce dernier, elles n’évoquent pas l’éclosion de la sainteté, mais la profusion de faveurs célestes obtenues grâce à l’intercession de François de Paule.

  • 6 G. Fiorini Morosini, op. cit., p. 751.

9Dans les deux ouvrages, le Nom de Dieu en hébreu irradie du haut du ciel, tandis qu’en dessous, deux anges s’activent. Chez d’Aremberg, ils soutiennent un bandeau portant l’inscription Deus autem incrementum dedit, en harmonie avec le thème de la pousse végétale. Chez Dony d’Attichy, ils remettent à François de Paule le collier avec le blason de son ordre. On doit noter à ce propos que le récit de la transmission par saint Michel du blason des Minimes au fondateur ne semble pas connu. Ce récit est absent des sources originelles sur la vie du saint (procès de canonisation, Vita anonyme) et des biographies du xvie siècle. Il n’est attesté pour la première fois qu’en 1691 dans une vie de saint François de Paule due à Isidoro Toscano6. Cependant, cette tradition est probablement en train de prendre forme en 1624, comme le laisse à penser Dony d’Attichy qui, traitant de l’origine de la devise Charitas, ne mentionne pas saint Michel mais accrédite une angélophanie. La gravure de la page de titre n’est pourtant pas conforme à ce texte, qui parle d’un ange et non de deux, et ne dit pas que l’écusson était monté sur un collier :

  • 7 L. Dony d’Attichy, op. cit., p. 15.

La divine bonté daigna bien caresser ce saint patriarche jusque là, que de lui envoyer un ange qui lui porta de sa part un écusson, au milieu duquel était gravé en belles lettres d’or ce mot de Charité, contenant les armes et enseignes de sa milice. [...] qui ne s’étonnera que Dieu ait tant fait d’état de saint François de Paule, et de son humble famille, et petit troupeau des Minimes, que de leur composer lui-même ses armoiries et blason, les envoyer par un ambassadeur exprès qui ne fut autre qu’un courtisan du Ciel [...].7

  • 8 Imago primi saeculi Societatis Jesu a provincia flandro-belgica ejusdem Societatis repraesentata, (...)

10Malgré la fantaisie de la scène, on constate chez d’Aremberg comme chez Dony d’Attichy une volonté de mettre en valeur des personnages réels. Mais il n’en va pas toujours ainsi. Les ordres religieux sont quelquefois présentés comme des êtres collectifs abstraits, sans qu’aucune référence à un événement ou à un personnage historique soit identifiable. La célèbre Imago primi saeculi Societatis Jesu parue à Anvers chez Plantin en 1640 en offre un cas exemplaire (fig. 3)8. À gauche et à droite du titre, deux séries de trois emblèmes illustrent de manière allégorique des mystères chrétiens, notamment la puissance du Nom de Jésus. Aucun personnage historique, pas même Ignace de Loyola, n’est visible. On est devant un ballet empesé d’anges et de figures allégoriques sur fond d’architectures antiques. Alors que la métaphore usuelle des milites Christi aurait pu faire représenter la Compagnie de Jésus comme une phalange d’élus, la spiritualité jésuite est évoquée à travers un jeu de miroir entre des emblèmes et des fragments textuels qui en livrent la clé. L’Histoire de Dony d’Attichy en revanche décrit la sainteté non comme la mise en œuvre de vertus abstraites, selon une logique idéaliste et déductive, mais comme l’aspiration commune d’une turba magna trouvant son unité dans la contemplation du fondateur. Celui-ci occulte le Christ lui-même, absent de l’illustration comme il l’est presque du texte qui suit.

SAINT FRANÇOIS DE PAULE : UN EXEMPLE OU UN MODÈLE ?

  • 9 Cette liste et les suivantes respectent les formes francisées et l’orthographe adoptées par Dony d (...)
  • 10 François Binet, Jean Abundance, Simon Guichard, Bernard Magaigne, Jean Dehem, Jean Ropitel, Jean A (...)
  • 11 Bernard Buyl, Diego Barbuto, André de Mora, Jean Portugais, Ambroise de Jésus, Antoine de Los Reye (...)
  • 12 Eustache Apvril, Arnold d’Otrante et Archange de Messine, Guillaume de Châtellerault, Pierre de Cu (...)
  • 13 Martyrs des musulmans dans le royaume de Grenade, martyrs des protestants en Bohême et en Autriche
  • 14 Marie de Montenegro (d’Andujar), Agnès de Quesada (de Grenade), Marie de Arce (d’Archidona).
  • 15 Dorothée La Grutta, Nymphe Scholaro, Brigide Piloni, Marine de Saint-Georges, Étienne Seraphina, É (...)
  • 16 Hieronyma de Paterne, Cécile de Faccio de Palerme (à Trapani), Sigismonde de Palerme, Angélique Lé (...)
  • 17 Grâce de Valence, Béatrix de Ribadeneira de Ribera (à Tolède).

