Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Les processus de formation, pérennisation ou remplacement du patriciat

Stratégies lignagères du corps de ville de Rodez aux xvie et xviie siècles

Sylvie Mouysset

Texte intégral

  • 1 En 1614, Rodez est qualifiée de « ville de passage tant pour Lyon que Paris, pour le Quercy, Thoul (...)

1Ville double du Massif central méridional, Rodez est la capitale du Rouergue et abrite à l’intérieur de ses remparts quelques six mille habitants qui tirent le meilleur profit des échanges commerciaux entre Toulouse et Lyon, Quercy et Languedoc1. L’évêque est seigneur de la partie la plus haute de la ville, la Cité, tandis que les comtes de Rodez — dont le plus fameux fut Henri de Navarre, fils de Jeanne d’Albret — tiennent le Bourg. À partir du xviie siècle, Rodez accueille deux bureaux d’élection (1627), qui dépendent de la généralité de Bordeaux puis de Montauban, et un présidial (1635) situé dans le ressort du parlement de Toulouse.

  • 2 S. MOUYSSET, Un patriciat urbain dans la première modernité : Rodez aux xvie et xviesiècles, thèse (...)

2Les consuls ruthénois sont au nombre de huit sous l’Ancien Régime, répartis en deux collèges distincts, celui du Bourg et celui de la Cité2. Choisis par leurs pairs, ils prêtent serment dans les mains de leur seigneur respectif. Leur intérêt commun pour la chose publique fait leur union. Le rôle de la famille est essentiel et complexe dans l’élaboration de la trame serrée/des réseaux politiques. Les statuts qui régissent les deux collèges consulaires interdisent les liens de proche parenté et veillent au renouvellement rapide des candidats. Mais, de la lettre à l’esprit, le fossé est profond. Si l’oligarchie existe bel et bien, il faut mesurer sa place dans la ville, la structure et l’extension de ses réseaux. Afin de mieux « démonter le fonctionnement de la machine à fabriquer des notables », selon le vœu de Philippe Guignet, il conviendra ensuite d’examiner la distribution des rôles politiques au sein du clan et des familles qui le composent, à travers quelques exemples précis.

De l’équité de la lettre à l’esprit oligarchique

L’exemple des statuts de la Cité (1495)

3Les statuts consulaires de la Cité de Rodez, élaborés au début du xiiie siècle et complétés à l’époque moderne, s’efforcent d’accueillir chacun selon son rang et d’assurer une rotation rapide des hommes à la maison commune :

  • 3 Statuts de la Cité de Rodez, 1495, A.D. Aveyron, G170, op. cit., article 2. Traduction : « Item af (...)

« Item affin que los honors sian distribuadas entre totz los cieutadas et habitans d’aquela, sera eligitz per cossols de totz estatz, habitans en lad cieutat, doctors, licenciatz, bachelliers, nobles, borgeses, merchans, notaris, mecanicx de qualque art que sian, ou mestier honeste. »3

  • 4 Comme à Périgueux. Cf. A. HIGOUNET-NADAL, Périgueux aux xive et xve siècles. Étude de démographie (...)
  • 5 C’est-à-dire ni excommunié, ni condamné par les droits civil et canon.
  • 6 Des conditions particulières d’accès à chaque rang déterminent une graduation des responsabilités (...)
  • 7 Instructions et coutumes concernant les consuls du Bourg, A.D. Aveyron, 2E 212 AA8 Bourg (1597), o (...)

4Tout Ruthénois, âgé d’au moins 25 ans4, qui n’est ni mal famé5, ni débiteur de la ville, peut ainsi espérer devenir consul. Notons que l’article des statuts de la Cité en 1495 valorise les diplômés de l’Université — futurs officiers —, placés devant nobles et bourgeois, tandis que les marchands précèdent encore les notaires et, bien sûr, les artisans6. Les consuls anciens doivent choisir avec discernement des « persounages que lor semblaran estre plus utilz a la causa publiqua »7. Si l’accès au consulat de tous les bons citoyens de Rodez semble ici autorisé, l’équité annoncée est très vite altérée par un véritable régime censitaire défini au fil des textes comme de la pratique politique. Le candidat au consulat de la Cité doit posséder au moins cent livres tournois de biens immobiliers dans sa communauté à la fin du xve siècle et il ne faut pas moins de quatre cents livres à son collègue du Bourg un siècle plus tard. Cette contrainte est rendue absolument nécessaire par la responsabilité financière des consuls, redevables sur leurs deniers des défaillances éventuelles de leur comptabilité.

