Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Galicie au temps des Habsbourg (1772-1918)

 | 
Jacques Le Rider
, 
Heinz Raschel

Ire partie. Des origines à 1790

L’intégration de la Galicie dans la Monarchie autrichienne

Jean Bérenger

Texte intégral

1Mieux étudiée par la littérature que par les historiens, la Galicie appartient à un passé révolu, qui va de l’annexion en 1772 à la dissolution de l’Autriche-Hongrie en 1918, mais nous nous attacherons ici à la période 1772-1790, qui correspond à l’ère des grandes réformes, consécutives à l’annexion par la Monarchie autrichienne.

2La souveraineté autrichienne s’étendit sur la région à l’occasion du 1er partage de la Pologne et on l’appela Galicie & Lodomérie, en faisant référence à la Russie de Kiev, à laquelle appartenaient les principautés de Galicie et de Vladimir (Halyc & Volodymyr en ukrainien), sur lesquelles le roi de Hongrie Béla III avait élevé des prétentions en 1187, après la mort du dernier prince Jaroslav. Après la mort d’André II, fils de Béla III, qui a occupé un bref moment le trône de Galicie, les rois de Hongrie ont intégré la Galicie dans leur titulature Rex Galiciæ d’abord, Rex Galiciæ & Lodomeriæ ensuite, alors que la souveraineté passa définitivement aux rois de Pologne après 1387.

3Après 1772, le terme de Galicie se substitua à la dénomination polonaise de Russie rouge (Czerwona Rus) pour la partie orientale et de Petite Pologne (Malopolska) pour la partie occidentale. La Galicie autrichienne n’était pas une entité historique comme le royaume de Bohême ou le royaume de Hongrie, mais elle était simplement le résultat du partage de la Pologne. Toute justification historique était caduque puisque la Galicie ne fut même pas incorporée dans les pays de la Couronne de Saint Étienne, mais devint un pays (Kronland) du complexe austro-bohême de la Monarchie autrichienne.

4Dans le partage de 1772, la Monarchie avait annexé le territoire le plus vaste – près de 90 000 km2 et le plus peuplé – presque 2,5 millions d’habitants (2 480 000).

  • 1 La constitution autrichienne du 2 mars 1849, jamais appliquée, transforma le cercle de Czernowitz (...)

5Le 29 décembre 1773 les Ordres privilégiés se réunirent à Lwów, nouvelle capitale de la Galicie pour jurer fidélité et obéissance à Marie-Thérèse, à l’empereur Joseph en tant que co-régent des Pays héréditaires et à leurs successeurs. Avec l’annexion de la Bucovine, qui constitua en 1786 le cercle de Czernowitz, le territoire fut agrandi de 10 456 km2 et la population augmentée de 125 000 habitants1.

6En 1790, à la mort de Joseph II, la Galicie représentait un territoire de 100 000 km2 et sa population était supérieure à 2,6 millions d’habitants. Polonais catholiques et Ukrainiens orthodoxes constituaient la majorité de la population, sans oublier les Roumains de Bucovine et les 200 000 Juifs, qui dominaient le commerce et la vie urbaine – ce qui avait fait dire à Joseph II qu’il comprenait maintenant pourquoi il était « roi de Jérusalem » – un titre vide de sa titulature, qu’il avait hérité des rois de Hongrie.

Les réformes administratives2

  • 2 Mark Rudolf, Galizien unter österreichischen Herrschaft. Verwaltung- Kirche- Bevölkerung, Herder I (...)

7Le processus a débuté en 1769 lorsque, utilisant les troubles consécutifs à la Confédération de Bar, la Cour de Vienne fit occuper les treizes villes de la Zips et la seigneurie de Lublyo, qui appartenaient à la Couronne de Saint Étienne et qui avaient été hypothéquées en 1412. Dès 1770, la Cour de Vienne replaça le territoire contesté et réclamé en vain par la diète hongroise depuis le xvie siècle, sous son autorité. En 1770, les Impériaux avancèrent au Nord pour occuper trois « starosties » et Wieliczka.

  • 3 Idem.

8L’administration autrichienne s’installa rapidement, afin d’intégrer la nouvelle province dans le système administratif « centralisé » de la Monarchie3. Les premières réflexions furent fournies par le rapport du comte Pergen, qui développa un point de vue critique sur l’administration et la société polonaises. Il était en particulier très défavorable à la noblesse, composée de gens orgueilleux, peu instruits, cupides, mais finalement peu dangereux parce qu’ils étaient dénués de tout patriotisme et uniquement préoccupés de leurs intérêts matériels. La petite noblesse nombreuse était misérable et s’adonnait à la boisson. Ils constituaient la masse des participants aux diétines. On ne pouvait pas gouverner avec les institutions existantes. C’est pourquoi la patente du 16 octobre 1773 commença par supprimer les « antiqua officia » de la république de Pologne, tandis que les voïévodes comme les castellans étaient congédiés. Les officiers subalternes furent provisoirement maintenus dans leurs postes. Simultanément les privilèges politiques de la noblesse étaient considérablement réduits et limités par une « constitution » (ständische Verfassung), qui, par rapport à la Constitution de la République, pouvait sembler caricaturale aux nobles polonais.

  • 4 Beales Derek, Joseph II, Tome 1. In the shadow of Maria Theresa 1741-1780, Cambridge, 1987, p. 359 (...)

9Le pouvoir était dorénavant entre les mains du gouverneur, un grand seigneur nommé par la Cour de Vienne, qui dirigeait un important appareil administratif et bénéficiait des conseils de la diète provinciale. Très rapidement la Cour a mis en place les institutions qu’elle souhaitait voir remplacer celles de la République nobiliaire. Le voyage de Joseph II en Galicie en 17734 accéléra la réforme des institutions. Après un voyage en Hongrie et en Transylvanie Joseph II visita la Galicie, malgré l’interdiction de sa mère qui jugeait la visite trop dangereuse. Comme la nouvelle province avait à cette date peu de traits communs avec le reste de la Monarchie, Joseph II, fidèle à ses principes de gouvernement, voulait se rendre sur place pour mieux apprécier les problèmes. Il y passa six semaines et se rendit compte que la condition paysanne y était pire que dans les autres provinces orientales de la Monarchie. Lorsqu’il arriva en Galicie à la fin de juillet 1773, l’administration provisoire était supervisée depuis Vienne par le chancelier Kaunitz. Ce voyage fut l’occasion d’une brouille de Joseph II avec Kaunitz, à qui il arracha le gouvernement de la Galicie. En réalité le chancelier aurait voulu y maintenir les institutions traditionnelles, de sorte qu’il avait donné l’ordre au gouverneur Pergen d’agir avec lenteur. Kaunitz songeait même à traiter la Galicie comme les Pays-Bas méridionaux, où l’on n’avait jamais introduit les réformes de Marie-Thérèse. Joseph II au contraire, bien qu’il songeât à utiliser ultérieurement la Galicie comme monnaie d’échange, voulait en attendant en réformer l’administration. Bien que le prétexte de l’annexion fût l’appartenance de la Galicie à la Couronne de Saint Étienne, Joseph II ne rattacha pas la province à la Hongrie, mais aux pays austro-bohêmes. Il voulait en revanche éradiquer le costume national polonais et y imposer le latin plutôt que de conserver le polonais comme langue administrative.

La constitution du 13 juin 1775

10En effet la nouvelle constitution supprima les diétines de la République nobiliaire pour créer une diète sur le modèle des Pays héréditaires. La patente du 13 juin 1775 supprima le principe de l’égalité de la noblesse, auquel était attachée la petite noblesse et la Cour de Vienne institua une diète de Galicie articulée en trois Ordres : Seigneurs, Chevaliers & Villes. Les deux premières curies de la noblesse devinrent l’Ordre des Seigneurs et l’Ordre des Chevaliers. La Cour de Vienne introduisit les titres de noblesse autrichiens, qui établissaient, contrairement à la fiction juridique entretenue par la noblesse (szlachta), une hiérarchie à l’intérieur de la noblesse. La patente supprima également l’immunité fiscale de cette dernière qui fut dorénavant soumise à l’impôt. Le taux de celui-ci demeura toutefois très modéré par rapport à celui qui était acquitté par les roturiers.