11Il convient en effet d’entrer dans le détail du texte pour déterminer si, au-delà du catalogue de notices plus ou moins développées, une cohérence d’ensemble se laisse deviner en termes de théologie spirituelle. En plus de François de Paule, dont la vie est résumée dans le livre premier, les personnages dont la vie est racontée par Dony d’Attichy peuvent être répartis en quatre catégories : quinze Italiens9, quatorze Français10 et dix-neuf Espagnols11 du premier ordre, prêtres et laïcs ; les martyrs, de toute nationalité (outre François de Paule considéré comme le premier martyr de l’Ordre, onze cas individuels sont retenus12, ainsi que quelques groupes de martyrs indifférenciés13) ; les religieuses du second ordre (trois Espagnoles14, dix-sept Italiennes15, aucune Française) ; les tertiaires (huit Italiennes16, deux Espagnoles17, quelques Françaises évoquées en vrac, et François de Sales).

  • 18 Joannes Nadasi, Pretiosae occupationes morientium in Societate Jesu, Rome, J. A. de Lazaris Varesi (...)

12Qui veut mettre à jour une physionomie spirituelle des Minimes à partir de cette galerie de portraits est vite confronté à la déception. En effet, chaque biographie est une enfilade des lieux communs de l’hagiographie post-tridentine : impeccabilité des mœurs, observance exemplaire, goût de la pénitence. Le recours au stéréotype obscurcit le profil authentique des personnages. Seul le rappel des circonstances dans lesquelles se sont produits des mirabilia donne un peu de chair à ces biographies au niveau d’information inégal : la date et l’endroit du décès ne sont pas toujours donnés, alors même que les détails de l’agonie, eux, nous sont relatés selon un ordre minutieux et invariable (prophétie du décès, maladie ultime, derniers sacrements, recommandations aux frères, dernier soupir) ; une suite d’étapes similaire sert d’ailleurs d’armature aux Pretiosae occupationes morientium in Societate Jesu publiées par Giovanni Nadasi en 165718. Il importe moins à Dony d’Attichy de restituer les pensées ou les actions des Minimes que de démontrer leur conformité à un archétype qui est plus celui de la vie religieuse en général que de la vie minime proprement dite. Les références à l’humilité et à la charité, les deux vertus volontiers présentées comme typiques des Minimes, sont souvent trop rapides et trop vagues pour ne pas paraître factices.

Fig. 3 > Imago primi saeculi Societatis Jesu a provincia flandro-belgica ejusdem Societatis repraesentata, Anvers, Ex officina Plantiniana B. Moreti, 1640. [BnF]

  • 19 L. Dony d’Attichy, op. cit., épître dédicatoire, n. p. [p. 3].
  • 20 Éric Suire, La Sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviiie siècles), d’après les text (...)

13Le rapport de chaque minime à François de Paule est complexe. Dony d’Attichy répugne à considérer les plus insignes de ses coreligionnaires comme de dignes et complets imitateurs de François de Paule. Ceux-ci sont au mieux qualifiés d’« imitateurs de ses vertus »19. De fait, cette figure archaïsante, dernier ermite fondateur canonisé vivant au seuil des Temps Modernes, défie la distinction entre Vorbild et Modell, distinction forgée par Max Scheler et reprise aujourd’hui par des historiens comme Éric Suire. « Les saints anciens, datant de l’Antiquité et du Moyen Âge, illustrent en général des valeurs ou des vertus, et tiennent lieu d’exemples, tandis que les saints récemment canonisés, issus de la Réforme catholique, illustrent plutôt des fonctions et font office de modèles »20. Or, si François de Paule participe du mouvement de réforme intra-ecclésial des xve-xvie siècles, il n’en propose pas moins un idéal passéiste au regard de certaines évolutions ; qu’on songe, par exemple, à la constitution du type du clerc régulier au sein de l’Oratoire de l’Amour divin. À suivre Dony d’Attichy, le fondateur se pose plus en exemple qu’en modèle. L’exemple n’entrave pas la liberté de l’imitateur et s’accommode d’adaptations du charisme initial – le passage de l’érémitisme au cénobitisme n’en est-il pas la marque même ? Le modèle, lui, suppose la duplication. Or, dans le cas de François de Paule, Dony d’Attichy sous-entend que la profusion des grâces extraordinaires est telle qu’elle rend difficile voire impossible l’imitation mimétique. Ainsi les Minimes sont-ils moins appelés à reproduire la vie de leur fondateur qu’à consentir à l’esprit qui l’anima et les pousse maintenant vers un idéal dont il n’importe pas vraiment de savoir s’il peut être atteint ou non.

