Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Amitié et fidélité

Le directeur spirituel, "cet ami fidèle qui guide nos actions". Amitié ou direction, selon Montaigne, François de Sales et Jean-Pierre Camus

Manfred Tietz

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du titre du ch. IV du livre I de l’introduction. La citation qui figure en tête de notre (...)
  • 2 EP, p. 38.
  • 3 Ibid.
  • 4 EP, p. 40.
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.
  • 7 " (...) bref, cette amitié doit être forte et douce, toute sainte, toute sacrée, toute divine et to (...)

1Dans l’un de ses premiers chapitres de l’Introduction à la vie dévote, François de Sales (1567-1622) s’applique à convaincre ses lecteurs de la necessité d’un conducteur (c’est-à-dire d’un directeur spirituel) pour entrer et faire progrès en la dévotion1. Pour ce faire, il a recours à cinq ’autorités’ spirituelles dont le prestige est incontesté auprès de ses lecteurs : à savoir Jean d’Avila, Thérèse d’Avila, Catherine de Sienne, la "dévote Princesse sainte Elisabeth" et le "grand saint Louis"2. Et il n’hésite pas à souligner avec emphase ce qui nous apparaît aujourd’hui comme l’un des éléments les plus problématiques de la relation entre directeur et dirigé(e), celui de la soumission, de l’"humble obéissance"3. Sans doute, François de Sales précise les conditions que doit remplir ce directeur : "Il le faut plein de charité, de science et de prudence"4. Mais, de son côté, le dirigé ou la dirigée devra voir en lui "un Ange qui descend du ciel pour vous y mener"5, se confier "en lui avec le respect d’une fille envers son père" et le respecter "avec la confiance d’un fils avec sa mère"6. Néanmoins, malgré cette idée de soumission, d’obéissance et de respect familial, François de Sales finit par qualifier d’amitié la relation entre le directeur et le dirigé7. Il identifie même le directeur à l’ami fidèle dont parle l’Ecriture Sainte :

  • 8 EP, p. 39. Il s’agit d’une citation tirée de Jésus Sirach III, 14,16.

2L’ami fidèle est une forte protection, celui qui l’a trouvé a trouvé un trésor. L’ami fidèle est un médicament de vie et d’immortalité ; ceux qui craignent Dieu le trouvent8.

  • 9 Traité de l’Amour de Dieu, , 1. I, ch. XIII, cité d’après l’editio major des Oeuvres de saint Franç (...)
  • 10 Pour le contexte socio-culturel de cette période, on trouvera toutes les informations historiques s (...)
  • 11 Voir l’article très détaillé sur "La direction spirituelle, de l’Antiquité païenne à nos jours", da (...)
  • 12 Pour l’ensemble de la question, nous nous permettons de renvoyer à notre étude. Saint François de S (...)

3Cette qualification d’ami que François de Sales donne au directeur spirituel a de quoi surprendre le lecteur. Car, selon les auteurs de l’époque, l’idée de "respect filial" et d’"obéissance" se trouve justement incompatible avec le concept d’amitié qui, apparemment, inclut l’idée de réciprocité. C’est ce qu’indique clairement l’évêque de Genève lui-même, quand il range l’amitié sous la rubrique de la "mutuelle correspondance"9. On se demandera donc pourquoi François de Sales a tenu à employer le terme d’amitié à propos de la direction spirituelle. Mise à part toute tradition théologique, une première raison s’impose : son but aura été de rendre son attrait à l’institution de la direction spirituelle, dont les origines remontent sans doute à un lointain christianisme, mais qui avait acquis une importance nouvelle dans la pratique religieuse des laïcs, avec la propagation de la Réforme Catholique10. Si la direction contribuait effectivement au développement de la piété intériorisée11, elle permettait aussi à la hiérarchie ecclésiastique de contrôler la pratique religieuse de ceux qu’on appelait à l’époque les âmes d’élite, exposées à toutes sortes de dangers : soit le danger de l’hérésie, soit celui de se perdre dans les abîmes du mysticisme12. Et il était d’autant plus facile d’accepter l’institution du directeur ami qu’à l’époque l’amitié était considérée comme l’une des valeurs fondamentales de la société humaine.

  • 13 On notera que c’est en 1579 que fut publiée à Paris la traduction par B1. DE VIGENERE des trois tex (...)
  • 14 A comparer à la lettre du 15 décembre 1593, où François, entraîné par cette mode, qualifie Antoine (...)
  • 15 Essais, 1. I, ch. XXVIII. Sur la question, se reporter à Hugo FRIEDRICH, Montaigne, Bern : Francke, (...)
  • 16 Aussi est-elle bien supérieure à l’amour des parents envers leurs enfants, à l’amour sexuel, au mar (...)
  • 17 Se reporter à la note 14, ci-dessus.
  • 18 Cf. Madeleine LAZARD, Michel de Montaigne, Paris : Fayard, 1992, p. 126.
  • 19 Essais, t. I, p. 204.
  • 20 M. LAZARD, op. cit., p. 122.
  • 21 Cf. Essais, I, p. 204 : "C’est je ne sais quelle quinte essence de tout ce meslange, qui, ayant sai (...)

