Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Organisation économique et spatiale des districts industriels

La trame urbaine du district industriel de Prato, xviiie-xixe siècles

Corine Maitte

Texte intégral

1Prato, en Toscane, est sans doute l’un des districts les plus célèbres et les plus étudiés de la Péninsule italienne : c’est en effet pour penser l’évolution productive de la ville dans l’après-guerre que Giacomo Becattini a, l’un des premiers, reproposé le concept de district industriel emprunté à l’analyse marshallienne. Cette notion a eu ensuite le succès que l’on sait, notamment en Italie où elle a permis d’interpréter l’émergence après la seconde guerre mondiale de nouvelles régions à la pointe du développement économique de la Péninsule – notamment l’Italie centrale et l’Italie du Nord-est – dont les caractéristiques se différenciaient nettement, si ce n’est radicalement, des voies traditionnelles et canoniques d’industrialisation.

  • 1 Cf. notamment BECATTINI G., « Riflessioni sullo sviluppo economico-sociale della Toscana in questo (...)
  • 2 Cf., entre autres, BECATTINI G., « Prato nel mondo che cambia », in BECATTINI G. (a cura di), Prat (...)
  • 3 Une organisation dont étaient tout à fait conscients les responsables de la ville au début du xxe (...)

2Ce nouveau dynamisme de régions considérées comme des laissées pour compte de la première industrialisation a suscité pléthore d’interprétations qu’il n’est pas possible ni utile de reprendre ici. Rappelons toutefois que l’émergence du district de Prato a été initialement mise en relation par G. Becattini et d’autres avec deux phénomènes majeurs, que je schématise ici : premièrement, le déclin très net, après la seconde guerre mondiale, de la structure économique et sociale caractéristique de la région, l’agriculture métayère (mezzadrile). Cette évolution aurait contribué à libérer une force de travail importante estimée jusque-là comme « perdue pour l’industrie », étant donnée l’abondance et le caractère contraignant des travaux agricoles tout au long de l’année. Désormais, les anciens métayers devaient se reconvertir. Or, ils apparaissaient particulièrement capables de se transformer en petits entrepreneurs, car ils étaient habitués à gérer et organiser la division du travail familial, à rendre les comptes de l’exploitation aux propriétaires, en somme, à prendre des initiatives1. Ce premier phénomène rencontre une seconde évolution fondamentale : le développement de marchés de biens de consommation ayant comme caractéristique essentielle non plus la standardisation et la grande série, mais au contraire le renouvellement constant, fréquent, rapide, de séries limitées de biens toujours plus différenciés2. En effet, G. Becattini explique que « le fait que certaines circonstances externes (la fermeture protectionniste de certains marchés traditionnels) aient contraint les Pratésiens, dans les années 1950, à abandonner définitivement la formule de l’intégration verticale des entreprises, en les poussant vers la formule [...] de l’équipe ouverte d’entreprises spécialisées, peut être considéré comme la base des réussites postérieures ». La formule, rappelle-t-il encore, n’était d’ailleurs pas inconnue à la ville puisque l’industrie textile citadine avait vu coexister au xixe et au début du xxe siècle quelques grandes entreprises organisées sur le mode de l’intégration verticale et un nombre relativement important de petites entreprises spécialisées par branches3. Cela signifie donc que le district a des racines historiques à explorer.

  • 4 C’est également ce que remarquait M. Cassandro dans son étude de l’industrie citadine à l’époque m (...)
  • 5 CASSANDRO M., op. cit., p. 452.
  • 6 Cf. SABEL C.F. et ZEITLIN T., « Historical Alternatives to Mass Production : Politics, Markets and (...)
  • 7 Idem.
  • 8 Cf. MAITTE C, « Incertitudes et bricolages. L’industrie textile à Prato aux xviiie et xixe siècles (...)

3Or, à Prato, la longue persistance de l’industrie textile, qui constitua du Moyen-Âge à l’époque actuelle un élément moteur et prééminent de l’industrie urbaine, est tout à fait remarquable4. Le maintien de certaines caractéristiques d’organisation, notamment le rôle central de la ville associé à une forte décentralisation du travail à domicile, la dimension modeste des boutiques et la relative faiblesse des capitaux investis, est encore plus frappant5. Ces caractéristiques ont amené un certain nombre de chercheurs à analyser le développement industriel de Prato comme un exemple d’alternative de longue durée à la production de masse concentrée s’épanouissant dans les zones septentrionales, italiennes ou plus généralement européennes6. Cela pose donc la question de l’ancienneté du district industriel de Prato et incite à interroger plus généralement la validité heuristique du modèle districtuel pour les périodes anciennes. Je voudrais soulever ici quelques interrogations : d’une part, il me semble que des formes assimilables à des districts – ou à des « protodistricts » – étaient finalement fort courantes dans le cadre de la production préindustrielle. Elles étaient généralement liées à des productions de très haute qualité7 ou au contraire à des productions de qualité moyenne-basse, comme c’est le cas à Prato au moins à partir du xve siècle. L’incertitude des marchés, la nécessité d’une adaptation constante des produits aux caractéristiques changeantes de la demande, la diversité des réseaux de commercialisation tendaient à favoriser, entre autres, une organisation basée sur la déconcentration productive, la collaboration entre firmes artisanales spécialisées, coordonnées – souvent seulement partiellement – par des marchands-fabricants qui n’avaient de fabricants que le nom. Cette organisation répondait également aux conditions de l’offre de travail des communautés rurales ou des familles citadines. Mais, d’autre part, déceler partout en Europe, du Moyen-Âge à nos jours, des « districts industriels » dont la signification ne serait autre que celle d’une « région industrielle », voire d’une « cité manufacturière », ne servirait une nouvelle fois qu’à brouiller le concept8. Aussi, plutôt que de parler de districts existants depuis le Moyen-Âge, ne vaut-il pas mieux formuler l’hypothèse que dans un certain nombre de régions se constitue et s’accumule progressivement un patrimoine de connaissances et de solutions qui constitue autant de disponibilités à évoluer vers une organisation en district ?