14Dès lors, si on cherche un modèle hagiographique chez Dony d’Attichy, il concerne moins les individus que la congrégation dans son ensemble. On comprend mieux ainsi pourquoi cette collection de vies édifiantes s’intitule Histoire générale de l’ordre sacré des Minimes et non pas Recueil des vies des plus illustres religieux, par exemple. La succession des biographies a moins pour but de dégager les caractéristiques du minime type, ou de fournir le matériau d’un possible traité de spiritualité minime, que de faire comprendre comment tous ont contribué à préciser la physionomie d’une nouvelle famille religieuse. Le cœur du propos est la signification providentielle de la naissance et du développement de l’ordre dans l’Église universelle.

15Un genre littéraire présent à divers endroits du livre éclaire les objectifs de l’auteur et sa conception du rôle de son institut dans le concert des ordres religieux. Il s’agit de la préface, qui adopte trois formes : l’épître dédicatoire, la préface générale et les préfaces de sept des huit livres qui constituent la trame textuelle. L’épître dédicatoire en appelle d’emblée à Urbain VIII pour obtenir la béatification des Minimes qu’il voudra bien distinguer. La dimension hagiographique de l’entreprise est donc revendiquée dès les premières lignes :

  • 21 L. Dony d’Attichy, op. cit., épître dédicatoire, n. p. [p. 3].

C’est cet Ordre dont le glorieux Patriarche et Instituteur saint François de Paule a fait tant de merveilles et de prodiges, et dont les bienheureux enfants qui ont suivi ses traces et son exemple, se rendant imitateurs de ses vertus, se présentent aujourd’hui par mes mains à Votre Sainteté, de laquelle ils attendent la béatification et canonisation, comme l’accomplissement de leur béatitude et gloire accidentelle, qui ne peut venir que d’un oracle de votre bouche.21

16Mais Dony d’Attichy montre plus loin, dans la préface générale, qu’il est conscient que la dénomination des personnages célébrés pose problème en un temps de codification plus rigoureuse de la qualification des candidats aux autels, Rome étant en train de rendre obligatoire pour chaque cause un procès super non cultu :

  • 22 Ibid., préface générale, n. p. [p. 8].

J’ai donné indifféremment ce nom de bienheureux et bienheureuse à tous les religieux et religieuses dont j’ai écrit, qui sont décédés en réputation de sainteté, quoiqu’[ils] ne soient pas béatifiés par le Saint-Siège. En quoi j’ai suivi le commun usage de parler, par lequel on attribue ce titre à tous les gens de bien qui sont morts avec quelque marque de sainteté, mais distinguant pourtant entre ceux qui sont déclarés tels par le Saint Père, de quoi j’ai voulu avertir le lecteur, afin qu’il ne s’y trompe pas.22

17La préface générale précise les conditions d’élaboration de l’ouvrage. L’auteur déclare n’avoir retenu qu’une partie de l’information collectée, anticipant le reproche d’avoir composé une synthèse trop brève :

  • 23 Ibid., n. p. [p. 3].

[...] j’ai encore la matière d’un volume aussi gros que celui-ci, que je réserve à la seconde édition, pour en composer l’Histoire générale de l’Ordre sacré des Minimes, dont je n’ai fait ici que tracer un abrégé, pour contenter l’impatience de ceux qui désirent avidement d’en avoir quelque connaissance [...].23

  • 24 Ibid., n. p. [p. 7].

18Il redoute en outre les critiques sur son style, qu’il estime « bas et rampant24 », ce qu’il justifie par la rapidité avec laquelle il a dû composer une œuvre très attendue. Mais il déclare aussi que la simplicité de forme convient bien de toute façon à qui écrit sur un ordre qui a « la simplicité pour apanage ». Il souligne l’étendue de l’enquête effectuée, qui donne une importance égale à la France, à l’Italie et à l’Espagne, mais dont on doit dire qu’elle néglige les mondes slave et germanique. Il affirme enfin son souci des sources, en réalité presque toutes de seconde main.

  • 25 Ibid., n. p. [p. 5].

Dieu et mon bon ange me sont témoins combien j’ai été exact en mes recherches, combien scrupuleux en ma fidélité, n’ayant point été paresseux d’écrire jusqu’en Espagne et Italie, pour m’assurer quelquefois d’une seule circonstance appartenant à l’intégrité de cette Histoire [...].25

19Indice d’une rationalisation du discours hagiographique, l’auteur anticipe les préventions qui pourraient naître à la lecture de détails jugés incongrus. La geste miraculaire des Minimes, surtout celle de François de Paule, est susceptible de provoquer incrédulité et raillerie. Dony d’Attichy repousse cette prévention en distinguant lecture sacrée, la seule qui convienne à cette sorte d’ouvrages, et lecture profane, celle des esprits forts ou tout au moins méfiants à l’égard du merveilleux.

