Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Amitié et fidélité

Famille, pouvoir et amitié à Cologne au XVIe siècle. Les amitiés d’Hermann Weinsberg (1518-1597)

Gérald Chaix

Texte intégral

  • 1 BW III, 2 : "D’autres écrivent l’histoire des papes, des empereurs, des rois, des grands princes, d (...)

"Schriben andere von pabsten, keisern, koningen, groissen fursten, herrn und landen, was gaint mich die an ? Ich schreib von minen frunden und nachparn lieber, so weis man von inen auch etwas zu sagen"1.

  • 2 Sur le lien entre parenté, amitié et voisinage, voir l’article toujours essentiel de C. KLAPISCH-ZU (...)

1Mentionnant dans son Journal, à la date du 15 janvier 1578, le mariage du Dr. Johan Broich, conseiller de l’Electeur de Cologne, Hermann Weinsberg, le prolixe bourgeois de la cité rhénane, opposait explicitement deux "écritures de l’histoire" : celle concernant les papes, les empereurs et les rois..., dont il affirmait qu’elle ne le concernait pas, et celle consacrée aux amis et aux voisins, ainsi tirés de l’oubli2. On ne s’étonnera donc pas que ses écrits aient été une nouvelle fois mis à contribution pour ce trop bref fragment d’une enquête consacrée à l’amitié au XVIe siècle, amicalement dédié à Robert Sauzet.

  • 3 M. REY, "Communauté et individu : l’amitié comme lien social à la Renaissance", in Revue d’histoire (...)
  • 4 BW II, 373 (1578) : faisant pour son propre compte l’éloge de l’otium que seuls le veuvage ou le cé (...)

2Nulle trace pourtant, chez ce contemporain de Montaigne d’une expérience comparable par son intensité à celle vécue par l’auteur des Essais. Nulle trace également d’une théorie de l’amitié que l’on puisse rapprocher des écrits composés simultanément dans le royaume de France3. Mais en revanche une "pratique" de l’amitié omniprésente si l’on en juge, indépendamment de la déclaration de principe rappelée en exergue, d’après la fréquence des termes "amis" et "amitié". Comme Weinsberg le suggère plus ou moins explicitement, sa vie s’ordonne en effet autour de cinq pôles entre lesquels des interférences peuvent se produire : la maison, le voisinage, la paroisse, la ville et le monde. A ces cinq horizons on peut faire correspondre cinq expériences socioculturelles, elles aussi susceptibles de déborder leur domaine propre : les liens du sang, l’amitié, le partage liturgique, la responsabilité civique et la connaissance livresque4.

  • 5 J.-P. CHRETIEN-GRONI, "Le double et son théâtre. L’amitié chez Aristote", in L’Amitié, Paris, 1984, (...)

3Nullement réduite à un sentiment privé, l’amitié est ainsi l’une des formes de sociabilité expérimentées quotidiennement par Hermann Weinsberg. Mais elle est aussi, de manière très aristotélicienne, l’une des figures de la vie politique5.

  • 6 Longtemps objet de réflexion des historiens du droit, en particulier d’O. von Gierke, la réalité co (...)
  • 7 J. DEETERS, "Das Bürgerrecht der Reichsstadt Köln seit 1396", in Zeitschrift der Savignystiftung fü (...)

4De fait, à Cologne, le vocable "amis" servait à désigner ceux qui détenaient le pouvoir au sein du Conseil. Certes, depuis la fin du XIVe siècle et la Lettre de confédération (Verbundbrief) du 14 septembre 1396, mettant fin au pouvoir des patriciens, la vie politique colonaise reposait sur un double contrat qui liait d’une part les bourgmestres et le Conseil (burgermeystere und rait), et d’autre part le Conseil et la communauté (die gemeynde) organisée en vingt-deux "gaffelgeselschaften” ou, plus simplement, Gaffeln, plus proches des "tribus" strasbourgeoises que des "métiers". A la base de l’édifice on trouvait donc la commune6. Elle rassemblait trois types d’habitants : les forains (Fremde), tenus, eux aussi, en principe, de jurer le Verbundbrief, les manants (Eingesessene) et les bourgeois (Bürger)7. Le deuxième étage était constitué par le Conseil, regroupant quarante-neuf personnes, dont trente-six étaient élues directement par les Gaffeln, les treize autres (le Gebrech) étant cooptées par les trente-six représentants des Gaffeln, elles-mêmes représentées de façon très inégale (dix Gaffeln disposant d’un représentant, onze de deux représentants, et la Gaffel des tisserands en laine de quatre représentants). Le troisième étage était constitué par les deux bourgmestres élus pour un an par le Conseil.

