Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

Les pèlerinages de Pierre Bernard, maitre d’école amiénois (1730-1764)

Dominique Julia

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque municipale d’Amiens, mss. 842 à 846. Le scripteur ne s’est pas contenté de présenter l (...)
  • 2 B.M. Amiens, ms 842 et 843, "Manuscrit sur les Antiquitéz de la ville d’Amiens contenant ce qu’il y (...)
  • 3 B.M. Amiens, ms 844, "Histoire des Antiquités de l’Evêchez d’Amiens. Des droits des Anciens Evêques (...)
  • 4 B.M. Amiens, ms 845.
  • 5 B.M. Amiens, ms 846, "Histoire de la Sainte Croix de Notre Seigneur Jésus Christ Particulièrement d (...)
  • 6 B.M. Amiens, ms 792.

1Pierre Bernard n’a guère intéressé l’historiographie amiénoise ou picarde. Pourtant, cet auteur n’a pas laissé moins de six manuscrits conservés aujourd’hui à la bibliothèque municipale d’Amiens et un autre qui est la propriété de la Société des antiquaires de Picardie. L’œuvre majeure est constituée de cinq volumes in folio calligraphiés1, datés de 1784 et consacrés aux antiquités de la ville d’Amiens (deux premiers volumes)2, à celle de l’évêché d’Amiens (troisième volume)3, à "l’histoire de l’origine et fondation des églises collégiales, paroissiales, abbayes, couvents d’hommes et de filles, hôpitaux, chapelles, cimetières, calvaires et autres lieux de dévotion qui se trouvent en la ville d’Amiens" (quatrième volume)4, enfin à l’histoire des reliques (et d’images miraculeuses conservées dans certaines églises d’Amiens (crucifix de St Sauve, Image de Notre Dame de Foy, chef de Saint Jean Baptiste), à la vie des saints patrons titulaires d’Amiens, et à une "chronologie ou Annales des choses les plus remarquables arrivées dans Amiens" qui, au-delà de 1784 est poursuivie jusqu’en 1791 (cinquième volume)5. Cette énorme compilation est le résultat d’années de travail puisqu’une première version (dont certains morceaux ont été repris dans la nouvelle) avait été rédigée dans les années 1760, les "remarques chronologiques et historiques sur la ville d’Amiens" s’arrêtant au 11 juillet 17636. Dans l’"avertissement" qui précède le premier volume de son opus magnum, Pierre Bernard s’explique sur ses intentions : c’est "le désir de connaître l’histoire des lieux qui m’ont vu naître" qui a donné occasion à son manuscrit. Piqué d’entendre "dire par autrui des choses surprenantes d’Amiens" et de voir les étrangers chanter ses merveilles, l’auteur a voulu en apprendre davantage mais n’a trouvé en fait d’histoire d’Amiens que "des collections mal digérées, d’un langage obscur et inintelligible des fables, des contradictions". Il ne prétend pas pour autant avoir écrit une histoire civile et ecclésiastique d’Amiens, mais avoir simplement "copié différents morceaux dans le plus bel ordre” qu’il a pu. Cette modestie ne semble pas feinte, l’auteur affirmant au contraire ne pas disposer des compétences légitimes pour prétendre au titre d’historien :

  • 7 B.M. Amiens, ms 842, "Avertissement", non paginé (fol. 2 v°-3).

2"Vouloir entreprendre cet ouvrage, vouloir soulever l’histoire de dessous les décombres où elle est ensevelie, vouloir la ressusciter, lui rendre son éclat et sa majesté, écrire ce qu’elle fut, dire ce qu’elle est, c’est ce que je ne suis pas en état de faire. Agé de plus de soixante-dix ans je n’ai d’autre lumière que celle que m’a donnée la nature, obligé par état de me livrer à l’éducation pénible de l’enfance, je manquerais du temps nécessaire à cette confection. Je n’ai point de livres, et j’ose à peine à cause de mon obscurité m’adresser à ceux qui ont des bibliothèques, et dès lors où prendre de quoi m’éclaircir, m’assurer, où prendre preuves certaines de ce que j’avancerais. En un mot où prendre et trouver des matériaux pour bâtir solidement, jamais je n’ai lu, jamais je n’ai bien écrit ; jamais je n’ai connu ni l’histoire ni ses règles. Comment redresser des erreurs, retrancher des inutilités, ajouter des morceaux mutilés, les bien lier enfin faire quelque chose de bien ? Jugez d’après cela si j’ai eu tort de m’effrayer. Ce n’est pas à une plante inculte telle que je suis à donner les fruits de la sagesse littéraire. Aidé de la main de l’ouvrier, j’aurais peut-être mieux réussi. Dans l’impossibilité d’avoir l’histoire de ma ville, telle que je l’aurais voulu, je me dédommageai autant que je le pus en ramassant tout ce que je rencontrai lui appartenir. J’ai écrit pour m’amuser. Lisez de même."7

  • 8 Pierre Bernard cite précisément les sources auxquelles il a puisé : plans, cartes, manuscrits, livr (...)
  • 9 B.M. Amiens, ms 844, p. 163 et 182.
  • 10 B.M. Amiens, ms 843, p. 301.
  • 11 B.M. Amiens, ms 844, p. 163. De même l’auteur fait l’éloge du doyen du chapitre, Adrien Antoine de (...)
  • 12 D’une part, le chapitre cathédral a procédé dans les années 1775-1777 à un inventaire systématique (...)