4Cette valorisation de l’amitié est due à la redécouverte, par la Renaissance, du culte de l’amitié chez les Anciens13. Le jeune François de Sales se fait lui-même l’écho de cet enthousiasme lorsqu’il évoque, dans une de ses lettres adressées en latin à Antoine Favre – et fort teintées de rhétorique – une amicitia, quae cum sit optima rerum omnium14. On retrouve ici cet enthousiasme pour l’amitié à qui Montaigne avait donné, en France, son expression littéraire la plus précise et la plus noble à travers son essai De l’amitié15. Pour ce dernier, l’amitié est la forme la plus parfaite de la sociabilité humaine, elle est le fruit le plus noble et le plus doux de la vie16. Bien sûr, on trouve encore chez Montaigne beaucoup d’idées et de formules que l’Antiquité avait conçues en fonction de sa conception de l’amitié. Ainsi, par exemple, la définition de l’ami considéré comme un alter ego, que reprend aussi François de Sales17, ou bien l’aspect philosophique de l’amitié, présentée comme "le sentiment le plus noble et le plus digne du sage"18. Pourtant – et c’est un aspect qu’a souligné Hugo Friedrich –, Montaigne a tendance à dissocier les concepts d’amitié et de vertu. Si "on me presse de dire pourquoy je l’aimoys", déclare-t-il à propos de son ami Etienne de La Boétie, "je sens que cela ne se peut exprimer qu’en répondant : par ce que c’estoit luy ; par ce que c’estoit moy"19. Avec la sincérité intellectuelle qui le caractérise, il renonce à toute explication pseudo-rationaliste ou scolastique, pour analyser le ’coup de foudre’ de cette amitié20 dont il met à nu le fond irrationnel et immanent21. Or, cette source purement affective semble incompatible avec le principe de la direction spirituelle – et ceci d’autant plus que Montaigne met en avant un autre aspect de l’amitié, qui s’oppose à celui d’une relation directive : il s’agit de l’idée d’égalité intellectuelle dans la réciprocité. La direction, à son encontre, est basée sur le principe d’une inégalité fondamentale ; elle suggère une relation d’éducation entre quelqu’un de supérieur, qui dirige, et quelqu’un d’inférieur, qui est dirigé.

  • 22 Cf. Dictionnaire de Spiritualité, ad verb., t. I, col. 513-524.
  • 23 Pour une telle tradition, se reporter à l’étude richement documentée de Richard EGENTER, Gottesfreu (...)

5Loin de partager, même en théorie, la vision de Montaigne sur l’amitié "coup de foudre" – c’est-à-dire due à une impulsion entièrement irrationnelle, et par là génératrice d’une relation symétrique –, François de Sales a une conception plutôt "domestiquée" de l’amitié, qui est à mettre en relation avec une vision anthropologique différente : celle de l’amitié chrétienne ou surnaturelle22. Suivant cette tradition d’origine biblique, les termes d’agapè (amitié chrétienne) et de philia (amitié humaine) ont été contaminés et même assimilés au point de supposer, en dernier ressort, la possibilité d’une amitié avec le Christ et même d’une amitié avec Dieu23. Sans doute, dans ce contexte affectif, les concepts de charité, d’amour et d’amitié peuvent facilement se superposer, au point que, dans l’Introduction à la vie dévote, l’expérience proprement humaine et sa réorientation religieuse finissent par se confondre, idéologiquement et sémantiquement.

  • 24 Dans une lettre du 31 mai 1607, adressée à un ami, on peut ainsi lire : "l’on a beau dire que la co (...)

6François de Sales parle ainsi d’un "cœur ami de Dieu", ou bien il joue expressément sur les interférences lexicales entre l’amour et l’amitié24. Et dans une de ses premières lettres à Jeanne de Chantal, il juxtapose carrément les termes de charité, d’amitié et d’intime amour – lettre qui dénote clairement soit la confusion des sentiments ressentis par l’auteur, soit la volonté de provoquer une telle ’confusion’ chez sa destinataire. En ces premiers moments de ce qui deviendra plus tard le paradigme de "l’amitié spirituelle" entre directeur et dirigée, il n’hésite pas à lui écrire :

7Faites valoir mon affection, usés de tout ce que Dieu m’a donné pour le service de votre esprit : me voyla tout vostre, et ne penses plus sous quelle qualité ni en quel degré je le suis. Dieu m’a donné à vous ; tenes moy pour vostre en luy et m’appelles ce qu’il vous plaira, il n’en importe.

  • 25 Lettre du 24 juin 1604 à la Baronne de Chantal (Oeuvres, XII, p. 285).

