Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Organisation économique et spatiale des districts industriels

Les élites urbaines et « l’industrialisation » rurale en Touraine au xviiie siècle

Brigitte Maillard

Texte intégral

  • 1 GILLE B., les forges françaises en 1772, Paris, SEVPEN, 1960.

1Sur les cartes de répartition de l’industrie en France à la fin du xviiie siècle, la Touraine forme une tache blanche, soierie de Tours mise à part. La province est pourtant entourée de régions dont les activités agricoles sont identiques aux siennes mais où les campagnes connaissent une « protoindustrialisation » textile : le Maine, l’Anjou, le Berry ou le Poitou sont des producteurs de toiles et de draps, parfois d’indiennes. Rien de tel en Touraine ; seul le nord de la province a une manufacture textile rurale mais située dans l’orbite du Maine. Le secteur sidérurgique n’est pas plus brillant : au milieu du xviiie siècle, à Preuilly-Bossay et à Château-la-Vallière1, aux confins de l’Anjou, existent quelques forges des plus traditionnelles, propriété de nobles qui utilisent ainsi leurs bois faute d’autres débouchés. La consommation de fer est d’ailleurs faible dans ces campagnes de « petite culture » où la faux n’est pas utilisée pour les moissons ; les produits de bonne quincaillerie (couteaux, ciseaux, lames...) sont importés d’Angleterre ou d’Allemagne.

  • 2 GILLE B., La naissance de la grande industrie métallurgique, Paris, Montchrestien, 1947.
  • 3 BOURGIN B. et H., L’industrie sidérurgique en France au début de la Révolution, Paris, 1920, p. 162 (...)

2Or, dans la seconde moitié du siècle se crée dans l’Ouest une sidérurgie de qualité. Les grandes entreprises ne doivent pas faire oublier de multiples tentatives locales, plus limitées mais non moins ambitieuses. Elles sont le fait de citadins, nobles ou bourgeois, et s’implantent à la campagne pour des raisons techniques. La Touraine participe à ce mouvement et figure parmi les lieux de « naissance de la grande industrie métallurgique »2, grâce à la fondation d’une aciérie près d’Amboise3, à laquelle il faut ajouter celle de brève existence, de 1770 à 1786, d’une tréfilerie près de Tours.

3Ces deux manufactures, dont l’une recherche vraiment l’innovation, retiennent l’attention à cause de l’origine de leurs fondateurs, des buts qu’ils se sont assignés et des moyens qu’ils ont mis en œuvre. Ces hommes font partie de l’élite urbaine, autochtone ou étrangère. La fondation de la tréfilerie à Monts est le fruit d’une réflexion bien menée sur les besoins de la marine française du Ponant et sur les atouts de la Touraine ; celle de l’aciérie de la Noiraye près d’Amboise relève davantage du hasard mais n’est pas dépourvue de pertinence. L’histoire de leur création, de leurs transformations et de leurs difficultés permettra d’étudier à partir de deux cas précis les modalités d’intervention de citadins dans des campagnes dont ils tentent d’exploiter les différentes ressources.

Naissance et développement des deux manufactures

  • 4 Archives départementales d’Indre-et-Loire (A.D. I-et-L), C 143.
  • 5 Archives Nationales (A.N.) séries F/12 et F/20.
  • 6 A.D. I-et-L, 3E1/448, minutes Bourdon.
  • 7 Les archives du tribunal consulaire de Tours sont perdues.
  • 8 Ils doivent donner leur avis sur les travaux à faire en Loire pour l’installation de martinets.

4Les archives disponibles sont hétérogènes et ne permettent pas de mener exactement en parallèle l’étude des deux entreprises. Pour toutes deux on trouve un dossier important aux archives départementales d’Indre-et-Loire4 et différents rapports aux Archives nationales5. Pour la tréfilerie du Ripault, lors d’un inventaire des biens mobiliers et papiers réalisé par un notaire en 17796, un relevé des papiers, livres et registres de l’entreprise a été fait mais nous ignorons leur contenu détaillé ; la liste des débiteurs ainsi que le montant de leurs créances y figurent mais rien ne nous renseigne sur les autres clients7. Pour l’aciérie de la Noiraye, nous sommes mieux informés sur les aspects techniques de l’installation et sur l’attitude des pouvoirs publics à son égard que sur son activité commerciale8. Nous n’avons aucune archive d’entreprises.

5À cette époque où les marines françaises ont des besoins immenses, la Touraine dispose d’atouts économiques : le principal est la Loire qui permet le transport à bas prix de pondéreux entre le centre du royaume et la côte atlantique et peut aussi, au prix de certains aménagements, faire mouvoir des installations importantes, tout comme certains de ses affluents comme l’Indre. La province peut facilement s’approvisionner en produits sidérurgiques en Berry ou Nivernais. Les ressources en combustible existent : le bois des nombreuses forêts est souvent tout juste bon à être brûlé et les besoins domestiques sont médiocres.

  • 9 Choiseul, secrétaire d’État à la guerre entre 1761 et 1770 et à la marine entre 1761 et 1766, possè (...)