  • 9 BECATTINI G., « Prato nel mondo... », in Prato..., vol. 4, op. cit., p. 473.

4Des pistes de recherche ont d’ailleurs déjà été proposées. G. Becattini, par exemple, indiquait que le type de demande flexible qui se développe dans l’après-guerre trouve une réponse particulièrement adéquate dans les systèmes locaux ayant « conservé une complexité culturelle, une structure productive faite de fabriques, de laboratoires artisanaux, de travailleurs à domicile, d’auto production familiale, une structure du crédit qui permet le financement d’initiatives de modestes dimensions, une infrastructure matérielle adaptée à la production de ces biens »9. En effet, l’étude des conditions du renouveau industriel de Prato à partir de la fin du xviie siècle peut permettre de comprendre que les choix faits dans l’après-guerre s’inscrivent dans des logiques de longue durée.

Une industrie fondamentale, mais toujours incertaine

  • 10 La grande enquête lancée en 1766 par le nouveau grand duc de Toscane Pietro Leopoldo pour « orient (...)
  • 11 S.A.S.P., Comunale, 646.
  • 12 REPETTI E., Dizionario geografico fisico storico della Toscana, 6 vol, Firenze, 1841.

5Deux caractéristiques essentielles doivent d’abord être rappelées : d’une part, les activités de production manufacturières, fondamentales pour la ville depuis le Moyen-Âge, connaissent une nouvelle vigueur à partir de la fin du xviie siècle, en exact contrepoint du déclin florentin. Au cœur de ce renouveau, l’industrie textile qui, en 176610, représentait 89 % des richesses industrielles produites par la ville11, devint de plus en plus le signe de reconnaissance de la cité, pour les forains comme pour ses habitants. Les administrateurs français de l’époque napoléonienne reconnaissaient ainsi en Prato « la tête de l’industrie de la région » ; en 1838, E. Repetti considérait la ville comme une « Manchester toscane »12 et l’administration communale justifiait de plus en plus ses revendications face au pouvoir central en arguant de la « nature manufacturière » de la cité. La ville acquérait et affirmait ainsi une identité qui s’opposait à la vocation agricole de la région de plus en plus revendiquée par une grande part des intellectuels toscans à partir de la moitié du xviiie siècle.

  • 13 MALANIMA P., « Le attività industriali », op. cit.

6Mais d’autre part, la production textile de Prato ne fut jamais assurée de ses débouchés. L’incertitude provenait à la fois des fortes fluctuations de la demande, pendant longtemps très liée aux variations saisonnières et annuelles des prix agricoles comme l’a montré Paolo Malanima13, des concurrences fortes y compris sur le marché régional, d’une politique étatique précocement libre-échangiste orientée vers la protection des intérêts des grands propriétaires fonciers florentins.

7Une des façons de contrecarrer l’incertitude fut de jouer sur différents secteurs. En effet, malgré son poids en apparence écrasant, le textile ne fut jamais une mono-activité dans la ville : ateliers de cuivre, papeteries, carrières de marbre, fabrication de briques etc. vivifient et diversifient au xviiie siècle le tissu productif de Prato et de son territoire (figure 1).

Figure 1 : Valeurs des productions de la ville de Prato autres que le textile en 1767

  • 14 MAITTE C, La trame incertaine. Le monde textile de Prato, xviii-xixe siècle, Lille, Presses Univer (...)
  • 15 Sur cette industrie, voir notamment PESCAROLO A., RAVENNI G.B., Il proletariato invisibile. La man (...)
  • 16 La comparaison est cependant difficile car, en 1766, le secteur agricole n’avait pas été pris en c (...)

8Les entrepreneurs, qu’ils soient grands ou petits, multiplient les activités et misent constamment sur la diversité des investissements. Ainsi les familles associent-elles fréquemment la fabrication textile, les ateliers de cuivre, les activités de crédit, le commerce de détail, les revenus fonciers14. Elles accueillent donc favorablement la fabrication des chapeaux de paille qui devient une activité fondamentale du territoire au xixe siècle15. Ainsi, le bilan des valeurs produites par la ville en 1844 (figure 2) montre toujours la prééminence du textile, mais semble également indiquer une accentuation de la diversité sectorielle par rapport à 176616 :

Figure 2 : Valeurs des productions de Prato en 1844. Source A. S. F. Segreteria di gabinetto, 426

  • 17 Sur la fréquence de cette diversité sectorielle dans les pôles de croissance méditerranéens, cf. C (...)

9On trouve donc à Prato depuis fort longtemps une diversité sectorielle qui accompagnait, bien plus qu’elle n’entravait, la prééminence du textile17. Cette tentative constante de mettre à profit toutes les opportunités explique également l’absence de barrières bien définies entre activités de production et activités commerciales, entre fabrication et spéculation, entre manufactures et commerce.

10Cela explique également que la ville tente de mettre à profit la concurrence des petits centres régionaux en utilisant les ressources de son territoire, équipé depuis longtemps en foulonneries, et l’accumulation des savoir-faire artisanaux pour devenir le centre de finition de la production lainière régionale. À suivre les données du xviiie siècle, c’est en effet près de 80 % de la production textile de la province de Florence et près de 100 % de celle de Pise qui vont alors se finir à Prato. Si cela fait les affaires des ateliers de finition et des artisans qui les dirigent, les fabricants de draps doivent trouver des alternatives pour faire face à cette concurrence qui vient les narguer au cœur de leur ville. Ils abandonnent ainsi leur spécialisation lainière au profit d’un jeu sur la diversité des fibres et des produits qui fait la force de la ville en lui permettant de s’insérer sur des marchés différenciés, tant géographiquement que socialement. Tout en continuant à produire des draps de laine en nombre stable, les fabricants de la ville développent leur production d’articles de bas de gamme – notamment les tissus mélangés de lin et de laine, mezzelane, mais aussi les toiles de lin et plus timidement de coton. Cette nouvelle orientation leur permet de répondre à la hausse de la demande régionale de ce type de produits mais également de s’insérer dans les réseaux du commerce inter-régional, pour ne pas dire international, par l’intermédiaire de Livourne.