  • 8 A.D. Aveyron, G170, Statuts de la Cité, 1495, article 1. Traduction : « cessant tout amour, faveur (...)

5En outre, le futur consul a l’obligation de prouver dix ans de résidence, donc ne pas être considéré comme « forain », mais comme « manant et habitant d’icelle ville ». Par ailleurs, le candidat ne doit pas avoir été consul depuis quatre ans en Bourg et sept en Cité, et n’être apparenté à aucun magistrat sortant. Ces deux derniers points soulignent la volonté de lutter contre la propension à faire du consulat une « histoire de familles ». Le premier article des statuts de la Cité insiste sur la nécessité de choisir les édiles « cessans totz amor, favor, ou affection desordonada »8. L’article sept définit très clairement les interdits de parenté entre agnats et cognats :

  • 9 A.D. Aveyron, G170, Statuts de la Cité, op. cit., par Bertrand de Chalençon, 1495, article 7. Trad (...)

« Item affy que las honors sian distribuydas entre totas gens, habitans en lad cieutat, lo payre, que sera cossol, non puesca elegir son filh, ny lo segre son genre, nec econtra, ny lo frayre son frayre, ny lo conhat lo conhat, ny lo cosi germa so cosi germa, ny seran monch continuadas las honors entre tals, affin que chascun cognosca que lo cossolat non vay ponch per lignee ny affection de parentatge mas selon l’ordre et polissa et al ben de la causa publicqua. »9

Une lecture pragmatique des statuts

  • 10 Jean-Louis Biget écrit ainsi à propos du patriciat de Castres : « Pour être consul, il faut être i (...)

6À la lecture des conditions à satisfaire, il paraît tout à fait impossible de renouveler les collèges consulaires dans le strict respect des règles statutaires10. De temps à autre, les délibérations se font l’écho des difficultés rencontrées par les anciens édiles pour trouver des candidats répondant à l’ensemble des critères :

  • 11 A.D. Aveyron, 2E 212 BB11 Cité, f. 104-106,25 novembre 1642.

« Suivant l’antienne costume et Estatutz de la présante Communaulté, ils auroint faict reserche rue par rue des personnes qualifiées pour estre mis en leur lieu et place ce jourd’huy, feste de la Ste Catherine, pour exercer la charge consulère ; et après avoir meurement considéré entre eulx le temps de sept années complettes portées par les Estatutz pandant lequel on ne peult aspirer a lad charge consulère et le peu de nombre d’habitans qualifiés ou proches parans entre eulx, et mesmes a cause du procès que ceste communaulté ha au conseil contre mess, du chapitre et autres habitués de l’Esglise consernant le payement de leurs tailles, estant ung affaire très important a ceste communaulté estant requis de ne nommer a la charge consulère aulcung qui soict suspect a la poursuite, ils n’auroint peu treuver, telles perquisitions qu’ils ayent seu faire de personnes qui ne soint ou dans le temps des sept années portées par les Estatutz ou suspects a cause dud procès ou proches parans que seulement Mr de Vassal, procureur du Roy au siège présidial, de Moly, controlleur esleu en l’eslection du Comté, Escalier et Capolade, procureurs aud siège, lesquels ayant jugé estre des personnes dignes et capables de ceste charge [...] ils les auroint faict appeller... »11

  • 12 A.D. Aveyron, 2E 212 BB9 Bourg, f. 115v et s., 25 et 27 novembre 1576.

7Dès lors, le nombre des entorses commises lors des élections permet d’adapter la loi aux réalités du moment. En 1576, par exemple, l’hôtelier Hugues Maynard tente de refuser la charge de premier consul en alléguant le non respect des délais de réélection. Mais il est pourtant contraint de l’accepter, ses amis prétextant qu’en son absence « on ne trouverait que des septuagénaires, infirmes et caducs »12. Cette pratique illicite semble de fait acceptée par l’ensemble de la société urbaine parfaitement au courant des liens de parenté de chacun de ses membres. Elle est au moins tolérée et n’est dénoncée que lors de flambées éphémères de violence qui altèrent peu le consensus général.