Il y a certaines vies où j’ai mis des traits fort beaux et remarquables de la simplicité chrétienne de quelques bons religieux, qui sembleront aux gens du monde frivoles et de peu de conséquence. Et je ne doute pas que si cette Histoire tombe entre les mains de ces esprits railleurs qui se moquent de tout, voire même des choses les plus saintes, qu’ils ne se rient aussi de celles-ci, comme de contes faits à plaisir. [...] Il ne faudra donc pas s’étonner si quelques exemples, que nous avons pourtant fort clairsemés, pour ne point donner sujet à ces gens de mordre, sont trouvés ridicules à ceux qui ont le goût dépravé.

  • 26 Ibid., n. p. [p. 8-9].

Jadis ès temples devant que de commencer les sacrifices on criait à son de trompe : « Dehors les chiens, dehors, les profanes » ; j’en dis de même à ces esprits profanes, qu’ils n’ont point de part à la lecture de cette Histoire. Elle est toute sainte, et veut des lecteurs qui soient saints, auxquels l’humilité de Jésus Christ et de ses bons serviteurs ne fasse point mal au cœur [...]. 26

20Pour autant, il n’est pas sûr qu’il ne partage pas lui-même ces réticences, tant il est vrai que si les miracles les plus connus de François de Paule sont rappelés au livre premier, leur récit en est sobre et le renoncement à l’exhaustivité assumé.

21La préface du livre premier annonce que l’étude des saints minimes nécessite au préalable une connaissance approfondie de François de Paule, et ce pour deux raisons. La première est résumée par une métaphore organiciste faisant de François de Paule la tête d’un corps dont les Minimes sont les membres, en écho à la théologie paulinienne du corps mystique :

  • 27 Ibid., t. I, p. 1.

[...] il a été non seulement le chef et instituteur de cet Ordre, mais encore le plus éminent et illustre entre les éminents et illustres en sainteté ; comme il est vrai que le chef a de l’éminence sur tout le reste des membres du corps humain.27

22D’autre part, François de Paule récapitulerait en sa personne trois catégories de saints, car il est dit martyr, confesseur et vierge :

  • 28 Ibid., p. 2.

[...] il fut plus que martyr, car les autres ne le sont qu’en la mort, mais celui-ci le fut en certaine façon en sa vie, en sa mort, et après sa mort : en sa vie par la pratique ordinaire de ses extraordinaires austérités, qui sont ce long martyre dont parle S. Bernard au sermon qu’il a fait en l’octave de Pâques ; en sa mort étant mort en la croix de la pénitence, et vie quadragésimale qu’il avait instituée, et qui est à vrai dire une espèce de martyre ; et après sa mort son corps ayant été brûlé par les hérétiques [...]. Il fut confesseur, car c’est en cette qualité que l’Église notre Mère en fait la fête, c’est dis-je, en ce rang qu’elle l’a mis au rang et catalogue des saints. Enfin il fut vierge [...], il mourut avec une pureté angélique de corps et d’âme, qu’il ne souilla jamais par aucune pensée, moins encore par une action déshonnête, ayant conservé toute sa vie le beau lys de la virginité en sa blancheur et fraîcheur naturelle. Et ce sont les trois chemins, de sang, de pourpre, et de lait, par lesquels notre Seigneur a conduit le juste saint François : de sang comme martyr, de pourpre en tant que confesseur, et de lait en qualité de vierge.28

23La conclusion du livre premier explicite certains points de la préface : la sainteté dans l’ordre des Minimes n’est qu’un effet de la sainteté suréminente de François de Paule. Les faveurs célestes dont jouit la congrégation procèdent de celles dont il a été d’abord gratifié :

  • 29 Ibid., p. 137.

[...] saint François ne cesse encore tous les jours de faire des miracles, soit à son tombeau, soit à l’invocation de son nom, soit par l’attouchement de ses reliques : car à bien considérer les choses, chacun de nos couvents sont autant de miracles de ce grand saint, n’y en ayant presque pas un auquel ne reluise quelque merveille particulière [...] en considération de quelque singulier bienfait reçu du Ciel par l’entremise de ce bienheureux Patriarche.29

DE LA SAINTETÉ SURÉMINENTE DE FRANÇOIS DE PAULE

24La diffusion des grâces reçues par François de Paule à son ordre est à nouveau évoquée dans la préface du livre II au moyen d’une métaphore héliocentrique courante à l’âge baroque : le fondateur est un soleil dont les disciples sont les étoiles en reflétant l’éclat.

