Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Amitié et fidélité

L’amitié de Nicolas Poussin et de Paul Fréart de Chantelou

Michèle Ménard

Texte intégral

  • 1 Cf. Nicolas Poussin (1594-1665) par Pierre ROSENBERG pour les peintures et par Louis-Antoi (...)
  • 2 Sublet de Noyers était le grand-oncle de Chantelou, le père de sa grand-mère maternelle. P (...)

1"Ce que j’ai en la pensée ne saurait contenir en un si petit espace. La joie qui m’a saisi est si grande qu’elle déborde de tous côtés...", écrivait Nicolas Poussin à Paul Fréart de Chantelou le 5 novembre 1643. J’emprunte cette image au peintre pour mon compte ; bien qu’apparemment étrangère à mon propos, elle lui convient tout à fait. L’espace en effet me manque pour exprimer "ce que j’ai en la pensée", à savoir un sentiment de bonheur, celui que j’éprouve en songeant que, par personnes interposées, je vais, dans ces Mélanges, évoquer l’amitié. Il s’agit de l’amitié entre Nicolas Poussin (on vient de fêter le quatrième centenaire de sa naissance1) et Paul Fréart de Chantelou (1639- 1694), "citoyen du Maine", maître d’hôtel ordinaire du roi, et parent de Sublet de Noyers, Surintendant des Bâtiments sous Louis X1112.

Pourquoi Paul Fréart de Chantelou ?

  • 3 Correspondance de Nicolas Poussin publiée d’après les originaux par Charles JOUANNY, coll. (...)
  • 4 Pour les autres correspondants, cf. Charles JOUANNY, op. cit., et Jacques THUILLIER, Nicol (...)
  • 5 Cf. la communication de M. O. BONFAIT : "Poussin lecteur de Poussin. Analyse d’un texte in (...)
  • 6 C’est nous qui soulignons.
  • 7 Paul FRÉART DE CHANTELOU, Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, rééd. Paris, 198 (...)
  • 8 Cité par Charles JOUANNY, op. cit., commentaire de la lettre du 28 mars 1665.
  • 9 "’Journal de voyage du Cavalier Bernin en France’ par M. de CHANTELOU, manuscrit inédit pu (...)

2La place privilégiée que l’on accorde à Paul Fréart de Chantelou auprès de Nicolas Poussin est due, en grande partie, au fait qu’il a conservé, et que nous sont parvenues, la plupart des lettres que lui a adressées Poussin3, et que ce précieux legs constitue l’essentiel de la correspondance du peintre4. Quel dommage que l’on ne puisse lire les lettres de Poussin à Pointel ! Comme on aimerait aussi avoir un plus grand nombre de lettres à Stella ! Les lettres à Cassiano dal Pozzo, "notre bon ami, le chevalier du Puis", sont peu nombreuses. Celui qui, après sa mort, jouera un peu son rôle auprès de Poussin, le cardinal Massimi, a-t-il correspondu avec le peintre5 ? Cassiano dal Pozzo meurt en 1657, la même année que Stella. Pointel meurt en 1660. En 1664, Poussin perd sa femme, Anne-Marie Dughet, épousée en 1630. Chantelou fait partie des rares amis du peintre qui lui survécurent. Le 28 mars 1665, quelques mois avant sa mort, Poussin écrit à Chantelou : "Vous êtes celui à qui je suis le plus obligé et redevable, qui êtes mon refuge6". Poussin ne répondra pas à la dernière lettre que lui adressa Chantelou. En effet, Chantelou note, le 18 août 1665, dans son Journal de voyage du Cavalier Bernin en France7 : "J’ai prié le signor Mathie de mettre dans le paquet du Cavalier une lettre que j’écrivais à M. Poussin. Ce qu’il a fait8". Chantelou quitte Le Bernin le 20 octobre. Poussin meurt le 19 novembre. Arrivé à Rome, Le Bernin annonce, dans une lettre écrite à Chantelou le 8 décembre 1665, que Poussin est mort : "Ho trovo Monsù Pussino morto9".

Une "lettre pleine d’amitié" (19 novembre 1644)

  • 10 Cf. Charles JOUANNY, op. cit., passim.
  • 11 C’est nous qui soulignons.
  • 12 Il s’agit de Cassiano dal Pozzo, pour qui Poussin a peint la première série des sept Sacre (...)
  • 13 La deuxième série des Sept Sacrements, propriété du duc de Sutherland, est conservée "en p (...)
  • 14 En tête de la lettre du 19 novembre 1644.

