Version classiqueVersion mobile

Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles)

 | 
Myriam Bacha

Table des matières

Myriam Bacha

Des influences traditionnelles et patrimoniales sur les architectures du Maghreb contemporain

PERSPECTIVES HISTORIOGRAPHIQUES DE LA PROBLÉMATIQUE
UNE PRATIQUE IMPORTÉE
FABRICATIONS POLITIQUES ET IDENTITAIRES
CRÉATIONS ET INVENTIONS TOURISTIQUES
TRAJECTOIRES DE PROFESSIONNELS ET INNOVATION
CONCLUSION

Partie I. Fabrications politiques et identitaires

Françoise Hamon

Simulacres

COMÉDIE EN TROIS ACTES
ÉTYMOLOGIES
IMITATIONS
RECONSTITUTIONS
L’EXPOSITION
LE MUSÉE-SIMULACRE
LA MORALE DU « MODERNE »
RETOUR AU RÉGIONALISME
DÉCOLONISATION INTÉRIEURE
IDENTITÉS À RECONSTRUIRE ?
Dominique Jarrassé

Références orientalistes dans les villes d’eaux d’Algérie et de Tunisie. Transfert du modèle thermal et usage de motifs patrimoniaux

LECTURES DU PATRIMOINE : RÉGIONALISME ET EXOTISME
LE THERMALISME COMME PROCESSUS COLONIAL
LE « CHARME DE L’ISLAM » AUX BAINS : RELECTURE DE L’« ARABISANCE »
USAGES DE FORMES ORIENTALISTES ET SÉGRÉGATION
Algérie : Hammam Righa et Hammam Salahin
Tunisie : Hammam-Lif et Korbous
L’orientalisme des années 1930
SOURCES IMPRIMÉES
François Dumasy

Définir le patrimoine architectural

Le cas de Tripoli en Libye pendant la colonisation italienne

DU DÉNI À LA CRITIQUE : PARCOURS D’UNE ÉNONCIATION
SAUVEGARDER ET CLOISONNER ? L’ÉMERGENCE D’UNE QUESTION PATRIMONIALE
ÉLABORER LE NOUVEAU LANGAGE DE L’EMPIRE. LES ARCHITECTES ET LA QUESTION PATRIMONIALE DANS LES ANNÉES 1930
SOURCES IMPRIMÉES
Federico Cresti

Orientalisme, folklore, romanité, méditerranéité, modernité : débat sur la construction de la ville coloniale en Libye au cours des années 1930

L’URBANISME ET L’ART DE GOUVERNER LES PEUPLES
ROMANITÉ, ARCHITECTURE NATIONALE ET/OU ARCHITECTURE RATIONNELLE ?
LA QUESTION DE LA MODERNITÉ
TRADITION « INDIGÈNE », MÉDITERRANÉITÉ ET MODERNITÉ
VERS UN URBANISME COLONIAL ?
DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE : LES VILLAGES DE LA COLONISATION AGRAIRE EN LIBYE
SOURCES IMPRIMÉES
Wafae Belarbi

Projets de « villes nouvelles » au Maroc. Entre innovation et reproduction du modèle médinal

LES MÉDINAS DES VILLES NOUVELLES : MYTHES OU RÉALITÉS ?
Les villes nouvelles au Maroc : repositionnement de l’État dans un contexte de crise urbaine et identitaire
La reproduction du patrimoine : un acte politique récurrent
LA « KASBAH » DE TAMESNA : UN NOUVEAU MODÈLE RÉORIENTÉ VERS LA CLASSE MOYENNE
Emprunt conceptuel et idéologique
Un produit abordable réorienté vers « les classes moyennes »
Un espace de « dépaysement » pour « la classe aisée »
CONCLUSION

Partie II. Inventions et créations dans les espaces protégés

Myriam Bacha

La production architecturale dans la médina de Tunis de 1920 à 1956 réglementée par le décret du 3 mars 1920 : l’invention d’une architecture médinale ordinaire