  • 8 W. HERBORN, "Verfassungsideal und Verfassungsverwirklichkeit in Köln während der ersten zwei Jahrhu (...)

5Non seulement la Lettre de confédération était loin d’assurer une représentation parfaitement "démocratique" de la commune, non seulement elle ne réglait pas les conflits susceptibles de surgir notamment entre la commune et le Conseil, mais encore elle ne permettait guère de s’opposer à une dérive oligarchique. Trois facteurs contribuèrent à une rapide évolution en ce sens. Les Colonais étant libres de choisir leur "tribu", on constate tout d’abord un véritable "noyautage" des Gaffeln mineures. Alors que le Verbundbrief prévoyait une inéligibilité de deux ans, on observe ensuite que se mit rapidement en place la règle implicite de la réélection automatique des conseillers tous les trois ans et, cette réélection assurée, de leur reconduction quasi-automatique dans les mêmes charges. Et surtout, alors qu’aucune institution n’avait été mise en place pour accueillir les conseillers sortants, on remarque que ceux-ci continuèrent à être associés d’une manière ou d’une autre au pouvoir. Selon une terminologie tout à fait révélatrice, ils formaient ainsi les "amis" (Freunde) et les "parents" (Verwandte) du Conseil8.

6Certes, ces vocables avaient une valeur péjorative dans la bouche de ceux qui dénonçaient en ces termes l’oligarchisation de la vie politique à Cologne. Très concrètement, les contestataires – qu’ils fussent modérés et seulement désireux d’améliorer le fonctionnement du Conseil jugé précisément trop oligarchique, qu’ils fussent radicaux et avides d’accéder à un pouvoir dont ils étaient exclus – dénonçaient avant tout la pratique qui permettaient aux conseillers de l’année de faire appel aux conseillers des deux années en sommeil afin de les faire participer à l’administration de la cité.

  • 9 Sur les révoltes colonaises au tournant des XVe et XVIe siècles, voir T. DIEDERICH (éd.), Revolutio (...)
  • 10 A côté du Conseil des XLIX existait un Conseil composé de quarante-quatre membres, élus sur la base (...)
  • 11 Cronica van der hilliger stat Coellen, Cologne, 1499 (repr. Cologne, 1972), fol. CXCVIIIr : "il n’y (...)

7C’était sur cette base que s’était constituée par exemple l’unité des révoltés de 1482, qui au nom de la Lettre de confédération de 1396, réclamaient un plus juste partage du pouvoir9. Pour eux, il s’agissait de redéfinir l’espace civique en faisant éclater l’accaparement "amical" ou "familial" du pouvoir réalisé tantôt dans l’enceinte du Conseil tantôt dans le secret des demeures privées – "heimliche vergaderung ind gespreich zo machen umb eine raide van Colne unwillen zozofuegen" – pour se réapproprier l’ensemble de la cité. Une cité circonscrite par les remparts et les portes que les "émeutiers" entendaient précisément contrôler, quadrillée par les différentes maisons des Gaffeln, innervée par tout un réseau de rues et de places propices aux conversations publiques, voire aux prises de parole libératrices. Il s’agissait également pour eux de redistribuer les rôles politiques, en donnant à la Commune les moyens de contrôler le Conseil – notamment en matière fiscale – par le truchement exceptionnel des commissions (Schickung) et par celui, traditionnel, des Gaffeln, mises toutes sur le même pied et investies d’une fonction de contrôle direct ou indirect par le Conseil des XLIV10. Il s’agissait enfin de recomposer l’image même de la "polis". Celle-ci restait dominée par le modèle aristotélicien et par l’épître paulinienne aux Romains et le chroniqueur anonyme de 1499 en rappela les traits essentiels : "en is gheyn besser policie noch regierunge dan dae die oversten, me soichen gotz ere vnd gemeyn goit vnd yrs eygen nutz vergessen”, rejetant ainsi dans la foulée les quatre formes d’anarchie possibles : "den gecken regieren over den wijsen, den jungen over den alden, den unedelen over den edelen, die tyrannen over die armen"11. Un modèle mis en œuvre au fil des liturgies civiques qui, jusque dans les temps d’inversion rituelle – "le carnaval de Cologne" de 1482 – les rites de purification – le bûcher de 1513 – et les cérémonies d’action de grâces et de réconciliation, donnaient à la cité cette force sacrée qui permettait aux querelles des hommes de s’effacer devant la paix de Dieu.