3Paul Fréart de Chantelou a annoté la plupart des lettres qu’il a reçues et conservées10. En tête de celle du 19 novembre 1644 on lit : "Cette lettre est pleine d’amitié11". Il est vrai que, dans cette lettre, Poussin exprime à l’égard de Chantelou une affection toute particulière : "Si j’eusse eu le bonheur de vous revoir encore une fois en cette ville, je n’aurais plus eu de regret de mourir. O Dieu ! Quelle joie j’aurais eue de revoir encore une fois la personne que j’aime et honore sur tous les hommes du monde". Le 30 octobre précédent Poussin disait : "Je suis enflammé d’un grand désir de bien faire et particulièrement pour vous qui êtes mon idole". Poussin venait de terminer L’Extrême-Onction, le premier de ces "Sept Sacrements" qu’il avait décidé de peindre lui-même pour Chantelou. "Je souhaiterais être moi-même le copiste des tableaux qui sont chez monsieur le chevalier du Puis"12, avait-il écrit le 12 janvier 1644, "ou de tous les sept ou d’une partie, ou bien les faire d’une autre disposition". En prenant la décision de peindre une deuxième série des Sept Sacrements13, dont il entendait renouveler la disposition et les figures, Poussin donnait à Chantelou le plus sûr témoignage de son amitié. C’était, pour le peintre, une tâche énorme, car sa réputation était grande et il avait de nombreuses commandes. Il confie à son ami qu’il sera obligé de délaisser momentanément une partie de ses pratiques. Le 17 mars 1644, il écrit qu’il espère que les tableaux seront bientôt faits ; la promesse est tenue, puisque le premier Sacrement, L’Extrême-Onction, est expédié dès octobre. Chantelou relève alors une amicale plaisanterie de Poussin : "Il dit que je recevrai l’Extrême Onction sans être malade et des mains du messager de Lyon et non d’un prêtre"14. L’année 1644 est peut-être le point culminant d’une certaine forme de relation entre Poussin et Chantelou, d’une amitié qui associe l’amour commun de la peinture, une totale confiance et une courtoise affection.

Une amitié qui s’écrit dans le temps

  • 15 La Manne, Paris, Musée du Louvre. Cf. la lettre du 15 janvier 1639.
  • 16 Son frère, Roland Fréart de Chambray, l’accompagna à Rome.

4L’amitié entre Poussin et Chantelou s’écrit dans le temps. Ce n’est pas une reconnaissance immédiate, une amitié à la Montaigne. Poussin qui a, le plus souvent, un commerce amical avec ses commanditaires – ce qui est rare parmi les peintres – se lie avec Chantelou lorsqu’il peint pour lui La Manne15. Ces liens se resserrent lorsque Chantelou, parent de Sublet de Noyers, s’impose comme le meilleur intermédiaire16 pour négocier le retour en France de Poussin, que Richelieu veut faire travailler pour Louis XIII. Négociation difficile, car le peintre avance toujours de bonnes raisons pour ne pas quitter Rome. Cependant, "je désire extrêmement", dit-il, "d’être plus proche de vous [Chantelou] afin d’avoir plus de commodité de vous faire voir mes ressentiments [sentiments]" (19 février 1639). "Il ne faut point douter que je n’aie assez de sujet de me fier en vous" (19 mars 1639). Lorsqu’enfin Poussin se décide à venir en France, à la fin de l’année 1640, il y est accueilli magnifiquement par Sublet de Noyers, par Richelieu, par le roi même. Chantelou est là qui veille à ce que ses désirs soient exaucés. "Monsieur", lui écrit Poussin le 10 avril 1641, "journellement je reçois de vous de nouvelles faveurs et [...] ma bonne affection est devenue si grande qu’elle ne pourra jamais être surmontée d’aucune autre". Et le 13 avril : "Mardi dernier, après avoir eu l’honneur de vous accompagner à Meudon [...], à mon retour je trouvai que l’on descendait en ma cave un muid de vin que vous m’aviez mandé, comme c’est votre coutume de faire regorger ma maison de biens et de faveurs".

  • 17 Op. cit., Gazette des Beaux-Arts, 1885, t. XXXII, 2ème période, p. 174.

5Les services rendus, la délicatesse des procédés, mais aussi la discrétion de Chantelou le font de plus en plus estimer par Poussin. Le peintre trouve en lui un soutien, quelqu’un qui pense à lui et à qui il peut dire ce qu’il pense. Chantelou rapporte plus tard, en 1665, que Le Bernin, qu’il guide dans son voyage en France, l’avait loué de sa "prudence qui lui fait tenir secrètes les choses qui doivent se taire"17. Avec Chantelou, Poussin s’exprime librement : "Vous m’excuserez, Monsieur", dit-il le 7 avril 1642, "si je parle si librement [...] Je vous dis ceci confidemment, m’assurant sur la bonté de votre naturel [...]".

6On comprend que Poussin soit plein de gratitude amicale à la fin de son séjour en France : "Adieu", dit-il le 21 septembre 1642, "mon cher protecteur [...], adieu, cher seigneur qui méritez d’être honoré et admiré. Adieu jusqu’à tant que Dieu me donne la grâce de revoir votre bénigne face [...]" ; puis de Rome, le 22 juin 1643 : "La promptitude que j’ai remarquée en vous, quand vos amis vous ont requis de quelque faveur, m’a fait croire que vous n’étiez jamais las de faire plaisir" ; et encore : "Finalement vous ne devez pas mettre la perte de ma conversation au nombre d’un seul point de disgrâce. C’est bien moi qui me dois plaindre de ne jouir plus de votre douce présence".

