Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles)

 | 
Myriam Bacha

Partie III. Croisements de paradigmes architecturaux et trajectoires de professionnels

De l’usage et du brassage des modèles architecturaux dans le Maghreb colonial : itinéraires d’architectes et d’entrepreneurs italiens

Christophe Giudice

Texte intégral

1Pour appréhender l’architecture développée en Afrique du Nord pendant la période coloniale, nous avons privilégié l’étude des itinéraires professionnels et familiaux de plusieurs architectes et entrepreneurs ayant officié à Tunis et à Casablanca. Cette démarche vise à mieux percevoir comment ces constructeurs des xixe et xxe siècles ont pu exprimer un art de bâtir spécifique à l’Afrique du Nord sous domination française, en jouant à la fois de l’usage des pratiques locales, tout en introduisant des savoirs extérieurs. Cette enquête n’est pas exclusivement architecturale ou patrimoniale. La question est de savoir comment l’expérience du terrain a pu être valorisée face à des savoirs, des pratiques et des théories importées d’Europe (J. Nasr et M. Volait, 2003, 2). Notre hypothèse de départ est de considérer la ville, son aspect et son patrimoine bâti comme la projection d’une société tout entière (P. Massé, 1964, 7). Son architecture serait le produit d’une société complexe qui ne se limiterait pas à une opposition binaire entre colons et colonisés. En effet, si les villes « neuves » s’établissent généralement sur des terrains vierges, leurs « bâtisseurs » ne sont pas sans passé et elles portent en elles une partie de leur parcours et de leur histoire. C’est donc une histoire urbaine et sociale du Maghreb colonial qu’il est ainsi possible de dresser.

2Notre démarche a donc été de suivre le parcours de ces spécialistes entre l’Algérie, la Tunisie et le Maroc. Cette entrée par la prosopographie professionnelle a l’avantage de montrer comment, au quotidien, les grands principes fondateurs de la France coloniale ont pu être adaptés ou contournés par les opérateurs de la construction pour engendrer un ensemble d’ouvrages inédits. Nous tentons ainsi de dépasser un examen qui ne reposerait qu’exclusivement sur les directives générales de la puissance coloniale. Bien sûr, la grille d’analyse politique est utile pour apprécier les grandes orientations en matière d’aménagements urbains et de projets architecturaux. Les bâtiments destinés à l’administration publique peuvent effectivement être le reflet d’un projet précis devant incarner un nouveau type de souveraineté. L’espace bâti devenant un outil de propagande, l’architecture s’apparente dès lors à un support de l’idéologie coloniale (F. Béguin, 1982, 33). Toutefois, qu’en est-il des productions ordinaires et des productions privées ? Peut-on interpréter l’origine de la commande d’une maison Art déco, d’un immeuble de rapport néo-mauresque ou de logements populaires par le seul biais d’une analyse politique ? Les difficultés de conservation et de consultation des archives ne doivent pas légitimer la lecture des façades comme seul outil d’analyse.

  • 1 Nous avons principalement utilisé, pour cette enquête, les archives de la Conservation foncière de (...)
  • 2 L’Almanach du Maroc et L’indicateur Tunisien ont été dépouillés de 1912 à 1948.
  • 3 Nous avons exploité les informations collectées et mises sous fiches par Marie-Laure Crosnier-Leco (...)

3Notre enquête s’est orientée vers la collecte de sources disponibles à Tunis et à Casablanca1. La première démarche a donc été de dépouiller les annuaires professionnels et les almanachs2. Nous avons eu accès à des archives privées (principalement celles de Domenico Basciano) et nous avons complété nos informations par l’étude des fiches d’admission à l’École des Beaux-arts de Paris3. Nous avons exploité en particulier, les permis ou autorisations de bâtir des municipalités ce qui nous a permis, à la fois de cerner la nature des bâtiments réalisés et de toucher l’ensemble du monde du bâtiment, du sommet à la base. Cette approche nous a semblé la mieux adaptée pour combler les interstices d’une histoire architecturale qu’il est possible de raconter « au pied du mur », voire au « ras du sol » (J. Revel, 1989, XIII), du moins telle est notre ambition. Le milieu du bâtiment s’apparente à une pyramide dont la cime serait occupée par des architectes diplômés, reconnus : ceux de nationalité française étant appelés à réaliser des bâtiments publics ; et les autres – Italiens (A. Salmieri, 2002, 170-205), Suisses, Allemands ou Polonais – à répondre aux commandes privées (J.-L. Cohen et M. Eleb, 1998, 460-469). Plusieurs manques ou lacunes sont à relever de l’exploitation de telles sources. En effet, les éléments les plus modestes du monde du bâtiment apparaissent rarement, cette catégorie professionnelle devenant les « François-Pinagot » des chantiers de la ville coloniale.

4Notre texte propose tout d’abord de présenter, à partir de biographies, quelques aspects de ces itinéraires individuels et collectifs qui ont fait du Maghreb un champ d’expérimentation et d’acquisition de savoir-faire ; pour apprécier la part des savoirs locaux et celle des savoirs importés dans les édifices réalisés principalement au Maroc et en Tunisie, nous nous sommes intéressés, notamment, à la formation théorique de quelques-uns de ces acteurs. Dans un deuxième temps, nous tenterons d’expliquer les causes de cette mobilité professionnelle entre Alger, Tunis et Casablanca, selon quelles modalités et pour quelles finalités. En dernier lieu, notre propos sera de présenter quelques constructions aussi bien populaires que savantes, en tant qu’exemples de transfert de compétences et de circulation de techniques d’un pays à un autre. Nous tenterons alors de déterminer comment des savoirs acquis « ailleurs » ont été intégrés à ces productions architecturales.

IGNAZIO SANSONE ET DOMENICO BASCIANO : DE TUNIS À CASABLANCA, UNE HISTOIRE ITALIENNE DE L’ARCHITECTURE

Ignazio Sansone, un fils de maçon devenu architecte

  • 4 La famille Finzi est présente en Tunisie depuis le milieu du xixe siècle. En 1829, Israël Finzi s’ (...)
  • 5 Plusieurs médecins, dentistes y installèrent leur cabinet.
  • 6 « Les innombrables visages de l’architecture casablancaise », Revue Nord-africaine, octobre 1931, (...)

