Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

Expier sa faute en Hongrie. Réminiscences de croisade et pacification politique sous Henri IV

Péter Sahin-Tóth

Texte intégral

1A l’issue de trente-cinq années de guerre civile la pacification du royaume d’Henri IV s’annonçait difficile. En effet, les ambitions des grands seigneurs habitués à poursuivre leurs intérêts particuliers au détriment de l’autorité monarchique ne cessaient de menacer la paix encore fragile. Dotés de prestige social ou militaire, ils étaient capables de mobiliser des forces importantes au service de leur propre cause. L’argent ou les titres prestigieux distribués par la monarchie se sont révélés parfois insuffisants pour les contenter. Dès lors d’autres moyens, notamment leur exclusion provisoire du milieu qu’ils étaient susceptibles de bouleverser, semblait être le procédé adéquat pour les neutraliser. D’autant plus que les bannis trouvaient facilement de l’emploi à l’étranger, compte tenu de l’ampleur des conflits internationaux de l’époque.

  • 1 A. DUPRONT, Le Mythe de Croisade. Etude de sociologie religieuse, Paris, 1956, 7 vol., Bib (...)
  • 2 A. COVILLE, Histoire de France sous la dir. d’E. Lavisse, Paris, 1911, t. IV, Ière partie, (...)
  • 3 Cf. p. ex. le discours de Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy. Il conçoit la croisa (...)

2Parmi les nombreux champs de bataille qui s’ouvraient devant la noblesse française, nous nous penchons ici sur la guerre de Hongrie (1593-1606) entre les Habsbourg et les Ottomans parce qu’elle représentait la "guerre juste" par excellence aux yeux des contemporains, en quelque sorte la continuation des croisades médiévales1. Or, celles-ci revêtaient dès leur origine le caractère d’une "épuration sociale", à laquelle l’Etat français devait recourir encore à la fin du XVIe siècle. De plus, on connaît des projets visant à envoyer en Hongrie les éléments indésirables de la société française dès le XIVe siècle2. Le discours et la pratique politiques de l’époque d’Henri IV n’avaient en effet qu’à redécouvrir ce vieil instrument répressif pour le mettre au service de la pacification du royaume3.

  • 4 Ainsi Madame Mornay, dont le fils a été provoqué en duel par un gentilhomme de Périgord. C (...)
  • 5 Quant au rapport entre duel et croisade en France, cf. François BILLACOIS, Le duel dans la (...)

3En abordant la problématique de "la croisade après les croisades”, il faut rappeler aussi un autre aspect de la guerre contre l’Infidèle : son caractère expiatoire. Duelliste ou rebelle, un pécheur pouvait se racheter par son départ en croisade. Pour le moins les contemporains tenaient pour légitime cette forme d’expiation sur le plan symbolique aussi bien que pratique4. Parce que l’exil, l’éloignement fut considéré comme un châtiment lourd. Par le départ volontaire ou contraint "le coupable a dû renoncer à ses fonctions, prérogatives et dignités, interrompre une carrière, briser un réseau de fréquentations et s’éloigner de son milieu" pour une période plus ou moins longue5.

4Dans cette étude nous analyserons brièvement trois exemples illustrant le phénomène de l’instrumentalisation des réminiscences de croisade sous le règne d’Henri IV. II s’agit d’une part des voyages en Hongrie de Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercoeur, et de Claude de Lorraine, prince de Joinville. D’autre part nous étudions un projet de "voyage de Hongrie" destiné à sauver la vie du maréchal de Biron.

  • 6 J.-A. THOU, Histoire Universelle, Londres, 1740, t. IX, livre CXX, p. 151 et 153. J.-P. BA (...)
  • 7 BABELON, op. cit., p. 623 et THOU, op. cit., t. IX, livre CXX, pp. 152-53.

5Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercoeur (1558-1602) et gouverneur de Bretagne ne s’est point empressé de se soumettre à l’autorité royale. Henri IV a dû se rendre en personne dans la province au commencement de 1598, pour qu’il se décide à traiter sérieusement. Le duc s’est pourtant tiré d’affaire sans trop de dommage. Quoiqu’il ait dû renoncer au gouvernement de Bretagne, il a reçu une indemnité énorme et une grosse pension. Il fut certes obligé de fiancer sa fille et unique héritière au bâtard du roi, César de Vendôme nommé du même coup, quoiqu’encore enfant, gouverneur de la province à la place de son futur beau-père. Cette union assurait aux Bourbon le contrôle de la fortune considérable que Mercoeur possédait en Bretagne par sa femme, Marie de Luxembourg, duchesse d’Etampes et de Penthièvre6. L’accord de réconciliation fut signé le 20 mars, et le roi a déclaré dans l’édit publié quelques jours plus tard qu’"il recevoit en grace le Duc de Mercoeur, les Ecclésiastiques, les Gentilshommes, et les Roturiers, qui s’étoient attachés à son parti". Sa résistance fut justifiée sous le prétexte que "le Duc n’avoit agi ainsi, que par de grandes et de justes raisons, qui regardoient la sûreté de la Bretagne, dans un tems que Sa Majesté était sur les frontieres de Flandre, et lorsque l’incertitude de l’événement d’une guerre dangereuse devoit faire suspendre toutes sortes de résolutions et de démarches". Le duc a pu ensuite réintégrer la cour où il a reçu tous les honneurs dûs à son rang7.