8Pénurie de candidats ? Ambition politique de certains membres de familles influentes ? La dérogeance à la lettre des statuts favorise inévitablement la poignée d’hommes dont le dévouement, la fortune et la disponibilité permet une présence régulière à la maison commune.

Oligarchie ouverte ou fermée ?

  • 13 Nous avons opté, comme Philippe Guignet et Guy Saupin, pour la méthode homonymique de reconstituti (...)
  • 14 La confrontation des listes consulaires avec certaines sources fiscales — qui mentionnent la profe (...)

9Une pesée globale du groupe s’impose : 725 consuls se partagent 1 282 nominations, de 1500 à 1670, permettant l’accès de 325 lignages à la maison commune13. Celle-ci semble donc largement ouverte à l’ensemble des Ruthénois. Mais les résultats bruts ne doivent en aucun cas masquer au moins deux réalités essentielles. D’une part, les édiles représentent de manière variable les corps sociaux : les gens de justice et les marchands sont assez bien représentés (40 à 60 % de leurs chefs de famille figurent sur les listes édilitaires), tandis que les mécaniques sont absents des registres14. D’autre part, sur les 325 lignages représentés, 75 % d’entre eux n’envoient pas plus de deux consuls à la maison commune. Ecrasante est donc la majorité des « météores » figurant de manière très éphémère sur le terrain politique de la communauté. Ainsi, un quart seulement des lignages — soit 80 patronymes environ — compose-t-il réellement le patriciat ruthénois. Parmi ceux-ci, une décoction statistique plus précise permet d’affiner encore le profil patricien : apparaît alors un petit groupe de lignées fidèlement attachées au destin du pouvoir urbain. Seuls trente lignages répondent positivement, en effet, aux quatre conditions sélectives définies d’après les résultats moyens de l’étude prosopographique.

Fig. 1 : Critères de définition des « lignages patriciens »

Fig. 1 : Critères de définition des « lignages patriciens »

10Oligarchie ouverte, les mécanismes de participation au consulat de Rodez permettent effectivement à 325 lignages d’entrer à la maison commune. Mais le pouvoir appartient à ceux qui parviennent à ne pas en sortir. La fermeture oligarchique, loin d’être le fruit de la domination d’un groupe social prééminent, est plutôt l’effet d’une nécessité : l’honneur est une charge, si elle ne peut être supportée facilement. La clause censitaire est le verrou interne qui fonde sur le terrain politique le principe d’oligarchisation du patriciat. Les « Trente » constituent en quelque sorte le « noyau dur » du système politique ruthénois. Ces patriciens véritables construisent de solides dynasties qui font de la chose publique une histoire de familles.

Une histoire de familles

La constellation des Trente

  • 15 P. GUIGNET, Le pouvoir dans la ville au xviiie siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique (...)

11« De fait », écrit Philippe Guignet, « grâce au maniement judicieux des généalogies, il est possible, en renouant les fils des alliances, de voir s’ordonner une bonne part des familles échevinales en vastes constellations unies par un réseau de liens matrimoniaux. »15

Fig. 2 : La constellation des Trente, toile des alliances matrimoniales du consulat de Rodez

Fig. 2 : La constellation des Trente, toile des alliances matrimoniales du consulat de Rodez

12Trente lignages tissent une centaine de liens matrimoniaux et constituent de fait un « noyau dur » de quatre à cinq clans. Il est très difficile de cartographier les réseaux, car ils sont, par définition, à géométrie variable. Ici, nous avons seulement représenté les unions relevées dans les arbres généalogiques des Trente pendant la période étudiée. La « pelote » ainsi obtenue, si elle montre assez bien l’imbroglio des alliances, invite cependant à quelques remarques et réserves.

  • 16 Lire, par exemple, celui de Raymond d’Austry, publié par la Société des Lettres, Sciences et Arts (...)
  • 17 La désignation comme parrain d’un parent éloigné permet de distinguer celui-ci et de l’insérer dan (...)

13Tout d’abord, les alliances matrimoniales sont des connexions fondamentales de réseau, qui permettent au lignage d’élargir son horizon à l’aire du clan, par l’adjonction de nouveaux liens établis avec germains et alliés. Mais ces liens primordiaux en cachent d’autres, au moins aussi importants pour étayer le clan. Le recrutement homogamique des patriciens est favorisé par les relations professionnelles qu’ils entretiennent au quotidien — et nous frôlons ici monsieur de Lapalisse. Les relations de voisinage sont lisibles dans les compoix, lorsque se dessinent de véritables enclaves consulaires dans la ville, comme par exemple la place du Bourg qui concentre 60 % des édiles de cette communauté au xvie siècle. Les liens d’amitié apparaissent moins souvent au fil des sources, mais sont de temps à autre exprimés dans l’intimité des feuillets de livres de raison16. La parenté spirituelle, enfin, met en valeur certains parents éloignés en les élevant au rang d’amis charnels17.