L’amitié entre "l’unique amateur de la vertu" en France et un "vertueux connu de toute l’Europe"

  • 18 Dans cette lettre, Poussin fait allusion à "deux personnages de vertueux, comme monsieur l (...)
  • 19 Le 9 juin 1643, Poussin évoque "la mort du roi et la retraite de la Cour de Monseigneur" e (...)

7Aux yeux de Poussin, Chantelou incarne la "vertu" : "Adieu l’unique amateur de la vertu", dit-il en septembre 1642. Chantelou fait partie des "vertueux de France". De plus, Poussin lui prête des qualités stoïciennes auxquelles il se réfère lui-même : "Le repos et la tranquillité que vous pouvez posséder, ce sont des biens qui n’ont pas d’égal" (22 juin 1643). Et le 21 décembre 1643 : "Il est bien vrai que vous êtes en une école là où l’on voit comme sur un théâtre jouer d’étranges personnages, mais ce n’est pas peu de plaisir de sortir quelquefois de l’orchestre pour, d’un petit coin, comme inconnu, pouvoir goûter les gestes des acteurs18. En 1643, sans vivre des situations exactement communes, Poussin et Chantelou se trouvent à l’écart des principaux acteurs politiques de la France : Poussin parce que revenu à Rome, Chantelou parce que son parent, Sublet de Noyers, a été disgracié le 10 avril 1643, après la mort de Richelieu, survenue le 4 décembre 1642, mais avant la mort du roi Louis XIII le 14 mai 164319. Le 8 mars 1644, Poussin s’écrie : "Vous travaillez, comme d’autres vertueux Hercules, de purger le monde de tyrans, de larrons et de hideux monstres, dont notre pauvre France est toute misérablement infectée". Et le 8 avril 1644 : "Toutes vos actions étant conduites par le moyen de la raison, vous ne pouvez rien faire qui n’ait une fin vraiment vertueuse".

  • 20 Dans l’en-tête de la lettre.

8De même, aux yeux de Chantelou, Poussin est l’image même de la "vertu", de la force morale. Lorsque Chantelou connut Poussin, c’était un peintre célèbre, marié, réputé sage ; il ne l’a pas fréquenté au temps de sa jeunesse, lorsque le cavalier Marin s’exclamait : "Vedrete un giovane che a una furia di diavolo" ; il n’a pas connu ses premières années romaines. Ce qu’apprécie Chantelou, c’est le "successeur de Raphaël", mais aussi l’homme maître de lui, le stoïcien, capable de parler comme Sénèque ou Montaigne. Le 22 juin 1648, Poussin fait allusion à la vertu et à la sagesse "qu’il faut acquérir pour demeurer ferme et immobile aux efforts de cette folle aveugle [qu’est la Fortune]". Chantelou déclare que cette lettre est "d’une grande moralité"20. En revanche, le commentaire qu’il avait fait de la lettre sur "les modes" (du 24 novembre 1647) ne répondait pas aux preuves d’amitié données par Poussin : "Pourquoi", dit Poussin à la suite des reproches de Chantelou, "est-ce que j’ai employé tant de temps, tant couru deçà et delà, par chaud et par froid, pour vos autres services particuliers, si ce n’a été pour vous témoigner combien je vous honore ?" Chantelou trouve-t-il que ces propos ne sont pas bienséants ? Il ne semble ni touché, ni admiratif. Tout ce qu’il retient de cette lettre savante qui commence par une grande protestation d’amitié, c’est que Poussin a promis "de n’employer ses pinceaux pour personne qu’il n’ait achevé les 7 Sacrements" ; quant au texte sur les "modes", il le taxe de "grand discours".

  • 21 Lettre du 19 juin 1650 : le portrait "que je vous dédie est le meilleur et très bien resse (...)
  • 22 Lettre du 18 juin 1645. C’est Poussin qui utilise cette expression pour se qualifier. "Pou (...)
  • 23 C’est nous qui soulignons.
  • 24 BELLORI, FELIBIEN, PASSERI, SONDRART, Vies de Poussin, Paris, Macula, 1994, p. 85.
  • 25 Pour l’étude des autoportraits voir en particulier : L. MARIN, "Variations sur un portrait (...)

9Les années 1645-1649 permettent à Poussin de mieux connaître Chantelou. Avec ce génie particulier qui lui permettait de faire exister par le pinceau ce qu’il ne savait exprimer qu’imparfaitement par la plume, Poussin peint pour Chantelou cet autoportrait de 1650, "le plus ressemblant", dit-il21. Il est en effet, ce portrait, à la ressemblance du "vertueux connu de toute l’Europe"22. C’est un portrait qui transmet à l’ami, amateur de peinture, ce que l’ami attend du portrait : une image de l’amitié23. L’homme Poussin est statufié ; sur la toile vierge qui est derrière lui, il n’est plus qu’une ombre. Toute la communication s’incarne dans les bras tendus vers l’allégorie de la peinture ; "ce sont l’amour de cette peinture et l’amitié pour le dédicataire", dit Bellori24. L’autoportrait Pointel est autre chose. Ce n’est pas l’image de l’amitié, mais beaucoup plus le portrait d’un ami ; le regard du peintre se fait le complice du regard du spectateur25.

