Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

La querelle de la nouvelle version des psaumes dans le Refuge huguenot1

Myriam Yardeni

Texte intégral

  • 1 Article rédigé au NIAS - Netherlands Institute for Advanced Study in the Humanities and Social Scie (...)
  • 1 R. ZUBER, "Les Psaumes dans l’histoire des Huguenots”, BSHPF, 23, (1977), pp. 350-361.
  • 2 Sur l’incitation de Calvin, cf. P. F. GEISENDORF, Théodore de Bèze, Genève-Paris, 1949, pp. 54-55 ( (...)

1Les Psaumes ont toujours joué un immense rôle dans la religion vécue et quotidienne des protestants français. Les Psaumes fournissent en même temps, l’expression la plus fidèle de la sensibilité religieuse des huguenots. Roger Zuber souligne aussi le rôle actif, militant, presque provoquant du psautier huguenot dans la diffusion de la Réforme en France1. A l’époque des grandes persécutions, les huguenots souffrent et meurent en chantant des Psaumes. Rôle d’édification, moyen de soutien et voie de recueillement et de piété, on ne peut assez souligner l’importance des Psaumes pour les croyants protestants. Or, tous ces rôles, toutes ces fonctions sont liés au psautier de Clément Marot et à sa traduction des Psaumes. Psaumes chantés sur des airs populaires, voire mondains de l’époque, en vogue à la cour de François 1er. On sait que la traduction des derniers Psaumes fut complétée par Théodore de Bèze2.

2La connaissance intime des Psaumes fait aussi partie de la pratique quotidienne de la religion. Or là, nous touchons à un dogme central de l’enseignement de Calvin – l’importance de la transparence de ces textes, chantés et récités en langue vernaculaire et comprise par tous les croyants : femmes, enfants, érudits et simples. D’autre part, on connaît aussi les immenses progrès accomplis par la langue française au cours des 150 ans et plus révolus depuis la traduction des premiers Psaumes. Progrès qui ont fait du français la lingua franco de l’époque, l’héritier du latin et moyen de communication privilégié de la République des Lettres. Or, les huguenots ne vivent pas en vase clos. Ils parlent, lisent, écrivent et comprennent cette nouvelle française. Le français du XVIe siècle, le français des Psaumes devient pour eux un langage où le contenu émotionnel joue un rôle beaucoup plus important que la transparence.

  • 3 Ch. DRÉLINCOURT, Neuf dialogues contre les missionnaires, Genève, 1655, Dialogue second, pp. 58- 60

3De plus, les mélodies "mondaines" de ces Psaumes, leur langue "barbare" constituent depuis longtemps une arme efficace entre les mains des controversistes catholiques. Charles Drélincourt, pasteur de Charenton, prend la défense des Psaumes contre leurs détracteurs catholiques dans ses Neuf Dialogues contre les Missionnaires. A l’argument du missionnaire, selon lequel "les vers en sont fort grossiers, il y a de vieus mots qui ne sont plus en usage, des fassons de parler barbares et des rimes insupportables", le chrétien réformé, en l’occurrence Drélincourt, répond : "il faut considérer le tems que cela a esté fait, et le style qui avoit alors vogue... J’avoue que depuis ce temps-là la langue Françoise a grandement changé et qu’elle est parvenuë à un tout autre degré de délicatesse et de perfection". Mais, les nouvelles traductions catholiques ne sont que des paraphrases et, ajoute Drélincourt, "si nos Pseaumes ne sont pas capables de contenter les sens et de chatouiller l’oreille, je soutiens qu’ils sont fort propres à émouvoir les consciences et à élever le cœur à Dieu... Nostre peuple est accoûtumé aus vieux mots qui vous choquent si fort... Je croy que l’on peut changer ceus qui ne sont plus du tout en usage, et qui avec le tems deviendroient inintelligibles"3.

  • 4 BOVET, op.cit., p. 157.
  • 5 Ibid., p. 158.
  • 6 E. de BUDE, Vie de Bénedict Pictet, Lausanne, 1874, pp. 19-31.
  • 7 Cité d’après la note de R. STAUFFENEGGER, Eglise et société, Genève au XVIIe siècle, 2 vols., Genèv (...)

