Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

Du bon usage des hérésies. Les enseignements du catéchisme d’Érasme (1533)

Viviane Mellinghoff-Bourgerie

Texte intégral

  • 1 R. SAUZET, "D’un humanisme provincial au début du XVIIe siècle. Le discours irénique d’Anne Rulman" (...)
  • 2 Ibid., p. 152.
  • 3 Ibid., p. 148. Qu’il nous soit permis de rappeler ici l’importante conférence de R. SAUZET au Sémin (...)

1Dans l’article qu’il vient de consacrer récemment au juriste nîmois Anne Rulman, Robert Sauzet rappelle – en hommage aux recherches érasmiennes de Jean-Claude Margolin – le rôle irénique joué par cet éminent Réformé de Nîmes, qui devait se tourner in extremis vers le catholicisme, en 16321. R. Sauzet analyse avec sympathie la "personnalité attachante de cet humaniste provincial", dont "le discours irénique exprime la complexité de la frontière religieuse nîmoise"2. On sent qu’il y a convergence de vues entre le juriste cultivé de Nîmes et l’historien qui le présente – un historien à qui l’expérience et la sensibilité inter-confessionnelle font écrire : "Le commerce intellectuel dans le cadre de la ’République des Lettres’ est un facteur favorable au dépassement des conflits, au franchissement constant des frontières confessionnelles dans le service d’un patrimoine culturel commun"3.

  • 4 Cf. P. CHAREYRE, "La théorie du pouvoir d’Anne de Rulman (1582-1632), d’après les Mémoires adressés (...)

2Cette phrase situe admirablement Anne Rulman, face à l’intolérance de ses coreligionnaires. L’expérience des débordements confessionnels de Nîmes lui avait fait dire, en 1626, que "le glaive ne perce pas la conscience des opiniâtres, que l’Evangile ne se plante pas à coups de bâtons". Cette phrase irénique a pu être dictée par un certain opportunisme4 ; il n’en reste pas moins que, comme le souligne R. Sauzet, elle s’inscrit directement et de toute évidence dans la lignée d’Erasme.

  • 5 Ibid., Appendice III, p. 370 ; R. SAUZET, art. cit., p. 150 & n. 27.
  • 6 Cf. E. J. DEVEREUX, "English Translators of Erasmus : 1522-1557", in R. J. SCHOECK (Ed.), Editing S (...)
  • 7 C. AUGUSTIJN, "Erasmus, Desiderius (1466/9-1536)”, in Theologische Realenzyklopädie (sigle : THR), (...)

3Le fait que le juriste réformé souhaitât "que la liturgie des Eglises P.R. de la grande Bretaigne fust establie en France dans les églizes des Protestants"5 vient confirmer cette interprétation. Car, effectivement, c’est bien dans l’Eglise anglicane que l’oeuvre d’Erasme – comprise comme une juste via media entre luthéranisme et ultramontanisme – a porté ses fruits les plus durables. Les enquêtes méticuleuses entreprises par E.J. Devereux, J.K. MacConica, C.R. Thompson et J. Simon sur la diffusion des oeuvres latines d’Erasme en Angleterre, la masse des traductions anglaises auxquelles celles-ci ont donné lieu, ainsi que sur leur pénétration jusque dans les moindres paroisses et écoles du royaume6, ont amplement confirmé ce qui ressortait d’études théologiques parallèles : tous les pères de l’Eglise anglicane "ont pensé érasmien", pour reprendre le néologisme de C. Augustijn7.

  • 8 Cf. P. S. ALLEN (Ed.), Opus epistolarum Desiderii ERASMI Roterodami, 12 vol., Oxford, 1906-1958 : E (...)
  • 9 Se reporter, pour plus de précisions, à l’introduction de J. N. BAKHUIZEN VAN DEN BRINK (Ed.), Expl (...)
  • 10 A playne and godly exposition or declaratiô of the cômune Crede (which in the Latyn tonge is called (...)
  • 11 Pour plus de précisions, se reporter à l’introduction de R. STUPPERICH (Ed.), ASD V/3 (1986), pp. 2 (...)
  • 12 Cf. L. E. HALKIN, Erasme parmi rions, Paris 1987,219 sqq., 236 sqq., 305 sqq. 312,359 & passim.
  • 13 Cf. P. S. ALLEN, "Erasmus on Church Unity", in Id., Erasmus. Lectures and wayfaring sketches, Oxfor (...)
  • 14 La question est traitée de plus près dans notre article, "Une conception humaniste des ’catéchismes (...)
  • 15 Malgré le poncif de l’infantia du catéchumène (ASD V/1, p. 256, 11. 1517-1519) qu’Erasme emprunte à (...)
  • 16 Sur le sujet, la meilleure étude reste celle de R. PADBERG, Erasmus als Katechet. Der literarische (...)