Les limites de l’amitié : la jalousie de "l’homme de goût"

10Les années 1645-1649 sont des années difficiles. L’amitié entre Poussin et Chantelou est mise à l’épreuve pour des raisons qui ne sont pas liées directement aux difficultés politiques du moment.

  • 26 Scarron, par l’intermédiaire de Chantelou, avait fait une commande à Poussin que celui-ci (...)
  • 27 Cf. lettre du 3 juillet 1645 : "Aujourd’hui je me suis informé à personnes fort entendues (...)
  • 28 Les "services particuliers” rendus à Chantelou sont d’autant plus amicaux que Poussin n’ai (...)
  • 29 Cf. la lettre du 18 juin 1645.

11Poussin doit répondre à des exigences de plus en plus grandes de Chantelou : recherches de bustes antiques, copies des oeuvres des grands peintres contemporains, commandes pour des amis que Poussin ne servirait pas s’ils n’étaient ainsi recommandés26. Chantelou va jusqu’à demander au "maître" de lui envoyer des gants et des savonnettes27 ! La postérité a été quelque peu choquée par ces courses "deçà delà", infligées au peintre aux dépens de sa création28. De son côté, Poussin quête auprès de Chantelou un appui pour régler ses affaires en France et, plus particulièrement, pour le cas de "sa maison des Tuileries". Chantelou est toujours prêt à le servir, mais la question est délicate et Poussin est d’une relative mauvaise foi29.

  • 30 Poussin avait promis de faire deux Sacrements par an (il le rappelle dans la lettre du 28  (...)
  • 31 Lettre du 11 décembre 1643.
  • 32 Paris, Musée du Louvre.
  • 33 Le Baptême a été terminé en 1646. Chantelou semble avoir exprimé sa déception dans la lett (...)
  • 34 L’Ordre est expédié à Paris le 19 août 1647. De nouveau, Chantelou fait part de son désapp (...)

12Dans ces conditions, les Sacrements ne sont pas achevés dans les limites prévues30. Poussin doit par ailleurs répondre à d’autres commandes. L’irritation, toujours policée, mais évidente, de Chantelou est alimentée par l’impression qu’après lui avoir livré L’Extrême-Onction (1644) et La Confirmation (1645), Poussin s’intéresse moins à lui qu’à d’autres commanditaires, voire à d’autres amis. Parmi ces amis, il y a Pointel. Dès 1643, Poussin fait allusion, dans une de ses lettres à Chantelou, à "Monsieur Pointel, mon bon ami et votre serviteur"31. Pointel, banquier ami de Poussin, ne possède pas encore d’oeuvre de lui. Le 3 juin 1647, Poussin signale que Pointel, venu séjourner à Rome, retourne en France : "Vous verrez bientôt à Paris un de vos affectionnés qui retourne d’ici. Il est de ces hérétiques qui croient que votre serviteur le Poussin a quelque talent en peinture qui n’est pas commun". Or, c’est en cette année 1647 que Poussin peint, pour Pointel, le Moïse sauvé des eaux32, peut-être commencé en sa présence, à Rome. La même année, Chantelou, déçu par le Baptême33, reçoit L’Ordre34, qu’il n’aime pas ; il envie le tableau de Pointel. Le 24 novembre 1647, Poussin lui écrit : "Si le tableau de Moïse trouvé dans les eaux du Nil, que possède Monsieur Pointel, vous a donné dans l’amour, est-ce un témoignage pour cela que je l’aie fait avec plus d’amour que les vôtres ? Voyez vous pas bien que c’est la nature du sujet qui est cause de cet effet [...] Pardonnez à ma liberté si je dis que vous vous êtes montré précipiteux dans le jugement que vous avez fait de mes ouvrages". Chantelou manque-t-il de jugement ?

  • 35 Op. cit., Gazette des Beaux-Arts, 1877, t. XVI, 2ème période, p. 174.
  • 36 Lettre du 22 décembre 1647.
  • 37 Lettre du 24 novembre 1647.

13Chantelou, qui passe pour un homme de goût, se plaît à rapporter ce propos du Bemin, en 1665 : "[...] il se mit à dire qu’il doutait qu’il y eût personne en France aussi intelligent en peinture et en architecture que moi, ni d’aussi bon goût"35. Sachant que c’était l’opinion commune, Poussin, pour consoler son ami, lui a dit la même chose en 1647 et, habilement, a même déclaré qu’il le croyait "plus intelligent en peinture" que Pointel36. Cependant, il lui a dit également : "[...] bien que vous soyez très intelligent en toute chose, je crains que la pratique de tant d’insensés et ignorants qui vous environnent, ne vous corrompe le jugement par leur contagion"37. Le 24 mars 1647, à propos du Baptême, il s’était déjà expliqué : "je ne suis point de ceux qui en chantant prennent toujours le même ton, et [...] je sais varier quand je veux". Fut-il compris de Chantelou qui, nous l’avons vu, ne fit qu’un très bref commentaire en tête de la lettre sur "les modes" ? L’accord était-il réel entre le "goût" de Chantelou et le génie de Poussin ? La jalousie aveuglait-elle l’ami ?