6L’origine des deux manufactures remonte à la même époque. La tréfilerie du Ripault s’installe en 1770. L’aciérie d’Amboise est issue de la réunion, sous l’autorité d’un même directeur, de trois entreprises ; en 1772 est fondée une « manufacture de boutons et quincaillerie », en 1778 une fabrique de limes et enfin, en 1781, l’aciérie. Nous sommes bien au lendemain de la guerre de Sept Ans ; le gouvernement veut reconstruire la marine française mais aussi lutter contre l’hégémonie industrielle anglaise9. La tréfilerie de Monts, traditionnelle par ses techniques, innove sur le plan commercial alors que les propriétaires de la manufacture d’acier d’Amboise ont des ambitions autrement plus modernes.

  • 10 À condition que les entrepreneurs fassent une déclaration féodale au duché de Montbazon et paient 5 (...)

7Deux négociants associés depuis 1755 dans le commerce des produits sidérurgiques et installés à Tours, Paul Chicoisne et Georges Moulin, décident en 1770 de créer une tréfilerie, activité qui n’existe pas dans la région. Ils sont tourangeaux, négociants, fils de marchands, de bonne bourgeoisie moyenne ; ils ont épousé à Tours, en décembre 1754, deux sœurs dont la famille maternelle est angevine et qui, orphelines de père, ont chacune une dot de 5 000 L ; Moulin apporte 4 000 L seulement et Chicoisne 11 050 L. Ils choisissent le site du Ripault dans la paroisse de Monts, à quelques lieues au sud de Tours, sur les bords de l’Indre et à proximité de la nouvelle route d’Espagne. Ils y achètent au seigneur de Candé son moulin, en ruine, pour 6 000 L. Us prennent aussi en location à Tours des magasins et entrepôts proches de la Loire. Le 14 novembre 1772, ils reçoivent du prince de Rohan10 des lettres de concession et, le 19 avril 1774, un arrêt du conseil confirme l’établissement de la tréfilerie en accordant quelques privilèges comme l’exemption de milice et de corvée pour les quatre principaux ouvriers. L’entreprise semble exclusivement familiale : le capital, dont on ignore le montant, appartient aux deux beaux-frères.

  • 11 A.D. I-et-L, 3E1/448 ; inventaire réalisé du 4 novembre 1779 au 2 mars 1780, à la demande de l’épou (...)
  • 12 LÜTHY H., La banque protestante de la Révocation de l’édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN (...)
  • 13 Mais il n’est jamais désigné sous ce qualificatif.
  • 14 Les propres capitaux de Primois et Faissolle sont engagés ailleurs.
  • 15 GUENAND A., La poudrerie du Ripault, mémoire de maîtrise, Tours, 1998.

8L’inventaire des papiers fait après la faillite en 177911 montre que l’entreprise avait une réelle envergure : Moulin et Chicoisne étaient en correspondance avec différents banquiers parisiens, et non des moindres, les frères Leleu, Alexandre et Cie de 1759 à 1779, de 1777 à 1779 avec Sellonf et Perrouteau, ainsi que Mallet et Le Royer12. Par le nombre de lettres de voiture mentionnées dans les registres, on peut voir comment leur activité commerciale se développe avant d’être perturbée par la guerre de Sept Ans, qui « a resserré toutes les bourses », puis reprend avant même la fin du conflit ; après la fondation de la tréfilerie, elle atteint rapidement de très hauts niveaux en 1772 et 1773 (168 lettres) puis en 1775 et 1776 (232), peut-être grâce à la guerre d’Amérique. Des relations financières et commerciales existent avec des maîtres de forges français (en Berry, à Nevers, à la Charité ou à Château-la-Vallière) et allemands (à Reinschfeld). Mais l’entreprise fait faillite dès 1779 et elle est rachetée seulement en 1784 par un quatuor composite : un noble, Jacques Fay Peyrault, seigneur de la Chèze, commissaire des guerres, qui récupère donc partiellement les biens aliénés quelques années auparavant, Faissolle, un des plus gros négociants en soie de Tours, qui a 130 métiers et emploie 400 ouvriers en soie, un officier du roi, lieutenant général de police à Tours, Valentin Loiseau et, enfin, Primois, gros fabricant bien établi à Laigle. Comment cette association est-elle née ? Est-ce La Chèze qui a voulu à la fois renouer avec la vocation traditionnelle des nobles maîtres de forges13 et participer comme d’autres nobles au développement d’une sidérurgie moderne ? Manquant de capitaux, il aurait cherché des investisseurs. Comment Primois a-t-il été attiré en Touraine ? Faissolle a-t-il voulu préparer une « reconversion » dans un secteur porteur d’avenir au contraire de la soierie ? Nous n’en savons rien. Les nouveaux entrepreneurs veulent développer les ventes pour la marine, pour les îles et en Bretagne ; en 1785 ils demandent donc que la Ferme leur consente l’exemption des droits de douane d’Ingrandes et la libre circulation dans tout le royaume pour lutter contre les « prérogatives » dont bénéficient les fers suédois dans les ports atlantiques aux dépens des Français. Mais l’activité dure peu ; en 1785, La Chèze et Primois demandent chacun, en vain, un prêt de 50 000 L à 4 % pour 10 ans ; la manufacture a besoin de 147 000 L en matières premières, crédit et argent pour les salaires14 ; une seule tirerie et un martinet à fer rond sont alors en activité. Les associés n’hésitent donc pas à vendre quand en 1786, la régie générale des poudres, qui cherche à installer une poudrerie dans l’Ouest, est intéressée par le site du Ripault au cœur d’une région grosse productrice de salpêtre et achète terrain et bâtiments pour 80 000 L15.