  • 8 Mercoeur à Philippe II, le 24 mars 1598. G. de CARNE, Documents sur la Ligue en Bretagne. (...)
  • 9 Mercoeur au duc d’Aumale, le 14 juillet 1599, Bibliothèque Nationale (BN), Fonds Français (...)
  • 10 Pierre de l’Estoile parle même d’"injure faite au roi" à propos de cette affaire. P. de L’ (...)

6En dépit de la clémence royale, il ne pouvait pourtant se résigner à cet état de choses. Dès le lendemain de la signature de son accord avec le roi, il a informé son protecteur, Philippe II de son nouveau dessein. Il a en effet sollicité l’intervention du roi d’Espagne auprès de l’empereur Rodolphe II pour qu’il soit "employé en la guerre de Hongrie, contre l’ennemi irreconciliable de la Chrestienté, où j’espere rendre preuve de l’entiere volunté qui me demeure de servir Dieu en une si saincte et si juste entreprise, puisque sa divine bonté ne m’a poinct jugé digne de le servir en ce Royaume"8. Le ton accuse la déception de Mercoeur et sa conviction qu’il était victime d’une injustice criante. Il a révélé les mêmes ressentiments dans une lettre adressée au duc d’Aumale un an plus tard9. Il a affirmé dans celle-ci que son "voyage de Hongrie" était la continuation de sa mission au service de la vraie foi : "apres avoir rempli la France de l’ardeur de mon zele envers la foy catholique contre ceux qui l’impugnoit, [je] ne respire plus aucune ambition que d’aller respandre jusques à la derniere goutte de mon sang pour la manutention et protection de nostre religion contre ceste autre secte d’Infideles que l’on dit estre en grand nombre en Hongrie". Il s’est rappelé avec amertume sa soumission, en signalant toutefois qu’il entendait prendre sa revanche dès qu’une occasion favorable se présente : "Vous savez la resolution qu’à mon très grand regret je pris l’année derniere de me departir pour quelque temps de l’apparence de mes pretentions sur la Bretagne plustost forcé par le bonheur des envieux de nostre maison que par la justice de leurs armes. Mais puis qu’il falloit ceder au temps, je me resolus de remettre à une saison plus opportune la repetition de ce qui m’appartient". Il s’est rendu par la suite à Paris "pour nourrir mes intelligences et m’y applanir tant mieux le chemin", mais ce voyage a mal tourné. Le Parlement l’a traduit en justice en raison de dettes contractées pendant la Ligue. Lors du procès, on lui a contesté le droit de se faire intituler "prince" au Parlement, "nous voulans restraindre aux anciennes fasons de parler... disant que ce titre n’est deu qu’à ceux de la Maison de France, comme si le plus souvent les [les membres de la dynastie royale] ayant pas surpassé en louange de vertu et magnanimité de courage, nous ne devions pas au moins les esgaller de nom". Le duc avait apparemment une haute idée de l’excellence de sa maison, tandis que son respect envers la famille royale était pour le moins limité. Comme la querelle risquait de dégénérer, le roi est intervenu et "tout soudain les interdist comme juges incompetans et leur remonstra que me reconnoissant comme il fait en la qualité que je procede, ils auroyent deu estre plus discrets que cela, et me priant pour eux d’excuser ceste témérité". Quoique content de la décision du roi, il s’est déchaîné contre les ennemis des Lorraine, en considérant cet incident comme un attentat à leur prestige". C’est trop endurer ; jusques à quand ceste race de gens [les avocats du parlement] abusera elle de nostre patience ? Il faut leur faire connoistre à bon escient que nostre Maison n’est pas si ravalée qu’ils pensent et que la diminution d’establissement ne nous a point amoindri, mais plus tost augmenté le courage de remonter plus haut que jamais"10.

7Ces propos indiquent que le duc ne se contentait point du rôle limité que le gouvernement d’Henri IV lui offrait. Il n’a pas renoncé à l’espoir que le rapport de forces politiques pourraient se modifier un jour en sa faveur, et qu’il pourrait récupérer ses titres et son pouvoir perdus. En l’attendant, il jugeait utile de s’éloigner du royaume. Or, sa double allégeance (française et lorraine) lui offrait un débouché excellent pour rendre cet exil volontaire fructueux : le service impérial. Celui-ci promettait en effet deux avantages : sa participation à la guerre de Hongrie a confirmé son attachement à la "guerre sainte", sa préoccupation principale d’après sa propagande. D’autre part, c’était une bonne occasion de rétablir son prestige militaire et politique grâce à une fonction importante. De plus, la cour de Rodolphe II fut un lieu propice à l’établissement ou au raffermissement de relations éventuellement utiles à son cause en France. Certes, nous ne disposons d’aucune preuve confirmant ce rapport direct entre son départ et son "esprit de revanche". Nous ne connaissons aucun témoignage non plus qui prouverait que le mécontentement de Mercoeur fut intolérable pour le roi. On ne peut donc imaginer qu’Henri IV aurait imposé cet exil au duc. Il ne s’y est pas opposé en 1599 parce qu’il estimait son absence salutaire, tout en étant conscient du risque qu’il prenait en laissant le duc établir des relations étroites avec les Habsbourg autrichiens.