5Ignazio Sansone est né en 1877 à Termini Imerese, un village pauvre du sud de la Sicile dont, comme lui, de nombreux Italiens de Tunisie sont originaires. Il est issu d’une famille de maçons et de tâcherons du bâtiment ; son expérience du terrain et la confiance de son employeur (l’entrepreneur Soria) lui permettent de s’élever au rang d’architecte et de conduire en 1900, l’ensemble des travaux du théâtre municipal de Tunis (fig. 1) sous la direction de l’architecte français Jean Resplandy (L. Quattrocchi, 1998). En 1912, il réalise pour les imprimeurs Finzi4 des locaux destinés à abriter des machines linotypes volumineuses : il fait preuve d’innovation en utilisant des poutres métalliques dans l’ossature du bâtiment afin d’accroître la portée de la structure, d’augmenter la surface au sol et la hauteur sous plafond. Ces locaux révèlent le caractère novateur de l’œuvre architecturale de Sansone. Il réalise ensuite villas, immeubles de rapports, entrepôts et silos qui lui permettent de s’imposer en Tunisie. Mais, à partir des années 1920, Sansone part au Maroc à la demande des autorités du Protectorat pour réaliser des installations industrielles (silos, entrepôts). Il entame alors une seconde carrière qui s’achèvera en 1941. Son œuvre casablancaise se distingue de celle engagée à Tunis par un nombre plus important de réalisations. Il réalise dans un premier temps des lotissements de maisons modestes (Derb Martinet et Derb Sultan) puis il diversifie les ouvrages (villas de maître, immeubles de rapport, entrepôts, stations-services) et les langages architecturaux (Art déco, Mouvement moderne). Il y multiplie la réalisation d’immeubles-îlots aux façades rainurées par des chapiteaux géométriques. Les logements produits sont souvent modestes et de petite taille, comme à Tunis ; néanmoins, la qualité est globalement supérieure, les commanditaires casablancais étant plus fortunés. Ainsi, Sansone semble reproduire d’une ville à l’autre ce qu’il a toujours su faire, tout en adaptant son style au moment et aux exigences des commanditaires. L’immeuble Lévy et Charbon de la rue de Tours (fig. 2) qu’il construit en 1929, avec son gendre Paul Busuttil en est l’illustration. Il signe l’un de ses ouvrages les plus aboutis. Cet immeuble-îlot s’impose comme une lointaine imitation de l’immeuble haussmannien tout en intégrant le rainurage des façades, les ferronneries, les colonnades et une frise florale géométrisée inspirée de l’Art déco. Le rez-de-chaussée est réservé aux activités commerciales, les étages aux habitations et aux activités tertiaires5. Toutes les ouvertures sont équipées de balcons ; au premier et au cinquième, ces derniers se déclinent en coursives sur les trois façades, dessinant une ceinture maçonnée et ondulée au niveau des rotondes. Les deux étages supérieurs accueillent les logements les plus spacieux et représentent les parties nobles de l’édifice. Deux tourelles marquent les angles de la façade principale offrant aux passants un savant mélange de décoration locale et d’ornements employés en Europe à la même époque. Les coupoles sont enrichies de faïences brunes unies, rappelant le zellige marocain, au sommet desquelles une lanterne de verre bleu achève l’édifice. Cette mixité dans la décoration n’est pas sans signification pour les propriétaires juifs de l’immeuble. D’une part, en faisant appel à un architecte étranger au pays, ils peuvent transgresser certains interdits notamment celui de couleurs qui leur étaient proscrites avant le Protectorat6. D’autre part, le recours à des éléments décoratifs européens leur permet d’afficher leur intégration à la société coloniale ainsi que leur réussite sociale (M. Eleb, 1992, 123). Quant à l’architecte Sansone, il perpétue l’utilisation d’éléments décoratifs traditionnels avec les zelliges mais il fait preuve d’innovation en les plaçant à l’extérieur de l’édifice où il les agence de la façon géométrique caractéristique de l’Art déco. Nous sommes donc en présence d’une sorte de syncrétisme entre les pratiques décoratives marocaines et européennes en vigueur dans les années 1930 à Casablanca. Toutefois, l’immeuble de la rue de Tours ne s’inscrit pas entièrement dans le schéma haussmannien qui regroupait, du rez-de-chaussée aux sous-pentes, l’ensemble des strates de la société parisienne du xixe siècle. De fait, si les façades doivent incarner la réussite sociale de leur propriétaire, la distribution intérieure ressemble étrangement à celle des autres immeubles réalisés par Sansone à Tunis : les appartements composés de deux ou trois pièces restent, dans l’ensemble, modestes. À Casablanca comme à Tunis, la ségrégation sociale, ethnique ou religieuse est davantage marquée par le quartier habité plutôt que par l’étage de l’immeuble occupé.

Fig. 1 – Tunis, théâtre municipal, avenue Bourguiba, architecte Resplandy, conducteur des travaux Ignacio Sansone, 1901. [Cliché C. Giudice, 2009]

Fig. 2 – Casablanca, immeuble Levy et Charbon, rue de Tours, architecte Ignazio sansone, 1929. [Cliché C. Giudice, 2004]

  • 7 Il réalise de nombreuses stations essence et garages pour les sociétés Vaecum Oil Company, la Comp (...)
  • 8 Permis de construire (PC), Casablanca, « Immeuble de la rue de Lorraine », 1929, dossier no 10939.
  • 9 PC, « Perez Hôtel, avenue Mers Sultan », 1928, dossier no 10280.
  • 10 PC, Casablanca, « Cité Derb Martinet », 1928, dossiers no 9140, 9164, 9145 et 9146.
  • 11 PC, Casablanca, « Synagogue Corcos, rue Capitaine Ihler », 1928, dossier no 9393.

6En parallèle, Sansone participe à une multitude d’autres chantiers : établissements industriels, pompes à essence, entrepôts, garages7, immeubles de rapport8, hôtels9, villas, cités ouvrières10 et édifices religieux. Il obtient le chantier de la synagogue Corcos11 dans la médina de Casablanca en 1928, grâce à des réseaux de notables juifs entre Tunis et Casablanca.

  • 12 M. Arrivetx est né en 1883 à Alger. Mutilé de guerre, il s’installe à Casablanca en 1916. Il se co (...)
  • 13 Paul Busuttil est né à Tunis ; Maltais de Tunis, il travaille à Casablanca avec Ignazio jusqu’en 1 (...)
  • 14 PC, Casablanca, « Immeuble Bonsignore, R+4, architectes Sansone, Busuttil, boulevard de la Liberté (...)

7Dans les années 1930, Sansone est associé à Arrivetx12 puis à son gendre Busuttil13 et il se spécialise dans l’édification de villas qu’il expurge de décorations extérieures. Les faïences et les frontons décorés sont abandonnés, ce qui inscrit les bâtiments dans l’esthétique du Mouvement moderne. Pour autant, il ne néglige pas les logements destinés aux populations modestes : il construit plusieurs dizaines de maisonnettes à Derb Martinet qui, ici encore, s’apparentent à celles qu’il avait réalisées quelques années auparavant à Tunis. En somme, l’exploitation des archives municipales de Casablanca révèle une production riche et variée : du classicisme haussmannien façon locale avec l’immeuble Lévy et Charbon, en passant par l’Art déco de celui de la rue Franchet d’Esperey et au Mouvement moderne avec la villa Grégoire. Dans l’ensemble de son œuvre, Ignazio Sansone, ancien maçon devenu architecte, a porté un soin particulier aux dessins des portes, des fenêtres, des frises frontales, ce qui témoigne d’une grande qualité de conception et de réalisation14.

Domenico Basciano, un Italien de Tunis formé aux beaux-arts de Paris

  • 15 Gio Ponti, architecte à l’École politecnico de Milan, se distingua par la création de la triennale (...)
  • 16 Ces deux architectes sont respectivement nés en 1910 et 1904 en Tunisie. Ils sont autorisés à exer (...)
  • 17 Sépulture au cimetière européen de Casablanca, famille Mellili, Archives personnelles de D. Bascia (...)
  • 18 Archives personnelles de Domenico Basciano, « Cahier des charges pour la construction du Lynx », d (...)
  • 19 Domenico Basciano réalise à Casablanca Le Lynx, Le Verdun, L’Atlas, Le Ritz, Le Lux, Le Colisée, L (...)

