Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

La noblesse hongroise et les Lumières

Claude Michaud

Texte intégral

  • 1 Cf. Jean Meyer, Noblesses et pouvoirs dans l’Europe d’ancien régime, Paris, 1973, p. 30. Cette moye (...)

1Les représentations de la noblesse hongroise sont figées dans des topoï qui font de ce groupe social nombreux – 416 000 âmes au recensement de 1784, soit environ 5 % de la population du royaume1 – le gardien exclusif du passé et des mœurs magyars : d’un côté, le seigneur foncier passionnément attaché au servage, vivant de la sueur de ses paysans, dont l’horizon ne dépasse guère les limites de son comitat, de l’autre le cavalier impétueux, miles Christi aux avant-postes de la Chrétienté face à l’Islam dans la vision ennoblissante et quelque peu surannée de la croisade, ou bravache, farouche, indiscipliné, prompt à la révolte contre le souverain de Vienne. Le noble hongrois, cultivant un magyarisme ombrageux – Extra Hungariam non est vita – ressemblerait à son voisin de la szlachta polonaise, imbu de sarmatisme. L’historiographie marxiste a contribué à maintenir cette image convenue. Les Lumières étant essentiellement "bourgeoises", ce n’est qu’exceptionnellement que tel aristocrate pouvait en être un représentant. Et, en dernier ressort, confronté au choc de la Révolution française, cet éphémère transfuge rejoignait vite son clan à nouveau soudé dans la défense de ses intérêts. Avant même l’ultime décennie du siècle, la noblesse hongroise aurait montré son hostilité déterminée à toute tentative de modernisation de l’Etat en s’opposant aux réformes éclairées de Joseph IL A la veille de la mort du prince, elle était en situation de rébellion ouverte et sa faction la plus radicale envisageait, comme en 1707 au cours de la guerre d’Indépendance de François II Rákóczi, la déchéance de la dynastie.

2On ne peut plus se satisfaire d’un schéma aussi réducteur. Comment comprendre l’ère des Réformes qui, à partir de 1830, et avant la grande secousse de 1848, fit entrer la Hongrie dans l’ère libérale, pendant et pour laquelle une partie de la noblesse eut un rôle essentiel, si l’on ne pose pas quelques jalons au siècle précédent ? Cette fraction agissante de la noblesse hongroise ne fut pas subitement convertie au changement par le contact qu’elle eut au cours des combats contre les armées françaises révolutionnaires et impériales avec les idées et les réalités des pays occidentaux. N’imaginons pas la noblesse hongroise à l’image de la noblesse russe, dont on sait combien fut décisif pour la minorité qui enfanta le décabrisme, la relation physique, visuelle avec le monde développé de l’Ouest européen. La noblesse hongroise, dans sa fraction la plus évoluée, n’était pas à l’écart des Lumières. Que la population se partageât entre les deux confessions catholique et protestante plaçait la Hongrie à la rencontre de l’Aufkläirung protestante venue d’Allemagne du Nord et de l’Aufkläirung catholique dont nul n’oserait nier, comme le fit Voltaire avec une insigne mauvaise foi, la réalité dans l’Europe du XVIIIe siècle. Quant à l’opposition au centralisme viennois de Joseph II, il serait erroné de l’assimiler à une pure et simple réaction nobiliaire ; les enjeux furent plus fondamentaux puisqu’était en cause l’identité même du royaume et de la Nation.

  • 2 Sur József Teleki, Claude Michaud, "Un Aufklärer hongrois dans tous ses états : le comte József Tel (...)
  • 3 Neuf lettres de Fekete à Voltaire et sept réponses du philosophe dans la correspondance éditée par (...)
  • 4 Országos Levéltár (Archives nationales de Hongrie, Budapest), P 623, Széchenyi cs., 12 mém. 9. : De (...)
  • 5 Sur Ignaz von Born, Helmut Reinalter éd., Die Aufklärung in Österreich. Ignaz von Born und seine Ze (...)
  • 6 Il ne s’agit là que de la légère esquisse d’une étude en cours sur la littérature de voyage de Fere (...)

