Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Amitié et fidélité

Se révolter pour la fidélité : paysans en Saxe électorale (1648-1756)

Wolfgang Schmale

Texte intégral

L’Allemagne absolutiste

  • 1 Cf. Elisabeth FEHRENBACH, Vom Ancien Régime zum Wiener Kongreß, München, Oldenbourg, 3e éd (...)

1En Allemagne, la société d’ordres et le système politique du féodalisme, malgré de multiples modifications advenues depuis l’époque des Lumières, ne prirent fin qu’avec la Révolution de 1848. Les guerres de l’ère napoléonienne ne fortifièrent pas les droits du peuple, mais le pouvoir des princes. Par conséquent, des historiens qualifièrent la première moitié du XIXe siècle allemand par "absolutisme bureaucratique"1. La vivacité du modèle social et politique d’ancien régime ne s’explique cependant pas seulement par le fait que la balance des relations entre gouvernés et gouvernants ait penché en faveur des gouvernants, elle s’appuie également sur des valeurs fondamentales adoptées par la population même. Ces valeurs trouvent, non pas leur origine, mais leurs racines dans la crise politique qui suivit la fin de la guerre des trente ans. La réorganisation de l’Empire germanique selon les règles établies par le traité de Westphalie (1648) marque le début de l’époque de l’absolutisme. Celui-ci ne constitua pas seulement le modèle de gouvernement pour les plus de trois cents princes et seigneurs dépendant directement de l’Empire, mais aussi pour la plupart des seigneurs féodaux dont les droits revêtaient un caractère nettement politique. Si, au moyen âge, ce caractère politique du féodalisme est hors de question, il apparaît contesté, dans beaucoup de pays, à l’époque moderne. En Allemagne, les princes continuent de déléguer une partie du pouvoir public aux seigneurs. Pendant que le roi français fait un effort pour affaiblir le pouvoir des seigneurs, les princes allemands font le contraire. En outre, le droit coutumier, même dans sa façon codifiée, resta flexible ; lors des assemblées d’Etats, les seigneurs élevèrent leur voix pour élargir le poids des droits seigneuriaux. Certes, ils se heurtèrent contre l’opposition des villes et des princes souverains, mais leurs efforts ne restèrent pas totalement sans effets. Par contre, la population paysanne et citadine (la plupart des villes étaient soumises à un seigneur féodal, exception faite des Reichssäidte – villes relevant immédiatement de l’Empereur – et des grandes villes provinciales, centres économiques et/ ou administratives, comme p.e. Leipzig et Dresde, elles furent caractérisées non pas par une bourgeoisie à la française mais par les Ackerbürger – bourgeois-paysans) s’exerça dans la résistance active. Ce que furent les révoltes contre l’impôt en France, furent les révoltes anti-seigneuriales en Allemagne. C’est dans le cadre de ces révoltes qu’évoluèrent certaines valeurs fondamentales liées au modèle de la société d’ordres, mais opposées aux excès du micro-absolutisme des seigneurs. L’exemple de la Saxe électorale nous permettra d’étudier de plus près l’évolution de ces valeurs.

La résistance populaire anti-seigneuriale en Saxe (1648-1756)

  • 2 II s’agit de 217 conflits portés devant le juge du district de Leipzig (Amtmann) de 1550 à (...)
  • 3 J’ai également étudié les districts de Borna et de Grimma (STALP). S’y ajoute un sondage d (...)

2En Saxe, l’évolution de la résistance populaire anti-seigneuriale est cadencée par les deux grandes guerres qui ravagèrent le pays aux XVIIe et XVIIIe siècles, la guerre de trente ans et la guerre de sept ans. Le graphique 1 montre, à titre d’exemple, l’évolution des conflits anti-seigneuriaux dans le district (Amt) de Leipzig2. Dans la plupart des cas, le sommet de la contestation anti-seigneuriale est atteinte vers 1700. La lutte pour la conservation de la liberté personnelle, la contestation de la domination seigneuriale et du fonctionnement de la justice patrimoniale semble préoccuper la population. Une vue d’ensemble des courbes permet de parler de conjoncture anti-seigneuriale pendant le long siècle entre les deux grandes guerres. La résistance, nullement absente avant, monte après 1648, atteint son sommet vers 1700, pour perdre ensuite beaucoup de sa vigueur ayant tendance à se baisser vers un point zéro. La fin du mouvement dans le deuxième XVIIIe siècle ne semble pas représentatif ; dans d’autres districts3, la courbe de la conjoncture anti-seigneuriale adopte, généralement, la voie représentée par le district de Leipzig, seulement, après 1750, la baisse se montre moins accentuée.

