Desktop versionMobile Version

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre VI − La consolation

Érasme : théorie et pratique de la lettre de consolation

Étienne Wolff

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

En préalable, on soulignera la difficulté qu’il y a à définir la lettre de consolation. En effet comment la distinguer du genre de la consolation ? Dans les deux cas il s’agit de textes adressés à un destinataire (qui peut parfois être l’auteur lui-même, ainsi pour la célèbre Consolation perdue de Cicéron). Deux critères paraissent néanmoins pouvoir être retenus : la longueur d’abord, qui est plus grande dans le genre de la consolation ; ensuite, la présence ou l’absence, en tête et à la fin, des formules qui ouvrent et terminent traditionnellement les lettres. Ainsi les trois Consolations de Sénèque, qui sont des lettres publiques, ne portent pas ces formules. Encore moins les trouve-t-on, par exemple, dans la Consolation en trois livres qu’au xvie siècle le médecin milanais Jérôme Cardan s’adressa à lui-même1. Mais venons-en à Érasme.

Érasme a écrit un grand nombre de lettres, dont il a publié des recueils partiels2, et il a théorisé l’art épistolaire dans le De conscribendis epist...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search