  • 12 Cette nomination dépendait des quatre provisores. Hermann disposait de la voix de Gerhard vom Wasse (...)
  • 13 BW I, 208 : "il avait de nombreux protecteurs et amis... aussi ne voulus-je point débouler dans ses (...)

8De cet accaparement du pouvoir par une oligarchie contrôlant les six charges principales du Conseil, Hermann Weinsberg fit plusieurs fois les frais. Certes, en 1539, bien soutenu par le réseau des "amitiés" paternelles, il devint recteur de l’une des institutions destinées à accueillir les étudiants et contrôlées par le Conseil et les quatre provisores nommés à vie par celui-ci : la Cronenburse12. Mais le déroulement de sa carrière universitaire se heurta rapidement et à l’impécuniosité paternelle croissante, incompatible avec le coût de la préparation d’un doctorat, et aux rivalités de clans qu’avivait l’attribution des prébendes universitaires gérées par les provisores. En 1543, une prébende réservée à un membre de l’Université, se libéra à la collégiale Saint-Géréon. Christian Weinsberg défendit la candidature de son fils. Mais Arnold Brauweiler ambitionnait cette même prébende pour son fils Arnold, alors à Rome. C’était le plus ancien des provisores. Il avait "vil gutter gunner und freunde". Le combat était perdu d’avance. Hermann se retira de lui-même de la compétition "do wolt ich im nit in sin sachen tragen und in verzornen13.

  • 14 BW I, 347 (1550) ; II, 16 (1552) ; II, 41 (1553) : pas d’invitation en raison de la peste ; II, 85  (...)
  • 15 BW V, 44 ; pas d’invitation non plus en 1564 (V, 50) ; en 1565, Hermann cessa ses fonctions de burg (...)

9Devenu burgrave – c’est-à-dire concierge – de l’Hôtel de ville, Weinsberg avait pris l’habitude d’inviter à sa table les Six le jour du Holzfahrt – sorte de fête civique qui conduisait la population colonaise dans un bois situé à proximité de la ville et manifestait face à l’archevêque la puissance, notamment militaire, de la cité – d’abord le soir puis à midi14. Mais en 1563, différend anecdotique ou signe de l’écart qui s’approfondissait entre l’élite dirigeante et les bourgeois de Cologne, Hermann rompit avec cette habitude, prétextant que cette invitation lui revenait trop cher et, raison plus convaincante sans doute, avouant que les Six ne lui en étaient guère reconnaissants15.

  • 16 Elu déjà en 1543, 1546 et 1549, il le fut constamment de nouveau, tous les trois ans, à partir de 1 (...)

10Ayant finalement abandonné cette fonction et redevenu de ce fait éligible, Weinsberg ne tarda pas à être régulièrement réélu par sa Gaffel bien qu’il fût gradué16. Mais il ne parvint jamais à exercer l’une de ces six charges principales, bien que – et son Journal était précisément tenu pour le prouver – il s’en crût aussi digne, voire plus, que nombre de bourgmestres.

  • 17 M. AYMARD, "Amitié et convivialité", in Histoire de la vie privée, t. 3 : De la Renaissance aux Lum (...)

11A cet inaccessible réseau d’amitié tissé autour du pouvoir s’opposait, pour Weinsberg, l’amitié de voisinage. Comme la précédente, cette amitié reposait largement sur des pratiques de convivialité susceptibles tout à la fois de fonder une relation durable et de donner lieu à un contre-don17. La convivialité jouait de fait un très grand rôle dans la vie colonaise en général et dans la "domus" Weinsberg en particulier. Elle recouvrait en fait quatre types de relation dont les contours sont définis par le jour du calendrier, le lieu de réception, le statut social des convives, les prestations offertes, le contre-don attendu : 1) la famille étroite, réunie quotidiennement deux fois autour de la table commune, distincte de celle occupée, le cas échéant, comme chez les Weinsberg, par la domesticité ; 2) les réunions familiales qui rassemblaient la famille étroite et éventuellement la parenté ; 3) les relations de voisinage fondées sur la proximité géographique ; 4) les liens "d’amitié" qui unissaient des personnes au statut social éventuellement différent dans une même communauté d’intérêt.

  • 18 Voir le tableau dressé par R. JÜTTE, "Household and Family Life", art. cit., p. 173.