3La conjoncture anti-seigneuriale coïncide avec le siècle de l’établissement et de la consolidation de l’absolutisme en Saxe. Elle coïncide avec la montée de l’Electeur, par l’acquisition de la couronne polonaise, dans le cercle des princes d’envergure européenne. Cette montée pesa lourd sur le pays et se joignit aux excès commis par les seigneurs féodaux dans le but d’installer une sorte de micro-absolutisme dans les seigneuries. La hausse de la courbe de la résistance illustre la forte réaction contestatrice de la population qui ne fut pas sans succès. La baisse générale de la courbe vers le milieu du XVIIIe siècle ne constitue pas la suite d’un manque de volonté de contestation ou d’un épuisement des forces mais le signe d’un nouvel équilibre entre les forces des gouvernants et des gouvernés dans le pays. Le fait que la courbe n’ait pas monté après la fin de la guerre de sept ans, comme ce fut le cas un siècle plus tôt, s’explique par les réformes de l’après-guerre (le rétablissement saxon) qui furent effectuées dans l’esprit des Lumières. C’est seulement sous l’influence de la Révolution française que de nombreux paysans et compagnons se révoltèrent de nouveau, en 1790, sur une échelle géographique très large. Mais c’est une autre histoire qui ne doit pas nous occuper ici.

4Cette première approche statistique ne permet qu’une vue extérieure. Dans quel esprit la résistance fut-elle menée ? C’est la question qui intéresse.

Les valeurs fondamentales

5Les sacs à procès contiennent certains documents qui renseignent le lecteur sur les valeurs fondamentales dirigeant l’action du peuple. Il s’agit notamment d’interrogatoires entrepris par des notaires ou un Amtmann (chef de district). Il s’agit d’interrogatoires civils. Les "témoins" furent interrogés sur les pratiques juridiques en usage dans la seigneurie, sur le droit coutumier local, plus ou moins souvent on leur demandait même des jugements de valeur sur la pratique juridique en question. Les premières suppliques, adressées à l’Electeur, constituent une autre source de grand intérêt. Bien que rédigées par un avocat, elles devaient suivre, selon les lois saxonnes, de très près, la relatio des suppliants ; la liberté d’expression de l’avocat se trouvait bornée a celle d’un scribe. C’est pourquoi ce type de texte reste, à quelques exceptions près, assez proche de la diction paysanne.

  • 4 Cf. STALP, fonds Amt Leipzig, N° 2113 (année 1596), 1750 (1606), 1794 (1628), 1032-1033-10 (...)

6Cela dit, le graphique 2 nous informe sur la hiérarchie des valeurs animant le peuple dans la contestation anti-seigneuriale. Le graphique est basé sur un sondage effectué dans 48 procès (XVIIe et XVIIIe siècles) richement documentés4. La valeur la plus importante est celle du droit propre du peuple. Le droit propre comprend certaines règles émanées de la culture juridique populaire, mais aussi le droit propre que, dans la société d’ordres, chacun des ordres a coutume de réclamer pour soi. Il en était de même pour les paysans formant la communauté d’habitants bien que, dans la doctrine sociale, ils n’aient pas formé un ordre. En deuxième lieu, on se heurte contre l’infraction des seigneurs à leurs obligations en tant que personnes publiques tenant part au pouvoir public. Suivent la défense de l’honneur et de la subsistance, la confiance en Dieu comme dernière instance judiciaire, on se lève contre les menaces des seigneurs, la solidarité des membres de la communauté est réclamée. On affirme sa volonté inébranlable, l’on refuse de perdre son argent dans des procès contre le seigneur. Le reste des valeurs exprimées ne joue qu’un rôle marginal et peut être négligé.

