Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Amitié et fidélité

L’amitié au concile de Trente

Alain Tallon

Texte intégral

  • 1 Concilium Tridentinum, t. V, édité par S. EHSES, Fribourg-en-Brisgau, 1911, p. 348. Dans la suite d (...)

1Le tableau attribué au Titien représentant le concile de Trente, qui se trouve au Musée du Louvre, nous montre une assemblée d’hommes calmes et graves, n’ayant visiblement d’autres soucis que celui de l’Eglise et d’autres affections que celle de Dieu. Les Pères conciliaires souhaitaient sans doute laisser d’eux cette image majestueuse, qui convenait si bien à l’importance des décisions dogmatiques et disciplinaires prises à Trente. Savoir comment ces hommes ont vécu, ont réagi, ont haï ou aimé pendant qu’ils décidaient de l’avenir du catholicisme semble relever de la curiosité irrespectueuse, sinon malsaine. Et pourtant, dès l’époque du concile, les contemporains ne se sont pas fait faute de rappeler que pour être évêques, les Pères tridentins n’en étaient pas moins des hommes. La haine au concile de Trente a bien existé et la petite histoire s’est emparée de l’épisode célèbre du débat sur la justification le 17 juillet 1546. Tommaso Sanfelice, évêque de Cava de’ Tirreni, commissaire du concile, vient de défendre la justification par la foi seule. Au sortir de la congrégation, Dionisio Zanettini, dit "il Grechetto" ou le petit Grec, évêque de Ceos, l’insulte en lui disant qu’il ne peut être excusé que parce qu’il est soit un ignorant soit un coquin. Les deux prélats en viennent aux mains et une partie de la barbe de Zanettini est victime de ce combat1.

  • 2 J’utilise dans cet article la traduction française du premier volume de Jedin, seule parue (Histoir (...)

2Sans avoir toujours des manifestations aussi spectaculaires, les passions ont donc bien agité le concile. S’agit-il simplement d’événements mineurs qui ne portent guère à conséquence ? On peut en douter quand on voit l’évolution d’Hubert Jedin, le grand historien du concile de Trente. Le premier volume de son œuvre Geschichte des Konzils von Trient, paru en 1949, comporte un chapitre sur "le théâtre du concile", qui parle de la situation géographique de la ville de Trente, des problèmes de sécurité ou de ravitaillement. Le second volume, paru en 1957, et qui s’occupe de la première période tridentine (1545- 1547) traite de "la vie liturgique et spirituelle du concile". Le dernier volume sur la troisième période tridentine (1562-1563), paru en 1975, a un chapitre intitulé "structure sociale, finances et vie de société"2. Cette évolution semble être dictée par la naissante histoire des sociabilités. Mais si Hubert Jedin, mort en 1980, n’a pas eu le temps de continuer dans cette voie, il semble intéressant de pousser un peu plus loin ses analyses. L’importance du concile de Trente ne tient pas seulement à ses décrets, mais aussi à la création d’un milieu humain qui, le premier, incarne cet "esprit tridentin" à l’œuvre dans la Réforme catholique. Les liens d’amitié qui se nouent à Trente précédent souvent les liens spirituels. Leur étude peut contribuer à l’explication de l’influence d’un concile que tout semblait condamner.

3Mais s’il est relativement facile d’étudier les inimitiés qui se manifestent au grand jour, les rapports amicaux nous échappent très largement. Problème de sources tout d’abord, car ces clercs restent pudiques sur leurs affections et il est bien difficile de reconstruire sans extrapoler les sentiments qu’ils se portaient. Si le vocabulaire du dévouement et de la fidélité est abondamment utilisé dans les correspondances des Pères et des théologiens tridentins, celui de l’amitié n’apparaît que rarement. Ses quelques occurrences se trouvent le plus souvent dans des lettres très officielles et n’ont plus aucun rapport avec un sentiment quelconque. Les mots "ami" ou "amitié" appartiennent en effet au vocabulaire de la diplomatie. Employés seuls, ils manifestent une certaine supériorité, comme dans le "chers et grands amis" qu’utilise le roi de France pour écrire aux Cantons suisses. Ce sentiment de supériorité n’exclut d’ailleurs pas la reconnaissance de l’indépendance du destinataire. L’autre expression que l’on trouve couramment dans la correspondance, "votre serviteur et ami", gomme l’impression de supériorité du terme "ami" par l’adjonction de celui de "serviteur". Elle se trouve principalement dans les correspondances entre égaux, par exemple entre deux ambassadeurs qui se communiquent des nouvelles utiles.