  • 16 A. Young parle « d’une aciérie, établie par le duc de Choiseul » (Voyages en France, éd. H. Sée, t. (...)
  • 17 A.N. F/12/1315B.
  • 18 Sa famille s’est fixée à Sancerre.
  • 19 Il a commencé une carrière dans l’armée mais a été réformé en 1757.
  • 20 A.N. F/12/1316. « Naturellement porté ainsi que tous les Genevois à regarder la France comme sa pat (...)
  • 21 Vaucher n’a sans doute pas apporté de fonds ; mais il revendique la propriété du privilège et du sa (...)

9C’est sans doute à l’invitation de Choiseul16, que les sieurs Sanche et Hyde, anciens directeurs de la manufacture de la Charité, établissent en 1772 dans une aile du château d’Amboise une fabrique de boutons dont un des principaux débouchés est l’armée. Grâce à l’inspecteur général des manufactures J. Holker, ils obtiennent les mêmes conditions qu’à La Charité et une subvention de 2 000 L par an pendant 10 ans17. Hyde est anglais18 et fait profiter Sanche de ses connaissances dans les techniques de fabrication pour la « dorure anglaise » et le poli de l’acier ; Sanche « est noble de naissance » 19. En 1778, un horloger suisse, Vaucher, dit aussi Vaucher de la Rochebulon, qui a inventé une machine à tailler les limes – procédé dont il ne veut faire bénéficier que Louis XVI et la France20 –, installe une manufacture au bord de la Loire, au lieu-dit la Noiraye, à Saint-Denis-Hors, tout près de Chanteloup. Il obtient par arrêt du Conseil en juillet 1778 un privilège exclusif et une prime de 600 L par marteau qui fonctionnera. Son associé est Pierre Bonhomme, « intéressé dans les affaires du roi », qui fournit les capitaux. Les machines entrent en activité en août 1779 ; en septembre 1780 elles sont cinq, à deux marteaux chacune, et produisent plus de 25 000 limes envoyées à Paris, Tours, Châtellerault ; il s’y ajoute deux fourneaux à tremper l’acier et quatre forges. Un an après, Choiseul et l’intendant Du Cluzel visitent la manufacture : elle produit des limes à 10 % moins cher que l’étranger. En mars 1781, pour développer la production de cette « manufacture unique » et faire cesser les importations anglaises, les associés sollicitent, mais en vain, un prêt de 100 000 L. Bonhomme vend alors l’entreprise à Sanche, malgré Vaucher qui demande la conservation de ses droits21, en décembre 1781. Mais la manufacture continue à produire et, en 1786, l’intendant Daine juge qu’elle n’a « jamais été aussi active ».

  • 22 A.N. F/12/1301, lettre de Huet de Vaudour (6 février 1786).
  • 23 A.N. F/12/1301. L’une a épousé le marquis de Champagné, l’autre le seigneur de Souvré.
  • 24 LÜTHY H., op. cit., p. 268, note 8.
  • 25 A.N. F/12/680.
  • 26 RICHARD G., Noblesse d’affaires au xviiie siècle, Paris, Colin, 1974, p. 251-252 ; il est question (...)

10En 1780, Sanche, qui semble s’être séparé de Hyde, s’est associé avec un Trésorier des finances au bureau de Tours, Patry de l’Aubinière, un angevin dont la famille, de noblesse récente, a gagné de l’argent dans le commerce des toiles. Ils fondent par acte sous seing privé pour neuf ans une société par actions pour la fourniture d’habillement des troupes. Le montage financier de l’entreprise est mal connu ; Patry a fait de fortes avances (200 000 L selon un mémoire de mai 1783) et, d’après un acte de 1787, a laissé pour plus de 50 000 L de traites à sa mort en 1784. Sanche, qui n’a « que ses soins et ses talents à apporter »22, trouve alors de nouveaux « intéressés ». Dans la transaction passée en mars 1787 pour liquider la succession de Patry mort sans enfant, il est dit que Sanche cède à sa mère et ses deux sœurs23 30 actions de 1 000 L, « faisant partie de celles qui lui restent », et 125 actions « sans faire fonds sur les deux cent soixante quinze restant des trois cents à lui accordées par les intéressés ». En 1788, dans le bilan de la banque Mallet père et fils24, figurent 49 actions de la manufacture d’Amboise, valant 57 950 L, reçues à titre de nantissement d’un débiteur genevois. Les « administrateurs intéressés » qui signent certains actes sont Gravier, Alary, Deneuville, P. Ozenne et de Mestres qui abrite le siège de la société à Paris. En 1788 l’intendant parle25 d’une compagnie d’actionnaires qui a fait de « grosses dépenses » ; elle aurait apporté « plus d’un million de fonds » 26.

L’outil de production

  • 27 En 1784, Huet de Vaudour suggère le transfert de l’aciérie sur le site du Ripault, alors en vente, (...)