3Les Lumières pénétrèrent en Hongrie par de multiples canaux. Il y eut d’abord tous ceux qui allèrent à leur rencontre en sortant du pays. De nombreux aristocrates étudièrent dans les universités étrangères, principalement les jeunes protestants obligés de quitter la monarchie pour satisfaire leur goût de l’étude dans un cadre idéologique leur convenant. Les gentilshommes catholiques pouvaient, s’ils le désiraient, se contenter de Nagyszombat (act. Trnava), la seule université du royaume. A Halle, Iéna, Leipzig et surtout Göttingen, les rejetons des familles nobles protestantes et fortunées pouvaient s’initier à l’histoire, au droit naturel, aux nouvelles disciplines camérales comme la statistique et l’économie. Le baron luthérien József Podmaniczky, un des dirigeants de la franc-maçonnerie hongroise et critique pertinent des conditions économiques et sociales de la Hongrie de son temps, étudia à Göttingen, en particulier auprès du professeur et publiciste August Ludwig von Schlözer ; de retour en Hongrie, il fit connaître les cours d’économie et statistique de cette université, désormais suivis par nombre de jeunes nobles qui intégrèrent ensuite l’administration du royaume. Gergely Berzeviczy, petit noble du comté de Zips, physiocrate et économiste, futur chef de file des patriotes Hungari à l’ère des Réformes, les fils de József Teleki fréquentèrent aussi Göttingen. Ce comte Teleki, issu d’une des plus illustres familles transylvaines et futur leader des calvinistes hongrois, suivit en 1759-60 à Bâle l’enseignement des frères Bernoulli, puis à Leyde celui du professeur de physique Pieter van Musschenbrock, avant d’achever sa Kavaliersreise à Paris2. De Bâle, il fit une excursion aux Délices pour rendre visite à Voltaire qu’il trouva sur son champ, à côté de sa charrue... Il était accompagné à Bâle par son oncle Sámuel Teleki, futur commissaire de Joseph II pour le district de Nagyvárad (act. Oradea) et son cousin Adám Teleki, qui fut le traducteur du Cid en hongrois. Le baron Miklós Skerlecz, économiste, fréquenta l’université de Bologne. On pourrait multiplier les exemples. Les plus riches doublaient leur temps à l’université par de longs voyages d’études dans les capitales et les centres intellectuels et artistiques européens. Le plus connu de ces nobles hongrois découvreurs de l’Occident et de sa philosophie fut le comte János Fekete de Galántha dont un des titres de gloire fut d’avoir fait le pèlerinage de Ferney et correspondu avec l’illustre patriarche à la fin des années 60 du siècle3. Podmaniczky voyagea en France et en Angleterre. József Teleki, dans la capitale française en 1760-1761, réalisa une intégration réussie dans les milieux savants de l’Académie des Sciences : il se lia avec le mathématicien Clairault auquel Daniel Bernoulli l’avait recommandé, avec l’abbé de la Caille, l’astronome du ciel austral, avec le naturaliste Daubenton, le chirurgien Jacob René, le physicien suédois Ferner, l’historien des mathématiques Montucla, avec Théophile Emmanuel Haller, fils d’Albrecht, le physiologiste et poète bernois, avec La Condamine, le propagandiste de la vaccination contre la variole. Il prit