4Le vocabulaire ne fournit pas les clés pour comprendre l’amitié au concile de Trente. Mais la difficulté d’analyse peut cependant être surmontée si l’on accepte de laisser échapper les rapports purement personnels, qui n’ont guère laissé de traces, et que l’on s’occupe des structures mêmes de la sociabilité tridentine, dans lesquelles les rapports amicaux naissent et se développent. Il s’agit certes d’une solution de facilité, mais aussi d’un préalable indispensable : pour autant que nous puissions les deviner, les rapports d’amitié à Trente obéissent à des codes précis, se manifestent dans des circonstances particulières. Retrouver ces lieux de l’amitié permet de deviner les rapports personnels, ou tout au moins de les décrire.

  • 3 Sur cette question, voir S. WEBER, "Le abitazioni dei Padri a Trento durante il concilio” dans II C (...)
  • 4 Archivio Segreto Vaticano, Carte farnesiane 3, fol. 230 v°, lettre de l’archevêque de Corinthe au c (...)

5Obligés de vivre ensemble dans un espace relativement restreint – Trente est une petite ville de moins de dix mille habitants –, les Pères et théologiens tridentins finissent par tous se connaître. La pénurie d’habitations disponibles, surtout lors de la troisième période, contraint les participants au concile à s’entasser, à partager leurs maisons, voire leurs chambres3. Les mieux logés doivent faire preuve d’hospitalité et héberger les nombreux visiteurs et curieux qui viennent à Trente. Le comte Niccola de Pitigliano, qui vient passer une journée à Trente pour voir le concile, est ainsi logé par l’ambassadeur français Lanssac4. La promiscuité qui est de règle au concile facilite grandement les relations humaines.

  • 5 CT III, 1, p. 436, note 5.
  • 6 CT III, 1, p. 498, note 2.
  • 7 CT I, p. 552.
  • 8 CT II, p. 834.

6Le concile de Trente est avant tout marqué par l’ennui. Il n’est pas une seule correspondance d’un Père ou d’un théologien où l’on ne trouve cette plainte : nous ne faisons rien, nous mourrons de froid et nous nous ennuyons. Les longues périodes d’attente, soit de l’ouverture du concile, soit de la résolution de points particulièrement controversés comme la justification ou la résidence des évêques, laissent inactifs la plupart des participants au concile. La distraction devient alors nécessité. Les princes-évêques de Trente, le cardinal Cristoforo Madruzzo pendant les deux premières périodes, puis son neveu Ludovico pour la troisième, deviennent alors les principaux maîtres de divertissement du concile. Organisateurs de banquets, de feux d’artifice, ils saisissent toutes les occasions pour montrer fastueusement leur sens de l’hospitalité en réunissant les prélats dans une atmosphère de fête. Ils ne sont pas les seuls. Les légats tiennent table ouverte, les ambassadeurs des différents princes ne perdent aucune occasion de naissance, mariage, couronnement pour eux aussi festoyer. L’ambassadeur français Louis de Saint-Gelais, seigneur de Lanssac, organise un banquet le 28 septembre 1562 pour la Saint Michel5. L’archevêque de Prague, Antoine Brus, fait de même en décembre pour l’élection de Maximilien, fils de l’empereur Ferdinand, comme roi des Romains, et "la sera fece allegrezze grande con artigliaria"6. On peut multiplier les exemples de ces réjouissances où les participants au concile se retrouvent périodiquement. Cette vie sociale est l’occasion de faire connaissance, en dehors des débats souvent tendus du concile, et de s’amuser ensemble. Les prélats et les théologiens peuvent aussi se retrouver à l’occasion de déjeuners ou de dîners plus intimes, pendant lesquels ils échangent des nouvelles qui ne concernent pas obligatoirement la théologie ou le droit canon. L’archevêque d’Aix Antoine Filhol invite ainsi à dîner le secrétaire du concile, Angelo Massarelli, le 5 juin 1546, pour lui montrer une racine de mandragore fraîchement cueillie dans les montagnes environnantes7. La table n’est pas le seul lieu de sociabilité. Prélats et théologiens apprécient les excursions dans les environs de Trente, tout d’abord à la villa des Madruzzo, où les princes-évêques aiment autant recevoir qu’à Trente même, mais aussi dans les petites localités environnantes. L’évêque de Verdun Nicolas Psaume note ainsi dans son Journal qu’il est parti en excursion "animi recreandi gratia rusticatum" les 5 et 6 avril 1563 vers les petites localités de Pergine et de Santa Maria de Civizzano en compagnie des théologiens français Jean Pelletier, Nicolas de Brie et Antoine de Mouchy, dit Démocharès8.