  • 18 Beaucoup de discussions émergent des délibérations lorsqu’un candidat du Bourg veut se faire élire (...)

14La seconde remarque concerne les aires d’influence de liens ainsi matérialisés en cercle fermé. La sphère englobe les deux communautés de Rodez. Ainsi, par le jeu des alliances matrimoniales, les membres d’un lignage peuvent-ils étendre leur zone d’action sur la communauté à laquelle ils n’auraient pas facilement accès par le procédé de l’élection18. Mais cette constellation nous prive de la représentation des liens externes qui la relient aux autres familles, ruthénoises ou non, et qui la transformerait alors en véritable nébuleuse.

15Les consuls se marient entre eux, il n’y a pas de raison d’enfreindre cette loi sociale quasi intangible observée chez les élites comme dans d’autres groupes sociaux. Ce tissage serré des différents liens — visibles ou non ici —, permet d’assurer à chacun des lignages une présence continue à la maison de ville, et ce malgré les interdits.

Archéologie de la réussite du clan : l’exemple des Maynard

16L’ascension professionnelle des Maynard est jalonnée par de nombreuses élections au consulat (29 en tout de 1434 à 1654, par dix membres de la famille). Leurs alliances, choisies à l’intérieur comme à l’extérieur de leur milieu professionnel, permettent d’ajouter douze consuls à leur tableau de présence, nommés 33 fois, soit un total de 62 nominations pour l’ensemble du clan. Peut-on distinguer la distribution des rôles au sein des réseaux ? Nous ne pourrons ici qu’ébaucher un ensemble de comportements généraux et récurrents.

17Le don d’un fils à la ville désigne le plus souvent l’aîné, mais pas toujours. Il semble, en effet, que supérieur au respect du droit d’aînesse, le désir de continuer l’œuvre paternelle soit à l’origine de l’attribution du consulat à tel fils plutôt qu’à tel autre. Celui qui reprend l’affaire familiale, la boutique ou l’étude, qui porte le prénom totémique, est aussi celui qui succédera à son père au bassin de la confrérie et franchira à sa place la porte de la maison de ville. Si deux frères exercent les fonctions paternelles, le fils marié sera préféré à celui qui est encore célibataire, selon une volonté identique de pérenniser l’image paternelle. Quant aux filles, elles ne sont pas inactives dans la construction du clan, bien au contraire. Deux situations sont possibles. La plus simple à envisager est celle du « mariage consulaire » qui conforte les liens du lignage avec les réseaux. Par ailleurs, l’échange des femmes est également efficace dans la recherche de nouvelles alliances à l’extérieur des espaces familiers du lignage. Espace social tout d’abord : le mariage de Françoise Maynard avec un officier seigneurial — Georges Sicard, trésorier du comté, consul du Bourg en 1565 —, hisse la famille au-delà de la boutique. Puis celui des filles de François, au début du XVIIe consolide la volonté des Maynard d’étendre leur ramure à la sphère convoitée des institutions monarchiques. Espace géographique aussi : le clan Sicard, fraîchement établi à Rodez par le truchement des Armagnac, marie presque systématiquement ses filles à l’extérieur de Rodez comme pour étendre rapidement sa zone d’influence à l’ensemble du Rouergue et au-delà.

18Enfin, les alliés — gendres, beaux-frères et cousins — sont autant de pions placés sur l’échiquier du pouvoir urbain qui permettent de couvrir le terrain et de s’y maintenir avec constance. Ils se succèdent au consulat, bien sûr, mais ils sont aussi présents ailleurs, comme membres du conseil politique des consuls, mais aussi comme bayles de confrérie ou encore bassiniers du Purgatoire. Ces organismes politiques ou religieux sont en quelque sorte des niches d’attente qui permettent aux notables de jouer un rôle dans la ville entre deux élections. Tout le jeu du clan consiste à placer ses membres les plus actifs dans ces différentes instances afin d’y être omniprésent et d’exercer ainsi une influence politique sans discontinuité.