11Le site du Ripault semble judicieusement choisi en fonction des conditions techniques d’alors27. La force hydraulique de l’Indre qui y coule avec un bon débit, relativement régulier, dans une vallée resserrée, est suffisante. Le bois peut être trouvé dans les forêts proches qui n’ont pas d’autres débouchés. Le fer vient du Berry et du Nivernais par la Loire et le Cher. Situé à faible distance de la Loire, le Ripault est en communication aisée avec la côte atlantique, où se trouvent non seulement des arsenaux en plein développement mais aussi Nantes qui a besoin de plaques pour la construction navale, de barres de fer pour le commerce triangulaire, de matériels pour les moulins à sucre antillais, etc. Les deux associés peuvent compter étendre leur clientèle en profitant de la situation de quasi-monopole dont bénéficie leur tréfilerie, puisqu’il n’y a encore rien d’équivalent dans l’Ouest – la manufacture de Coat-an-Noz n’étant ouverte qu’en 1779 – et que les produits de l’Est de la France ne peuvent arriver à bon compte dans l’Ouest. La présence de l’eau est aussi une des raisons de l’installation de l’aciérie à la Noiraye ; on peut y ajouter la proximité d’un marché important pour des outils aratoires et agricoles (comme les faux), non pas tant en Touraine même que dans la Beauce facile à atteindre par route. Cependant, le hasard des relations personnelles a sans doute joué un rôle important. C’est une activité totalement exogène.

  • 28 GUENAND A., op. cit., p. 338-340.
  • 29 PLANCON R., Monts au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, Tours, 1981.

12Au Ripault, les installations telles qu’elles existent28 en 1786 comportent quatre moulins, dont l’un sert de « filière » dans un grand bâtiment carré construit en pierre de taille, couvert d’ardoise ; il est divisé en deux dans le sens de la hauteur par un plancher sur lequel travaillent les ouvriers. Ces installations ressemblent tout à fait à celles que représentent les planches de l’Encyclopédie et qui existent en pays d’Ouche. On y produit, entre autres, des fers ronds et carrés aux multiples utilisations (rideaux de fenêtres, tringles de lit, rampes d’escalier, chaînes et barres pour les vaisseaux du roi). Le principal problème est celui de la main-d’œuvre : en 1779, la tréfilerie emploie 200 ouvriers ; pour les travaux de manutention ou de construction, la main-d’œuvre locale suffit mais, pour la fabrication, il a fallu faire venir de Lorraine ou de l’étranger (mais nous ignorons tout des méthodes de recrutement) des ouvriers sidérurgistes. En 1784, il y a 74 ouvriers dans la manufacture, dont 71 spécialisés dans le travail du métal (10 tireurs, 15 dévideurs, 5 démêleurs, 13 épingliers et cloutiers, 4 appointeurs, etc.). Logés sur place pour la plupart, ils sont bien payés ; mais ils ne se mélangent pas à la population locale29.

  • 30 L’acier fondu est le plus difficile à produire.
  • 31 À 45 L le quintal d’acier fin « pour le service de Sa Majesté » ; pour « le public », à 10 S la liv (...)

13À Amboise, le but de Sanche est de délivrer la France de sa dépendance envers l’Angleterre pour les aciers de qualité. Il annonce, en 1783, avoir mis au point après de longues recherches un procédé de cémentation pour fabriquer des aciers fins et fondus30 aussi parfaits que les anglais, à partir de fer de Suède ou du Berry ; il les utilise pour la fabrication des limes. Le 31 juillet 1784, Berthollet et Vandermonde, membres de l’Académie des sciences, viennent faire une inspection et donnent leur approbation. À l’automne de 1784, un arrêt du conseil autorise la « Manufacture royale d’Aciers fins » d’Amboise ; Sanche obtient pour 15 ans le privilège exclusif de l’utilisation de son procédé et une prime de 5 L par quintal d’acier façon Angleterre et de 12 L par quintal d’acier fondu, sans que le total puisse dépasser 20 000 L ; en échange, il s’engage à fournir « pour le service de Sa Majesté » et pour celui du public le métal à un prix déterminé31. En août 1786 le baron de Dietrich émet un avis très favorable. Des fabrications expérimentales à partir des aciers d’Amboise sont exécutées à différentes reprises et les jugements sont assez contrastés bien que jamais totalement négatifs ; en septembre 1786, à Paris, tous les couteliers participant à un essai jugent l’acier d’Amboise inférieur à l’acier huntsman, mais les autres artisans sont moins critiques. En 1786, l’inspecteur des manufactures Huet de Vaudour fait fabriquer des limes avec cet acier ; elles sont reconnues satisfaisantes, meilleures que la plupart des allemandes mais encore inférieures aux anglaises pour la taille et la trempe.

14En mars 1786, selon Huet de Vaudour, inspecteur des manufactures, qui ne lui est d’ailleurs pas favorable et la verrait beaucoup plus commodément installée à Vierzon, la production à la « Manufacture royale d’Aciers fins » n’a pas encore commencé mais les bâtiments sont montés ; la capacité de production serait de plus de 1,6 million de livres grâce à trois fourneaux, trois autres étant prévus. Dès lors, les deux martinets établis sur deux petits affluents de la Loire se révèlent tout à fait insuffisants et Sanche pense à une installation sur la Loire à côté de sa manufacture. En septembre 1786, il demande l’autorisation de faire une prise d’eau dans le fleuve et de construire une digue qui permettrait de concentrer le courant dans un canal pour faire mouvoir 9 martinets ; mais l’hostilité des ingénieurs des Ponts et Chaussées à tout ce qui peut gêner la navigation retarde l’exécution du projet qui est autorisé en mars 1788, après différentes modifications.

  • 32 Les commis des aides parlent en 1787 d’une « infinité d’ouvriers étrangers » qui multiplient les fr (...)
  • 33 WORONOFF D., L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, EHESS, 19 (...)

