Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

De la profanisation

Michel Peronnet

Texte intégral

1Ce que je propose d’appeler les processus de Profanisation s’appuie sur un concept destiné à faciliter l’analyse des forces universelles dans l’histoire du monde. Une des forces les plus universelles et les plus généralisées se place dans le domaine du SACRE. A un moment donné une société organisée avec des institutions d’encadrement définit des valeurs fondamentales à référence universelle liées à l’idée de mise hors de portée ou de critique de ces valeurs à cause de leur caractère sacré. La transgression des valeurs sacrées fondamentales et universelles fait courir à la société un danger mortel qui justifie toutes les mesures draconiennes : Remus est tué par Romulus pour avoir franchi le pomoerium de l’Urbs ; Socrate reçoit la ciguë, "quia corrumperet juventutem" ; les "Albigeois" sont massacrés en masse et Dieu est chargé de reconnaître les siens pour leur salut éternel. Les exemples pourraient être multipliés et on pourrait avoir tendance à définir la vigueur du SACRE dans une société à la vigueur de la répression de la transgression de ce sacré.

2Le SACRE a toujours une tonalité religieuse car il lie la société. Religio, en effet, a un sens premier quelquefois oublié : ce qui lie, relie, unit par la reconnaissance d’une valeur universelle et fondamentale sans laquelle une société pense ne pas pouvoir survivre : cette valeur universelle et fondamentale, généralement de définition axiomatique, est une valeur abstraite, transcendante et de nature métaphysique : elle doit pour se perpétuer inspirer l’horror devant la transgression. Les romains vivaient dans un monde complètement sacralisé, un "Dieu" ou une "force métaphysique" se cachant jusque dans les gonds d’une porte.

3Le monde méditerranéen apparaît comme le berceau des civilisations ayant adopté une religion fondée sur un Dieu, et sur une révélation. Moïse a reçu de Dieu les tables de la Loi, Jésus est Dieu – Messie, Mahomet écrit la parole de Dieu sous la dictée de l’Archange Gabriel. Sur ce fond commun se sont développés en deux millénaires des variations importantes : sur fond du Dieu père, créateur et providence, sur fond de révélation d’un Livre, sur fond de morale dictée par Dieu ; sur ces fondements, donc, se sont développés des églises, des ecclésiastiques, des fidèles, des idées devenant des dogmes garants d’une orthodoxie. C’est précisément sur une orthodoxie, c’est-à-dire le respect de dogmes formulés par une autorité supérieure reconnue comme légitime que se développe la civilisation du SACRE.

4Il faut restreindre maintenant le champ d’analyse au Christianisme, c’est-à-dire à des formes religieuses reconnaissant et un Dieu père, et une révélation, la Bible, et la Trinité, c’est-à-dire un Dieu en trois personnes dont le Christ, essence divine qui a vécu une existence humaine, garantie du salut éternel promis par Dieu. Cette religion a d’abord été persécutée par les Romains, grands experts en SACRE, sous le reproche d’athéisme : les chrétiens sapaient en effet, les fondements du SACRE romain impérial en refusant ce SACRE et en lui opposant leur SACRE qui les poussent, Polyeucte multipliès, à détruire les idoles impériales.

5C’est dans le passage de la société romaine païenne à la société romaine chrétienne que l’on peut étudier la substitution d’un SACRE à un autre SACRE par intervention d’une autre dynamique universelle : le pouvoir politique. Avant Constantin, les chrétiens sont définis comme une secte dangereuse pour la cohésion de l’état et pour le respect de ses valeurs sacrées, d’où les lois de persécution. Avec Constantin, ils sont tolérés c’est-à-dire que leur existence en tant que groupe est reconnue, que les lois de persécutions sont suspendues ; cette suspension pouvant pourtant être remise en cause. Avec Theodose l’empire romain devient chrétien et par les institutions d’encadrement politique rend obligatoire l’exercice de la religion chrétienne. Entre 325 et 395 la civilisation romaine s’est muée en civilisation chrétienne par substitution d’un SACRE à un autre et par profanisation du SACRE Romain et sacralisation du PROFANE chrétien.