Figure 3 : Valeurs respectives des productions textiles de Prato en 1767

  • 18 Sur cet article tout à fait caractéristique cf. VALENSI L., « Islam et capitalisme : production et (...)

11À la fin du xviiie siècle, ces fabricants savent également répondre à la demande des négociants livournais qui cherchent à stimuler en Toscane la production des bonnets qu’ils exportent ensuite dans tout le Levant. Prato devient ainsi un des grands centres européens de fabrication des fameuses chéchias qui constituent le principal couvre-chef de toute, la Méditerranée musulmane18. Dans la première moitié du xixe siècle, chéchias, nouveaux draps de laine et textiles mélangés en vogue – laine et coton notamment –, assurent la continuité de l’industrie textile à Prato tandis que s’effondre au contraire la plupart des petits centres régionaux incapables de se renouveler et d’affronter les nouvelles conditions de la concurrence internationale.

12Mais l’industrie textile de Prato n’a pas pour autant gagné la certitude de ses marchés. Ceux des chéchias en effet se ferment progressivement à partir des années 1840-1850, et Prato doit à nouveau s’adapter. Elle s’oriente vers une nouvelle innovation de produits et de technique : la réutilisation des chiffons de laine qui permet la confection de tissus mélangés de laine naturelle et laine Renaissance, notamment des châles et des plaids. Ces nouvelles productions de basse qualité favorisent cette fois l’insertion de Prato sur le marché national en voie de constitution.

13Ainsi, la capacité d’adaptation est une condition de la survie quotidienne, elle fait partie prenante de la culture productive locale : il s’agit en effet de s’adapter dans le moyen terme pour trouver de nouveaux produits porteurs quand un précédent fait défaut, de s’adapter au fil des saisons, en fonction des variations souvent fortes des marchés régionaux, inter-régionaux, internationaux. Pour cela, la structure productive reste durablement marquée par la coexistence de formes d’entreprises diversifiées.

Une structure productive complexe

  • 19 Cf. sur ce point CASSANDRO M., op. cit.
  • 20 S.A.S.P., Comune, 703, 29/8/1810.

14Si le marchand-fabricant organise et domine la production depuis le Moyen-Âge19, la tendance au xviiie siècle est plus à l’éclatement qu’au regroupement des entreprises. En 1810, le maire de la ville analysait l’évolution récente des firmes citadines : « la liberté illimitée du commerce et de l’industrie, déjà adoptée par le précédent gouvernement, produisit l’indispensable effet de répartir et de diviser le trafic et les arts en petites fractions, de façon telle que le nombre des grandioses fabriques a diminué en proportion de l’accroissement du nombre des petits trafiquants et artistes. On ne doit pas s’émerveiller si le nombre des marchands distingués est très limité, restant cependant bien compensé par les nombreux petits trafiquants et artistes qui alimentent le commerce »20.

Figure 4 : Composition du groupe entrepreneurial en 1767

15En effet, le développement des opportunités et des textiles mélangés de bas de gamme permit l’entrée dans la production de nouveaux acteurs venus du petit commerce, de l’artisanat, du monde des commis de boutiques qui, l’espace d’une saison ou de façon plus durable, s’engageaient dans les activités textiles en faisant tisser quelques pièces. La ville n’a donc pas attendu la « libération des métayers » pour trouver en son sein les acteurs d’une petite entrepreneurialité diffuse. Ces modestes producteurs, que l’on appelle déjà impannatori, sont en quelque sorte le symbole du renouveau textile de la ville : une entrepreneurialité de bas étage si l’on veut, un renouvellement par le bas du milieu entrepreneurial, qui est à la fois signe de précarité – l’important turn-over des entrepreneurs textiles en témoigne – et de dynamisme. Loin d’être résiduel, ce type d’entrepreneurs et d’entreprises devient une caractéristique fondamentale de la structure productive citadine, et permet en quelque sorte à la fois son développement et sa capacité d’adaptation.

  • 21 Grandes à l’échelle de la ville : Alessandro Pacchiani, l’un des plus grands, fait alors travaille (...)

16Pendant tout le xviiie et le xixe siècle, il n’y a en effet que peu d’intégration verticale des activités ; là où celle-ci existe, elle est le fait des rares entreprises qui ont des marchés plus assurés : dans les années 1830, ce sont quelques-uns de ceux qui produisent des bonnets levantins, dans les années 1860 quelques fabricants de casimirs... Il existe ainsi dans les années 1840, 3 ou 4 de ces « grandes » entreprises21, elles sont 5 ou 6 dans les années 1860, 13 en 1927. Ces « grands » entrepreneurs jouent d’ailleurs eux aussi sur tous les tableaux et ne dédaignent ni le travail à domicile, ni la sous-traitance aux entreprises de secteur qui constituent le troisième pôle de cette structure productive.

  • 22 Pour tout cela, je renvoie à MAITTE G, La trame..., op. cit., chap. 4-5 et 8-9-10.

17En effet, alors qu’ailleurs les artisans, notamment de la finition, sont précocement devenus dépendants des marchands-fabricants, à Prato, ils ont su et pu – notamment grâce à leur capacité à traiter les draps régionaux – garder leur indépendance et se convertir eux-mêmes en entrepreneurs, adoptant rapidement les mêmes principes de multiplication des activités que les fabricants. Ainsi s’est maintenu et développé un réseau de petites entreprises de la finition au service des impannatori, des plus grands entrepreneurs, voire de leur propre fabrication. Quand les filatures mécanisées ont commencé à se développer, dans les années 1830 et surtout 1840-1850, la plupart sont également devenues des entreprises travaillant sur commissions22.

Figure 5 : Les entrepreneurs de Prato en 1877. Source A.C.P., statistica, 1877

  • 23 Cf. MORI G., « Il tempo dell’industria », in Prato..., op. cit, vol.3, 1989, p. 1419-1498 et ABSAL (...)
  • 24 PANCIERA W., L’arte matrice. I lanifici della Repubblica di Venezia nei secoli xvii e xviii, Trevi (...)