15En 1787, Sanche se heurte encore à de grosses difficultés techniques. La matière première est convenable : il utilise en 1783 du « fer du Nivernais marqué aux armes de la croix de Lorraine », puis du fer de Suède et du Berry en 1784 et teste celui du pays de Foix en 1787. Mais il manque de main d’œuvre qualifiée : lors des essais, les défauts de fabrication sont toujours attribués à l’inexpérience des ouvriers ; on en fait venir de Franche-Comté et d’Allemagne mais ils ne restent pas32. Sanche se plaint aussi de ne pas trouver de creusets suffisamment solides pour résister aux températures nécessaires pour fondre l’acier « convenable à la belle coutellerie et surtout pour la partie des rasoirs » ; il fournit de « l’acier poule » utilisé pour la coutellerie et la taillanderie et de l’acier « étoffe » qui permet de faire le tranchant des lames et de leur donner de la flexibilité, mais non « l’acier fondu » nécessaire pour les instruments de chirurgie33.

  • 34 Selon Huet de Vaudour, et non 500 comme le prétend le prospectus (A.N. F/14/1202) édité en 1787 pou (...)
  • 35 A.D. I-et-L, 3B160 (1790).
  • 36 A.D. I-et-L, C 143 ; les chiffres que donne Huet de Vaudour au Bureau du commerce en 1789 (A.N. F/1 (...)

16La production a cependant vraiment commencé puisqu’en 1787 la manufacture d’Amboise emploie peut-être 150 ouvriers34. Un mémoire35présenté en 1790 par un entrepreneur du bâtiment montre qu’il existe effectivement à la Noiraye tous les équipements et bâtiments nécessaires à la fabrication puis au stockage de limes et d’outils aratoires (fours et fonderie, martinets, bassin pour la trempe, bâtiment pour la taille, forge, magasin), mais aussi des logements pour les ouvriers ; dans la manufacture du château il subsiste bien un atelier de fabrication de couteaux. Quelle est la production ? Des chiffres sont fournis pour obtenir le paiement de la gratification promise36 ; ils varient légèrement selon les documents mais semblent fiables puisqu’ils se recoupent :

  • 1786 358 866 livres d’acier

  • 1787 335 266 livres d’acier

  • 1788 211 584 livres d’acier

17En 1786 et 1787, la manufacture a donc produit environ 170 tonnes d’acier par an mais, dès 1788, la chute a été forte.

  • 37 LEON P., La naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin xviie siècle-1869), Gap, imprimerie L (...)

18Mais Sanche semble être un bon « communicateur » ; il affirme pouvoir fournir tous les « instruments aratoires » nécessaires en France et en Amérique septentrionale, tout le matériel spécialisé que demandent les Antilles et qui peut être, s’il le faut, fabriqué sur commande, mais aussi des lames, des feuilles de ressort pour les voitures, des limes de toutes sortes... En 1786 ont été envoyés à Lorient de l’acier et différents échantillons d’outils destinés aux colonies, à l’adresse du chevalier de Boufflers, gouverneur du Sénégal. Cependant, si plusieurs fabrications ont commencé, bien d’autres ne sont qu’annoncées. La réputation de la manufacture est bien établie : le Dauphiné souhaite en avoir une semblable et, en 1786, est fondée à Pérouzet la compagnie royale des aciers qui a quatre forges en activité en 178837.

Limites et difficultés des entreprises

  • 38 A.D. I-et-L, C143 (lettre du 20 septembre 1773).
  • 39 Cette marque plaît aux ouvriers parce qu’elle ressemble à celle des produits anglais.
  • 40 Huet de Vaudour jugeait que c’était de l’argent gâché.

19Pour les deux manufactures, dans la tradition mercantiliste, l’aide et la protection de l’État ont été sollicitées. Ont été demandés le titre de manufacture royale, un privilège commercial exclusif et des exemptions d’impôt. Moulin et Chicoisne veulent obtenir un monopole de vente dans la généralité pour 20 ans et des privilèges fiscaux ; Trudaine répond38 que le titre de manufacture royale n’est jamais accordé à des entreprises nouvelles (un peu plus tard au contraire la Noiraye l’obtint), et qu’un privilège absolu est contraire aux principes du Conseil, parce que nuisible à « l’émulation ». Aucune subvention ne fut versée, le Trésor royal étant à court d’argent. Sanche a plus de chance : il obtient, peut-être grâce à la protection de Choiseul, le monopole pour la fabrication de boutons pour 15 ans ainsi que le droit de faire figurer au-dessus de la porte l’inscription « Manufacture royale de quincaillerie, taillanderie et bijouterie de toutes sortes de métaux façon d’Angleterre » et d’apposer une marque particulière sur toutes ses fabrications39. S’y ajoutent différents privilèges fiscaux, dont surtout l’exemption des droits pour le passage dans les « provinces réputées étrangères » et pour l’exportation vers les colonies et l’étranger. Une prime est attribuée40 pour la production d’acier, mais si le paiement en a toujours été fait après de très nombreuses vérifications, avec retard et parcimonie, les sommes ne sont pas négligeables : 16 557 L en 1786, 44101 L18 s au total entre 1786 et 1788.