3Pierre Bernard ne se considère donc pas comme un écrivain et se dit étranger au monde de la culture légitime, même si l’immense collecte qu’il a faite dans les bibliothèques et les archives de la ville (à l’hôtel de ville, au chapitre cathédral, dans les différentes églises paroissiales et les divers monastères et couvents) paraît quelque peu démentir la portée de ses propos8. De sa propre identité, il ne laisse pourtant guère transparaître d’autres traits. Ce que nous pouvons déduire de ses manuscrits conservés à la bibliothèque municipale, c’est la prégnance d’une vision religieuse de l’univers. Chacun de ses chapitres s’ouvre en effet par un verset vétéro- ou néo-testamentaire se rapportant de près ou de loin au sujet traité, et peut se poursuivre par de plus ou moins larges digressions (comportant parfois plusieurs pages), qui sont autant de rappels scripturaires parsemés de citations. Il manifeste sa déférence à l’égard du caractère sacré des prêtres, reprenant le thème de l’éminente dignité du sacerdoce, largement diffusé par l’école française de spiritualité depuis le début du XVIIe siècle9. Lorsqu’il évoque l’académie d’Amiens, c’est pour rappeler aux académiciens "qu’un pauvre paysan qui sert bien Dieu est préférable à un philosophe superbe qui néglige son salut, en s’occupant à connaître le cours des astres"10. Il paraît enfin avoir un attachement particulier à la cathédrale d’Amiens et à son chapitre auxquels il dédie l’entier troisième volume de son œuvre. Au moment où il décrit la composition du chapitre, il laisse transparaître l’admiration qu’il porte à ce corps : "Notre esprit est trop borné et notre langue ne saurait faire l’éloge du vénérable chapitre de l’Eglise cathédrale d’Amiens. Sa piété et sa sagesse, les grands hommes qu’il a produits et les grandes lumières dont il nous éclaire aujourd’hui méritent une louange immortelle"11. On ne peut donc exclure l’hypothèse que Pierre Bernard ait été en contact étroit avec les chanoines du chapitre cathédral qui se livrent justement, à cette date, à des travaux d’érudition historique12.

  • 13 Bibliothèque de la Société des antiquaires de Picardie (désormais BSAP), ms CB8. Le manuscrit a été (...)
  • 14 Il n’y a en réalité que onze récits, puisque le récit du pèlerinage à la Sainte Larme à l’abbaye Sa (...)
  • 15 BSAP, ms CB8, f° 36 v°-37 : Pierre Bernard dit un De Profundis pour le repos de l’âme de son père d (...)
  • 16 A.M. Amiens GG 62, f° 7. Les deux fils, Pierre et Jean-Baptiste signent le registre. Firmin Bernard (...)
  • 17 Ibid., GG 56. Firmin Bernard signe l’acte de son mariage. La naissance de Léonor, "fils illégitime (...)
  • 18 Ibid., GG 57, baptême en date du 29 juillet 1717. Auparavant sont nés, outre Léonor, Marie Margueri (...)
  • 19 A.D. Somme, C1114, p. 404, cote 4061. L’école de la charité de la rue du Jardinet figure à la cote (...)
  • 20 A.M. Amiens, GG 751 à 753.
  • 21 Cf. A. LABARRE, "Les maîtres écrivains. Contribution à l’histoire de l’enseignement à Amiens, du XV (...)
  • 22 Pierre Bernard ne figure ni dans F. I. DARSY, Le clergé de l’église d’Amiens en 1789, Mémoires de l (...)
  • 23 BSAP, ms n° CB 8, f° 40, pèlerinage du 8 septembre 1738 à Notre Dame des Vertus. Lors de son baptêm (...)
  • 24 Ibid., f° 45 v°, pèlerinage du 1er mai 1740 à la Sainte Larme de Selincourt. Pierre Bernard, à cett (...)
  • 25 Déclaration du décès (survenu la veille), sur les registres de décès du 1er arrondissement d’Amiens (...)
  • 26 BSAP, ms n° CB8, f° 64-67, pèlerinage qui a lieu les 9 et 10 août 1749.
  • 27 Ibid., f° 34. C’est la réponse qu’il fait à un religieux bénédictin qui, le voyant en prière dans l (...)

4En réalité, le seul manuscrit qui nous permette de connaître davantage Pierre Bernard est conservé à la bibliothèque de la Société des antiquaires de Picardie. Il s’agit de textes rédigés séparément à diverses dates entre 1730 et 1765 – comme l’atteste d’ailleurs un texte liminaire de trente-deux pages intitulé "De l’origine des pèlerinages et comment on doit les faire", qui a été "écrit au mois de mai 1765 pour mettre à la tête de ceux qui suivent lesquels ont été écrits en diverses années ainsi qu’on le verra ci-après, si le lecteur se donne la peine de lire ces petits pèlerinages"13. Il s’agit donc du récit, écrit dans un moment tout proche encore de l’expérience vécue, de douze pèlerinages accomplis par Pierre Bernard autour de la ville d’Amiens : ces récits ont été ensuite rassemblés en un volume et précédés d’une introduction sur le "bon usage" de cette forme de dévotion14. Avant de les analyser, il peut être utile de rassembler les quelques éléments que nous possédons sur l’auteur. Pierre Bernard est, il nous le dit lui-même, fils de Firmin Bernard, mort le 9 février 173815. Ce dernier, dont la messe de sépulture a été célébrée le 10 février dans la paroisse de Saint Firmin le Confesseur, est dit maître houppier16. Il s’est marié dans la même paroisse, le 29 janvier 1714, avec Marie-Jeanne de La Cressonnière, jeune fille illettrée de vingt-quatre ans, dont il vient d’avoir un premier fils17. Pierre, quatrième enfant de ce couple, est né le 27 juillet 171718. Il a grandi dans ce milieu modeste des artisans du textile, qui est encore largement analphabète (comme en témoigne d’ailleurs la fréquente absence de signatures des parrains et marraines des différents enfants de Firmin Bernard). De son activité principale, nous ne percevons qu’une sèche mention dans le registre de la capitation d’Amiens en 1776, où il est d’ailleurs exempté en raison de sa pauvreté : "maître d’école de charité". Il habite alors rue du Hocquet, sur la paroisse de Saint Firmin le Confesseur, et peut-être exerce-t-il à l’école de charité voisine de la rue du Jardinet19. En tous les cas, il ne figure ni dans les registres des permissions délivrées par l’écolâtre de Reims aux maîtres des petites écoles20, ni sur ceux de l’hôtel de ville où étaient inscrits les maîtres écrivains21. Pierre Bernard ne semble pas s’être marié – les registres de sa paroisse Saint Firmin le Confesseur, muets à cet égard, ne font pas non plus état d’une quelconque progéniture ; il ne figure pas davantage sur les états du clergé de l’évêché d’Amiens au moment de la Révolution22. Il est probable d’ailleurs que les ressources de ses parents sont bien trop médiocres pour qu’il ait pu songer à une carrière cléricale, la constitution d’un titre clérical étant ici un obstacle rédhibitoire. Il est pourtant lié au monde ecclésiastique puisqu’au détour de l’un de ses pèlerinages, il s’en va déjeuner chez son parrain, curé de Saleux23. Lorsqu’il va honorer la Sainte Larme à l’abbaye de Selincourt, c’est en compagnie de l’abbé Josse, prieur de Boisrault (village situé à trois kilomètres de l’abbaye), qui le loge pendant quatre jours avec force "politesses et gracieuseté" et l’emmène avec lui déjeuner chez le curé du village voisin d’Hornoy, où il est "bien reçu et traité"24. Pierre Bernard meurt seul à l’hôpital général d’Amiens, le 7 ventôse an II (25 février 1794)25. Très probablement, il a été durant toute sa vie un laïc dévot : il est dans sa paroisse de Saint Firmin le Confesseur confrère de la confrérie de Saint-Antoine puisqu’il participe au pèlerinage collectif qui conduit celle-ci à Conti pour y porter un cierge d’oblation26 ; il dit lui-même son affection pour le monastère Saint-Julien d’Amiens qui est en réalité un hôpital tenu par des Franciscaines, auquel il se dit attaché27.