  • 30 Ibid., p. 140.

Comme ainsi soit que les étoiles, outre la lumière du soleil et beauté de la lune, ne laissent pas encore d’orner le firmament, et recréer la vue des hommes avec leur clarté, quoique étrangère et empruntée ; ainsi moi qui ai jusqu’ici traité de cette Histoire des splendeurs et lumières de notre glorieux Père S. François de Paule son soleil, et de la beauté de sa sainte et sacrée religion sa lune spirituelle et mystique, j’ai cru qu’il était raisonnable en suite de cela, faire aussi mention de ces resplendissantes étoiles, lesquelles à l’imitation de ce grand saint, donnent de l’éclat et de la gloire en sa sainte famille.30

25L’auteur enchaîne en démontrant la primauté d’honneur revenant à l’Italie en tant que foyer de l’ordre mais aussi en vertu du nombre de religieux morts en réputation de sainteté. Cette idée est illustrée par une quadruple métaphore : le berceau, la source, la souche et le cep.

  • 31 Ibid., p. 140-141.

[L’Italie] est le berceau de notre religion, c’est la source d’où sont issus tant de ruisseaux qui se sont épanchés en tant d’endroits ; c’est, dis-je, la souche de laquelle sont sorties tant de belles branches et rameaux verdoyants de sainteté, qui se sont épandus de toutes parts. Enfin c’est le cep qui s’est depuis multiplié et provigné si plantureusement par les principales parties de la chrétienté pour la gloire de Dieu, l’ornement et utilité de son Église, et le profit spirituel d’une infinité d’âmes qui se sont sauvées par ce moyen de la mer orageuse du monde [...].31

  • 32 Paul de Paterne, Jean de Saint-Lucide, Jean de Gênes, Bernardin de Cropulatù et Jean de la Rocque.
  • 33 L. Dony d’Attichy, op. cit., t. I, p. 164.

26En décrivant l’éclosion des Minimes en Italie, Dony d’Attichy met à l’honneur le groupe des premiers disciples du fondateur, selon une structure narrative qui fait songer à la vie des protofranciscains. Il dresse ainsi le portrait de cinq compagnons32, dont le plus fameux est Paul de Paterno, et nous informe que pour ce dernier a été entamée une procédure de béatification, un temps retardée par l’achèvement de la cause de canonisation de François de Paule puis reprise en 159433.

  • 34 Ibid., p. 265.
  • 35 Ibid., p. 266.
  • 36 Ibid., p. 267.

27Dans la préface du livre III, la France est dite tenir dans l’ordre « le second rang de primogéniture et antiquité34 ». Dony d’Attichy s’attache à prouver l’excellence de la France, à peine moindre que celle de l’Italie, en avançant trois arguments : la multiplication des fondations, la qualité de l’observance, et le rôle de la France dans l’expansion ultérieure de l’ordre en Europe. À propos du deuxième argument, l’auteur s’autorise à penser que François de Paule a gratifié d’une bénédiction spéciale sa terre d’adoption, ce qui expliquerait la valeur particulière des Minimes français, rendue manifeste par le nombre des correcteurs généraux issus de France35. De plus, il associe à la fonction de fondateur, dévolue à François de Paule, la fonction de principal organisateur, endossée par François Binet. Intuition charismatique et stabilisation administrative constituent deux moments d’une même mission fondatrice qui se perpétue après le temps du fondateur, selon un schéma binaire classique dans l’hagiographie – voyez les couples saint Norbert et Hugues de Fosses, saint Bruno et Guigues le Chartreux, saint Dominique et Jourdain de Saxe, etc. Si à l’Italie appartient la gloire d’avoir vu la conception de l’ordre, la France peut s’enorgueillir d’avoir été l’instrument de sa diffusion dans la péninsule ibérique et dans l’Europe rhénane et danubienne. Dernier élément au crédit des Minimes français : ils ont contribué à empêcher la victoire des protestants dans leur pays36. Écrivant juste après l’écrasement des protestants du Languedoc par Louis XIII et juste avant l’accession de Richelieu au ministériat, Dony d’Attichy fait des Minimes un outil majeur de la Contre-Réforme en France, quitte à exagérer leur rôle en ce domaine.

  • 37 Ibid., p. 508.
  • 38 Ibid., p. 671-708.