  • 38 Peint en 1648, peut-être achevé au début de 1649. Paris, Musée du Louvre.
  • 39 Paris, Musée du Louvre.
  • 40 BELLORI, op. cit., p. 102.
  • 41 Lettre du 22 décembre 1647.
  • 42 Lettre du 20 juin 1649.

14A vrai dire, Chantelou aurait pu être légitimement jaloux lorsque, ayant enfin terminé les Sacrements, Poussin peignit une de ses plus belles oeuvres, Eliezer et Rébecca38, pour Pointel pendant un séjour que son ami fit à Rome de mai 1647 à juin 1649. En 1649, c’est encore pour Pointel qu’est exécuté Le Jugement de Salomon39 ; d’après Bellori, Poussin aurait "témoigné de sa beauté en affirmant qu’elle était la meilleure de ses peintures40". Mais en 1648 et 1649 les événements liés à la Fronde donnent à Chantelou d’autres sujets d’inquiétude. Le 2 mai 1649, Poussin écrit : "Depuis la guerre parisienne jusques à maintenant je n’ai point eu [...] de vos nouvelles [...] Cela m’a mis en peine. Car je serais infiniment réjoui si vous n’avez point souffert durant tout ce fâcheux temps". La correspondance reprend peu après, avec ses malentendus. Le 8 octobre 1649, Poussin lui dit : "vous me faites des reproches qu’autrefois vous m’avez faits [...], mais cependant ne trouvez point mauvais si encore je fais part de mes ouvrages à quelqu’un de mes amis : tout ce qui va d’un côté n’est pas bien" et plus loin : "[...] les imaginations que vous avez de moi ne vous viennent que par intervalles". Poussin, qui commence à bien connaître, en Chantelou, cette "cruelle jalousie" qui lui "fait paraître une mouche grosse comme un éléphant"41, a bien soin, lorsqu’il répond à la commande d’un autoportrait de la part de ses deux amis, de prétendre accorder la préférence à Chantelou. "Je vous enverrai", dit-il, "celui qui réussira le mieux, mais il n’en faut rien dire, s’il vous plaît, pour ne point causer de jalousie42". Le 29 mai 1650, il écrit : "Monsieur Pointel aura celui que je lui ai promis en même temps, duquel vous n’aurez point de jalousie, car j’ai observé la promesse que je vous ai faite, ayant choisi le meilleur et le plus ressemblant pour vous : vous en verrez la différence vous-même".

  • 43 Cf. la lettre du 3 juillet 1650.
  • 44 Op. cit., Gazette des Beaux-Arts, 1877, t. XVI, 2ème période, p. 170, n. 3.

15Chantelou a-t-il compris les grands desseins de Poussin ? Ce n’est pas certain. Mais, bien que son plaisir n’ait pas été le même au reçu de chacun des Sacrements, il les confondit ensuite, semble-t-il, dans la même admiration, leur donnant en son hôtel parisien une place de choix, ainsi qu’à l’autoportrait43. Les visiteurs y venaient découvrir l’un après l’autre les Sacrements en soulevant le rideau qui les recouvrait. C’est ainsi que Le Bernin les vit en 1665 et dit à Chantelou : "Vous devez croire que vous possédez dans ces tableaux un joyau dont vous ne devez vous séparer pour aucune considération"44.

Vous "qui êtes mon refuge"

  • 45 Lettre du 8 octobre 1649.
  • 46 Id., ibid.
  • 47 Lettre du 19 décembre 1648.

16"Avec le temps et la paille se mûrissent les nèfles"45. L’amitié de Poussin et de Chantelou a mûri au gré des rencontres, des services rendus, des commandes, des oeuvres attendues. Au bout du long parcours que la relation épistolaire a rendu si vivant, donnant de l’éclat aux sentiments ou faisant apparaître les divergences, l’amitié a pu souffrir, mais l’affection a été consolidée. Après avoir essayé de se faire comprendre, mieux, de faire comprendre son oeuvre, sans y parvenir tout à fait, Poussin a retrouvé la sérénité ; les reproches aucunement ne "l’altèrent"46. Il reste sensible aux louanges, mais il mesure le tout à l’aune de l’affection que lui porte Chantelou : "L’honneur que vous me faites de m’aimer peut faire comme les lunettes qui font voir les choses plus grandes qu’elles ne sont"47.

  • 48 Cf. BELLORI, op. cit., p. 87.
  • 49 Anthony BLUNT, op. cit., p. 79.
  • 50 Lettre du 22 juin 1648.
  • 51 Cardiff, National Muséum of Wales,
  • 52 Liverpool, The Trustees of the National Museums and Galleries on Merseyside (Walker Art Ga (...)
  • 53 Francfort-sur-le-Main, Städelsches Kunstinstitut.
  • 54 Nicolas Poussin (1594-1665), Catalogue cité, p. 390.
  • 55 Lettre du 27 juin 1655.
  • 56 Ne peut-on songer à l’Eliezer et Rébecca de Pointel (1648) lorsque le 20 mars 1642 Poussin (...)
  • 57 Cf. la boutade concernant Scarron, compatriote de Chantelou, dans la lettre du 4 février 1 (...)