Fig. 3 : Généalogie simplifiée des Maynard, Hôtes de Lale (Bourg de Rodez)

Fig. 3 : Généalogie simplifiée des Maynard, Hôtes de Lale (Bourg de Rodez)
  • 19 L’exercice de la religion civique est un excellent moyen pour les édiles d’affermir leur légitimit (...)

19À l’aune individuelle, le rapide turn over offert par ces postes clés facilite une progression rapide dans la carrière édilitaire, et ce malgré les temps d’inéligibilité au consulat. Il est frappant de remarquer, par exemple, que les fonctions de bassiniers de l’église Saint-Amans (Bourg) obéissent à une hiérarchie parallèle à celle du corps de ville19. La carrière d’un Raymond d’Austry, bourgeois du Bourg et auteur d’un beau livre de raison, est ainsi jalonnée par ses nominations au consulat conjuguées avec ses fonctions aux différents bassins de Saint-Amans, dont le plus prestigieux est celui du Purgatoire.

  • 20 En cela, ils ne se distinguent pas des notables de Beauvais étudiés par Pierre Goubert.

20Jusqu’au milieu du xviie siècle au moins, les patriciens ruthénois vivent à l’ombre du clocher de leur cathédrale, avec pour seul horizon rêvé la ligne mauve des Monts d’Aubrac au nord, et les verdoyants plateaux du Ségala au sud. Très peu nombreux sont ceux qui tentent l’aventure au-delà, vers Montauban ou Toulouse20. La charge consulaire est considérée comme un lien patrimonial transmissible, malgré les précautions statutaires pour ne pas céder aux « affections de parenté ». Le rang occupé à la maison de ville est un marqueur social, un signe d’appartenance à la sanior pars qui gouverne la ville.

21Du marchand à l’officier, ce sont les mêmes familles qui, de François Ier à Henri IV, se disputent l’honneur de représenter la ville. Ensuite, le déclin économique de Rodez et, partant, l’étiolement politique de la boutique au profit de l’office, modifient lentement les stratégies lignagères des patriciens. La voie royale est préférée à celle de la ville dans les choix de carrière. « C’est une charge et non un honneur » déplore Pierre Séguret en refusant sa place de troisième consul, le 25 novembre 1620.

22Les ambitions du patriciat ruthénois ne passent plus par le consulat, bien avant que Louis XIV ne réduise à néant l’indépendance de la ville en 1666, en diminuant de moitié le nombre des consuls placés désormais sous l’étroite tutelle de l’intendant de Montauban.

Notes

1 En 1614, Rodez est qualifiée de « ville de passage tant pour Lyon que Paris, pour le Quercy, Thoulouse, que partie du Languedoc et autres provinces y avoisinant ». A.D. Aveyron, 2E 212 EE1 Cité, 16 avril 1614, procès verbal du comte d’Aven, gouverneur de Guyenne, sur les ruines, tours et murailles.

2 S. MOUYSSET, Un patriciat urbain dans la première modernité : Rodez aux xvie et xvie siècles, thèse de doctorat d’histoire soutenue en 1997 à l’Université de Paris I-Sorbonne, sous la direction de Madame Nicole Lemaitre.

3 Statuts de la Cité de Rodez, 1495, A.D. Aveyron, G170, op. cit., article 2. Traduction : « Item afin que les charges honorifiques soient distribuées entre tous les citadins et habitants de cette ville seront élus pour consuls de tous états, habitants en lad. Cité docteurs, licenciés, bacheliers, nobles, bourgeois, marchands, notaires, artisans de quelque art qui soit ou métier honnête. »

4 Comme à Périgueux. Cf. A. HIGOUNET-NADAL, Périgueux aux xive et xve siècles. Étude de démographie historique, Bordeaux, 1978, p. 310.

5 C’est-à-dire ni excommunié, ni condamné par les droits civil et canon.

6 Des conditions particulières d’accès à chaque rang déterminent une graduation des responsabilités édilitaires. Le classement s’effectue selon les titres et professions de chacun — les mécaniques n’ayant droit qu’au quatrième rang — et contribue à fermer encore un peu plus la porte aux plus humbles.