LE DÉCRET DU 3 MARS 1920 : UN PALLIATIF AUX DÉFAILLANCES DE LA LÉGISLATION PATRIMONIALE, AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE
DES PÉRIMÈTRES DE PROTECTION ENGLOBANT DES ESPACES SOCIOLOGIQUEMENT CONTRASTÉS
LES DÉCRETS DU 3 MARS 1920 ET DU 13 SEPTEMBRE 1921 : LA VOLONTÉ DE PERPÉTUER LES FORMES LOCALES DE L’ARCHITECTURE DE LA MÉDINA
ACTEURS ET OUTILS DE LA GESTION PATRIMONIALE ET ARCHITECTURALE : LE SERVICE DES ANTIQUITÉS ET LE SERVICE DES TRAVAUX DE LA MUNICIPALITÉ
UNE PROTECTION AUX CONTOURS FLOUS REPRÉSENTATIVE D’UNE CONNAISSANCE ÉLÉMENTAIRE DE L’ARCHITECTURE ISLAMIQUE
L’ARCHITECTURE DOMESTIQUE TUNISOISE AU XIXe SIECLE
UNE ARCHITECTURE DOMESTIQUE HYBRIDE, ENTRE TRADITIONS TUNISOISES ET ÉLÉMENTS CONSTRUCTIFS EXOGÈNES
LE DÉCRET DU 3 MARS 1920 : LA PERTE D’UNE LIBERTÉ CONSTRUCTIVE, CONTESTÉE PAR LES HABITANTS DE LA MÉDINA
UN TEXTE DIFFICILE À APPLIQUER PAR UN SERVICE DES ANTIQUITÉS DE MOINS EN MOINS INFLUENT
CONCLUSION
Charlotte Jelidi

Patrimonialisation de la médina de Fès et création architecturale sous le protectorat français (1912-1956) : à la quête d’une « couleur locale »

LA POLITIQUE PATRIMONIALE DU PROTECTORAT OU LA QUÊTE D’UN RETOUR Â UN ÂGE D’OR MAL DÉFINI
Patrimonialisation de la médina : du tout indivis aux monuments historiques
« Sauver tout sans rien changer » ?
UN STYLE OU DES STYLES ARCHITECTURAUX EN MÉDINA ?
La place des arts indigènes dans la politique patrimoniale du protectorat
Le service des Beaux-arts, garant de la couleur locale ?
Les édifices publics : témoins d’un style officiel ?
CONCLUSION
SOURCES IMPRIMÉES
Muriel Girard

Le projet de sauvegarde de la médina de Fès entre « orientalisation » et prise en compte des pratiques socio-spatiales

Le cas des espaces artisanaux

DOCTRINES, DIMENSIONS SOCIALES ET REPRÉSENTATIONS PATRIMONIALES
CHANGEMENT DE POSTURES : DU SPECTACULAIRE AU PROJET DE DÉVELOPPEMENT
LE PATRIMOINE COMME RESSOURCE ÉCONOMIQUE
L’ARTISANAT, ENTRE RÉITÉRATION DES DISCOURS COLONIAUX ET PRISE EN COMPTE DES PRATIQUES
PROCESSUS D’« ORIENTALISATION » DE LA MÉDINA DE FÈS
« LA BEAUTÉ DU MORT » : LA MISE EN SCÈNE AU DÉTRIMENT DES USAGES
L’ESTHÉTISATION DU PAYSAGE URBAIN : LA CONSTRUCTION D’UN RÉFÉRENTIEL COMMUN DE L’AUTHENTICITÉ ?
INSTANTS PASSÉ ET PRÉSENT : QUESTIONNER LES SCÉNOGRAPHIES
PRISE EN COMPTE DU PATRIMOINE VÉCU ET PRATIQUÉ
CONCLUSION
RAPPORTS
Anne-Claire Kurzac-Souali

Les arts décoratifs architecturaux : traditions, réinvention et création d’un patrimoine marocain

DIFFUSION DE VALEURS D’AUTHENTICITÉ PAR LES MÉDIAS ET EFFET SUR LE BÂTI
UNE PRODUCTION MODERNISÉE ET ÉTENDUE DES ARTS DÉCORATIFS
UN NOUVEAU TYPE D’ARTISAN HORS DE LA CORPORATION
UNE PATRIMONIALISATION OFFICIALISÉE PAR L’ÉTAT ET LES ORGANISMES PUBLICS
LA POTERIE CITADINE
CONCLUSION
Soumaya Gharsallah-Hizem

Le projet de rénovation et d’extension du palais-musée national du Bardo à Tunis : entre conservation, modernisation et création