17Ce que Chantelou ne lui a pas donné, Poussin a pu le trouver auprès de ses amis artistes ou de quelques-uns de ses brillants commanditaires comme Cassiano dal Pozzo, comme le cardinal Massimi, qui vint en sa maison le visiter48. Au fur et à mesure que passent les années se précise la spécificité de la relation amicale entre Poussin et Chantelou. Ce qu’aime Poussin en Chantelou, c’est d’abord sa parfaite loyauté : on peut lui faire totalement confiance. Le peintre a pu s’exprimer sincèrement avec ses autres correspondants, peintres, commanditaires ou autres. Mais, si l’on en croit les lettres conservées, sa prudence lui commande la clarté dans l’expression, afin que de mauvaises interprétations ne puissent naître d’un texte ambigu. Ce n’est pas le cas avec Chantelou. A qui d’autre eût-il pu écrire, dès le 6 juin 1642 : "Si l’or, paradis des avares et enfer des prodigues, avait quelque peu du ressentiment qu’il ôte à qui plus en a, plus en voudrait avoir, [il] sentirait un plaisir démesuré, lorsqu’à ceux qui le tenaient pour faux, il apparaît au contraire, par la bonté du parangon, lequel, sur le front de soi-même, le découvre parfait en sa finesse" ? Il faut, pour le comprendre, connaître la situation, les envieux et la mauvaise impression que leurs propos ont pu produire aux dépens de Poussin auprès de ses protecteurs, puis la joie de l’honneur retrouvé. Les lecteurs de cette lettre sont déconcertés. On a voulu découvrir des sources antiques, ou bien des influences contemporaines, en particulier celle de Voiture. Anthony Blunt note : "On remarque combien Poussin est embarrassé quand il s’agit de tourner des phrases et d’écrire une épître un peu ’littéraire’"49. Or ce texte, confus à la première lecture, paraît être, à la seconde lecture, comme l’ébauche d’une peinture morale ; il fait penser aux propos que tiendra plus tard Poussin, après avoir terminé les Sacrements, en 1648 : "Je souhaiterais, s’il était possible, que ces Sept Sacrements fussent convertis en sept autres histoires, où fussent représentés vivement les plus étranges tours que la Fortune ait jamais joués aux hommes”50. Probablement en cette même année 1648, Poussin peignait le Paysage avec les funérailles de Phocion51 et le Paysage avec les cendres de Phocion52, oeuvres qui appartinrent au marchand de soie lyonnais Serisier (ou Cerisiers). Peu après, en 1651, Poussin peint pour Cassiano dal Pozzo le Paysage orageux avec Pyrame et Thisbé53. On a émis l’hypothèse que ces paysages et quelques autres seraient ces tableaux sur la Fortune que Poussin se proposait de réaliser54. Chantelou n’aurait-il pas eu, dès 1642, le privilège de recueillir les premières images, encore floues, d’une future création ? Poussin, qui a voulu transmettre à Chantelou le fruit de ses réflexions sur la peinture dans plusieurs de ses lettres – en particulier dans celle sur "les modes" ou dans celle sur "la diversité des talents"55 – n’a-t-il pas, continûment et sans y penser, fait l’hommage à son ami de quelques-unes de ses ébauches56 ? Ses boutades elles-mêmes ne font-elles pas mieux comprendre son oeuvre57 ?

  • 58 Cf. Jacques THUILLIER, Nicolas Poussin, p. 266-267.

18Cette manière libre de converser avec Chantelou permet à Poussin d’être plus naturel dans les propos bavards ou plaisants que dans les démonstrations d’amitié : la rhétorique du siècle ménageait la pudeur. En revanche, dans les dernières lettres, ce sont les peines et les souffrances qui donnent le ton, celui de la simplicité, voire de l’humilité. Poussin, de plus en plus, quête l’amitié de Chantelou et dit sa joie de recevoir ses lettres dans des termes de moins en moins convenus58. Le 16 novembre 1664, il demande l’aide de son ami : "Je m’assure sur l’expérience que j’ai de votre bonté que vous le ferez volontiers [le service demandé] comme vous avez fait de votre pauvre Poussin, en l’espace de vingt-cinq ans". Cet appel émouvant se trouve dans la lettre où Poussin annonce la mort de sa femme : elle "est morte quand j’avais plus besoin de son secours, m’ayant laissé chargé d’années, paralytique, plein d’infirmités de toutes sortes, étranger et sans amis (car en cette ville il ne s’en trouve point)".

