Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Galicie au temps des Habsbourg (1772-1918)

 | 
Jacques Le Rider
, 
Heinz Raschel

IIe partie. Diversité, interculturalité, conflits

Les Juifs à Lemberg : la famille Buber

Dominique Bourel

Texte intégral

  • 1 Voir parmi les récents catalogues, Kupovetsky Mark et al., Jewish Documentary Sources in Moscow Ar (...)
  • 2 Grimsted Patricia K., « The Odyssey of the Petliura library and the records of the Ukrainian Natio (...)

1L’histoire des juifs de Galicie et de Lemberg est un chantier en pleine évolution, assez complexe à suivre en raison des différents fonds d’archives1 répartis entre l’Ukraine, la Russie, la Pologne, l’Autriche et même la France qui y possédait un consulat. Outre des problèmes linguistiques, la concurrence des mémoires comme les voyages des bibliothèques ne facilitent pas le travail2.

2Les débats actuels sur la « communauté imaginaire » et les nations « sans histoire » trouvent dans ces contrées un fabuleux terrain de recherche.

  • 3 Schenk Dieter, Der Lemberger Professorenmord und der Holocaust in Ostgalizien, Bonn, 2007. Et les (...)
  • 4 Baratov Omer, Erased. Vanishing Traces of Jewih Galicia in Present-Day Ukraine, Princeton, Oxford, (...)
  • 5 Histoire du mouvement sioniste en Galicie (héb.), Jérusalem, 1958, 2 vols. Le classique Pinkas ha- (...)
  • 6 Zionism in Poland. The Formative Years 1915-1926, New Haven, London, 1981.
  • 7 Rabbins et juges rabbiniques en Galicie durant la première partie du xixe siècle. Une typologie d’ (...)
  • 8 Voir par exemple ses deux récents articles « Un ban à Lemberg 1816 » (héb.), in : Zion (2009) p. 1 (...)
  • 9 Ortsfamilienbuch Lemberg/Galizien 1779-1870 nach Unterlagen der Genealogischen Forschungsstelle de (...)
  • 10 Stanislawski Michael, A Murder in Lemberg. Politics, Religion, and Violence, Princeton, Oxford, 20 (...)
  • 11 Outre le classique Subtelny Orest, Ukrain. A History, Toronto, Londres, 2005 (3 ed.), voir Kappele (...)
  • 12 Zur Lage der jüdischen Bevölkerung Galizien (1904). Pappenheim Bertha, Sisyphus : gegen den Mädche (...)
  • 13 Herzberg Arthur, A Jew in America. My Life and a People Struggle for Identity, San Francisco, 2002 (...)
  • 14 Segel Benjamin, Die Entdeckungsreise des Herrn Dr. Theodor Lessing zu den Ostjuden, Lemberg, 1910.
  • 15 Leipzig, 1885.

3De plus comme toujours on se focalise sur l’épouvantable et tragique histoire récente – on pense au roman d’Heinrich Böll, Le train était à l’heure Der Lemberger Professorenmord3 – ou bien le film « L’Hôtel de ville de Lemberg », alors qu’il faudrait reprendre dans le long terme le destin de ce monde englouti4. Les recherches de Nathan Michael Gelber5, d’Israel Bartal, de Ezra Mendelsohn6, de Haim Gertner7 et surtout les enquêtes minutieuses de Meir Wunder et Rachel Manekin8, permettent un premier repérage. L’« Association des Allemands de Galicie » a mis à la disposition de la Forschung un répertoire détaillé de plus de 5 000 noms9. Un ouvrage récent10 au titre accrocheur, Murder in Lemberg, a déclenché des polémiques montrant que même le xixe siècle n’est pas à l’abri des querelles historiographiques11. Les nouvelles recherches ukrainologiques en sont un exemple évident ! Rappelons qu’en France, c’est Elie Borschak, un Juif converti, qui créera l’enseignement de l’ukrainien à Paris aux « Langues/O » en… 1938 ! Et on se souvient de la remarque effrayée d’Albert Londres en 1929 disant, « C’est du ghetto de Lwów certainement que Jérémie voulait parler » montrant que rien n’avait changé depuis l’enquête de Bertha Pappenheim12 en 1904 mais pourtant, tous les témoignages convergent, il y eut des Juifs heureux à Lemberg et c’est la raison pour laquelle dans les vieilles familles13 qui en sont originaires on continue à l’appeler par ce nom et non Lvóv comme en Polonais, Lwów comme en Russe ou L’viv comme en ukrainien. Lors de l’autonomie 1869 il n’y plus à proprement parler de ghetto à Lemberg. Une tradition rhétorique de défense de la Galicie serait digne d’investigation, comme le montre le véhément ouvrage de Benjamin Segel contre Theodor Lessing14 ou celui de Nathan Samuely, Cultur-Bilder aus dem jüdischen leben in Galizien15.

  • 16 Czaplicka John (éd.), LVIV. A City in the Crosscurrents of Culture, Cambridge Mass 2002 (= HUS vol (...)