8Le parcours d’un autre architecte issu d’une famille italienne de Tunis illustre une époque postérieure de l’architecture casablancaise, celle des années 1950-1970. À la différence de Sansone, Domenico Basciano a quitté la Tunisie en 1921 à l’âge de dix ans pour suivre son père au Maroc : ce dernier était un peintre en bâtiment qui, quelques années auparavant avait tenté l’aventure marocaine pour y connaître un avenir meilleur. Domenico est aussi influencé par son frère aîné Gaspare qui, de simple commis dans l’atelier de l’architecte Marius Boyer (1885-1947), réussit à devenir architecte. Sa mère et son frère se concertent alors pour l’envoyer étudier en France. En 1932, Domenico est admis à l’École des Beaux-arts de Paris comme étudiant de nationalité italienne. Il y mène avec succès son projet d’étude sur l’intégration d’une mosquée en milieu rural dans la région du Tafilalet (Maroc). Dans ce projet, l’influence du Mouvement moderne est manifeste notamment dans le dessin de la mosquée qui, selon les directives imposées pour l’exercice, devait s’intégrer au paysage rural et montagnard. En 1939, il s’inscrit à l’École polytechnique de Milan où il devient l’élève de Piero Portaluppi (1888-1967) et de Gio Ponti (1891-1979)15, des architectes dont l’œuvre demeure liée à l’idéologie fasciste (J.-E. Grislain, 1999, 542). Mobilisé dans l’armée italienne, Basciano se fixe à Casablanca à partir de 1947 où, dans ce contexte d’après-guerre, les premiers temps sont difficiles tant économiquement qu’en tant qu’Italien. Il ne décroche ses premiers contrats qu’en s’associant avec d’autres architectes italiens de Tunisie, Riccignuolo et Ricci16. Sa première réalisation est le tombeau funéraire de la famille Mellili (fig. 3)17 puis, en 1949, le cinéma Le Lynx, une salle de spectacle de près de 1 200 places avec logements aux étages et commerces au rez-de-chaussée. Ce bâtiment représente le véritable acte de naissance de la carrière de l’architecte Basciano au Maroc. Dans ce projet, sa formation de polytechnicien lui permet de répondre à un cahier des charges très précis et contraignant18 et, d’autre part, il met à profit l’expérience qu’il a acquise à la fin de ses études, lorsqu’il a réalisé un cinéma dans le Sud-Ouest de la France. Les salles de cinéma deviennent alors une de ses spécialités (fig. 4) : huit sont signées de sa main19 à Casablanca. On peut vraisemblablement voir dans ces projets la marque de sa formation italienne ou encore l’importance du cinéma dans la diffusion de la propagande fasciste dans les territoires coloniaux (E. Godoli, 2007, 101-107). Dans la décoration de ses cinémas, on relève des éléments récurrents, caractéristiques du rapport particulier que l’architecte entretient avec la mer : des éléments ondulés sont installés sur les balcons ou sur les portes d’entrée rappelant le mouvement des vagues.

Fig. 3 – Casablanca, caveau Famiglia Mellili, cimetière Ben m’sik, architecte Domenico Basciano, 1949. [Cliché C. Giudice, 2008]

Fig. 4 – Casablanca, Cinéma Le Rif, avenue des Forces armées royales, architecte Domenico Basciano. [Cliché Luc Brochard, Casamémoire, 2008]

  • 20 « Aéroport et aérogare de Tit Mellil », Architecture d’Aujourd’hui, mai 1951, no 35.
  • 21 D’autres architectes sont investis dans le projet, dont Élie Azagury, Michel Gourdain, Isaac Levy (...)
  • 22 La trame 8 x 8 est issue de la volonté d’Écochard de résorber les bidonvilles par la réalisation d (...)
  • 23 L’ATBAT est une agence collective associant de jeunes architectes et ingénieurs dont Woods et Cand (...)

9Basciano s’illustre également en s’associant aux architectes Jean-François Zevaco (1916-1998) et Elie Azagury (1918-2009) pour la réalisation en 1951 de l’aérodrome de Tit-Mellil20 et des habitations populaires de Hay Hassani, appelées Derb Djdid. Situées sur des terrains périphériques, elles doivent accueillir les populations pauvres des bidonvilles de la nouvelle médina de Casablanca. Dans l’aménagement de ces habitations populaires, les propositions de Basciano s’inscrivent dans le cahier des charges imposé par les autorités municipales. Pour relever le défi de la densité et pour répondre aux modes de vie de catégories sociales démunies, il propose en effet de superposer les logements en leur garantissant néanmoins une intimité par l’usage d’une cour intérieure « suspendue » et protégée par des murs aveugles. Ces maisons à étage, constituées de deux pièces avec cuisine, toilette et séchoir, sont ainsi adaptées au mode de vie traditionnel qui s’organise autour de l’élément central de la maison : la cour ou patio. Les habitudes constructives des futurs habitants de Derb Djdid sont prises en compte dès l’origine puisque les structures de ces logements sont conçues pour accueillir par la suite d’éventuelles surélévations. Basciano21 applique les théories de l’habitat traditionnel au sein d’une trame 8 x 822. Ainsi, il reconduit les principes de l’ATBAT-Afrique23 et d’Écochard inspirés des casbahs et des greniers forteresses des régions du Sud marocain pour l’édification de logements populaires destinés aux musulmans (M. Eleb, 1999, 167). Les trois associés font la démonstration qu’il est possible, dans le Maroc des années 1950, de produire une architecture urbaine adaptée aux besoins d’une population pauvre mais aussi rurale. C’est une architecture flexible pouvant se transformer selon les moyens et les disponibilités des occupants par la surélévation et le comblement de la cour. De fait, en quelques années, les habitants allaient entreprendre ces modifications intérieures, ce qui aura pour effet une rapide densification du quartier.

  • 24 Casablanca est une bourgade de 20 000 habitants en 1900, principalement concentrés dans la médina. (...)
  • 25 Cela se vérifie aussi pour les entrepreneurs (français et italiens) de travaux publics de Casablan (...)
  • 26 Les frères Pertuzio collaborent avec Resplandy de 1900 à 1916. Ils suivent plus particulièrement l (...)

10Les itinéraires professionnels de Sansone et de Basciano sont à l’image de ceux de nombreux autres architectes d’origine italienne ayant vécu en Afrique du Nord française. Non seulement ils incarnent deux moments importants de la croissance de Casablanca24, mais ils révèlent aussi la forte attractivité du Maroc en matière d’architecture. Ils confirment enfin l’idée que les architectes les plus aptes à répondre aux attentes des commanditaires sont principalement ceux qui ont vécu et connu une expérience professionnelle antérieure dans un autre pays d’Afrique du Nord25. Pour eux, le passage de la régence de Tunisie au royaume chérifien a bien représenté un terrain de formation et d’ascension professionnelle. Leur nationalité n’est souvent qu’un paravent : de nombreux Italiens d’Alger ou d’Oran ont également connu une promotion en exerçant comme architecte privé, fonctionnaire ou agent de l’État, ce qui a accru leur notoriété. C’est le cas des frères Pertuzio, nés à Constantine de parents italiens, qui s’expatrient en Tunisie au début du xxe siècle. Naturalisés français, ils parviennent d’abord à collaborer aux réalisations Art nouveau de Jean Resplandy26, puis ils sont appelés à travailler pour le service d’architecture de la ville de Casablanca. Cependant, il convient de s’interroger sur les éléments qui font de l’expérience casablancaise un cas à part et l’aboutissement du passage sur ce sol maghrébin des professionnels du bâtiment.