19Il n’est pas indifférent que, privé de celle qui faisait de sa maison un abri et, malgré la famille, "un petit coin tranquille", Poussin se soit tourné vers celui qui, en l’espace de vingt-cinq ans, avait été essentiellement pour lui un soutien et un confident. Quelques mois plus tard, le 28 mars 1665, il lui écrivait : vous "qui êtes mon refuge". Associés dans la lettre du 16 novembre 1564, la modeste Anne-Marie Dughet et le mondain Paul Fréart de Chantelou ont donné à Poussin quelque chose de commun : un soutien fidèle. Bien que les lettres se soient espacées, Poussin a pu se confier à Chantelou sans fard à la fin de sa vie, car pendant des années une bienséante familiarité les avait unis.

  • 59 Anthony BLUNT, op. cit., p. 30-31. Jacques Thuillier, citant les lettres de 1662 et 1663, (...)

20Anthony Blunt a écrit : "Chantelou n’était peut-être pas d’une intelligence très vive"59. Chantelou eut, du moins, cette forme particulière d’intelligence qui lui permit de conserver et l’amitié de Poussin et l’expression épistolaire de cette amitié. Précieux legs, à travers lequel s’impose la forte présence de Poussin qui, mêlant le conforme et l’imprévu, le touchant et le coruscant, réussit, avec des mots, à rendre si vivante une longue affection.

Notes

1 Cf. Nicolas Poussin (1594-1665) par Pierre ROSENBERG pour les peintures et par Louis-Antoine PRAT et Pierre ROSENBERG pour les dessins, Catalogue de l’exposition, Galeries Nationales du Grand Palais, 27 septembre 1994 – 2 janvier 1995, Réunion des Musées Nationaux, Paris, 1994 ; Poussin par Jacques THUILLIER, Paris, Flammarion, 1994 ; Poussin par Alain MEROT, Paris, Hazan, 1990. On trouvera dans ces publications la bibliographie concernant Poussin.

2 Sublet de Noyers était le grand-oncle de Chantelou, le père de sa grand-mère maternelle. Paul Fréart de Chantelou avait deux frères : Jean (1604-1671) et Roland (1606-1676), l’auteur du Parallèle de l’architecture antique et de la moderne (1650) et de l’Idée de la perfection de la peinture démontrée par les principes de l’Art (1662). Cf. Henri CHARDON, Les frères Fréart de Chantelou, Le Mans, Monnoyer, 1867, et Deux érudits du Maine au XVIIe siècle, Roland et Paul Fréart de Chantelou et leur lien avec Rome, Mémoire de maîtrise sous la direction de Michèle Ménard, par Jérôme LOMBARD, Université du Maine, 1993.

3 Correspondance de Nicolas Poussin publiée d’après les originaux par Charles JOUANNY, coll. "Archives de l’art français”, Paris, Jean Schemit, 1911, 524 p. Les originaux des lettres adressées à Chantelou sont conservés à la Bibliothèque Nationale (ms. fr. 123 47). Le texte adopté ici est celui qu’a établi Anthony BLUNT dans Nicolas Poussin. Lettres et propos sur l’art, Paris, Hermann, 1989.

4 Pour les autres correspondants, cf. Charles JOUANNY, op. cit., et Jacques THUILLIER, Nicolas Poussin, Paris, Fayard, 1988.

5 Cf. la communication de M. O. BONFAIT : "Poussin lecteur de Poussin. Analyse d’un texte inédit", Séminaire du G.D.R. 712 (CNRS), 4 novembre 1994.

6 C’est nous qui soulignons.

7 Paul FRÉART DE CHANTELOU, Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, rééd. Paris, 1981.

8 Cité par Charles JOUANNY, op. cit., commentaire de la lettre du 28 mars 1665.

9 "’Journal de voyage du Cavalier Bernin en France’ par M. de CHANTELOU, manuscrit inédit publié par M. Ludovic Lalanne", Gazette des Beaux-Arts, année 1885, t. XXXII, 2ème période, p. 180.

10 Cf. Charles JOUANNY, op. cit., passim.

11 C’est nous qui soulignons.

12 Il s’agit de Cassiano dal Pozzo, pour qui Poussin a peint la première série des sept Sacrements. Le dernier en date, Le Baptême, a été achevé en 1642. Dès cette année 1642 Chantelou en voulut des copies. Poussin décida qu’il entreprendrait une nouvelle série.

13 La deuxième série des Sept Sacrements, propriété du duc de Sutherland, est conservée "en prêt” à Edimbourg, National Gallery of Scotland.

14 En tête de la lettre du 19 novembre 1644.

15 La Manne, Paris, Musée du Louvre. Cf. la lettre du 15 janvier 1639.

16 Son frère, Roland Fréart de Chambray, l’accompagna à Rome.

17 Op. cit., Gazette des Beaux-Arts, 1885, t. XXXII, 2ème période, p. 174.

18 Dans cette lettre, Poussin fait allusion à "deux personnages de vertueux, comme monsieur le vicomte de Turenne et monsieur Gassion".

19 Le 9 juin 1643, Poussin évoque "la mort du roi et la retraite de la Cour de Monseigneur" et déclare : "Nous n’avons rien en propre, nous tenons tout à louage”.