8Encore faut il que je vous die, pour couper chemin a toutes les repliques qui se pourroyent former en vostre cœur, que je n’ay jamais entendu qu’il y eut nulle liaison entre nous qui portast aucune obligation, sinon de charité ( !) et vraye amitié ( !) chrestienne, de laquelle le lien est appelé par saint Paul le lien de perfection, et vrayement il l’est aussi, car il est indissoluble, et ne reçoit jamais aucun relaschement.[...] et permettes moy que je vous appelle de ce nom qui est celuy par lequel les Apostres et premiers Chrestiens exprimoyent l’intime amour ( !) qu’ilz s’entreportoyent25.

  • 26 L. II, ch. XXII, EP, p. 476.
  • 27 Ibid., p. 478.
  • 28 Ibid., p. 477 : "et comme une reine de majesté elle est assise dans la volonté comme en son trône, (...)

9Que ce soit dans ses lettres ou dans ses livres, François de Sales emploie donc les termes d’amour, d’amitié et de charité de façon plus ou moins synonymique quand il s’agit de mettre en valeur la force affective de la direction. Dans le Traité de l’amour de Dieu, une œuvre dans laquelle il tend à une grande précision terminologique, il définit ainsi la charité comme une "vraie amitié, car elle est réciproque, Dieu ayant aimé éternellement quiconque l’a aimé, l’aime ou l’aimera temporellement"26. Mais il s’empresse de préciser qu’il ne s’agit pas là d’"une simple amitié, mais (d’) une amitié de dilection"27. Aussi définit-il finalement la charité comme un "amour de charité" et d’"amitié surnaturelle" qui "fait sa résidence en la pointe et cime de l’esprit"28.

  • 29 Ainsi, dans l’Entretien déjà cité Sur la cordialité, il explique que "la cordialité n’est autre cho (...)
  • 30 Les titres de ces chapitres l’indiquent clairement : De l’amitié, et premièrement de la mauvaise et (...)
  • 31 Certaines de celles-ci ont d’ailleurs scandalisé les rigoristes : comme, par exemple, la permission (...)
  • 32 EP, pp. 184-186.
  • 33 Ibid.
  • 34 "ô qu’il fait bon aimer en terre comme l’on aime au Ciel et apprendre à s’entrechérir en ce monde c (...)

10Le discours salésien qui recourt à la copia verborum, moins pour clarifier les concepts que pour ’capter la volonté’, ’émouvoir’ le lecteur et lui imposer sa vision de la chaleur affective du catholicisme, prête les enchantement de son style affectif au concept d’amitié – qu’il semble même préférer à celui d’amour29. Cependant il faut constater qu’en-deçà des spéculations théologiques, les phénomènes concrets de l’amitié qui constituaient la réalité quotidienne de ses lecteurs et de ses lectrices (la "chère Philothée" et, avec elle, les religieuses de la Visitation) suscitent plutôt de sa part un grand nombre de réserves, de critiques et même d’interdits. L’auteur a présenté sa vision de l’amitié dans un ensemble de six chapitres (XVII-XXII) du livre III de son Introduction, lequel contient plusieurs avis touchant l’exercice des vertus30. Ce complexe, qui ne se trouvait pas dans l’editio princeps de fin 1608/début 1609, est le résultat d’un remaniement à fond du texte pour la deuxième édition de l’Introduction : c’est là une preuve de l’importance que François de Sales accordait au sujet. Ce troisième livre commence par l’analyse des vertus les plus importantes pour la pratique de la dévotion : la patience, l’humilité, la douceur, le soin et la diligence, l’obéissance, la chasteté et la pauvreté d’esprit. C’est alors seulement que l’auteur passe à une explication systématique du rôle de l’amitié dans la vie religieuse, pour terminer le livre par une série d’observations et de recommandations touchant le comportement du dévot dans le monde31. Dans ce contexte, ce qui surprend le lecteur moderne, c’est le ton extrêmement sévère que prend le "doux" François de Sales pour parler de l’amitié. Il semble bien que le phénomène de l’amitié soit la pierre de touche de sa conception du comportement dévot, face à la société laïque de l’époque. Sans doute, il inclut dans son exposition un chapitre assez bref, de deux pages et demie, sur les "vraies amitiés"32. Mais ce chapitre n’est au fond que la condamnation de toute "amitié mondaine", dans la mesure où François de Sales considère uniquement comme "vraye amitié” l’amitié spirituelle, basée sur l’aspiration commune à la pratique des vertus et dont le "lien, c’est Dieu"33. Il y a là une anticipation de l’amitié qui sera pratiquée dans l’autre monde34.

  • 35 C’est aussi le jugement de Hugo FRIEDRICH, op. cit.„ 2de éd., p. 486, n. 263 : "Manche Abschnitte d (...)

