Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Amitié et fidélité

La Boétie et Montaigne : histoire d’une rencontre

Anne-Marie Cocula

Texte intégral

1Montaigne décrit ainsi dans le chapitre de l’Amitié le moment tant attendu et providentiel de leur rencontre : "Nous nous cherchions avant que de nous estre veus, et par des rapports que nous oyions l’un de l’autre, qui faisoient en nostre affection plus d’effort que ne porte la raison des rapports, je croy par quelque ordonnance du ciel ; nous nous embrassions par noz noms. Et à nostre première rencontre, qui fut par hazard en une grande feste et compagnie de ville, nous nous trouvasmes si prins, si cognus, si obligez entre nous, que rien dès lors ne nous fut si proche que l’un à l’autre" (Essais, liv. I. chap. XXVIII). Pourtant, rien de plus banal que cette première occasion de se voir pour deux jeunes conseillers du parlement de Bordeaux, obligés d’assister avec leurs collègues à des fêtes solennelles, aux allures de cérémonie, où leur seule présence marque leur autorité sur les jurats, sans doute maîtres de céans en cette compagnie de ville. C’est Montaigne qui est allé vers La Boétie, poussé par la curiosité de connaître l’auteur du Discours de la Servitude volontaire et d’identifier le visage de celui dont il ne connaît que le nom. La Boétie n’a pas les mêmes raisons de s’intéresser à ce nouveau venu. A moins que, par solidarité périgourdine, il n’ait voulu lui apporter officiellement son soutien. Montaigne n’est-il pas entré sur la pointe des pieds dans un parlement qui n’a pas envie d’accueillir les anciens conseillers de la cour des Aides de Périgueux dont il faisait partie ? Etonnant chassé-croisé de deux destinées qui se rapprochent enfin : La Boétie, le Sarladais, est mieux en cour au parlement de Bordeaux que Montaigne, le Bordelais, obligé de patienter pour mériter d’y siéger.

  • 1 Denise BEGE-SEURIN, La Cour des Aides de Périgueux, 1553-1561, Sarlat et le Périgord, actes du XXXI (...)

2Car le moment de leur rencontre est contemporain de la suppression de la cour des Aides de Périgueux, en 15571. Créée en 1553, confirmée en 1554, elle n’a pas résisté à l’assaut conjugué de ses rivales de Paris et de Montpellier, cramponnées aux territoires où s’exerçait jusqu’alors leur prérogative fiscale et judiciaire. La cour de Montpellier, la plus acharnée, a multiplié les protestations auprès du roi et récupéré dans son ressort la partie orientale de la Guyenne, dès novembre 1556. Soit deux années seulement après l’installation en grande pompe de la cour périgourdine en présence du président de Carle, futur beau-père de La Boétie, venu pour la circonstance représenter le parlement de Bordeaux. D’emblée, toutes les places de conseillers ont trouvé preneurs parmi les notables périgourdins, bien heureux de trouver à proximité de chez eux des charges honorifiques et lucratives dont les gages étaient même supérieurs à ceux des membres du parlement de Bordeaux. De quoi attirer de belles candidatures et attiser de solides rivalités avec les Bordelais ! Parmi ces heureux bénéficiaires se trouve le père de Montaigne. Il n’était plus question pour lui de faire carrière, mais d’offrir un tremplin à celle de son fils en résignant en sa faveur son office périgourdin au moment où débute, en 1554 , sa charge de maire de Bordeaux. Son calcul était judicieux puisque les officiers de l’ex-cour des Aides de Périgueux devaient être incorporés au parlement de Bordeaux dans les diverses chambres de la cour avec le titre de conseiller et le bénéfice de leurs anciens gages...