4Parmi les oeuvres d’Erasme que l’entourage d’Henri VIII avaient jugées propres à la cristallisation d’un magistère anglican, il faut accorder une place particulière à la Dilucida et pia explanatio Symboli quod apostolorum dicitur, dont la commande revient à l’ambitieux beau-père d’Henri VIII, Sir Thomas Boleyn8. Paru pour la foire de Francfort en mars 15339, l’ouvrage fut traduit dès l’année suivante en anglais, sous les auspices du nouveau chancelier de la Couronne, Thomas Cromwell10. En cette même année 1533, Erasme rédigeait aussi un commentaire du Psaume LXXXIII, dédié à Julius Pflug, dont le titre, et surtout le sous-titre (De sarcienda Ecclesiae concordia / De l’aimable concorde de l’Eglise)11, soulignent les efforts accomplis par l’humaniste pour ramener la Chrétienté sur la voie de la paix. Ses démêlés avec Luther, Bucer, Béda et autres "fondamentalistes”12, l’ont conduit à reformuler une dernière fois sa conception ecclésiologique d’une Eglise qu’il souhaiterait ouverte, c’est à dire prête à adopter les acquis évangéliques, au niveau de l’exégèse et de l’organisation ecclésiastique, disposée à admettre l’autonomie des Eglises particulières13. Tout autant, l’effort de conciliation entre humanisme et théologie, qui caractérise la pensée d’Erasme depuis son premier séjour en Angleterre, marque l’Explanatio Symboli : les six catéchèses qui donnent extérieurement au texte l’aspect d’un Catéchisme sont autant de dialogues réels où s’expriment avec une égale liberté "catéchiste" et "catéchumène"14, selon une manière proche des Colloques15. On y retrouve constamment les idées patristiques de la "philosophie du Christ”, qu’Erasme avait formulée dès 1515 dans les Adages, et du "combat chrétien", qui est à la base de la conception religieuse de l’Enchiridion militis Christiani16.

  • 17 Cf. J. N. BAKHUIZEN VAN DEN BRINK, ASD V/1, p. 186-196.
  • 18 A côté de la critique envers l’Eglise Romaine (submergée par les "mundi lenocinia" ; ibid., p. 220, (...)
  • 19 Cf. J. N. BAKHUIZEN VAN DEN BRINK, ASD V/1, p. 182 (contra R. PADBERG, op. cit., p. 70- 71) ; à com (...)
  • 20 Outre le recours aux quatre "causes" (Expi., ASD V/1, p. 213, 11. 220-226), aux termes de "substanc (...)
  • 21 Cf. ASD V/1, p. 181 & n.1. Voir aussi les Injunctions VII & XII, qui prescrivaient aux paroisses l’ (...)

5L’importance théologique du Catéchisme d’Erasme réside aussi dans le fait qu’il réussit à transmettre avec le respect nécessaire les traditions catholiques reçues – de Cyprien (sc. Rufin) à Gerson, en passant par S. Augustin et S. Thomas -17, tout en contournant avec virtuosité les problèmes épineux d’ecclésiologie auxquels le 10e article, en particulier, risquait de donner lieu. Aucune mention de la succession pétrinique, du primat de l’Eglise Romaine, ni, bien sûr, de la conception dionysienne de la hiérarchie épiscopale18. En ce sens, l’ouvrage ne pouvait que conforter les prétentions de l’Eglise Anglicane19. Il fournissait à celle-ci les éléments d’une théologie consistante, où la pensée thomiste (qu’Erasme est loin d’ignorer)20 est renouvelée par l’apport des sources patristiques à l’édition desquelles le vieil humaniste avait consacré sa vie. On comprendra donc pourquoi, à l’avènement d’Edouard VI en 1647, le Catéchisme d’Erasme figurait toujours parmi les ouvrages de référence de la nouvelle Eglise : au Winchester College, par exemple, chacun était tenu d’en posséder un exemplaire et il était prévu que, le dimanche et les jours fériés, on en lirait des passages choisis d’avance, en liaison avec les péricopes de l’Ecriture se rapportant aux articles étudiés21.

  • 22 C’est précisément en 1533 que la Wittenberger Kirchenordnung rend la récitation des Katechismen de (...)
  • 23 p. 294,11.2592-2594.
  • 24 Ibid., 11. 2586-2590.
  • 25 Weimarer Ausgabe (sigle : WA), Tischreden, III, No. 3795, p. 620, 1. 10-13. Cf. C. AUGUSTIJN, "Eras (...)

6Dans l’Allemagne luthérienne, en revanche, ce Catéchisme, qui fait concurrence à ceux de Luther, fut plutôt mal accueilli. Il semblait que la perspective christocentrique d’Erasme – qui relie l’histoire du salut considérée comme un drame collectif (avec sa protasis, son epitasis et sa katastrophè) à la morale individuelle du Chrétien – réduisît le débat dogmatique sur les rapports entre la grâce et les oeuvres au problème de l’équivalence entre la foi et la charité, et qu’il se démarquât ainsi de la Réforme luthérienne22. Néanmoins, quand on relit ces nombreux passages où Erasme exprime avec force que le Credo contient à lui seul une tota pie viuendi philosophia, nec vlla est virtus ad quam non instruat, nec vllum est vitium aduersus quod non armet animam hominis23, et où il compare la foi au feu d’une lampe que doit alimenter l’huile de la charité24, on a de la peine à comprendre pourquoi Luther a porté sur ce catéchisme un tel verdict d’anathème. C. Augustijn s’est penché sur les raisons psychologiques et théologiques qui ont pu conduire Luther à cette condamnation sans appel, même par delà la mort de l’humaniste : "Ego ei omnia jacula condonaui, tantum catechismum suum non possum ferre !"25.