18Or, si au xviiie siècle tous les entrepreneurs tendent à faire la même chose, à la fin du xixe siècle, petites et grandes entreprises ont des orientations bien différentes. Les lanifici intégrés fabriquent essentiellement des plaids, des châles, des couvertures de laine, de coton et de textiles mélangés, des sayes, des flanelles, c’est-à-dire un ensemble d’articles standardisés, produits en grande série, en général confectionnés avec de la laine Renaissance. Dans la première moitié du xxe siècle, ces produits sont de plus en plus destinés aux pays sous développés tels la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud. Au contraire, les impannatori, et le secteur des petites entreprises en général, produisent essentiellement des textiles pour l’habillement féminin destinés avant tout au marché national23. Ainsi, la remarque de Walter Panciera selon laquelle « les choix organisationnels essentiels dépendent plus de la typologie et de la qualité des produits que de présumées philosophies industrielles »24 me semble pertinente, et reste valable au xixe, voire au xxe siècle.

  • 25 Sur ce point cf. MAITTE C, La trame..., op. cit., chapitre 11.

19Qu’elles soient grandes ou petites, toutes ces « entreprises » restent largement familiales, sur le modèle longtemps persistant de la famille multiple qui permet à la fois de mettre en commun les ressources de l’ensemble du noyau familial et d’organiser en son sein la diversité des activités25. Elles utilisent largement les ressources de main d’œuvre d’un territoire où la ville joue un rôle fondamental.

Un territoire hiérarchisé dans lequel la ville joue un rôle central

  • 26 Cf. notamment KRIEDTE P., MEDICK H., SCHLUMBOHM J., « Proto-indutrialization revisisted », in Cont (...)
  • 27 Cf. MALANIMA P., op. cit., 1986.

20La ville est constamment restée au cœur du système productif de Prato et c’est largement en utilisant ses ressources, notamment son offre de main d’œuvre féminine, que les activités textiles se développèrent. En effet, contrairement à l’image, désormais dépassée, véhiculée un temps par le modèle proto-industriel26, les villes restent longtemps et souvent un réservoir important de main d’œuvre : de main d’œuvre masculine qualifiée bien sûr – en l’occurrence l’essentiel du secteur de la finition, à l’exception des foulonneries, les battilani, (préparateurs de laine, cardeurs et peigneurs) –, mais aussi de main d’œuvre féminine déqualifiée. C’est dans la ville de Prato même que se trouvent de nombreuses tisseuses, notamment de mezzelane. Selon la statistique de 1767, plus de 1100 métiers se trouveraient alors dans la ville, contre 106 dans les faubourgs et 582 dans la campagne environnante (dont 42 seulement étaient censés travailler pour les marchands de la ville). La prépondérance urbaine apparaît ainsi comme une caractéristique stable de l’industrie de Prato depuis le Moyen-Âge27. Cette caractéristique est largement confirmée par l’analyse des professions déclarées au mariage lors de l’occupation napoléonienne. Si les hommes étaient davantage employés dans les petits métiers de l’artisanat, des services et du commerce (près de 28 %) que dans le textile (20,80 %), les femmes constituaient alors l’essentiel de la main d’œuvre urbaine de l’industrie, comme le montre le graphique.

Figure 6 : Professions déclarées par les femmes à leur mariage 1808-1809-1810

  • 28 Pour les explications possibles de ce phénomène, je renvoie à MAITTE C, La trame.., op. cit., p. 2 (...)
  • 29 Cf. CORSINI C.A., « Le trasformazioni demografiche e l’assetto sociale », in MORI G. (a cura di), (...)
  • 30 MILIOTTI GENTILE, BARTOLINI NERINI P., Prato, singolarità di un modello di piccola-media impresa, F (...)
  • 31 Cf. CORSINI C.A., art.cit.

21Le recensement de 1841 montre de même le maintien de l’importance de la main d’œuvre urbaine du textile, même si le nombre de femmes déclarant une activité a considérablement chuté depuis le début du siècle28 (41,23 % des femmes se déclarent en effet sans profession tandis que 28,25 % ont une activité textile, le secteur le plus important devant le travail de la paille qui en occupe 15,30 % ; mais en compensation, un nombre plus important d’hommes qu’avant déclare travailler dans le textile – 34,47 % en 1841 contre 20,80 % des jeunes mariés de 1808-1809-181029). Au début du xxe siècle, 38,10 % de la population active de la ville est engagée dans le secteur industriel, contre 13,20 % au niveau national30. Tout ces éléments semblent justifier l’appellation précoce de « ville industrielle » : en effet, entre le xviiie et le xixe siècle, la ville des couvents se transforme en ville des entreprises, des boutiques, des laboratoires artisanaux. Prato est d’ailleurs l’unique centre toscan dont la population augmente aux xviiie et xixe siècles, avec Livourne. Elle attire de nombreuses femmes « expulsées » des campagnes, et, à partir des années 1860 surtout, de plus en plus de forains, d’abord toscans (notamment du Casentino, et spécialement de son pôle textile de Stia) puis plus largement péninsulaires31.

22Cela ne veut pas dire que l’industrie ne sorte pas hors des murs : elle permet au contraire un nouveau type d’intégration entre ville et territoire alors que la propriété foncière de celui-ci est largement aux mains des Florentins. C’est encore une fois depuis le Moyen-Âge que s’est organisé un réseau de relations avec un territoire très vaste pour assurer la filature des matières premières textiles. L’époque moderne, et spécialement le xviiie siècle, a également vu le tissage des draps de laine (et non des mezzelane) sortir des limites de la ville murée. L’espace du travail manufacturier est donc un territoire complexe où les offres de travail sont diversifiées : à la fois femmes de mezzadri, moins rétives que l’on a souvent dit au travail industriel, au moins dans le territoire de Prato, et des femmes de pigionali – locataires –, journaliers des bourgs. Les bourgs apparaissent en effet comme les véritables relais de l’industrie textile citadine dans le territoire, notamment ceux qui jalonnent la route de Prato à Florence, comme Campi, Sesto etc.