28La préface du livre IV traite de l’excellence de l’Espagne, qui est à son tour soulignée, bien qu’elle ne soit pas du même ordre que celle de l’Italie ou de la France. L’Espagne est la nation où les Minimes auraient été le mieux accueillis, et où la sainteté se serait épanouie dans les conditions les plus favorables. Une raison surnaturelle expliquerait cette situation privilégiée : c’est le miracle supposé être à l’origine de l’histoire de l’ordre dans la péninsule ibérique, à savoir, à la fin de la Reconquista, la prise de Malaga prédite par François de Paule via des émissaires envoyés depuis la France. Les Minimes, parmi d’autres, auraient ainsi façonné l’Espagne du Siècle d’Or et concouru à en faire une terre d’élection du catholicisme37. Cas unique dans l’ouvrage : on trouve à propos du frère Juan de Santa Maria, oblat mort à Jeres de la Frontera en 1605, un dossier de pièces réclamant l’ouverture d’un procès de béatification38.

  • 39 Ibid., t. II, p. 1-3.
  • 40 Ibid., p. 56-57.

29La préface du livre V, de médiocre intérêt, porte sur les martyrs39. Deux circonstances historiques ont refait au xvie siècle du martyre un thème d’actualité : les progrès de la Réforme ; la menace turque et barbaresque. Tous les récits de martyres obéissent ici aux canons du genre : la qualité de minime disparaît derrière une description convenue des souffrances endurées. Avec la préface du livre VI, sur les religieuses minimes, le panégyrique, après un long éloge de la virginité, laisse sourdre pour la première fois une inquiétude : l’auteur en effet constate l’inégal dynamisme des premier et second ordres. Il trouve deux raisons au moindre développement des couvents féminins : l’extrême ascétisme de la vie minime et, facteur connexe, la répugnance des prêtres du premier ordre à promouvoir un style de vie jugé inutilement éprouvant pour des femmes40.

  • 41 Ibid., p. 97-100.
  • 42 Ibid., p. 100.
  • 43 Ibid., p. 256-263.
  • 44 Ibid., p. 159-167.

30La préface du livre VII, consacrée au tiers ordre, commence par une typologie des formes de vie adoptées par les tertiaires, selon qu’ils font ou pas les vœux de religion, qu’ils mènent ou pas une vie communautaire41. Le lecteur est averti de la quasi absence de figures masculines42. Parmi les hommes entrés dans le tiers ordre se détachent pourtant quelques personnalités, comme le frère Andrea Pepoli de Castellamare, évoqué abusivement dans le livre II sur les religieux italiens du premier ordre ; Dony d’Attichy note à son sujet le lancement d’une enquête diocésaine en vue de la béatification43. On remarque l’absence de monographies concernant les Français. L’auteur s’en explique dans la conclusion du livre VII en arguant du petit nombre de mémoires reçus sur le sujet44. Autre élément explicatif : leur vie obscure a sans doute été si conforme à l’idéal minime qu’aucune publicité n’a pu leur être faite. En outre, contrairement à la situation italienne ou espagnole, il n’existe pas en France de communautés de tertiaires minimes. Faute de trouver parmi les tertiaires français beaucoup de candidats aux autels, Dony d’Attichy se rabat sur le catalogue des grands noms du royaume entrés dans le tiers ordre, conséquence de la protection royale depuis Louis XI. Trois cas de probable sainteté sont néanmoins relevés. Le premier fera effectivement l’objet d’une canonisation, puisqu’il s’agit de François de Sales, qui reçut le cordon des mains du P. de Billy au couvent de la Plaine à Grenoble. Deux femmes sont aussi mentionnées : Marie du Drac, veuve de Jacques Avrillot et parente de Madame Acarie, morte en 1590 ; et la veuve du conseiller de Bérulle, mère du fondateur de l’Oratoire de France, toujours en vie en 1624.

31Pour conclure, l’ouvrage de Dony d’Attichy trahit, au-delà d’un mode d’expression conventionnel, un regard particulier sur les Minimes. Leur sainteté est d’abord celle de l’ordre dans sa réalité mystique. S’il y a des saints chez les Minimes, c’est parce qu’il leur a été donné de puiser dans le trésor de grâces que le fondateur a obtenu de Dieu pour sa fondation. La question des apostolats n’est jamais abordée en tant que telle. La vie minime consiste moins dans telle ou telle attitude que dans la référence constante et globale au fondateur. Un problème se pose pourtant : François de Paule, dont la vie baigne dans l’élément miraculaire et l’austérité la plus rude, ne fait-il pas partie de ces saints mirandi sed non imitandi ? Que peut dès lors signifier « l’imitation de saint François de Paule » ? La posture même des Minimes dans l’illustrationtitre suggère cette difficulté : tous sont dans une contemplation passive du triomphe de leur fondateur Père. La vie minime de fait est d’abord un arrachement à la terre et une anticipation de la vie céleste. Elle est un signe eschatologique, comme pouvait l’être celle des Pères du Désert, auquel le passé anachorétique de François de Paule ne cesse de renvoyer malgré le choix du cénobitisme. Par leur détachement, leur contemptus mundi, les Minimes doivent être sur terre un reflet du monde angélique. La préface du livre II est sur ce point éloquente :