11Cette "sainte et sacrée amitié" est donc bien, il faut le reconnaître, une amitié impossible à réaliser pleinement sur terre. Elle est bien éloignée de la conception de l’amitié prônée par Montaigne. Pour celui-ci, l’amitié était au contraire une réalisation terrestre de la béatitude présupposée de l’au-delà. D’ailleurs, quand on relit ces six chapitres de l’Introduction, on a l’impression que ceux-ci ont été conçus comme une réplique directe à l’essai de Montaigne dont ils rappellent le titre35. Dans certains passages, l’évêque n’hésite pas à dénoncer a priori l’amitié :

  • 36 EP, p. 178.

12L’amour tient le premier rang entre les passions de l’âme : c’est le roi de tous les mouvements du cœur, il convertit tout le reste à soi et nous rend tels que ce qu’il aime. Prenez donc bien garde, ma Philothée, de n’en point avoir de mauvais, car tout aussitôt vous seriez toute mauvaise. Or l’amitié est le plus dangereux amour de tous, parce que les autres amours peuvent être sans communication, mais l’amitié étant totalement sur icelle, on ne peut presque l’avoir avec une personne sans participer à ses qualités36.

  • 37 Voir en particulier des expressions telles que : "avortons ou plutôt fantômes d’amitié" (EP, p. 180 (...)
  • 38 Bernhard GROETHUYSEN, Origines de l’esprit bourgeois en France. I : L’Eglise et la Bourgeoisie, Par (...)
  • 39 Traité de l’Amour de Dieu, 1. XI, ch. X, EP, pp. 901-907.
  • 40 C’est en ce sens que François de Sales a résumé sa vision de l’amitié profane : "La société faite p (...)

13Même si les diatribes les plus violentes de tous ces chapitres concernent moins l’amitié que les "amourettes"37, il n’en est pas moins vrai que ces textes dénoncent chez notre auteur une méfiance profonde face au phénomène de l’amitié en général. Il s’est sans doute rendu compte que, malgré toute la polysémie du terme dans la langue religieuse, l’amitié reste un concept basé sur une vision profane du monde, de ce monde sécularisé où "l’homme", selon l’expression de Groethuysen, "s’est fait sa propre providence"38. De plus, il a bien compris que, malgré son fidéisme, Montaigne se sent plus concerné par la relation tout à fait immanente d’homme à homme que par la relation entre l’homme et Dieu. Pour l’humaniste, l’ami peut prendre le rôle réservé ailleurs au Christ, sans s’arroger néanmoins le droit de "diriger". Voilà pourquoi François de Sales essaie de disqualifier l’amitié humaine, tout comme il essaiera, dans le Traité, de disqualifier les "vertus des payens"39. Tout comportement humain dont la finalité n’est pas Dieu n’atteint pas, selon François de Sales, la perfection à laquelle l’homme devrait aspirer. Il faut donc voir dans toutes ses réflexions sur l’amitié un effort pour ’rechristianiser’ un concept tout à fait laïque de la Renaissance. Et dans la mesure où cette rechristianisation s’est avérée impossible, il n’a pas hésité à dénoncer les aspects prétendus dangereux de ce "sentiment sacré"40.

  • 41 Pour l’ensemble des recherches camusiennes, nous renvoyons à Jean DESCRAINS, "Quinze années d’étude (...)
  • 42 On se référera entre autres à la biographie d’Albert GARREAU, Jean-Pierre Camus, parisien, évêque d (...)
  • 43 Dans l’édition des Oeuvres complètes de saint FRANÇOIS de SALES éditée chez Migne, c’est un volume (...)
  • 44 Esprit, p. 25 et 24.
  • 45 Ibid., p. 46.
  • 46 Camus avoue qu’il était "extrêmement long à (se) préparer avant la sainte Messe", ce qui "incommoda (...)

14Cette vision négative de l’amitié se retrouve de façon implicite dans les écrits de son cadet Jean-Pierre Camus (1584-1652). On a beaucoup parlé de l’amitié de Camus envers François de Sales, son aîné de dix-sept ans qui l’avait consacré évêque et l’avait beaucoup soutenu, dans les débuts difficiles de sa carrière de prêtre, de prédicateur et d’écrivain41. Il convient de considérer de plus près cette amitié, en examinant en particulier ce que la critique interprète comme un document majeur de cette amitié42 : la biographie rédigée par Camus sur la vie de François de Sales. Ce gros volume sur L’Esprit du Bienheureux François de Sales a été préparé en vue de la sanctification de l’évêque de Genève43. Dans cet ouvrage très détaillé, nous ne trouvons aucun hommage explicite ni à l’amitié en général, ni à François de Sales en tant qu’ami. Nous sommes bien loin de l’éloge que Montaigne avait fait de son ami La Boétie et de l’affection désintéressée qu’il lui portait, d’égal à égal. Dans toute sa biographie, Camus ne laisse échapper aucun détail qui signalerait une "vraye amitié", fondée sur une certaine intimité. Du premier chapitre au dernier, il ne parle que de "notre Bienheureux", en adoptant à son égard une attitude d’admiration et de soumission inconditionnelles. A vrai dire, il n’y a aucune symétrie entre les deux amis : bien au contraire, Jean-Pierre Camus adopte le rôle du fils qui s’adresse à François en l’appelant "mon père". Pour lui, l’évêque de Genève est "un Ange", non un homme44. Même quand François de Sales lui manifeste des sentiments d’amitié, en recourant à des expressions telles que "il n’y a ici personne qui vous aime tant que moi"45, ce genre de formule sert surtout à donner à son confrère une leçon de comportement sacerdotal46. Le "directeur" l’emporte encore une fois sur "l’ami".

