Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Amitié et fidélité

Amitié et direction spirituelle au XVIIe siècle : la correspondance d’Edme Jolly et de Marie de Miramion

Thérèse Griguer

Texte intégral

  • 1 DANGEAU, Journal, éd. Feuillet de Conches, t. V, 1856.
  • 2 Mme de SEVIGNE : lettre à M. de Coulanges, 24 mars 1696, Correspondance, éd. Pléiade, tome 3, p. 89 (...)

1A la date du 24 mars 1696, Dangeau notait dans son Journal : "Madame de Miramion est morte à Paris. C’est une grande perte pour les pauvres à qui elle faisait beaucoup de bien : le Roi l’aidait beaucoup dans les bonnes œuvres qu’elle faisait et ne lui refusait jamais rien"1 et pour Madame de Sévigné, la mort de cette "mère de l’Eglise" était une "perte publique"2.

2Cette femme, autrefois célèbre, représente un itinéraire exemplaire de la promotion des femmes dans l’apostolat laïc. Les lettres de son directeur de conscience, Edme Jolly qui lui enjoignent de pratiquer obéissance et humilité, témoignent également d’une attention sévère et amicale.

  • 3 Voir la thèse de Linda TIMMERMANS, L’accès des femmes à la culture : 1598-1715. Paris, Honoré Champ (...)
  • 4 Robert SAUZET, Présence Rénovée du catholicisme, in Histoire des catholiques en France, Hachette, 1 (...)

3Le rôle joué par le Renouveau catholique, dans l’attention portée à la spiritualité féminine, est aujourd’hui bien connu3. Nombreux sont les ouvrages de l’époque s’adressant aux femmes pour les guider dans leur vie, leur spiritualité. Comme l’écrit Robert Sauzet : "C’est surtout dans la noblesse et dans la bourgeoisie que s’accomplit la promotion de la femme constituée par la prodigieuse floraison des couvents de religieuses ou la participation des Dames de la Charité à l’œuvre de Monsieur Vincent"4.

  • 5 Daniel DESSERT, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Fayard 1982.

4Madame de Miramion est née le 2 novembre 1629 à Tours. Elle appartient à une famille de notables locaux. Son bisaïeul fut procureur au Présidial de Tours et à ce titre anobli, en 1604. La thèse Argent, pouvoir et société au Grand Siècle de Daniel Dessert5 met en lumière la personne de Thomas Bonneau, oncle de Madame de Miramion, "l’un des plus beaux représentants de la finance des pays de Loire. Il se trouve au centre de toute une nébuleuse de familles financières, parmi les plus importantes du royaume". Marchand en gros à ses débuts, il devint conseiller d’Etat. Il reste fermier général jusqu’à sa mort en 1662 : "Il fut l’un des plus sûrs soutiens de la cause royale pendant la Fronde pour ce qui concerne les fermes générales". Il épousa Anne Pallu, fille d’un maire de Tours, ce qui renforça ses liens avec le patriciat urbain.

5Il fut secondé dans ses affaires par son frère, Jacques, seigneur de Rubelles, "conseiller et secrétaire du Roi". A la mort de sa femme, Marie d’Ivry, celui-ci quitta Tours pour vivre avec sa fille Marie, alors âgée de 10 ans, la future Madame de Miramion, chez son frère et sa belle-sœur à Paris et s’enrichit dans le commerce.

  • 6 Mémoire pour servir à la vie de Madame de Miramion, Bibliothèque Mazarine, ms 2489, 185 folios. D’a (...)

6Marie de Miramion est donc issue du milieu dévot tourangeau -ultra catholique-, de noblesse récente, établi à Paris. Ce milieu fait alliance avec la noblesse de robe. Marie Bonneau épouse le 27 avril 1645, Jean-Jacques de Beauharnais, chevalier, seigneur de Miramion, conseiller d’Etat et contrôleur général de l’extraordinaire des guerres et de la cavalerie légère. Il meurt en 1652. De ce mariage naquit une fille qui épousa en 1660, Guillaume de Nesmond, seigneur de Saint Dizan, président à mortier au Parlement de Paris. Il est apparenté à Pontchartrain, président de la Chambre des Comptes. Le biographe de Marie de Miramion indique : "Elle était résolue à ne point marier sa fille à un noble d’épée"6.

