Versión clásicaVersión móvil

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre IV − La souffrance amoureuse

La souffrance de Byblis dans la lettre à son frère Caunus

Simone Viarre

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Le thème de l’inceste est fréquent chez Ovide, qui l’aborde à la fois du point de vue moral et du point de vue psychologique. Le nom de Byblis apparaît dans l’Art d’aimer1 et dans l’Ibis2, en dehors de l’important épisode des Métamorphoses qui m’intéresse ici. On rencontre aussi, et souvent en même temps, Myrrha3, Phèdre4 et Canacé5 plusieurs fois, avec un passé littéraire sous-jacent et des accents euripidéens6. Mais Byblis est la seule à écrire dans un poème épique une lettre d’aveu et de prière qui détermine la fuite de son frère et sa propre transformation en fontaine de larmes, sans qu’il y ait eu la moindre consommation de l’inceste Selon la version la plus connue, Byblis est la fille de Milet, lui-même fils d’Apollon, et de Cyanée, fille du Méandre. Remarquons en passant qu’il y a là beaucoup d’eau avant même que Byblis ne devienne source. Le récit d’Ovide et la lettre de son héroïne peuvent être appréhendés de deux façons que je considérerai tour à tour, puisqu’il y a ici un...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search