20Le Ripault en reste aux activités traditionnelles et ne fournit que des produits semi-ouvrés. Au contraire, à Amboise, la fabrication de boutons puis de limes et de lames variées ainsi que la production d’acier fin font appel à une technologie avancée et donnent des objets à prix élevé. À Monts, les stocks de marchandises sont constitués de morceaux de fer et fonte, de bottes de fil de fer et acier de différents calibres et de clous ; dans les magasins de Tours, on trouve, outre des bottes de fil de fer et des clous en très grande quantité (20 espèces différentes) qui viennent sans doute du Ripault, des tuyaux de fonte, plaques de cheminée, poids à peser, ancres à bateaux, socs de charrue et des étaux achetés en Allemagne. En 1779, Moulin obtient des lettres de surséance lorsque, après la mort de son associé, il doit déclarer la manufacture en faillite, mais il ne peut recevoir d’aide du conseil du commerce, celui-ci étant « épuisé ». Le 16 avril, il faut cesser les paiements ; en mai les impayés atteignent 450 000 L, dus par 1 700 à 1 800 individus ; l’actif est de 360 169 L et le passif de la manufacture même de 802 731 L ; il reste en « actif douteux » et « pertes souffertes » 111 552 L. Dans l’actif, la valeur totale de l’équipement est chiffrée à 60 000 L, dont 35 000 pour le gros équipement, celui des moulins et martinets, les « filières » étant de coût moyen.

21Les comptes établis en septembre 1779 donnent les chiffres suivants :

  • 41 Il s’agit d’avances.
  • 42 La veuve de G. Chicoisne et la fille de P. Moulin.

Note41
Note42

22Ne sont pas pris en compte ici les bâtiments de la manufacture de la tréfilerie, dont l’estimation n’est pas portée. Nous n’avons malheureusement aucun compte de ce type pour la manufacture de la Noiraye.

  • 43 A.D. I-et-L, 3E1/449, transaction entre le procureur de la veuve du maître de forges de Château-la- (...)
  • 44 GILLE B., op. cit., p. 183. Babaud éprouve lui-même de grandes difficultés financières ; en 1769 il (...)
  • 45 Pourquoi ce prêt ?

23Les problèmes communs aux deux manufactures sont le manque permanent de trésorerie. Au Ripault s’ajoutent les difficultés de recouvrement des créances. La manufacture a de très nombreux clients locaux et régionaux ; si les dettes individuelles ne sont pas très grosses (moins de 2 000 L), leur accumulation finit par atteindre des niveaux importants. En 1779, les débiteurs sont au nombre de 643, individus ou sociétés ; parmi ceux qui sont identifiés, 26,5 % sont des maréchaux et 11,5 % des serruriers ; pour 30,5 % ils sont domiciliés à Tours et 56 % en Touraine ; les autres se localisent dans les provinces voisines. Les plus grosses dettes sont, à quelques exceptions près, comme dans le cas de ce serrurier de Tours qui doit 6 921 L, celles des négociants ou des maîtres de forges : la manufacture de Vaujours, près de Château-la-Vallière, apparaît dans « l’actif perdu » pour 25 495 L, les forges de Bonneau près de Buzançais en Berry figurent pour 64 880 L43 et celles de la Vernière pour 19 696 L, pour des avances que l’entreprise a dû faire pour pouvoir répondre aux commandes de la Royale, qui n’a pas payé son dû. Parmi ceux qui paient mal, figurent des négociants importants comme Babaud de la Chaussade qui a un entrepôt à Paimbeuf44 et qui doit en 1779 5 591 L à Moulin et Chicoisne. En 1776, Jean Frérot, négociant à Nantes, « maître des forges de Clisson et de la manufacture de moulins à sucre de Nantes », reconnaît devoir la somme de 45 000 L, dont 20 000 prêtées pour la construction des deux établissements45 et 25 000 pour la fourniture des « ustensiles » nécessaires à leur fonctionnement.

  • 46 A.N. F/12/1301. Selon lui, avant les essais réussis dont Sanche fait état, bien d’autres ont échoué
  • 47 WORONOFF D., « La politique des autorisations d’usines et la question du bois », in Forges et forêt (...)
  • 48 A.N., F/12/680.

24À Amboise, les problèmes sont d’ordre technique plus que financier. En France, la fabrication de l’acier au creuset progresse lentement ; il est douteux que Sanche en ait fabriqué en quantité importante. Le temps et l’argent ont manqué : dès 1786 Huet de Vaudour notait qu’il fallait au moins quatre à cinq cent mille francs pour obtenir des aciers égaux en qualité aux anglais et qu’on ne pouvait attendre aucun bénéfice avant cinq ans, mais qu’il fallait aussi du temps pour convaincre marchands et artisans de revenir « sur leurs préjugés » et d’utiliser cet acier46. La mise en place des équipements a pris beaucoup de temps. Le soutien de Daine, dernier intendant de Tours, n’était pas acquis à Sanche car, comme d’autres intendants47, il craignait une pénurie de bois : dans un rapport sur les « bouches à feu » en 178848, il jugeait toutes les forges de sa généralité utiles, sauf celle d’Amboise « placée dans une situation aussi nuisible à ses actionnaires qu’à ceux des habitants eu égard au combustible ». Il souhaitait que l’entrepreneur fût contraint d’utiliser le charbon de terre d’Anjou ; l’expérience eût été intéressante d’organiser une synergie entre les deux fournisseurs de matières premières (le Berry ou le Nivernais pour la fonte et l’Anjou pour la houille) au profit de la Touraine qui, située à mi-chemin entre les deux, y eût gagné une des entreprises les plus modernes de France et sans doute d’Europe.