3Le plus difficile restait à faire pour les Périgourdins transférés à Bordeaux : être acceptés par leurs nouveaux collègues, encore plus hostiles qu’auparavant devant cette "crue" de seize officiers, mieux payés qu’eux et moins importants... Dans chaque camp, on a fourbi les armes. Les Périgourdins ont le soutien du roi qui leur a permis d’intégrer collectivement le parlement de Bordeaux et de continuer, provisoirement, à assurer les fonctions de conseillers de la cour des Aides. Les Bordelais détiennent entre leurs mains la réglementation tatillonne des modalités pratiques de l’installation de collègues jugés indésirables et qu’ils souhaitent voir répartis dans tous les parlements du royaume. Leur expérience des "crues" précédentes leur a appris comment faire traîner les choses en longueur. Ils savent discuter à l’infini du rang à accorder, en leur sein, au premier président de la cour des Aides ou s’inquiéter longuement des règles de préséance lors des réceptions officielles ou des sessions communes, sans oublier l’épineux problème de l’attribution de salles d’audience aux nouveaux venus qu’ils logent, comme par hasard, dans les locaux les plus proches de ceux du présidial. Cette guerre d’usure, traversée d’incidents et jalonnée de mesquineries, de doléances et de remontrances, se poursuit jusqu’à la promulgation d’un édit royal qui supprime l’existence même de la cour des Aides, tout en maintenant ses ex-conseillers au sein du parlement.

4Dans ces conditions, l’accueil et l’amitié de La Boétie n’en étaient que plus précieux pour Montaigne. Ces circonstances bien particulières et sûrement déconcertantes pour un nouveau venu dans la carrière, font qu’il n’a pu oublier l’année de leur rencontre. Aussi ne se trompe-t-il pas de date quand il l’évoque, même s’il préfère rester approximatif afin d’en conserver pour lui tout seul l’exact souvenir, heureux et douloureux : "... car nostre accointance ne print commencement qu’environ six ans avant sa mort...” (Advertissement au lecteur, août 1570). Ce constat de brève durée d’une amitié brisée fait de la date de la mort de La Boétie, le 18 août 1563, une borne immuable au-delà de laquelle commence la solitude de celui qui a continué de vivre : Montaigne. Pareille souffrance, née de la séparation, a été épargnée à La Boétie puisque Montaigne est à ses côtés durant les derniers jours de son agonie.

  • 2 Oeuvres complètes d’Estienne de La Boétie, édition présentée par Louis Desgraves, Bordeaux 1991,
    t. (...)
  • 3 MONTAIGNE, Oeuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, 1985, p. 1352.

5Est-ce la prémonition du peu de temps qui leur est compté ou la compensation du temps perdu à ne pas s’être plus tôt rencontrés qui les engagent l’un et l’autre à louer la précocité de la plénitude de leur amitié ? La Boétie a chanté en vers latins, dédiés à Montaigne, cette audace d’une amitié subite, affranchie de convenances dictées par le temps : "La plus grande partie des prudents et des sages est méfiante et n’a foi à une amitié qu’après que l’âge l’a confirmée et que le temps l’a soumise à mille épreuves. Mais, nous, l’amitié qui nous lie n’est que d’un peu plus d’une année, et elle est arrivée à son comble : elle n’a rien laissé à ajouter. Est-ce une imprudence ? Personne du moins ne l’oserait dire, et il n’est sage ni morose qui nous connaissant tous deux, et nos goûts et nos mœurs, aille s’enquérir de la date de cette alliance, et qui n’applaudisse de bon cœur à une si parfaite union. Et je ne crains point que nos neveux refusent un jour inscrire nos noms (si toutefois le destin nous prête vie) sur la liste des amis célèbres..."2. A cette date, Montaigne a-t-il déjà écrit sur leur amitié à peine éclose et déjà épanouie ? N’est-ce pas La Boétie qui, avec des années d’avance sur la composition du chapitre de l’Amitié, dans les Essais, a le premier célébré son entente avec Montaigne, à la manière des poètes antiques qui ont chanté la rencontre d’amis inséparables ? Sur son lit de mort, Montaigne lui prête d’ultimes paroles qui rappellent et scellent leur première alliance : "Mon frère, dit-il, que j’ayme si cherement et que j’avois choisy parmy tant d’hommes, pour renouveller avec vous ceste vertueuse et sincere amitié, de laquelle l’usage est par les vices dés si long temps esloigné d’entre nous, qu’il n’en reste que quelques vieilles traces en la memoire de l’antiquité..."3.