  • 26 Dans les catéchèses II et III, les catalogues d’hérésie constituent les fins de chapitre ; dans les (...)

7A la décharge de Luther, il faut reconnaître que la façon dont le Catéchisme d’Erasme présente les articles du Symbole pose finalement plus de problèmes qu’il n’en résout. La place qu’il accorde aux débats dogmatiques des premiers siècles est aussi importante que celle qui revient au kérygme de la foi26. Fidèle à la méthode exégétique qu’il avait déjà suivie à l’instar de Laurent Valla dans ses commentaires du Nouveau Testament, Erasme n’hésite pas à souligner le devenir historique des textes et des institutions. Et ceci revient à remettre en question les opinions reçues qu’un dogmatisme a-historique avait figées sous la dénomination trop complaisante de "révélation".

  • 27 ASD V/1, pp. 247-252.

8Il en résulte surtout une nouvelle appréciation des formes de pensée théologique qu’il est d’usage de nommer "hérétiques" : c’est justement leur existence qui a permis une formulation de plus en plus précise des différents articles du Credo. Ceci vaut tout particulièrement pour "l’explication" du 2d et du 3e articles, qui soulèvent le problème de l’union hypostatique et de la parthénogénèse. Il serait donc néfaste de taire les nombreuses errores produites par les premières générations de Chrétiens, qu’ils aient été Gnostiques, Adoptionistes ou bien Arianistes, comme Carpocratès, Cerinthus, Ebion, Paul de Samosate et Photin. D’où la mention réservée également au docétisme des Manichéens, au gnosticisme de Valentinus et au dualisme d’Apellès – sans oublier Arius lui-même, Apollinaire de Laodicée, Eutychès et Nestor27. Mais la liste n’en est pas épuisée pour autant :

  • 28 Cf. ASD V/1, p. 252,11.1366-1371, pour le texte original en latin.

"CA(TECHISTA) : Mais comme ce catalogue des erreurs est sans fin, je m’arrêterai, par crainte de t’ennuyer en te rappelant tant de choses.
KA(TECHUMENUS) : Sans doute, tous ces gens me font pitié. Pourtant, leur déraison m’a été profitable, puisque c’est à eux que je dois de discerner la vérité de façon plus claire et de croire de façon plus ferme.
CA : Ce n’est nullement aux hérétiques qu’il faut rendre grâce : c’est à Dieu qu’est due la plus grande grâce, lui qui, dans sa bonté pour les siens, a
transformé la malice de ceux-là en un trésor de piété"28.

  • 29 Ibid., p. 257-260. Pour le problème de la filiation entre les Symboles (à laquelle adhère encore Er (...)
  • 30 Cf. ASD V/1, pp. 232-234 .
  • 31 Ibid., pp. 253-272.
  • 32 Ibid., pp. 286-288, 291-292.
  • 33 Ibid., p. 234,11. 850-852.
  • 34 Cf. WA, Briefwechsel, VII, Nos. 2086 et 2093.
  • 35 La riposte d’Erasme à la circulaire rédigée par Luther contre le Catéchisme, le 11 mars 1534 (à la (...)

9Au-delà de la connaissance des principales variantes qui distinguent le textus receptus de la tradition de Nicée-Constantinople – l’absence du 5e article, par exemple -29, il convient donc d’aborder avec sympathie ces premiers "dérapages" théologiques qui ont présidé à l’articulation du Credo. Le premier article lui-même a suscité une pléiade d’interprétations contradictoires : modalisme patripassionniste de Noetus et de Sabellius, dualisme de Basilidès et de Marcion, trinitarisme de Synerus, matérialisme de Seleucus, néoplatonisme angélologique de Ménandre et de Saturnius, sans compter la gnose, l’arianisme (d’Arius, mais aussi d’Eunomius), l’origénisme et l’éthérologie basilidienne30 ! Toutes ces "rêveries de l’esprit humain" (humanae mentis somnia) se retrouvent à nouveau, à propos des articles 4 à 10, dans la IVe Catéchèse31. Dans la cinquième, Pélage et Jovinien ont droit aussi à une mention, à côté des Africains, des Donatistes, des Novatiens, des Montaniens, des Chiliastes et des Elcesaïtes32. Ici, il est facile de s’imaginer la colère de Luther devant l’argument d’utilité mis en avant par le catéchiste : Vides quantam philosophiam nos docuit tam brevis articulas quantisque tenebris ac monstris errorum nos liberavit ! Et la façon dont opine le catéchumène n’était pas propre à dissiper l’impression d’ironie : Profecto video magnam rem esse ex animo dicere : credo in Deum !33. Aux yeux de Luther, l’étalage complaisant de ces hérésies proto-chrétiennes n’était qu’une ruse diabolique par laquelle Erasme cherchait à détruire la foi qu’il prétendait inculquer34. De son côté, Erasme avait beau jeu de se retrancher derrière la tradition augustinienne et thomiste qui, effectivement, ne procède pas différemment35.