Les lieux de dévotion d’un Picard

  • 28 Ibid., f° 20.
  • 29 Ibid., ffos 68-71
  • 30 Ibid., ffos 72-79.
  • 31 Ibid., ff0S 23-35.
  • 32 Ibid., ffoS 36-40.

5Les pèlerinages accomplis par Pierre Bernard peuvent être dits des pèlerinages de proximité, puisque le plus lointain l’entraîne seulement à Arras qui n’est qu’à une soixantaine de kilomètres d’Amiens. Trois d’entre eux le conduisent tout juste aux portes de la capitale picarde : celui qui, le 15 juillet 1730 le mène à Camon "servir dévotement le grand Saint Vast, évêque d’Arras"28 ; celui qu’il accomplit le 25 mars 1756 à la chapelle Notre Dame de Grâces, prieuré dépendant de l’abbaye bénédictine Saint Fuscien, située dans les faubourgs nord-ouest29 ; le pieux circuit effectué le jour de sa propre fête, le 29 juin 1761, d’abord à l’église du faubourg Saint Pierre dédiée à son patron, puis, en poursuivant vers le nord-ouest, à la chapelle de la Madeleine et à l’enclos du même nom, qui renferme les charniers où l’on inhumait les pestiférés, enfin à l’église paroissiale du faubourg Saint-Maurice30. Trois autres pèlerinages sont situés dans un rayon de dix à quinze kilomètres de la ville. Le premier – accompli le 27 juin 1734, dimanche dans l’octave du Saint Sacrement, alors que Pierre Bernard n’a pas encore dix-sept ans – est un hommage rendu aux saints fondateurs de l’église d’Amiens : sorti d’Amiens par la porte de Noyon, le pèlerin visite d’abord l’église de l’abbaye bénédictine de Saint-Acheul, ancienne cathédrale du diocèse, où est conservé le tombeau de Saint Firmin le martyr, passe par Longueau, Boves et Fouencamps dans la vallée de l’Avre, avant d’atteindre la chapelle de Saint Domice, chanoine de l’église d’Amiens, qui vivait en solitaire au VIIIe siècle puis de se rendre sur les ruines du monastère de Paraclet des Champs, réduites à "une ferme de campagne" où est encore édifié un oratoire de Sainte Ulphe à l’emplacement de l’ermitage où cette vierge, dirigée spirituelle de Saint Domice, vécut ; après être retourné à Boves pour prendre son repas dans un cabaret, il se rend à l’abbaye bénédictine de Saint Fuscien, au lieu où furent décapités en 287 les trois apôtres de la Picardie, Fuscien, Victorin et Gentien, saints céphalophores qui portèrent leur chef jusqu’au village de Sains pour y trouver leur sépulture définitive : Pierre Bernard met ses pas dans ceux des martyrs avant de rentrer à Amiens par le faubourg de Saint Fuscien, et de faire récit à son père et à sa mère "de tout ce que j’avais vu en ce voyage" et de leur dire "que ce ne serait pas la dernière fois que j’irais si le bon Dieu me conservait la vie" : son périple total ce jour-là n’est pas loin de représenter trente-cinq kilomètres31. Le jour de la Nativité de la Sainte Vierge, le 8 septembre 1738, c’est en droiture que Pierre Bernard fait un pèlerinage marial à la chapelle Notre Dame des Vertus, située près du village de Nampty, au sud-ouest d’Amiens, revenant ensuite par les villages de la vallée de la Selle où il s’arrête dans chaque église pour dire ses prières : c’est environ vingt-cinq kilomètres qu’il aura parcouru ce jour-là32.

  • 33 Ibid., ffos 61-63. Il y a discordance entre la date où Pierre Bernard situe son pèlerinage "en un d (...)

6Plus court – une vingtaine de kilomètres au total et Pierre Bernard les accomplit dans une seule matinée – est le pèlerinage au cours duquel il va vénérer, le 1er septembre 1749, Saint Sulpice à Breilly, longeant à l’est d’Amiens la vallée de la Somme, et faisant seulement au retour un petit crochet par la chapelle d’Etouvie, "pour aller révérer le grand St Servais dans la chapelle qu’on y voit dédiée à son nom"33.

  • 34 Ibid., ffos 80-87. Le pèlerinage est effectué le 23 septembre 1764.
  • 35 Ibid., ffos 58-60.
  • 36 Ibid., f° 66 v°.
  • 37 Ibid., f° 45. L’année 1740, Pierre Bernard a fait deux fois le pèlerinage à l’abbaye de Selincourt  (...)
  • 38 Ibid., f° 50 v° : "Vous voyez, lecteurs, que j’ai assez bien marché, puisque j’étais à Pas, avant d (...)
  • 39 Ibid., f° 51. A deux lieues d’Arras, alors qu’il aperçoit les clochers de la ville, Pierre Bernard (...)
  • 40 Ibid., f° 53. Le lit est "assez bon [...], dans lequel je laissai toutes mes peines, lassitudes et (...)
  • 41 II y a discordance entre la date où Pierre Bernard fixe son voyage, 23 août 1740 (f° 50), et la dat (...)