parti contre d’Alembert dans la querelle qui opposa ce dernier à La Condamine à propos de l’usage du calcul des probabilités pour démontrer l’utilité de l’inoculation. Il se rendit à Montmorency pour voir Jean-Jacques Rousseau dont la jeunesse protestante et le caractère s’accordaient avec sa personnalité. Un quart de siècle plus tard, les modes avaient changé et l’Angleterre faisait désormais partie de la Kavaliersreise. Le fils de József Teleki, László, traversa la Manche en 1787 et s’intéressa sur place à l’état de l’agriculture et des fabriques, tout autant qu’aux sciences et à la constitution politique. La même année, le comte Ferenc Széchényi, ancien élève du Theresianum, magistrat du Tribunal civil chargé des affaires administratives et juridiques des territoires croates et Slovènes, nommé en 1785 commissaire royal du district de Pécs, charge qu’il avait résignée rapidement, qui fut en 1802 le fondateur du Musée National, entama un long périple qui le mena dans l’Empire, la Belgique, la France, l’Angleterre et l’Ecosse. Il prenait ainsi ses distances avec le régime joséphiste dont il désapprouvait les orientations radicales. Son journal de voyage, encore inédit, révèle la grande diversité des curiosités et des intérêts d’un homme des Lumières4. Sa première étape fut Prague, où, entr’autres curiosités, il visita longuement la bibliothèque du Clementinum, la collection de minéraux assemblée par le comte Franz Joseph Kinsky et le célèbre Aufklärer Ignaz von Born5, et où il s’enquit des observations laissées et des instruments utilisés deux siècles plus tôt par le grand astronome danois de Rodolphe II, Tycho Brahé, dont il admira le tombeau à l’église de Tyn. Le voyage se poursuivit par Dresde où il contempla les collections de peintures, de porcelaines et de livres anciens, Meissen où il visita la manufacture et acheta une tasse pour 24 florins, Halle où l’orphelinat retint toute son attention, Dessau où il parcourut le jardin aux essences rares et exotiques fondé par le prince Georges, Berlin où il assista à une représentation des Noces de Figaro, Postdam où il se recueillit dans la chambre funèbre de Frédéric II, Baunschweig où la majeure partie du temps fut consacrée au Naturalien Cabinet. Ce furent ensuite le passage de l’Elbe, Hambourg, Göttingen, Kassel, Marburg, Wetzlar, Coblence, Cologne, Juliers, Aix-la-Chapelle, Spa, Liège, Louvain, Bruxelles, Gand, Bruges, Ostende, Dunkerque, Calais, avec chaque fois un intérêt toujours en éveil et un souci d’information dans les domaines les plus divers, traditionnels lorsqu’il s’agissait de répertorier les "curiosités", modernes quand le comte notait la fertilité de la Saxe, la tolérance qui y régnait, les atouts et les handicaps du commerce de Hambourg, les diverses conditions du paysan du Holstein, les installations portuaires d’Ostende... Arrivé en Angleterre, Széchényi entrecroisa le récit en chronique journalière d’observations et de développements thématiques aussi divers que riches, sur l’éclairage des rues, la langue anglaise, l’habillement et la nourriture des Anglais, leur orgueil national, la condition féminine, l’éducation des enfants...6.