  • 9 CT I, p. 507-8.
  • 10 Claire DOLAN, Entre tours et clochers. Les gens d’Église à Aix-en-Provence au XVIe siècle, Aix-Sher (...)

7Fêtes, banquets, promenades sont donc les innocentes récréations que s’accordent les Pères tridentins au milieu de leurs travaux. Mais il existe plusieurs manières de se divertir. Un épisode le prouve bien : le cardinal Madruzzo invite quelques prélats à une noce le 3 mars 1546. La coutume locale veut que les invités d’honneur ouvrent le bal. L’archevêque de Palerme Pietro di Tagliava, l’évêque de Pienza Alessandro Piccolomini, celui de Cava de’ Tirreni Tommaso Sanfelice et celui de Syracuse Hieronimo Becatello s’y prêtent sans se faire prier. Le lendemain, Madruzzo fait demander aux légats s’il a eu tort de les y engager. Giovanni Maria Del Monte, le futur pape Jules III, répond que s’il ne souffrait pas tant de sa goutte, il aurait lui aussi dansé. Reginald Pole déclare qu’il aurait même volontiers embrassé les dames, comme le veut la coutume en Angleterre. Mais la réponse du troisième légat, Marcello Cervini, le futur et éphémère pape Marcel II, est loin de cet esprit bon enfant. Cervini s’indigne de ce que des prélats se soient ainsi ridiculisés, portant atteinte à la gravité et au respect de la dignité épiscopale, prêtant le flanc à toutes les moqueries des adversaires du concile. Madruzzo un peu dépité lui fait répondre qu’il ne trouve pas la chose si grave9. Entre la réaction de Del Monte et Pole et celle de Cervini, on perçoit toute la distance entre une sociabilité de type Renaissance, celle de la Curie des papes Médicis ou des cardinaux princiers, et une nouvelle sociabilité cléricale beaucoup plus conforme à l’esprit de la Réforme catholique qui s’élabore à Trente. Comme il a été noté dans une étude du clergé d’Aix-en-Provence au XVIe siècle, "au moment où elle nous intéresse, la société ecclésiastique est une société que les réformes de Trente n’ont pas encore atteinte et les individus qui la composent demeurent davantage liés à leur groupe social d’origine qu’à l’institution qui les regroupe"10. C’est au concile qu’apparaît pour la première fois ce souci de créer une sociabilité cléricale propre, qui contribue à créer le respect de la condition ecclésiastique.

  • 11 CT XI, p. 449.

8La tâche est néanmoins difficile. Le concile n’est pas une société uniquement cléricale. Les Pères sont venus avec une suite laïque, les ambassadeurs ont leurs gentilshommes avec eux, de simples curieux passent quelques jours, voire quelques mois, à Trente. Del Monte, que nous avons vu pourtant très peu sévère pour les divertissements profanes, se plaint néanmoins de Claude d’Urfé, ambassadeur d’Henri II auprès du concile qui siège alors à Bologne, dans une lettre à Cervini du 28 juillet 1548. D’Urfé "ha una casa piena di giovani et sbardati, li quali compariscano in tutte le feste, attendono a dame et finalmente si dan buon tempo all’usanza loro, come se fussino in mezo alla Francia"11. Les beuveries, les intrigues amoureuses, les duels et tous les autres éléments inséparables de la sociabilité nobiliaire de l’époque finissent par choquer et paraître déplacés dans un concile.