  • 45 Ibid., p. 141.

vivant, dis-je, ainsi en une générale disette de tout, en un perpétuel oubli des choses de la terre, et au contraire en une continuelle méditation et contemplation des célestes, s’adonnant surtout à l’humilité et charité, qui est l’esprit que saint François de Paule a voulu donner à son Ordre, et représentant mieux par leur pureté de cœur, et sainte façon de vivre, des anges descendus du ciel, que des hommes vivant en terre avec un corps mortel [...].45

  • 46 Ibid., p. 38.

32Cette radicalité ascétique est d’autant plus prégnante que Dony d’Attichy passe rapidement sur la production théologique des religieux les plus savants (Gaspare del Fosso, François Binet, François Humblot, etc.), comme si le développement des études risquait d’être perçu comme contraire à la vocation initiale des Minimes, et ce au moment même où certains couvents français, à commencer par la place Royale, sont en train de devenir de grands foyers intellectuels. La possible confusion entre Minimes et Mineurs est aussi dénoncée : imputée à une ressemblance phonétique plutôt qu’à une proximité spirituelle, elle fait l’objet d’une réprobation explicite au livre V dans le récit des vies de Jean et Thomas Felton46. Au total, l’ordre tel que le présente Dony d’Attichy est moins une société organisée – les références à la Règle sont assez peu nombreuses – que la communion de ceux que meut un même amour du fondateur. La juxtaposition des divers ordres, sexes et nationalités sur la page de titre va dans ce sens.

33En un temps où la politique de Richelieu n’a pas encore ruiné le rêve d’une entente entre les puissances catholiques, dont certains continuent de nourrir l’espérance qu’elles renonceront à leurs rivalités en vue du triomphe de l’Église romaine, les trois grandes nations constitutives de l’ordre des Minimes se voient reconnaître un charisme spécifique au sein de la congrégation : à l’Italie, la primauté que donnent l’antériorité et la fonction de conservatoire de l’esprit originel de l’ordre (ou, pour le dire selon un symbolisme végétal qu’on a plusieurs fois repéré : l’ensemencement et la germination) ; à la France, la dynamique d’expansion, à l’échelle nationale et internationale (la prolifération) ; à l’Espagne, l’épanouissement de la vie régulière dans un contexte socio-politique spécialement favorable (l’efflorescence).

Notes

1 Louis Dony d’Attichy, Histoire générale de l’ordre sacré des Minimes, Paris, Sébastien Cramoisy, 1624, préface générale, n. p. [p. 2-3].

2 Henricus Sedulius, Imagines sanctorum Francisci et qui ex tribus ejus ordinibus relati sunt inter divos, cum elogiis, Anvers, Apud P. Gallacum, 1602.

3 Giuseppe Fiorini Morosini, Il carisma penitenziale di S. Francesco di Paola e dell’Ordine dei Minimi. Storia e spiritualità, Rome, Curia generalizia dell’Ordine dei Minimi, 2000, planches, ill. 4.

4 Gabriel Llompart, « Iconografia dello stato religioso », dans Dizionario degli Istituti di perfezione, Guerrino Pelliccia (dir.), Rome, Edizioni Paoline, 1977, t. IV, col. 1608-1609.

5 Jean Rousset, Anthologie de la poésie baroque française, Paris, Armand Colin, 1961, t. I, p. 6-9.

6 G. Fiorini Morosini, op. cit., p. 751.

7 L. Dony d’Attichy, op. cit., p. 15.

8 Imago primi saeculi Societatis Jesu a provincia flandro-belgica ejusdem Societatis repraesentata, Anvers, Ex officina Plantiniana B. Moreti, 1640.

9 Cette liste et les suivantes respectent les formes francisées et l’orthographe adoptées par Dony d’Attichy : Paul de Paterne, Jean de Saint-Lucide dit le Simple, Jean de Gênes, Bernardin de Cropulatù, Jean de la Rocque, Matthieu Coelico, Antoine de Risoleo, Jérôme de Malviso, Jean de La Tropea dit le Déchaux, Jean Pobiano, Patience de Bologne, Sancto de Palerme, François Ceccard de Gênes, Gaspare del Fosso, André Laurin.

10 François Binet, Jean Abundance, Simon Guichard, Bernard Magaigne, Jean Dehem, Jean Ropitel, Jean Allart, Pierre-André Challuau, Jean-Baptiste Desbois, Jean-François de Binans, Roland Guichard, Étienne Justice, François Humblot, Joseph Le Tellier.