4Ce fut une ville multiculturelle16 à nul autre pareil, surnommée la « Vienne de l’Est » en raison de sa beauté (titre que lui disputait aussi Cernowitz qui passait pour un klein Paris). Fondée en 1256, elle est à l’intersection de trois routes commerciales. Le premier privilège des Juifs date de 1367 et sa réputation vient aussi de sa synagogue Di gildene Royz « la rose d’or » d’après le nom de la splendide épouse du propriétaire, Rojze Nahmaniwich.

  • 17 Heymann Florence, Le crépuscule des lieux, Paris, 2003, les souvenirs de Yavetz Zvi, Erinnerungen (...)
  • 18 Delphine Bechtel, « Galizien, Galicja, Galitsye, Halychyna. Le mythe de la Galicie disparue à la r (...)
  • 19 Paris 2007, voir von Glassenapp Gabrielle et Horch Hans Otto (Hg.), Ghetto Litteratur. Eine Dokume (...)

5Il ne faut pas la confondre avec les autres cités plus ou moins semblables Brody, Cernowitz17, Przemysl, Drohobycz ou Tarnopol même si ces villes ne sont pas très éloignées. On doit au contraire tenter de penser une culture municipale que les linguistes retrouvent sans difficulté ainsi que les oreilles exercées. Il y avait un accent spécial à Lemberg, un yiddish local et même une sagesse autochtone : un proverbe dit « ikh hob gezen Kroke mit Lemberg, j’ai vu trente-six chandelles ». Il s’agissait de la plus grande ville de l’Empire des Habsbourg après les capitales qu’étaient Vienne, Prague, Budapest et Trieste. Elle est en train elle aussi de devenir une ville mythique tout comme la Galicie ellemême18. Nathan Samuely, Alt Lemberg (Wien 1902) et Jozef Wittlin, Mein Lemberg (or. pol. 1946) mais aussi Jacques Benoist Méchin et son Ukraine, (Paris 1941) sont des textes souvent cités. Les français connaissaient assez bien toute cette culture, galicienne et juive grâce à Leopold de Sacher Masoch, né à Lemberg en 1836 fils du chef de la police. Les Contes Juifs (Paris 1888) viennent de reparaître ; il fut un judéophile très prolixe en la matière19.

  • 20 Klijamenko Ania, Lemberg Entdecken, Berlin, 2005, Hermann Simon et al., Lemberg. Eine Reise nach E (...)
  • 21 Mark Rudolph, Galizien unter Österreichischen Herrschaft. Verwaltung – Kirche –Bevölkerung, Marbur (...)
  • 22 Die Juden in Oesterreich, Berlin, 1908.

6Il faut dire que l’histoire de Lemberg si mouvementée mérite qu’on s’y arrête20 ! Pas moins de trois archevêques catholiques21 y résident au milieu d’une multitude de groupes humains, allemands, ukrainiens (appelés aussi ruthènes), russes, arméniens ! Il faudrait connaître les rapports avec les juifs de ces princes de l’Église, catholique grec, catholique romain et catholique arménien. Il y a aussi des mennonites, des calvinistes, des luthériens, des musulmans et quelques communautés religieuses ! « Lemberg est la ville des frontières effacées, le contrefort le plus oriental du vieux monde impérial et royal. Derrière commence la Russie, un autre monde » écrit Joseph Roth dans la Frankfurter Zeitung du22 novembre 1924. Outre les hôtels, les restaurants et les moyens de transports le Baedeker de 1907 indique que 11 % de la population est juive.

7Précisément sur cette démographie, nous sommes très bien renseignés et depuis longtemps puisque le bureau de la statistique des juifs de Berlin consacra un volume à l’Autriche, rédigé d’ailleurs par un lembergien, Yaakov Yohanan Thon, collaborateur d’Arthur Ruppin22. Rappelons que la Galicie était polonaise puis austro-hongroise avant d’être tour à tour polonaise, russe, ukrainienne !

8Voici les chiffres qui nous concernent :

9Population générale :

101869 : 5 444 689

111900 : 7 295 538

12Juifs :

131869 :575 918 (= 10,58 %)

141900 : 811 371 (= 11,09 %)

15Pourcentage des Juifs sur l’Autriche :

161869 : 70,04 % 1900 : 66,24 %

17Focalisons l’enquête sur Lemberg :

181880 : 30 961 sur 109 746 soit 28,2 %

191890 : 6 130 sur 127 943 soit 28,2 %

201900 : 44 258 sur 159 877 soit 27,7 %

  • 23 Minczeles Henri, Plasseraud Yves, Pourchier Suzanne, Les Litvaks. L’héritage universel d’un monde (...)
  • 24 Frankfurter Zeitung, 20 novembre 1924, in : Croquis de voyages. Récits, trad. J. Ruffet, Paris, 19 (...)