6A partir de la fin du IVe siècle jusqu’au début du XIIIe siècle, s’élabore dans l’espace baptisé Europe par les géographes grecs une civilisation chrétienne. La référence au SACRE, au sacré chrétien en l’occurrence, est utilisée pour expliquer la nature de l’homme, son destin individuel et collectif, sa vie dans la famille et la communauté. L’explication du monde se place dans l’action constante et vigilante d’un Dieu créateur qui s’est révélé et a offert son fils unique en sacrifice pour le salut de tous. Les rapports sociaux tels que le Deuteronome les précise, sont des rapports de subordination aux détenteurs du pouvoir établi par Dieu, et entre personnes des rapports fondés sur la charité. Le christianisme a une explication de tout, le christianisme est la référence universelle, le christianisme règle toute la vie spirituelle, intellectuelle, sociale, politique, économique. Le christianisme a réponse à tout. Le christianisme est la croyance de tous, partout, toujours.

7En ce qui concerne l’organisation de la vie politique, le christianisme repose sur l’application du texte de l’Epître aux Romains : "tout pouvoir vient de Dieu". Force universelle, le christianisme confie l’autorité suprême à deux forces universelles : la force spirituelle, la force temporelle qui, toutes deux, disposent du pouvoir du glaive : ces deux forces sont le Pape et l’Empereur. La bulle Unam Sanctam codifie les rapports entre les deux forces chacune manie le glaive, mais le glaive temporel ne peut être tiré que sur l’ordre ou avec l’accord du glaive spirituel.

8La chrétienté est traversée d’ondes de choc liées à l’explosion en églises séparées. Déjà on distinguait parmi les chrétiens des Grecs et des Romains, sans compter les membres des églises autocéphales, voilà que les Romains se divisent en une multitude d’églises qu’aucun pouvoir n’est capable dans un premier moment de contrôler.

9En 1530, l’Empereur tente à Augsbourg de canaliser sinon d’interrompre le flot, finalement il échoue et en 1555 la paix d’Augsbourg consacre dans la pratique politique du Saint Empire l’affirmation d’un pouvoir indépendant : le pouvoir de l’état territorial, dans le principe cujus regio, ejus religio. Après des convulsions le pouvoir se fixe en France dans le régime politique de la monarchie dite absolue avec l’adage "UNE FOI, UN ROI, UNE LOI", la foi étant la catholique. En Angleterre se définit un nouveau type de pouvoir fondé sur la collaboration entre le Roi, des assemblées délibérantes et représentatives et l’Eglise Anglicane.

10Chaque église, même celle qui continue à s’affirmer catholique, nuance son christianisme de touches multiples liées aux conditions sociales et à l’organisation des pouvoirs publics. Alors apparaît une Europe dirigée par des Princes dont la loi de succession génère une légitimité qui gît à l’origine dans l’action de la providence. Une église anglicane de tendance protestante, une église écossaise, une église gallicane de tendance catholique, des églises restées très liées à Rome et à l’universalité en Italie et en Espagne manifestent des diversités qui relèguent au second plan la référence unitaire chrétienne pour placer au premier plan la référence complexe au pouvoir politique reçu de Dieu s’exerçant sur un territoire d’exercice de souveraineté dans un cadre ecclésiastique spécifique. Le remplacement des valeurs universelles par des valeurs générales ou particulières lie les sociétés organisées à reconnaître et à adopter ces valeurs générales et particulières et par conséquent à accepter l’éclipse des valeurs universelles ; en l’occurrence, dans ce cas celles de la Chrétienté, sinon celle du Christianisme.

11Les processus de profanisation se mettent partout en marche et il serait facile de multiplier les analyses de ce type dans ce qui avait été la Chrétienté mais c’est peut-être dans l’histoire spécifique de la France que l’on pourrait isoler le plus clairement les processus de profanisation débouchant sur une nouvelle place donnée aux institutions religieuses : leurs manifestations ne relèvent plus de l’espace public mais s’inscrivent dans un espace nouveau : l’espace privé. On peut considérer ceci comme l’achèvement du processus menant du SACRE inspirant des dogmes, s’appuyant sur une organisation publique de la religion qui s’impose comme modèle d’organisation politique, civile, sociale, familiale et comme norme de comportement individuel à un nouveau SACRE, de nouveaux dogmes, de nouvelles organisations qui n’ont plus un fondement exclusif dans la religion traditionnelle et qui dans le cas de la France serait un ensemble de valeurs "laïques, sociales et démocratiques" (Préambule de la Constitution de 1958), dans le cadre d’un régime dont la nature est la république, l’hymne national, La Marseillaise, le drapeau national, le tricolore bleu, blanc, rouge, la devise "Liberté, Egalité, Fraternité", la fête nationale le 14 juillet (Const. 1958 art. 1). Cette constitution est entièrement et uniquement établie sur des principes universels et fondamentaux complètement séparés de l’universalité exprimée dans les églises chrétiennes. Seule la France a dans ses constitutions assumé complètement cette disjonction entre des principes fondamentaux de définition du laïc, par rapport au clérical, de définition du temporel par rapport au spirituel, de sacré public par rapport à un sacré privé. Une nouvelle conception de l’espace public repose sur "les droits inaliénables et sacrés de l’homme et du citoyen".