  • 12 A. DUVAL, "La Summa conciliorum de Barthélémy Carranza” dans Revue des sciences philosophiques et t (...)

9La nouvelle sociabilité cléricale qui se dessine au concile est beaucoup plus réservée et grave. Elle se manifeste dans des cercles érudits, où la distraction est savante. Des prélats et des théologiens se retrouvent autour de l’ambassadeur espagnol Don Diego Hurtado de Mendoza et de sa riche bibliothèque, pour discuter ensemble de textes grecs et s’aider mutuellement dans leurs travaux. Le Français Gentian Hervet traduit ainsi des canons de conciles grecs pour l’Espagnol Barthélémy Carranza, qui rédige sa Summa conciliorum au concile12. Ces amitiés érudites, sur le modèle de l’humanisme, sont nombreuses au concile. Elles cimentent la société cléricale qui apparaît, en donnant toute la gravité requise aux rapports d’amitié. Ce n’est pas le savant qui prend les mœurs du clerc, comme on le dit souvent, mais bien le clerc qui se modèle sur le savant pour trouver une façon de vivre différente de la société qui l’entoure.

  • 13 J. SUSTA éd., Die Römische Curie und das Konzil von Trient unter Pius IV, t. 1, Vienne, 1904, p. 12 (...)
  • 14 CT I, p. 230.
  • 15 Cette xénophobie, qui mériterait à elle seule une étude, alimente toutes les plaisanteries qui se f (...)
  • 16 Il y a par exemple tout un débat sur l’habit que doivent porter les prélats, chacun ayant ses coutu (...)

10Les structures de sociabilité au concile sont complexes et proviennent de différents modèles sociaux. Cette diversité même permet de mieux comprendre les rapports d’amitiés qui peuvent unir les Pères tridentins. Ces rapports naissent d’abord de solidarités naturelles, au premier rang desquelles on peut mettre l’appartenance nationale. Dans la société cosmopolite du concile, venir du même pays, parler la même langue sont autant d’éléments qui favorisent l’amitié. Mais ce réflexe si naturel est combattu par les légats. Le pape lui-même s’inquiète de ce qu’on loge les évêques par nations, craignant des "conventicule secrete"13. Pour conjurer le spectre d’un vote par nations, qui mettrait en minorité le parti curial, les légats essayent systématiquement de briser les solidarités nationales. Cet effort ne vient pas seulement d’un calcul de politique conciliaire. Les légats savent que le concile doit pour réussir dépasser les appartenances nationales. Massarelli se fait l’écho de leur pensée quand il se réjouit de voir l’ambassadeur de Charles Quint, les évêques de Jaen et d’Astorga et de nombreux Espagnols aller au devant des quatre évêques français qui arrivent au concile en août 1545. "Buon segno, che li Francesi et Spagnuoli hora si honorano insieme, che già tanti anni sono stati con si grande guerra insieme inimici"14. Contrairement à ce qui se produit souvent chez les évêques italiens, il n’y a nulle crainte ici d’une conjuration des "Oltramontani" contre les intérêts du pape, mais un sincère plaisir de voir l’amitié et la bonne entente régner entre les représentants des deux grandes puissances rivales. Si le lien national favorise naturellement l’amitié, il n’est pas obligatoirement un obstacle dans les rapports avec les autres Pères tridentins, malgré la xénophobie latente de certains prélats15. Pour des motifs politiques, mais aussi ecclésiologiques, les légats ont voulu limiter au maximum tout signe de différenciation nationale16 et chercher à créer un milieu proprement conciliaire. Leur succès n’est pas total, mais ces initiatives permettent un certain brassage, propice à la création de liens d’amitié.