12Le Journal de Weinsberg enregistre régulièrement ces pratiques de convivialité. Mais l’on constate d’une part une évolution sensible entre Christian, le père, et Hermann et d’autre part une différence non moins sensible entre le parcimonieux Hermann et son frère Gottschalk, modèle de prodigalité18. Alors que dans la première moitié du siècle, la maison Weinsberg servait de lieu de rendez-vous pour le voisinage (et aussi de point de chute pour les étrangers de passage), avec Hermann, au contraire, on note une nette diminution des invitations. Sans doute est-ce là l’attitude d’une personnalité plus introvertie. Peut-être ne s’agit-il que d’une rationalisation des dépenses de table, assez conforme à ce que l’on sait du personnage. Mais ne peut-on y déceler également le signe d’une transformation des rapports sociaux dans le sens d’un marquage accru de la "distinction" propre à un "homme académique" ?

13Cette amitié de voisinage s’exprimait aussi par le "partage mémorial". Mémoire des morts tout d’abord. Ainsi, chaque année, le 2 novembre, Hermann se rendait au couvent des Carmes où se trouvait la tombe de son père pour évoquer la mémoire de ce dernier avant de se recueillir sur la tombe de ses amis reposant en ce lieu situé au demeurant sur le territoire de sa paroisse. Mémoire des vivants que son Journal permettait précisément d’entretenir jour après jour.

14Ecrire l’histoire – volontiers mythique – de sa famille, de ses amis et de sa ville était ainsi pour Hermann le moyen de fonder symboliquement la famille qu’il n’avait pu procréer, de relativiser les charges suprêmes qu’il n’avait pu exercer, malgré son amour de la cité et la "noblesse" de sa famille, et de se camper au cœur d’un réseau d’amitié tissé page après page et basé sur cette nouvelle forme – scripturaire – de mémoire et de fidélité.

Notes

1 BW III, 2 : "D’autres écrivent l’histoire des papes, des empereurs, des rois, des grands princes, des seigneurs et de leurs territoires : en quoi suis-je concerné ? Je préfère écrire quant à moi l’histoire de mes amis et de mes voisins : on aura ainsi quelque chose à dire d’eux". Sur Hermann Weinsberg et son témoignage, voir W. HERBORN, "Hermann von Weinsberg (1518-1597)", in Rheinische Lebensbilder, 11 (1988), pp. 59-76 ; voir également, en français, G. CHAIX, De la cité chrétienne à la métropole catholique. Vie religieuse et conscience civique à Cologne au XVIe siècle, th. dactylogr., Strasbourg, 1994 (microfiches Lille-thèses 1360. 16942/94), pp. 575-626. Rappelons que l’oeuvre de Weinsberg a été éditée – de façon insatisfaisante – en cinq volumes : Das Buch Weinsberg. Kölner Denkwürdigkeiten aus dem 16. Jahrhundert [cité BW], Leipzig-Bonn, 1886 et 1936.

2 Sur le lien entre parenté, amitié et voisinage, voir l’article toujours essentiel de C. KLAPISCH-ZUBER, "’Parenti, amici e vicini’. Il territorio urbano d’una famiglia mercantile nel XV sec.”, in Quaderni storici, 33 (1976), 953-982 ; repris en trad. franç. in id., La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, 1990, pp. 59-80.

3 M. REY, "Communauté et individu : l’amitié comme lien social à la Renaissance", in Revue d’histoire moderne et contemporaine, 38,1991.

4 BW II, 373 (1578) : faisant pour son propre compte l’éloge de l’otium que seuls le veuvage ou le célibat permettent vraiment de vivre pleinement, Hermann en exclut les chevauchées et les déplacements et y inclut la lecture et l’écriture, les activités juridiques (plaider, solliciter et traiter les affaires) dans cinq domaines privilégiés : le Conseil, la paroisse (kirspiel), la gaffel [l’une des vingt-deux "tribus" regroupant les bourgeois colonais], les amis (frunde) et les étrangers (fremden) ; R. JÜTTE, "Household and Family Life in Late Sixteenth-Century Cologne : The Weinsberg Family", in Sixteenth Century Journal, 17 (1986), pp. 165-182, voir p. 168.