MOBILITÉ ET PROFESSIONNALISME DES ARCHITECTES ITALIENS

Les raisons d’une circulation au sein du Maghreb colonial

11Le protectorat marocain et la ville de Casablanca ont été marqués par deux moments de très grande créativité architecturale. Le premier est symbolisé par l’arrivée du maréchal Lyautey en 1912 qui détermine les grandes lignes de l’architecture et de l’urbanisme moderne. Il souhaite créer une ville moderne et en faire un laboratoire architectural et urbain. Son but est de construire un protectorat dynamique et d’œuvrer à une colonisation régénératrice d’une France, à ses yeux, sclérosée. C’est pourquoi il s’entoure de jeunes architectes comme Henri Prost (1874-1959), Albert Laprade (1883-1978), Joseph Marrast (1881-1971) et préconise la recherche de la modernité tout en respectant les traditions (D. Rivet, 2002, 249).

  • 27 La piscine municipale réalisée par Georges Orthlieb en 1931 mesurait près de 300 m sur 100 m.

12La seconde période se situe aux lendemains de la seconde guerre mondiale. Dans les années 1950, Casablanca est touchée par une américanisation de sa bourgeoisie et la ville se modernise plus rapidement que les grandes villes françaises. Les limousines américaines circulent aisément sur les grandes artères dessinées en 1917 par Prost. Les nombreux cinémas et les comics diffusent les icônes des studios hollywoodiens. Les cafés et les bars émettent, grâce aux transistors et autres juke-box, les musiques venant d’outre-Atlantique comme le rythm and blues, le twist, plus tard le rock’n’roll. L’électroménager et l’american way of life sont rapidement intégrés dans les intérieurs des luxueuses villas de la colline d’Anfa ; des piscines d’eau de mer se multiplient sur la corniche et une société de loisirs se développe27. La situation casablancaise est finalement propice à la création d’une architecture moderne et innovante. D’ailleurs, il ne faut pas minorer les relations entre la capitale économique du Maroc et le Nouveau Monde : l’aviation et les routes maritimes transatlantiques passent par Casablanca et relient tout un continentaux États-Unis, à l’Argentine, au Brésil ou à l’Uruguay. Le Maroc offre ainsi une ouverture vers des horizons plus variés que le rapport métropole-colonie. En Algérie, comme au Maroc, la présence de communautés espagnoles ou portugaises, davantage italiennes en Tunisie, permet d’ouvrir ces différents espaces à des influences qui n’existent pas en France et qui offrent aux sociétés coloniales d’Afrique du Nord une certaine liberté face aux exigences de Paris (J. Nasr et M. Volait, 2003, 5).

13Par ailleurs, l’élément législatif est à l’origine d’une normalisation de l’architecture dans ces trois pays dominés par la France : en Tunisie comme au Maroc, le Protectorat a imposé et déterminé les règlements de la voirie, l’alignement et la hauteur des façades, la largeur des rues et la distribution des fonctions des villes neuves édifiées pour des populations européennes à côté des médinas, sur des terrains quasiment vierges.

  • 28 Marius Boyer est un bon exemple de cet attrait pour les réalisations constructivistes russes ou le (...)

14D’autres facteurs sont porteurs d’innovation au Maroc. Tout d’abord, les fonctionnaires en activité ont le sentiment de porter la « modernité » dans l’exercice d’une administration efficace tandis que les architectes installés à Casablanca sont davantage ouverts aux expériences de « pays neufs » comme l’Allemagne, l’URSS ou les États-Unis28. Enfin, la nouveauté est financée par des commanditaires qui ne lésinent pas sur les moyens, avec un goût prononcé du luxe qui doit marquer l’espace public, la rue ou la place. Les immeubles deviennent les cartes de visite d’architectes ayant « réussi » socialement au sein de cette société coloniale en construction. Les commandes n’émanent pas seulement de riches colons agricoles ou d’industriels. C’est la bourgeoisie urbaine qui participe à l’élaboration de cette architecture moderne par la construction de villas dans le quartier du Belvédère à Tunis ou celui d’Anfa à Casablanca. Il convient également de ne pas sous-estimer, durant cette période, le poids de la communauté juive qui vit l’expérience coloniale comme une opportunité : celle de sortir du statut de minorité inférieure pour accéder au rang de communauté active dans cette économie nouvelle. Enfin, comme le sous-entendait Lyautey qui disait du Maroc : « Ce pays froid où le soleil est chaud »(J.-L. Cohen et M. Eleb, 1998, 163), le climat est également une des explications de la formidable inventivité des bâtisseurs de Casablanca. Casablanca est en effet une ville qui ne connaît pas le gel et où il est possible d’expérimenter toutes sortes d’innovations et de transpositions.

15Il existe donc bien un réseau qui achemine vers le Maroc des architectes et des entrepreneurs qui trouvent d’abord en Tunisie puis, à partir de 1912, à Casablanca, des espaces d’expression à la hauteur de leurs expériences. La majorité de ces acteurs ne sont pas de grands théoriciens ; quelques-uns sont diplômés des écoles d’architecture françaises ou européennes mais beaucoup sont des entrepreneurs que la maîtrise de l’art de bâtir a promus architectes. Cette « aventure coloniale », choisie par Boyer, Cadet, Brion, Jabin, Delaporte, ou subie par Sansone, Messina, Pertuzio, Basciano, est finalement une aubaine pour ces différents architectes qui, dans l’ensemble, n’auraient vraisemblablement guère eu d’avenir en France ou en Italie. La concurrence y était trop grande et ils ne possédaient pas de relations suffisamment solides pour pouvoir espérer faire carrière en métropole. Marius Boyer, qui est sans doute l’un des architectes les plus féconds du Maghreb au xxe siècle, n’est qu’un bon élève de l’École des Beaux-arts (J.-L. Cohen, 2006).Il conduit toute sa carrière au Maroc et sa production est par ailleurs reconnue comme novatrice et caractéristique de l’architecture de l’entre-deux-guerres à Casablanca. Cette caractéristique démontre qu’il y a trouvé, en dépit de la situation de domination, d’exploitation et d’exclusion, les conditions idéales pour exprimer pleinement ses talents et répondre aux attentes de commanditaires soucieux de marquer la ville de leur réussite sociale. Pour satisfaire cette quête de reconnaissance, on fait donc appel à l’architecte ou l’entrepreneur le mieux disposé à satisfaire les exigences des propriétaires. Une typologie multiple de professionnels du bâtiment est donc à isoler dans laquelle l’architecte et l’entrepreneur italien sont à déterminer.