7Deux autres pèlerinages, à peine plus lointains, ont pu être accomplis dans la journée : celui à l’abbaye Saint-Pierre de Corbie, située à quatre lieues d’Amiens, soit un parcours d’une bonne trentaine de kilomètres34 ; celui qui mène Pierre Bernard révérer, le 26 août 1748, les reliques de Saint Ouen, évêque de Rouen, dans l’église paroissiale de Demuin, traversant ensuite les vallées de l’Avre et de la Noye avant de revenir à Amiens par Saint Fuscien : au total, plus de quarante kilomètres parcourus dans une journée qui, commencée à la messe de quatre heures et demie à l’église Saint-Martin d’Amiens, s’achève par un retour à sept heures du soir35. Trois pèlerinages ont enfin obligé notre pèlerin à coucher hors de chez lui. Partis d’Amiens seulement vers une heure et demie de l’après-midi par la porte de Beauvais, le 9 août 1749, les confrères de Saint Antoine arrivent au bourg de Conti sur la rivière de Selle, (situé à une vingtaine de kilomètres d’Amiens) à six heures du soir et vont porter à l’église paroissiale de Saint-Antoine en procession leur cierge d’oblation, avant de passer la nuit dans une grange, "en espérant d’y pouvoir reposer, mais on fut trompé. Que voulez-vous à la guerre comme à la guerre. Qui n’a qu’un sol ne peut point aller loger partout"36. L’abbaye Saint Pierre-lès-Selincourt, où est conservée une Sainte Larme du Christ est à plus de trente kilomètres à l’ouest d’Amiens, ce qui explique facilement le plaisir qu’éprouve le pèlerin à loger le soir au presbytère de Boisrault, "dans une assez belle salle où je couchai dans un bon lit"37. Le voyage au saint Calvaire d’Arras manifeste les qualités de marcheur de Pierre Bernard : parti d’Amiens le 23 août 1740 à neuf heures du matin, il est déjà à Pas-en-Artois (à 33 kilomètres) avant deux heures de l’après-midi38, et après y avoir dîné, il reprend sa route d’un bon pas et entre dans Arras à six heures sonnant, soit une moyenne de près de sept kilomètres à l’heure39. Il loge le soir à l’auberge qui porte pour enseigne "la ville d’Amiens", "la physionomie de l’hôte, ainsi que le nom de l’enseigne", lui faisant conjecturer qu’il serait "bien logé dans cette auberge"40. Après avoir fait ses dévotions et visité en détail la ville et la citadelle d’Arras, il repart le lendemain à cinq heures et demie de l’après-midi, couche à Beaumetz à dix kilomètres de là, puis arrive à Amiens à six heures de l’après-midi : "son pèlerinage aura ainsi duré moins de soixante heures"41.

"Qui meurt pèlerin meurt martyr"

  • 42 Sur douze pèlerinages accomplis, sept d’entre eux se déroulent un dimanche ; il est probable que l’ (...)
  • 43 Ibid., f° 36. Scénario exactement identique le 27 juin 1734 pour le pèlerinage à Camon, Pierre Bern (...)
  • 44 Ibid., ffoS42v° et 61.
  • 45 Ibid., f° 62.
  • 46 Ibid., f° 63 v°.

8Pierre Bernard, on l’aura noté, fait quasiment tous ses pèlerinages à la belle saison : sur douze pèlerinages, un seul se déroule en mars et il ne s’agit guère plus que d’une promenade jusqu’à la chapelle Notre Dame des Grâces, peu éloignée de la porte du cours de la Hotoie. Tous les autres se déroulent entre mai et septembre, la plupart en août (trois) et septembre (quatre). Le pèlerin privilégie donc les longues journées d’été, et, comme il choisit souvent le dimanche ou les jours de fête pour ses marches dévotes42, s’en va entendre la messe aux aurores : lorsqu’il va, le 8 septembre 1738, à la chapelle Notre Dame des Vertus, il se lève à trois heures du matin, se rend à la cathédrale pour y écouter la messe et recevoir avant le départ une bénédiction dans la chapelle "paroissiale" et sort à cinq heures après s’être mis "sous la protection de la Sainte Vierge, des Sts Anges et de tous", ses "Sts patrons"43 ; lorsqu’il part pour vénérer la sainte Larme de Selincourt, le 1er mai 1749, il entend la messe à quatre heures du matin à l’église Saint-Leu et lorsqu’il se rend, le 1er septembre 1749, honorer St Sulpice à Breilly, c’est même à trois heures du matin qu’il suit la messe dans sa propre paroisse de Saint Firmin le Confesseur44. Ce lever à l’aube a un sens : puisque ce jour-là, sa paroisse célèbre la fête de son patron titulaire, Pierre Bernard veut pouvoir y être de retour pour la grand’messe : il hâte le pas, ne s’arrête "aucunement longtemps en ce voyage", est dès six heures et demie du matin à Breilly, puis revient tout aussi rapidement : "C’est pourquoi n’y ayant point fait de grandes observations, je passe aussi fort brièvement les descriptions des différents lieux de mon passage"45. Cette hâte résonne jusque dans l’écriture du pèlerin, puisque ce dernier voyage est le seul où Pierre Bernard met en scène sa propre rédaction comme pour nous faire croire qu’elle a été exactement contemporaine de l’expérience vécue : "Adieu, je vais à la grand’messe ; quand elle sera dite, je vous dirai autre chose". Cet "autre chose", c’est le spectacle, l’après-midi du même jour, lors d’un tour sur l’un des cours de la ville, de "l’abondance des pèlerins qui revenaient au gîte. Je dis en moi-même, ces personnes là paraissent avoir fait des plus longues prières que moi"46.

  • 47 Ibid., f° 51 v°.
  • 48 Ibid., f° 43 r°v°. Mollians le Vidame est à 55 mètres d’altitude et la route que prend Pierre Berna (...)
  • 49 Ibid., f° 60 v°.
  • 50 Ibid., f° 35 v°.

9Bon marcheur, Pierre Bernard sent cependant, comme tous les pèlerins, le poids de la fatigue l’envahir au cours de ses voyages. Lorsqu’il arrive à Arras, au terme d’une journée entière de marche, seule la vue du Calvaire et le "zèle" qu’il a de "l’aller l’embrasser" diminue "de beaucoup" sa lassitude et le rend soudain "aussi leste qu’au sortir d’Amiens"47. Lorsqu’il arrive à Selincourt, après avoir marché de cinq heures du matin environ à une heure de l’après-midi, il se dit "assez fatigué par la longueur et difficulté du chemin", ayant d’ailleurs "avec beaucoup de peine passé un grand nombre de monts et vallées" ; il s’est, en cours de route, arrête à Molliens-le-Vidame pour se rafraîchir et se reposer car, dit-il, "je voyais un mont blanc qui ne me paraissait point des plus aisés à monter"48. C’est encore la fatigue qui, au retour de la vénération de reliques de Saint Ouen à Dumain, dissuade Pierre Bernard de passer "encore une fois à Sainte Domice et au Paraclet des Champs" : "J’y envoyai seulement mon esprit et mon cœur, mes jambes se trouvant lasses de porter mon corps à cause de la chaleur qui était excessive en ce jour. C’est pourquoi je pris le plus court chemin pour rentrer à Amiens"49. Au retour du circuit qui l’a conduit à vénérer les reliques des saints fondateurs du diocèse d’Amiens il se sent, après un court repos chez ses parents, si fatigué qu’il ne peut plus bouger : "Ce fut alors, dit-il que je me souvins de la phrase chaldéenne qui dit : qui more pelegrino more martyrio. C’est à dire qui meurt pèlerin, meurt martyr"50.