11Le lien national n’est donc pas exclusif, pas plus que ne l’est celui d’une formation commune. Évêques, théologiens ou ambassadeurs ont souvent fait leurs études de droit ou de théologie dans les mêmes universités, à Padoue, Bologne, Paris ou Salamanque. Ils peuvent partager les mêmes souvenirs de jeunesse et avoir l’équivalent d’un "esprit de promotion", ayant suivi les mêmes genres de carrières. Mais ce type de lien, s’il a dû exister, est à peine attesté dans les sources et n’a qu’une importance négligeable.

  • 17 Bibliothèque Nationale, Paris, Dupuy 549, fol. 29-30, lettre datée de Trente "pridie Kal. Martii" c (...)

12Les différences nationales sont plus faciles à surmonter que les différences de condition sociale. Entre les cardinaux Ercole de Mantoue ou Charles de Lorraine, princes issus des plus nobles maisons d’Europe, et le titulaire d’un minuscule évêché de l’Italie du Sud, souvent roturier et toujours désargenté, peut-on seulement parler d’amitié ? La seule relation qui s’instaure est celle de la clientèle. Il faut que les circonstances ou les personnages soient bien extraordinaires, pour que le respect devienne de l’amitié. L’évêque de Ségovie, Martin Pérez de Ayala, forte personnalité très influente au concile, prend ainsi la liberté d’adresser une longue lettre de consolation, empreinte de stoïcisme chrétien, au cardinal de Lorraine après l’assassinat de son frère François de Guise17. Le ton chaleureux est celui d’un ami plus que d’un client. Mais on doit faire la part des circonstances bouleversantes, de l’auteur qui est loin d’être un personnage secondaire, et de la convention littéraire dans une lettre qui veut imiter le latin de Sénèque. Ordinairement, ce type de relation est inconcevable. Pour exister, l’amitié suppose une certaine égalité de condition sociale, au concile comme ailleurs.

  • 18 Pierre Danès, évêque de Lavaur, qui lors de son séjour à Venise et à Rome dans les années 1530 étai (...)
  • 19 Filippo Gherio.
  • 20 Parme, Biblioteca Palatina, Pal. 1.013, fol. 59, lettre du 7 décembre 1562. Sur Beccadelli et la "f (...)
  • 21 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 6.194, fol. 37, lettre de Gentian Hervet au cardinal Sirl (...)

13Les relations de clientèle permettent cependant de développer des liens très forts entre les différents membres de l’entourage d’un grand personnage, unis par un dévouement commun à leur patron. Bon nombre de ces anciens clients se retrouvent à Trente, alors que leur carrière a pu les séparer. Ludovico Beccadelli, ancien secrétaire du cardinal Gasparo Contarini et présent à la troisième période tridentine comme archevêque de Raguse, écrit de Trente à un ancien client de Contarini, l’évêque de Sessa, Galeazio Florimonte, que si son correspondant était aussi présent au concile, on aurait pu former à nouveau "la tavola episcopale de Contarinisti, perche qui è Monsr di Cividale, Monsr Danesio18, Monsr d’Ischia19, et la sigria nostra, et per colmo il Clarmo Dandolo oratore veneto"20. Cette énumération prouve que vingt ans après la mort de leur patron commun, les liens entre ces hommes restaient très forts. Leurs évolutions différentes ne changent rien à l’affection qu’ils continuent de se porter. En 1571, le théologien humaniste Gentian Hervet, simple chanoine de Reims, écrit au cardinal Guglielmo Sirleto, bibliothécaire de la Bibliothèque Vaticane, pour rappeler le temps heureux où, vingt-cinq ans auparavant, ils étaient tous deux au service du cardinal Marcello Cervini21. Les "familles" cardinalices où l’on partage gîte et couvert, où l’on travaille ensemble permettent de créer des amitiés qui résistent au temps et aux changements de fortune. Le culte commun rendu à de très fortes personnalités (Contarini, Cervini) donne aussi à ces liens une signification spirituelle. Ce n’est pas un hasard si les anciens "contarinistes" se trouvent tous au concile dans le parti des réformateurs, opposés aux zelanti.

  • 22 CT I, p. 232, "È tanto di fattione Francese detto vescovo di Piacenza, che ha voluto più presto man (...)
  • 23 Voir les lettres d’Anton Maria Gratiani à Commendone dans J. DÖLLINGER éd., Beiträge zu politischen (...)