7Un des épisodes de la vie de Marie de Miramion est digne d’une héroïne de roman d’aventures. Le 7 août 1649, alors qu’elle se rendait en pèlerinage au Mont Valérien, accompagnée de sa belle-mère, elle fut enlevée par les hommes du comte Bussy-Rabutin.

8Cet événement fut raconté par divers contemporains : Tallemant des Réaux, le Cardinal de Retz, Marguerite de Nesmond et Bussy-Rabutin lui-même.

  • 7 TALLEMANT DES REAUX, Historiettes, édition établie par A. Adam, Pléiade, t. 2, p. 749 et 750 et not (...)
  • 8 Mémoire pour servir à la vie de Madame de Miramion, op.cit.

9Sur les conseils du confesseur de Marie de Miramion, Bussy, endetté, avait projeté de l’épouser. C’était en effet une riche veuve. Tallemant des Réaux qui précise qu’elle était alors "comme accordée à Caumartin", ajoute "sa fille aura 400.000 écus de biens"7. De cet épisode, Bussy, qui l’attendait au château de Launay, près de Sens, dira : "On m’avait dit que c’était un mouton et je la trouve un lion". Devant la résistance de la jeune veuve qui avait réussi à ameuter ses frères à son secours, il renonça. Dans ses Mémoires, Marguerite de Nesmond note : "Elle fut avertie qu’on la voulait enlever mais elle n’écouta cela que comme un discours de plaisanterie parce qu’elle ne croyait pas qu’on enlevait personne sans son consentement, mais l’expérience lui fit voir le contraire"8. Pendant deux ans, elle poursuivit en justice Bussy-Rabutin puis pardonna et abandonna son action en justice. Lorsque trente six ans plus tard, Bussy impliqué dans une affaire, lui demanda de ne pas communiquer à la justice, leur ancien différend, elle répondit qu’elle avait brûlé les papiers. "Ce qu’elle a pardonné une fois, elle le pardonne toujours."

10L’originalité de la spiritualité au XVIIe siècle "fut d’enseigner la dévotion aux personnes vivant dans le monde". Selon l’esprit du salésianisme, chacun peut se sanctifier dans sa condition en accomplissant ses devoirs où il est appelé. Jeune et riche veuve, Marie de Miramion illustre la promotion des femmes par l’apostolat laïc. Renonçant à épouser Caumartin, elle se consacra à l’éducation de sa fille et à la fondation d’œuvres éducatives et caritatives.

11Alors qu’elle se vouait à l’éducation de sa fillette, elle créa la Sainte Enfance. Elle loua une maison où elle recueillit vingt petites orphelines. Elle y établit des maîtresses qui sous sa direction, leur apprirent à travailler afin de gagner leur vie. Elle pourvut à l’entretien de cet établissement jusqu’au mariage de sa fille.

12Vers 1660-1661, elle fonda deux refuges pour les prostituées : la Pitié où furent logées celles que l’autorité faisait enfermer de force pour sauvegarder la morale publique et Sainte Pélagie pour celles qui lassées de leur ancienne vie, demandaient elles-mêmes à s’y retirer.

  • 9 A. DODIN, Les filles de Sainte-Geneviève, in D.H.G.E t. 17, p. 45-8.

13Madame de Miramion a si fortement influencé les Filles de Sainte Geneviève qu’on les dénommera également Miramionnes. Elle n’en fut pourtant pas la fondatrice. En 1620, Bourdoise avait chargé ses collaborateurs de diriger des petites écoles qui n’étaient pas mixtes. Aussi l’instruction des petites filles n’était pas assurée. En 1636, Mademoiselle du Blosset, d’origine nivemaise, qui auparavant a essayé une vie religieuse au Couvent des Bénédictines de Montmartre, reçoit quelques filles qu’elle place sous la protection de la Sainte Vierge et qu’elle appelle Filles de Sainte Geneviève. En 1650, Bourdoise rédige leur règle de vie. C’est une communauté libre. Les filles de Sainte Geneviève prononcent des vœux simples de chasteté, obéissance et pauvreté. En 1662, Madame de Miramion réunit en une seule communauté les Filles de la Sainte-Famille et les Filles de Sainte Geneviève9.