  • 5 Donc en 1786 4 zlotys (monnaie de compte polonaise) = 1 florin rhénan ou bien 1 zloty = 15 Kreutze (...)

11Le clergé fut réparti entre les deux Ordres selon que le clerc était chasé ou non. En 1782, Joseph II octroya au clergé un nouveau règlement. Les bourgeois des villes furent placés dans le Tiers-État, comme les prêtres dépourvus de bénéfices. En 1786, il accorda à la noblesse de Bucovine, que l’on venait d’incorporer à la Galicie, le droit de siéger à la diète (mit Sitz und Stimme). Il imposa deux conditions aux nobles : être immatriculé en Bucovine et payer une contribution minimale de 75 florins rhénans ou 200 zlotys5. Les titulaires des 15 offices héréditaires de Galicie siégèrent à la diète sans avoir de prérogatives particulières. La constitution de 1775 demeura en vigueur jusqu’en 1817. Les titulaires des 15 offices héréditaires siégèrent à la diète sans avoir de compétences particulières.

  • 6 En 1777, Joseph II supprima la chancellerie de Galicie à Vienne et la remplaça par une simple sect (...)

12D’autre part l’article 12 de la patente de 1775 limitait les compétences de la diète. Les Ordres assemblés ne sont pas autorisés à poser la question de la recevabilité des propositions du gouvernement, mais à discuter simplement la manière de les exécuter (Quaestio an ? et Quaestio quomodo ?). Les Ordres étaient en outre autorisés à faire d’humbles représentations qu’ils présenteront au Gouverneur, qui les transmettra à la chancellerie de Galicie, à Vienne. Après la suppression de cette dernière en 1777, une section de la chancellerie austro-bohême contrôla les activités du gouvernement de Lwów6.

13En 1802, le gouvernement (Gubernium) de Lwów comprenait un gouverneur (nom officiel du Landeshauptmann), un conseiller aulique, 12 conseillers de gouvernement, 15 secrétaires, 12 rédacteurs (Concipisten) et 55 employés de chancellerie. Le gouverneur disposait de tout le pouvoir politique local, il était à la fois représentant de la Couronne et le président de la diète. Le Gubernium s’installa en 1777 dans les locaux de l‘ancien collège des Jésuites, devenu propriété de l’État en 1773, à la suite de la dissolution de la Compagnie. Après l’occupation de la province, les militaires avaient pris en main l’administration civile et mené les enquêtes statistiques désirées par Vienne. Mais parce que les officiers et les soldats qui en furent chargés n’avaient pas été formés à cette tâche, l’enquête aboutit à une série de chiffres complètement faux et à un cadastre inutilisable. Les civils, qui étaient en nombre insuffisant, ne remplirent pas non plus les tâches que la Cour de Vienne attendait d’eux.

  • 7 On sait que depuis la mort de l’empereur François Ier, en 1765, le pouvoir était partagé entre Mar (...)

14D’abord le premier gouverneur, le comte Pergen, en qui la Cour, Marie-Thérèse et Joseph avaient placé de grands espoirs ne répondit pas à ce que l’on attendait de lui ; en réalité, faute de personnel compétent en nombre suffisant, il ne pouvait pas faire grand chose. Le voulait-il vraiment ? Il était d’accord avec le Chancelier Kaunitz qui ne voulait pas bouleverser la constitution traditionnelle de la Galicie. Toutefois la « Relation finale » que Joseph II rédigea en septembre 1773 à l’issue de son séjour, dénonça Pergen comme incompétent et paresseux. Il lui reprochait d’avoir en un an tout juste créé un tribunal et de n’avoir même pas communiqué à ses subordonnés les décrets qu’il recevait de Vienne. Joseph II eut finalement gain de cause auprès de sa mère : le Chancelier Kaunitz lui céda la gestion des affaires de Galicie7 et le comte Pergen fut remplacé par un nouveau gouverneur. Le comte Wrbna devint chancelier de Galicie à Vienne et le comte Auersperg fut nommé gouverneur à Lwów. Les critiques d’Auersperg ne plaisaient pas à Joseph II qui le remplaça en 1779 par le comte Pompeo Brigido et c’est durant son gouvernement que furent accomplies les grandes réformes.

15Comme dans les autres provinces de la Monarchie, la diète élisait un collège de députés (Verordneten Collegium) ou commission permanente de la diète. Celle-ci était présidée par le gouverneur et avait les compétences parlementaires pour la province. Elle devait en particulier s’occuper de la répartition des contributions, de la rédaction des gravamina, de la répartition de la corvée pour l’entretien des routes et de la rédaction de propositions dans l’intérêt du pays et de sa population.

16L’appareil d’État qui était étroitement subordonné au gouverneur, était composé de fonctionnaires venus des pays austro-bohêmes. Il consistait en 11 organes provinciaux ou cercles qui totalisaient 700 fonctionnaires et employés. Les cercles, qui étaient le relais important du pouvoir et qui étaient issus de la réforme de Joseph II, s’étaient après quelques hésitations, substitués aux starosties de la République nobiliaire. La mise en place des nouvelles circonscriptions se fit en trois étapes. D’abord en 1773 la Galicie fut d’abord divisée en 59 arrondissements (Bezirk), que l’on avait regroupés en 6 cercles (Cracovie, Sandomir, Lublin, Belc, Russie rouge et Podolie), pour remplacer les voïévodies supprimées dès l’annexion en 1772. Le cercle était une circonscription administrative caractéristique de la Monarchie autrichienne. À l’échelon local on trouvait, comme en Bohême, les seigneuries et les magistrats municipaux. Ensuite, en 1777 après d’ultimes et laborieuses rectifications de frontière, au cours desquelles la Pologne récupéra quelques cantons, les 6 cercles (Kreis) : Wieliczka, Pilzno, Sambor, Belz, Lwów et Halicz, furent subdivisés en 19 arrondissements (Bezirk), bien plus étendus que les arrondissements prévus en 1773.

17En 1782, une nouvelle réforme administrative transforma les 18 arrondissements en cercles placés directement sous l’autorité du gouverneur de Lwów. En même temps on modifia les limites de certains cercles et on déplaça certains chefs-lieux, ce qui créa un véritable chaos dans la bureaucratie. Cette confusion s’explique en partie par le fait que les bureaux ne trouvaient pas de locaux adaptés dans les agglomérations où on les envoyait. Les fonctionnaires devaient d’abord négocier avec les propriétaires privés l’achat ou la location de locaux pour y installer les bureaux. Une autre raison était le caractère misérable du bâti, car à l’exception de Zamosc et de Lwów, toutes les autres villes consistaient en maisons paysannes, construites en bois et sans étage. En 1786, on ajouta aux 18 cercles celui de Czernowitz, qui correspondait à la Bucovine. De nouvelles modifications des limites donnèrent par la suite naissance à de nouveaux cercles comme celui de Srtryj.

18Les administrations de cercle qui disposaient de pouvoirs étendus comprenaient un personnel relativement important. On trouvait à leur tête le capitaine de cercle qui avait gardé le nom de « staroste ». Il était entouré de 3 ou 4 commissaires, d’un secrétaire, de 2 rédacteurs ; il était aidé par plusieurs employés aux écritures, 2 messagers, un Protocollist, un caissier, un contrôleur de la caisse, un employé de la caisse et 6 dragons (on notera la modestie des forces du maintien de l’ordre). En outre il y avait un médecin, un chirurgien, un ingénieur et une sage-femme. Cette administration a en gros subsisté jusqu’à la révolution de 1848.

L’enseignement

19L’enseignement a été très vite profondément transformé par le régime autrichien. Dans le reste de la Monarchie, Marie-Thérèse avait été obligée de réformer l’enseignement secondaire à la suite de la dissolution de la compagnie de Jésus en 1773. Alors qu’une partie des écoles latines était fermée, le gouvernement de Vienne créa un enseignement primaire obligatoire et des Écoles normales sur le modèle prussien. Ces transformations furent l’œuvre de l’abbé Felbiger.