14L’amitié peut en effet avoir un contenu partisan, voire politique. Les évêques italiens proches du parti français recherchent l’amitié des évêques envoyés par le roi Très Chrétien, tandis que ceux du parti impérial font de même avec les Espagnols. Massarelli est très choqué de voir l’évêque de Plaisance, Catalano Trivulzio, bouder le banquet organisé par les légats le 6 août 1545 pour fêter la naissance du petit-fils de Charles Quint, Don Carlos. Trivulzio, dont la famille est très liée à la France, a préféré passer la journée avec l’évêque de Clermont, Guillaume Duprat, qui vient d’arriver22. Mais si ce geste d’amitié à forte signification politique choque le secrétaire du concile, c’est bien la preuve que de telles manifestations sont rares. Elles se cantonnent exclusivement au domaine diplomatique, quand de véritables négociations sont en cours. Les envoyés du pape et des légats à Innsbrück en février 1563 scrutent ainsi la rencontre entre le cardinal de Lorraine et l’empereur Ferdinand, analysant le moindre geste de courtoisie comme un signe de l’alliance franco-impériale contre la curie23. Mais nous sommes ici dans le domaine de la convention diplomatique et non celui de l’amitié. Les véritables "amitiés politiques” perdent de leur force dans un concile réuni en temps de paix et où tous, y compris les anciens ennemis d’hier, souhaitent faire la preuve d’une unanimité retrouvée.

  • 24 Voir par exemple Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb. lat. 848, fol. 172, lettre de Carlo Visconti (...)
  • 25 Le texte de la lettre est donné dans J. LE PLAT, Monumentorum ad historiam Concilii Tridentini poti (...)
  • 26 Hervet avait connu Salmeron lors de la première période du concile à Trente, à laquelle ils partici (...)

15Cela ne veut pas dire que les grandes luttes conciliaires ne rapprochent pas les personnes du même bord. Une des occurrences fréquentes du mot "ami" a simplement pour sens "qui partage nos opinions". L’espion que le parti curial a recruté dans le camp français lors de la troisième période tridentine, le franciscain Jacques Hugonis, est toujours appelé "il Theologo amico" par son "contact", Carlo Visconti, l’évêque de Vintimille envoyé par Pie IV pour surveiller le cardinal de Lorraine24. L’amitié n’est plus ici que le pendant des haines qui déchirent le concile. D’élément fédérateur, elle devient sinon source, du moins aide à la discorde au sein du concile. L’esprit de parti suffit-il pour détruire tous les autres motifs de respect et d’amitié ? On peut en douter quand on analyse une lettre rendue publique du théologien Gentian Hervet au jésuite Alfonso Salmeron25. Gentian Hervet, venu avec le cardinal de Lorraine, est alors malade et garde la chambre. Nous sommes en mars 1563, c’est-à-dire pendant la phase la plus critique du concile. Au débat sur le droit divin de la résidence des évêques, lancé par les Espagnols, s’est ajouté celui sur le pouvoir pontifical, attaqué par les Français. Les thèses du parti curial et celles des "Oltramontani" semblent irréconciliables. Salmeron va visiter le malade le 25 mars, geste d’amitié qui ne les empêche pas de discuter des problèmes en cours, chacun défendant sa position. Hervet, après le départ du jésuite, pense à d’autres arguments en faveur du droit divin et les expose dans sa lettre, datée du 28 mars. Cette lettre est un véritable manifeste en faveur du droit divin de la résidence. Mais ce qui est intéressant est l’appel constant aux sentiments d’amitié que se portent les deux adversaires. Hervet exprime toute sa douleur de se voir d’avis contraire à Salmeron et Lainez, qu’il juge non seulement très doctes, mais aussi très bons et vraiment pieux. Il termine sa lettre en invoquant leur vieille amitié26 et en souhaitant que tous ces différends disparaissent. C’est cette même amitié qui doit le leur permettre.

  • 27 Act. 4,32.