12A l’analyse des processus de Profanisation à partir d’une Sacralité correspond l’analyse des processus de Sacralisation à partir d’une définition de la Profanité. Ces analyses se placent dans une perspective universelle, dans le temps très long des conceptions fondamentales du monde, amènent vers la définition des principes fondamentaux justifiant les organismes à vocation universelle, utilisant des sources reconnues comme fondamentales et de portée universelle : telle la bulle UNAM SANCTAM, marquant un jalon dans la chronologie des processus.

13Il ne m’échappe pas que l’on peut reprocher à cette analyse de n’être qu’une refonte soit des périodes des Progrès de l’Esprit Humain découpées par Condorcet, soit des âges de l’humanité d’Auguste Comte. Après tout, la référence n’est pas si mauvaise et eux aussi cherchaient à comprendre et à expliquer des forces universelles en action dans toutes les sociétés. Le terme de Profanisation est proposé ici aux historiens et pourquoi pas, au-delà, aux intellectuels et aux penseurs pour situer leurs analyses à l’intérieur d’un processus qui fait passer d’un SACRE généralement exclusivement religieux à un PROFANE, généralement non religieux au sens communément admis du terme à ce moment. La phrase précédente montre précisément la contradiction qu’il y a entre une religion fondée sur des dogmes, des actes religieux dans une enceinte sacrée et des comportements inspirés par une éthique, qui recouvre n’importe quelle manifestation du SACRE, et les concepts de Sacralisation et de profanisation qui pour être inspirés par le religieux peuvent cependant s’appliquer en dehors du religieux strict et complétés par les processus possibles de resacralisation interrompant un processus de profanisation et de reprofanisation interrompant un processus de sacralisation, être d’application universelle.

14Il m’a été donné peu à peu, au hasard de rencontres, de colloques, voire même, ce qui arrive quelquefois à un professeur, au hasard d’un cours, de proposer l’analyse de ces phénomènes et d’intégrer ces analyses dans les processus généraux de profanisation, appliqués à l’histoire particulière de la France. L’analyse du monde du travail à Pézenas était consacrée au passage du corps de métier chrétien au corps de métier privilégié, du corps de métier dont l’activité se module sur la morale chrétienne au corps de métier qui pratique la loi du marché. Les analyses sur la pauvreté montrent le passage du pauvre de Dieu secouru par charité, au pauvre secouru, s’il ne peut être mis au travail, par sa paroisse d’origine (XVIe siècle) ou renfermé par la police du roi pour apprendre un travail (XVIIe), avant de devenir le pauvre secouru pour "L’amour de l’Humanité", par des philanthropes organisés en bureau de bienfaisance. Les analyses sur le discours de la maladie commencent par le secours chrétien et le réconfort à apporter à un malade, puis, après la révocation de l’édit de Nantes, l’extrême-onction devient la pierre de touche de la catholicité d’un nouveau converti. Par l’obligation catholique de droit pénal de la monarchie française s’exprime le devoir du souverain de protéger la santé de ses sujets, voire de leur imposer l’hygiène fusse au prix d’une désacralisation du cimetière paroissial. L’apparition d’un discours médical qui se donne pour finalité de sauver le corps marque une étape du processus de profanisation. Les signes de la colère de Dieu se retrouvent comme signe du SACRE alors que la notion de catastrophes naturelles recouvre une phase de profanisation. Le passage du corps comme moyen de salut par la pénitence voire la mortification et la flagellation, au corps épanoui du sportif, l’inversion du corpus dolens et mens sana, en corpus sanus et mens sana, débouchant sur un simple corpus sanus est aussi une marque de profanisation. Les étapes de la théologie scolastique, justification de l’écriture, de la foi par la raison, à une théologie diversifiée d’apologétique puis de controverse et enfin à cette théologie de la seconde moitié du XVIIIe posant partout des bornes, des limites contre les "philosophes modernes", pour arriver à cette théologie ramenant et exaltant la chrétienté comme une donnée fondamentale, sont jalonnées. Toutes ces analyses mettent en évidence les multiples facettes du processus de profanisation en œuvre en France à partir de Louis IX placé sous le nom de Saint-Louis sur les autels, apogée possible de la civilisation chrétienne du sacré.