Aldo Manassi, un architecte italien arabisant

16Parmi les architectes et les entrepreneurs étudiés dans le cadre de cette recherche, un grand nombre est installé de longue date au Maghreb. Le plus souvent issus de familles de professionnels du bâtiment, ils ont été formés sur le terrain. Aussi apparaissent-ils comme habitués aux exigences et aux pratiques locales. Ils s’imposent comme des interlocuteurs incontournables pour les autorités françaises qui entendent réglementer la production architecturale engagée en Afrique du Nord et dans l’ensemble des possessions françaises. Pourquoi tel architecte italien a-t-il été préféré plutôt que tel autre ? En Tunisie, le secteur de la construction des bâtiments publics étant quasiment réservé aux architectes français, le secteur privé est laissé aux autres architectes, italiens pour la plupart. Leurs demandes de rémunération sont bien moindres que celles des architectes français. Dans la conduite des chantiers, ils sont aussi habitués aux méandres de l’administration coloniale et de la gestion des manœuvres tunisiens ou marocains. Le dépôt d’un dossier d’autorisation de bâtir peut apparaître très complexe pour un propriétaire dans le Tunis ou le Casablanca colonial. C’est souvent l’architecte qui dépose, pour le compte du propriétaire, le dossier de construction et l’allège de démarches souvent fastidieuses.

17C’est dans ce contexte que, pour la réalisation du consulat d’Italie de Casablanca, Florestano Di Bega (1890-1965), architecte officiel du régime fasciste, fait appel à Aldo Manassi, un architecte italien formé à Milan et installé à Casablanca depuis 1921. Il est associé au programme parce qu’il a démontré son aptitude à intégrer dans ses productions les éléments de l’architecture locale qu’exigent les autorités françaises pour les bâtiments publics (E. Godoli, 2005, 231). Manassi réalise notamment le garage de la marque automobile Fiat, rue de l’Aviation, à la fois symbole de la modernité importée par ce nouveau mode de transport et image d’un régime fasciste incarné par la vitesse et la technologie maîtrisée. Casablanca est grandement marquée par l’intrusion du garage comme élément d’architecture : une station-service, une concession automobile deviennent autant d’objets d’études architecturales. Certains garages, situés au pied d’immeubles d’habitation, symbolisent même l’intégration de l’automobile dans le paysage urbain et toutes les grandes marques automobiles commandent des édifices à la hauteur de l’image qu’elles veulent se donner : Ford, Citroën, Peugeot, Renault ou Volvo possèdent des garage-vitrines qui s’imposent comme éléments majeurs de la rue et du décor urbain.

  • 29 Les immeubles S. Levy, Ettedgui, Schriqui et Banon portent les noms de leurs propriétaires et sont (...)

18Aldo Manassi réalise plusieurs édifices dans lesquels il intègre des éléments de l’architecture traditionnelle marocaine comme le zellige. Cette décoration de faïences, à l’origine destinée à l’ornementation des espaces intérieurs et privés des demeures et palais, est détournée de son usage initial. Placée sur les façades des bâtiments, cette ornementation est conçue pour être vue du passant (fig. 5). Les trois immeubles de rapport qu’il réalise en 1927 sur l’avenue de la Gare (actuelle avenue Mohammed V) en sont un bel exemple29. L’immeuble Banon se distingue par l’intégration d’une salle de spectacle au rez-de-chaussée : le cinéma L’Empire. L’agencement intérieur et la décoration inscrivent définitivement l’édifice dans l’art décoratif.

Fig. 5 – Casablanca, Immeuble Ugazio, boulevard de la Liberté et rue gay-Lussac, architecte Aldo Manassi, 1931. [Cliché C. Giudice, 2008]

19Pour le consulat d’Italie, Manassi répond aux exigences françaises d’intégrer, pour les bâtiments officiels, des éléments de l’architecture traditionnelle marocaine, par l’adoption de la tuile vernissée pour les toitures et l’emploi de formes géométriques sur la partie supérieure de la façade. Les portes et fenêtres du bâtiment sont bordées de carreaux de faïence rappelant la technique du zellige ou celle de la mosaïque. Par ailleurs, la monumentalité de l’édifice et l’imposante façade rendent l’entrée dans le bâtiment presque solennelle, soulignant la puissance de la « mère patrie » et répondant ainsi aux injonctions des autorités italiennes.

20Mais il serait réducteur de limiter l’action de ces professionnels à la simple interprétation de l’ornementation marocaine. Manassi réussit à s’entourer d’un grand nombre d’artisans lui permettant de proposer aux commanditaires des façades, des ouvertures ou des portes très soignées, principalement d’inspiration Art déco ; certaines ferronneries aux multiples formes géométriques mettent également en avant la virtuosité et l’originalité de ces artisans italiens. Le bâtiment sans doute le plus remarquable de toute son œuvre est celui que Manassi réalise place de l’Horloge pour un riche propriétaire juif, dénommé Benarosh : le fer forgé de la porte d’entrée rappelle un symbole antique présent sur le site archéologique de Volubilis, composé de deux anneaux stylisés par une double armature d’acier représentant le nœud gordien, symbole de paix entre les civilisations et présent dans les trois religions du livre (C. Giudice, 2008, 144).

21Les façades et les portes d’entrée font l’objet d’une grande attention car elles déterminent souvent le standing général de l’immeuble. Les entrepreneurs italiens se distinguent dans la réalisation de ces ouvrages par l’utilisation du granito comme matériau de décoration. Son apparition coïncide avec l’installation des Européens. La technique pour le réaliser est une adaptation du terrazzo veneziano formant les sols des palais vénitiens ou le batuto genovese ou napoletano. La plupart des sols des entrées d’immeubles, des appartements, des villas, les rampes et les appuis de fenêtre en sont revêtus. Le granito présente l’avantage de bien résister à l’exposition du soleil et encaisse sans crainte le lavage à grande eau largement pratiqué dans le pays. Les matériaux employés sont principalement locaux et fabriqués sur place comme la brique, la pâte de verre, les céramiques mais les savoir-faire viennent d’ailleurs. Les marbriers italiens adaptent la technique du granito à celle du zellige en alternant les formes géométriques et les plaques de marbres, les mosaïques, le carrelage et le granito pour former les éléments d’une décoration extérieure. On retrouve ce mélange des genres aussi bien dans le style hispano-mauresque que dans l’Art déco casablancais.

22Il convient de rappeler que cette production n’aurait pu naître sans le maintien des corps de métier marocain voulu par le maréchal Lyautey. Pour perpétuer leur savoir-faire, le résident général a privilégié l’intégration des arts décoratifs traditionnels marocains dans la construction des bâtiments officiels : son but était de mettre en scène un Maroc immuable, dont le sultan était le représentant et la France la protectrice. Il s’agissait de maintenir et protéger les traditions pour la population musulmane et d’introduire la modernité pour les Européens (D. Rivet, 2004, 221). Les bâtiments de la nouvelle autorité de la ville coloniale se devaient d’être en accord avec ce principe et marquer le paysage d’éléments décoratifs d’architecture marocaine mais en incarnant la modernité. La poste réalisée entre 1918 et 1920 par Adrien Laforgue en est un bon exemple : zelliges et tuiles vertes, arcs en plein cintre et boiseries pour le côté tradition, un central téléphonique, le télégraphe et le courrier acheminé par avion depuis la métropole, pour l’aspect moderne.