16Certes, il peut ne s’agir là que de pure rhétorique, de cette convention qui veut que deux clercs, même d’avis différents, continuent de s’estimer. Mais cette convention même a joué un rôle très important à Trente. Les rapports d’amitié au concile doivent exprimer l’unité de l’Église catholique, au delà des divergences théologiques. Toutes les structures de sociabilité que nous avons passées en revue ne sont pas nées de rien et ne sont pas sans signification. L’amitié au concile de Trente est voulue, parce qu’elle correspond à un modèle ecclésiologique. Prélats et théologiens ont pour référence la première communauté chrétienne : "La multitude des croyants n’avaient qu’un cœur et qu’une âme"27. L’amitié n’est donc plus un simple sentiment, laissé à la liberté de chacun. Elle devient une prescription évangélique. Tous les efforts des Pères tridentins pour arriver à une concorde qui ne soit pas simplement des doctrines, mais aussi des esprits, ont cette signification spirituelle implicite. Le concile doit prouver l’unité de l’Eglise aussi bien dans les rapports d’estime et d’amitié qu’entretiennent ses membres que dans le corpus des dogmes et des décrets.

  • 28 CT III 1, p. 762 : "His satis explicare non possem, quanta animi laetitia omnes exultarent vereque (...)

17L’amitié au concile de Trente a permis non seulement la création de liens personnels, mais aussi de cette unanimité des cœurs qui se manifeste le 4 décembre 1563 à la session de clôture. L’auditeur de la Rote Gabriele Paleotti nous en a laissé un tableau saisissant : "Je ne saurai bien décrire à quel point tous les esprits exultaient de joie, reconnaissaient Dieu comme le véritable auteur de tant de biens et lui rendaient grâce. J’ai vu de mes yeux au cours de cette session nombre des Pères les plus graves fondre en larmes de joie, et ceux qui auparavant étaient les plus opposés se congratuler... Il n’y avait personne qui n’exprimât par le visage, les mots et tout son corps la gaieté la plus grande, louant Dieu, à qui honneur, vertu et gloire dans les siècles des siècles"28. L’enthousiasme de cette dernière session fit sans doute plus que tous les précédents compromis laborieux pour répandre l’esprit tridentin dans toute la Catholicité. De retour dans leurs diocèses, Pères et théologiens garderont cette image d’unanimité, point culminant des rapports d’amitié qu’ils avaient pu entretenir avec les autres participants au concile.

Notes

1 Concilium Tridentinum, t. V, édité par S. EHSES, Fribourg-en-Brisgau, 1911, p. 348. Dans la suite de l’article, la référence à cette collection éditée par la Görresgesellschaft sera abrégée en CT.

2 J’utilise dans cet article la traduction française du premier volume de Jedin, seule parue (Histoire du concile de Trente, tome 1, La lutte pour le concile, Paris, 1965, 535 p.) et les traductions italiennes des volumes suivants (Storia del concilio di Trento, t. 2-4, Brescia, 1974-81).

3 Sur cette question, voir S. WEBER, "Le abitazioni dei Padri a Trento durante il concilio” dans II Concilio di Trento. Rivista commémoration del IV centenario, t. 1 (1942), p. 57-64 et 2 (1943), p. 139-146.

4 Archivio Segreto Vaticano, Carte farnesiane 3, fol. 230 v°, lettre de l’archevêque de Corinthe au cardinal Famèse, Trente, 28 janvier 1563.

5 CT III, 1, p. 436, note 5.

6 CT III, 1, p. 498, note 2.

7 CT I, p. 552.

8 CT II, p. 834.

9 CT I, p. 507-8.

10 Claire DOLAN, Entre tours et clochers. Les gens d’Église à Aix-en-Provence au XVIe siècle, Aix-Sherbrooke, 1981, p. 364.

11 CT XI, p. 449.

12 A. DUVAL, "La Summa conciliorum de Barthélémy Carranza” dans Revue des sciences philosophiques et théologiques, t. 41 (1957), p. 410-411.

13 J. SUSTA éd., Die Römische Curie und das Konzil von Trient unter Pius IV, t. 1, Vienne, 1904, p. 125, lettre du cardinal Borromée au cardinal de Mantoue, Rome, 6 décembre 1561.