4C’est ce qu’entreprend en effet l’Eglise de Paris qui charge Valentin Conrart de procéder à cette révision. Mais, avec les persécutions et les malheurs du temps qui s’abattent sur les communautés protestantes, le projet est abandonné. Pourtant, Valentin Conrart, qui s’échappe entre temps à Genève, continue son œuvre. A sa mort, en 1675, c’est Marc Antoine La Bastide qui finit le travail4. Une première partie de ces remaniements, ou plutôt de cette nouvelle traduction de Conrart paraît en 1677, munie de l’approbation des ministres de Charenton. Le recueil complet voit le jour en 1679 et porte l’approbation de plusieurs synodes provinciaux5. Mais désormais, l’affaire est reprise en main par Genève et c’est la Compagnie des Pasteurs de cette ville qui poursuit la réforme. Elle charge trois de ses membres, dont Bénedict Pictet de "christianiser" les Psaumes6. En effet, la vénérable Compagnie pense qu’il est très peu charitable et chrétien de continuer à réciter les malédictions des anciens Juifs contre leurs ennemis. Comme l’explique Jean de La Placette dans une lettre de Copenhague, du 7 novembre 1700 : "Il me semble que parmi nos Psaumes il y en a plusieurs qui ne conviennent point du tout à l’usage que nous en faisons, et que ce qu’ils contiennent est très différent de ce qu’il faudroit penser en ces occasions. Il y a mesme quelques endroits, dont il est certain que bien de gens font un très mauvais usage, telles que sont par exemple les imprécations, que le Prophète fait contre les ennemis de Dieu et de l’Eglise, et que plusieurs appliquent à leurs ennemis particuliers..."7

  • 8 BUDE, op. cit., pp. 26 et ss., BOVET, op. cit., p. 164.
  • 9 E. de BUDE, Lettres inédites adressées de 1686 à 1737 à J.A. Turrettini, 3 vols., Paris-Genève, 188 (...)

5A la version remaniée des Psaumes on ajoute aussi les cantiques de Pictet composés à partir de textes tirés du Nouveau Testament8, car comme le dit Ostervald dans une lettre adressée à Turrettini "il y a assez longtemps que nous louons Dieu à la judaïque"9.

  • 10 Bovet donne comme date le 12 janvier 1700. La lettre circulaire conservée à la Bibliothèque de la S (...)
  • 11 BOVET, op. cit., p. 186.
  • 12 Pour une revue, pas toujours exacte, voir ibid., pp. 166 et ss., ainsi que la note de STAUFFENEGGER (...)
  • 13 F.R. S. KNETSCH, Pierre Jurieu. Theoloog en politikus der Refuge, Kampen, 1967, pp. 364-366. Sur Ju (...)
  • 14 Ostervald à Turretini, in BUDE, op. cit., t. II, p. 385. C’est l’expression dont se sert Jurieu lui (...)

6En 1700, la Compagnie des Pasteurs de Genève propose aux Eglises protestantes de langue française d’adopter la nouvelle version dans une lettre circulaire signée par son modérateur, Louis Tronchin10. Ainsi s’ouvre un grand débat qui se poursuit dans tous les refuges. L’âpreté des discussions et les accusations réciproques font dire à Bovet qu’il s’agit d’un véritable schisme11. En effet, tous les refuges participent au débat et expriment leur opinion pour ou contre l’adoption de la nouvelle version12. L’orage éclate avec la prise de position passionnée de Jurieu contre le nouveau texte13. "Ce Mr. Jurieu est né pour troubler l’Eglise, et jamais homme ne fit plus le tyran et le Pape"14. En effet, à l’instigation de Jurieu, plusieurs églises changent leur avis favorable concernant l’introduction de la version de Conrart.

  • 15 BOVET, op. cit., p. 168.
  • 16 Superville à Tronchin, le 20.3.1700. BPU Genève, Arch. Tronchin, 42, fol. 66 B.

7La lutte contre la nouvelle version commence à Rotterdam, où le synode wallon des Provinces Unies réuni sous la présidence de Jurieu rejette crûment la proposition de l’Eglise de Genève15, attitude prévisible si on en croit Daniel de Superville, lui aussi pasteur de l’église de Rotterdam : "Je suis persuadé qu’il n’y a gueres d’espérer de la faire recevoir dans nos Eglises wallonnes de ce pays. S’il avoit plu à Dieu nous conserver en France je ne doute point que nous n’eussions à présent gagné cela. Mais il est bien plus difficile d’introduire cette prétendue nouveauté dans les églises wallonnes de ces Provinces. Le seul nom de nouveauté effarouche les gens. Les plus vieux ministres qui sont wallons ou flamands de naissance sont ennemis de tout ce qui ne s’accorde pas avec leurs anciens usages et crient contre les nouveaux venus comme voulans tout changer. Les consistoires de nos plus considérables Eglises ne sont presque composés que de walons, ou flamands, qui n’entendent pas mieux le bon françois que les vieux mots et peut-être même que le vieux langage leur est plus facile tant par l’habitude que parce qu’il ressemble plus au vrai langage wallon."16

  • 17 BPU Genève, Ms. fr. 485, Affaires anglaises, f-o 76.