  • 7 Cf. Olga Penke, " L’Histoire des deux Indes en Hongrie au siècle des Lumières" dans Studies on Volt (...)
  • 8 Olga Penke, "Réflexions sur l’histoire : deux Histoires universelles des Lumières françaises et leu (...)
  • 9 Eva H. Balazs, "Economistes d’origine aristocratique : un phénomène hongrois (Physiocrates et pseud (...)
  • 10 Sur les francs-maçons, Eva H. Balázs, " Contribution à l’étude de l’ère des Lumières et du joséphis (...)
  • 11 Eva H. Balazs, "Karl von Zinzendorf et ses relations avec la Hongrie à l’époque de l’absolutisme éc (...)

4Rentrés en Hongrie, ces nobles, persuadés du retard de leur pays sur l’Occident, désiraient œuvrer à sa modernisation politique, économique et sociale. Ils continuaient à recevoir, par des canaux parfois détournés, la littérature philosophique et plus utilement les ouvrages des économistes et des physiocrates. On a peine à imaginer l’écho qu’eut en Hongrie l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal, devenu le catéchisme de la noblesse éclairée qui y découvrait une ressemblance entre la situation dépendante des Hongrois par rapport à Vienne et celle des sauvages colonisés ; Berzeviczy y puisa sa conviction de la nécessité de la liberté du commerce, exposée dans son ouvrage de 1797 De commercio et industria Hungariae, avant que les jacobins hongrois ne fassent de Raynal leur livre de chevet7. L’Essai sur les mœurs de Voltaire eut aussi un énorme succès grâce à János Fekete, grâce aussi à György Bessenyei qui s’en inspira pour repenser dans plusieurs ouvrages des années 1775-1780 le sens de l’histoire hongroise dans une optique comparative8. Les ouvrages de Hume, d’Adam Smith et des économistes anglais, ceux de Süssmilch, de Turgot et de Necker aussi furent lus et discutés par tout un cénacle d’aristocrates, catholiques ou protestants où l’on trouve le baron Balassa, ban de Croatie, les comtes Szapáry et Almásy, Ferenc Széchényi et son beau-frère György Festetics, créateur en 1797 du Georgicon, l’école d’agriculture de Keszthely, les barons Skerlecz et Podmaniczky, Berzeviczy et d’autres encore9. Tous étaient réunis par l’idéologie franc-maçonne, dans sa tendance la plus politique. Car en Hongrie comme ailleurs, certaines loges furent tentées par l’occultisme et l’ésotérisme des divers mystères. Ceux-là, en revanche, regroupés dans l’obédience fondée par le comte János Draskovich dont la constitution prenait le titre de Systema Latomiae sub corona Hungariae constitutae, œuvraient pour la modernisation du pays, l’ouverture vers l’Europe, la suppression de la dépendance quasi-coloniale de la Hongrie envers le bloc Autriche-Bohême ; ils s’interrogeaient sur le pitoyable sort des serfs et l’inégale répartition des charges fiscales. Ils envisageaient aussi la transformation de l’antique constitution nobiliaire par l’introduction du libéralisme, le modèle, à la fin du siècle, étant l’Angleterre bien plus que la France. Progrès et liberté, tel était le programme de ce groupe d’aristocrates maçons10. Une ville excentrique du royaume servit de creuset à cette activité d’économie politique, le port libre de Fiume, rattaché en 1779 à la Hongrie, où se retrouvèrent nombre de représentants de cette noblesse éclairée, dont Podmaniczky, nommé en 1784 conseiller gubernial dans la ville, Szapáry, gouverneur ou Fekete qui fut peut-être initié là à la franc-maçonnerie. Certains bureaucrates hongrois, Podmaniczky en particulier qui lui rendait visite toutes les semaines, profitèrent de la présence dans la ville voisine de Trieste du grand expert économique de la cour de Vienne et franc-maçon de surcroît, Karl von Zinzendorf, gouverneur du port de 1776 à 1782, qui entretenait des relations suivies avec Mirabeau et Turgot, pour approfondir à son contact leurs connaissances en physiocratie11. Cette ouverture méditerranéenne de la monarchie joua un rôle disproportionné en regard de sa médiocre amplitude géographique. Un grand aristocrate hongrois, très lié aux Habsbourg et résidant habituellement à Vienne, Tódor Batthyány, entretenait dans le dos de Zinzendorf une correspondance suivie avec le consul de France à Trieste, le marquis de Saint-Sauveur ; il proposait une coopération économique directe entre la France et la Hongrie ; accessoirement il n’oubliait pas ses intérêts, ses domaines proches de Fiume pouvant fournir les grands bois dont la France avait besoin.

  • 12 Voir Helmut Reinalter éd., Joseph II und die Freimaurer im Lichte zeitgenössischer Broschüren, Vien (...)