21On trouve les cinq grandes idéologies de la fin du siècle : orthodoxie, haskala, hassidisme, bundisme et sionisme. Ici aussi l’historiographie n’est pas toujours exempte de préjugés car pour ne pas être aussi sévère que celle qui sépare les achkenases des séfarades, le distinction Galizianer/Litvak est encore aujourd’hui très prégnante, les travaux sur la « litvakie » ayant tendance à l’emporter qui décrivent souvent de manière hyperbolique les mitnagim (opposants) au hassidisme, élèves du Gaon de Vilna, austères dialecticiens et profonds exégètes dont Emmanuel Lévinas fut le digne représentant23. Face à cela, le Galizianer, est un roublard, un peu fanfaron pas très fiable et un peu demeuré ! « Voilà un pays qui, en Europe occidentale, a bien mauvaise réputation. L’ironie facile et détestable – orgueil de l’homme civilisé – en fait un mélange dégoutant de vermine, d’ordure et de malhonnêteté » affirme Joseph Roth24. Evyatar Friesel, pourtant natif de Chemnitz rappelle que Galizianer fut aussi synonyme de Schlauheit et Heiterkeit.

  • 25 En 1914 les juifs constituent 22 % des propriétaires terriens en Galicie, Gasowski Thomasz, « From (...)
  • 26 Wistrich Robert S., The Jews of Vienna in the Age of Franz Joseph, Oxford, 1990 ; Rozenblit Marsha (...)

22La communauté juive fonctionne avec un rabbin, des dayanim (juges) et une série d’associations, de la visite au malade à la chavra kadischa (l’ensevelissement des morts). On fait beaucoup de politique, se cherchant un allié tantôt avec les polonais, tantôt avec les ukrainiens, tantôt avec le pouvoir central. Schomer Israel – hostile au nationalisme polonais – naît en 1868. En 1883 est fondée Mikra kodesch afin de promouvoir l’étude de l’histoire et de l’hébreu. Elle prendra le nom explicite de Zion en 1888 et c’est elle qui publiera le premier journal sioniste en polonais, Le futur (Przyslosc). Il existe de riches Juifs, propriétaires25, commerçants aisés, journalistes et autres maskilim ou industriels et, en bas de l’échelle, les candidats à l’émigration, surtout pour Vienne26.

  • 27 Outre Stanislawski M., A Murder in Lembergop…, op. cit., Wilke Carsten, Biographisches Handbuch de (...)

23L’orthodoxie a longtemps régné en maître à Lemberg et l’arrivée d’un rabbin « éclairé » s’est soldée par un drame ; il a été empoisonné en 1848 ! Né27 en Bohème en 1807 à Zaluzany près de Pisek, Abraham Kohn après ses études de talmud et de philosophie, à Pisek et Prague, où il est ordonné en 1832. Il est à Lemberg en 1844, fonde la Israelitische Normalschule un an plus tard prêche au Tempel. La synagogue est inaugurée le 16 septembre 1846.

24C’est alors un véritable Kulturkampf qui se développe ! La Haskalah trouvera une terre fertile, des journaux des sociétés et des imprimeurs, mais devra supporter un ban (herem) dès 1820 avant le drame de 1848. Déjà Mendelssohn avait été l’objet d’une condamnation indirecte en 1816.

  • 28 En attendant la publication de la thèse de Rachel Manekin (2000 Ph.D. Univ. hébr. de Jérusalem) su (...)

25Pourtant c’était un de ses « disciples » Herz Homberg (1749-1841) qui était en charge de réorganisation du judaïsme en Galicie ! Une confrérie orthodoxe Machzike Hadat passait pour inflexible28.

26S’il y avait peu de Zaddik à Lemberg, les Hassidim étaient à la périphérie, près de Cernowitz par exemple à Sadagora où Buber et Kafka les rencontrèrent. Dès 1792 et 1798 il y a des échauffourées entre orthodoxe et hassidim et en 1838 il y a sept lieux de prière de cette tendance. Les Bundistes souhaitaient une territorialisation et une autonomie des communautés alors que les sionistes, souhaitaient le retour en Palestine. Ce mouvement trouvera en Galicie et à Lemberg des cadres d’autant plus utiles qu’ils savaient non seulement parfaitement l’allemand (le Kongressdeutsch suffisait parfois) le yiddisch mais aussi le polonais, le russe et parfois d’autres langues slaves !

  • 29 Mendelsohn Ezra, « Jewish Assimilation in Lvóv : The Case of Wilhelm Feldman », Slavic Review, 28 (...)

27Une antenne des « amants de sion » est fondée à Lemberg en 1887 et l’association « ahavat Zion » achète des terres pour une colonie en Palestine ! En 1907 les sionistes obtiennent des sièges au Reichstag grâce à des voix ukrainiennes. Pourtant par deux fois, en 1877 et en 1882 on avait tenté un autre type d’alliance, cette fois-ci avec les Polonais29 !

  • 30 Die Juden, op. cit., p. 103-104.

28Enfin parmi les nombreux philanthropes appelés régulièrement à l’aide, le Baron de Hirsch (1831-1896) fut très actif dans la région. Seule une lecture complète de Der Israelit d’abord en allemand en caractères hébraïques en 1870 puis en caractères latins (à partir de 1873) édité par l’association Shomer Israel renseigne sur la vie quotidienne des juifs à Lemberg. On les trouve très bien représentés dans les établissements d’enseignements supérieurs30 mais aussi dans les lycées. En ce qui concerne l’université, voici les chiffres :

29Semestre d’hiver 1881/82 : 974 chrétiens, 85 juifs.