6"... Que j’avois choisy parmi tant d’hommes" : tout l’honneur de cette élection est pour Montaigne, non pour La Boétie. Ce n’est pas lui qui vient en second, comme aujourd’hui, dans l’énumération de leurs noms. Il n’est pas l’ami de Montaigne, c’est Montaigne qui est son ami : la distinction n’est pas subtile, elle est essentielle. Comment les témoins de leurs années d’amitié auraient-ils pu les associer différemment ? A vingt sept ans, La Boétie a accompli un bien plus beau parcours que Montaigne, de trois ans son cadet. Connu et reconnu pour la composition du Discours de la Servitude volontaire, dont le manuscrit circule au sein de la République des Lettres, admis dans une grande famille d’humanistes depuis son mariage avec Marguerite de Carle, en 1554, il est déjà à Bordeaux un conseiller bien installé au moment de sa rencontre avec Montaigne. Entre eux deux se retrouve toute la distance qui sépare, à Bordeaux, les familles des parlementaires de celles dont les membres se sont faits un nom dans la jurade, comme les Eyquem, même si le père de Montaigne est élu maire de Bordeaux l’année où La Boétie entre au parlement. Dans le chapitre de l’Amitié, Montaigne fait de lui-même cette constatation : "J’estois desjà si fait et si accoustumé à estre deuxiesme par tout, qu’il me semble n’estre plus qu’à demy ".

7Cette amitié, vouée à la déchirure par la disparition de La Boétie et à l’éternité par l’écriture de Montaigne, comment la vivent-ils au jour le jour ? Montaigne est avare de confidences à ce sujet, sauf dans la longue lettre qu’il écrit à son père pour lui relater la maladie et la mort de son ami. Moment d’abandon et de résignation où quelques détails révèlent le quotidien de leur amitié. Il est fait d’allers et venues dans les rues de Bordeaux avec pour lieu principal de rendez-vous le palais de l’Ombrière où ils travaillent l’un et l’autre. Il est jalonné de repas pris en commun à l’issue d’une séance au parlement, ou d’invitations en bonne et due forme transmises par des messagers qui vont les porter d’un domicile à l’autre, de la rue de Rostaing à la rue du Mirail, toutes deux à proximité du collège de Guyenne où Montaigne a fait ses études. Quel est le rôle de Marguerite durant les dîners privés où elle accueille Montaigne chez elle ? Participe-t-elle à la conversation ou se contente-t-elle d’écouter sans l’interrompre le dialogue de Montaigne et de son mari ? A la belle saison, entre la fenaison et les vendanges, les invitations se font dans leurs maisons des champs : à Arsac, en Médoc, sur les terres de Marguerite, et, en Périgord, au château de Montaigne.

8Pour La Boétie, le château du père de son ami est une halte obligée qui ne le détourne que de quelques lieux sur le grand chemin de Bordeaux à Sarlat, le long de la vallée de la Dordogne. Combien de fois a-t-il parcouru à cheval l’allée qui conduit jusqu’à l’enceinte du château et franchit le porche sous la surveillance de la tour d’angle, alors en construction ? C’est là que Montaigne installera sa librairie dans les premières années de sa retraite solennelle du parlement, à partir de 1571 . Aussi La Boétie n’a-t-il jamais gravi les marches de l’étroit escalier en colimaçon qui mène à cette retraite monacale et à ce paradis de livres. Il meurt sans avoir connu l’aménagement de ce lieu de lecture, d’écriture et de méditation, à la fois modeste et ambitieux, tout entier voué à sa mémoire . Et Montaigne n’est pas encore maître chez lui : son père, Pierre Eyquem, est bien trop soucieux de sa qualité de gentilhomme et de sa responsabilité de chef de famille pour confier à l’un de ses fils la gestion de la seigneurie acquise par son grand-père Ramon et devenue pour lui le lieu où s’épanouit sa vocation de bâtisseur.