23Ce territoire du travail est aussi hiérarchisé, comme permet de le montrer la cartographie des activités réalisée à partir de l’enquête de 1766-1767 : l’emprise de la ville et de ses activités est à la fois sélective et décroissante. La zone large de la filature rurale déqualifiée d’étaim, de lin, de chanvre se différencie nettement de la zone beaucoup plus restreinte de la filature de la laine cardée et du tissage.

  • 32 Cette unité administrative a été créée en 1971 et comprend 13 communes : Barberino, Campi, Vaiano, (...)

24Ce territoire se réorganise au xxxe siècle sous le double mouvement d’abandon des zones les plus lointaines, autrefois dédiées à la filature rurale la plus déqualifiée, et d’intensification de l’utilisation des ressources hydrauliques pour l’installation des filatures mécaniques. De ce fait, un rapport de plus en plus étroit s’instaure avec un territoire qui se rapproche des 13 communes formant après 1945 le compensorio pratese32. Dans ce territoire, l’utilisation de la main d’œuvre à domicile tend à croître plutôt qu’à s’estomper, notamment sous l’effet de la diffusion du tissage rural à la fin du xixe siècle ; une diffusion dûe à la fois à la dévalorisation qualitative des tissus et à la recherche de travail de la part d’une population croissante de locataires et journaliers.

25Si les territoires du travail sont donc à la fois ruraux et urbains, c’est bien la ville qui gère, coordonne et supervise les activités. C’est également dans la ville que se trouvent les institutions qui permettent à la fois coopération entre entrepreneurs, formation et encadrement de la main d’œuvre, financement des activités.

Des institutions favorisant la coopération et le crédit

  • 33 GUENZI A., « La storia economica e i distretti industriali marshalliani : qualche considerazione s (...)
  • 34 MAITTE C, La trame..., op. cit., chapitre 3.
  • 35 Cf. MAITTE C., « Le réformisme éclairé et les corporations : l’abolition des Arts en Toscane », in (...)

26Contrairement à une lecture courante jusqu’à ces dernières années, il me semble nécessaire de revaloriser le rôle de l’expérience corporative dans la capacité à organiser une concurrence régulée, ou une coopération raisonnée entre les acteurs des activités économiques. Comme le rappelait d’ailleurs Alberto Guenzi, « malgré les préjugés qui liquidaient l’expérience de l’économie citadine comme une phase de déclin déterminée par l’oppression des corporations de métiers, on trouve dans cette réalité des éléments et des formes d’organisation qui favorisaient ce qui serait ensuite considéré comme des formes alternatives à la production de masse »33. À Prato, comme j’ai tenté de le montrer ailleurs34, la corporation de l’art de la laine fut un élément important pour les entrepreneurs de la ville qui y trouvait de nombreux avantages : la distinction de la marque « Prato » apposée sur les draps leur donnait un atout important face à la production des petits centres ruraux concurrents et leur permettait de vendre ainsi plus facilement toute la partie de leur production non réglementée, comme ils le répétaient eux-mêmes à plusieurs reprises ; la corporation les rendait également maîtres des règles de la production, des conditions d’exercice du métier et libres d’en exercer la justice interne ; elle leur permettait enfin de résoudre, certes non sans heurts parfois, leurs conflits d’intérêts en évitant au maximum l’ingérence des puissants fabricants florentins. C’est donc contre le bon vouloir de la majorité des fabricants que la corporation fut dissoute par les réformes de Pierre Léopold35.

27Une partie des fonctions de la corporation, notamment les règles d’exercice des activités, l’entretien et le renouvellement d’un certain nombre d’équipements productifs, la collaboration entre les entrepreneurs et les autres forces sociales dominantes de la ville, fut reprise par l’administration communale qui se montra constamment ouverte aux acteurs de l’industrie et à leurs intérêts. Cela est assez classique. Mais il faut insister également sur le rôle important des nombreuses institutions de charité qui dépendaient plus ou moins directement de l’administration communale et de la fameuse Casa dei Ceppi fondée par Francesco Datini. Souvent taxées d’archaïsme, ces institutions acquièrent au contraire à Prato un rôle tout à fait important dans la gestion locale des activités productrices, et ce de diverses manières.

  • 36 STUMPO E., « Le forme del governo cittadino », in Prato..., 1989, op. cit., vol. 2, p. 296.

28D’une part, ces institutions jouent un rôle non négligeable dans le financement des activités. Elles accordent en effet à plusieurs reprises des prêts directs aux entrepreneurs en période difficile ; elles leur fournissent également des capitaux par les achats de cens qu’elles réalisent et elles limitent l’investissement en capital fixe par la location emphytéotique des édifices de production qu’elles possèdent (notamment les foulonneries, les teintureries, etc.). De plus, leurs charges sont une source de revenus parfois importante pour les familles entrepreneuriales qui en bénéficient : c’est en effet un total de 25 à 30 000 dominantes se partageaient sous forme de « salaires » – soit cinq fois plus que le revenu du principal impôt foncier –, auquel il faut ajouter les avantages distribués en nature qui étaient souvent comparables à l’ensemble des dépenses d’assistance aux pauvres de la ville36.

  • 37 S.A.S.P., Comune, 703,2/8/1809.