DU PALAIS AU MUSÉE : LA PATRIMONIALISATION DU PREMIER MUSÉE TUNISIEN
LE PROJET DE RESTRUCTURATION ET D’EXTENSION DU PALAIS-MUSÉE
ANALYSE DU PROJET : UNE ARCHITECTURE AUX RÉFÉRENTS TRADITIONNELS MAIS AUX APPARENCES MODERNES
LA CRÉATION DE MUSÉES DANS DES SITES ET MONUMENTS HISTORIQUES EN TUNISIE : HISTOIRE ET ARCHITECTURE
CONCLUSION

Partie III. Croisements de paradigmes architecturaux et trajectoires de professionnels

Christophe Giudice

De l’usage et du brassage des modèles architecturaux dans le Maghreb colonial : itinéraires d’architectes et d’entrepreneurs italiens

IGNAZIO SANSONE ET DOMENICO BASCIANO : DE TUNIS À CASABLANCA, UNE HISTOIRE ITALIENNE DE L’ARCHITECTURE
Ignazio Sansone, un fils de maçon devenu architecte
Domenico Basciano, un Italien de Tunis formé aux beaux-arts de Paris
MOBILITÉ ET PROFESSIONNALISME DES ARCHITECTES ITALIENS
Les raisons d’une circulation au sein du Maghreb colonial
Aldo Manassi, un architecte italien arabisant
ENTRE PRODUCTION SAVANTE ET PRODUCTION ORDINAIRE : SAVOIR-FAIRE ET DIFFUSION DE MODÈLES
Savoir-faire et promotion professionnelle
Circulation et reconnaissance professionnelle :
CONCLUSION
SOURCES ORALES
PÉRIODIQUES
Nadir Djermoune et Leïla Oubouzar

De l’orientalisme éclectique à l’abstraction moderne

Une lecture typologique des architectures algéroises des xixe et xxe siècles

AUX ORIGINES DU PATRIMOINE : LA CASBAH D’ALGER
TENTATIVES DE RESTRUCTURATION DE L’EXISTANT
FORMATION D’UN NOUVEAU LANGAGE
« LA MAISON MAURESQUE » ET LA (RE) DECOUVERTE DE L’ARCHITECTURE LOCALE
LE TYPE DANS L’ABSTRACTION MODERNE
L’« ŒUVRE FERMÉE » DE FERNAND POUILLON
LE PATRIMOINE ET L’INVENTION TYPOLOGIQUE DANS LA CRÉATION ARCHITECTURALE
Boussad Aïche

Figures de l’architecture algéroise des années 1930 : Paul Guion et Marcel Lathuillière

LE CONTEXTE ET LES CONDITIONS DE LA PRODUCTION ARCHITECTURALE
LE STYLE MÉDITERRANEEN COMME EXPRESSION DE LA MODERNITÉ
LES ARCHITECTES ALGÉROIS DE L’ENTRE-DEUX-GUERRES : PAUL GUION ET MARCEL LATHUILLIÈRE
PAUL GUION OU LE NÉOMAURESQUE COMME MODERNITÉ
MARCEL LATHUILLIÈRE OU L’ARCHITECTURE MÉDITERRANÉENNE COMME EXPRESSION DE LA MODERNITÉ
CONCLUSION
SOURCES IMPRIMÉES
LES PÉRIODIQUES DÉPOUILLÉS
LES ARCHIVES
Leïla Ammar

Discours, pratiques et références de l’architecture savante à Tunis : l’immeuble contemporain en question

DES CATÉGORIES D’ANALYSE IMPRÉCISES : LE PATRIMOINE DIT « COLONIAL » ET « ARABO-MUSULMAN »
LA PATRIMONIALISATION DE L’ARCHITECTURE DES xixe ET xxe SIÈCLES : UN PROCESSUS OPAQUE ET INCERTAIN
APPROPRIATION DE L’HÉRITAGE ARCHITECTURAL DES xix ET xxe SIÈCLES PAR LES PROFESSIONNELS TUNISIENS
L’INTÉGRATION DANS LA PRODUCTION CONTEMPORAINE DE RÉFÉRENCES A L’ARCHITECTURE DES xixe-xxe SIÈCLES ET À LA MODERNITÉ
UNE APPROPRIATION « DE FAÇADE » ?
APPARITION D’UN NOUVEAU TYPE D’IMMEUBLE CONTEMPORAIN, COMPROMIS DE PLUSIEURS RÉFÉRENCES
L’HÉRITAGE DES xixe ET xxe SIÈCLES REPRÉSENTATIF DE L’IDENTITÉ NATIONALE ?
CONCLUSION
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search