  • 36 J.-Cl. MARGOLIN, "La notion de dignité selon Erasme de Rotterdam", in J. KIRK (Ed.), Humanism & Ref (...)
  • 37 ASD V/1, p. 277, 11. 2133-34.

10Mais ni l’argument malveillant de subversion, mis en avant par Luther, ni celui de l’autorité – qu’il faut considérer comme une riposte ironique – ne rendent suffisamment compte de la position réelle d’Erasme. Quant à l’argument d’utilité prôné par le catéchiste, seule une "lecture latérale" (pour reprendre le terme de J.-Cl. Margolin)36 permet de l’apprécier à sa juste valeur. A partir du moment où le catéchumène constate que la plupart des scriptores veteres se sont tous plus ou moins écartés de la regula fidei catholique37, une seule conclusion s’impose : c’est le concept d’hérésie en soi que l’on doit réviser. Il n’a, dans le meilleur des cas, qu’une valeur heuristique. D’ailleurs, rappelle le catéchiste : "n’importe quelle erreur ne rend pas hérétique". Et de donner l’exemple des Pères Grecs et, en particulier, d’Origène :

  • 38 Ibid., p. 278,11. 2139-2143.

"Nec enim omnes Graeci fuerunt haeretici, qui profitebantur Spiritum Sanctum a Patre tantum procedere. Fortasse nec Origenes ideo fuit haereticus, quod veritatis inquirendae studio disputabat, an Filius et Spiritus Sanctus habuerant eandem cum Patre essentiam diuinam, an fuerint creaturae caeteris omnibus excellentiores"38.

  • 39 Cf. A. GODIN, Erasme lecteur d’Origène, Genève (THR 190), 1982, pp. 433-448.
  • 40 J. CHOMARAT, "Sur Erasme et Origène. Plaidoyer”, in : Coll. Erasmien de Liège, op. cit., pp. 87-113
  • 41 Ibid., p. 103.
  • 42 Cf. WA, Briefwechsel, No 4899 : "Christum in catechisme illusit".
  • 43 Cf. J. CHOMARAT, art. cité, pp. 105-108.

11La mention d’Origène est ici capitale, puisque la réhabilitation qu’elle suppose – et que l’on retrouve en bien d’autres endroits de l’oeuvre d’Erasme -39 suppose une étroite parenté de pensée entre l’humaniste et l’auteur du Traité des Principes et du Contre Celse. Comme Jacques Chomarat l’a montré, seul le recours à la thèse origénienne permet de surmonter "l’impression bizarre" que provoque la lecture du Catéchisme d’Erasme40. En effet, celui-ci est construit en son entier sur le principe ecclésiologique du consensus universel ; or, la présence massive des hérésies, dès les premiers siècles de l’Eglise, prouve que de tous temps ce consensus a été irréalisable41. Si Erasme met en avant ce paradoxe, ce n’est pas pour saper les fondements de sa propre philosophia Christi, comme le croit Luther42, mais bien pour inciter ses lecteurs à se rallier à la thèse de l’Alexandrin : le concept d’hérésie est inutile, sinon pernicieux, puisqu’il mène à un dilemme ecclésiologique43.

  • 44 ASD V/1, p. 290, 11. 2488-89. On sait que Laurent Valla avait soutenu les objections présentées par (...)

12Aussi cherchera-t-on vainement dans le texte d’Erasme le terme d’haeresis ou d’haereticus, là où le dialogue porte sur des errores liées à des contentiosa et obscura dogmata. Face à ceux-ci, il vaut mieux se ranger prudemment à l’opinion commune et déclarer – comme jadis Laurent Valla devant le tribunal de l’Inquisition : credo sicut credit ecclesia44. En revanche, le terme reste opératoire, là où il désigne un comportement moral ou psychologique dévoyé et, singulièrement, la sédition :

  • 45 Cf. ASD V/1, p. 278,11. 2143-2146, pour le texte original en latin.

"Trois cents ans après la naissance du Christ, il était encore permis de douter de l’existence du feu du purgatoire, interprété par certains comme une forme de charité. En revanche, de se rebeller de façon provocante contre une vérité manifeste et confirmée par l’autorité publique, cela c’est hérétique45.

  • 46 Ibid., p . 276-277,11. 2097-2123.

13Au surplus, la fin de la IVe Catéchèse définit également comme haeresis la rigueur ascétique de ceux qui, par leur zèle intempestif, ont dépassé les bornes : Manichéens, Ebionites, Psalliens, Anthropomorphites, Pharisiens, Euchites et Apostoliques46. Dès la II de Catéchèse, dans laquelle le catéchiste émet le principe que, là où la foi manque, ni le baptême, ni les sacrements, ni les bonnes oeuvres ne conduisent au salut, on rencontre une liste impressionnante des vices engendrés par le defectus fidei :

  • 47 Ibid., p. 226, 11. 582-585.

"ex huius defectu nascitur superstitio, sortilegium, idololatria, et huius germana auaricia, ambitio, blasphemia, tristitia, desperatio, superbia, metus mortis, vindictae cupiditas, denique quicquid malorum toto grassatur in orbe"47.