  • 8 Klueting Harm (éd.), Der Josephinismus : ausgewählte Quellen zur Geschichte der theresianisch-jose (...)

20Dès 1781, Joseph II procéda à une réforme de l’enseignement supérieur peu favorable aux universités8, qui perdirent leur autonomie et furent étroitement surveillées par le pouvoir central. La Commission des Études dépendait désormais de la Chancellerie d’Autriche, comme la commission de censure. Les directeurs de facultés furent placés sous les ordres du président de la Commission des Études et appelés « présidents ». Les Écoles normales furent également placées sous l’autorité de la Commission des Études. Dans les Pays héréditaires, les universités furent limitées à trois : Vienne, Prague et Lwów (l’université de Lwów n’a été fondée qu’en 1784), tandis que les universités d’Innsbruck, de Brno et de Fribourg en Brisgau étaient supprimées et transformées en lycées, qui devaient surtout servir à la formation de fonctionnaires. Les professeurs inutiles furent remerciés ou envoyés à Lwów. Parmi ces derniers le plus célèbre demeure l’abbé Ignace Martinovics, qui organisera le complot des Jacobins hongrois en 1794. Les universités étaient considérées par Joseph II comme des écoles professionnelles d’un niveau supérieur, dont le seul but était la formation des juristes, des fonctionnaires ou des médecins, mais elles ne devaient pas se consacrer à la recherche.

Les affaires religieuses

  • 9 Ainsi nommés parce que ces Chrétiens orthodoxes reconnaissaient l’Union de Brest-Litowsk de 1596.

21Il existe autant de diversité religieuse que de groupes ethniques, parce que la République nobiliaire avait été jadis très tolérante, parce que les Magnats avaient protégé des groupes religieux très divers. Il y avait des Catholiques romains, des Grecs catholiques (ou Uniates)9, des Grecs orthodoxes, des Arméniens des Juifs et des Protestants de différentes dénominations. La situation fut modifiée par l’annexion, parce que les décisions dans le domaine confessionnel furent désormais prises à Lwów. Capitale administrative, Lwów était aussi une métropole religieuse, où cohabitaient des archevêques catholiques et arméniens avec un évêque uniate. Les patentes de 1774, 1775 et 1781 avaient autorisé l’établissement de non Catholiques dans la province ; il y avait un surintendant luthérien à Lwów, qui était subordonné au consistoire viennois des Églises évangéliques.

22L’Église catholique romaine fut touchée par l’annexion et le rapport du comte Pergen de juillet 1773 ne cachait pas les faiblesses du clergé polonais.

23D’abord les limites de plusieurs diocèses furent modifiées. Parce que Joseph II souhaitait placer l’Église sous le contrôle de l’État, comme dans le reste de la Monarchie, les diocèses de la province ecclésiastique de Lwów furent réorganisés, en particulier ceux de la partie occidentale de la province. Le diocèse de Cracovie, qui était suffragant de Gniezno, posa un sérieux problème et l’évêque Cajetan Soltyk se montra peu coopératif jusqu’à la création du diocèse de Tarnow en 1785, qui fut reconnu par Pie VI en 1786. Le doyenné des 13 villes de la Zips, qui appartenaient au royaume de Hongrie comprenait 6 paroisses et un couvent de Piaristes ; il se trouva longtemps dans une situation incertaine. En 1776 la chancellerie de Hongrie avait demandé son rattachement au diocèse de la Zips, ce qui ne fut réalisé qu’en 1811. Les limites des diocèses de Przemysl et de Lwów posèrent de nombreux problèmes qui furent réglés en partie par des décrets de Joseph II. La juridiction de l’archevêque catholique de Lwów étendue à la Bucovine couvrait plus de 50 000 km2, soit plus de 50 % de la Galicie-Lodomérie.

24Le clergé catholique exécuta loyalement les lois et décrets venus de Vienne, bien que la nouvelle constitution octroyée ait réduit les pouvoirs politiques des prélats. Elle prévoyait que les évêques, les abbés et les prélats chasés siègeraient dans la première curie de la diète, les abbés et prélats non possessionnés appartiendraient à la seconde curie, tandis que tous les autres prélats, assimilés à des chevaliers, siégeraient dans la seconde curie. Mais l’ordonnance de Joseph II de 1782 limita encore la représentativité du clergé en les enfermant dans un Ordre à part, qui comprenait les archevêques, les évêques, les abbés et prélats possessionnés, ainsi que des députés des chapitres (soit deux pour Lwów et un pour chaque autre chapitre cathédral). L’archevêque de Lwów reçut en outre la dignité de Primat de Galicie.

Le clergé séculier

25En 1774 l’Église romaine comprenait 694 paroisses, tandis qu’il y avait 3 321 paroisses uniates. En outre 165 paroisses étaient desservies par des moines. Ces chiffres sont approximatifs car nous n’avons pas de statistiques précises pour les débuts de la période autrichienne. Il est cependant clair que les 2/3 de la population de la province était Uniate. À l’Ouest, dans la partie en majorité polonaise, les paroisses catholiques étaient surtout rurales, alors qu’à l’Est où, en dehors de quelques seigneuries, la population était ruthène et uniate, les paroisses catholiques étaient concentrées dans les agglomérations urbaines. L’Église souffrait d’un manque chronique de prêtres, ce qui gênait l’encadrement des fidèles. L’administration autrichienne eut toutefois une attitude ambiguë, parce qu’elle refusa d’augmenter le personnel tout en souhaitant un meilleur encadrement des fidèles. Une réorganisation des paroisses augmenta le nombre des paroisses catholiques et réduisit celui des paroisses uniates. Surtout la sécularisation de nombreux couvents offrit, comme dans le reste de la Monarchie, une solution à partir de 1782. Les prêtres étaient désormais considérés comme des fonctionnaires d’État, que l’on pouvait utiliser pour certains actes administratifs. Joseph II décida par exemple que les curés pourraient se rendre utiles en diffusant les ordres et les messages du gouvernement jusqu’au niveau du domaine rural. Les doyens devaient jouer le rôle d’inspecteurs des écoles primaires.

  • 10 Mark R., Galizien unter österreichischen…, op. cit., tableau p. 19.

26Le problème du manque de prêtres ne fut pas résolu pour autant et celui de leur formation demeura insoluble jusqu’en 1850 ; de nombreuses paroisses demeurèrent sans curé. La situation matérielle de ces derniers se dégrada avec les réformes de Joseph II, qui en nationalisant les biens d’Église, avaient sensiblement réduit les revenus des prêtres. La position d’un curé fut moins prestigieuse à l’époque autrichienne qu’au temps de la République. Jadis des fils de Magnats se faisaient volontiers prêtres, de sorte qu’il y avait beaucoup de jeunes nobles et peu de fils de paysans parmi les curés, quand un vicaire gagnait 300 florins par an et un curé 700. Leur entretien était alors assuré par un beneficium, que garantissaient 2 ou 3 tenures, des bois, des pêcheries et les dîmes des localités qui constituaient la paroisse, ainsi que par le revenu du casuel. Dans le diocèse de Cracovie au moment de l’annexion, le revenu moyen d’un curé de paroisse était de 1 025 florins, même s’il existait de sérieuses disparités, puisque les revenus annuels s’échelonnaient de 100 à 4 300 florins10.

27Les revenus des évêques étaient bien supérieurs à ceux des curés. Ils s’échelonnaient de 300 florins annuels pour l’évêque Grec catholique de Luck à 21 000 pour l’évêque Grec catholique de Lwów. Le mieux doté était incontestablement l’évêque catholique de Cracovie avec 28 400 florins, suivi par celui de Przemysl avec 20 600 florins. L’évêque catholique de Lwów quoique Primat ne disposait que de 10 000 florins annuels, tandis que l’archevêque arménien de Lwów avait un revenu annuel de 2 500 florins, comme l’évêque uniate de Przemysl.