  • 5 Louis DUMONT, Homo Aequalis II. L’idéologie allemande. France-Allemagne et retour, Paris, (...)

7Le graphique 3 visualise la différence entre les valeurs exprimées par les individus, d’une part, et par les collectivités (communautés d’habitants), de l’autre. Les valeurs exprimées sont essentiellement les mêmes, c’est seulement la hiérarchie qui varie. Les valeurs à vocation individuelle, la prospérité individuelle ou la conscience p.e. ne changent pas leur position à la fin de la hiérarchie. En principe, les individus se réfèrent aux mêmes valeurs que les collectivités, leur action fortifie le collectif. Le spectateur averti pourra y voir surgir l’"Allemagne holiste", chère à Louis Dumont5.

Se révolter pour la fidélité

  • 6 Cf. STALP, fonds Amt Leipzig, n° 1194. Pareil cas, en la même année, entre la communauté d (...)
  • 7 "Hingegen aber die Clausul, daß sie bei ihren vermeinten alten Gerechtigkeiten und Dorffge (...)

8La fidélité ne figure pas telle quelle dans les graphiques 2 et 3, mais elle se cache derrière les notions de droit propre, infractions des seigneurs à leurs obligations et solidarité. En effet, le féodalisme allemand restant un système d’organisation politique (pendant que le droit féodal et seigneurial français se mua en une branche du droit privé), le "quatrième état" resta sensible au caractère contractuel du féodalisme dont les deux gestes significatifs étaient la fidélité du vassal envers le seigneur, exprimée par l’acte de l’hommage, et la promesse du seigneur de respecter ses obligations et les droits de ses vassaux. En Saxe, l’acte de l’hommage garda sa vivacité à l’époque moderne. Il fut exécuté dans une cérémonie solennelle à laquelle le seigneur participa en personne. Hélas, les seigneurs saxons, les Rittergutsbesitzer, comme ils s’appelaient, ne donnaient plus le même sens à cette cérémonie que leurs vassaux. D’un côté, ils développaient un goût de luxe : tenant cour dans les grandes villes, ils invitaient à la cérémonie qui devait se dérouler dans le village soumise à la seigneurie, un grand nombre de gens. Ils obligeaient les paysans à aller chercher ces gens en ville, à les conduire en charrette au village, et à leur préparer un repas somptueux, tout cela aux frais des vassaux. De l’autre, ils prirent l’habitude de refuser la reconnaissance des droits des vassaux. Les paysans-vassaux acceptaient mal ce changement des mœurs seigneuriales, ils portaient plainte contre le seigneur touchant les frais exorbitants de la cérémonie et ils refusaient l’hommage. Ce fut le cas, en 1668, entre le seigneur Cari Jobst Bose, de Leipzig, et les trois communautés de Seegeritz, Seehausen et Göbschelwitz6. Bose disait expressément que la cérémonie ne devait servir qu’à obliger les sujets envers lui tandis que la demande des communautés de leur garantir leurs droits serait tout à fait inouïe7.

  • 8 La mauvaise connaissance de la coutume locale fut avouée par les frères Wirth, seigneurs d (...)

9Certes, ce n’étaient pas tous les seigneurs qui agissaient de cette manière. C’étaient surtout, semble-t-il, des bourgeois ayant acquis une seigneurie. N’ayant pas le droit de siéger aux Etats saxons (ce droit étant réservé à la noblesse ancienne), les nouveaux venus essayaient de se faire une dignité sur le dos des paysans. En outre, ils connaissaient mal la coutume locale8. Pour eux, les paysans n’étaient pas des vassaux, mais des sujets. Leur succès, cependant, était douteux, leurs vassaux défendaient leur droit propre avec beaucoup de ténacité.

  • 9 Cf. STAD, fonds Sächsische Landstände, Gruppe A, N° 30.
  • 10 Cf. Robert WUTTKE, Gesindeordnungen und Gesindezwangsdienst in Sachsen bis zum Jahre 1835,(...)
  • 11 Cf. pour la législation protégeant la paysannerie l’ouvrage de Alexander KAMCKE, Die Bedeu (...)