  • 48 Ibid., p. 293-302,11. 2548-2849.
  • 49 Ibid., p. 234,1. 854.
  • 50 Cf. A. GODIN, "Erasme, l’hérésie et les hérétiques", in M. LIENHARD (Ed.), Les Dissidents du XVIe s (...)
  • 51 ASD V/1, p. 298,1. 2740-2741.

14Malgré son caractère rhétorique, cette énumération annonce, en négatif, le panégyrique final de la "philosophie du Christ" qui inaugure la dernière catéchèse, consacrée au Décalogue48. Elle met en valeur l’idée fondamentale du Catéchisme, selon laquelle l’impiété "hérétique" (au sens étymologique du terme) consiste à professer une connaissance de Dieu qu’on laisse de côté dans la pratique : profitentur se nosse Deum, sed factis abnegant49. C’est une idée qu’Erasme avait déjà professée avec force dès 1521, dans une lettre au professeur anversois Nicolas de Bois-le-Duc, alors suspecté de luthéranisme50. Confrontant l’attitude de Tertullien à celle d’Origène, l’épistolier en venait à poser le problème des hérésies selon une démarche qui annonce les thèmes que le lecteur retrouvera douze ans plus tard, dans le Catéchisme. Le renversement des rôles entre anathémisant et anathémisé est l’un de ceux-ci. En effet, si c’est justement "la force de la charité de ne nuire à personne et d’être utile à tous"51, les excommunicateurs, qui tendent à nuire, sont peut-être bien eux-mêmes hérétiques :

  • 52 Ibid., p. 282,11. 2267-2270, pour le texte original en latin.

"Et il peut arriver que celui qui est excommunié reste dans la communion de l’Eglise, tandis que l’excommunicateur, lui, se trouvera retranché de l’Eglise. De même, il peut arriver que celui que l’on traîne au bûcher en tant qu’hérétique soit une victime en très grande faveur auprès de Dieu, tandis que ceux qui l’y ont conduit méritent le feu"52

  • 53 Cf. Th. M. C. LAWLER / G. MARC’HADOUR (Edd.), St. THOMAS MORE, A dialogue concerning heresies (t. V (...)
  • 54 Cf. M. DELCOURT, "L’amitié d’Erasme et de More entre 1520 et 1535”, in Bulletin de l’Ass. G. Budé 5 (...)
  • 55 Allen, Ep. 2315,1. 131-132 (jugement d’Erasme à rapprocher d’Ep. 2846,11. 83-85) ; Ep. 2824,1. 17 ( (...)
  • 56 Cf. Allen, Ep. 3090, 11. 30-32 (l’ambassadeur de France en Angleterre pensait également à l’exécuti (...)

15Cette remarque, adressée à un public anglais, vaut-elle aussi pour Thomas More, dont l’impitoyable Dialogue concerning heresies (1529) avait justifié les bûchers londoniens53 ? Le refroidissement de l’amitié entre Erasme et More est un fait bien connu54. Si Erasme se sentait impuissant face à l’intransigeance de More, il pouvait espérer, en revanche, que son appel à la modération serait entendu du camp adverse. Il n’avait pas placé sans raison ses espoirs en Sir Thomas Boleyn, "un homme des plus érudits, et surtout en philosophie, ce qui est rare parmi les nobles." Le beau-père d’Henri VIII, qui avait déjà apprécié l’Enarratio in Psalmum XXII, considéra effectivement le Catéchisme d’Erasme comme une "ancre à toute épreuve pour la religion chrétienne"55. Quant au De praeparatione ad mortem, le troisième ouvrage dont il avait fait commande à Erasme, son titre fatidique fut bientôt interprété comme un présage : l’exécution de Thomas More avait été suivie de celle d’Anne Boleyn, l’année même où Erasme s’éteignait56.

  • 57 Cf. R. THOMPSON, "Erasmus and Tudor England", in Actes du Congrès Erasme (Rotterdam 27-29 oct. 1969 (...)
  • 58 Ep. 1218, 11. 32-34 (Allen IV, p. 541).
  • 59 A noter que dans l’édition des Acts and Monuments de 1563 (procurée par Townsend & Cattley en 1837- (...)
  • 60 Cf. A. GANOCZY, La bibliothèque de l’Académie de Calvin : le catalogue de 1572 et ses enseignements (...)
  • 61 Cf. Mémoires (...) pour contenir dans l’obéissance les peuples qui ne s’esloignent jamais de leur d (...)

16Thomas More, qui avait préféré le martyre au schisme, ne fut canonisé qu’au XXe siècle. L’Eglise d’Angleterre, au contraire, n’hésita pas à inclure aussitôt Erasme dans son Primer, ce nouveau manuel de dévotion qui perpétuait la tradition catholique du calendrier des saints57. Quelque vingt ans plus tard, Erasme -qui s’était jugé lui-même aussi peu apte à l’héroïsme qu’au martyre-58 entrait dans le calendrier des confesseurs qu’avait conçu John Foxe en l’honneur des héros de la Réforme59. Et même lorsque l’Angleterre fut devenue calviniste, Erasme ne disparut pas plus de la mémoire religieuse de l’Angleterre que des rayonnages de la bibliothèque de l’Académie de Calvin, où Ganoczy a retrouvé son "omniprésence"60. En appelant de ses voeux la liturgie anglicane, le calviniste Anne Rulman renouait donc doublement avec l’héritage érasmien. L’horreur de la sédition et le refus de "l’exclusion" qui l’animent61 témoignent autant de son irénisme que de son attachement à un kérygme de charité que le Catéchisme de 1533 avait voulu proposer à l’Angleterre à travers un long dialogue sur les articles du Credo.