  • 51 Ibid., f° 53.
  • 52 Ibid., f° 45.
  • 53 Ibid., f° 57 v° à Rainneville, au retour d’Arras, "n’étant plus en puissance de faire plus grande c (...)
  • 54 Ibid., f° 60.
  • 55 Ibid., f° 50 v° ; à Conti, Pierre Bernard prend sa "réfection" avec la confrérie de St Antoine "dan (...)
  • 56 Ibid., f° 28. Halte similaire à la fontaine située au milieu du bourg de Conti, "dont les eaux nous (...)
  • 57 Ibid., f° 26. Nous avons un autre exemple de la sensibilité de Pierre Bernard aux sons : l’attentio (...)
  • 58 Ibid., f° 69 v°.
  • 59 Ainsi à Arras où Pierre Bernard visite en détail la citadelle et l’ensemble de la ville, Ibid., f°  (...)
  • 60 BSAP ms CB8, f° 57.
  • 61 Ibid., f° 60 v°. Lors du pèlerinage à Corbie, le 23 septembre 1764, la pluie le prend à Rivery (ban (...)
  • 62 Ibid., f° 21.

10Notre pèlerin apprécie donc à leur juste prix les arrêts et les étapes : l’"assez bon lit" du cabaret "A la Ville d’Amiens", à Arras, où il goûte "un doux et sain repos"51, le presbytère de Boisrault où l’abbé Josse l’invite à goûter "un petit cochon de lait qu’on ôtait de la broche" en lui disant : "allons, mon petit ami, sans façons il se faut mettre à table, que Dieu soit ici [...] et le diable en enfer"52. En cours de route, un sol d’eau-de-vie au cabaret revigore53, tout comme le déjeuner arrosé de "vin à la grande mesure" qui "était à juste prix"54, mais il faut parfois se contenter, selon les ressources du lieu, de boire "comme par pénitence un bien mauvais demi-lot de bière"55. En ces chaudes journées d’été, les haltes sont consacrées à se "rafraîchir", terme qui revient comme un leitmotiv dans les récits, et Pierre Bernard ne cache pas sa prédilection pour les vallées : vallée assez agréable de l’Avre, "en laquelle le chant des oiseaux" ravit son âme, "agréable" vallée de la Noyé, lorsqu’il se rend à l’oratoire de Sainte Ulphe : "Je cheminais le long d’une rangée de saules, je ne voyais que verdure, je n’entendais que le chant des oiseaux et le gazouillement des charmants ruisseaux des fréquentes fontaines dont cette vallée était remplie. Mes jambes se trouvant fatiguées de porter mon corps, je m’assoyai auprès d’un de ces clairs ruisseaux pour prendre un peu de nourriture et de repos"56. Il y a bien un sentiment de la nature qui s’accompagne ici d’une méditation d’esprit franciscain : "content d’entendre les oiseaux", notre pèlerin dit "avec eux ces paroles des trois jeunes hommes dans la fournaise de Babylone, courage petits oiseaux. Bénissez tous le Seigneur par vos doux ramages"57. Lorsqu’il traverse le cours de la Hotoie, "principale promenade de la jeunesse d’Amiens" à l’ouest de la ville, il médite "sur l’agréable situation du jardin d’Eden" que la Sainte Ecriture appelle "paradis terrestre"58. Le pèlerinage n’est pas pour autant une partie de plaisir. D’une part, il est tout entier tendu vers son terme : reliques, corps saints, calvaire et ce n’est qu’après avoir accompli toutes ses dévotions que Pierre Bernard s’abandonne à la curiosité du touriste59. D’autre part et surtout, le pèlerin doit s’accommoder des variations du temps : revenant d’Arras, il s’arrête à Bayermont "pour laisser un orage de tonnerre qui m’avait surpris en chemin"60 ; lorsqu’il rentre de Demuin, "les nuages dont le ciel était couvert firent entendre un épouvantable tonnerre avec un orage impétueux. Me voyant seul au milieu des champs sans asile et mouillé jusqu’aux os, et accablé de frayeur, il me fallut dans cet état rentrer dans la ville à sept heures le soir. Voilà, lecteurs, à quoi sont exposés les pauvres pèlerins et voyageurs. Disons donc de bon cœur pour eux ces prières de l’église Pro fratribus nostris absentibus etc."61. Il faut enfin compter avec les périls du voyage, même dans ces parcours de proximité au sein d’un relief que l’on ne peut qualifier d’accidenté. Lorsqu’il se rend par bateau à Camon, remontant le cours de la Somme à travers un paysage d’hortillonnages, "un grand vent" fait soudain tournoyer la barque : "J’entendais les femmes crier à Dieu miséricorde. Comme dans ces tristes moments chacun songe à sa conscience, je disais en moi-même : Où êtes-vous Seigneur, qui avez seul le pouvoir de commander au vent et à la mer. Venez, Seigneur, venez nous sauver de ce danger où nous sommes prêts à périr"62.

La piété de Pierre Bernard

  • 63 Ibid., f° 23. Prières similaires : ff° 36, 50, 58 ("Je priai Dieu, la Ste Vierge et mon bon ange ga (...)
  • 64 Ibid., f° 67. Prières similaires ffos 40 v°, 57 v°, 79 v° ; BM Amiens, ms 909, f° 33. Le village du (...)
  • 65 Ibid., f° 22 v°, 36 (psaume 116, verset 15 : pretiosa in conspectu Domini mors sanctorum ejus), 46  (...)
  • 66 Ibid., f° 23 v°, 24, 26, 36 v°, 58 v°, 59, 66, 68, 73, 77.
  • 67 Ibid., f° 59 : agenouillé devant la Croix des Martyrs, Pierre Bernard récite une prière qui demande (...)
  • 68 Ibid., f° 47-49 v°. Pierre Bernard recopie ici des passages entiers d’une lettre pastorale de l’évê (...)
  • 69 Ibid., f° 51 v°-52 v°. La prière est très certainement empruntée à un recueil contemporain.
  • 70 Ibid., f° 44.