  • 47 Souvent, d’ailleurs, l’évêque emploie la formule de façon usée : p. ex., lorsqu’il appelle son écon (...)
  • 48 Cf. Introduction, III, ch. XIX : "Et comme ceux qui cheminent en plaine n’ont pas besoin de se prêt (...)

15Pour François de Sales, l’amitié n’est, encore une fois, qu’un instrument privilégié de communication, une forme d’argumentation affective47. L’amitié n’est pas un but en soi, elle sert avant tout à orienter "l’autre" vers la vertu, la charité et la perfection chrétiennes. Bien sûr, l’esquisse de cette attitude pieuse, qui doit forcer l’admiration du lecteur, est en grande partie tributaire du genre littéraire auquel appartient le livre de Camus : il s’agit ici d’une hagiographie, d’une "vie de saint”, qui tend tout naturellement à effacer tout trait purement humain de la biographie donnée. Pourtant, quand on lit soigneusement l’Esprit, on a bien l’impression que François lui-même ne se permettait pas vraiment ces amitiés particulières dont il prenait cependant la défense dans l’Introduction48. De son côté, l’attitude adoptée par Camus n’est pas celle d’un ami intime, mais celle d’un disciple face à son maître. C’est du moins ce qui ressort des conversations recueillies dans son ouvrage.

16Cette relation asymétrique est à l’image de l’institution du directeur spirituel. François de Sales lui-même y avait eu recours, au temps de sa jeunesse. A Padoue, il s’était mis sous la direction du Père Possevin, de la Compagnie de Jésus. Mais il est piquant de constater que, tout en recommandant expressément à Philothée le recours à un directeur de conscience bien choisi, l’évêque de Genève y avait déjà renoncé pour lui-même. C’est ce qu’illustre l’épisode suivant, rapporté par le même Camus :

  • 49 Partie 14, ch. 16. Ce passage montre qu’en fait, pour François de Sales, le directeur spirituel n’é (...)

17Je luy demandois un jour qui estait son directeur. Il tira de sa pochette le livre du Combat spirituel, et me dit : le voylà (...) ; c’est mon maitre es choses de l’esprit et de la vie intérieure (...). Mais vous conseillez, luy di-je, en votre Philothée d’avoir un directeur vivant. – Il est vray, me repartit-il, mais (...) il le faut choisir entre dix mille (...). Et ce que disoit cet empereur ancien, que ses plus fidèles conseillers estaient les morts, c’est-à-dire les livres, se doit dire des directeurs spirituels : les plus assurés sont les livres de piété49.

  • 50 Le directeur spirituel desinteressé. Selon l’Esprit du Bienheureux François de Sales, Euesque & Pri (...)
  • 51 Ibid., p. 48.
  • 52 Ibid., p. 195, à propos de l’amitié des Cénobites : "la ressemblance est mere de l’amitié, l’amitié (...)
  • 53 Ainsi, il dénonce avec violence et clairvoyance les aspects matériels de la direction : "La plupart (...)
  • 54 Directeur, p. 476, où le directeur n’est plus que l’ "Ange de bon conseil" (cf. p. 1 et n. 5, ci-de (...)

18Si, dans l’Introduction à la vie dévote, François de Sales avait suggéré à Philothée l’idée d’un "directeur ami" – et donc celle d’une relation affective –, on constate que Jean-Pierre Camus, tout en se réclamant de l’autorité de l’évêque de Genève, a dissocié complètement les concepts d’ami et de directeur, dans le gros volume presque pamphlétaire qu’il a consacré à la figure du directeur spirituel50. Camus a bien compris que la conception de l’ami – avec ses bases égalitaires propres à la société civile – est, de fait, à l’opposé de la relation entre croyant et prêtre, qui reste caractérisée par l’idée de hiérarchie. Dans son Directeur spirituel, Camus n’emploiera donc plus les termes d’ami et d’amitié. Et si, suivant le discours théologique de l’époque, il définit la charité comme un "amour d’Amitié, non de Convoitise"51, il donne plutôt un sens négatif à l’amitié, dans les rares cas où il l’évoque52. Il n’y a donc pas de directeur ami pour Jean-Pierre Camus, qui se méfie profondément du personnage du directeur, et prend ses distances par rapport à l’institution, imaginée pour d’autres, par François de Sales. L’expérience lui a appris que le directeur n’est que trop souvent un personnage dangereux s’il ne possède pas, au plus haut degré, le "désintérêt" dont il parle dans son livre53. Pour remédier aux nombreux abus possibles, il exige du "directeur désintéressé" qu’il renonce à toute interférence entre le domaine spirituel et le domaine séculier – et notamment à la confusion entre le concept d’ami et celui de directeur54.