Notes

1 R. SAUZET, "D’un humanisme provincial au début du XVIIe siècle. Le discours irénique d’Anne Rulman", in J. CEARD (Ed.), Langage et vérité. Etudes offertes à J.-Cl. Margolin, Genève (THR 272), 143-152, p. 147 & n .13.

2 Ibid., p. 152.

3 Ibid., p. 148. Qu’il nous soit permis de rappeler ici l’importante conférence de R. SAUZET au Séminaire de Lettres Romanes de Bochum, le 29.4.1988, dont le sujet ("Les réformes en France aux XVIe et XVIIe siècles – problèmes d’histoire et de sociologie religieuse") a favorisé une approche directe de sa pensée historique, telle qu’on la rencontre dans sa Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au XVIIe siècle, Paris, 1979.

4 Cf. P. CHAREYRE, "La théorie du pouvoir d’Anne de Rulman (1582-1632), d’après les Mémoires adressés aux esprits pacifiques du Languedoc – un inédit de 1630", in M.-M. FRAGONARD / M. PERONNET (Edd.), "Tout pouvoir vient de Dieu" (St Paul. Rm XIII 1.10). Actes du VIIe Colloque J. Boisset, Montpellier, 1993, 218-242, p. 238.

5 Ibid., Appendice III, p. 370 ; R. SAUZET, art. cit., p. 150 & n. 27.

6 Cf. E. J. DEVEREUX, "English Translators of Erasmus : 1522-1557", in R. J. SCHOECK (Ed.), Editing Sixteenth Century Texts, Toronto, 1966, 43-56 ; Id., Renaissance English Translations of Erasmus. A Bibliography to 1700, Toronto, 1983 ; J.K. MacCONICA, English Humanists and Reformation politics under Henry VIII and Edward VI, Oxford, 1965 ; C. R. THOMPSON, "Erasmus and Tudor England", in Actes du Congrès Erasme (Rotterdam 27-29 oct. 1969), Amsterdam/Londres, 1971, 29-68 ; J. SIMON, Education and Society in Tudor England, Cambridge, 1976, praec. ch. 2 : "Humanists, the new learning and educational change", 59-101.

7 C. AUGUSTIJN, "Erasmus, Desiderius (1466/9-1536)”, in Theologische Realenzyklopädie (sigle : THR), Berlin/ New York, X (1982), 1-18, p. 15.

8 Cf. P. S. ALLEN (Ed.), Opus epistolarum Desiderii ERASMI Roterodami, 12 vol., Oxford, 1906-1958 : Ep. 2772, t. X, p. 165-166, et Ep. 2824, p. 249.

9 Se reporter, pour plus de précisions, à l’introduction de J. N. BAKHUIZEN VAN DEN BRINK (Ed.), Explanatio Symboli Apostolorum (t. V/1 des Opera omnia Desiderii ERASMI Roterodami, sigle : ASD), Amsterdam/Oxford, 1977, 177-200.

10 A playne and godly exposition or declaratiô of the cômune Crede (which in the Latyn tonge is called Symbolum Apostolorum) and of the .x. cômaundementes of goodes law (ap. J. DEVEREUX, op. cit., p. 182- 183) ; sur le traducteur, William Marshall, se reporter à J. MacCONICA, op. cit., p. 136-137.

11 Pour plus de précisions, se reporter à l’introduction de R. STUPPERICH (Ed.), ASD V/3 (1986), pp. 245-255, 258.

12 Cf. L. E. HALKIN, Erasme parmi rions, Paris 1987,219 sqq., 236 sqq., 305 sqq. 312,359 & passim.

13 Cf. P. S. ALLEN, "Erasmus on Church Unity", in Id., Erasmus. Lectures and wayfaring sketches, Oxford, 1934, 81-98 ; C. AUGUSTIJN, Erasmus von Rotterdam – Leben – Werk – Wirkung, Munich, 1986, pp. 159-161.

14 La question est traitée de plus près dans notre article, "Une conception humaniste des ’catéchismes’ : de l’Inquisitio de fide (1524) à l’Explanatio Symboli (1533) d’Erasme", in M.-M. FRAGONARD / M. PERONNET (Edd.), Catéchismes et Confessions de foi. Actes du VIIIe Colloque J. Boisset (11-14 oct. 1993), Montpellier, 1995, sub prelo.

15 Malgré le poncif de l’infantia du catéchumène (ASD V/1, p. 256, 11. 1517-1519) qu’Erasme emprunte à S. Augustin (De fide et symbolo 1,1 : CSEL XLI, 3,13-4, 5), l’épître dédicatoire à Thomas Boleyn confirme que l’Explanatio est un catéchisme pour adultes : le public des rudiores auquel il s’adresse est celui des non-théologiens, néanmoins latinistes (ibid. p. 203,1. 11).