9C’est seulement en sa qualité de fils aîné du maître de céans que Montaigne vient à la rencontre de La Boétie. Ensemble, quand il fait beau, ils font le détour par la terrasse qui domine les coteaux boisés du pays de Gurson. Le reste du temps, ils se fraient un passage dans la cour encombrée d’animaux domestiques, et gagnent la grande salle où ils s’assoient à proximité de la haute cheminée aux armes des Eyquem. Au même endroit, plus de vingt ans après, et, à deux reprises, en 1584 et 1587, Montaigne reçoit Henri de Navarre, le futur Henri IV, pour lui parler de Bordeaux, de la Guyenne et de la France, le royaume auquel il le sait destiné. En pleine écriture des Essais et au milieu des guerres civiles, Montaigne n’a pas oublié ces courts moments de bonheur dans la demeure familiale. Lui qui aimait tant monter à cheval, avant les premières atteintes du mal de la gravelle, a-t-il pris le temps de galoper jusqu’à Sarlat en compagnie de La Boétie ? A-t-il visité avec lui l’hôtel familial, le grand chantier encore inachevé de la cathédrale et s’est-il recueilli au pied de la lanterne des morts ?

10Car la durée trop brève de leur amitié se réduit comme une peau de chagrin quand on additionne les longues absences qui les éloignent l’un de l’autre. Dès l’été 1559, Montaigne quitte Bordeaux au moins pour une année. Il en profite pour se rendre à Paris et suivre jusqu’à Bar-le-Duc les courtisans du jeune François II qui conduit vers son nouveau duché sa sœur, Claude de France, récemment mariée au duc de Lorraine. Au retour, il a dû s’attarder à Toulouse pour revoir son ancien professeur, Jean de Coras, alors juge au procès de Martin Guerre. A peine est-il rentré que La Boétie, à son tour, quitte Bordeaux pour aller à la cour négocier, au nom de ses collègues du parlement, un versement plus stable et plus assuré de leurs gages. A son retour, en mars 1561, après quatre mois d’absence, La Boétie retrouve Montaigne pour quelques mois seulement puisqu’en septembre il part en mission en Agenais pour tenter d’apaiser les affrontements entre catholiques et protestants. Quand il revient, à la mi-octobre, c’est au tour de Montaigne de se rendre à la cour à la fin de l’année 1561. Comme lors de son premier départ, Montaigne s’attarde à Paris et, sans doute, à Rouen, pour y trouver peut-être de belles occasions, à la mesure d’une ambition qui recherche une consécration parisienne plutôt que bordelaise, et préfère la fréquentation de la cour à celle du parlement. En décembre 1562, à l’issue du siège de Rouen, Montaigne regagne Bordeaux : à cette date, il ne leur reste plus que huit mois d’amitié à partager. Le début de l’année 1563 qui voit la conclusion de la paix d’Amboise, est marqué par une commune assiduité aux séances du parlement et leurs noms voisinent enfin sur les mêmes registres.

  • 4 Ibid., p. 1348.

