Desktop versionMobile Version

Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles)

 | 
Myriam Bacha

Partie II. Inventions et créations dans les espaces protégés

Patrimonialisation de la médina de Fès et création architecturale sous le protectorat français (1912-1956) : à la quête d’une « couleur locale »

Charlotte Jelidi

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

À peine là, partout le miracle s’opère : C’est donc le Moyen Âge aux cris inquiétants, rouges, violets, bleus, que burnous et caftans projettent vers le ciel où l’Islam réverbère. […]
Extrait de « Sur la place Djemaa El-Fna », Les champs, 29-30 janvier 1985, Sonnets du sud, Jean de Lost-Pic.

Dès le début du protectorat, le résident général Louis-Hubert Lyautey et son équipe envisagent les médinas marocaines comme des objets patrimoniaux, des conservatoires de formes urbaines à valoriser. Pour assurer la protection de ces cités, ils décident d’installer les Européens hors des médinas (dans des villes nouvelles)1 et créent un service des Beaux-arts chargé de leur conservation.

Parce que Lyautey et son équipe ont fait, avec force, la promotion de leur politique patrimoniale, on a pu croire qu’elle avait permis aux médinas de rester intactes sous le protectorat. La majorité des textes traitant de l’évolution des agglomérations coloniales entre 1912 et 1956, qui basent le plus souvent leur ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search