15Le processus de profanisation reçoit une impulsion nouvelle dans la séquence événementielle réunie sous le nom de "Révolution Française" qui peut être interprétée comme une subversion complète de tous les principes fondamentaux de chrétienté. Le sacré chrétien est dans tous les domaines battu en brèche et détruit. Le fondement de la souveraineté est trouvé dans la Nation qui délègue sa souveraineté à un pouvoir législatif, à un pouvoir exécutif et à un pouvoir judiciaire. L’élection permet de choisir les agents de la Nation sauf pour le Roi pour lequel est maintenue l’élection divine marquée par le sacre du souverain légitime ; cette légitimité est déterminée par l’ordre dynastique de primogéniture mâle. L’échec de la constitution monarchique après le 10 août 1792 marque la reconnaissance du principe de toute souveraineté dans la Nation. Louis XVIII dans la charte ne parle que de "l’autorité du Roi" et fait place aux "vœux des sujets". Il serait facile de montrer dès lors que la "révolution française" s’intègre dans ce processus de profanisation, peut être mené à son terme par rapport à un SACRE de chrétienté médiévale quand la Convention dénie tout caractère public à l’exercice d’une religion et fait de son culte une manifestation privée protégée par la loi. C’est le sens français de l’expression liberté de culte, seule référence possible et juridiquement applicable, à préférer dès lors à liberté de conscience, domaine intérieur fort heureusement encore préservé de toute investigation extérieure. Il est possible, sous réserve d’inventaire, que la France soit le seul pays d’Europe à avoir poussé aussi loin le processus de profanisation jusqu’à peut-être, se trouver sur la voie de sacralisation de valeurs profanes définies ainsi par référence à un sacré antérieur.

16L’histoire comparative des grandes civilisations notamment celles du subcontinent indien, de la Chine, du Japon et d’une manière générale d’Asie pourrait valider l’utilisation des termes de sacralisation et de profanisation comme processus fondamentaux, généraux et universels d’histoire des civilisations humaines. Il y aurait lieu dans cette perspective de très longue durée d’analyser la situation française contemporaine dans cette dialectique des processus sacralisation-profanisation.

17Ce processus de profanisation-sacralisation m’apparaît comme une qualification minimum permettant de réunir une multitude d’événements ou de comportements sous une dénomination commune et de leur donner une signification et, par là, une intelligibilité de valeur universelle : le rythme des civilisations aussi bien européennes qu’extra-européennes pouvant être, peut-être, explicité par ces concepts. Après tout j’ai un peu le sentiment que Fustel de Coulange a dit quelque part quelque chose d’un peu similaire. On évitera par l’usage de ces concepts d’autres utilisés par les historiens et qui peuvent présenter quelque inconvénient. Il est difficile à un chercheur d’oublier qu’il est aussi un enseignant appelé par sa fonction à corriger des copies de dissertation où il traquera l’imprécision du vocabulaire, "les perfidies naissant d’une terminologie flottante" (M. Reinhard), et des copies de commentaire de texte où il soulignera le contresens ou le faux sens.

18On a beaucoup parlé de déchristianisation, concept qui porte en lui sa limite à la chrétienté et son ambiguïté sur le terme même de chrétien. Il a entraîné, à la suite de son usage, une réflexion : pour qu’il y ait déchristianisation, il faut qu’il y ait christianisation préalable, ce qui a fait lever quelques doutes chez certains. On a beaucoup parlé de clérical, et d’anticlérical, de laïque et par conséquent d’anti-laïque, il me paraît difficile de proposer de tels termes dont l’universalité est surtout française principalement sous le ministériat du "petit-père Combes". On pourrait utiliser spirituel et temporel et les termes de spiritualisation et de temporalisation. Il ne me paraît pas qu’ils apportent beaucoup au débat sinon une mise en évidence d’un combat d’appareil entre celui du pouvoir spirituel et celui du pouvoir temporel.