ENTRE PRODUCTION SAVANTE ET PRODUCTION ORDINAIRE : SAVOIR-FAIRE ET DIFFUSION DE MODÈLES

Savoir-faire et promotion professionnelle

23Pour ces entrepreneurs italiens, la migration vers le Maroc génère un changement de statut car, dans leurs cas, l’Algérie et la Tunisie n’apparaissent que comme des lieux de formation et d’apprentissage. Par cette migration, d’exécutants au service de l’architecte, ils deviennent experts, voire commanditaires eux-mêmes. Les populations italiennes qui ont choisi de s’expatrier en Afrique du Nord, sont quelque peu différentes de celles qui immigrent en France notamment. Les Italiens de Tunisie et du Maroc sont principalement originaires du sud de la péninsule et plus particulièrement de Sicile, de Sardaigne et de Naples. Les deux Protectorats et la colonie algérienne leur offrent donc un lieu de promotion sociale. Dans un premier temps, ces Italiens constituent le prolétariat européen de Tunis, mais ils s’imposent rapidement comme les interlocuteurs incontournables dans les métiers du bâtiment. On assiste au même phénomène en France lors de la Reconstruction, après la deuxième guerre mondiale (A. Lonni, 2003).

24Les annuaires et indicateurs publiés au Maroc font apparaître les professionnels les plus en vue dans le monde du bâtiment. Parmi l’ensemble de la profession, les entrepreneurs italiens occupent une place de choix, celle de spécialistes au savoir-faire longuement établi dans la région. Ainsi, une sorte de syncrétisme des techniques et des savoir-faire se réalise à Casablanca à partir des années 1930 sous la houlette des maîtres-d’œuvre européens, en accord avec les directives du maréchal Lyautey.

  • 30 « Ferrara », 1932, Almanach du Maroc, Rabat, 35.

25Un autre cas illustré par M. Ferrara témoigne de l’importance de l’expérience acquise sur les chantiers de Tunisie pour s’imposer au Maroc : entrepreneur pendant 22 années en Tunisie, il s’installe en 1912 à Casablanca et collabore rapidement avec les plus grands architectes de la ville. Il participe à la réalisation d’importants édifices : le marché central, l’office économique du Maroc sous la direction de Pierre Bousquet, puis le siège de la Société Générale avec Edmond Gourdain. Sa longue expérience lui permet de s’imposer rapidement et d’en tirer de juteux profits. Il devient alors commanditaire et réalise son propre immeuble sur l’avenue Guynemer30.

Circulation et reconnaissance professionnelle :

26D’autres entrepreneurs réalisent des parcours similaires tels que Joseph Paul Battaglia qui passe de Sfax à Casablanca. Il serait issu d’une famille d’entrepreneurs italiens ayant participé à la construction de l’hôpital Garibaldi de Tunis (A. Salmieri, 2002, 170). Par la suite, il suit un parcours analogue à celui de Ferrara avec, pour aboutissement, l’édification d’un imposant immeuble sur le boulevard de Lorraine dont il est, à la fois, le commanditaire et l’exécutant.

  • 31 P.C., Casablanca, Immeuble Pappalardo, architecte Pertuzio, 1930, dossier no 11108.
  • 32 P.C., Casablanca, Immeuble Pappalardo, architecte Brion, 1937, dossier no 17283.

27Le cas de Pappalardo ressemble à celui de Battaglia. Né en Tunisie en 1883 et ancien combattant de l’armée italienne, il s’installe en 1927 à Casablanca et connaît un succès rapide. En 1930, il fait appel aux frères Pertuzio, architectes reconnus, pour la construction d’un immeuble de trois étages rue Gay-Lussac31, puis en 1937, c’est avec Brion qu’il collabore pour réaliser un R+3 sur la rue Duplex32. Par leurs activités professionnelles lucratives, ils réussissent donc à se transformer en commanditaires. La majorité de ces entrepreneurs deviennent propriétaires de bâtiments pour lesquels ils ont fait appel à un architecte (qu’ils souhaitent être le meilleur : Boyer, Cadet, Brion ou Manassi).

  • 33 « Le Maroc en 1932 », Afrique du Nord Illustrée, mai 1932, 365.

28Revues, annuaires et almanachs33 mentionnent l’existence de bâtiments remarquables, dont on vante le luxe, l’ornementation de la façade (ex. les immeubles Pappalardo (fig. 6), Liscia, Selva ou Ferrara) ou la qualité de la distribution intérieure. Dans cette littérature publicitaire, l’entrepreneur italien acquiert un statut d’expert sachant s’adapter aux exigences des clients comme à celles des autorités du protectorat. Leurs commandes deviennent les vitrines de la technique maîtrisée de l’art de bâtir et leur offrent une carte de visite de choix.

Fig. 6 – Casablanca, immeuble Pappalardo, architecte et entrepreneur Pappalardo, 1928, rue de l’aviateur. [Cliché C. Giudice, 2008]

29Le parcours de ces architectes, entrepreneurs ou maçons italiens, illustre l’histoire des migrations européennes en direction des différents terrains coloniaux. Des analogies peuvent en effet être trouvées dans le cas d’autres pays du bassin méditerranéen (Égypte et Turquie), voire outre-Atlantique (Argentine et Uruguay) où le poids et l’importance des Italiens dans le bâtiment sont connus. Dans les pays d’Afrique du Nord français en particulier, plus proches de l’Italie, la construction requiert une main-d’œuvre de qualité pour bâtir l’utopie de la « modernité » architecturale. En 1920, le salaire d’un ouvrier du bâtiment est trois à six fois plus élevé à Casablanca qu’à Tunis ou à Alger. Si comme nous l’avons vu, quelques noms réussissent à s’imposer, un grand nombre de maisons et d’immeubles se bâtissent sans faire appel à des architectes. Une multitude d’acteurs ordinaires participe tout autant à l’édification de la ville que les grands noms de l’architecture du xxe siècle maghrébin. Que ce soit dans le quartier de « la Piccola Sicilia » à Tunis (C. Giudice, 2006, 201) ou dans celui du Maarif à Casablanca, des singularités et des similarités sont à relever. À l’indépendance, la construction de logements populaires destinés aux musulmans est planifiée par l’État marocain et confiée à une expertise confirmée : Michel Écochard, Jean-François Zevaco, Domenico Basciano et Elie Azagury produisent un habitat économique innovant et adapté aux besoins de la population, ce qui traduit une bonne connaissance du pays et de ses habitants (M. Eleb, 1992, 138).

CONCLUSION

30La production de cette architecture du Maghreb colonial est donc le fruit d’une société hétérogène et complexe qu’il serait trop simple de réduire à l’importation de modèles venant du Nord. Les apports, les emplois et les détournements sont divers. Il faut souligner que, de la fin du xixe siècle au milieu du xxe siècle, on assiste à l’adaptation des techniques aux réalités locales et à l’intégration des savoirs locaux aux savoirs académiques, ce qui conduit à la création d’un style original.

31La profession est dominée par les entrepreneurs italiens, par leur nombre en Tunisie et par leur expertise à Casablanca. La maîtrise de la technique du béton armé, de la céramique et de la ferronnerie en fait les personnes indispensables pour répondre à la création d’une architecture adaptée aux climats et aux attentes des commanditaires les plus fortunés comme des plus modestes. Ces bâtisseurs ont souvent continué à construire comme ils savaient le faire, tout en introduisant des techniques et des matériaux locaux, sous l’influence des propriétaires et d’architectes intégrés dans le mouvement mondial de l’art du xxe siècle.