  • 55 L. II, ch. XXII, EP, pp. 476-478.
  • 56 Se référer en particulier à Wilhelm GEERLINGS, "Das Freundschaftsideal Augustins", Theologische Qua (...)

19Ce faisant, Jean-Pierre Camus ne fait que mettre en évidence les présupposés et les réticences du modèle salésien. Si François de Sales exaltait encore, au temps de sa jeunesse, le principe humaniste de l’amitié et s’il employait encore ce terme dans l’Introduction, en faisant miroiter l’image d’un directeur ami, il devait lui aussi faire disparaître l’idée de l’amitié de la liste des ’valeurs’ que présente son œuvre maîtresse, le Traité de l’amour de Dieu, où l’amitié est absorbée systématiquement par la charité55. Cette conception théologique rehausse sans doute le terme mais, de facto, elle contribue définitivement à la dévaluation de l’amitié profane. Cette prise de position du Traité, qui répond exactement à celle que l’on trouvait déjà dans l’édition définitive de l’ Introduction, semble résulter de l’impact de la pensée de saint Augustin dont on trouve ailleurs de multiples échos, dans l’œuvre de François de Sales. Augustin, qu’on avait d’abord appelé "le génie de l’amitié", dans sa jeunesse, avait fini par condamner ce sentiment, une fois qu’il avait compris que l’amitié est fondée sur la seule humanité de deux amis qui, en ’s’autosuffisant’, risquent de ne plus voir que le sens de leur existence réside en Dieu seul. Pour Augustin, le seul ami, l’ami "vrai", c’est Dieu56. En évitant de donner le titre d’ami à celui qui fut son confident le plus intime, Jean-Pierre Camus s’est présenté lui aussi, à l’aube du jansénisme, comme un augustinien.

Notes

1 Il s’agit du titre du ch. IV du livre I de l’introduction. La citation qui figure en tête de notre article se trouve à la p. 39 de l’édition des Oeuvres de saint François de Sales, procurée par André RAVIER et Roger DEVOS, Paris : Gallimard (éd. Pléiade : sigle EP), 1969.

2 EP, p. 38.

3 Ibid.

4 EP, p. 40.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 " (...) bref, cette amitié doit être forte et douce, toute sainte, toute sacrée, toute divine et toute spirituelle." (EP, p. 40).

8 EP, p. 39. Il s’agit d’une citation tirée de Jésus Sirach III, 14,16.

9 Traité de l’Amour de Dieu, , 1. I, ch. XIII, cité d’après l’editio major des Oeuvres de saint François de Sales, procurée par les Religieuses de la Visitation du 1er Monastère d’Annecy, 27 vol., Lyon/Annecy, 1892-1964 (abrégé : Oeuvres) : t. IV, p. 7. A comparer à l’Entretien X (de la cordialité), où la "correspondance" entre amis par "l’entremise de la raison" est considérée comme "l’essence de la vraie et sincère amitié” (EP, p. 1108-10).

10 Pour le contexte socio-culturel de cette période, on trouvera toutes les informations historiques souhaitables, bien évidemment, dans la grande thèse de Robert SAUZET, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au XVIIe siècle, Paris 1979.

11 Voir l’article très détaillé sur "La direction spirituelle, de l’Antiquité païenne à nos jours", dans le Dictionnaire de Spiritualité, t. III (Paris : Beauchesne, 1957), col. 1002-1202. Les sections sur le XVIe et le XVIIe siècle ont été prises en charge par Michel OLPHE-GAILLARD et Charles BERTHELOT DU CHESNAY, qui, malheureusement, n’ont pas pu prendre en compte les nouveaux critères de la sociologie religieuse.

12 Pour l’ensemble de la question, nous nous permettons de renvoyer à notre étude. Saint François de Sales’ "Traité de l’Amour de Dieu" (1616) und seine spanischen Vorläufer, Wiesbaden : Steiner, 1973, où l’on trouvera la plupart des références bibliographiques auxquelles il nous est impossible de renvoyer ici, faute de place.

13 On notera que c’est en 1579 que fut publiée à Paris la traduction par B1. DE VIGENERE des trois textes les plus importants de l’Antiquité grecque et romaine sur l’amitié : le Lysis de Platon, le Laelius de Cicéron et le Toxaris de Lucien. Se reporter à ce propos à Pierre VILLEY, Les sources et l’évolution des "Essais" de Montaigne, 2 vol., Paris : Hachette, 1933, t. I, p. 16-17.