16 Sur le sujet, la meilleure étude reste celle de R. PADBERG, Erasmus als Katechet. Der literarische Beitrag des Erasmus von Rotterdam zur katholischen Katechese des 16. Jahrhunderts, Freiburg i. Br., 1956.

17 Cf. J. N. BAKHUIZEN VAN DEN BRINK, ASD V/1, p. 186-196.

18 A côté de la critique envers l’Eglise Romaine (submergée par les "mundi lenocinia" ; ibid., p. 220,1. 421), on notera l’équivalence sémantique de sancta et de catholica (empruntée à Nicetas ; p. 221,1.
463 sqq.) ainsi que la particularité des critères ecclésiologiques proposés par la IVe Catéchèse (p. 276, 11.2086-95). Sur les conséquences qu’entraînait pour la hiérarchie catholique (et même pour le groupe de Briçonnet) la distinction érasmienne des trois "Saint Denis", on pourra se reporter à notre article, "L’échange épistolaire entre Marguerite d’Angoulême et Guillaume Briçonnet. Discours mystiques ou direction spirituelle ?", in N. CAZAURAN / J. DAUPHINE (Edd.), Actes du Colloque international "Marguerite de Navarre – 1492-1992" (Pau 12-14 nov. 1992), Paris 1995, sub prelo.

19 Cf. J. N. BAKHUIZEN VAN DEN BRINK, ASD V/1, p. 182 (contra R. PADBERG, op. cit., p. 70- 71) ; à compléter par A. FLITNER, Erasmus im Urteil seiner Nachwelt. Das literarische Erasmus-Bild von Beatus Rhenanus bis Jean Le Clerc, Tübingen, 1952, pp. 140-146.

20 Outre le recours aux quatre "causes" (Expi., ASD V/1, p. 213, 11. 220-226), aux termes de "substance" et "accident” (p. 229, 11. 696 sqq.), l’Explanatio utilise habilement le De articulis fidei et l’Expositio de S. Thomas (cf. commentaire de J. N. BAKHUIZEN VAN DEN BRINK, p. 190-191 & ad loc.). Pour plus de précisions sur la question, se reporter à J.-P. MASSAUT, "Erasme et saint Thomas”, in Colloquia Erasmiana Turonensia, Paris, 1972, II, 581-611.

21 Cf. ASD V/1, p. 181 & n.1. Voir aussi les Injunctions VII & XII, qui prescrivaient aux paroisses l’acquisition des Paraphrasis of Erasmus (...) in Englishe upon the Gospelles et, pour les ministres non-titulaires du B.D., leur lecture en latin (STC 10088-93, ap. E. J. DEVEREUX, art. cit., p. 55).

22 C’est précisément en 1533 que la Wittenberger Kirchenordnung rend la récitation des Katechismen de Luther obligatoire. Sur l’ensemble de la question, se reporter à W. GRÜNBERG / P. HAUPTMANN / G. BELLINGER, "Katechismus", in TRE XVII (1988), 710-744, pp. 712-713, 717. Sur la conception érasmienne critiquée par Luther, cf. ASD V/1, p. 218,11. 358-360 (commentaire p. 219).

23 p. 294,11.2592-2594.

24 Ibid., 11. 2586-2590.

25 Weimarer Ausgabe (sigle : WA), Tischreden, III, No. 3795, p. 620, 1. 10-13. Cf. C. AUGUSTIJN, "Erasmus und seine Theologie : hatte Luther Recht in J.-P. MASSAUT (Ed.), Colloque érasmien de Liège, Paris, 1987, 49-68, où l’auteur souligne à juste titre que le principe dialogique de "réflexion permanente" (Dauerreflektion) qui caractérise la pensée érasmienne est à l’opposé de la conception "assertorique" de la foi prônée par Luther (p. 66-67).

26 Dans les catéchèses II et III, les catalogues d’hérésie constituent les fins de chapitre ; dans les catéchèses IV et V, ils sont insérés dans le dialogue lui-même, à travers les questions du catéchumène (p. ex., ASD V/1, p. 256, 1.1520-1521 ; p. 286,1. 2376). Les catéchèses I et VI n’entrent pas ici en ligne de compte, puisqu’elles ne sont pas centrées sur les articles du credo, mais sur la philosophia Christi et le Décalogue. Pour le plan général du Catéchisme, se reporter à R. PADBERG, op. cit., pp. 73-75.

27 ASD V/1, pp. 247-252.

28 Cf. ASD V/1, p. 252,11.1366-1371, pour le texte original en latin.

29 Ibid., p. 257-260. Pour le problème de la filiation entre les Symboles (à laquelle adhère encore Erasme), voir la mise au point de F. E. VOKES, "Apostolisches Glaubensbekenntnis (Sektion I)", in TRE III (1978), 528-554.