  • 11 Ordonnance créant un séminaire général, Vienne, 30 mars 1783, Klueting H., Der Josephinismus…, op. (...)

28La formation des prêtres fut améliorée par la volonté de Joseph II. Les instructions venues de Vienne, appliquées à partir de 1783, obligèrent les futurs prêtres à faire des études de philosophie et de droit à côté de leur formation théologique et le gouvernement interdit d’accorder la prêtrise à des jeunes gens insuffisamment instruits. En 1783, comme dans le reste de la Monarchie, les séminaires diocésains ont été fermés11 et les futurs prêtres ont été obligés de fréquenter le séminaire général de Lwów. Désormais il fallait réussir ses examens et quitter le séminaire avec de bons certificats pour être ordonné prêtre. Ces exigences, si positives fussent-elles, éloignèrent beaucoup de candidats, en particulier les fils de paysans. Il fallait pour être admis au séminaire général posséder un certificat d’études secondaires, alors que les paysans ne pouvaient offrir de telles études à leurs fils. En 1783, il n’y avait dans toute la Galicie que 17 écoles latines de qualité fort inégale.

Le clergé régulier

29Bien plus radicales furent les réformes auxquelles le clergé régulier fut soumis dans les années 1780, puisque la Galicie n’échappa pas à la politique de sécularisation des Ordres, qui fut menée par Joseph II dans toute la Monarchie à partir de 1782. Or le nombre des couvents n’avait cessé de croître en Galicie aux xviie et xviiie siècles. À Lwów on comptait en 1772, 95 églises et couvents avec 700 réguliers (nonnes et moines). Ces fondations n’offraient aucun intérêt économique pour les populations bourgeoises. Les Ordres les plus représentés en Galicie étaient les Dominicains (36 maisons), les Bernardins (16 maisons), les Franciscains (17 maisons) et les Jésuites. La fortune de ces derniers fut immédiatement récupérée par l’État autrichien en 1773 et affectée au Fonds de religion.

30En 1782 15 couvents de femmes et 12 couvents d’hommes qui appartenaient à des ordres contemplatifs furent supprimés à Lwów. En 1795 le nombre des couvents de tous rites qui avaient été supprimés depuis 1782 s’élevait à 140 (116 couvents de moines, 24 couvents de femmes). Mais comme paraît-il ces réguliers menaient une vie assez peu édifiante, cela a fourni des arguments au Gouvernement de Lwów et à la Cour de Vienne pour appliquer strictement la législation. Les couvents de Bénédictins et de Cisterciens furent tous supprimés et leurs biens attribués au fonds de religion. Les Bénédictines, les Dominicaines, les Carmélites ont aussi disparu. Même les Piaristes, très appréciés en Pologne pour leurs activités intellectuelles, ont perdu 80 % de leurs biens alors que les Capucins n’en ont perdu qu’un tiers. Au contraire les Sœurs de la Charité obtinrent un soutien particulier des autorités de la province pour leur action comme personnel soignant ou éducatrices des orphelins. Les biens fonciers des congrégations furent confisqués, certaines églises furent transformées en églises paroissiales, parfois même en temples protestants.

  • 12 Klueting H., Der Josephinismus…, op. cit., p. 280-282.

31En application de l’ordonnance du 12 janvier 1782 qui sécularisait les couvents12, certains réguliers appartenant aux Ordres supprimés choisirent l’émigration, d’autres devinrent des prêtres séculiers et se consacrèrent à l’action pastorale. Ceux qui furent transférés dans d’autres couvents reçurent une portion congrue de 200 florins, souvent réduite à 100 florins par an.

32L’Église grecque catholique rassemblait essentiellement des fidèles d’origine rurale, mais tous les diocèses étaient placés sous l’autorité du métropolite de Kiev. Comme les relations entre la Russie et la Monarchie étaient bonnes, la Cour de Vienne ne prit pas en considération les requêtes des trois évêques uniates de constituer une nouvelle province ecclésiastique, indépendante du métropolite de Kiev.

33L’organisation de l’Église uniate, qui depuis 1774 s’appelait officiellement Église grecque catholique, différait sensiblement de celles de l’Église romaine. La situation matérielle de l’Église uniate était assez misérable lorsque la Galicie passa sous administration autrichienne. Les prélats vivaient aux dépens du bas clergé, qui était en général peu instruit. Les évêques se recrutaient dans la noblesse ruthène, qui se distinguait seulement de la noblesse polonaise par l’appartenance à un rite oriental. Souvent un siège épiscopal était devenu la propriété d’une famille. Les évêques débutaient leur carrière comme moines basiliens et à la différence du bas clergé séculier, ils recevaient une bonne formation théologique, alors que le clergé séculier était inculte et méprisé, parce que les Basiliens ne se souciaient pas de le former. Comme ceux-ci monopolisaient les bénéfices, ils veillaient à éviter la concurrence de prêtres séculiers qui auraient été convenablement formés. Les revenus des évêques provenaient des revenus des biens de l’église, mais aussi d’une taxe levée sur chaque clerc, le cathedraticum, qui dans le diocèse de Lwów s’élevait à 36 florins par an (environ 150 zloty). Les 1 900 paroisses auraient donc versé au total 300 000 zlotys (75 000 florins rhénans) à l’évêque en 1772. Les chanoines du chapitre étaient moins richement dotés.

34Les prélats uniates devinrent comme leurs confrères catholiques de bons serviteurs de la Monarchie autrichienne. Ils obtinrent les mêmes prérogatives que les prélats de rite latin, ce qui leur avait toujours été refusé par la République nobiliaire. Les revenus des évêques furent en revanche réduits à une portion congrue (congrua) de 10 000 florins par an. Des réformes proposées par le clergé uniate furent sanctionnées par la Cour de Vienne : par exemple des prêtres séculiers purent devenir évêques tandis que les moines basiliens étaient soumis après 1782 à la juridiction de l’Ordinaire. On plaça à côté de l’évêque un chapitre cathédral et un consistoire composé de 2 à 4 prélats possessionnés, de 3 chanoines domiciliaires et de quelques chanoines honoraires.

35Les réformes entreprises par Marie-Thérèse et menées à bien par Joseph II firent de l’Église uniate une Église nationale pour les Ruthènes, qui fut capable, encore plus que l’Église romaine pour les Polonais, de développer la culture nationale. Elle devint une instance dirigeante sur le plan moral, culturel et politique et peut-être aucune autre institution ne fut plus importante dans le processus de prise de conscience nationale que l’Église grecque catholique pour les Ukrainiens de la Galicie autrichienne. Ce succès s’explique à la fois par la situation inférieure de cette Église dans la République polonaise et les liens très étroits qu’entretenait le bas clergé avec les masses paysannes.

  • 13 Mark R., Galizien unter österreichischen…, op. cit., p. 31-32.

36Dans les années 1780, des observateurs impartiaux étaient choqués par l’ignorance grossière du clergé uniate. « Le pope ruthène est la sottise et l’ignorance même » constatait le capitaine de cercle de Przemysl von Möllern. Au même moment, l’administrateur apostolique du diocèse de Przemysl déplorait « que nos prêtres fréquentent dans les auberges des bourgs les gens ordinaires, boivent au mépris de leur caractère sacerdotal et s’endettent sans penser un instant qu’ils ont femme et enfants ». Pendant la messe, le comportement des curés laissait à désirer ; l’évêque leur rappelait qu’ils devaient porter un habit propre et décent, avoir des cheveux et une barbe peignés, les mains lavées, les ongles coupés13.

37Ces conditions déplorables s’expliquent par le fait que, considérés comme des paysans, ils étaient pratiquement des sujets (Untertanen) de la seigneurie, qu’ils devaient payer l’impôt et souvent même faire la corvée. En 1772, 3 % des prêtres avaient reçu une instruction supérieure et nombre d’entre eux ne savaient pas écrire. En dehors d’un missel et d’un bréviaire, les curés uniates ne possédaient pas de livres ; leur formation théologique se limitait à une bonne connaissance du rituel et de la liturgie. Au temps de la République nobiliaire, les curés uniates n’étaient pas désignés par l’évêque, mais par le patron de la paroisse, qui était aussi le seigneur du lieu ; s’il ne nommait pas directement il proposait son candidat ; souvent le candidat héritait la cure de son père avec l’approbation du seigneur qui exerçait le droit de patronat. Une espèce d’hérédité s’exerçait donc au profit de la famille du curé, qui était « instruit » par son père, de sorte que l’Église n’avait pas à se préoccuper de la formation de ses prêtres.