  • 11 J. BERGER de XIVREY, Recueil des Lettres missives de Henri IV, Paris, 1843-76, t. V, p. 22 (...)
  • 12 BN, FF 7129, fol. 33 : Henri IV à Jacques Bongars, résident français en Allemagne, le 28 m (...)
  • 13 E. HALPHEN, Lettres inédites du roi Henri IV à Villiers (1600), Paris, 1886, p. 59 : entre (...)

8L’affaire est devenue pourtant délicate, dès qu’il s’est avéré que Mercoeur prendrait une charge très importante, la lieutenance générale de l’armée impériale de Hongrie, et que son engagement suscitaient la méfiance de la Porte à l’égard du roi de France. Or, Henri IV ne voulait risquer son alliance avec les Ottomans. "Le voyage que le duc de Mercure a faict en Hongrie [en 1599] a esté comme particulier et pour s’absenter de ce Royaume, plustost que s’engager en la guerre du dict pays ; aussy en est-il jà revenu, et ne faict aucune contenance ny demonstration d’y vouloir retourner. Et si je m’aperçois qu’il ayt autre volonté, je l’en detourneray autant qu’il me sera possible. Car je vous declare que je n’ay aucune volonté de rompre avec ce Seigneur" – a révélé ses sentiments ambivalents à son ambassadeur de Constantinople à cet égard11. Ce désaveu fut-il à l’origine des rumeurs qui se sont répendues dès le mois d’avril 1600 sur l’incertitude du retour du duc en Hongrie ? En effet, malgré la nomination officielle du duc à la lieutenance générale et les levées faites par son frère utérin, le comte de Chaligny, le roi n’a cessé de répéter jusqu’à la fin du mois de juin que Mercoeur ne faisait aucun préparatif de voyage12. Certains ont soupçonné le roi de France de retenir le duc pour favoriser sous main les Ottomans, mais cette accusation n’avait aucun fondement. Henri IV n’avait pas besoin de s’exposer à ce type de propagande diffamatoire à la veille de la guerre de Savoie pour une affaire, somme toute, secondaire13. Mercoeur est entré en fonction dès le mois de septembre. Il a mené deux campagnes en Hongrie jusqu’à la fin de 1601. Il est mort en février 1602 à Nuremberg de retour en France.

  • 14 THOU, op. cit., t. IX, livre CXXVII, pp. 488-89.

9Or, ses exploits en Hongrie et sa disparition subite ont placé sous un éclairage nouveau toutes ces actions précédentes. Toute sa carrière fut auréolée de la gloire de la croisade même sous la plume des auteurs royalistes. De Thou qui ne peut être soupçonné de sympathie envers la Ligue, a qualifié sans ambages de "début brillant" l’activité ligueuse du duc dans le chapitre qu’il a consacré à ses campagnes de Hongrie. En effet, sous cet angle rétrospectif l’engagement de Mercoeur dans la guerre turco-impériale fut une continuation logique, voire le couronnement de sa carrière. "Ce Prince avoit un esprit élevé, et né pour les grandes choses, joint à une prudence consommée... ; fâché de se voir par la paix réduit à la condition de simple particulier, il avoit saisi avec joye l’occasion d’aller se signaler en Hongrie, résolu d’y passer le reste de ses jours, ... plutôt que de languir chez lui dans une lâche oisiveté, et de donner lieu de penser qu’il préférât la faveur peu durable d’une Cour fainéante, au soin de conserver la gloire qu’il avoit déjà acquise, et qu’il ne pouvoit manquer d’augmenter après un début si brillant"14.

  • 15 Cf. J. HENNEQUIN, Le duc de Mercoeur d’après son oraison funèbre par François de Sales. Ac (...)

10Toutefois, le panégyriste modèle de Mercoeur fut incontestablement Saint François de Sales. C’est lui qui a transfiguré le duc dans son oraison funèbre en héros chrétien toujours fidèle à son roi, en créant ainsi un cliché désormais incontournable15. D’après l’évêque de Genève, Mercoeur "eust dès sa tendre jeunesse le désir continuel de faire la guerre contre les infidelles". Il n’aurait jamais accepter la charge que Rodolphe II lui a offerte sans l’autorisation du roi, "à l’obéyssance duquel il avoit tant voué d’affection et de service, qu’il n’estimoit rien d’honorable que ce qui seroit authorisé de ses commandemens. Sa Majesté, comme tres-chrestienne, luy permit d’accepter cette charge si belle et si digne du nom françois". Ainsi partageaient le duc et son roi la gloire de la croisade. L’un respectueux de l’autorité royale, l’autre généreux et dépositaire exemplaire du titre "très chrétien", ainsi que de la gloire chrétienne "à la française". L’orateur a consacré tout un passage à la carrière militaire de Mercoeur antérieure à ses voyages de Hongrie. Il n’y a rien à cacher à ce sujet, suggère-t-il parce que le duc "ne fait la guerre que selon que la foy le luy suggere, pour la religion et l’Eglise". Néanmoins, passant aux faits, François de Sales n’insiste point sur la période bretonne de ce "guerrier pieux", voire il procède à une sélection significative. "Sitost que l’aage le luy permit, il ne laissa passer aucune occasion de s’employer aux armes, qu’il n’ayt embrassée avec beaucoup d’honneur et de mérite, comme à la charge faite à Dormien contre les Reystres, en Brouage, à la Fere, et partout ailleurs, mesme au siège d’Issoire, où, commandant à l’une des batteries, il donna un signe tres-certain de sa grandeur future en la profession des armes". Or, toutes ces rencontres se situent entre 1575 et 1580, précédant son gouvernement de Bretagne. Le récit des exploits du duc finit par une belle omission rhétorique accomplissant le procédé sélectif de l’évêque. "Depuis lequel temps jusques à ce qu’il alla chercher de nouveaux lauriers jusques à l’un des coings du septentrion, il s’est treuvé, selon la diversité des occurences, en plusieurs sieges, assaillant et defendant ; en diverses armées, rencontres et batailles, où Dieu l’a tellement favorisé, que jamais il n’a conduit aucune entreprise qu’elle n’ayt esté suyvie d’une heureuse victoire ; dont j’aurois à dire de luy beaucoup plus de choses que le temps qui m’est prefix, voire que la vie d’un homme ne pourroit suffire à reciter".