14 A comparer à la lettre du 15 décembre 1593, où François, entraîné par cette mode, qualifie Antoine Favre de "frater optime ac amantissime" et où il finit par lui appliquer le lieu commun de l’alter ego : "adeo me fratrem tuum esse perspicio ut a me fere alter mihi videar." (Oeuvres, XI, p. 40)

15 Essais, 1. I, ch. XXVIII. Sur la question, se reporter à Hugo FRIEDRICH, Montaigne, Bern : Francke, 1949, p. 298 sq.

16 Aussi est-elle bien supérieure à l’amour des parents envers leurs enfants, à l’amour sexuel, au mariage ou aux amours homosexuelles, que Montaigne dénomme "cet’autre licence Grecque” (Essais, t. I, p. 202 ; cité d’après l’édition de Maurice Rat, Paris : Garnier, 1962).

17 Se reporter à la note 14, ci-dessus.

18 Cf. Madeleine LAZARD, Michel de Montaigne, Paris : Fayard, 1992, p. 126.

19 Essais, t. I, p. 204.

20 M. LAZARD, op. cit., p. 122.

21 Cf. Essais, I, p. 204 : "C’est je ne sais quelle quinte essence de tout ce meslange, qui, ayant saisi toute ma volonté, l’amena à se plonger et se perdre dans la sienne ; [...] d’une faim, d’une concurrence pareille. Je dis perdre, à la vérité, ne nous réservant rien qui nous fust propre, ny qui fust ou sien ou mien."

22 Cf. Dictionnaire de Spiritualité, ad verb., t. I, col. 513-524.

23 Pour une telle tradition, se reporter à l’étude richement documentée de Richard EGENTER, Gottesfreundschaft. Die Lehre von der Gottesfreundschaft in der Scholastik und Mystik des 12. und 13. Jahrhunderts, Augsburg, 1928.

24 Dans une lettre du 31 mai 1607, adressée à un ami, on peut ainsi lire : "l’on a beau dire que la connoissance des mérites force a l’amour (je dis a l’amitié)..." (Oeuvres, XIII, p. 288 – mis en relief par nous-mêmes).

25 Lettre du 24 juin 1604 à la Baronne de Chantal (Oeuvres, XII, p. 285).

26 L. II, ch. XXII, EP, p. 476.

27 Ibid., p. 478.

28 Ibid., p. 477 : "et comme une reine de majesté elle est assise dans la volonté comme en son trône, d’où elle répand sur toute l’âme ses suavités et douceurs, la rendant par ce moyen toute belle, agréable et aimable à la divine Bonté..”.

29 Ainsi, dans l’Entretien déjà cité Sur la cordialité, il explique que "la cordialité n’est autre chose que l’essence de la vraye et sincère amitié, laquelle ne peust estre qu’entre personnes raisonnables [...] car autrement ce ne peust estre amitié, ains seulement amour. Ainsi les bestes ont de l’amour, mais ne peuvent avoir de l’amitié, puisqu’elles sont irraisonnables." (EP, p. 1108).

30 Les titres de ces chapitres l’indiquent clairement : De l’amitié, et premièrement de la mauvaise et frivole ; Des amourettes ; Des vraies amitiés ; De la différence des vraies et des vaines amitiés ; Avis et remèdes contre les mauvaises amitiés ; et finalement Quelques autres avis sur le sujet de l’amitié. (EP, pp. 178-194)

31 Certaines de celles-ci ont d’ailleurs scandalisé les rigoristes : comme, par exemple, la permission donnée à Philothée de considérer les bals et les danses comme des "choses indifférentes de leur nature” et compatibles avec la vraie dévotion (ch. XXXI : Des bals et passe-temps loisibles mais dangereux, EP, p. 220-221).

32 EP, pp. 184-186.

33 Ibid.

34 "ô qu’il fait bon aimer en terre comme l’on aime au Ciel et apprendre à s’entrechérir en ce monde comme nous ferons éternellement en l’autre !" (EP, p. 184)

35 C’est aussi le jugement de Hugo FRIEDRICH, op. cit.„ 2de éd., p. 486, n. 263 : "Manche Abschnitte der Introduction à la vie dévote lesen sich wie eine geistliche Paraphrase zu den Essais.” La "réception" de Montaigne par François de Sales semble néanmoins ambivalente, comme cela a été mis en relief par V. MELLINGHOFF-BOURGERIE, "Das religionspädagogische Konzept François de Sales im Kontext der humanistischen Pädagogik (zwischen Erasmus und Montaigne)", Jahrbuchfür Salesianische Studien 24 (1991,2. Aufl.), pp. 3-42.

36 EP, p. 178.

37 Voir en particulier des expressions telles que : "avortons ou plutôt fantômes d’amitié" (EP, p. 180), "amitiés oiseuses, impertinentes, folles et pernicieuses" (EP, p. 188) ou bien "infâme esclavage" (EP, p. 191).

38 Bernhard GROETHUYSEN, Origines de l’esprit bourgeois en France. I : L’Eglise et la Bourgeoisie, Paris : Gallimard (TEL 21 ; le éd. 1927), 1977, p. 295.