38Les Basiliens subirent les mêmes tribulations que les ordres religieux de l’Église latine. En 1772, on comptait environ 67 couvents de moines basiliens qui avec 600 moines et nonnes passèrent sous la souveraineté des Habsbourg. En 1800, il n’en restait plus que 22 avec 164 moines, ce qui représente une perte de 60 % des effectifs, à la tête desquels se trouvait l’archimandrite de Zolkiew. Les Basiliens avaient d’ailleurs des activités apostoliques (soins aux malades ou enseignement).

Les Arméniens catholiques

39Ils avaient, comme les Grecs catholiques, longtemps hésité avant de réaliser l’union avec Rome, qui, proclamée en 1630, ne fut réalisée qu’en 1700. Il s’agissait d’Arméniens vivant dans la région de Lwów et leur évêque était subordonné au Patriarche arménien de Cilicie, qui résidait à Constantinople. Le diocèse arménien de Lwów comptait 17 paroisses urbaines (en particulier Lwów, Stanislaw, Zamosc). La communauté n’avait aucun problème d’encadrement pastoral : en 1783, à Lwów, il y avait pour 212 fidèles 14 prêtres dont 6 chanoines de la cathédrale. D’une manière générale, leurs relations avec l’Église romaine étaient bien meilleures que celles des Uniates. Elles étaient favorisées par leur formation chez les Théatins, l’importance de la population urbaine, d’une bourgeoisie aisée et influente.

40Les Arméniens catholiques subirent néanmoins les contrecoups des réformes de Joseph II. Faute de paroissiens suffisants, le gouvernement supprima des paroisses (dont 2 à Lwów et celle de Zamosc). En 1787 la congrua des prêtres arméniens fut fixée à 150 florins par an et celle de l’évêque à 2 000 florins. Les prêtres naguère formés par les Théatins durent à partir de 1784 suivre les cours du Séminaire général de Lwów. Le couvent des Bénédictines arméniennes, qui avait été fondé à Lwów en 1683, hébergeait encore en 1786 24 nonnes, mais leur nombre fut réduit à 14, qui durent enseigner dans une école de filles. Les Bénédictines étaient des pédagogues réputées qui réussirent à maintenir leur école.

Les Juifs

  • 14 Tollet Daniel, Histoire des Juifs en Pologne du xvie siècle à nos jours, Paris, PUF, 1992, p. 206- (...)

41Les Juifs occupaient une position intermédiaire entre la noblesse et la paysannerie, et constituaient un milieu social homogène, dont le niveau culturel et économique était assez faible. La plupart des 200 000 Juifs de Galicie étaient en 1772, incapables de lire l’hébreu ou le yiddish et ils ne parlaient pas le polonais14. Dans cette province, les idées du hassidisme avaient triomphé et elles avaient contribué à former une importante communauté – sauf à Cracovie où vivaient 4 138 Juifs et où le hassidisme avait été excommunié. L’idée de tolérance, qui paraissait si dangereuse à Marie-Thérèse, dépassa les confessions chrétiennes pour être étendue aux minorités juives. Si elle mit fin à une longue période d’arbitraire, d’injustice et de persécutions, elle engendra d’autres problèmes.

42Le système du Kahal ou Conseil de la communauté, qui fonctionnait bien au temps de la République nobiliaire, fut modifié en 1776 par une ordonnance de Marie-Thérèse qui concernait l’ensemble des Juifs de Galicie. Jusqu’alors, le Conseil de la communauté était composé d’élus pris parmi les anciens, les échevins et les boni viri. Il était, dans la Pologne traditionnelle, chargé d’administrer la communauté et de gérer ses finances. Les conseils existaient au niveau local et au niveau provincial. Afin d’assainir la situation, Marie-Thérèse créa une « direction juive » dans le gouvernement de Lwów, qui fut subdivisée en six cercles. La direction de Lwów fut confiée à Juda Leib Bernstein qui fut nommé « grand rabbin du pays ». Ses bureaux avaient pour mission de nommer les rabbins, les chantres, les sacrificateurs et de répartir les impôts. Les Conseils de communauté furent, en fonction du produit de leur imposition, répartis en quatre classes avec des droits et des compétences différents. Les anciens seuls avaient le droit de se choisir un directeur parmi les rabbins et les anciens de la province. Cette réforme fut abolie par Joseph II en 1785. Désormais les communautés furent soumises à l’autorité de l’administration provinciale. Le pouvoir des rabbins et des anciens de la province fut réduit aux questions à caractère strictement religieux.

43Les Juifs furent soumis par la réforme de 1776 à un « impôt de tolérance » de 4 florins par famille, à un impôt sur les activités industrielles et sur les biens qui était également de 4 florins par famille et enfin à une taxe sur les mariages. Cette taxe avait pour but d’empêcher le mariage des Juifs pauvres. Pour avoir le droit de se marier, un Juif devait désormais posséder au moins un capital de 500 florins et en verser 10 % au fisc. Cette taxe rapporta 40 000 florins au trésor en 1784. Son taux fut cependant réduit par Joseph II qui en dispensa les Juifs qui cultivaient la terre. Cette politique fut efficace : les Juifs qui ne pouvaient pas payer leurs impôts émigrèrent vers le royaume de Pologne : ainsi en 1782, 1 192 Juifs allèrent s’installer en Pologne et 652 en 1784. Ces Juifs furent remplacés par des colons allemands, ce que souhaitait Marie-Thérèse. On décida en revanche de créer des colonies juives sur les terres vierges où les colons ne paieraient que la moitié de l’impôt de tolérance (soit 2 florins au lieu de 4). Dès 1786, les demandes se multiplièrent car les Juifs y voyaient le moyen de sortir de leur misère.

44Joseph II pensait que les Juifs étaient utiles à l’État et à la société et qu’il fallait faciliter leur intégration. Il développa une législation tolérante et favorisa leur intégration, parce qu’il considérait qu’il s’agissait de citoyens utiles à la prospérité de l’État, même s’il prit des mesures qui furent mal accueillies. En effet comme Joseph II n’aimait pas le système de la ferme des impôts, il les priva d’une de leurs activités traditionnelles dans la république nobiliaire. En 1784 il leur interdit d’affermer des débits de boisson mais aussi la perception de taxes, de revenus d’Église ou de terres qu’ils ne cultiveraient pas eux-mêmes. 35 % des Juifs perdirent ainsi leurs moyens d’existence. Une autre mesure fut jugée plus choquante par la plupart des Juifs qui professaient traditionnellement la non-violence : la patente de 1784 leur imposa, au nom de l’assimilation, le service militaire obligatoire. En dépit de leurs protestations, un millier des Juifs furent incorporés en 1789 dans l’armée impériale pour participer à la guerre contre l’Empire ottoman, mais ils furent employés dans des services auxiliaires et cette mesure comme beaucoup de réformes de Joseph II fut immédiatement rapportée par son successeur Léopold II. Celui-ci, dès août 1790, promulgua un décret qui libérait les Juifs de leurs obligations militaires moyennant le paiement de 30 florins par recrue.

45Les patentes de 1787 et de 1788 les obligèrent à prendre un nom de famille. Ces noms étaient attribués par des petits fonctionnaires selon les sommes versées : les noms qui coûtaient le plus cher étaient les noms de fleurs, puis les noms de métaux alors que les noms d’animaux étaient gratuits.