29En effet, le second rôle de ces institutions était le maintien à la fois de bas salaires et de la paix sociale dans la ville grâce aux secours qu’elles distribuaient assez généreusement. C’est ce que rappelait d’ailleurs en 1809 le maire de la ville aux autorités centrales avec qui l’administration communale était constamment en conflit pour la gestion des fonds de ces institutions : « la Pia Casa dei Ceppi, par la disposition de son fondateur, Francesco Datini, est un patrimoine laissé aux pauvres de cette ville... cet unique établissement de subsides est devenu indispensable dans une ville de trafiquants pour les pauvres misérables... si ces subsides manquaient tout d’un coup, on enlèverait une bouchée de pain à un grand nombre de misérables qui n’ont pas d’autre moyen de vivre », surtout quand les industries citadines étaient en crise, « parce que la classe indigente, dans un temps où les travaux diminuent, spécialement dans le commerce, a plus besoin que par le passé d’être secourue dans un pays manufacturier, et enfin parce que les réclamations et les lamentations de tant de pauvres qui attendent de jouir des secours charitables desquels ils ne peuvent se passer sans entier dans un état d’entier désespoir, seraient insupportables »37.

  • 38 LIMBERTI G., « Del Conservatorio delle fanciulle pericolanti », Calendario Pratese, 1849.
  • 39 TURI G, « La vita culturale », in Prato..., op. cit., vol. 3, 1989, p. 1143.
  • 40 ARCANGELI G., Poesie e prose, I, Firenze, 1857, p. 362, cité par G.Turi, op. cit., p. 1 144.
  • 41 S.A.S.P., Comune, 763, Lettre de G. Magnolfi, alors tout nouveau directeur des écoles de Santa Cat (...)
  • 42 MAZZONI B., Biografia del Dott. Giov. Batt. Mazzoni pubblicata nel secondo anniversario della sua (...)

30Enfin, les institutions de charité assuraient un rôle d’encadrement et de formation de la main d’œuvre. Ainsi, le conservatorio delle pericolanti ou de Santa Caterina, fondé en 1688 pour aider les « filles abandonnées et en péril », accueillait après la Restauration un peu plus d’une trentaine de pensionnaires, mais plus de 300 élèves externes qui s’adonnaient au travail du tricot, du tissage, à la filature38. L’institution connut alors une nouvelle fortune, s’intégrant parfaitement dans le cadre social de Prato. Les scuole di Santa Caterina furent même organisées en 1816 : sorte de complément au conservatorio, les jeunes filles y filaient et tissaient « avec de précises intentions productives »39, à tel point qu’il fallut attendre 1833 pour que les élèves fréquentent « l’école du lire et écrire dans les heures de repos »40. Le conservatorio et les scuole étaient ainsi des réservoirs de main d’œuvre, mais pouvaient également être de possibles vecteurs de diffusion de techniques ou de productions nouvelles. Les laboratoires firent en effet constamment preuve de leur réceptivité face aux exigences de la production en accueillant tour à tour les bonnets levantins, les premières fileuses mécaniques, les métiers larges41 et enfin les premiers Jacquard réalisés par un constructeur local, Giovan Battista Mazzoni42. Cette organisation de patronage professionnel et technique, imprégnée d’une morale religieuse et d’une éthique du travail salvateur, s’avérait correspondre parfaitement aux vœux des entrepreneurs, satisfaits de trouver à leur disposition une main d’œuvre soumise, qualifiée et à bas prix.

31Certes, de nouvelles institutions, à l’allure plus connue, se font jour dans la seconde moitié du xixe siècle pour résoudre ces problèmes de coopération entre entrepreneurs, de financement des activités, de formation et d’assistance de la main d’œuvre : l’Union industrielle (à la fin du xixe siècle), la Banque de Prato (1877), l’Institut technique Buzzi (1888) et les associations de secours mutuel (dans les années 1860, après de premières initiatives dans les années 1830). Mais l’on se fourvoierait en voyant dans leur naissance un signe des temps nouveaux et dans leur apparition relativement tardive l’indice d’un durable archaïsme. Ces nouvelles institutions me semblent en effet plus en continuité qu’en rupture avec les solutions précédemment envisagées.

Conclusion

  • 43 GUENZI A., art. cit.
  • 44 Ainsi que le remarquait justement BELFANTI C.M., « Mezzadri, artigiani, operai : personaggi in cer (...)

32L’étude de longue durée de l’organisation industrielle de Prato confirme l’hypothèse formulée par Alberto Guenzi selon laquelle « le modèle économique et social du district actuel est à mettre en relation avec le mode de production dominant dans le secteur secondaire à l’époque pré-capitaliste »43. Au cours de cette phase s’est accumulé un patrimoine d’expériences et de valeurs qui est de nouveau mis à profit après la seconde guerre mondiale. Sans affirmer la nécessité d’une évolution linéaire et pré-déterminée, il faut cependant reconnaître dans le cas de Prato que les orientations prises par la ville depuis le xviiie siècle et les solutions apportées à une situation de durable incertitude de son industrie aident à comprendre le succès du district de l’après-guerre. L’élément de continuité est fourni par le rôle central et moteur de la ville qui a constamment géré, contrôlé et organisé les aménagements territoriaux successifs qui ont permis à son industrie de subsister et de se développer dans des formes sans cesse renouvelées. De ce fait, la transformation de l’économie métayère, si elle a pu avoir un rôle important en Toscane, n’apparaît cependant pas comme un phénomène déterminant dans la mise en place du district, contrairement à ce qui avait été initialement soutenu44.

33C’est pourquoi, s’interrogeant sur les racines communes des districts, Carlo Maria Belfanti proposait trois caractéristiques communes : la familiarité avec le marché international et les marchés d’exportation, la présence – souvent limitée à une certaine phase de l’histoire du territoire – de l’usine, l’existence d’instituts de crédits locaux – ou en tous cas de modes de financement locaux de l’activité. Ces trois critères sont intéressants, et ils sont effectivement présents dans l’expérience du district de Prato. Mais sont-ils nécessaires ? Suffisants ? Tous les territoires répondant à ces critères ne me semblent pas devenir des districts industriels. Il faut donc sûrement y ajouter les différents types de marchés, de demandes et les caractéristiques des produits de ces territoires : le succès du district de Prato est en effet incompréhensible si l’on ne prend pas en considération les évolutions de la mode et les nouvelles caractéristiques de demandes fractionnées et rapidement renouvelées, ainsi que nous le rappelions en introduction. Mais à ces facteurs, il faut également ajouter la nature des offres locales de travail : en l’occurrence, la forte disponibilité de la main d’œuvre urbaine pour le travail industriel apparaît un élément fondamental et de longue durée qui explique sans doute que lors de la « libération » des métayers dans l’après guerre, ils aient rapidement su s’adapter et tirer partie d’activités avec lesquelles ils avaient été en contact depuis des siècles par l’intermédiaire des marchands-fabricants urbains. Ainsi est-ce bien la ville qui constitue le solide point d’ancrage du district industriel de Prato, la trame indispensable à son existence, sa vitalité et son succès.