8En effet, Jurieu réussit, par ses interventions, à changer l’avis favorable d’églises aussi anciennement implantées que celles de Londres, comme par exemple l’église de Savoye : "Vous attendés sans doute, que je vous informe de la manière qu’on regarde ici la nouvelle version des Psaumes, pour y répondre, je vous dirai, Monsieur, que l’on auroit rencontré par deçà la même facilité qu’on a eu à Genève et ailleurs où on les a introduits, si certains petits génies qui se faisoient une gloire d’avoir Mr. Jurieu à leur tête, ou d’autres plus relevés, mais qui ont renoncé depuis long temps à tout principe d’honneur, et qui en cette occasion ont eu recours à mille voyes basses et indignes de leur caractère, n’étoient allés de maison en maison y porter la division et briguer des suffrages pour qu’on se déclare pour l’ancienne version, le nombre des oposans qui étoit petit d’abord, j’entend parmi les françois, et non parmi les wallons, s’est accreu considérablement... De sorte que plusieurs de ceux qui étoient il y a quelque tems à la tête de ceux qui désirent ce changement, commencent à se ranger à présent du côté le plus fort, et il n’y a que la ruse qui puisse les introduire."17

9Scandale, division, schisme, tous apparemment dus à l’action irresponsable de Jurieu. Comme on l’a vu, Jurieu réussit à mettre en marche de loin, de véritables procédés électoraux modernes et démocratiques, basés sur une campagne de persuasion de porte à porte, difficilement acceptables par les oligarchies en place.

  • 18 Ostervald à Turrettini, in BUDE, op. cit., t. II, pp. 382-383.

10Celles-ci, en effet, auraient préféré probablement suivre les méthodes d’Ostervald à Neuchâtel. Ostervald soutient sans fléchir les pasteurs de Genève, tout en étant conscient des difficultés : "... le commun peuple, et surtout les paysans de nos montagnes dont l’opiniatreté et l’entestement vont au delà de l’imagination, n’examineront point la force des raisons. Il suffira de dire qu’il y a des disputes sur les Psaumes, et qu’un Ministre fameux les condamne, pour les confirmer dans la prévention où ils sont. Ils disent hautement que l’on n’a pas dû se distinguer des Eglises de Berne, quelques communautés s’opposent ouvertement au reglement de nostre Compagnie, et il y en a mesme un qui a fait dire au Pasteur du lieu qu’elle ne vouloit point consentir à l’introduction des Psaumes nouveaux... Dans ces circonstances il semble qu’il ne soit pas à propos de donner connoissance au peuple de tous ces démelés..."18

11Il serait difficile dans le cadre de ces quelques pages d’entrer dans les détails et d’analyser les positions des différentes églises. Berlin est pour la révision, mais préférerait qu’elle soit faite par l’un de ses pasteurs, le fameux Isaac de Beausobre. Amsterdam penche vers l’acceptation de la version Conrart-La Bastide.

  • 19 LADEVEZE, Lettre sur le sujet de l’ancienne et de la nouvelle version des Pseaumes en vers françois (...)
  • 20 Ibid., pp. 17-18.
  • 21 Ibid., p. 24.
  • 22 Pour les différentes phases de ce processus : BOVET, op. cit., pp. 169-173. STAUFFENEGGER, op. cit.(...)

12Ladevèze résume d’une manière claire et objective les positions des antagonistes et leurs arguments dans un traité écrit en août 1700 et publié une année plus tard19. Il se défend de prendre position pour l’un des deux partis20. Néanmoins, il penche pour la réforme et suggère "qu’il faudra rendre ce changement le moins sensible que l’on pourrait en faveur de ceux qui sont accoutumez à l’ancienne version des Psaumes dont il faut retenir l’essentiel"21. On sait que le temps vaincra les oppositions et que lentement, la nouvelle version prendra la place de l’ancienne22.