46Leur situation juridique fut à nouveau modifiée par la patente de Tolérance de 1789, qui supprima les conseils des communautés. Ceux-ci furent remplacés par 141 communes dirigées par des anciens, qui furent élus et rétribués par la communauté ; toutefois leur pouvoir était restreint. Le commerce juif restait libre à l’exception des restrictions mentionnées dans la Patente de 1784. Les Juifs pouvaient louer en ville des maisons antérieurement occupées par des Chrétiens. La présence juive était toujours réglementée ; à Lwów, ils n’avaient pas le droit de résider en dehors du ghetto. L’immigration juive était rigoureusement interdite et l’émigration vers la Palestine était encouragée, à condition que les émigrants n’emportent pas d’argent avec eux.

47La patente de Tolérance a introduit une réforme beaucoup plus importante pour l’avenir de la communauté juive de Galicie en créant des écoles « judéo-allemandes », qui mettaient en pratique les idées du philosophe berlinois Moses Mendelssohn. Elles devaient introduire une conception plus moderne de la religion juive et favoriser l’essor du mouvement d’émancipation (en hébreu Haskala). Herz Homberg, qui avait été recommandé à Joseph II pour diriger l’école juive de Trieste et avait poursuivi sa carrière à Prague, fut chargé de la mise en place des écoles « judéo-allemandes » en Galicie. Il en ouvrit 107 et transforma en 1794 l’école de Prague en école normale pour la formation des maîtres des écoles « judéo-allemandes » de Galicie. Il y ouvrit un cours de Talmud où l’on n’utilisait pas l’hébreu et où l’on n’avait plus recours au service des rabbins.

48Les archives de Galicie contiennent de nombreuses plaintes concernant ces écoles et leurs directeurs, qui étaient accusés de corruption par les traditionalistes. Une commission d’enquête fut nommée, mais n’aboutit à aucun résultat concret. Cependant ce type d’école avait l’approbation des adeptes des Lumières, issu de familles bourgeoises, qui étaient hostiles aux Hassidim, qu’ils combattaient avec acharnement.

49Les réformes de Joseph II ont finalement favorisé le mouvement d’émancipation dans les communautés juives de Galicie ; elles ont contribué à réduire l’importance des Hassidim et elles ont favorisé le mouvement d’intégration des Juifs dans la société autrichienne du xixe siècle.

La condition paysanne15

  • 15 Rozdolsky Roman, Die große Steuer und Agrarreform Josephs II, Varsovie, 1961.
  • 16 Glassl Horst, Das österreichische Einrichtungswerk in Galizien (1772-1790), Hassarowitz, Wiesbaden (...)

50Avec le statut des Juifs, la condition paysanne était l’autre question sociale qui préoccupait Joseph II en Galicie16.

51Dès sa première visite en Galicie en août 1773, Joseph II avait pris conscience de la condition lamentable dans laquelle se trouvaient les paysans et il en a fait un rapport troublant à sa mère, car la noblesse polonaise pouvait difficilement masquer la triste condition à laquelle elle avait réduit les masses rurales. L’amélioration réalisée à l’époque de la corégence fut l’œuvre du conseiller Christophe von Koranda. Joseph II souhaitait que, dans un premier temps la situation juridique des paysans fût copiée sur celle de la Hongrie et il reconnaissait qu’il serait difficile d’offrir avant longtemps aux paysans polonais un statut comparable à celui dont jouissaient les paysans des autres provinces de la Monarchie.

52La loi du 3 juin 1774 interdit au seigneur de pratiquer certaines mesures oppressives à l’égard de ses paysans, en particulier de les obliger d’acheter une certaine quantité d’alcool au fermier juif. Le droit d’administrer des punitions corporelles au paysan fut limité ; le paysan ne pouvait être battu qu’en présence de l’intendant du domaine ; si la punition était injustifiée, le paysan pouvait porter plainte auprès de l’administration du cercle, qui devait enquêter et faire son rapport au gouvernement. Il était interdit aux patrons juifs de faire travailler leur personnel chrétien les dimanches et jours fériés. Si la corvée était transformée en charroi, le seigneur devait payer des indemnités au paysan pour sa nourriture et son logement au cours du déplacement ; l’étape était limitée à 4 milles l’été et à 3 milles l’hiver.

53Les prestations devaient figurer sur un inventaire sinon elles étaient interdites. Les corvées étaient dorénavant réparties en trois catégories :

  • La corvée ordinaire et hebdomadaire.
  • Les prestations fournies de temps en temps à la demande de la seigneurie.
  • Les corvées extraordinaires utilisées pour les réparations des bâtiments, des ponts, des fossés, des digues ou bien pour l’abattage des arbres.

54Marie-Thérèse demandait en outre au seigneur d’éviter d’imposer toute nouvelle corvée.

55Le but de la patente n’était pas d’inciter les paysans à refuser la corvée, mais de limiter l’arbitraire de certains seigneurs. Les rapports juridiques n’étaient que rarement définis par les inventaires qui n’étaient qu’un constat dressé par la seigneurie des prestations fournies. Ces relations arbitraires furent limitées par la patente du 5 janvier 1781, qui avait été préparée sous la corégence et qui fut promulguée au début du gouvernement personnel de Joseph II.

  • 17 Rapport de Margelik du 11 décembre 1783, Vienne Hofkanzlei, carton 332, cité par Glassl Horst, Das (...)

56Joseph II voulait toutefois modifier en profondeur la structure sociale de la province. C’est pourquoi l’année 1781 fut décisive dans l’histoire de la condition paysanne en Galicie puisque le 1er novembre parut la patente abolissant le « servage ». Le « servage » fut transformé en une simple dépendance du paysan à l’égard de son seigneur. Cette transformation de la condition paysanne mettait fin au pouvoir absolu du seigneur, mais elle supposait qu’on accordait au paysan le droit de propriété et une certaine liberté. Or en Galicie les prestations en travail n’étaient pas définies par des chartriers (Urbaria) et à Vienne on pensait qu’il était « toujours dangereux de passer d’un seul coup de la barbarie la plus profonde à la plus grande perfection extrême d’un État bien réglé »17.

57Joseph II abolit le servage en Galicie en dépit des mises en garde du gouverneur le comte Louis Dietrichstein, qui lui avait signalé le danger d’une réforme trop précipitée. Par la loi du 5 avril 1782, Joseph II a mis fin à la condition juridique scandaleuse où se trouvaient placés les paysans, qui étaient traités comme du bétail et qui pouvaient être mis à mort sans procès. Toutefois seule une partie de la loi était immédiatement applicable en Galicie, celle concernant le statut des personnes, tandis que la modification du statut de la propriété était remise à plus tard. Le paysan pouvait dorénavant quitter la seigneurie ; il avait le droit de se marier sans le consentement du seigneur ; ses fils avaient le droit d’aller en ville apprendre un métier et ils n’étaient plus astreints à un service obligatoire et gratuit chez le seigneur. Le but de ces réformes était d’améliorer à la longue la situation économique de la province. Joseph II pensait que si les paysans travaillaient dans de meilleures conditions, la Galicie serait plus prospère et fournirait à l’État des contributions plus importantes, ce qui augmenterait in fine la puissance de la Monarchie.

58La patente du 1er septembre 1781 définit comment il serait possible de régler d’éventuels litiges devant les tribunaux entre seigneurs et paysans. La juridiction revenait désormais à des juges qualifiés ; à partir de 1784, toute communauté villageoise devait entretenir un juge et deux assesseurs jurés pour 50 foyers. La communauté des habitants devait proposer trois noms au seigneur, qui choisirait le juge, tandis que les villageois éliraient les assesseurs. De la sorte, l’autorité seigneuriale était préservée, mais contrôlée. Le pouvoir de sanctionner était surveillé et le droit d’expulser un paysan était désormais soumis à l’autorisation de l’administration d’État. D’autre part, la patente du 15 janvier 1784 limita la corvée à trois journées par semaine. Toutefois une patente définitive ne pouvait être publiée tant que les Urbaria n’avaient pas été vérifiés parce que les procès-verbaux rédigés à la hâte par les militaires chargés d’établir un cadastre après l’annexion étaient inutilisables, parce qu’ils n’avaient pas été établis selon des critères professionnels. Il fallait procéder à la rédaction d’un véritable cadastre afin que chaque commune fût classée selon la fertilité de ses sols. Ce serait la base indispensable à la fixation des corvées et de l’impôt d’État. À l’avenir Joseph II voulait imposer d’une manière égale le « rustical » et le « dominical » tout en abaissant les maxima de corvées des paysans, afin d’augmenter la capacité contributive de ces derniers ainsi que leurs disponibilités pour la conscription. Il faudrait aussi lui laisser le choix de s’acquitter de la corvée en payant une somme d’argent. L’interdiction faite aux seigneurs de transformer arbitrairement le rustical en dominical devait permettre aux tenanciers de devenir propriétaires de leur exploitation. Ils devaient même pouvoir affermer des terres du « rustical ».