14 CT I, p. 230.

15 Cette xénophobie, qui mériterait à elle seule une étude, alimente toutes les plaisanteries qui se font au concile. Par exemple, les évêques du parti de la Curie font circuler cette phrase après l’arrivée des évêques français en novembre 1562 : "Nous sommes tombés de la gale espagnole au mal français” (a scabie hispana incidimus in morbum gallicum) cf. H. JEDIN, Storia del concilio di Trento,
t. 4, vol. 1, Brescia, 1979, p. 361. L’humour au concile de Trente n’était pas spécialement empreint de charité chrétienne...

16 Il y a par exemple tout un débat sur l’habit que doivent porter les prélats, chacun ayant ses coutume nationales propres. Borromée presse les légats d’obtenir une uniformisation cf. J. SUSTA éd., Die Römische Curie..., t. 1, p. 132, lettre du cardinal Borromée au cardinal de Mantoue, Rome, 14-
15 décembre 1561.

17 Bibliothèque Nationale, Paris, Dupuy 549, fol. 29-30, lettre datée de Trente "pridie Kal. Martii" c’est-à-dire du 28 février 1563, ce qui doit être une erreur : la nouvelle de la mort du duc de Guise n’est connue pour certaine que le 9 mars à Trente (CT II, p. 833). Lorraine part à Venise le 23 (CT II, p. 837). Il est donc probable que la vraie date est "pridie Kal. Aprilis", c’est-à-dire le 31 mars. Martin Pérez de Ayala avait une grande admiration pour le cardinal de Lorraine, qu’il avait défini devant Nicolas Psaume comme "l’auteur de la restitution de la liberté ecclésiastique et d’une réforme sérieuse" (CT II, p. 811).

18 Pierre Danès, évêque de Lavaur, qui lors de son séjour à Venise et à Rome dans les années 1530 était passé au service de Contarini.

19 Filippo Gherio.

20 Parme, Biblioteca Palatina, Pal. 1.013, fol. 59, lettre du 7 décembre 1562. Sur Beccadelli et la "famiglia" de Contarini, voir G. FRAGNITO, Memoria individuale e costruzione biografica, Urbino, 1978,
189 p.

21 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 6.194, fol. 37, lettre de Gentian Hervet au cardinal Sirleto, Reims, 8 novembre 1571, "Cum totius meae vitae in hunc usque diem decursae tempus apud me reputo, nullius temporis mihi venit in mentem, cuius recordatio sit iuncundior quam illius quo, cum in stae memoriae Marcelli Cervini tune cardinalis, paulo post autem paucorum dierum Pontif. Max. essemus familiaris, tua mihi frui licuit consuetudine".

22 CT I, p. 232, "È tanto di fattione Francese detto vescovo di Piacenza, che ha voluto più presto mancare et abbandonare li legati che quel vescovo Francese".

23 Voir les lettres d’Anton Maria Gratiani à Commendone dans J. DÖLLINGER éd., Beiträge zu politischen, kirchlichen und Cultur-Geschichte der sechs letzen Jahrhunderte, t. 2, Ratisbonne, p. 326 et 329.

24 Voir par exemple Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb. lat. 848, fol. 172, lettre de Carlo Visconti au cardinal Borromée, Trente, 14 décembre 1562.

25 Le texte de la lettre est donné dans J. LE PLAT, Monumentorum ad historiam Concilii Tridentini potissimum illustrandam spectantium amplissima collectio, t. 5, Louvain, ex typographia academica, 1785, p. 777-789.

26 Hervet avait connu Salmeron lors de la première période du concile à Trente, à laquelle ils participaient tous deux.

27 Act. 4,32.

28 CT III 1, p. 762 : "His satis explicare non possem, quanta animi laetitia omnes exultarent vereque Deum tot bonorum authorem agnoscerent atque ei gratias agerent. Vidi ego in media ipsa sessione permultos gravissimos praelatos prae gaudio lachrymas fundentes invicemque gratulantes, qui antea inter se alieniores videbantur... Nemo erat, qui non vultu, verbis totoque corpore summum hilaritatem significaret, Deum laudentes, cui honor, virtus et gloria in secula seculorum".

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search