Notes

1 Cf. notamment BECATTINI G., « Riflessioni sullo sviluppo economico-sociale della Toscana in questo secondo dopo-guerra », in MORI G. (a cura di), Annali di storia d’Italia. La Toscana, Torino, Einaudi, 1989, p. 901-924 et BRUSCO S., « Piccole imprese e distretti industriali : l’esperienza italiana », in BRUSCO S., Piccole imprese e distretti industriali, Torino, Rosenberg & Sellier, 1989, ; cette explication n’est cependant plus au premier plan des idées avancées par l’équipe de G. Becattini, en particulier dans : BECATTINI G. (a cura di), Prato, storia di una città, Vol. 4 : Il distretto industriale, 1943-1993, Firenze, Le Monnier, 1997. Les études menées sur les origines sociales des entrepreneurs du district ont en effet poussé à reconsidérer ce phénomène. MILIOTTI GENTILE A., BARTOLINI NERINI P., Prato, singolarità di un modello di piccola-media impresa, Firenze, Le Monnier, Quaderni Città e regione 2, 1983 ; BALESTRI A., TOCCAFONDI D., Imprenditori e distretti industriali. I nuovi volti dell’industria tessile pratese secondo i suoi protagonisti, Prato, 1994.

2 Cf., entre autres, BECATTINI G., « Prato nel mondo che cambia », in BECATTINI G. (a cura di), Prato..., op. cit., vol. 4, p. 465-600.

3 Une organisation dont étaient tout à fait conscients les responsables de la ville au début du xxe siècle. Archivio Comunale di Prato (A.C.P.), Anagrafe, 20,1907.

4 C’est également ce que remarquait M. Cassandro dans son étude de l’industrie citadine à l’époque médiévale. Il constatait en effet que si une économie centrée sur la laine n’est évidement pas spécifique de Prato, en revanche, le fait qu’elle soit « restée liée de façon séculaire aux activités économiques de la ville et cela en position prééminente, et ait constitué également par la suite son principal moteur, en en conservant – aussi singulier que cela puisse apparaître – certaines de ses caractéristiques originaires, contribuent à faire de Prato un cas tout à fait particulier qui se démarque de presque tous les autres centres mineurs de la Toscane », in « Commercio, manifatture e industria in Prato », in Prato, storia di una città, vol. 1, t.1, p. 401.

5 CASSANDRO M., op. cit., p. 452.

6 Cf. SABEL C.F. et ZEITLIN T., « Historical Alternatives to Mass Production : Politics, Markets and Technology in nineteenth-Century industrialization », in Past and Present, 1985,108, p. 133-176.

7 Idem.

8 Cf. MAITTE C, « Incertitudes et bricolages. L’industrie textile à Prato aux xviiie et xixe siècles », in Annales E.S.C., nov.-dec. 1997, 6, p. 1275-1303 et MACABELLI T., « Un paradigma interdisciplinare », in BELFANTI C.M., MACABELLI T. (a cura di), Un paradigma per i distretti industriali. Radici storiche, attualità, sfide future, Brescia, Grafo, 1997, p. 7.

9 BECATTINI G., « Prato nel mondo... », in Prato..., vol. 4, op. cit., p. 473.

10 La grande enquête lancée en 1766 par le nouveau grand duc de Toscane Pietro Leopoldo pour « orienter de façon sûre l’œuvre réformatrice » distingue avec un soin particulier les différentes productions de la ville. Pour une étude approfondie de cette enquête et de sa mise en place : DAL PANE L., « I lavori preparatori per la grande inchiesta del 1766 sull’economia toscana », in Studi storici in onore di G.Volpe, Firenze, Sansoni, 1958 ; DAL PANE L., Storia del lavoro in Italia dagli inizi del secolo xviii al 1815, Milano 1944, p. 477-561 ; la relation de la communauté de Prato se trouve dans le même volume, p. 463-476. L. Dal Pane a ensuite repris longuement les résultats de cette enquête dans son ouvrage Industria e commercio nel Granducato nella età del Risorgimento, vol. I : Il Settecento, Bologna, 1973 ; références d’archives : Archivio di Stato di Firenze (A.S.F.), Carte Gianni, B.36 ; Sezione dell’Archivio di Stato di Prato (S.A.S.P.), Arti, 40, S.A.S.P., Comune, 646 ; cette enquête a d’autre part déjà été utilisée pour Prato par MALANIMA P., « Le attività industriali », in Prato, Storia di una città, vol. 2 a cura di FASANO GUARINI E., Un microcosmo in movimento, Firenze, Le Monnier, 1986, p. 217-277.

11 S.A.S.P., Comunale, 646.

12 REPETTI E., Dizionario geografico fisico storico della Toscana, 6 vol, Firenze, 1841.

13 MALANIMA P., « Le attività industriali », op. cit.

14 MAITTE C, La trame incertaine. Le monde textile de Prato, xviii-xixe siècle, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2001, chapitre 4 et 5.

15 Sur cette industrie, voir notamment PESCAROLO A., RAVENNI G.B., Il proletariato invisibile. La manifattura della paglia nella Toscana mezzadrile, Milano, F. Angeli, 1991.

16 La comparaison est cependant difficile car, en 1766, le secteur agricole n’avait pas été pris en compte.

17 Sur la fréquence de cette diversité sectorielle dans les pôles de croissance méditerranéens, cf. CHASTAGNARET G, « La Méditerranée ou l’industrialisation masquée », Alliage, 24-25, 1995, p. 307.