39 Traité de l’Amour de Dieu, 1. XI, ch. X, EP, pp. 901-907.

40 C’est en ce sens que François de Sales a résumé sa vision de l’amitié profane : "La société faite pour le profit temporel entre les marchands n’a que l’image de la vraie amitié ; car elle se fait non pour l’amour des personnes mais pour l’amour du gain." Les chapitres sur l’amitié s’achèvent sur une citation de saint Jacques (4, 4) correspondante : "L’amitié du monde est ennemie de Dieu." (EP, p. 194)

41 Pour l’ensemble des recherches camusiennes, nous renvoyons à Jean DESCRAINS, "Quinze années d’études camusiennes (1970-1985)”, in Id., Essais sur Jean-Pierre Camus, Paris : Klincksieck, 1992, pp. 161-166.

42 On se référera entre autres à la biographie d’Albert GARREAU, Jean-Pierre Camus, parisien, évêque de Belley (3 novembre 1584-26 avril 1652), Paris : Ed. du Chêne, 1968, pp. 199-200, 218-223 et passim.

43 Dans l’édition des Oeuvres complètes de saint FRANÇOIS de SALES éditée chez Migne, c’est un volume de plus de 600 pages. Nos propres citations sont tirées de l’édition abrégée de Philippe CALLOT, L’Esprit de Saint François de Sales, évêque et prince de Genève. Recueilli de divers Ecrits de M. Jean-Pierre Camus, Evêque de Belley, Paris : J. Estienne, 1727.

44 Esprit, p. 25 et 24.

45 Ibid., p. 46.

46 Camus avoue qu’il était "extrêmement long à (se) préparer avant la sainte Messe", ce qui "incommodait beaucoup le monde." (Esprit, p. 25). Si François l’assure ici qu’il l’aime, c’est donc à des fins surtout pédagogiques.

47 Souvent, d’ailleurs, l’évêque emploie la formule de façon usée : p. ex., lorsqu’il appelle son économe "mon bon ami" (Esprit, p. 75) – ce qui n’a plus rien à voir avec la conception de l’amitié envisagée par Montaigne.

48 Cf. Introduction, III, ch. XIX : "Et comme ceux qui cheminent en plaine n’ont pas besoin de se prêter la main, mais ceux qui sont ès chemins scabreux et glissants s’entretiennent l’un l’autre pour cheminer plus sûrement, ainsi ceux qui sont ès Religions n’ont pas besoin des amitiés particulières, mais ceux qui sont au monde ont nécessité pour s’assurer et secourir les uns les autres, parmi tant de mauvais passages, qu’il leur faut franchir" (EP, p. 185). Il peut y avoir là soit une allusion à la hantise de la Mère de Chantal pour les amitiés particulières chez les Religieuses (cf. en autres Dictionnaire de Spiritualité, art. cit., col. 523), soit à la relation entre François et Jeanne de Chantal qui correspond aux exemples d’amitié "mixte”, telle que celle du Christ pour Marthe et Madeleine, celles de saint Pierre et de sainte Pétronille, de saint Paul et de sainte Thècle, de saint Ambroise et de sainte Monique (EP, p. 186).

49 Partie 14, ch. 16. Ce passage montre qu’en fait, pour François de Sales, le directeur spirituel n’était pas un personnage indispensable pour progresser dans la dévotion. C’est ce que confirme l’un des passages des Constitutions de la Visitation, rédigées par l’évêque : ”Les justes et parfaitz n’ont point besoin de supérieur et conducteur ; ils sont eux mesmes leur loy et leur direction, par la grace de Dieu, et font asses sans qu’on leur commande" (Oeuvres, XXV, p. 88).

50 Le directeur spirituel desinteressé. Selon l’Esprit du Bienheureux François de Sales, Euesque & Prince de Ceneue, Instituteur de l’Ordre de la Visitation Ste-Marie etc., Paris, 1632.

51 Ibid., p. 48.

52 Ibid., p. 195, à propos de l’amitié des Cénobites : "la ressemblance est mere de l’amitié, l’amitié de l’estime, quoi que ce soit ramener au jeu le Proverbe, tiré de ces animaux qui s’entregrattent au mois de May.".

53 Ainsi, il dénonce avec violence et clairvoyance les aspects matériels de la direction : "La plupart des Directeurs cherche son interest, non celui de Jesus-Christ, & comme s’ils estoient Orphévres ou Joüailleurs ils ne veulent travailler que sur l’or & les pierreries" (ibid., p. 341 sqq.). Dans une large mesure, son Directeur spirituel semble anticiper la critique qu’on retrouvera bientôt sous la plume de Molière, avec le Tartuffe.

54 Directeur, p. 476, où le directeur n’est plus que l’ "Ange de bon conseil" (cf. p. 1 et n. 5, ci-dessus).

55 L. II, ch. XXII, EP, pp. 476-478.

56 Se référer en particulier à Wilhelm GEERLINGS, "Das Freundschaftsideal Augustins", Theologische Quartalschrift 161 (1981), pp. 265-274.

Auteur

Ruhr-universität Bochum

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search