  • 16 J. H. MARIEJOL, La Réforme, la Ligue, l’Edit de Nantes 1559-1598, Paris, 1983, p. 192, 214 (...)

11D’autant moins qu’"il me sera plus à propos de ne vous faire plus attendre la montre de la piece, laquelle comme elle a esté la derniere de sa vie, a aussi esté la plus glorieuse pour luy, la plus agreable pour sa memoire [STP], et la plus utile à la republique chrestienne". Le message est clair : la carrière entière du duc sera désormais placée sous le signe de la croisade, interprétation que justifient ses exploits de Hongrie. D’autant plus que cette image de Philippe-Emmanuel de Lorraine était acceptable aussi pour la monarchie. Celle-ci approuvait en effet la glorification d’un Mercoeur transfiguré en "croisé immaculé", mais refusait de le réhabiliter en tant que chef ligueur16. Dans tous les cas, cette voie idéale de la réconciliation de la monarchie avec ses rebelles, dont témoigne l’oraison funèbre de François de Sales, était à peine praticable avec les vivants.

  • 17 BN, FF 18989, fol. 492-93 : Ancel, résident français à Prague au roi, le 2 mars 1602. BN, (...)
  • 18 E. HALPHEN, Lettres inédites du roi Henri IV à Monsieur de Béthune, Paris, 1892, pp. 24-25 (...)
  • 19 HALPHEN, op. cit., 1892, p. 66 : le roi à Béthune le 30 juin 1602.
  • 20 BARBICHE, op. cit., p. 322 : Le cardinal Aldobrandin au nonce Bufalo, le 19 juillet 1602.
  • 21 Aussi dans l’Empire. BN, FF 15577, fol. 247 : Bongars à Villeroy, le 19 juillet 1602.
  • 22 Une copie de la prétendue lettre de Biron se trouve parmi les papiers de Béthune. BN, n. a (...)
  • 23 P. V. CAYET, Chronologie septenaire etc., Paris, 1605, pp. 294-96.

12Le procès du maréchal de Biron (1562-1602) nous fournit un autre exemple de la même problématique. L’idée de remplacer le duc de Mercoeur subitement disparue par le maréchal apparut à la fois à Prague et à Rome dès le mois de mars 160217. Henri IV ne semblait pas croire au sérieux de ce projet, il a pourtant demandé à son ambassadeur de Rome de s’informer de cette initiative18. On ne peut que conjecturer que c’était en raison des soupçons que le roi nourrissait à l’égard de Biron depuis quelque temps. De toute manière, il pouvait considérer ce projet comme une tentative visant à gagner définitivement le maréchal au "parti espagnol". Le 16 juin 1602 Biron fut arrêté et envoyé à la Bastille. Dès lors des projets divers ont été envisagés pour sauver sa vie, aussi bien en France qu’à l’étranger. Henri IV fut informé que le pape s’apprêtait à intervenir en faveur du maréchal en ravivant le projet de son service en Hongrie. Or, le roi voulait prévenir toute sorte de pression étrangère pendant le procès, et il jugeait bon de prévenir une sollicitation éventuelle de Clément VIII à ce sujet. Il n’avait en effet aucune envie d’offrir la guerre de Hongrie au maréchal pour échappatoire. "Je n’estime pas que Sa Saincteté favorise ny recommande la cause dudict Duc de Biron, ny me demande sa personne sous couleur de l’employer en la guerre de Hongrie ny ailleurs, comme aucuns ont dit qu’elle en doit estre recherchée. De quoy vous mettrez peine de sçavoir la vérité, affin de prévenir Sa Saincteté et la divertir de faire tel office si elle en avoyt la volonté, car je serois contraint de l’esconduire pour les fortes raisons qu’elle peut considerer qui doivent empescher ceste delivrance. Mais vous ne luy en parlerez que si vous cognoissez qu’il soit besoin de le faire"19. Finalement cette intervention n’a pas eu lieu. Clément VIII s’est plutôt efforcé d’éviter la reprise des hostilités entre la France et l’Espagne suite à cette affaire. Il s’est contenté de s’informer régulièrement du déroulement du procès, et de rappeler au roi le meilleur remède contre les "mauvaises humeurs" de son royaume : la guerre contre l’Infidèle20. Toutefois, les bruits qu’Henri IV pardonnerait à Biron, à condition que celui-ci parte en Hongrie se sont largement répandus21. Le maréchal aurait supplié lui-même le roi qu’il soit exilé en Hongrie, à en croire une lettre qui circulait sous son nom à Paris pendant son procès. "Bannissez moy de vostre Court et me donnez pour mon exil l’Hongrie où privé de l’honneur de pouvoir servir le particulier de vostre etat, je puisse au moins faire service au general de la Crestienté et rebastir une fortune estrangière sur les ruynes de celle que j’avoys en France. Car en quelque lieu qu’elle m’envoyast, je seroys et paroistroys François, et le repentir de mes offences me pousseroit au bien de ma patrie. Sy vous me faictes ce bien, Sire, je benyray vostre pitié, et ne mauldiray point l’heure que vous m’aurez despouillé de mes estatz et de mes charges. Car ayant en la place de l’espee de Mareschal de France, celle de soldat que je pourtoys au commencement que j’arrivay en voz armes, je pourray estre utille au service de l’esglize et praticqueray loing de France ce que j’ay apprins aupres de Vostre Majesté"22. L’authenticité de cette lettre est pour le moins douteuse. Elle nous semble être plutôt un écrit de propagande visant à sensibiliser l’opinion publique au sort du maréchal. Elle est de toute manière un bel exemple de l’instrumentalisation politique de la guerre de Hongrie. Elle montre que l’exil comme châtiment, notamment l’envoi du maréchal en Hongrie, fut un sujet de débat sérieux. "Chacun lors en faisoit des discours tant sur l’utilité et la nécessité que l’on avoit d’un bon chef tel que luy en Hongrie pour le bien general de la Chrestienté, que sur sa submission de ne manier plus les armes et ne bouger de sa maison"23.