18 Sur cet article tout à fait caractéristique cf. VALENSI L., « Islam et capitalisme : production et commerce des chéchias en Tunisie et en France aux xviiie et xixe siècles », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, XVI, 1969, p. 376-400 et MAITTE C, « Prato et Orléans à la mode des bonnets levantins. France et Toscane face à l’innovation textile au xviiie siècle » in BOTTIN J. et PELLEGRIN N. (dir.), Échanges et cultures textiles dans l’Europe pré-industrielle, Revue du Nord, Hors série, coll. Histoire, n° 12, 1996, p. 193-213.

19 Cf. sur ce point CASSANDRO M., op. cit.

20 S.A.S.P., Comune, 703, 29/8/1810.

21 Grandes à l’échelle de la ville : Alessandro Pacchiani, l’un des plus grands, fait alors travailler 200 ouvriers « internes ».

22 Pour tout cela, je renvoie à MAITTE G, La trame..., op. cit., chap. 4-5 et 8-9-10.

23 Cf. MORI G., « Il tempo dell’industria », in Prato..., op. cit, vol.3, 1989, p. 1419-1498 et ABSALOM R., BECATTINI G. DEI OTTATI G., GIOVANNINI P., « Il Bruco e la farfalla. Ragionamenti di un decennio di vita pratese (1943-1953) », in Prato..., op. cit., vol. 4, p. 379 et s.

24 PANCIERA W., L’arte matrice. I lanifici della Repubblica di Venezia nei secoli xvii e xviii, Treviso, Fondazione Benetton Studi Ricerche/Canova editrice, 1996, p. 5.

25 Sur ce point cf. MAITTE C, La trame..., op. cit., chapitre 11.

26 Cf. notamment KRIEDTE P., MEDICK H., SCHLUMBOHM J., « Proto-indutrialization revisisted », in Continuity and Change, 8,1993, p. 217-252 et Idem., « Proto-industrialisation : bilan et perspectives. Démographie, structure sociale et industrie à domicile », in LEBOUTTE R., Protoindustrialisation. Recherches récentes et nouvelles perspectives, Genève, Droz, 1996, p. 29-72.

27 Cf. MALANIMA P., op. cit., 1986.

28 Pour les explications possibles de ce phénomène, je renvoie à MAITTE C, La trame.., op. cit., p. 296 et s.

29 Cf. CORSINI C.A., « Le trasformazioni demografiche e l’assetto sociale », in MORI G. (a cura di), Prato..., op. cit., 1989, vol. 3, t. 2, p. 319-36, en particulier p. 402 et suivantes, et MAITTE C, La trame..., op. cit., chap. 8.

30 MILIOTTI GENTILE, BARTOLINI NERINI P., Prato, singolarità di un modello di piccola-media impresa, Firenze, Le Monnier, 1983, p. 2.

31 Cf. CORSINI C.A., art.cit.

32 Cette unité administrative a été créée en 1971 et comprend 13 communes : Barberino, Campi, Vaiano, Carmignano, Calenzano, Cantagallo, Montemurlo, Vernio, Prato, Poggio a Caiano, Quarrata, Montale, Agliana.

33 GUENZI A., « La storia economica e i distretti industriali marshalliani : qualche considerazione su approcci e risultati », in BELFANTI C.M., MACCABELLI T. (a cura di), Un paradigma per i distretti industriali : radici storiche, attualità e sfide future, atti del convegno, Brescia 8-9 nov.1996, Brescia, Grafo, 1997, p. 21.

34 MAITTE C, La trame..., op. cit., chapitre 3.

35 Cf. MAITTE C., « Le réformisme éclairé et les corporations : l’abolition des Arts en Toscane », in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, à paraître.

36 STUMPO E., « Le forme del governo cittadino », in Prato..., 1989, op. cit., vol. 2, p. 296.

37 S.A.S.P., Comune, 703,2/8/1809.

38 LIMBERTI G., « Del Conservatorio delle fanciulle pericolanti », Calendario Pratese, 1849.

39 TURI G, « La vita culturale », in Prato..., op. cit., vol. 3, 1989, p. 1143.

40 ARCANGELI G., Poesie e prose, I, Firenze, 1857, p. 362, cité par G.Turi, op. cit., p. 1 144.

41 S.A.S.P., Comune, 763, Lettre de G. Magnolfi, alors tout nouveau directeur des écoles de Santa Caterina au gonfaloniere de la ville, 17/7/1833.

42 MAZZONI B., Biografia del Dott. Giov. Batt. Mazzoni pubblicata nel secondo anniversario della sua morte, Prato, Giachetti 1869, p. 46 : l’auteur rapporte qu’ils furent installés dans le laboratoire vers 1850.

43 GUENZI A., art. cit.

44 Ainsi que le remarquait justement BELFANTI C.M., « Mezzadri, artigiani, operai : personaggi in cerca d’autore alle origini del distretto industriale », in BELFANTI C.M., MACCABELLI T., (a cura di), Un paradigma..., op. cit., p. 32.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Valeurs des productions de la ville de Prato autres que le textile en 1767
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2044/img-1.jpg
Fichier image/, 144k
Légende Figure 2 : Valeurs des productions de Prato en 1844. Source A. S. F. Segreteria di gabinetto, 426
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2044/img-2.jpg
Fichier image/, 194k
Légende Figure 3 : Valeurs respectives des productions textiles de Prato en 1767
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2044/img-3.jpg
Fichier image/, 138k
Légende Figure 4 : Composition du groupe entrepreneurial en 1767
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2044/img-4.jpg
Fichier image/, 223k
Légende Figure 5 : Les entrepreneurs de Prato en 1877. Source A.C.P., statistica, 1877
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2044/img-5.jpg
Fichier image/, 207k
Légende Figure 6 : Professions déclarées par les femmes à leur mariage 1808-1809-1810
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2044/img-6.jpg
Fichier image/, 149k

Auteur

Université de Paris X-Nanterre, UMR Cersatés 8529

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540