Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre VI − La consolation

Compassion et consolation dans les lettres de Maxime Planude

Jean Schneider

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Dans la correspondance de Maxime Planude, et probablement dans beaucoup d’autres recueils épistolaires, la douleur intervient principalement à trois niveaux. Planude peut exprimer sa douleur d’être séparé du destinataire1, ou celle qu’éprouve le destinataire d’être séparé de lui2, voire celle d’un tiers qui est séparé de l’un des deux partenaires de l’échange épistolaire3. Cette douleur de la séparation doit être atténuée par la lettre4. Si cette consolation fait défaut, le silence épistolaire cause un supplément de douleur5. Cette douleur convient à la lettre amicale, le premier des Types épistolaires du Pseudo-Démétrios, le septième des Genres épistolaires du Pseudo-Libanios, et dans une telle lettre l’expression de la douleur relève d’une sorte de métalangage, puisqu’elle légitime et commente la pratique épistolaire elle-même. À un deuxième niveau, la douleur peut motiver une sollicitation, dans une lettre de requête (axiômatikos, douzième type dans le répertoire du Pseudo-Démétr...

Autore

Université Lyon II

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540