30Semestre d’été 1904 : 2 054 chrétiens, 485 juifs.

31À l’université technique :

32Semestre d’hiver 1881/82 : 185 chrétiens, 29 juifs.

33Semestre d’été 1904 : 822 chrétiens, 143 juifs.

34En réalité le pourcentage baisse de 17,1 % (1881/82) à 14,3 % en 1904.

  • 31 Isaac Barzilay, Shlomo Yehuda Rapoport (Shir) 1790-1867 and his Contemporaries. Some Aspects of Je (...)

35Parmi les célébrités on trouvera le grand érudit Jacob Bodek (1819-1855), Salomon Rapopport (1790-186) dit le Shir qui achèvera sa carrière à Prague31. Le grand philosophe Nachman Krochmal n’est pas né à Lemberg mais y a résidé. Abraham Kohn (1807-1848) déjà rencontré, assassiné pour cause d’Aufklärung puisqu’il voulait servir dans le « Tempel » à la mort du rabbin Jacob Orenstein en 1839. Des rabbins célèbres Joseph Saul Nathanson (d.1875), Isaac Aazron Ettinger (d.1891) Zwi Hirsch Ornstein (d.1898) ou encore l’historien Ezekiel Caro (d.1915) sont passés à la postérité.

  • 32 Marcus Ehrenpreis, Mitt Liv. Mellan öster och vaster, Stockholm, 1946, p. 11-60 (trad. partielle e (...)
  • 33 Jay Rovner, The Masar Kesafim. Ledger of Modechai Zeev Ehrenpreis of Lvóv, New York Jerusalem 2003 (...)

36Outre celle de Buber, d’Halperin, de Braude, une autre famille patricienne a marqué la ville, celle des Ehrenpreis. Le plus célèbre Marcus Ehrenpreis (18691951) est né à Lemberg et sera grand rabbin de Sofia puis de Stockholm32. Son grand père paternel Mordechai33 et son père Jacob étaient tous des libraires éditeurs importants.

  • 34 Ezra Mendelsohn, « From assimilation to Zionism in Lvóv : the case of Alfred Nossig », The Slavoni (...)
  • 35 Voir la récente évocation de Michael G. Müller « Majer Blaban (1877-1942) und das Konzept einer po (...)
  • 36 Eva Telkes-Klein, L’Université hébraïque de Jérusalem à travers ses acteurs. La première génératio (...)

37Alfred Nossig (1846-1943), sculpteur, peintre, écrivain34 – on lui doit un essai Pour résoudre le problème juif (1887) était très lié à Herzl puis sera abattu pour collaboration avec son Judenrat. On ne peut oublier l’important Meyer Balaban (1877-1942), historiographe de la ville dont les travaux font toujours autorité35. Arieh Feigenbaum (1885-1981) y fera ses études de médecine alors que né à Lemberg il avait été au lycée à Halberstadt. Preuve s’il en est besoin de l’importance de l’université fondée en 1661 par le roi de Pologne Jan Kazmierz. Il sera docteur en médecine de l’université de Vienne en 1911. Ce spécialiste d’ophtalmologie en Palestine dès 1913 après avoir été l’assistant du professeur Hirschberg à Berlin, sera le premier doyen de la préfaculté de médecine (19371944) puis enseignant à l’université hébraïque de Jérusalem36.

  • 37 Shapira Anita, Brenner. Une vie, Tel Aviv, 2008 [héb.], p. 136-166.
  • 38 Windhager Günther, Leopld Weis alias Muhammad Asad. Von Galizien nach Arabien 19001927, Wien, Weim (...)
  • 39 Trad. Paris 1976 (or. 1954).
  • 40 Trad. Florence Heymann, Paris, 2004 (or. 1924).

38Dans la mouvance de Jabotinsky, il n’eut pas les mêmes difficultés que son frère Dorian, lui aussi né à Lemberg qui tenta d’imposer, avant Max Eitingon, la psychanalyse en Palestine. Joseph Haim Brenner (1881-1929) nait à Novi Mlini en Ukraine, mais éditera la revue Revivim (1908-1909) à Lemberg avant de partir en Palestine. Sa récente biographe a fait un beau chapitre sur la période37. L’une des figures les plus curieuses est celle du neveu de Dorian Feigenbaum, Leopold Weiss (1900-1992) qui deviendra Mohamed Assad38, né à Lemberg, fils du rabbin de Cernowitz. Converti, traducteur du Coran, il fut l’un des fondateurs du Pakistan qu’il représentera à l’ONU. Son fils enseigne l’anthropologie à Columbia ! Outre une célèbre autobiographie, Les chemins de la Mecque39, on lui doit Un proche Orient sans romantisme, tiré40 de ses articles de la Frankfurter Zeitung relatant son voyage en Palestine de 1923. Il se convertira à l’Islam après son deuxième voyage en Orient (1924-1926).

  • 41 Fayet Jean-François, Karl Radek 1885-1939. Biographie politique, Bern, 2004.