5Quels rapports cette frange éclairée de la noblesse hongroise entretint-elle avec le gouvernement de Vienne lorsque celui-ci, dès les années 60, s’engagea dans la politique réformatrice que l’on qualifie de despotisme ou d’absolutisme éclairé ? Les mesures urbariales de Marie-Thérèse, ses efforts pour améliorer la condition paysanne, réglementer le servage et limiter le robot furent une première intervention dans les relations entre nobles et paysans. Les faiblesses de l’infrastructure étatique hongroise en limitèrent les effets ; les grands domaines continuèrent à échapper non seulement à la législation viennoise, mais aussi à l’administration du comitat, pourtant dans les mains de la noblesse moyenne. La menace politique de l’absolutisme sous Joseph II fut plus durement ressentie et ne manqua pas de placer la noblesse éclairée et parfois libérale dans une situation ambigüe. Pendant les premières années du règne, la noblesse éclairée en dépit de quelques réticences ponctuelles, s’engagea sous la bannière du souverain réformateur. La patente de tolérance promulguée le 25 octobre 1782 pour sa version hongroise suscita l’enthousiasme, surtout chez les francs-maçons, défenseurs de la tolérance, et chez les protestants hongrois, solidaires de leurs coreligionnaires du reste de la monarchie. József Teleki, chef des calvinistes hongrois, qui avait pourtant résisté à la mainmise de l’Etat sur les écoles et l’enseignement protestants de Hongrie lorsque Marie-Thérèse avait, en 1777, introduit dans le royaume sa Ratio Educationis, avait participé à son élaboration. Il était alors juge à la Table de Transylvanie (1781) ; en 1782 il devint lieutenant du föispan du comitat de Békés, puis föispan de celui d’Ugocsa. C’est en 1784 que le consensus se brisa. Coup sur coup deux décrets, celui du 1er avril décidant le transfert de la Sainte Couronne de Hongrie de Pozsony (act. Bratislava) à Vienne, et celui du 26 imposant l’allemand comme langue administrative à la place du latin, réunirent la plus grande partie de la noblesse, tous clivages abolis, anti-joséphistes de la première heure et joséphistes déçus, dans un vaste mouvement national d’opposition. En 1785, deux nouvelles mesures privèrent Joseph II des quelques soutiens qu’il avait conservés . Le Maurerpatent de décembre 1785, promulgué à la suite de l’affaire des Illuminés de Bavière, qui n’autorisait qu’une loge franc-maçonne par capitale de Land et exigeait la liste des membres émut fortement les frères qui, jusque là, avaient été des joséphistes convaincus. La soumission à la patente et l’embrigadement dans une Grande Loge impériale sous la direction du grand maître, le prince Karl Johann von Dietrichstein-Proskau, n’allèrent pas sans provoquer une véritable hémorragie. Tous ceux qui ne voulaient pas se déclarer et demeurer néanmoins fermes dans leurs convictions entrèrent en clandestinité et se réunirent régulièrement dans des lieux isolés12. Ils se mirent aussi à voyager à l’étranger plus que par le passé, allant de loge en loge pour dire leur déception et détruire l’aura dont Joseph II pouvait encore être crédité, surtout en pays protestants. Plus grave encore, la destruction de l’antique structure administrative des comitats, à l’intérieur desquels la fonction publique revenait de droit à la noblesse locale, et son remplacement par dix districts dirigés par des commissaires nommés par le roi, sorte d’intendances à la française, firent passer une bonne part de la noblesse, même éclairée, dans la résistance passive. Széchényi fut violemment critiqué pour avoir accepté d’être commissaire du district de Pécs ; il prit le parti de démissionner dès la fin de 1785, ce qui était aussi le moyen d’éviter une disgrâce. D’autres tinrent un peu plus longtemps, comme Sámuel Teleki, commissaire du gigantesque district de Nagyvárad qui s’étendait sur une bonne partie de l’Alföld ou László Prónay, commissaire à Besztercebánya (act. Banská Bistrica), qui se révélèrent de remarquables administrateurs et laissèrent d’admirables rapports sur le territoire qui leur était confié.

6La révolution brabançonne et plus largement les événements de Belgique eurent en Hongrie un large écho ; les nobles éclairés, très bien informés par le réseau des loges, parfois témoins directs comme Széchényi qui était alors à Spa au début des troubles, ou Berzeviczy qui de Bruxelles écrivit son enthousiasme pour un peuple qui défendait sa constitution, virent dans la lutte des Etats de Belgique le combat pour les libertés qu’ils n’osaient pas encore entreprendre sur leur propre sol. On vit apparaître dans quelques demeures d’aristocrates, László Orczy, József Podmaniczky, Gábor Berényi, futur föispan du comitat d’Ugocsa, le portrait du duc d’Orléans, en bottes de cavalier et dolman de son régiment de hussards, copies d’un original de sir Joshua Reynolds peint en 1785 ; József Károlyi, noble de Hongrie orientale, alla même jusqu’à se faire représenter en adoptant la même pose et portant le même uniforme. On sait le rôle que Louis XVI voulut faire jouer à son cousin au cas où la Belgique ferait sécession et serait en mal d’un nouveau souverain. La Hongrie ne pourrait-elle succomber à semblable tentation ?

  • 13 L’ouvrage fait partie des Œuvres posthumes de Fekete. Les "petits” sont son fils Ferenc et sa bru A (...)
  • 14 Cité par Eva H. Balázs dans Noblesse française... op. cit., p. 184.