  • 23 Tous les journaux, mercures, gazettes et mémoires consacrent de longs développements à l’affaire. D (...)

13Episode sans importance dans l’histoire du Refuge ? Tempête dans un verre d’eau ? Sûrement pas23. La querelle de l’introduction d’une nouvelle version des Psaumes est un indicateur important qui révèle et qui met en lumière des processus déjà entamés dans le Refuge. En même temps, elle met en évidence des problèmes théologiques non négligeables dans l’histoire de la doctrine calviniste. En dernier lieu, elle est aussi un révélateur des sensibilités religieuses du Refuge. Sensibilités, sans lesquelles il serait difficile de comprendre tant de décisions individuelles et collectives qui se cachent derrière cette grande migration religieuse, la plus grande des temps modernes.

  • 24 M. YARDENI, Le Refuge Protestant, Paris, 1985, pp. 208-213.
  • 25 "La liaison que nous avons euë, depuis la Réformation, avec les Eglises Françoises, nous a fait cro (...)
  • 26 Ibid.

14C’est avec l’affaire des Psaumes que Genève s’approprie en quelque sorte, pour la première fois le rôle de l’Eglise de phare du calvinisme français24. Bien sûr, elle souligne qu’elle agit et qu’elle veut agir en bonne entente avec toutes les autres églises calvinistes françaises, celles du Refuge, nouvellement établies et elles implantées depuis longtemps25. Néanmoins, quand elle pèse le pour et le contre, elle prend sans hésitations ses décisions contre ceux qui "ne pourroint [sic] souffrir qu’on leur fit abandonner des Psaumes qu’ils savoint [sic] par cœur ; et dont ils avoint [sic] tiré toute leur vie une si grande consolation, pour apprendre de nouveaux, que l’âge, ou le défaut de mémoire ne permettroit pas de savoir jamais, ou sans une peine fort désagréable." En fin de compte, les considérations théologiques d’une part et les intérêts de "l’Eglise calviniste" en tant qu’institution de l’autre pèsent bien plus lourdement que les regrets nostalgiques et les réticences de quelques individus. Les raisons alléguées se fondent sur la parole même de Dieu : "nulle Eglise, si elle écoute St. Paul ne doit faire le service divin, ni en tout, ni en partie en des termes qui sont inintelligibles." L’autre raison c’est "le mépris avec lequel nos adversaires parloint [sic] de nos Psaumes, et les railleries qu’ils en faisoint [sic] dans leurs prédications". Or, pour la vénérable Compagnie de Genève il ne fait pas de doute "qu’il faloit rendre honorable notre religion, si nous voulions déferer à l’ordre de St. Paul, qui recommande fortement au 14e de l’Epitre aux Cor. d’avoir dans le service de Dieu un très grand égard aux étrangers de la foi"26. Somme toute, la victoire de l’institution sur l’individu.

  • 27 SHPF, Ms. Court nr. 49 (Mélanges), 16, r-o. Sur les psaumes chez BAYLE : Critique générale de l’His (...)

15Pourtant, il serait présomptueux de "condamner" l’Eglise de Genève au nom d’un individualisme déplacé dans le contexte des événements où se déroule la querelle de l’introduction de la nouvelle version des psaumes. Dans le regard rétrospectif d’Antoine Court, le restaurateur du protestantisme en France, c’est le problème théologique qui prime le débat et en fin de compte il reprend, au nom de Bayle, les arguments genevois : "Bayle en parlant des Psaumes de Conrart dit que "c’étoit un changement tout à fait nécessaire, car de la manière dont nos Ps. sont batis, ils servent de jouët aux ennemis et de la raillerie aux prophanes entre nous. Il faut ôter cette pierre d’achopement aux uns et aux autres. On pourroit nous accuser de superstittion si nous faisions scrupule d’abandonner la vieille poésie de Clément Marot et de Théodore de Bèze, outre que notre postérité tomberoit enfin dans l’erreur de prier en langue non connue du peuple"27.

  • 28 Et, bien qu’il "faut être bien hardi dans ces siècles pour oser parler de prodiges, de merveilles, (...)

16Dans une telle perspective, le fougueux Jurieu fait certainement vieux jeu. On le soupçonne, peut être à raison, de voir dans les démarches genevoises une offense personnelle. Pourtant, il ne faut pas oublier que de tous les pasteurs du Refuge, il reste le plus proche du troupeau abandonné en France. Qu’il le soutient dans ses admirables Lettres pastorales dans lesquelles il revient plusieurs fois aux Psaumes, soit en tant que source de consolation, soit en tant que source de réconfort28.