5 J.-P. CHRETIEN-GRONI, "Le double et son théâtre. L’amitié chez Aristote", in L’Amitié, Paris, 1984, pp. 125-149.

6 Longtemps objet de réflexion des historiens du droit, en particulier d’O. von Gierke, la réalité communale et son dynamisme aux XIVe-XVIe siècles ont été retravaillés par P. BLICKLE : "Der Kommunalismus als Gestaltungsprinzip zwischen Mittelalter und Moderne", in Gesellschaft und Gesellschaften. FS U. Imhof, Berne, 1982, pp. 95-113.

7 J. DEETERS, "Das Bürgerrecht der Reichsstadt Köln seit 1396", in Zeitschrift der Savignystiftung für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung, 104 (1987), pp. 1-83.

8 W. HERBORN, "Verfassungsideal und Verfassungsverwirklichkeit in Köln während der ersten zwei Jahrhunderte nach Inkrafttreten des Verbundbriefes von 1396, dargestellt am Beispiel des Bürgermeistersamtes", in W. EHBRECHT (éd.), Städtische Führungsgruppen und Gemeinde in der werdenden Neuzeit, Cologne-Vienne, 1980, pp. 25-52.

9 Sur les révoltes colonaises au tournant des XVe et XVIe siècles, voir T. DIEDERICH (éd.), Revolutionen in Köln 1074-1918 (Catalogue de l’exposition des Archives historiques de Cologne, 25 avril-12 juillet 1973), Cologne, 1973, et C. LOOZ-CORSWAREM, "Unruhen und Stadtverfassung in Köln an der Wende vom 15. zum 16. Jahrhundert", in W. EHBRECHT (éd.), Städtische Führungsgruppen, op. cit., pp. 53-97.

10 A côté du Conseil des XLIX existait un Conseil composé de quarante-quatre membres, élus sur la base de deux représentants par Gaffel. On a longtemps cru que ce Conseil avait rapidement perdu de son importance. La récente publication intégrale des décisions du Conseil pour la première moitié du XVIe siècle par le Dr. Manfred Groten a fait litière de cette assertion.

11 Cronica van der hilliger stat Coellen, Cologne, 1499 (repr. Cologne, 1972), fol. CXCVIIIr : "il n’y a pas de meilleur gouvernement pour la cité que celui des supérieurs s’ils recherchent l’honneur de Dieu et le bien commun et oublient leur propre bien" ; "lorsque les fous gouvernent les sages, les jeunes les vieux, les roturiers les nobles, les tyrans les pauvres”. Sur la chronique de 1499, voir en français : G. CHAIX, "’Coellen eyn kroyn boven allen steden schoyn’. L’historiographie colonaise à la fin du Moyen Age", in M. BOURIN (éd.), Villes, bonnes villes et capitales. Etudes d’histoire urbaine (XIIe-XVIIIe siècle) offertes à Bernard Chevalier, Tours, 1989, pp. 315-322.

12 Cette nomination dépendait des quatre provisores. Hermann disposait de la voix de Gerhard vom Wasserfas qui appartenait à la même Gaffel que son père, et de celle d’Arnold von Siegen, également lié à Christian par des liens de sujétion, de voisinage et d’amitié (sinen alten herrn, nachpar und sonderlichen frunde), mais Arnold Brauweiler, le plus ancien des proviseurs, soutenait celle de M° Sebastianus Duisberch, maître d’école de la paroisse Saint-Laurent et à ce titre précepteur de ses propres enfants. Hermann fut servi par la chance : Theobaldus puis Sebastianus (qui avait retiré sa candidature) furent pourvus d’une prébende, l’un à Saint-Séverin, l’autre au chapitre cathédral. La voie était libre.

13 BW I, 208 : "il avait de nombreux protecteurs et amis... aussi ne voulus-je point débouler dans ses affaires et provoquer sa colère".

14 BW I, 347 (1550) ; II, 16 (1552) ; II, 41 (1553) : pas d’invitation en raison de la peste ; II, 85 (1556) : l’invitation a lieu à midi, le soir étant réservé à la famille et aux amis ; II, 100 (1558), comme en 1556 ; V, 2 5 (1559).

15 BW V, 44 ; pas d’invitation non plus en 1564 (V, 50) ; en 1565, Hermann cessa ses fonctions de burgrave.

16 Elu déjà en 1543, 1546 et 1549, il le fut constamment de nouveau, tous les trois ans, à partir de 1565 et jusqu’en 1598, soit au total treize fois.

17 M. AYMARD, "Amitié et convivialité", in Histoire de la vie privée, t. 3 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, 1986, pp. 455-499.

18 Voir le tableau dressé par R. JÜTTE, "Household and Family Life", art. cit., p. 173.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search