  • 10 Linda TIMMERMANS, op. cit., p. 470,472.

14"Dans un siècle aussi traversé par les problèmes religieux, la question de l’instruction chrétienne des femmes ne peut-être que capitale." Dans sa thèse Linda Timmermans note la nécessité pour le "sexe infirme d’être conduit", "pour la nature féminine d’être redressée"10.

  • 11 Correspondance d’Edme Jolly à Marie de Miramion, Bibliothèque Mazarine, Ms 1216, 1217, 1218, 1219.

15François de Sales attachait une grande importance à la direction de conscience. En témoigne le premier des conseils qu’il prodigue à Philothée : "Voulez-vous à bon escient vous acheminer à la dévotion ? Cherchez quelque homme de bien qui vous guide et conduise". Son exemple fut suivi par de nombreux ecclésiastiques. Ainsi Edme Jolly, dernier directeur de conscience de Marie de Miramion. Illustrations de dix-sept années de direction spirituelle, trois cent onze lettres adressées par lui à Marie de Miramion, sont conservées à la Bibliothèque Mazarine11. Quand il prend la conduite de sa vie spirituelle, elle a été dirigée successivement par le Père de la Barre, jésuite, et par deux prêtres, les Pères du Festel et Féret. Cette correspondance révèle le caractère impétueux de Jolly, mais qui est-il ? Il est né à Doué, en Brie, le 24 octobre 1622 ; son père fut procureur fiscal et administrateur de la terre de la seigneurie de Doué. Il entra en 1646 à la Congrégation de la Mission. Les "Lazaristes" avaient été fondés, en 1625, par Vincent de Paul dans le but d’organiser des missions dans les campagnes abandonnées, d’y fonder et diriger des séminaires. Ils apportaient aussi un secours spirituel aux galériens et aux chrétiens mis en esclavage. En 1649, Jolly fut ordonné prêtre après dix-huit mois de séminaire à Saint-Lazare. Vincent de Paul lui confia, en 1654, la direction du séminaire de Saint-Lazare, en 1655, celle de la maison de Rome. Il est élu supérieur de la Congrégation en 1673 : c’est le troisième supérieur depuis Vincent de Paul. Pendant son généralat, la Congrégation connut beaucoup d’extension. La correspondance entre Jolly et Marie de Miramion révèle que par ses relations et par sa fortune, Marie de Miramion est associée à cette action.

  • 12 Correspondance d’Edme Jolly, op. cit. La correspondance ne permet pas de préciser ce que fut "cette (...)
  • 13 Correspondance d’Edme Jolly à Marie de Miramion, Ms 1218, lettre du 21 juillet 1679.

16Les thèmes principaux de cette direction spirituelle telle qu’elle se reflète dans ces lettres, sont une admonestation sans cesse renouvelée à l’humilité et à l’obéissance. Ainsi Jolly écrivait-il à sa dirigée : "Ce qui vous est arrivé en cette rencontre montre que vous avez besoin de travailler tout de bon à la mortification de votre propre volonté et à la soumission de votre propre jugement car le peu de conformité à la volonté de Dieu qui a paru en vous à cette occasion et à quelque autre, provient de ce défaut. Ne nous trompons point la perfection ne consiste pas dans les seuls sentiments de dévotion mais elle est dans l’accomplissement de la volonté de Dieu"12. La même sévérité se lit à de nombreuses reprises, telle la petite leçon d’humilité incluse dans les lignes suivantes : "Un de vos serviteurs, Madame, observa hier lorsque vous descendiez du parloir que votre laquais s’était présenté, vous lui dites de se retirer et il était à propos d’en user ainsi car il ne devait pas entendre ce qui se disait mais la manière en laquelle vous le dites parut vraiment d’une dame du monde et non pas ce me semble d’une petite servante de celui qui a protesté qu’il n’était pas venu au monde pour être servi mais pour servir"13.