  • 29 L’imprimeur, qu’Ostervald consulte concernant la publication des deux lettres de Turrettini qui tra (...)

17Enfin, ajoutons encore une dimension à la querelle des Psaumes : celle des intérêts économiques et commerciaux. Les libraires qui possèdent dans leurs stocks les anciennes versions poussent leurs pasteurs à prendre position en leur faveur. Ceux qui veulent écouler les stocks de la nouvelle version les poussent à prendre des positions opposées29.

  • 30 BOVET, op. cit., p. 186.

18C’est en 1729 que tombe, il est vrai, ébranlé déjà depuis de longues années, le dernier bastion de l’ancienne traduction des psaumes de Marot et de Bèze. Les Etats Généraux des Provinces Unies autorisent l’usage d’une nouvelle version, largement basée sur Conrart et le synode de Bois-le-Duc fixe son introduction solennelle au premier dimanche d’août. Et à Bovet de constater : "Les psaumes ne retrouvèrent jamais sur leur nouvelle forme la popularité qu’ils avaient eue précédemment"30. Ce que Bovet ne réalise pas c’est peut-être que cette nouvelle génération de psaumes n’eut plus à jouer le même rôle, ni à remplir les mêmes fonctions que leurs prédécesseurs.

Notes

1 R. ZUBER, "Les Psaumes dans l’histoire des Huguenots”, BSHPF, 23, (1977), pp. 350-361.

2 Sur l’incitation de Calvin, cf. P. F. GEISENDORF, Théodore de Bèze, Genève-Paris, 1949, pp. 54-55 (rééd. 1970). Sur cette question : C. MAROT et Th. de BEZE, Les Psaumes en vers français, Fac-similé de l’édition genevoise de Michel Blanchier, 1564. Publié avec une introduction de Pierre PIDOUX, Genève, 1986. Sur la part de BEZE, pp. 16-19. Voir également F. GARDY, Bibliographie des œuvres théologiques, littéraires, historiques et juridiques de Théodore de Bèze, Genève, 1960, nos. 228-237 pour les psaumes en latin. Tous mes remerciements à mon collègue au NIAS, le Professeur Hans Posthumus Meyjes qui m’a aidé à clarifier cette question. Sur le psautier huguenot en général : F. BOVET, Histoire du Psautier des Eglises réformées, Paris, 1872, est toujours de première utilité, O. DOUEN, Clément MAROT et le Psautier huguenot, 2 vols., Paris, 1878-1879, Le Psautier, ses origines, ses problèmes littéraires, son influence, éd. R. de Langhe, Louvain, 1962, ainsi que la revue Psaume – Bulletin de recherche sur le Psautier huguenot, depuis 1987, rédacteurs L. GUILLO et J. M. NOILLY.

3 Ch. DRÉLINCOURT, Neuf dialogues contre les missionnaires, Genève, 1655, Dialogue second, pp. 58- 60.

4 BOVET, op.cit., p. 157.

5 Ibid., p. 158.

6 E. de BUDE, Vie de Bénedict Pictet, Lausanne, 1874, pp. 19-31.

7 Cité d’après la note de R. STAUFFENEGGER, Eglise et société, Genève au XVIIe siècle, 2 vols., Genève, 1984. Cette note, vol. Il, pp. 928-931, constitue elle-même un article précieux sur la querelle des Psaumes.

8 BUDE, op. cit., pp. 26 et ss., BOVET, op. cit., p. 164.

9 E. de BUDE, Lettres inédites adressées de 1686 à 1737 à J.A. Turrettini, 3 vols., Paris-Genève, 1887,
t. II, p. 384.

10 Bovet donne comme date le 12 janvier 1700. La lettre circulaire conservée à la Bibliothèque de la SHPF, Ms. 729, nr. 25, porte la date du 26 novembre 1700.

11 BOVET, op. cit., p. 186.

12 Pour une revue, pas toujours exacte, voir ibid., pp. 166 et ss., ainsi que la note de STAUFFENEGGER, op. cit.

13 F.R. S. KNETSCH, Pierre Jurieu. Theoloog en politikus der Refuge, Kampen, 1967, pp. 364-366. Sur Jurieu voir aussi R. HOWELLS, Introduction à l’édition des Lettres Pastorales de Jurieu, Hildesheim, Zurich, New York, 1988, pp. VH-LXXVII.