39La vie du compagnon de Lénine puis ami de Trotsky Karl Radek (18851939 ?), né Sobelsohn à Lemberg est une suite de péripéties tragiques entre prison, vie clandestine, exil et fonctions officielles (mouvement communiste international, recteur de l’université Sun Yat Sen des étudiants chinois de Moscou !). Il a toujours tenté de maintenir le contact avec la gauche des Poalei Zion. On ne connaît toujours pas le lieu et la date de sa disparition41

40Presque son contemporain, Harry Torczyner (1886-1973) né à Lemberg sera notoirement connu comme l’un des premiers professeurs de sciences bibliques et hébraïques à Berlin puis à Jérusalem. Nathan Michael Gelber (1891-1966) né à Lemberg, secrétaire général de la délégation de la Galicie orientale à Vienne (1918-21) puis secrétaire de la société sioniste autrichienne a consacré sa vie à l’historiographie de la Galicie.

  • 42 Zur Geschichte philosophische Begründung des Zionismus, 1897. Hollander N., Jehoshua Thon, 1966, u (...)

41Osias (Jehoshoua) Thon (1870-1936) qui fut l’un des plus brillants élèves de Georg Simmel à Berlin, avait été à l’école à Lemberg avec Ehrenpreis et fut très engagé au côté de Herzl pour la préparation du premier congrès de Bâle (1897). On lui doit une des premières analyses philosophiques du sionisme42 ainsi qu’un ouvrage en hébreu sur Spencer (1910). Rabbin de Cracovie (1897) on le retrouve à Versailles au Comité des délégations juives puis élu au premier parlement polonais en 1919. Il est aussi une des âmes du mouvement Tarbout (culture) d’éducation juive en Pologne qu’il présidera pendant cinq ans. Nous avons déjà cité l’enquête démographique de son frère Ya’akov Yohanan (18801950). Après ses études de droit ce dernier travaille avec Arthur Ruppin à Berlin entre 1904-1907 puis part avec lui pour le Palestine Office de Haifa où il le remplacera durant son exil en Turquie entre 1916-1920. Il deviendra le premier chef du Conseil juif de Jérusalem, fonde et dirige le Conseil provisoire (Va’ad ha-zmani) puis le Conseil national (Va’ad Leoumi) jusqu’en 1930. Cofondateur du Brit Schalom (« Alliance pour la paix », pour un état binational) dont il s’éloignera, il sera l’un des dirigeants du Ha-Poel ha Zaïr puis du Mapai.

42Le Dr Bernard Hausner (1874-1938) enseigne le judaïsme dans les lycées de Lemberg entre 1899 et 1914 et sera consul de la République polonaise à Tel Aviv. Son fils Gideon Hausnar, né à Lemberg en 1915, sera l’accusateur d’Adolf Eichmann.

  • 43 Weil Sylvie, Chez les Weil. André et Simone, Paris, 2009, p. 115-117.
  • 44 Tollet Daniel, « La question juive en Galicie et la renaissance de la Pologne à la fin de la premi (...)

43Rappelons enfin les origines (Brody et Lemberg) de la famille de Simone Weil43. Moins bien connu et travaillé que l’antisémitisme de la région44, il y a donc bien un patriciat juif à Lemberg qui attend son chroniqueur.

  • 45 Gorniak-Kacikowska Krystyna, « Galizien als geistiger Hintergrund der Idee der Erneuerung des Jude (...)
  • 46 Cracovie, 1895 rééd Jérusalem. Voir sa bibliographie la plus complète dans Heuer Renate (Hg.), Lex (...)
  • 47 Traduction Robert Dumont, Paris, 1985.

44L’histoire de la famille Buber est intimement liée à Lemberg45. Salomon Buber, le grand père du philosophe, y nait le 2 février 1802 et y décède en 1906. Il en sera d’ailleurs l’un des historiens, consacrant un gros volume Anschei Shem (Grandes figures) aux rabbins et notables de la ville entre 1500 et 189046. Ce juif éclairé (maskil) semble avoir réussi à maintenir des contacts avec toutes les sensibilités juives de la ville. Il fut surtout un très grand savant. Ses archives arrivées à la Bibliothèque nationale de Jérusalem en 1934 montrent le réseau des correspondants de Heinrich Graetz à Nahum Sokolov de Leopold Zunz à Abraham Berliner. Outre une centaine d’articles érudits, une vie d’Elias Levita, on lui doit l’entrée dans une nouvelle ère de l’édition des midrachim dont il publie une vingtaine d’éditions critiques qu’il finance souvent lui-même aujourd’hui encore rééditées et utilisées. C’est un homme d’affaire avisé, possédant des mines de phosphate à la frontière, président de la chambre de commerce de Lemberg et bien entendu membre du conseil exécutif de la communauté juive depuis 1870. Il en sera de longues années le président respecté, portant même fièrement le titre de geheimer Kommerzienrath. Il fut enfin le correspondant local de l’Alliance Israélite Universelle. Son fils Carl Buber (1848-1935) nait et meurt à Lemberg, et après la naissance de Martin (1878) et son divorce, revint y vivre. Martin Buber y vécut entre 1881 et son retour à Vienne en 1896 pour ses études, d’abord chez ses grands-parents, puis chez son père. La première femme de ce dernier venait d’Odessa mais la seconde, Minna Halpern, était issue d’une vieille famille de Lemberg. Dans son petit texte Rencontre, il nous décrit ainsi sa famille47 :