7Dans les trois années qui précédèrent la mort de Joseph II, toute cette noblesse éclairée passa à la résistance active. Ceux-là mêmes qui, un peu plus tôt, dénonçaient le retard économique, social et intellectuel de la Hongrie furent à l’avant-garde de la lutte contre le despotisme viennois. Fekete, voltairien, franc-maçon, amateur de littérature philosophique et érotique, formula clairement dans ses Petites réflexions sur des objets plus ou moins petits à l’usage de mes petits... le rôle désormais assigné à la noblesse de Hongrie : "Le Peuple triomphe quand on abaisse la Noblesse parce qu’il se souvient avec aigreur qu’elle a abusé de son éclat pour le fouler ; mais il devrait réfléchir que c’est la seule barrière du despotisme, qui partout où elle n’existe pas, il n’en est que plus malheureux"13. De plus en plus, cette noblesse désillusionnée tourna ses regards vers l’Angleterre où la monarchie constitutionnelle garantissait les libertés tout en conservant à l’aristocratie et à la gentry une place prééminente dans l’Etat. Széchényi, de Londres, vantait dans son journal les institutions anglaises : "Cette nation a le droit de traduire ses rois devant la cour d’assise et même de les décapiter, et de limiter par la voie législative le pouvoir royal à tel point que le souverain ne peut garder sa supériorité qu’à condition d’appliquer la politique la plus subtile"14. Ne suffisait-il pas de ressusciter la Diète de Hongrie, jamais convoquée par Joseph II, pour asseoir sur les bords du Danube un Westminster hongrois ? En 1790, le transylvain György Aranka publia à Kolozsvar (act. Cluj) un ouvrage intitulé Anglus és magyar igazgatásnak egyben vetése, traduit en allemand l’année suivante sous le titre Vergleichung zwischen Engellands und Ungarns Regierungsform, Oder : Ein Wort an diejenigen, von welchen die Ungarn für unruhige Köpfe gehalten werden. Dès l’année 1787, un petit groupe d’aristocrates envisagea la destitution des Habsbourg. Széchényi avait pris des contacts à Berlin, une des premières étapes de son Grand Tour. On sait par un rapport de Pergen, le ministre de la police de Joseph II, que Podmaniczky offrit la couronne de Saint-Etienne à un duc anglais. Un autre rapport de l’automne 1789 mit en cause Széchényi et ses relations avec le baron Karl von Hompesch, agent de liaison entre les nobles hongrois et le ministre prussien Herzberg, dont on espérait les bons offices pour qu’il gagne à la cause hongroise le duc de Saxe-Weimar Karl-August, qui aurait pu ceindre la couronne. Goethe, conseiller privé du prince, mit en garde son maître contre une telle folie.

  • 15 Elemér Mályusz, Sándor Lipót föherceg nädor iratai 1790-1795, Budapest 1926, doc. 45, p. 440-443.
  • 16 Id., p. 440-445.

8La noblesse éclairée de Hongrie avait-elle donc cessé d’être joséphiste ? Oui si le joséphisme se définit comme l’attachement à un prince qui, de l’avis des Hongrois, s’était révélé plus despote qu’éclairé et avait voulu réduire la Hongrie au statut de province héréditaire, ce qui était arrivé à la Bohême après la guerre de Trente ans. Non si le joséphisme, déconnecté de son héros éponyme, redevient une philosophie politique de modernisation et de laïcisation de l’Etat, de progrès économique et social, d’émancipation intellectuelle. Pendant le règne court mais réparateur de Léopold II, la noblesse éclairée hongroise donna les preuves de son engagement dans le camp du réformisme. Sa situation était difficile ; pour Vienne, ses membres avaient donné trop de gages à la subversion pour qu’on pût leur faire confiance. Dans un rapport envoyé par le nouvel empereur-roi à son fils Alexandre-Léopold, nommé Palatin de Hongrie, le souverain l’engageait à se méfier de József Teleki, soupçonné d’"avoir été informé du projet des protestants et de la correspondance avec la cour de Berlin" ; le comte, "très lettré, extrêmement fin, fougueux et violent, ... chef du parti protestant qui le regarde comme leur pape, ... très fanatique dans les matières de religion, assez modéré dans le reste" était classé parmi les "personnes dangereuses et chefs de parti, contraires à la cour qui se sont montrées telles à la diète actuelle de Hongrie"15. La liste se poursuivait par toutes les têtes de la résistance hongroise, Fekete, "violent et très dangereux, sans mœurs et sans caractère, adonné au vin... fanatique pour les sistèmes français... un des chefs de la loge rouge", Podmaniczky "entiché du sistème des révolutions françaises, ... un des chefs de la loge américaine rouge et démelé avec les relations avec la cour de Berlin", Széchényi, les frères Vay et bien d’autres16. En dépit de ce climat hostile, ces nobles éclairés se remirent au travail dans les neuf deputationes regnicolares nommées par la Diète, enfin réunie par Léopold II, pour élaborer des projets de réforme et de modernisation de l’Etat. Les francs-maçons Draskovich y furent nombreux. La Commission de commerce, par exemple, comprenait, outre Skerlecz, föispan du comitat de Zagreb et Almásy, gouverneur de Fiume, Podmaniczky, auteur des Principia Vectigalis Tricesimalis... pro deputatione commerciali elaborata. Fekete fut l’auteur d’un Projectum de qualiter instituendo et conflando publico Regno fundo, où il préconisait un investissement de quatre millions en Croatie.