59Ces idées seraient d’abord appliquées aux terres appartenant aux domaines, aux fonds de religion et aux territoires communaux. La corvée y fut supprimée et les terres du domaine furent en grande partie partagée entre les paysans qui devinrent propriétaires. Du 25 avril au 30 juin 1783, Joseph II fit son troisième voyage en Bucovine, dont le résultat fut un « mémoire sur l’introduction d’un nouveau modèle fiscal en Galicie ». Il voulait liquider d’un coup les problèmes de la corvée, des chartriers et de l’impôt, car il était à ce moment très influencé par les théories physiocratiques et il semblait croire que la terre était la source de toute richesse. Il fallait mesurer les parcelles mais aussi évaluer leur revenu moyen sur dix ans. Le fisc devait prendre 40 % des revenus de la terre, le paysan en conserver 40 et donner les 20 % restants au seigneur. Comme ce plan supposait la diminution des revenus de la noblesse, il y eut des oppositions à commencer par celle de Kaunitz, qui condamnait surtout la précipitation dans l’accomplissement de la réforme. Joseph II confia la commission à Karl Zinzendorf, qui devait calculer le montant du futur impôt pour chaque province de la Monarchie.

60Les plaintes des paysans au sujet de la corvée ne cessèrent de croître, de sorte que Joseph II se décida à publier un décret le 16 janvier 1786, qui avait été préparé par le conseiller Margelik. Il partait du principe que les rares paysans propriétaires exploitaient mieux leurs terres que les tenanciers à vie et il proposa de distribuer 75 % des terres seigneuriales aux paysans. Le partage des terres se ferait sous la contrainte de l’État. Tout achat ou vente de terre devait être autorisé par les autorités du cercle. Les terres qui ne pourraient être vendues seraient distribuées par le seigneur aux paysans. La noblesse de Galicie sous la conduite du gouverneur Brigido se dressa contre ces plans de réformes de la Cour.

61La patente du 24 avril 1783 interdit aux paysans d’acheter de l’eau-de-vie et le décret du 26 juillet 1784 les empêcha de s’endetter : ils ne pouvaient pas hypothéquer leurs terres ni emprunter plus de 5 florins à leur seigneur. L’ordonnance du gouvernement de Galicie du 30 mai 1785 contribua aussi à la protection des paysans, parce que le seigneur n’avait plus le droit de les expulser de leur tenure et cette mesure fut confirmée par la patente du 16 juin 1786 relative à la corvée. Le 1er novembre 1786 en Bucovine toute terre occupée par des paysans fut assimilée au rustical, puis cette disposition fut étendue à la Galicie par le décret du 2 avril 1787, le texte ayant un caractère rétroactif.

62Si la condition paysanne fut considérablement améliorée par l’interdiction d’expulser les tenanciers, ceux-ci demeuraient néanmoins des occupants viagers qui ne pouvaient transmettre leur terre à leurs héritiers. Lors du décès d’un tenancier, il revenait au seigneur de décider à qui reviendrait l’exploitation. Pour les nobles l’interdiction d’expulser représentait une menace considérable sur leurs revenus. Ils avaient d’autre part essayé de limiter le droit d’usage des paysans dans les forêts seigneuriales, mais celui-ci après les plaintes des intéressés fut maintenu par la patente du 12 janvier 1784, qui les autorisait à couper du bois pour leur usage personnel (chauffage et construction).

63Au programme de Joseph II figurait aussi l’abolition de la corvée, c’est-à-dire dans le langage de la chancellerie d’Autriche, le rachat des droits. Dès 1772 militaires et fonctionnaires civils avaient insisté sur la nécessité de cette réforme.

64Les propriétaires nobles affermaient souvent leurs terres et les fermiers qui conservaient souvent 50 % des revenus des terres. Joseph II essaya à partir de 1782 d’éliminer les fermiers qu’il considérait comme des escrocs : les paysans devraient payer leurs redevances directement au seigneur pour un montant égal à celui que les fermiers donnaient au seigneur, ce qui signifiait en pratique qu’ils ne paieraient plus que la moitié des sommes dont ils étaient jusqu’alors redevables et les bénéfices que les fermiers faisaient aux dépens des paysans profiteraient désormais à ces derniers. Toutes les redevances devaient être évaluées en argent, mais pouvaient être converties en travail ou en produits. Après plusieurs hésitations de Joseph II, c’est le revenu brut qui fut choisi pour évaluer l’impôt et les redevances. Pour aboutir à ce résultat, il fallait mesurer les parcelles et donner un prix moyen des produits. Le rachat commencé en 1781 atteignit de substantiels résultats : le processus était achevé en 1788 dans 27 seigneuries regroupant 208 localités et il avait débuté dans 29 seigneuries qui comptaient 579 localités. Cela provoqua la résistance de la noblesse et du gouvernement de Galicie.

  • 18 Bérenger J., Joseph II, op. cit.

65En dépit des conseils du conseiller Margelik, la réforme agraire fut promulguée le 1er novembre 1789. La pression fiscale baissa pour les paysans qui ne donnèrent plus que 27 % de leur revenu à l’État et au seigneur ; ils conserveraient donc à peu près les ¾ de leurs revenus, la corvée pouvait être réglée en argent. Toutes les terres du rustical étaient en passe de devenir des propriétés paysannes. Joseph II avait atteint son but : la mobilisation et les progrès du niveau de vie des masses rurales, afin d’augmenter la puissance et la richesse de l’État. C’était une tentative sérieuse de réforme sociale pour le peuple des campagnes, mais, comme à l’accoutumée, Joseph II avait surestimé l’efficacité de mesures administratives décrétées depuis Vienne, ainsi que l’opposition nobiliaire18.

L’opposition nobiliaire

66Pour se concilier la noblesse, l’empereur lui conféra des titres de noblesse et l’associa au gouvernement de la province en créant une diète. C’était une concession mineure car la noblesse, qui ne partageait plus le pouvoir politique avec l’administration d’État ne fut pas dupe et persista dans son opposition de principe.

67La Galicie était une province où le pouvoir des Ordres avait été supprimé par la conquête à la différence de ce qui existait dans les autres Pays héréditaires, où les Constitutions avaient été maintenues – même en Bohême après la révolte des États en 1618. En Galicie, le pouvoir pouvait légiférer sans être accusé de violer la constitution. Cette conception fut néanmoins contestée par les Ordres à la fin du règne de Joseph II, parce que les nobles craignaient pour leur richesse et leur pouvoir, menacés par les réformes.

  • 19 Glassl H., Das österreichische Einrichtungswerk…, op. cit., p. 249-251.

68Les reproches que la noblesse adressa à la Cour de Vienne et à ses représentants à Lwów étaient considérables19 :

  1. La nation nobiliaire avait été humiliée par l’augmentation des impôts et la perte de ses privilèges politiques.
  2. Les postes administratifs avaient été attribués à des étrangers.
  3. L’agriculture avait été négligée.
  4. L’autorité de la justice domaniale avait été réduite en accordant aux paysans la possibilité d’appel devant les tribunaux des cercles.
  5. La corvée avait été réduite voire supprimée.
  6. Les mines de sel des particuliers avaient été supprimées.
  7. Les mœurs et la moralité publique étaient en complète décadence.
  8. L’éducation des enfants était en déclin par suite de la nouvelle législation.
  9. La religion souffrait du mépris.
  10. La situation économique ne cessait de se dégrader par suite de l’augmentation des tarifs douaniers aux nouvelles frontières.