14 Ostervald à Turretini, in BUDE, op. cit., t. II, p. 385. C’est l’expression dont se sert Jurieu lui-même, d’après la version que donne le ministre Dubourdieu de la Lettre à Monsieur D.B. Avis modeste sur le changement de Pseautier, s.l.n.d. dans sa Lettre de Mr. Jurieu, à un des Ministres de la Savoye, au sujet des nouveaux pseaumes qu’on a mis en usage à Genève, Rotterdam 28 VII 1700 : "c’est ramener la tyrannie patriarcale et papale". Cité d’après KNETSCH (voir supra, n.13), p. 365.

15 BOVET, op. cit., p. 168.

16 Superville à Tronchin, le 20.3.1700. BPU Genève, Arch. Tronchin, 42, fol. 66 B.

17 BPU Genève, Ms. fr. 485, Affaires anglaises, f-o 76.

18 Ostervald à Turrettini, in BUDE, op. cit., t. II, pp. 382-383.

19 LADEVEZE, Lettre sur le sujet de l’ancienne et de la nouvelle version des Pseaumes en vers françois, Amsterdam, 1701.

20 Ibid., pp. 17-18.

21 Ibid., p. 24.

22 Pour les différentes phases de ce processus : BOVET, op. cit., pp. 169-173. STAUFFENEGGER, op. cit., p. 930.

23 Tous les journaux, mercures, gazettes et mémoires consacrent de longs développements à l’affaire. Déjà, en 1695, Gabriel D’ARTIS en parle dans le Journal de Hambourg, t. II, pp. 9, v-o, 12, r-o. Voir aussi, J. ROU, Mémoires inédits et opuscules, 2 vols., Paris, 1857, t. II, p. 258, etc.

24 M. YARDENI, Le Refuge Protestant, Paris, 1985, pp. 208-213.

25 "La liaison que nous avons euë, depuis la Réformation, avec les Eglises Françoises, nous a fait croire que nous devions vous communiquer ce que nous avons fait dans cette ville, touchant les Pseaumes" (Société de l’Histoire du Protestantisme Français, Ms. 729, nr. 25).

26 Ibid.

27 SHPF, Ms. Court nr. 49 (Mélanges), 16, r-o. Sur les psaumes chez BAYLE : Critique générale de l’Histoire du Calvinisme, Lettre XIV et l’article Sainte Aldegonde, remarque 31 dans le Dictionnaire historique et critique.

28 Et, bien qu’il "faut être bien hardi dans ces siècles pour oser parler de prodiges, de merveilles, de présages et d’autres choses semblables", les pseaumes signifient bel et bien de tels "miracles" : ... en plusieurs lieux où il y avoit autrefois des Temples, on a ouï des voix dans les airs, si parfaitement semblables aux chants de nos Pseaumes, qu’on n’a pû les prendre pour autre chose", P. JURIEU, VII, Lettre pastorale, éd. R. Howell (voir n.13), p. 49. "Miracle" qui traduit parfaitement l’immense rôle des psaumes et leur impact sur l’imaginaire des croyants en détresse. Voir aussi : H. BOST, "Orthez ou le chant des anges. La VIIe Lettre pastorale de Jurieu”, BSHPF, 135 (1989), surtout pp. 414-415.

29 L’imprimeur, qu’Ostervald consulte concernant la publication des deux lettres de Turrettini qui traitent de la polémique avec Jurieu, souhaite de sçavoir si l’on veut se charger de tous les exemplaires, en sorte qu’ils ne se débitent pas dans le pays. Il craint "que si cette lettre paroissoit, cela ne produisit un mauvais effet et n’empeschat le débit des Psaumes nouveaux” (BUDE, op. cit.,
t. II, p. 381). Voir aussi : J.-D. CANDAUX, "Le Psautier huguenot chez les imprimeurs néerlandais : Concurrence ou spécialisation ?" C. BERKVENS-STEVELINCK, H. BOTS, P. G. HOFTIJZER, o. s. LANKHORST (éds.), Le Magasin de l’Univers, The Dutch Republic as Centre of the European Book Trade, Leiden, 1992, pp. 71-83.

30 BOVET, op. cit., p. 186.

Notes de fin

1 Article rédigé au NIAS - Netherlands Institute for Advanced Study in the Humanities and Social Sciences. Tous mes remerciements à cet Institut, pour les conditions de travail et de recherche exceptionnelles.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search