19Sacralisation renvoie à toutes les études de sociologie, de philosophie, et bien entendu d’histoire avec Alphonse DUPRONT dans ses recherches sur le SACRE. Profanisation est un néologisme pour désigner le processus qui, à partir d’une situation initiale, l’analyse du SACRE consacré comme valeur universelle dans une société, met en marche les éléments qui mènent peu à peu à l’érosion de la valeur universelle fondée sur le SACRE par une autre valeur universelle définie par référence au SACRE comme PROFANE.

20Pour en revenir à l’histoire de Rome, modèle après tout à vocation universelle : elle connaît une phase sacrée initiale, passe par des phénomènes de profanisation visibles. La réflexion faite à César, dont le cheval trébuche sur la berge du Rubicon, "un romain hésiterait", révèle l’identité profonde née de l’appartenance à un état, à une culture et à une religion. A la sacralisation autour de l’Imperator répond la profanisation en œuvre autour des chrétiens contre la religion romaine dépouillée par eux de toute sacralité. La sacralisation liée à la reconnaissance du christianisme comme religion de l’Empire, à la reconnaissance comme seul culte public de l’état, efface dans les esprits comme dans les pratiques la référence romain au profit de chrétien.

21Peut-être ai-je succombé au "syndrome de Pythagore" expliqué en son temps par Gérald Chaix, mais il faut quelquefois essayer de proposer des concepts unificateurs et structurants. Si l’on accepte de considérer la validité de ces concepts pour l’analyse de situations historiques, pour l’appréciation de la position actuelle de chaque pays dans l’un des deux processus considérés on peut déboucher sur des analyses d’histoire immédiate situant chaque processus particulier dans une étape d’un processus général fondé sur des principes généraux. L’usage de concepts à vocation universelle peut orienter la problématique historique et permettre à l’historien de classer et ordonner les phénomènes du passé pour déboucher sur "la stylisation du phénomène historique" selon l’expression d’Alphonse Dupront. Pour clore le propos je crois utile de rappeler la phrase de Ockham : "Entita non sunt multiplicanda praeter necessitatem". Il y avait pour moi nécessité.

ARTICLES DE M. PERONNET CONSACRÉS À LA NOTION DE PROFANISATION

– "Fumel, Lodève et le Sacré-Cœur", Etudes sur Pezenas et sa région, 1975.

– "Enseignement de la théologie chrétienne à Montpellier : L’époque moderne", Journée d’histoire moderne, Université Montpellier III, 1985.

– "La pauvreté : l’époque moderne", Journée d’histoire moderne, Université Montpellier III, 1987.

– "L’obligation religieuse catholique dans la France moderne", Les Rabaut : du désert à la révolution, Nîmes, 1987.

– "Discours clérical, discours monarchique, discours médical", Dix-huitième siècle, 1988.

– "L’avertissement du clergé de France sur les dangers de l’incrédulité (1770)", Robespierre and Co III, Bologne, 1989.

– "Religion, Révolution, Contre-révolution dans le Midi", Actes du colloque de Nîmes, 1989.

– "Aspects de la notion de guerre", L’homme de guerre, Actes de l’association R.H.R., 1998.

– "Corps souffrants et âmes saines", Colloque de Dijon : corps et révolution (à paraître).

– "De la chrétienté à l’Europe des Princes chrétiens", M. Gilli, Actes du colloque de Besançon, P.U.B., 1992.

– "La famille à l’époque moderne", Journée d’histoire moderne de l’Université de Montpellier III, 1992.

– "La peste : signe de la colère de Dieu", Les signes de Dieu, Université de Clermont-Ferrand, 1992.

– "Nulla Potestas, nisi a Natione", MM. Fragonard, M. Péronnet, Actes du colloque Jean Boisset, Montpellier 1991.

– "Les catastrophes naturelles", Journée d’histoire moderne de l’Université de Montpellier III, 1992.

– "La broche, l’épée et le goupillon", Journée d’histoire moderne de l’Université de Montpellier III, 1993.

– "Corpus dolens et mens sana", Colloque corpus dolens, Université Montpellier III, 1994 (à paraître).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search