11Tentons de cerner plus avant la dévotion de notre pèlerin. Chaque parcours – et c’est bien là qu’il se distingue d’une simple promenade – s’inscrit entre une prière initiale qui est une demande de protection pour le voyage qui commence et une prière finale d’action de grâces. Pour ne prendre qu’un seul exemple de chacune, Pierre Bernard, avant de partir vénérer les saints patrons du diocèse d’Amiens, prie Dieu qu’il le "conduise et ramène sans accident, et sans tomber dans aucun péché, et pour ce sujet je récitai à genoux le psaume Ad te Domine levavi animam meam etc., puis je me mis sous la protection de mon bon ange et des saints dont les reliques reposent dans cette dite église"63. Revenus de Conti, les confrères de Saint-Antoine remercient dans l’église du village du Père Saint Jean de "les avoir conservés dans ce petit pèlerinage"64. Les récits eux-mêmes prolongent cet encadrement religieux du voyage puisqu’ils s’achèvent pour la plupart par une invocation finale, citation scripturaire ou prière liturgique65. Mais plus encore que cet enchâssement, ce sont les thèmes récurrents de la dévotion qui importent. La piété de Pierre Bernard est essentiellement christocentrique, centrée sur le mystère de la Passion. Ce n’est certes pas un hasard s’il s’arrête devant toutes les croix, crucifix ou calvaires qu’il rencontre au cours de ses pérégrinations66, chantant ou récitant à genoux devant eux les hymnes liturgiques Vexilla regis ou O crux ave, ou une prière contemporaine en français qui met l’accent sur la Rédemption67. Si le voyage à Arras est dicté par un désir qui naît de l’actualité – un miracle intervenu le 19 mars 1738 dans l’église des Jésuites d’Arras lors de la bénédiction d’une nouvelle croix destinée au Calvaire planté au-dessus de la porte de la "cité" d’Arras, miracle qui guérit Isabelle Le Grand, fruitière âgée de 40 ans, estropiée depuis quatre ans à la suite d’une chute dans sa cave68 –, le but poursuivi est "d’aller adorer l’image miraculeuse" de son "Sauveur crucifié". Les deux béquilles d’Isabelle Le Grand sont encore attachées à la croix et celle-ci est "couverte des présents et dons en argent, qui sont des monuments célèbres de la piété d’une infinité de personnes guéries à ce St Calvaire" mais, seul, le crucifix "représenté avec la face et les yeux tournés vers le ciel, arrête les yeux des chrétiens pèlerins et pénitents". Aussi bien, "le regardant dans cette posture d’un Dieu mourant, d’un Sauveur agonisant et d’un homme souffrant pour" ses "péchés et demandant pardon pour" lui "et généralement pour tous les pécheurs, les larmes aux yeux", Pierre Bernard se jette-t-il à genoux lorsqu’il arrive devant ce saint Calvaire et récite-t-il une longue prière où la méditation des souffrances de la Passion conduit à la demande d’être délivré, lui et toutes les personnes pour lesquelles il est "obligé de prier ou qui se sont recommandées à" ses "chétives prières avant que de venir à Arras, de toutes peines temporelles et de la damnation éternelle"69. De la même façon, la Sainte Larme de Selincourt, "divine eau", versée par le Sauveur "par amour et compassion pour le sauvement" de l’âme des pécheurs, est l’occasion pour Pierre Bernard de "demander pardon" de ses fautes70.

  • 71 Ibid., f° 37. Il récite à cette occasion la prière Languentibus in Purgatorio, f° 38.
  • 72 Ibid., f° 37-39. A noter, au titre de la piété mariale, qu’à l’aller comme au retour du pèlerinage (...)

12La piété mariale de Pierre Bernard n’est pas moins vive. C’est à deux fêtes de la Vierge, 25 mars (Annonciation) et 8 septembre (Nativité), qu’il accomplit ses pèlerinages mariaux dans la chapelle de Notre Dame des Grâces (en 1756) et dans celle de Notre Dame des Vertus (en 1738). Il accomplit ce dernier voyage à l’intention de son père défunt, mort la même année71. Dans une longue prière qu’il emprunte très vraisemblablement au recueil qu’il possède, notre pèlerin implore l’intercession de celle "qui eut le bonheur de porter dans son chaste sein le créateur du ciel et de la terre et l’auteur de toutes les vertus", afin de devenir "un véritable chrétien autant par" ses "bonnes actions" qu’il l’est par son baptême, et il recopie mot à mot le tableau situé à l’entrée de la chapelle, qui énumère les vertus de la Vierge : "Portrait abrégé des vertus de la Sainte Vierge", concluant en lui-même "O Dieu, qui est l’homme qui pourrait atteindre à de si hautes vertus. Je peux donc bien dire avec le Grand St Augustin, Malheur, à la vie même la plus réglée, si vous l’examinez sans miséricorde Ô mon Dieu"72.

  • 73 Ibid., ff° 26 v° (prière à l’église de Fouencamps dédiée à St Pierre), 62 v° (village de Montières, (...)
  • 74 BSAP, ms n° CB8, f° 33.
  • 75 Ibid., f° 28. Pierre Bernard note aussi que le chemin qui va à l’église de Saint-Acheul est dénommé (...)
  • 76 Lorsqu’il se rend à la chapelle Notre Dame des Vertus, Pierre Bernard récite "les litanies de la Sa (...)
  • 77 Ibid., ff°26 v° et 69 v°.

13Dans la dévotion à l’égard des saints, Pierre Bernard a une particulière dilection vis-à-vis de son saint patron, dont il invoque fréquemment le secours73. Mais c’est à l’égard des martyrs – et particulièrement ceux qui ont fondé l’église d’Amiens qu’éclate sa ferveur la plus forte. Le pèlerinage est l’occasion de mettre ses pas dans les pas mêmes de ceux qui, par leurs souffrances, ont acquis la gloire étemelle : allant de Saint Fuscien à Sains, "il me semblait", écrit-il, "durant cette route que je suivais nos saints martyrs, lorsqu’ils portaient leurs têtes entre leurs mains pour aller chercher une honnête sépulture"74. De la même façon, lorsqu’il se rend à la chapelle Saint Domice à l’oratoire de Sainte Ulphe, près des ruines du monastère de Paraclet, son corps suit les pas du "glorieux Saint Domice"75. Le pèlerinage est ici appropriation et intériorisation des gestes mêmes des saints et des martyrs vénérés. De ce point de vue, le type de méditation auquel se livre Pierre Bernard s’inscrit tout à fait dans la spiritualité moderne puisqu’il s’apparente à ce que l’on pourrait appeler une "composition du lieu". En effet, lorsqu’il ne récite pas des prières ou ne chante pas des cantiques76, Pierre Bernard s’abandonne en effet à des "saintes méditations" ou à des "rêveries spirituelles"77 : quittant la chapelle Saint Domice, il se représente la "triste solitude" de ce saint "sans compagnie humaine, mal logé", mendiant

  • 78 Ibid., ff° 27 v°-28 v°.