13L’affaire Biron montre les limites de la "politique d’épuration". Ce cas différait en effet de celui de Mercoeur et de Joinville, membres d’une famille souveraine régnant dans un état limitrophe et stratégiquement important pour le roi de France. Biron n’était qu’une "créature". Aucune dynastie étrangère ne fut touchée par sa disparition. En revanche, son mouvement n’aurait pas été moins dangereux que celui d’un Lorraine, en raison de ses qualités militaires, et des masses nobiliaires qu’il aurait pu entraîner dans une rébellion. L’exil déguisé en croisade expiatoire n’aurait pas été le moyen approprié pour en finir avec ses menées.

  • 24 P. MARCHEGAY, Lettres d’Elisabeth de Nassau, etc., Les Roches-Baritaud, 1875, p. 53.
  • 25 Lettres missives, t. V, pp. 156-158 et 176.

14Claude de Lorraine (1578-1657), prince de Joinville, plus tard duc de Chevreuse, fils cadet d’Henri de Guise le "Balafré" était un véritable "enfant terrible" de la cour d’Henri IV. Il était à l’origine de plusieurs scandales bouleversant l’entourage du monarque. Sa querelle avec le jeune duc de Nevers au printemps de 1597 a failli dégénérer en duel24. Au mois d’août 1599 il a attaqué Roger de Saint-Lary sieur de Termes, grand écuyer de France et premier gentilhomme de la chambre, devant le logement du roi. Cette rixe provoquée par une affaire d’amour s’est terminée par l’intervention personnelle du roi qui "tout en chemise... y courut l’espee au poing, et fit cesser le tumulte". Cet incident était un attentat grave à la majesté royale pour les témoins et l’opinion publique. Le roi, quoiqu’ulcéré par l’insolence du jeune étourdi, s’est contenté d’imposer la réconciliation des deux adversaires25.

  • 26 Lettres missives, t. V, pp. 545-46 : à Joinville, le 28 févr. 1602. "Puisque vous avés reg (...)
  • 27 BN, FF 3485, fol. 26-29 : le roi à Béthune, le 3 décembre 1602, citée par l’abbé Remi Couz (...)
  • 28 BN, FF 3485, fol. 34.
  • 29 BARBICHE, op. cit., p. 406, 419, 427 et 439, les 13 et 27 janv., le 9 févr. et le 9 mars 1 (...)
  • 30 HALPHEN, Lettres inéd. du roi Henri IV à Béthune, Paris, 1897, p. 54 et 65, le 10 mars et (...)
  • 31 CANAYE, op. cit., II, p. 186 : à Baugy, le 16 mai 1603 ; pp. 203-204 : à Beaumont et à Bau (...)
  • 32 BASSOMPIERRE, op. cit., pp. 100-132 : beaucoup de détails du voyage de Joinville. BN, FF 2 (...)
  • 33 BARBICHE, op. cit., p. 702 : le 6 avril 1604. L’exil n’a point changé le comportement de J (...)