Ma grand-mère Adèle était une de ces Juives des temps anciens qui, pour procurer à leurs époux la liberté et les loisirs nécessaires à l’étude de la Torah, se chargeaient du négoce avec un zèle prudent. Pour mon grand père, l’étude de la Torah avait une signification particulière. Bien qu’autodidacte, il était un philologue authentique à qui l’on doit les premières éditions critiques, faisant encore autorité aujourd’hui, d’un genre particulier de la littérature hébraïque, les Midrachim, mélange singulier d’apophtègmes et de légendes fleuries. Gros propriétaire foncier de son état, et de plus négociant en grains et possesseur de mines de phosphores à la frontière austro-russe, il comptait en outre, par son expérience et l’indépendance de son jugement, parmi les personnalités dirigeantes de la communauté juive et de la chambre de commerce de la ville.

45Il fréquente le Franz Joseph Gymnasium :

  • 48 Ce texte est écrit entre 1958 et 1962 date à laquelle il fut publié.

La langue d’enseignement et celles des rapports usuels était le polonais, mais l’atmosphère d’alors, qui nous semble aujourd’hui48 en marge de l’histoire, était celle qui régnait, ou paraissait régner entre les populations de la monarchie austro-hongroise. On se supportait les uns les autres sans se comprendre. Parmi les élèves les Polonais étaient de loin les plus nombreux, plus une petite minorité juive (les Ruthènes avaient leurs propres écoles). Les contacts personnels étaient bons, mais chaque communauté ignorait presque tout de l’autre.

46On a conservé quelques bulletins de sa scolarité et le lycée existe encore. Il continue :

Les élèves devaient être rassemblés avant huit heures du matin. À huit heures la sonnerie retentissait, un des professeurs entrait dans la classe et montait à la chaire surmontée d’un grand crucifix accroché au mur. Au même moment, tous les élèves se levaient de leurs bancs. Le maître et les élèves polonais faisaient le signe de croix, il prononçait la formule de La Trinité, ils la répétaient après lui, puis ils priaient ensemble à haute voix. En attendant de pouvoir nous rassoir, nous restions, nous les Juifs, immobiles, les yeux baissés.

47Il poursuit cette description saisissante :

J’ai déjà indiqué qu’on ne percevait dans notre école aucun sentiment de haine envers les Juifs. Dans mes souvenirs je ne trouve que des professeurs tolérants ou voulant le paraître. Mais pour moi, cette station debout quotidienne obligatoire dans la salle bruissant de la profession de foi étrangère m’était plus pénible que ne l’aurait été une manifestation d’intolérance. Assistant par force, obligé de participer comme une chose à une cérémonie sacrée à laquelle pas une once de ma personne ne pouvait ni ne voulait adhérer, et cela pendant huit ans jour après jour : voilà de quoi s’est imprégnée la substance vitale de l’enfant.
Personne n’essaya jamais de convertir l’un d’entre nous, les Juifs, et cependant mon hostilité envers tout prosélytisme a pris racine dans l’expérience de cette époque.

  • 49 Der Israelit, 16 III 1883. Sur Joseph Kobek (1832-1913), la notice de Wilke Carsten, Biographische (...)

48C’est un rabbin, le Dr Joseph Kobek qui enseignait la religion juive dans les lycées allemand et polonais49. On trouve un Wilhelm Buber, chef de l’entreprise Buber u.Schermant. Sur le faire part de décès de Salomon Buber sont mentionnés ses frères Adolf, Josef, Moses et Sigmund Buber. On trouve enfin un Marceli Buber dans le Judenrat de Lemberg crée le 22 juillet 1941. Un des agents littéraires d’Anna Seghers, Bronislav J. Buber, décédé en 1950 semble n’avoir qu’un lointain rapport avec cette famille.

49Martin Buber se rendit plusieurs fois à Lemberg jusqu’en 1938, autant pour des questions d’héritage que pour des conférences. Il est évident que ses rapports avec la Galicie méritent une monographie. Il faudrait encore suivre dans la presse quotidienne juive et non juive son impact. Alors une partie de l’histoire des Juifs de Lemberg, de la Galicie et de l’Ukraine pourra être réécrite.

Notes

1 Voir parmi les récents catalogues, Kupovetsky Mark et al., Jewish Documentary Sources in Moscow Archives. A Guide, Moscou, 1997. Pickholtz Israel, « Kollel Galicia Records », Sharsherot Hadorot. Journal of Jewish Genealogy, 15, 2001, p. 20-30, XXXVII-XXXVIII.

2 Grimsted Patricia K., « The Odyssey of the Petliura library and the records of the Ukrainian National Republic during worl war II », in : Gittelman Zwi et al. (eds.), Cultures and Nations of Central and East Europe. Essays in Honor of Roman Szporluk, Cambridge Mass, 2000 (Harvard Ukrainian Studies XXII, 1998), p. 181-208.