10La deuxième moitié du XVIIe siècle saxon vit la confrontation de plusieurs modèles sociaux. La population paysanne voulait garder les valeurs de la fidélité vassalique et de l’obligation du seigneur envers ses vassaux ; son droit propre, elle l’entendait comme hors d’atteinte du seigneur, par conséquent, elle s’opposait à toute augmentation des charges seigneuriales. En cela, elle était partiellement rassurée par la solidarité des villes (en tant qu’ordre). L’assemblée des Etats de 16619 témoigne d’une véritable confrontation idéologique sur la question du service obligatoire des enfants des paysans dans la maison du seigneur : les seigneurs faisaient pression sur l’Electeur et l’assemblée d’élargir ce droit ; jusque-là, les parents des enfants avaient gardé le droit de refuser ce service s’ils avaient besoin de leurs enfants pour leur propre exploitation ou si l’enfant devait apprendre un métier10. Les seigneurs voulaient que le choix des enfants appelés à servir dépendait entièrement de leur discrétion. Les villes s’élevaient contre cette tentative parce qu’elles avaient profité de la liberté relative des paysans face à ce droit seigneurial. Elles avaient un réservoir de servants et de servantes à perdre. Ce qui est plus, la bourgeoisie des villes était tentée par l’achat de tenures paysannes – ce qui leur fut interdit par une loi11. Le modèle social favorisé par les villes s’approche de celui qui s’était établi en France. Sa réalisation, en Saxe, fut impossible. Le modèle des paysans est celui du féodalisme contractuel, le modèle des seigneurs est celui de l’absolutisme adapté au cadre de la seigneurie en tant qu’institution juridique, politique, administrative, économique et sociale. Somme toute, le modèle paysan prévalut, à cause de la résistance tenace opposée aux seigneurs, mais aussi grâce aux valeurs défendues par les paysans.

11Selon le graphique 3 les valeurs des individus ne différaient pas essentiellement de celles des collectivités. La valeur de la solidarité était acceptée par les deux groupes d’une manière équivalente. Ce n’est pas que l’idée ou la pratique de l’individualisme n’aient pas été acceptées ; c’étaient souvent de véritables individualistes qui organisaient la résistance ou qui portaient, les premiers, plainte contre le seigneur, mais ils savaient jouer sur la solidarité de la communauté comme les communautés savaient faire appel à la solidarité des individus. Les usages de la culture juridique populaire étaient taillés sur la mesure de la solidarité. On n’hésitait pas à faire pression sur un individu ou tout un groupe quand la solidarité semblait menacée. Ce sont les deux côtés de la même médaille : la solidarité intra-communautaire et le modèle du féodalisme contractuel en vue des relations avec le seigneur.

  • 12 Cf. Percy/Opitz, Alfred STULZ, Volksbewegungen in Kursachsen zur Zeit der Französischen Re (...)
  • 13 Cf. l’étude de Hubert KIESEWETTER, Industrialisierung und Landuiirtschaft. Sachsens Stellu (...)

12L’heure de vérité n’arriva qu’à la fin du XVIIIe siècle. Le modèle des villes ayant échoué, la Saxe manquait d’une véritable force modernisatrice. Le modèle des seigneurs avait connu un succès mitigé, maintenant, les séditions populaires de 1790 matées par la force brutale des soldats de l’Electeur12, leur modèle s’imposa par la voie légale. Comme les vicissitudes de l’histoire sont imprévisibles, le peuple eut sa revanche au XIXe siècle même : l’essor violent de l’industrialisation en Saxe13 provoqua un mouvement ouvrier très fort qui mérita à la Saxe le surnom de "la Saxe rouge"...

ANNEXES

Notes

1 Cf. Elisabeth FEHRENBACH, Vom Ancien Régime zum Wiener Kongreß, München, Oldenbourg, 3e éd. 1993.

2 II s’agit de 217 conflits portés devant le juge du district de Leipzig (Amtmann) de 1550 à 1799. Le Amtmann menait la procédure tandis que la sentence fut prononcé par le Schöppenstuhl (collège de juristes) de Leipzig ou la faculté de droit de Wittenberg, selon les cas. Cf. Archives d’Etat de Leipzig (=STALP), Findbuch Amt Leipzig. Les 217 conflits furent sélectionnés sur les environs 6000 actes (toutes sortes d’actes d’administration et de justice comprises) du district de Leipzig qui survécurent aux vicissitudes de la transmission des archives du district. A l’origine, le fonds comprenait 25.000 actes.