15L’aventure suivante de Joinville fut plus pénible. En décembre 1601 quelques lettres révélant une relation secrète entre le prince et la maîtresse d’Henri IV, la marquise de Verneuil ont été délivrées au roi. Henri IV s’est mis en colère parce qu’il soupçonnait la marquise d’infidélité. D’aucuns se doutaient d’une arrière-pensée politique derrière cette liaison galante, car le demi-frère de la marquise, le comte d’Auvergne est en même temps entré en contact avec les Espagnols. Quoique les lettres se soient avérées fausses, Joinville a dû quitter la cour. Henri IV envisagea de l’exiler en Hongrie où il aurait dû accompagner son parent, le duc de Mercoeur. La mort inopinée de Mercoeur et d’autres motifs sans doute ont amené le roi à changer ce dessein. La faute du prince fut pardonnée, et il a réintégré la cour dès le mois d’août 160226. Néanmoins, sa loyauté fut gravement compromise lors des enquêtes suivant la conjuration de Biron. Il s’est en effet révélé que les Espagnols avaient réussi à impliquer Joinville par l’intermédiaire d’anciens ligueurs dans un complot visant à ranimer la guerre civile en France. Les principaux agents de liaison français des Espagnols étant arrêtés dès le mois de novembre, la conspiration est tombée en échec. L’un d’eux "nous a appris que le Roy d’Espagne avoit prattiqué et suborné le prince de Ginville [sic] depuis la mort de Biron, que son tracité estoit arresté, duquel il nous a dit les conditions d’argent qu’il devoit toucher tant pour son appointement particulier que pour ses adherants, le pouvoir qu’il luy donnoit pour faire la guerre en mon royaume et la recompense qu’il luy promettoit son dessain ne reussissant ; les gens de guerre que ledit de Geinville devoit mettre sus et les places de mon royaume qu’il devoit prendre et faire declarer contre moy, de quelles forces et armes il le devoit assister et fortifier, par qui elles devoient estre commandées, et par où et comment ilz faisoient estat de m’assaillir... Enfin ilz pretendoient relever en mon royaume par le moyen dudit prince de Geinville [sic] la faction de la Ligue decheue soubz le duc de Maine, à desceu neantmoins de son frere [le duc de Guise] et de tous ses parents"– a informé le roi Philippe de Béthune de ces menées. A en croire l’agent interrogé tout était mis en place pour passer à l’acte "l’hyver durant, lequel ilz estimoient que je ne pourrois aller à eux, ny forcer les places qu’ilz surprendroient, et croyoient leur estre asseurées. Ilz s’attendoient aussi que plusieurs autres se leveroient en mesme temps en mon royaume en diverses provinces ; tellement qu’ilz me tailleroient plus de besogne que je m’en pourois coudre"27. Ces révélations furent accablantes pour le prince. Il fut aussitôt arrêté, mais au lieu de l’envoyer à la Bastille, le roi s’est contenté de le mettre "en la garde du duc de Guise, son frere, ayant bien verifié auparavant que luy et tous les autres de sa maison n’ont eu aucune part en ce fait avec ledit de Ginville". Henri IV s’est trouvé dans une situation délicate. Le complot de Joinville était en quelque sorte le prolongement de la conspiration de Biron. Par conséquent Joinville aurait dû être châtié aussi sévèrement que le maréchal. Cependant, le roi ne pouvait intenter le même procès à un Lorraine. Un châtiment sévère aurait pu servir de prétexte pour raviver les sentiments ligueurs au royaume. Il fallait trouver une punition "honorable", conforme à la qualité du coupable. Le roi a donc transformé cette affaire politique en affaire familiale pour éviter tout conflit ouvert avec les Lorraine. "J’avois envoyé querir le duc de Mayne et ses enfants et mandé au duc de Lorraine et aux siens d’envoyer quelqu’un par deçà pour estre present à la resolution que j’ay delibere de y prendre... Tous [les membres de la famille] detestent la faulte de leur parent et me suplyent d’avoir compassion de sa jeunesse. A quoy je suis desia assez disposé en consideration de l’honneur que il a de m’apartenir. Mais quoy que en succede, je luy rogneray les ongles de sy pres que il n’aura moyen cy apres de esgratigner, ny mal faire en mon Royaume"– a écrit Henri IV à Béthune deux semaines plus tard28. La sentence du roi fut publiée à la fin du mois de janvier 1603. Le prince a obtenu grâce et fut remis en liberté, à condition qu’il quitte la France pour un certain temps. La destination de son voyage fut également fixée. Il a dû se rendre en Hongrie pour combattre les Turcs29. Le roi lui a même promis de contribuer aux frais du voyage, et il a ordonné à ses ambassadeurs de faciliter le passage du prince à Rome, à Venise et à Prague. Joinville est parti avec une suite modeste au début d’avril pour s’embarquer à Marseille30. Son voyage ressemblait beaucoup plus aux "balades touristiques" des aristocrates de sa génération qu’à une mission expiatoire. Il s’est amusé jusqu’au mois de juillet en Italie, en visitant les villes et les personnages qu’un voyageur français de son rang devait connaître. Ensuite, il s’est rendu à Prague pour "faire la reverence" à l’empereur31. Avant se joindre à l’armée impériale en Hongrie, il a dû s’équiper à Vienne où il retrouvait son compatriote, François de Bassompierre, étant lui aussi en route vers la Hongrie. En raison de son rang Joinville fut partout accueilli avec beaucoup de respect. Festins et réjouissances diverses se succédaient pendant tout son voyage aussi bien en Hongrie qu’en Autriche et en Bohême. Quant à la guerre, la tâche du prince n’était point difficile. Personne ne le pressait de se battre au premier rang ou de prendre une responsabilité importante. Il s’est acquitté de son "devoir" de volontaire avec honneur. Il a participé aux combats autour de Pest et de Buda aux mois d’octobre et de novembre, avant de retourner à Vienne où il a passé les fêtes avec Bassompierre. A la mi-janvier il s’est rendu de nouveau à Prague. Quoique très bien reçu, il a offert en vain ses services à l’empereur. Il a quitté la capitale impériale le 10 février 1604 pour retourner en France32. Il était absent de la cour pendant un an. Ce temps fut suffisant pour que les mauvais souvenirs s’effacent, semble-t-il. Il a pu en effet reprendre sa place dans l’entourage du roi dès le début d’avril de la même année33.