14"un peu de pain dans les villages voisins lesquelles aumônes il partageait avec les autres pauvres. Pour toute boisson un peu d’eau de la rivière, travailler de ses mains, prier, jeûner et assister régulièrement aux offices de nuit en sa cathédrale [...] Je disais en moi-même, quoi ! un homme comme moi sensible aux influences de l’air, n’avoir pour l’espace de plus de cinquante ans, d’autre lit que la terre nue, pour tout vêtement que la haire et la cilice, pour tout revenu sa petite prébende, pour tout bien en propre sa pauvre cellule et pour toute compagnie Dieu seul, et [...] toutes les nuits faire environ trois lieues pour assister à matines à l’église de St Acheul"78.

  • 79 Ibid., f° 37.
  • 80 Ibid., f° 66. Cf. le texte cité plus haut à propos du Calvaire d’Arras.
  • 81 Ibid., f° 44.
  • 82 Ibid., f° 44 v°.
  • 83 Ibid., f° 31. De la même façon, il a les larmes aux yeux devant le Calvaire d’Arras, f° 52.

15La comparaison des mérites acquis par les saints avec sa propre situation de pécheur est donc l’occasion pour le pèlerin de s’humilier et d’implorer miséricorde dans sa prière : il s’agit bien ici d’un exercice spirituel. Ponctué par des haltes orantes dans toutes les églises situées sur la route, le pèlerinage met tout le corps et tous les sens en jeu. Le regard est ici primordial : Pierre Bernard "considère" la "belle et vénérable" image de la Vierge, "placée dans le milieu du retable de l’autel" de la chapelle de Notre-Dame des Vertus79, contemple avec intensité la "sainte image de Jésus crucifié"80, et "avec respect" la Sainte Larme de Selincourt, enfermée dans un cylindre de cristal que le prieur de Boisrault détache de son "soleil" pour mieux la lui "faire voir et contempler", posant "cette sainte relique sur la balustrade, devant ce tabernacle", ce qui lui permet de la "considérer avec attention"81. Le regard porté sur un type de relique vis à vis duquel les Réformateurs du XVIe siècle ont émis les critiques les plus ironiques ne met à aucun moment en doute sa véracité : "Je dis en moi-même, si cette eau n’était point divine, sans doute que depuis plus de dix-sept cents ans qu’elle a sorti des yeux de mon Dieu, elle aurait été séchée ou altérée, tandis que depuis tant de siècles, elle est toujours dans la même situation". Bien au contraire, la piété du pèlerin s’extériorise dans les gestes de sa vénération : il se jette "le visage contre terre pour demander à Dieu le pardon de ses fautes" et les larmes se "distillent" de ses yeux82. De la même façon les larmes lui tombent des yeux quand il regarde les ruines du monastère du Paraclet : "Hélas ! Seigneur, je vois bien que tout ce qu’a eu commencement a fin. Mais quoi est-ce là le lieu sanctifié par la présence de la Vierge Ste Ulphe ? Où est donc dans ces démolitions la marque du tombeau de cette sainte ?"83

  • 84 Ibid., f° 19 v°.
  • 85 Ibid., f° 15 v° 19. Il s’agit du chapitre X, § 1, des Instructions générales en forme de catéchisme (...)
  • 86 Ibid., f° 4.
  • 87 Ibid., f° 11 v°.
  • 88 Ibid., f° 15 v°.
  • 89 Ibid., f° 19. Il parle ici du pèlerinage au Saint Calvaire d’Arras. Pour les pèlerinages mariaux, i (...)

16Pour Pierre Bernard, le pèlerinage est donc le lieu d’une conversion spirituelle. Ses récits s’inscrivent ainsi dans toute la tradition des textes qui, depuis le courant de la devotio moderna, vise à intérioriser ce type de pratiques. S’éclaire aussi pleinement le sens du texte qui ouvre le manuscrit "De l’origine des pèlerinages et comment on les doit faire" où Pierre Bernard cite l’Imitation de Jésus Christ, "rarement les maladies et les pèlerinages rendent l’homme meilleur"84, et recopie les instructions du catéchisme de Montpellier sur les bonnes manières de faire ces voyages85. Les "exemples" bibliques ou historiques que Pierre Bernard tient à énumérer dans ce texte liminaire visent seulement à développer une affirmation tout à fait traditionnelle dans les textes spirituels de la Contre Réforme : "Cette vie n’est qu’un pèlerinage et tous les pas que nous faisons dans cette vallée de larmes, ce sont des pas de voyageurs qui nous conduisent insensiblement vers notre éternité"86. Puisque le Christ lui-même fut l’image du vrai pèlerin, il est naturel que les pèlerinages se soient développés aux Lieux Saints de Palestine, mais aussi pour honorer la Vierge (ainsi à Liesse en Laonnois "qui est un abord de toutes sortes de pèlerins qui y viennent de tous côtés", et à Lorette "visité de toutes les parties du monde chrétien par des fréquents et dévotieux pèlerinages")87 et les apôtres ainsi à Rome et à St Jacques de Compostelle en Galice. Encore faut-il que ces pieux voyages ne se soient pas changés "pour le plus souvent, par le relâchement des fidèles en des promenades scandaleuses et criminelles"88. Les pèlerinages qui se font "dans les environs d’Amiens" se font, au contraire selon Pierre Bernard, "en esprit de pénitence, pour la rémission des péchés en vue des mérites de la Passion du Sauveur"89.

  • 90 Ibid., f° 44.
  • 91 Ibid., f° 33 v°.
  • 92 Ibid., f° 67.
  • 93 Ibid., ffos 84 v°, 87 v°. Guillaume Manier, pèlerin picard qui va en 1726 à Saint Jacques de Compos (...)