69Bien entendu les Ordres prétendaient remédier à tous ces maux qu’ils avaient inventoriés en Galicie. Il fallait leur confier l’administration locale et ils étaient prêts à occuper gratuitement les emplois, de sorte que l’État pourrait faire des économies. Ils proposaient également de percevoir eux-mêmes l’impôt direct, qu’ils reverseraient au Trésor public. Ils réclamaient en outre la création d’une Banque des États, au capital de 30 millions de florins qui seraient fournis par le trésor public.

70Ils plaidaient pour le maintien du polonais comme langue administrative de la province et ils demandaient une participation à la nomination des juges. Mais pour écouler les produits de l’agriculture, ils demandaient le maintien d’un corps d’armée de 40 000 hommes dans la province. Ils voulaient en revanche que la Galicie échappât à la conscription afin de conserver toute la main-d’œuvre indispensable pour les travaux agricoles. Ils réclamaient la conclusion rapide d’un traité de commerce avec la Prusse afin de pouvoir utiliser la Vistule pour l’exportation de leurs produits. Ils étaient prêts à céder à leurs paysans le droit de propriété sur les tenures qu’ils occupaient, à condition que ceux-ci s’engagent à fournir la corvée à perpétuité à leur seigneur héréditaire. Finalement ils revendiquaient la création d’un gouvernement des Ordres qui serait autonome par rapport au pouvoir monarchique et détiendrait les pouvoirs exécutifs et judiciaires.

71C’est pourquoi après la mort de Joseph II, son successeur Léopold II comme dans les autres provinces de la Monarchie rapporta une partie des réformes imposées par son frère. Il fallait en effet tenir compte de l’opposition nobiliaire qui était redevenue vigoureuse dans les dernières années du règne de Joseph II. On assista à un phénomène comparable à celui qui agita la diète de Bohême ou mobilisa la classe politique hongroise en 1789-1790. La centralisation fut abandonnée, des corps intermédiaires furent créés ou recréés. Les Ordres qui obtinrent la réunion d’une diète furent associés à la perception des impôts.

Conclusion

72De 1172 à 1780, durant la corégence, Joseph II a réorganisé l’administration, la justice et modifié le statut des Juifs de sorte que les rapports sociaux en Galicie furent bouleversés. Les administrations de la province (gouvernement) et de cercle protégèrent les paysans, les anciens tribunaux de la noblesse furent supprimés et remplacés par des tribunaux d’État.

73La réforme reçut une formidable impulsion après 1780. Joseph II se rendit plusieurs fois en Galicie. Les réformes se multiplièrent et l’on n’évaluait même plus les résultats d’une réforme avant d’en imposer une autre, y compris à l’Église catholique. Les évêques ne furent privés de leur juridiction au-delà des frontières, une partie des couvents fut fermée. La formation des prêtres fut confiée à des séminaires généraux. La réforme agraire, la réforme fiscale, la politique scolaire et la réforme du statut des Juifs furent imposées par des décrets de Joseph II qui ne tenaient aucun compte de la réalité historique.

74La noblesse polonaise perdit son pouvoir politique dans les voïévodies et les diètes locales. Les domaines royaux qu’elle administrait, les fermes des douanes, péages et mines qu’elle gérait pour son plus grand profit lui furent retirés pour revenir à l’État. Elle perdit également la juridiction qu’elle exerçait sans contrôle sur les sujets qui habitaient sur ses domaines privés. Après 1780 le servage fut aboli et la corvée considérablement réduite. Ce qu’il en restait fut réglementé et converti en redevances en espèces. La noblesse qui vit disparaître une bonne partie de ses revenus attendit cependant la fin du règne de Joseph II pour manifester clairement son mécontentement, sans aller toutefois jusqu’à la révolte comme aux Pays-Bas.

75Les critiques formulées par les nobles à la mort de Joseph II constituent un bon catalogue des réformes qu’il a imposées durant la période de la corégence et durant son gouvernement personnel. Elles sont une tentative d’intégration rapide dans la Monarchie autrichienne, mais aussi une modernisation indispensable de la société et l’application de la philosophie des Lumières à un monde particulièrement conservateur. Bien qu’elles aient été contraires aux intérêts de la noblesse, celle-ci collabora avec la Maison d’Autriche parce qu’il y avait certaines affinités avec la Monarchie et parce qu’en comparaison avec le régime russe ou le régime prussien, la domination autrichienne était plus supportable. Ainsi la politique de Marie-Thérèse et de Joseph II a-t-elle facilité l’intégration de la Galicie dans la Monarchie austro-hongroise.

Notes

1 La constitution autrichienne du 2 mars 1849, jamais appliquée, transforma le cercle de Czernowitz en un « Kronland » autonome, le duché de Bucovine, qui après 1867 fit partie de la Cisleithanie. Hausleitner Mariane, « Eine wechselvolle Geschichte. Die Bukowina und die Stadt Czernowitz vom 18. bis zum 20. Jahrhundert », Braun Helmut, sous la direction de, Czernowitz. Die Geschichte einer untergangenen Kulturmetropole, 1 vol., 177 pages et nombreuses illustrations, Berlin, 2005, p. 31-81.

2 Mark Rudolf, Galizien unter österreichischen Herrschaft. Verwaltung- Kirche- Bevölkerung, Herder Institut, Marburg, 1994, p. 1-11.

3 Idem.

4 Beales Derek, Joseph II, Tome 1. In the shadow of Maria Theresa 1741-1780, Cambridge, 1987, p. 359-385.

5 Donc en 1786 4 zlotys (monnaie de compte polonaise) = 1 florin rhénan ou bien 1 zloty = 15 Kreutzer. Le florin rhénan (rheinischer Gulden à 60 Kreutzer) est la monnaie de compte de la Monarchie autrichienne jusqu’à l’adoption de la Couronne (Krone) dans les années 1880.

6 En 1777, Joseph II supprima la chancellerie de Galicie à Vienne et la remplaça par une simple section de la chancellerie austro-bohême, qui contrôla désormais les activités du gouvernement de Lwów.

7 On sait que depuis la mort de l’empereur François Ier, en 1765, le pouvoir était partagé entre Marie-Thérèse, l’Empereur Joseph II et le Chancelier Kaunitz. Bérenger Jean, Joseph II serviteur de l’État, Paris Fayard, 2007, chap. 6, « la corégence ».

8 Klueting Harm (éd.), Der Josephinismus : ausgewählte Quellen zur Geschichte der theresianisch-josephinischen Reformen, Darmstadt, 1995 (Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte der Neuzeit, 12 a), p. 261-263. Walter Friedrich, Österreichische Zentralverwaltung, t. II, 4, p. 118-121.

9 Ainsi nommés parce que ces Chrétiens orthodoxes reconnaissaient l’Union de Brest-Litowsk de 1596.

10 Mark R., Galizien unter österreichischen…, op. cit., tableau p. 19.

11 Ordonnance créant un séminaire général, Vienne, 30 mars 1783, Klueting H., Der Josephinismus…, op. cit., p. 325-326.

12 Klueting H., Der Josephinismus…, op. cit., p. 280-282.

13 Mark R., Galizien unter österreichischen…, op. cit., p. 31-32.

14 Tollet Daniel, Histoire des Juifs en Pologne du xvie siècle à nos jours, Paris, PUF, 1992, p. 206-209.

15 Rozdolsky Roman, Die große Steuer und Agrarreform Josephs II, Varsovie, 1961.

16 Glassl Horst, Das österreichische Einrichtungswerk in Galizien (1772-1790), Hassarowitz, Wiesbaden, 1975, p. 174-183.

17 Rapport de Margelik du 11 décembre 1783, Vienne Hofkanzlei, carton 332, cité par Glassl Horst, Das österreichische Einrichtungswerk in Galizien..., op. cit., p. 177.

18 Bérenger J., Joseph II, op. cit.

19 Glassl H., Das österreichische Einrichtungswerk…, op. cit., p. 249-251.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site