Notes

1 A. DUPRONT, Le Mythe de Croisade. Etude de sociologie religieuse, Paris, 1956, 7 vol., Bibl. de la Sorbonne.

2 A. COVILLE, Histoire de France sous la dir. d’E. Lavisse, Paris, 1911, t. IV, Ière partie, p. 177.

3 Cf. p. ex. le discours de Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy. Il conçoit la croisade comme une opération de police ayant pour but d’"occuper les ambitieux et ceux qui ne peuvent demeurer en repos". VILLEROY, Advis de Monsieur de Villeroy à Monsieur le duc de Mayenne, 1589 dans ses Mémoires d’Estat, publ. dans la coll. Michaud-Poujoulat, Paris, 1838, p. 227. Cette idée correspond au fameux projet de François de La Noue. Voir le Discours XXII dans ses Discours politiques et militaires, Genève, 1967. A Rome on parlait le même langage. Voir B. BARBICHE, Correspondance du nonce en France, Innocenzo del Bufalo (1601-1604), Paris-Rome, 1964, p. 161.

4 Ainsi Madame Mornay, dont le fils a été provoqué en duel par un gentilhomme de Périgord. Celui-ci fut emprisonné, mais "le roy luy donna la vie, avec penitence de servir deux ans en Hongrie". Mémoires et correspondance de DUPLESSIS-MORNAY, s. 1., 1824-25, t. I, pp. 443-44.

5 Quant au rapport entre duel et croisade en France, cf. François BILLACOIS, Le duel dans la société française des XVIe-XVIIe siècles. Essai de psycho-sociologie historique, Paris, 1986, p. 135, 190, 370, 371, 378.

6 J.-A. THOU, Histoire Universelle, Londres, 1740, t. IX, livre CXX, p. 151 et 153. J.-P. BABELON, Henri IV, Paris, 1982, p. 623 et pp. 648-49.

7 BABELON, op. cit., p. 623 et THOU, op. cit., t. IX, livre CXX, pp. 152-53.

8 Mercoeur à Philippe II, le 24 mars 1598. G. de CARNE, Documents sur la Ligue en Bretagne. Correspondance du duc de Mercoeur et des ligueurs bretons avec l’Espagne, t. II, p. 155., cité par F. BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen sous Philippe II, t. II, p. 497.

9 Mercoeur au duc d’Aumale, le 14 juillet 1599, Bibliothèque Nationale (BN), Fonds Français (FF) 20784, fol. 386-89 (copie). Publ. par F. JOÜON des LONGRAIS, Le duc de Mercoeur d’après des documents inédits, Saint-Brieuc, 1895, pp. 80-84. Charles de Lorraine, duc d’Aumale (1555-1631), un irréductible de la Ligue qui préférait l’exil à la soumission.

10 Pierre de l’Estoile parle même d’"injure faite au roi" à propos de cette affaire. P. de L’ESTOILE, Journal pour le règne de Henri IV, Paris, 1948, t. I, pp. 576-77.

11 J. BERGER de XIVREY, Recueil des Lettres missives de Henri IV, Paris, 1843-76, t. V, p. 220 : Henri IV à François Savary de Brèves, le 8 avril 1600.

12 BN, FF 7129, fol. 33 : Henri IV à Jacques Bongars, résident français en Allemagne, le 28 mars 1600. Les mêmes nouvelles à Bongars, le 29 avril, le 27 mai et le 25 juin 1600, BN, FF 7129, fol. 3,53 et 57.

13 E. HALPHEN, Lettres inédites du roi Henri IV à Villiers (1600), Paris, 1886, p. 59 : entre le 27 juillet et le 11 août 1600.

14 THOU, op. cit., t. IX, livre CXXVII, pp. 488-89.

15 Cf. J. HENNEQUIN, Le duc de Mercoeur d’après son oraison funèbre par François de Sales. Actes du colloque "Héroïsme et création littéraire sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII", Paris, 1974, p. 187. Toutes les citations de l’oraison funèbre du duc Mercoeur sont des Oeuvres complètes de St. François de Sales, t. II, Sermons (2e partie), Paris, 1898, pp. 263-289.

16 J. H. MARIEJOL, La Réforme, la Ligue, l’Edit de Nantes 1559-1598, Paris, 1983, p. 192, 214 et 224.
Les omissions de Saint François de Sales portant sur l’action de Mercoeur dans la Ligue sont significatives contrairement à la remarque de Jacques Hennequin (op. cit., p. 187, note 18).