  • 49 La poudrerie a fonctionné jusqu’en 1961 ; le site est actuellement occupé par le CEA.
  • 50 A.N., F/20/199.
  • 51 En 1806 la fabrication de limes fut reprise par Saint-Bris et une fabrication d’aiguilles à coudre (...)

25La destinée de ces deux entreprises prouve que les conditions favorables au développement d’une activité industrielle pouvant donner naissance ultérieurement à un « district » n’étaient pas réunies. La longévité du site industriel du Ripault49, acquise au prix d’une reconversion totale, prouve que l’emplacement convenait bien pour une manufacture avide de force motrice ; mais le financement et la direction de l’établissement industriel qui lui a succédé, une poudrerie qui a pu bénéficier de la richesse en salpêtre dans la province, ont totalement échappé aux Tourangeaux. L’entreprise la plus innovante, l’aciérie d’Amboise, n’a trouvé en Touraine ni capitaux, ni hommes d’affaires prêts à se lancer dans cette activité ; les fortunes de certains négociants en soie montrent pourtant que l’argent ne manquait pas à Tours. Les deux activités ont aussi souffert de ne pas trouver sur place de main-d’œuvre qualifiée et leur existence a été trop brève pour que des apprentis aient pu être formés. Le taux d’alphabétisation en Touraine est d’ailleurs très bas à la fin de l’Ancien Régime et les élites se soucient surtout de maintenir la population dans les campagnes par crainte du « dépeuplement » et de la pénurie de main-d’œuvre rurale. Sous la Révolution, les manufactures d’Amboise ont connu de grosses difficultés alors que les événements auraient dû « doper » les ventes ; mais, en 1792, selon les administrateurs, les « articles et surtout les outils aratoires pour les îles ne se vendent pas ». Selon un rapport de l’an 8 (1800)50, la fabrique de boutons avait disparu en l’an 4 (1796), celle des limes « façon Allemagne et Angleterre » en l’an 6 et l’aciérie « façon Allemagne et Angleterre », dirigée par le citoyen Ducrozet, dépérissait totalement alors qu’elle disposait d’un bel équipement. Des armes blanches ont cependant été fabriquées à Amboise pendant quelques années51.

  • 52 A.N. F/12/1321, mémoire de Paul Moulin.

26Les conditions techniques et commerciales du xviiie siècle pouvaient sans doute convenir à ces deux établissements. Mais la situation économique de la région n’est pas brillante dans la décennie 1780 et les ventes sont difficiles malgré l’ouverture sur le grand commerce. L’absence quasi totale d’initiatives industrielles au xviiie siècle est flagrante : aucune raffinerie de sucre ne fut fondée à Tours, contrairement à Angers ou à Orléans ; les quelques tentatives pour établir la fabrication d’indiennes dans les campagnes où l’utilisation de la main d’œuvre locale était plus facile, échouèrent rapidement. Toutes les énergies étaient-elles monopolisées par la défense de la soierie ? Rares ont été les bourgeois qui, comme Moulin et Chicoisne, n’ont pas cédé, malgré leur réussite, à l’attrait de la rente foncière ou des offices et ont préféré l’investissement industriel ; à Amboise des financiers ont tenté l’aventure. Ces hommes étaient portés par les idées des Lumières : ils disaient vouloir être « utiles à la patrie et à l’État »52 en luttant contre la concurrence anglaise et en créant des emplois. La ville-capitale (de la province et de la généralité) n’a pas su fonder d’activité manufacturière durable dans son plat-pays. C’est donc par un constat d’échec qu’il faut conclure.

Notes

1 GILLE B., les forges françaises en 1772, Paris, SEVPEN, 1960.

2 GILLE B., La naissance de la grande industrie métallurgique, Paris, Montchrestien, 1947.

3 BOURGIN B. et H., L’industrie sidérurgique en France au début de la Révolution, Paris, 1920, p. 162-168.

4 Archives départementales d’Indre-et-Loire (A.D. I-et-L), C 143.

5 Archives Nationales (A.N.) séries F/12 et F/20.

6 A.D. I-et-L, 3E1/448, minutes Bourdon.

7 Les archives du tribunal consulaire de Tours sont perdues.

8 Ils doivent donner leur avis sur les travaux à faire en Loire pour l’installation de martinets.

9 Choiseul, secrétaire d’État à la guerre entre 1761 et 1770 et à la marine entre 1761 et 1766, possède le duché-pairie d’Amboise et l’aciérie d’Amboise s’est installée tout près de son château de Chanteloup.

10 À condition que les entrepreneurs fassent une déclaration féodale au duché de Montbazon et paient 5 sous par an de devoir féodal... Rohan ne leur a d’ailleurs accordé aucune protection.

11 A.D. I-et-L, 3E1/448 ; inventaire réalisé du 4 novembre 1779 au 2 mars 1780, à la demande de l’épouse de Moulin qui demande la séparation de biens et de la fille de Chicoisne.

12 LÜTHY H., La banque protestante de la Révocation de l’édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1961, t. 2.