3 Schenk Dieter, Der Lemberger Professorenmord und der Holocaust in Ostgalizien, Bonn, 2007. Et les souvenirs de Marian M. Pretzel (1985, rééd. 1989), David Kahane (1990), Tikva Nathan (1997) et Eliahu Yones (2004).

4 Baratov Omer, Erased. Vanishing Traces of Jewih Galicia in Present-Day Ukraine, Princeton, Oxford, 2007. Mendelsohn Ezra, Painting a People. Maurycy Gottlieb and Jewish Art, Hanover, London, 2002. Bartal Israel (eds.), Polin XII (1999) et The Jews of Eastern Europe 1772-1881, trad. C. Naor, Philadelphia, 2005 (or. Héb. 2002) sans oublier les travaux de Jean-Marie Delmaire et Isabel Röskau-Rydel.

5 Histoire du mouvement sioniste en Galicie (héb.), Jérusalem, 1958, 2 vols. Le classique Pinkas ha-Kehillat Poland, (héb.) vol. II, Jérusalem, 1980, p. 1-47.

6 Zionism in Poland. The Formative Years 1915-1926, New Haven, London, 1981.

7 Rabbins et juges rabbiniques en Galicie durant la première partie du xixe siècle. Une typologie d’un leadership traditionnel en crise (héb.), Ph.D. Jérusalem, 2004.

8 Voir par exemple ses deux récents articles « Un ban à Lemberg 1816 » (héb.), in : Zion (2009) p. 173-198 et « Les maskilim de Lemberg et Erez Israel », in : Cathedra, 2009, p. 31-50.

9 Ortsfamilienbuch Lemberg/Galizien 1779-1870 nach Unterlagen der Genealogischen Forschungsstelle der Galiziendeutschen.

10 Stanislawski Michael, A Murder in Lemberg. Politics, Religion, and Violence, Princeton, Oxford, 2007 dont un résumé se trouve dans Les Cahiers du Judaïsme, 24 (2008), p. 24-27.

11 Outre le classique Subtelny Orest, Ukrain. A History, Toronto, Londres, 2005 (3 ed.), voir Kappeler Andreas, Petite histoire de l’Ukraine, trad. G. Imard, préf. Daniel Beauvois, Paris, 1997 (or. 1994) ; Anthologie de la littérature ukrainienne du xie au xxe siècle, publiée par la Société scientifique Sevcenko en Europe, Kiev Paris 2004 et l’excellente revue Cultures d’Europe Centrale, Paris, 2001 sq.

12 Zur Lage der jüdischen Bevölkerung Galizien (1904). Pappenheim Bertha, Sisyphus : gegen den Mädchenhandel. Galizien, hg. Helga Henback, Freiburg, 1992.

13 Herzberg Arthur, A Jew in America. My Life and a People Struggle for Identity, San Francisco, 2002, p. 8.

14 Segel Benjamin, Die Entdeckungsreise des Herrn Dr. Theodor Lessing zu den Ostjuden, Lemberg, 1910.

15 Leipzig, 1885.

16 Czaplicka John (éd.), LVIV. A City in the Crosscurrents of Culture, Cambridge Mass 2002 (= HUS vol. XXIV 2000) et le superbe ouvrage de Gorska Aleksandra, Tylko we Lwowie, intr. Zdzislaw Zygulski (jun.), Cracovie, sd.

17 Heymann Florence, Le crépuscule des lieux, Paris, 2003, les souvenirs de Yavetz Zvi, Erinnerungen an Cernowitz. Wo menschen und Bücher lebten, München, 2008 (2e éd.) et bien entendu la littérature sur Paul Celan ou sur Bruno Schulz, né à Drohobycz mais étudiant à Lemberg.

18 Delphine Bechtel, « Galizien, Galicja, Galitsye, Halychyna. Le mythe de la Galicie disparue à la résurrection (virtuelle) », Cahiers d’Europe Centrale, 4, 2004, p. 56-77. Rudnytsky Ivan L., « The proble of ukrainian-jewish-relation in nineteenth century ukrainian political thought », in : Rudnytsky Ivan L., Essays in Modern Ukrainian History, ed. Peter L. Rudnytsky, Cambridge Mass, 1987, p. 299-313.

19 Paris 2007, voir von Glassenapp Gabrielle et Horch Hans Otto (Hg.), Ghetto Litteratur. Eine Dokumentation zur deutsch-jüdischen Literaturgeschichte des 19. und frühen 20. Jahrhunderts, Tübingen, 2005, p. 1012-1034 et le dossier de Jean Paul Corsetti dans son édition de La pêcheuse d’Âmes, Seyssel, 1991.

20 Klijamenko Ania, Lemberg Entdecken, Berlin, 2005, Hermann Simon et al., Lemberg. Eine Reise nach Europa, Berlin, 2007.

21 Mark Rudolph, Galizien unter Österreichischen Herrschaft. Verwaltung – Kirche –Bevölkerung, Marburg, 1994 indique des listes précieuses. Voir aussi le florilège dirigé par Karlheiz Mack (Hg.) Galizien um die Jahrhundertwende. Politische, soziale und kulturelle Verbindungen mit Österreich, München 1990.