17Il emprunte à Vincent de Paul la métaphore de la barque pour la mener à l’obéissance. Vincent de Paul exhortait : "Laissons Dieu conduire notre petite barque, il la gardera du naufrage." Jolly consacre de nombreux développements à ce thème ; ainsi : "Puisque Dieu nous donne tant d’attraits, Madame pour la vertu de l’obéissance qui est l’assurance dans le péril, une navigation sûre et la véritable voye du salut".

  • 14 V. MELLINGHOFF-BOURGERIE, "La tradition épistolaire de Jean d’Avila et Saint Jérôme dans les lettre (...)

18A travers cette reprise de la métaphore de la barque, se pose la question du "modèle" de la lettre de direction. Reprenant les travaux d’Henri Brémond et de Sœur Francis Louise l’Espérance, V. Mellinghoff-Bourgerie14, rappelle que "François de Sales n’est pas le premier dans la France tridentine à découvrir la vie dévote, ni le seul à établir le genre de la lettre de direction spirituelle. Deux de ses précurseurs, maîtres de l’épistolarité spirituelle furent Jean d’Avila et Saint Jérôme". Mais ainsi que le suggère la conclusion de cette étude, l’intérêt de ces correspondances ne peut se réduire à l’établissement de modèles. "Dans cette lettre (de François de Sales à Jeanne de Chantal) la sincérité d’une affection qui se dissimule sous le flot verbal de la rhétorique pieuse est bien, semble-t-il, dans la ligne épistolaire de Saint-Jérôme".

  • 15 Cf. thèse de Linda TIMMERMANS déjà citée, p. 478.

19Les dix sept années qu’a duré la direction spirituelle de Marie de Miramion par Edme Jolly, l’ont ancrée dans le temps. Les analyses d’Alphonse Dupront et de Michel de Certeau -à propos du "commerce hétéro-sexuel" que représente la direction de conscience- permettent de mieux appréhender cet échange. De fait, au XVIIe siècle15 la conduite des âmes féminines, suscite "le souci constant du péril qu’il y a de converser et hanter trop familièrement avec femme". Ainsi, Madame de Sévigné ne veut pas ressembler à ces femmes qui se comportent avec leur directeur comme avec un galant. Elle désire être dirigée par un homme qui mène un vie véritablement religieuse. Edme Jolly et Marie de Miramion, quant à eux, échangèrent une correspondance abondante et se rencontrèrent fréquemment, ainsi qu’en témoigne cette correspondance elle-même.

  • 16 Correspondance d’Edme Jolly à Marie de Miramion, Ms 1218, lettre du 7 avril 1678.
  • 17 Correspondance d’Edme Jolly à Marie de Miramion, Ms 1218, lettre du 31 may 1682.

20L’amitié attentive de Jolly se lit dans l’étroite association de Marie de Miramion à ses "affaires", particulièrement "la Mission", dans les soucis répétés pour la santé de sa dirigée et certains échanges spirituels. Il lui écrivait "Je dois commencer par vous dire derechef que j’ai grand sujet d’appréhender de n’avoir pas assez de lumière pour votre conduite parce que votre grâce est grande et il ne faut pas que par ma faute vous la receviez en vain. Néanmoins puisque par l’ordre de Dieu et non par mon choix, je suis obligé de vous répondre, je le supplie qu’il guide ma main"16. Directeur de conscience très soucieux de ses responsabilités spirituelles, il apparaît, suivant une de ses formulations toujours fidèle à ses images nautiques, tel "un pilote qui conduit un navire chargé de riches marchandises appréhende les escueils, les vents contraires et tout ce qui peut l’empescher d’arriver à bon port ; si on craint pour des biens temporels et passagers, beaucoup plus doit on craindre pour la perte des biens spirituels dans lesquels est après Dieu votre espérance pour la vie éternelle"17.

  • 18 Martin de BARCOS, Correspondance..., établie par Lucien Goldmann. PUF, 1956 : lettre du 17 janvier  (...)

21Jolly est un homme sévère, sa plume est austère, aussi l’amitié ne lui inspire pas les mots magnifiques adressés par Martin de Barcos, abbé de Saint Cyran à la Mère Angélique Arnaud, l’assurant de "l’affection immuable qui me lie à vous pour ce temps mais pour l’éternité comme je l’espère et qui est appuyé sur des fondements si fermes que toutes les rencontres du monde ne sont pas capables de l’étrangler"18.