  • 17 Cf. Kálmán Benda éd., A magyar jakobinusok iratai. T. II : A magyar jakobinusok elleni felségsértes (...)
  • 18 Elemér Mályusz, op. cit., doc. 179, p. 806, Alexandre-Léopold, palatin de Hongrie à l’empereur Fran (...)

9Une fois la tourmente passée et effacé le traumatisme du complot des "jacobins hongrois" au cours du procès desquels les noms de plusieurs nobles avaient été prononcés, ceux du comte Fekete et des barons Orczy et Podmaniczky, entr’autres17, certains esprits éclairés retrouvèrent une place dans la vie publique. Széchényi fut nommé föispan du comitat de Sümegh et fut même fait chevalier de la Toison d’Or en 1808 ; Podmaniczky devint föispan du comitat de Bács-Bodrog en 1802 et participa en 1815 aux négociations du second traité de Paris. József Teleki rentra en grâce : il accompagna François II à Francfort pour son couronnement et obtint en 1795 la charge très honorifique de Custode de la Couronne de Hongrie, parce que " (er) sich sowohl allhier als beim siebenbürgischen Landtage stäts für den Hof ausgezeichnet und als ein ehrlicher Mann gezeigt hat (te)"18. La génération suivante, si elle n’avait pas vécu directement l’ère de Marie-Thérèse et de Joseph II, pouvait en conserver l’esprit grâce aux traditions de famille ou à l’enseignement par des professeurs ou précepteurs joséphistes. Quand les temps furent redevenus plus favorables, cette minorité éclairée de l’aristocratie et de la noblesse hongroises reprit la lutte, appuyée cette fois par une bourgeoisie urbaine en formation. L’ère des Réformes pouvait s’ouvrir, avec un double combat à mener, contre l’absolutisme conservateur viennois, personnifié par Metternich, plus fondamentalement peut-être contre le nationalisme magyar, chauvin et réactionnaire dans lequel une bonne part de la noblesse hongroise s’était laissé enfermer. Ce temps des Réformes plonge ses racines dans celui des Lumières ; il ne pourrait s’expliquer sans le rôle précurseur de quelques individus qui, dans des circonstances souvent difficiles, bataillèrent pour la modernisation de la Hongrie en même temps qu’ils durent affirmer leur patriotisme contre le promoteur même des réformes. Là était toute l’ambigüité mais aussi la grandeur de leur engagement.

Notes

1 Cf. Jean Meyer, Noblesses et pouvoirs dans l’Europe d’ancien régime, Paris, 1973, p. 30. Cette moyenne cache d’énormes disparités ; les comitats du nord-est de la Hongrie, où s’étaient réfugiées nombre de familles nobles lors de l’occupation turque et qui y étaient restées après la reconquête, révélaient des taux records : 13 % dans le comitat de Szabolcs, 14 % sans celui de Szatmár, 15,2 % dans celui de Borsod.

2 Sur József Teleki, Claude Michaud, "Un Aufklärer hongrois dans tous ses états : le comte József Teleki" dans Etudes danubiennes, t. V, 1,1989, p. 1-22.

3 Neuf lettres de Fekete à Voltaire et sept réponses du philosophe dans la correspondance éditée par Besterman. Sur Fekete, Claude Michaud, "Felvilágosodas, szabadkömüvesség és politika a 18. szazad végén. Fekete János gróf levelezése" dans Századok, 117. EVF., 1983. 3 Szam, p. 558-599 ; version française plus courte sous le titre "Lumières, franc-maçonnerie et politique dans les Etats des Habsbourg. Les correspondants du comte Fekete" dans Dix-Huitième Siècle, t. 12, 1980, p. 327-379.