20 Dans l’en-tête de la lettre.

21 Lettre du 19 juin 1650 : le portrait "que je vous dédie est le meilleur et très bien ressemblant". Cette ressemblance est confirmée par Le Bemin, qui vit l’oeuvre chez Chantelou.

22 Lettre du 18 juin 1645. C’est Poussin qui utilise cette expression pour se qualifier. "Poussin emploie le mot vertu au sens de l’italien virtù, c’est-à-dire excellence dans les arts” (note d’Anthony BLUNT, op. cit., p. 116).

23 C’est nous qui soulignons.

24 BELLORI, FELIBIEN, PASSERI, SONDRART, Vies de Poussin, Paris, Macula, 1994, p. 85.

25 Pour l’étude des autoportraits voir en particulier : L. MARIN, "Variations sur un portrait absent : les autoportraits de Poussin (1649-1650)", Corps écrit, 5,1983, p. 37-107 ; E. CROPPER, "Painting and Possession : Poussin’s portrait for Chantelou and the Essais of Montaigne", Der Künstler über sich in seinem Werk, Actes du Colloque de la bibliothèque Hertziana (Rome 1989), Berlin, 1992, p. 485-509.

26 Scarron, par l’intermédiaire de Chantelou, avait fait une commande à Poussin que celui-ci mit plusieurs années à réaliser : le résultat en fut Le Ravissement de Saint Paul.

27 Cf. lettre du 3 juillet 1645 : "Aujourd’hui je me suis informé à personnes fort entendues en matière de gants, d’odeurs, de savonnettes et de tout ce que vous désirez que je vous envoie".

28 Les "services particuliers” rendus à Chantelou sont d’autant plus amicaux que Poussin n’aime pas beaucoup être distrait de ce qui le préoccupe essentiellement (cf. entre autres la lettre du 7 avril 1642).

29 Cf. la lettre du 18 juin 1645.

30 Poussin avait promis de faire deux Sacrements par an (il le rappelle dans la lettre du 28 mai 1645).

31 Lettre du 11 décembre 1643.

32 Paris, Musée du Louvre.

33 Le Baptême a été terminé en 1646. Chantelou semble avoir exprimé sa déception dans la lettre (perdue) du 27 mars 1647 à laquelle répond Poussin. Il faut néanmoins signaler qu’en 1662 le frère de Paul, Roland Fréart de Chambray, donne au Baptême une place de choix dans son Idée de la perfection de la peinture.

34 L’Ordre est expédié à Paris le 19 août 1647. De nouveau, Chantelou fait part de son désappointement.

35 Op. cit., Gazette des Beaux-Arts, 1877, t. XVI, 2ème période, p. 174.

36 Lettre du 22 décembre 1647.

37 Lettre du 24 novembre 1647.

38 Peint en 1648, peut-être achevé au début de 1649. Paris, Musée du Louvre.

39 Paris, Musée du Louvre.

40 BELLORI, op. cit., p. 102.

41 Lettre du 22 décembre 1647.

42 Lettre du 20 juin 1649.

43 Cf. la lettre du 3 juillet 1650.

44 Op. cit., Gazette des Beaux-Arts, 1877, t. XVI, 2ème période, p. 170, n. 3.

45 Lettre du 8 octobre 1649.

46 Id., ibid.

47 Lettre du 19 décembre 1648.

48 Cf. BELLORI, op. cit., p. 87.

49 Anthony BLUNT, op. cit., p. 79.

50 Lettre du 22 juin 1648.

51 Cardiff, National Muséum of Wales,

52 Liverpool, The Trustees of the National Museums and Galleries on Merseyside (Walker Art Gallery).

53 Francfort-sur-le-Main, Städelsches Kunstinstitut.

54 Nicolas Poussin (1594-1665), Catalogue cité, p. 390.

55 Lettre du 27 juin 1655.

56 Ne peut-on songer à l’Eliezer et Rébecca de Pointel (1648) lorsque le 20 mars 1642 Poussin écrit : "Les belles filles que vous avez vues à Nîmes ne vous auront, je m’assure, pas moins délecté l’esprit par la vue que les belles colonnes de la Maison Carrée, vu que celles ici ne sont que de vieilles copies de celles-là" ?

57 Cf. la boutade concernant Scarron, compatriote de Chantelou, dans la lettre du 4 février 1647 : "[...] il fait des merveilles, car il a le cul rond et fait des étrons carrés". Poussin n’aimait pas Scarron. Il déclare le 7 février 1649 : "J’ai trouvé la disposition d’un sujet bachique pour Monsieur Scarron". Or Poussin peignit pour Scarron le Ravissement de saint Paul (1650), qui est conservé à Paris au Musée du Louvre.

58 Cf. Jacques THUILLIER, Nicolas Poussin, p. 266-267.

59 Anthony BLUNT, op. cit., p. 30-31. Jacques Thuillier, citant les lettres de 1662 et 1663, dit qu’elles "permettent de concevoir la force de cette amitié, et combien le commerce avec cet homme jeune et intelligent [Chantelou], qui aimait et comprenait son art, fut indispensable à Poussin” (op. cit., p. 267).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search