32Par l’étude de ces itinéraires nous percevons toute la complexité de l’analyse de l’architecture de cette époque qui ne peut se réduire à la seule volonté du vainqueur. La société coloniale révèle de réelles capacités à créer une architecture innovante, de qualité tout en respectant certaines habitudes traditionnelles ou locales. Cette caractéristique est le fruit du maintien d’une relation forte entre les commanditaires et les professionnels du bâtiment dont la survie et peut-être le manque de talent les rendaient assujettis aux exigences de ces propriétaires aux fortunes diverses.

SOURCES ORALES

33Cohen Jean-Louis, « Casablanca, mythes et réalité d’une aventure urbaine », intervention dans l’émission radiophonique animée par Abdelwahab Meddeb, Culture d’Islam, France Culture, juin 2006.

34Interview de Domenico Basciano, Tamaris, Septembre 2007.

PÉRIODIQUES

35Revue Nord-africaine, n° 10, octobre 1931.

36Architecture d’Aujourd’hui, n° 35, mai 1951.

37Afrique du Nord Illustrée, mai 1932.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abdelkafi Jellal, 1987, La médina de Tunis, CNRS Éditions, Paris.

Abdelkafi Jellal, 1997, « Une promenade architecturale à Tunis », Architecture méditerranéenne, Tunisie, Éditions RK, Tunis, 145-147.

Lonni Adda, 2003, « Sur les chantiers de France d’après-guerre : anciennes et nouvelles capacités professionnelles », in Marie-Claude Blanc-Chaléard (dir.), Les Italiens en France depuis 1945, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 73-81.

Béguin François, Baudez Gildas, Lesage Denis et Godin Lucien, 1983, Arabisances. Décor architectural et tracé urbain en Afrique du Nord 1830-1950, Dunod, Paris.

Cohen Jean-Louis, Eleb Monique, 1998, Casablanca, mythes et figures d’une aventure urbaine, Hazan, Paris.

Cohen Jean-Louis, Oulebsir Nabila et Kanoun Youcef (dir.), 2003, Alger, paysage urbain et architecture, 1800-2000, Éditions de l’Imprimeur, Paris.

Deluz Jean-Jacques, 2001, Alger, chronique urbaine, Éditions Bouchène, Paris.

Écochard Michel, 1955, Casablanca, le roman d’une ville, Les Éditions de Paris, Paris.

Eleb Monique, 1992, « Casablanca : de l’immeuble de rapport à l’unité d’habitation », in Jean-Marie Thiveaud, Maurice Culot (dir.), Architectures françaises outre-mer : Abidjan, Agadir, Alep, Alger, Bangui, Beyrouth, Brazzaville, Cansado, Casablanca, Conakry…, Mardaga, Liège.

Eleb Monique, 1999, « Une alternative à l’universalisme fonctionnaliste Écochard,Candilis, ATBAT-Afrique à Casablanca », Les cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 2-3, 167-180.

Finzi Sylvia (dir.), 2002, Architettura italiane di tunisina, Éditions Finzi, Tunis.

Giudice Christophe, 2008, « Aldo Manassi and Domenico Basciano : An Experiment of Italian Architects in Casablanca. 1920-1970 », in Ezio Godoli (dir.), The Presence of Italian Architects in Mediterrranean countries, Artout-Maschietto Editore, Firenze, 142-154.

Giudice Christophe, 2006, La construction de Tunis « ville européenne » et ses acteurs de 1860 à 1945, thèse de l’université de Paris I, sous la direction de Daniel Rivet.

Godoli Ezio, 2005, Architetti e ingegneri Italiani dal Levante al Magreb, 1848-1945, Artout-Maschietto Editore, Firenze.

Godoli Ezio, 2007, « L’architettura dei cinema nelle colonie Italiane », Opus Incertum, Edizionni Polistampa no 2, Firenze, 101-111.

Grislain Jean-Etienne, 1999, « Ponti Gio », Dictionnaire des architectes, Éditions Universalis, Paris, 542-543.

Kazdaghli Habib, Larguèche Abdelhamid, 2004, « Elia Finzi, imprimeur de père en fils, interview », in Sylvia Finzi, Les métiers et professions des Italiens de Tunisie, Éditions Finzi, Tunis, 278-284.

Minnaert Jean-Baptiste, 2005, Histoire d’architectures en Méditerranée, xixe-xxe siècles, Éditions de La Villette, Paris.

Mouhli Zoubeïr, Mc Guinness Justin, 2004, Tunis, 1800-1950, Association de Sauvegarde de la Médina, Tunis.

Nasr Joseph, Volait Mercedes, 2003, Urbanism : Imported or Exported ? Native Aspirations and Foreign Plans, Chichester, Wiley Academy.

Pabois Marc, Toulier Bernard (dir.), 2005, Architecture coloniale et patrimoine, l’expérience française, Institut national du Patrimoine : Somogy, Paris.

Quattrocchi Luca, 1994, Tunisi Déco, Architetture 1925-1940, Olmo Editore, Roma.

Quattrocchi Luca, 1998, L’art nouveau à Tunis 1900-1905, Agence de mise en valeur du patrimoine, Tunis.

Ragon Michel, Tastemain Henri, 1999, Zevaco, Éditions du Cercle d’Art, Paris.

Revel Jean, 1989, « L’Histoire au ras du sol », préface, in Giovanni Levi, Le pouvoir au village, Gallimard, Paris, I-XXXIII.

Rivet Daniel, 2002, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Hachette, Paris.

Rivet Daniel, 2004, Le Maroc de Lyautey à Mohamed V, Éditions Porte d’Anfa, Casablanca.

Salmieri Adrien, 2002, « Breve inventario degli architteti ed impreditori italiani inTunisia », in Sylvia Finzi (dir.), Archittetture Italiane di Tunisia, Éditions Finzi, Tunis.

Santelli Serge, 1995, Tunis, le creuset méditerranéen, CNRS Éditions. Paris.

Sebag Paul, 1998, Tunis, histoire d’une ville, L’Harmattan, Paris.

Sessa Ettore (dir.), 2008, Architetti, ingegneri decoratori e costruttori italiani in Tunisia, Grafill, Palermo.

Thiveaud Marie, Culot Maurice (dir.), 1992, Architectures françaises outre-mer : Abidjan, Agadir, Alep, Alger, Bangui, Beyrouth, Brazzaville, Cansado, Casablanca, Conakry…, Mardaga, Liège.

Notes

1 Nous avons principalement utilisé, pour cette enquête, les archives de la Conservation foncière de Tunis où se trouvent entreposés les dossiers d’immatriculation, ainsi que les archives de la municipalité de Casablanca qui accueillent l’ensemble des permis de construire déposés depuis 1912. L’état de conservation de ces deux fonds est particulièrement alarmant. De façon plus générale, on ne peut que déplorer le mauvais état de conservation des archives concernant le bâti de l’époque coloniale, que ce soit à Tunis, Alger ou Casablanca.