17 BN, FF 18989, fol. 492-93 : Ancel, résident français à Prague au roi, le 2 mars 1602. BN, n. acq. fr. 24159, fol. 55-56 ; Philippe de Béthune, ambassadeur français à Rome au roi, le 18 mars 1602.

18 E. HALPHEN, Lettres inédites du roi Henri IV à Monsieur de Béthune, Paris, 1892, pp. 24-25 : le roi à Béthune le 9 avril 1602. Cf. aussi l’abbé R. COUZARD, Une ambassade à Rome sous Henri IV, Paris, 1900, pp. 204-205.

19 HALPHEN, op. cit., 1892, p. 66 : le roi à Béthune le 30 juin 1602.

20 BARBICHE, op. cit., p. 322 : Le cardinal Aldobrandin au nonce Bufalo, le 19 juillet 1602.

21 Aussi dans l’Empire. BN, FF 15577, fol. 247 : Bongars à Villeroy, le 19 juillet 1602.

22 Une copie de la prétendue lettre de Biron se trouve parmi les papiers de Béthune. BN, n. acq. fr. 24159, fol. 140-41.

23 P. V. CAYET, Chronologie septenaire etc., Paris, 1605, pp. 294-96.

24 P. MARCHEGAY, Lettres d’Elisabeth de Nassau, etc., Les Roches-Baritaud, 1875, p. 53.

25 Lettres missives, t. V, pp. 156-158 et 176.

26 Lettres missives, t. V, pp. 545-46 : à Joinville, le 28 févr. 1602. "Puisque vous avés regret de m’avoir offensé et me suppliés de vous pardonner, je le veulx, à la charge que vous serés plus sage à l’advenir ; et pour le vous tesmoigner, preparés-vous pour aller en Hongrie, avec Mr le duc de Mercoeur, lorsqu’il y retournera. Et quand il sera prest à partir pour le dict voyage, je trouve bon que vous me veniés trouver, pour estre pres de moy trois ou quatre jours, affin que, avant vostre partement, je face recognoistre à tout le monde et à vous aussy, que mon naturel est d’aimer mes parens, quand ils sont gens de bien et sages". Ibid., t. VIII, p. 851 : le roi à Rosny du pardon accordé à Joinville le 30 juillet 1602.

27 BN, FF 3485, fol. 26-29 : le roi à Béthune, le 3 décembre 1602, citée par l’abbé Remi Couzard, op. cit., pp. 49-50.

28 BN, FF 3485, fol. 34.

29 BARBICHE, op. cit., p. 406, 419, 427 et 439, les 13 et 27 janv., le 9 févr. et le 9 mars 1603. HALPHEN, Lettres inéd. du roi Henri IV à Béthune, Paris, 1895, p. 17 et 27, le 15 janv. et le 11 févr. 1603. BN, FF 15578, fol. 7 : Bongars au roi, le 11 janv. 1603.

30 HALPHEN, Lettres inéd. du roi Henri IV à Béthune, Paris, 1897, p. 54 et 65, le 10 mars et le 3 juillet 1603. Lettres missives, t. VI, p. 45, 144 : à Canaye, le 11 mars et le 22 juillet 1603, et p. 673, 678, à Brèves, le 6 août et le 15 oct. 1603. BARBICHE, op. cit., p. 439 : le 9 mars 1603 et p. 446 : le 5 avril 1603. Malte figurait aussi sur la liste des étapes prévues parce qu’un frère de Joinville était chevalier de l’Ordre de Malte. Finalement, ils ont renoncé à ce détour. CANAYE, op. cit., t. II, p. 186, 203-204, 208 : les 16, 30 et 31 mai, 1603.

31 CANAYE, op. cit., II, p. 186 : à Baugy, le 16 mai 1603 ; pp. 203-204 : à Beaumont et à Baugy, le 30 mai 1603 ; p. 208 : à Béthune le 31 mai 1603 ; BN, FF 15976, fol. 287 et 312 : Canaye à Beaumont, le 20 juin et le 11 juillet 1603. BN, FF 18989, fol. 648 : Baugy à Villeroy le 2 août 1603.

32 BASSOMPIERRE, op. cit., pp. 100-132 : beaucoup de détails du voyage de Joinville. BN, FF 20154, pp. 1149-50 : Relation de Baugy (?), le 10 février 1604. CANAYE, op. cit., t. III, p. 61 et pp. 112-113 : à Villeroy et à Baugy, le 18 décembre 1603 et le 30 janvier 1604. BN, FF 18989, fol. 655 et 659 : Baugy à Villeroy les 20 et 27 décembre 1603.

33 BARBICHE, op. cit., p. 702 : le 6 avril 1604. L’exil n’a point changé le comportement de Joinville. Il a continué de provoquer de nouvelles "affaires" jusqu’à la mort d’Henri IV. La "croisade" a pourtant gardé une place privilégiée parmi les moyens de répression de la monarchie. N’aurait-t-on pas offert au comte d’Auvergne convaincu de connivence avec les Espagnols au printemps de 1604 la liberté, s’il avait promis de s’expatrier trois ans au Levant ? BABELON, op. cit., p. 896 et 903.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search