7 Instructions et coutumes concernant les consuls du Bourg, A.D. Aveyron, 2E 212 AA8 Bourg (1597), op. cit.

8 A.D. Aveyron, G170, Statuts de la Cité, 1495, article 1. Traduction : « cessant tout amour, faveur, ou affection désordonnée. »

9 A.D. Aveyron, G170, Statuts de la Cité, op. cit., par Bertrand de Chalençon, 1495, article 7. Traduction : « Item afin que les honneurs soient répartis entre tous les gens, habitants la Cité, le père qui était consul ne puisse élire son fils, ni le beau-père son gendre, nec econtra, ni le frère son frère, ni le beau-frère son beau-frère, ni, le cousin germain son cousin germain, ni ne seront point continués les honneurs entre eux afin que chacun sache que le consulat ne se transmet point par lignage ni affection de parenté mais selon l’ordre et police et pour le bien de la chose publique. »

10 Jean-Louis Biget écrit ainsi à propos du patriciat de Castres : « Pour être consul, il faut être instruit et disponible, donc être riche. » (J.-L. BIGET, Castres, Mazamet, La Montagne, Toulouse, Privat, 1992, p. 104.)

11 A.D. Aveyron, 2E 212 BB11 Cité, f. 104-106,25 novembre 1642.

12 A.D. Aveyron, 2E 212 BB9 Bourg, f. 115v et s., 25 et 27 novembre 1576.

13 Nous avons opté, comme Philippe Guignet et Guy Saupin, pour la méthode homonymique de reconstitution des lignages. Bien sûr, cette méthode n’est pas complètement satisfaisante, car un même patronyme peut cacher plusieurs lignées. Mais, amendée par les apports de la généalogie, elle nous a semblé la plus simple et finalement la meilleure pour essayer de percer les secrets des lignages consulaires ruthénois. Le risque d’erreur existe, mais il est tout de même assez faible sur un petit groupe, comme c’est le cas ici.

14 La confrontation des listes consulaires avec certaines sources fiscales — qui mentionnent la profession du chef de famille — permet d’étudier le taux de représentation à la maison commune de chaque catégorie socioprofessionnelle. Nous l’avons fait deux fois à Rodez, grâce à un rôle complet de contributions (1503), et au compoix de 1666. Thèse, op. cit., volume 1, p. 88 sq.

15 P. GUIGNET, Le pouvoir dans la ville au xviiie siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, EHESS, 1990, p. 362.

16 Lire, par exemple, celui de Raymond d’Austry, publié par la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, en 1992.

17 La désignation comme parrain d’un parent éloigné permet de distinguer celui-ci et de l’insérer dans le cercle des parents et amis proches, ou « amis charnels ». J. DELMAS, « Amis et amis charnels », Bulletin du Cercle généalogique du Rouergue, n° 19,1997, p. 6-8.

18 Beaucoup de discussions émergent des délibérations lorsqu’un candidat du Bourg veut se faire élire en Cité et vice versa.

19 L’exercice de la religion civique est un excellent moyen pour les édiles d’affermir leur légitimité politique sur l’ensemble de la communauté, celle des vivants comme celle des morts. Ce sujet est passionnant et mérite une étude plus approfondie, que l’on ne peut vraiment aborder ici, mais qui fera l’objet d’une étude ultérieure. Cf. M. FOURNIE, « Confréries, bassins et fabriques dans le Sud-Ouest de la France : des oeuvres municipales », dans La religion civique à l’époque médiévale et moderne, Paris, École française de Rome, 1995, p. 245-263. Cf. également N. LEMAITRE, « Finances des consulats et finances des paroisses dans le Sud-Ouest (xive-xviie siècle) », dans L’hostie et le denier, les finances ecclésiastiques du haut Moyen-Âge à l’époque moderne, Actes du colloque de la commission internationale d’histoire ecclésiastique comparée Labor et fides, Genève, 1989, p. 101-117.

20 En cela, ils ne se distinguent pas des notables de Beauvais étudiés par Pierre Goubert.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Critères de définition des « lignages patriciens »
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2115/img-1.jpg
Fichier image/, 40k
Titre Fig. 2 : La constellation des Trente, toile des alliances matrimoniales du consulat de Rodez
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2115/img-2.jpg
Fichier image/, 201k
Titre Fig. 3 : Généalogie simplifiée des Maynard, Hôtes de Lale (Bourg de Rodez)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2115/img-3.jpg
Fichier image/, 213k

Auteur

Université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540