2 L’Almanach du Maroc et L’indicateur Tunisien ont été dépouillés de 1912 à 1948.

3 Nous avons exploité les informations collectées et mises sous fiches par Marie-Laure Crosnier-Leconte, conservatrice en chef du patrimoine.

4 La famille Finzi est présente en Tunisie depuis le milieu du xixe siècle. En 1829, Israël Finzi s’installe à Tunis comme réfugié politique, fonde une librairie papeterie et se spécialise dans la reliure d’ouvrages. Son fils, Vittorio, reprend l’affaire paternelle et obtient par décret beylical en 1880, l’autorisation de créer la première imprimerie de toute la Tunisie. En 1912, les ateliers quittent la médina et s’installent rue de Russie. Les imprimeries Finzi sont toujours en activité en Tunisie et publient notamment le journal Il corriere di Tunisi, le journal des Italiens de Tunisie. Voir sur l’histoire de la famille et de l’imprimerie : H. Kazdaghli et A. Larguèche (2004).

5 Plusieurs médecins, dentistes y installèrent leur cabinet.

6 « Les innombrables visages de l’architecture casablancaise », Revue Nord-africaine, octobre 1931, 991.

7 Il réalise de nombreuses stations essence et garages pour les sociétés Vaecum Oil Company, la Compagnie marocaine et asiatique des pétroles et la Compagnie marocaine des carburants (Permis de construire, Casablanca, « Compagnie Marocaine et Asiatique des Pétroles, route de Médiouna », 1928, dossier PT).

8 Permis de construire (PC), Casablanca, « Immeuble de la rue de Lorraine », 1929, dossier no 10939.

9 PC, « Perez Hôtel, avenue Mers Sultan », 1928, dossier no 10280.

10 PC, Casablanca, « Cité Derb Martinet », 1928, dossiers no 9140, 9164, 9145 et 9146.

11 PC, Casablanca, « Synagogue Corcos, rue Capitaine Ihler », 1928, dossier no 9393.

12 M. Arrivetx est né en 1883 à Alger. Mutilé de guerre, il s’installe à Casablanca en 1916. Il se consacre à la réalisation de villas à bas coût. C’est dans cette optique qu’il s’associe avec Ignazio Sansone.

13 Paul Busuttil est né à Tunis ; Maltais de Tunis, il travaille à Casablanca avec Ignazio jusqu’en 1939. Par la suite il poursuit sa carrière et participe aux projets de logements populaires après l’indépendance.

14 PC, Casablanca, « Immeuble Bonsignore, R+4, architectes Sansone, Busuttil, boulevard de la Liberté », 1937, dossier no 17048.

15 Gio Ponti, architecte à l’École politecnico de Milan, se distingua par la création de la triennale de Milan dont il assura la direction jusqu’en 1979 mais aussi par la création de la revue de design « Domus ». Il est le père du design italien.

16 Ces deux architectes sont respectivement nés en 1910 et 1904 en Tunisie. Ils sont autorisés à exercer en 1949 et participent à la réalisation de divers bâtiments dont l’immeuble Moretti-Milone.

17 Sépulture au cimetière européen de Casablanca, famille Mellili, Archives personnelles de D. Basciano, « Cahier des charges sépulture Mellili », dossier no 11.

18 Archives personnelles de Domenico Basciano, « Cahier des charges pour la construction du Lynx », dossier no 22. « Le cinéma Le Lynx, Domenico Basciano », 1954, Architecture d’Aujourd’hui, no 2, 93.

19 Domenico Basciano réalise à Casablanca Le Lynx, Le Verdun, L’Atlas, Le Ritz, Le Lux, Le Colisée, Le Rif et il entreprend la réfection du Shérazade. En 1955, il participe au concours de l’Opéra et du Théâtre municipal qui ne verront jamais le jour.

20 « Aéroport et aérogare de Tit Mellil », Architecture d’Aujourd’hui, mai 1951, no 35.

21 D’autres architectes sont investis dans le projet, dont Élie Azagury, Michel Gourdain, Isaac Levy et un des frères Suraqui.

22 La trame 8 x 8 est issue de la volonté d’Écochard de résorber les bidonvilles par la réalisation de logements populaires s’appuyant sur le modèle de la maison traditionnelle et possédant de modestes dimensions : 8 mètres sur 8 mètres. Nous renvoyons à J.-L. Cohen et M. Eleb, 1998, 343.

23 L’ATBAT est une agence collective associant de jeunes architectes et ingénieurs dont Woods et Candilis fondateurs du « Team 10 » et principal réformateur des Congrès Internationaux d’Architecture Moderne (CIAM).

24 Casablanca est une bourgade de 20 000 habitants en 1900, principalement concentrés dans la médina. En l’espace de 20 ans, la ville connaît une explosion démographique et une extension rapide. Malgré les différents plans d’aménagements qui tentent de contrôler la croissance de la cité, l’intense exode rural submerge la ville, donnant naissance à une gigantesque couronne de bidonvilles.

25 Cela se vérifie aussi pour les entrepreneurs (français et italiens) de travaux publics de Casablanca qui ont le plus souvent officié en Tunisie et/ou en Algérie.

26 Les frères Pertuzio collaborent avec Resplandy de 1900 à 1916. Ils suivent plus particulièrement la réalisation du Théâtre municipal, de l’hôtel de la Municipalité et de l’hôtel de France.

27 La piscine municipale réalisée par Georges Orthlieb en 1931 mesurait près de 300 m sur 100 m.

28 Marius Boyer est un bon exemple de cet attrait pour les réalisations constructivistes russes ou les buildings new-yorkais et notamment l’immeuble Assayagh réalisé en 1930 avenue de la Marine.

29 Les immeubles S. Levy, Ettedgui, Schriqui et Banon portent les noms de leurs propriétaires et sont réalisés durant l’année 1927.

30 « Ferrara », 1932, Almanach du Maroc, Rabat, 35.

31 P.C., Casablanca, Immeuble Pappalardo, architecte Pertuzio, 1930, dossier no 11108.

32 P.C., Casablanca, Immeuble Pappalardo, architecte Brion, 1937, dossier no 17283.

33 « Le Maroc en 1932 », Afrique du Nord Illustrée, mai 1932, 365.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Tunis, théâtre municipal, avenue Bourguiba, architecte Resplandy, conducteur des travaux Ignacio Sansone, 1901. [Cliché C. Giudice, 2009]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 2 – Casablanca, immeuble Levy et Charbon, rue de Tours, architecte Ignazio sansone, 1929. [Cliché C. Giudice, 2004]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 3 – Casablanca, caveau Famiglia Mellili, cimetière Ben m’sik, architecte Domenico Basciano, 1949. [Cliché C. Giudice, 2008]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/247/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 4 – Casablanca, Cinéma Le Rif, avenue des Forces armées royales, architecte Domenico Basciano. [Cliché Luc Brochard, Casamémoire, 2008]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/247/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 5 – Casablanca, Immeuble Ugazio, boulevard de la Liberté et rue gay-Lussac, architecte Aldo Manassi, 1931. [Cliché C. Giudice, 2008]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/247/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende Fig. 6 – Casablanca, immeuble Pappalardo, architecte et entrepreneur Pappalardo, 1928, rue de l’aviateur. [Cliché C. Giudice, 2008]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/247/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site