30 Cf. ASD V/1, pp. 232-234 .

31 Ibid., pp. 253-272.

32 Ibid., pp. 286-288, 291-292.

33 Ibid., p. 234,11. 850-852.

34 Cf. WA, Briefwechsel, VII, Nos. 2086 et 2093.

35 La riposte d’Erasme à la circulaire rédigée par Luther contre le Catéchisme, le 11 mars 1534 (à la demande de Nicolas d’Amsdorf), se trouve dans l’édition cléricienne des Opera omnia (sigle : LB) : Purgatio adversus epistolam non sobriam Lutheri (avril 1534), LB X, 1537-1558. Sur les principes de la catéchèse augustinienne, fondée sur la connaissance des hérésies et la mise en garde contre celles-ci, se reporter à C. EICHENSEER, Das Symbolum Apostolicum beim Heiligen Augustinus mit Berücksichtigung des dogmengeschichtlichen Zusammenhangs, Sankt-Ottilien, 1960 ; E. REIL, Aurelius Augustinus, De catechizandis rudibus. Ein religionsdidaktisches Konzept, Sankt-Ottilien, 1989. Pour S. Thomas, se reporter à la n. 20, supra.

36 J.-Cl. MARGOLIN, "La notion de dignité selon Erasme de Rotterdam", in J. KIRK (Ed.), Humanism & Reform : The Church in Europe, England and Scotland (1400-1643), Oxford, 1991, 37-56, p. 53.

37 ASD V/1, p. 277, 11. 2133-34.

38 Ibid., p. 278,11. 2139-2143.

39 Cf. A. GODIN, Erasme lecteur d’Origène, Genève (THR 190), 1982, pp. 433-448.

40 J. CHOMARAT, "Sur Erasme et Origène. Plaidoyer”, in : Coll. Erasmien de Liège, op. cit., pp. 87-113.

41 Ibid., p. 103.

42 Cf. WA, Briefwechsel, No 4899 : "Christum in catechisme illusit".

43 Cf. J. CHOMARAT, art. cité, pp. 105-108.

44 ASD V/1, p. 290, 11. 2488-89. On sait que Laurent Valla avait soutenu les objections présentées par l’Eglise grecque, au concile de Ferrare, sur l’origine apostolique du Symbole ; lors de sa rétractation forcée de 1445, il utilisa cette formule lourde de sous-entendus : "de his idem sentio quod mater ecclesia" (cf. F. KATTENBUSCH, Das Apostolische Symbol. Seine Entstehung, sein geschichtlicher Sinn, seine ursprüngliche Stellung in Kultus und in der Theologie der Kirche, repr. Hildesheim, 1962, t. I, pp. 1-4).

45 Cf. ASD V/1, p. 278,11. 2143-2146, pour le texte original en latin.

46 Ibid., p . 276-277,11. 2097-2123.

47 Ibid., p. 226, 11. 582-585.

48 Ibid., p. 293-302,11. 2548-2849.

49 Ibid., p. 234,1. 854.

50 Cf. A. GODIN, "Erasme, l’hérésie et les hérétiques", in M. LIENHARD (Ed.), Les Dissidents du XVIe siècle entre l’Humanisme et le Catholicisme. Actes du Colloque de Strasbourg (5-16 févr. 1982), Baden-Baden, 1983, 43-57.

51 ASD V/1, p. 298,1. 2740-2741.

52 Ibid., p. 282,11. 2267-2270, pour le texte original en latin.

53 Cf. Th. M. C. LAWLER / G. MARC’HADOUR (Edd.), St. THOMAS MORE, A dialogue concerning heresies (t. VI, 1-2 des Complete Works), Yale, 1981.

54 Cf. M. DELCOURT, "L’amitié d’Erasme et de More entre 1520 et 1535”, in Bulletin de l’Ass. G. Budé 50 (janv. 1936), 7-29 ; sur les divergences de point de vue entre Erasme et More, voir aussi H. HOLECZEK, Humanistische Bibelphilologie als Reformproblem bei Erasmus von Rotterdam, Thomas More und William Tyndale, Leiden (Studies in the History of Christian Thought IX), 1975.

55 Allen, Ep. 2315,1. 131-132 (jugement d’Erasme à rapprocher d’Ep. 2846,11. 83-85) ; Ep. 2824,1. 17 (lettre de Th. Boleyn).

56 Cf. Allen, Ep. 3090, 11. 30-32 (l’ambassadeur de France en Angleterre pensait également à l’exécution de John Fisher et à la mort de Catherine d’Aragon, survenues en ces mêmes années 1535-1536).

57 Cf. R. THOMPSON, "Erasmus and Tudor England", in Actes du Congrès Erasme (Rotterdam 27-29 oct. 1969), Amsterdam / Londres, 1971, 29-68, p. 29 & n. 5 (qui renvoie à A Goddly Primer in English, STC 15998, datant probablement de 1538).

58 Ep. 1218, 11. 32-34 (Allen IV, p. 541).

59 A noter que dans l’édition des Acts and Monuments de 1563 (procurée par Townsend & Cattley en 1837-1841), la mention d’Erasme figure à la date du 30 décembre : cf. C. R. THOMPSON, art. cit., p. 58 & n. 164-165.

60 Cf. A. GANOCZY, La bibliothèque de l’Académie de Calvin : le catalogue de 1572 et ses enseignements, Genève, 1969, p. 108-110.

61 Cf. Mémoires (...) pour contenir dans l’obéissance les peuples qui ne s’esloignent jamais de leur debvoir que par l’intérest & par l’artifice de leurs conducteurs, éd. par P. CHAREYRE, op. cit., ANNEXE III, 364-371.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search