11 Bernard Buyl, Diego Barbuto, André de Mora, Jean Portugais, Ambroise de Jésus, Antoine de Los Reyes, Barthélemy Martinez, Jérôme de Contreras, Louis d’Espinosa, Philippe de Moncloua, Jean de La Barreda, Jean Abarca, Blaise de Montauban, Simon Garcia, Pierre de Valdes, Gaspard Bon [Gaspard de Bono, béatifié en 1786], Jean de Sainte-Marie, Jérôme Hernandes de Molina, Antoine de Los Rios.

12 Eustache Apvril, Arnold d’Otrante et Archange de Messine, Guillaume de Châtellerault, Pierre de Cuellar et Jean Vegel, Nicolas Ficquet, Thomas Felton et son père Jean Felton [béatifiés en 1929], Joseph de Torres, Guillaume Serreux.

13 Martyrs des musulmans dans le royaume de Grenade, martyrs des protestants en Bohême et en Autriche.

14 Marie de Montenegro (d’Andujar), Agnès de Quesada (de Grenade), Marie de Arce (d’Archidona).

15 Dorothée La Grutta, Nymphe Scholaro, Brigide Piloni, Marine de Saint-Georges, Étienne Seraphina, Élisabeth Crispo, Febronia de Montléon, Euphrase de Montléon, Réparate de Palerme, Hieronyma Gugliazzo, Sigismonde Categgera, Olive Incorbera, Eugénie Cirviclio, Barbe Minnesi, Arménie Savuto, Marie de Messine, Bernarde de Montfort. Sauf les deux dernières religieuses, de Messine, toutes les autres sont de Palerme, ce qui s’explique par le fait que Dony d’Attichy dépend presque totalement d’une seule source, une série de mémoires manuscrits sur la Sicile dus au Père Joseph de Messine.

16 Hieronyma de Paterne, Cécile de Faccio de Palerme (à Trapani), Sigismonde de Palerme, Angélique Léonce de Milazzo, Pélagie Léonce de Milazzo, Julienne d’Ala (à Milazzo), Louise de Ventimiglia (à Catane), Pinuzze de Messine.

17 Grâce de Valence, Béatrix de Ribadeneira de Ribera (à Tolède).

18 Joannes Nadasi, Pretiosae occupationes morientium in Societate Jesu, Rome, J. A. de Lazaris Varesii, 1657.

19 L. Dony d’Attichy, op. cit., épître dédicatoire, n. p. [p. 3].

20 Éric Suire, La Sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviiie siècles), d’après les textes hagiograhiques et les procès de canonisation, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2001, p. 143.

21 L. Dony d’Attichy, op. cit., épître dédicatoire, n. p. [p. 3].

22 Ibid., préface générale, n. p. [p. 8].

23 Ibid., n. p. [p. 3].

24 Ibid., n. p. [p. 7].

25 Ibid., n. p. [p. 5].

26 Ibid., n. p. [p. 8-9].

27 Ibid., t. I, p. 1.

28 Ibid., p. 2.

29 Ibid., p. 137.

30 Ibid., p. 140.

31 Ibid., p. 140-141.

32 Paul de Paterne, Jean de Saint-Lucide, Jean de Gênes, Bernardin de Cropulatù et Jean de la Rocque.

33 L. Dony d’Attichy, op. cit., t. I, p. 164.

34 Ibid., p. 265.

35 Ibid., p. 266.

36 Ibid., p. 267.

37 Ibid., p. 508.

38 Ibid., p. 671-708.

39 Ibid., t. II, p. 1-3.

40 Ibid., p. 56-57.

41 Ibid., p. 97-100.

42 Ibid., p. 100.

43 Ibid., p. 256-263.

44 Ibid., p. 159-167.

45 Ibid., p. 141.

46 Ibid., p. 38.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Louis Dony d’Attichy, Histoire générale de l’ordre Sacré des Minimes, Paris, Sébastien Cramoisy, 1624. [Bibliothèque du CERCOR, Saint-Étienne]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Légende Fig. 2 > [Charles d’Aremberg], Flores seraphici, ex amoenis annalium hortis Adm. R. P. F. Zachariae Bouerii Ord. FF. Minorum S. Francisci Capucinorum Definitoris Generalis collecti, sive icones, vitae et gesta virorum illustrium [...], Milan, C. Bonacina, 1648. [BnF]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Fig. 3 > Imago primi saeculi Societatis Jesu a provincia flandro-belgica ejusdem Societatis repraesentata, Anvers, Ex officina Plantiniana B. Moreti, 1640. [BnF]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

Auteur

Maître de conférences en Histoire moderne
Université de Saint-Étienne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par