22Peut-être ses sentiments à l’égard de sa dirigée n’ont-ils pas l’intensité de ceux de Barcos à l’égard de la réformatrice de Port-Royal.

  • 19 J. N. VUARNET, Extases féminines, Arthaud, 1980.
  • 20 Texte cité par Michel de CERTEAU, in Etudes Carmélitaines consacrées à Jean-Joseph Surin, 1968.

23L’échange qu’a constitué cette direction, a inspiré une relation amicale, fort distincte de la fascination que certaines mystiques ont inspiré à leur guide spirituel. J.N. Vuarnet19 a écrit à ce sujet : "Toutes les femmes extatiques s’adressent de façon privilégiée à une personne de l’autre sexe et suscitent également de façon privilégiée, la fascination des hommes". Ainsi Jean-Joseph Surin a-t-il manifesté à plusieurs reprises l’attachement qui le liait à Jeanne des Anges. Il écrivit qu’elle était "la seule personne avec laquelle il sent la confiance de dire le fond de sa pensée"20.

24Paradoxe apparent de cette direction de conscience et de la vie de Madame de Miramion, les œuvres lui ont assuré une "promotion", dont la résonance sociale est grande. Le souci constant de Jolly est de rappeler sa dirigée à l’obéissance et à l’humilité. Par les différents aspects de sa vie et de sa spiritualité, Marie de Miramion est représentative de la réalisation de soi par la dévotion, caractéristique de nombre de femmes du XVIIe siècle.

Notes

1 DANGEAU, Journal, éd. Feuillet de Conches, t. V, 1856.

2 Mme de SEVIGNE : lettre à M. de Coulanges, 24 mars 1696, Correspondance, éd. Pléiade, tome 3, p. 899.

3 Voir la thèse de Linda TIMMERMANS, L’accès des femmes à la culture : 1598-1715. Paris, Honoré Champion, 1993.

4 Robert SAUZET, Présence Rénovée du catholicisme, in Histoire des catholiques en France, Hachette, 1982, p. 138-139.

5 Daniel DESSERT, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Fayard 1982.

6 Mémoire pour servir à la vie de Madame de Miramion, Bibliothèque Mazarine, ms 2489, 185 folios. D’après la critique interne du document, l’auteur en serait sa fille, Marguerite de Nesmond.

7 TALLEMANT DES REAUX, Historiettes, édition établie par A. Adam, Pléiade, t. 2, p. 749 et 750 et notes 1498 et suivantes.

8 Mémoire pour servir à la vie de Madame de Miramion, op.cit.

9 A. DODIN, Les filles de Sainte-Geneviève, in D.H.G.E t. 17, p. 45-8.

10 Linda TIMMERMANS, op. cit., p. 470,472.

11 Correspondance d’Edme Jolly à Marie de Miramion, Bibliothèque Mazarine, Ms 1216, 1217, 1218, 1219.

12 Correspondance d’Edme Jolly, op. cit. La correspondance ne permet pas de préciser ce que fut "cette rencontre".

13 Correspondance d’Edme Jolly à Marie de Miramion, Ms 1218, lettre du 21 juillet 1679.

14 V. MELLINGHOFF-BOURGERIE, "La tradition épistolaire de Jean d’Avila et Saint Jérôme dans les lettres de François de Sales", in L’Uni-divers salésien, Actes du Colloque international de Metz, 17-
18 septembre 1992, dir. H. Bordes et J. Hennequin.

15 Cf. thèse de Linda TIMMERMANS déjà citée, p. 478.

16 Correspondance d’Edme Jolly à Marie de Miramion, Ms 1218, lettre du 7 avril 1678.

17 Correspondance d’Edme Jolly à Marie de Miramion, Ms 1218, lettre du 31 may 1682.

18 Martin de BARCOS, Correspondance..., établie par Lucien Goldmann. PUF, 1956 : lettre du 17 janvier 1645.

19 J. N. VUARNET, Extases féminines, Arthaud, 1980.

20 Texte cité par Michel de CERTEAU, in Etudes Carmélitaines consacrées à Jean-Joseph Surin, 1968.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search