22 Die Juden in Oesterreich, Berlin, 1908.

23 Minczeles Henri, Plasseraud Yves, Pourchier Suzanne, Les Litvaks. L’héritage universel d’un monde disparu, Paris, 2008.

24 Frankfurter Zeitung, 20 novembre 1924, in : Croquis de voyages. Récits, trad. J. Ruffet, Paris, 1994, p. 333.

25 En 1914 les juifs constituent 22 % des propriétaires terriens en Galicie, Gasowski Thomasz, « From Austeria to the Manor : Jewish landowners in autonomous Galicia », in : Polin XII (1999), p. 120-136, ainsi que les souvenirs de Mordechai Braude, Jérusalem, 1960.

26 Wistrich Robert S., The Jews of Vienna in the Age of Franz Joseph, Oxford, 1990 ; Rozenblit Marsha L., TheJews of Vienna 1867-1914. Assimilation and Identity, Albany NY, 1983.

27 Outre Stanislawski M., A Murder in Lembergop…, op. cit., Wilke Carsten, Biographisches Handbuch der Rabbiner, Hg. Michael Brocke, Julius Carlebach, München, 2004, vol. I/2, p. 535-537.

28 En attendant la publication de la thèse de Rachel Manekin (2000 Ph.D. Univ. hébr. de Jérusalem) sur le sujet, il existe une réédition (Jérusalem 2005) des statuts de 1878.

29 Mendelsohn Ezra, « Jewish Assimilation in Lvóv : The Case of Wilhelm Feldman », Slavic Review, 28 (1969), p. 577-590.

30 Die Juden, op. cit., p. 103-104.

31 Isaac Barzilay, Shlomo Yehuda Rapoport (Shir) 1790-1867 and his Contemporaries. Some Aspects of Jewish Scholarship of the Nineteenth Century, Leiden, 1969.

32 Marcus Ehrenpreis, Mitt Liv. Mellan öster och vaster, Stockholm, 1946, p. 11-60 (trad. partielle en hébreu, De l’est à l’ouest, Tel Aviv, 1953 (rééd. Jérusalem 1986), p. 7-34.

33 Jay Rovner, The Masar Kesafim. Ledger of Modechai Zeev Ehrenpreis of Lvóv, New York Jerusalem 2003 et Hagit Cohen, Dans la boutique du vendeur de livres. Magasins de livres juifs dans l’Europe centrale dans la deuxième partie du 19e siècle (héb.), Jérusalem, 2006.

34 Ezra Mendelsohn, « From assimilation to Zionism in Lvóv : the case of Alfred Nossig », The Slavonic Review, XLIX (1971) p. 521-524.

35 Voir la récente évocation de Michael G. Müller « Majer Blaban (1877-1942) und das Konzept einer polnisch-jüdische Geschichte », Jahrbuch des Simon Dubnow Instituts, 2 (2003), p. 387-406.

36 Eva Telkes-Klein, L’Université hébraïque de Jérusalem à travers ses acteurs. La première génération de professeurs 1925-1948, Paris, 2004, p. 186-190.

37 Shapira Anita, Brenner. Une vie, Tel Aviv, 2008 [héb.], p. 136-166.

38 Windhager Günther, Leopld Weis alias Muhammad Asad. Von Galizien nach Arabien 19001927, Wien, Weimar, 2003 et Florence Heymann, Un Juif pour l’Islam, Paris, 2005.

39 Trad. Paris 1976 (or. 1954).

40 Trad. Florence Heymann, Paris, 2004 (or. 1924).

41 Fayet Jean-François, Karl Radek 1885-1939. Biographie politique, Bern, 2004.

42 Zur Geschichte philosophische Begründung des Zionismus, 1897. Hollander N., Jehoshua Thon, 1966, une anthologie allemande de ses articles parus en 1930.

43 Weil Sylvie, Chez les Weil. André et Simone, Paris, 2009, p. 115-117.

44 Tollet Daniel, « La question juive en Galicie et la renaissance de la Pologne à la fin de la première guerre mondiale », in : Brice Catherine et Miccoli Giovanni (éds.), Les racines chrétiennes de l’antisémitisme politique (fin xixe-xxe siècle), Rome, 2003, p. 215-229.

45 Gorniak-Kacikowska Krystyna, « Galizien als geistiger Hintergrund der Idee der Erneuerung des Judentums bei Martin Buber », in : Kaszynski Stefan H. (Hg.), Galizien. Eine literarische Heimat, Poznan, 1987.

46 Cracovie, 1895 rééd Jérusalem. Voir sa bibliographie la plus complète dans Heuer Renate (Hg.), Lexikon deutsch-jüdischer Autoren, vol. 4, München, Paris, 1996, p. 304-309.

47 Traduction Robert Dumont, Paris, 1985.

48 Ce texte est écrit entre 1958 et 1962 date à laquelle il fut publié.

49 Der Israelit, 16 III 1883. Sur Joseph Kobek (1832-1913), la notice de Wilke Carsten, Biographisches Handbuch, op. cit., vol. II, p. 531-532.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site