3 J’ai également étudié les districts de Borna et de Grimma (STALP). S’y ajoute un sondage dans les archives de la cour d’appel à Dresde à la base de procès tournant autour du problème du fonctionnement de la justice patrimoniale. Cf. Archives d’Etat de Dresde (=STAD), fonds de la cour d’appel de Dresde (Appellationsgericht Dresden).

4 Cf. STALP, fonds Amt Leipzig, N° 2113 (année 1596), 1750 (1606), 1794 (1628), 1032-1033-1034 (1668), 1390-1391 (1675), 471 (1678), 1272 (1689), 457 (1691), 745-746 (1693), 1188 (1699), 1507 (1701), 1508 (1704), 859 (1712), 393 (1716), 397 (1717), 949 (1749), 2306-sous-n° 5, 8, 9 (1786, 1787, 1788) ; STALP, Amt Leipzig, conflits avec la maison de Bose : 292 (1668), 1194 (1668), 300 (1674), 299 (1674), 325 (1688), 326 (1690), 327 (1692), 350 (1737) ; STALP, fonds Amt Grimma : 983 (1671), 1007-1008 (1706), 537-538 (1708), 1223 (1733) ; STALP, fonds de la seigneurie Frohburg : 505 (1657), 507 et 510 (1658), 504 (1669), 521 (1709), 524 (1710), 554 (1773), 425 (1727), 426 (1727) ; STALP, fonds de la seigneurie Gnandstein : 316 (1720). STAD, fonds de la cour d’appel de Dresde : 7656-7657 (1668), 3739 (1689), 3605 (1703), 7800 (1705), 13110 (1706), 3564-3565 (1730), 13621 (1740), 6635 (1781). Les indications numériques dans le graphique 2 se réfèrent au nombre total de 48 procès.

5 Louis DUMONT, Homo Aequalis II. L’idéologie allemande. France-Allemagne et retour, Paris, Gallimard, 1991.

6 Cf. STALP, fonds Amt Leipzig, n° 1194. Pareil cas, en la même année, entre la communauté d’Althen et le seigneur Johann Heinrich Preußer ; cf. STALP, fonds Amt Leipzig, n° 1032-1033- 1034.

7 "Hingegen aber die Clausul, daß sie bei ihren vermeinten alten Gerechtigkeiten und Dorffgebreuchen gelaGen werden solten, hinein zu rücken, ganz ungereumt, indehm durch solchen Eyd sie sich nur mir zum Gehorsamb obligieren sollen, und also, was sie bey mir hingegen suchen, hierin ganz nicht gehörig". Cf. STALP, fonds Amt Leipzig, N° 1194, fol. 2v.

8 La mauvaise connaissance de la coutume locale fut avouée par les frères Wirth, seigneurs de la communauté de Mockau, en 1675. Cf. STALP, fonds Amt Leipzig, N° 1390-1391.

9 Cf. STAD, fonds Sächsische Landstände, Gruppe A, N° 30.

10 Cf. Robert WUTTKE, Gesindeordnungen und Gesindezwangsdienst in Sachsen bis zum Jahre 1835, Leipzig, 1893.

11 Cf. pour la législation protégeant la paysannerie l’ouvrage de Alexander KAMCKE, Die Bedeutung der Bauemschutzgesetzgebung des Kurfürsten August, Leipzig (thèse), 1941.

12 Cf. Percy/Opitz, Alfred STULZ, Volksbewegungen in Kursachsen zur Zeit der Französischen Revolution, Berlin, Rütten & Loening, 1956.

13 Cf. l’étude de Hubert KIESEWETTER, Industrialisierung und Landuiirtschaft. Sachsens Stellung im regionalen Industrialisierungsprozeß Deutschlands im 19. Jh., Köln, Böhlau, 1988.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search