11Même approximative, en raison des incertitudes de leurs emplois du temps respectifs, la comptabilité de leurs absences doit être mise en exergue puisqu’elle abrège de moitié leurs occasions de rencontre. Dès lors, les six années de leur amitié n’en font plus que trois, elles-mêmes amputées des périodes de déplacements dans la région qui les séparent à nouveau. La Boétie se rend fréquemment en Médoc, Montaigne, en Périgord. Et quand La Boétie prend le chemin de Sarlat, Montaigne n’est pas forcément en Périgord pour l’accueillir : le dernier voyage dans sa région natale, en juillet 1563, qui se révélera fatal, ne lui a pas donné l’occasion de faire halte au château des Eyquem. Revenu à Bordeaux, fatigué et déjà souffrant, il n’a qu’un désir : gagner au plus vite le Médoc, quitte à décliner une invitation chez Montaigne, sans toutefois se priver de sa présence : "Je l’envoyay convier à disner chez moy : il me manda qu’il me mercioit, qu’il se trouvoit un peu mal, et que je luy ferois plaisir si je voulois estre une heure avec luy, avant qu’il partist pour aller en Medoc "4.

12Proche ou lointain, chaque voyage est alors une aventure. En ces temps troublés où les violences religieuses aggravent l’insécurité permanente, aucun endroit n’est sûr, aucune auberge n’est tranquille, aucune ville n’est à l’abri de désordres qui éclatent aussi soudainement que les orages d’été. A Paris et à la cour, lieux de déplacements fréquents et obligés pour les membres des parlements de province, ces risques sont multipliés. Chaque départ est une séparation de plusieurs semaines, sans précision du jour de retour et sans correspondance régulière pour atténuer la souffrance de l’absence. Les chevaucheurs et les maîtres de poste, porteurs de courriers officiels, ne s’encombrent guère de lettres personnelles. Et quand des informations surviennent, elles sont bien trop anciennes pour apaiser l’inquiétude présente de celui qui est resté sur place. A ce compte, La Boétie a davantage souffert que Montaigne : n’est-t-il pas, de loin, le plus sédentaire des deux ? Durant les six années de son amitié avec Montaigne qui sont aussi les dernières de sa vie, ses déplacements se réduisent à des missions officielles : à Paris et à la cour, en 1560, en Agenais, en 1561. Ses autres voyages, en Médoc et Sarladais, appartiennent à sa vie familiale. Le reste de son temps est consacré aux sessions du parlement où son assiduité est grande à en juger par la régularité du calendrier des arrêts dont il est le rapporteur. Banalement, son travail s’inscrit dans la pratique des appels de routine où s’affrontent en justice des familles riches ou puissantes pour des questions d’héritages, de successions et de partages. Montaigne, pendant ce temps, fait le parlement buissonnier à la manière des écoliers qui ne se supportent pas en classe et se sentent à l’étroit dans la cour de récréation. Ses voyages ne coïncident pas avec des missions officielles et se prolongent bien au-delà des délais permis aux parlementaires dans leurs déplacements. Est-ce par manque d’attrait pour une profession imposée ou par volonté de ne pas brusquer une intégration déjà difficile ? Quand il se fixe véritablement à Bordeaux, au début de 1563, il ne lui est plus possible de rattraper le temps perdu de ses longues absences. Quelques mois seulement le séparent de la mort de la Boétie.

13Juste après cette disparition, son comportement change : pour effacer le dilettantisme de ses premières années et remplacer, au sens littéral du terme, La Boétie, il "entre" au parlement. Il le quittera huit ans plus tard, en 1571, pour se consacrer à son œuvre dans le château restauré et fortifié que lui a laissé son père, mort en 1568. Cette décision solennelle de retraite n’est pas une rupture, comme on le croit trop souvent : elle prolonge l’engagement de 1563, celui de la fidélité à la seule amitié qui ait compté dans son existence.

Notes

1 Denise BEGE-SEURIN, La Cour des Aides de Périgueux, 1553-1561, Sarlat et le Périgord, actes du XXXIXe congrès d’études régionales, Périgueux, 1987, pp. 321-330.

2 Oeuvres complètes d’Estienne de La Boétie, édition présentée par Louis Desgraves, Bordeaux 1991,
t. II, p. 71 : Ad Michaëlem Montanum.

3 MONTAIGNE, Oeuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, 1985, p. 1352.

4 Ibid., p. 1348.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search