13 Mais il n’est jamais désigné sous ce qualificatif.

14 Les propres capitaux de Primois et Faissolle sont engagés ailleurs.

15 GUENAND A., La poudrerie du Ripault, mémoire de maîtrise, Tours, 1998.

16 A. Young parle « d’une aciérie, établie par le duc de Choiseul » (Voyages en France, éd. H. Sée, t. III, p. 967).

17 A.N. F/12/1315B.

18 Sa famille s’est fixée à Sancerre.

19 Il a commencé une carrière dans l’armée mais a été réformé en 1757.

20 A.N. F/12/1316. « Naturellement porté ainsi que tous les Genevois à regarder la France comme sa patrie, surtout depuis que le souverain chéri du royaume le plus florissant d’Europe a confié à un de ses compatriotes une des parties les plus essentielles de l’administration... »

21 Vaucher n’a sans doute pas apporté de fonds ; mais il revendique la propriété du privilège et du savoir-faire.

22 A.N. F/12/1301, lettre de Huet de Vaudour (6 février 1786).

23 A.N. F/12/1301. L’une a épousé le marquis de Champagné, l’autre le seigneur de Souvré.

24 LÜTHY H., op. cit., p. 268, note 8.

25 A.N. F/12/680.

26 RICHARD G., Noblesse d’affaires au xviiie siècle, Paris, Colin, 1974, p. 251-252 ; il est question d’une « liste » des actionnaires ; mais il ne s’agit que des héritiers de Patry mentionnés par la transaction évoquée ci-dessus.

27 En 1784, Huet de Vaudour suggère le transfert de l’aciérie sur le site du Ripault, alors en vente, dont il énumère les qualités.

28 GUENAND A., op. cit., p. 338-340.

29 PLANCON R., Monts au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, Tours, 1981.

30 L’acier fondu est le plus difficile à produire.

31 À 45 L le quintal d’acier fin « pour le service de Sa Majesté » ; pour « le public », à 10 S la livre d’acier fin et 45 S la livre d’acier fondu.

32 Les commis des aides parlent en 1787 d’une « infinité d’ouvriers étrangers » qui multiplient les fraudes. En 1783, Huet de Vaudour évoque les conséquences du marasme de la manufacture : « depuis plusieurs mois [...] beaucoup d’ouvriers excellents qu’on avait fait venir à grands frais avaient quitté et s’en étaient allés » (A.D. I-et-L, C 143).

33 WORONOFF D., L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, EHESS, 1984, p. 350. À partir de « l’acier cémenté » on fabrique de l’acier poule qu’il faut martiner avant emploi ; il est utilisé pour la fabrication de lames (faux, faucilles), de limes. L’acier fondu est obtenu par la fusion d’acier cémenté dans des creusets spéciaux ; il est utilisé pour la fabrication de ressorts de montre, d’instruments de chirurgie. L’acier « étoffe » sert à « courroyer » : il s’agit « de battre et forger à chaud l’acier entre deux morceaux d’étoffe, de les souder » selon Huet de Vaudour. L’acier huntsman, du nom de son inventeur, est de la meilleure qualité.

34 Selon Huet de Vaudour, et non 500 comme le prétend le prospectus (A.N. F/14/1202) édité en 1787 pour annoncer la création d’un prix d’émulation ; A. Young y a vu 100 ouvriers.

35 A.D. I-et-L, 3B160 (1790).

36 A.D. I-et-L, C 143 ; les chiffres que donne Huet de Vaudour au Bureau du commerce en 1789 (A.N. F/12/1305A) sont identiques mais il globalise ceux de 1787 et 1788 soit 544 076 livres.

37 LEON P., La naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin xviie siècle-1869), Gap, imprimerie Louis-Jean, 1954, p. 199. P. Léon surestime la capacité réelle de production de la manufacture d’Amboise.

38 A.D. I-et-L, C143 (lettre du 20 septembre 1773).

39 Cette marque plaît aux ouvriers parce qu’elle ressemble à celle des produits anglais.

40 Huet de Vaudour jugeait que c’était de l’argent gâché.

41 Il s’agit d’avances.

42 La veuve de G. Chicoisne et la fille de P. Moulin.

43 A.D. I-et-L, 3E1/449, transaction entre le procureur de la veuve du maître de forges de Château-la-Vallière et deux maîtres de forges de Bonneau à propos de lettres de change tirées par Moulin et Chicoisne sur ces derniers qui les ont acceptées.

44 GILLE B., op. cit., p. 183. Babaud éprouve lui-même de grandes difficultés financières ; en 1769 il a mis en vente ses forges du Nivernais mais l’opération n’est réalisée qu’en 1781. Ses créanciers ont pu bénéficier d’u remboursement (1,5 millions de L) à la fin de 1780 ; nous ignorons si la société de Moulin et Chicoisne a été concernée, il était de toute façon trop tard pour elle.

45 Pourquoi ce prêt ?

46 A.N. F/12/1301. Selon lui, avant les essais réussis dont Sanche fait état, bien d’autres ont échoué.

47 WORONOFF D., « La politique des autorisations d’usines et la question du bois », in Forges et forêts. Recherches sur la consommation proto-industrielle de bois, Paris, EHESS, 1990, p. 64. L’intendant de Tours a la même position que ses collègues.

48 A.N., F/12/680.

49 La poudrerie a fonctionné jusqu’en 1961 ; le site est actuellement occupé par le CEA.

50 A.N., F/20/199.

51 En 1806 la fabrication de limes fut reprise par Saint-Bris et une fabrication d’aiguilles à coudre fut lancée en 1835.

52 A.N. F/12/1321, mémoire de Paul Moulin.

Table des illustrations

Légende Note41Note42
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2043/img-1.jpg
Fichier image/, 197k

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540