4 Országos Levéltár (Archives nationales de Hongrie, Budapest), P 623, Széchenyi cs., 12 mém. 9. : Descriptio itineris seu peregrinationis C. Francisci Széchényi, per Germaniam, Belgium, Galliam, Angliam et Scotiam Anna 1787... Le premier élément de cet ensemble de documents est le Reise Journal vom 23 Mai 1787 bis d. 16 Jul. desselben Jahrs, enthaltend die Reise von Wien über Prag, Dresden, Leipzig, Dessau, Berlin, Braunschweig, Hamburg, Hannover, Cassel, Wetzlar, Coblenz, Cölln, Aachen, Spa.

5 Sur Ignaz von Born, Helmut Reinalter éd., Die Aufklärung in Österreich. Ignaz von Born und seine Zeit, Francfort/Main..., 1991, en particulier les contributions de Helmut Reinalter, "Ignaz von Born-Persönlichkeit und Wirkung”, de Josef Haubelt, "Born und Böhmen”, de Georg Mutschlechner, "Ignaz von Bom als Geologe, Mineraloge und Montanist".

6 Il ne s’agit là que de la légère esquisse d’une étude en cours sur la littérature de voyage de Ferenc Széchényi, à quelques exceptions près entièrement rédigée en allemand. Sur le personnage, Eva H. Balázs, "La noblesse hongroise et les Lumières" dans Noblesse française – Noblesse hongroise XVIe-XIXe siècles, Budapest/Paris, 1981, p. 183-185.

7 Cf. Olga Penke, " L’Histoire des deux Indes en Hongrie au siècle des Lumières" dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 286, p. 265-285 (The Voltaire Foundation, 1991) ; de la même, "La fortune de l’Histoire des Deux Indes au XVIIIe siècle en Hongrie. Contribution au portrait de Pál Öz" dans Acta Romanica, t. VIII, p. 1-34 (Acta Universitatis Szegediensis de Attila József Nominatae, Szeged, 1985).

8 Olga Penke, "Réflexions sur l’histoire : deux Histoires universelles des Lumières françaises et leurs interprétations hongroises" dans Acta Romanica, t. XIII, p. 77-92 (Acta Universitatis Szegediensis de Attila József Nominatae, Szeged, 1988).

9 Eva H. Balazs, "Economistes d’origine aristocratique : un phénomène hongrois (Physiocrates et pseudo-physiocrates en Hongrie à la fin du XVIIIe s.)” dans Intellectuels français – Intellectuels hongrois XIIIe-XXe siècles, éd. par Jacques Le Goff et Béla Köpeczi, Budapest/Paris, 1985, p. 165- 173.

10 Sur les francs-maçons, Eva H. Balázs, " Contribution à l’étude de l’ère des Lumières et du joséphisme en Hongrie" dans Les Lumières en Europe centrale et en Europe orientale. Actes du Colloque de Mátrafüred 3-5 novembre 1970, Budapest, 1971, p. 39-41 ; et sur l’influence anglaise, Zsuzsa Renyi, "Orientation anglaise en Hongrie, du siècle des Lumières à l’ère des réformes” dans Début et fin des Lumières en Hongrie, en Europe centrale et en Europe orientale. Actes du sixième colloque de Mátrafüred 20-25 octobre 1984, Budapest/Paris 1987, p. 241-244.

11 Eva H. Balazs, "Karl von Zinzendorf et ses relations avec la Hongrie à l’époque de l’absolutisme éclairé" dans Studia Historica Scientiarum Hungaricae, n° 104, Budapest 1975, p. 17-22.

12 Voir Helmut Reinalter éd., Joseph II und die Freimaurer im Lichte zeitgenössischer Broschüren, Vienne..., 1987.

13 L’ouvrage fait partie des Œuvres posthumes de Fekete. Les "petits” sont son fils Ferenc et sa bru Anna Illésházy. Cité par Henri Tronchon dans Revue des Etudes hongroises, janvier-juin 1934, p. 95.

14 Cité par Eva H. Balázs dans Noblesse française... op. cit., p. 184.

15 Elemér Mályusz, Sándor Lipót föherceg nädor iratai 1790-1795, Budapest 1926, doc. 45, p. 440-443.

16 Id., p. 440-445.

17 Cf. Kálmán Benda éd., A magyar jakobinusok iratai. T. II : A magyar jakobinusok elleni felségsértesi és hütlenségi per iratai (1794-1795), Budapest 1952, p. 55-331.

18 Elemér Mályusz, op. cit., doc. 179, p. 806, Alexandre-Léopold, palatin de Hongrie à l’empereur François II, 14 avril 1795.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search