17Il ne faut pas dès lors s’attendre à trouver dans les textes d’un pèlerin, qui a à ce point intériorisé les enseignements de la Réforme catholique, beaucoup de renseignements sur les pèlerinages proprement thérapeutiques. Lui-même est très discret sur les gestes dévotieux qu’il a pu accomplir au cours de ses pérégrinations, où il aime à vénérer les reliques. Nous savons seulement que le prieur de Boisrault applique "par plusieurs fois" sur ses yeux la relique de la Sainte Larme90. Lorsqu’il est au tombeau des saints martyrs Fuscien, Victorice et Gentien à Sains, il note qu’"au pied de ce sépulcre est un trou fait exprès, par lequel on tire de la terre de ce dit sépulcre que les dévots pèlerins emportent chez eux par une grande vénération" mais ne nous dit pas s’il s’est lui-même livré à cette pratique91. A Conti, où les membres de la confrérie honorent Saint Antoine "pour être par son intercession délivrés de tous maux contagieux", il se rend, comme eux, à la fontaine Saint-Antoine "dont on parle tant" et qui est "située sous l’église de ce saint qui le met à couvert par un cintre ou arcade de maçonnerie". Nous n’en saurons pas plus sur les pratiques pèlerines, Pierre Bernard se contentant d’ajouter que "la tradition du pays tient qu’en cette fontaine est une truite qu’on nomme Toinette, et qu’elle avance quand on l’appelle par ce nom pour lui donner du pain"92. La seule chose sûre que nous sachions, est son goût pour la vénération des reliques ; comme d’autres pèlerins à son époque, il aime à recopier dans l’un de ses récits l’inventaire des reliques contenues dans le Trésor de l’un de ses buts de pèlerinage, l’abbaye Saint-Pierre de Corbie : cette seule énumération atteste la puissance sacrale qui émane du lieu et notre pèlerin témoigne avoir vu à son "aise, baisé et révéré la plus grande partie de ces restes pieux de tant de saints" avant de se retirer pour réciter les litanies des saints dans une chapelle adjacente93.

  • 94 Ibid., f° 74 v°.
  • 95 Ibid., f° 70.
  • 96 Ibid., f° 30. (Chapelle Saint-Domice où l’on va également "en concours de dévotion et en pèlerinage (...)
  • 97 Ibid., f° 50 ; peu après le miracle survenu à Isabelle Le Grand, l’évêque avait ordonné que, le 3 m (...)
  • 98 Ibid., ff° 41 v°-42, 46 v°.
  • 99 Ibid., f° 20.

18Des pratiques contemporaines nous ne percevons ainsi que des bribes. Nous pouvons toutefois saisir que le voyage de dévotion est une activité largement partagée autour d’Amiens, tout au long de l’année liturgique. Le jour de Pâques, on se rend honorer dans l’église du faubourg Saint Pierre l’image de St Montan qui était autrefois dans une chapelle détruite à la fin du XVIe siècle du fait de l’édification de la citadelle d’Amiens94. Le lundi de Pâques, le peuple d’Amiens se rend "en station et par dévotion" à la chapelle Notre Dame de Grâces mais la Vierge est surtout révérée les jours de l’Annonciation (25 mars) et de la Nativité (8 septembre) : ce dernier jour, "les gardes en charge de la communauté des maîtres saÿteurs et haute lisseurs de la ville d’Amiens y font faire un service solennel avec exposition du St Sacrement, prédication et procession. Il y a en ce jour un grand concours de dévotion, comme étant la principale fête de cette chapelle"95. Le 1er mai, les fidèles "tant d’Amiens comme de la campagne" vont honorer Saint Domice à sa chapelle située sur le territoire de la paroisse de Fouencamps ainsi qu’à Molliens-le-Vidame96. Le Saint Calvaire d’Arras, du fait des miracles qu’il a suscités, attire dans cette ville "un grand nombre de pèlerins de tous pays pour le révérer", particulièrement le 3 mai, jour de l’Invention de la Sainte Croix97. C’est aux fêtes de Pentecôte que la Sainte Larme de Selincourt est "visitée et révérée par un grand concours des peuples", les fidèles y abordant "de tous cantons, avec piété"98. Lorsqu’il embarque, le 15 juillet 1730, pour honorer Saint Vaast à Camon, Pierre Bernard est accompagné d’"environ quatre cents personnes, tant hommes, femmes qu’enfants et autres jeunes gens tous disposés à faire voile pour le même pèlerinage"99.

  • 100 Ibid., f° 40. La fête de Saint Cyr et Sainte Juliette est le 16 juin.
  • 101 Ibid., f° 25 v°.
  • 102 Ibid., f° 21 v°.
  • 103 Cf. sur ce point J. GELIS, L’arbre et le fruit. La naissance dans l’Occident moderne, XVIe-XIXe siè (...)

19Au-delà de cette affluence, que notre pèlerin aime à signaler, celui-ci nous donne quelques indications – rares au demeurant – sur les buts thérapeutiques poursuivis, qu’il n’entend pas critiquer : au village de Pont-de-Metz, situé à moins de quatre kilomètres d’Amiens, "où l’église est bâtie sous l’invocation de St Cyr enfant et de Sainte Juliette sa mère", on "fait des pèlerinages pour les enfants malades"100. Dans une chapelle proche de l’abbaye de Saint Acheul, on révère "une partie de la ceinture de Sainte Marguerite vierge et martyre", rapportée au XIIIe siècle par un chanoine régulier de cette abbaye : "Tous les ans dans l’octave de la fête de cette sainte, les femmes d’Amiens vont en concours de dévotion en cette église pour obtenir de Dieu par son intercession les grâces dont elles ont besoin pour avoir d’heureux accouchements et que leurs enfants puissent parvenir aux sts fonts du baptême"101. Au sortir de l’église de Camon, Pierre Bernard se dit "surpris" – mais il n’est pas pour autant choqué – quand il voit "la piété et la dévotion de ces pauvres femmelettes qui tenaient leurs enfants par la main, d’autres sous les bras, et qu’en cette posture elles leur faisaient faire trois fois le tour de ladite église, en disant Allons courage mon petit enfant, plaise à Dieu et à Monsieur Saint Vaast que tu puisses bientôt marcher seul et sans aide"102. Nous sommes bien ici dans l’un de ces très nombreux pèlerinages à un saint de la marche – son nom seul évoque celle-ci : va ! – dont on attend qu’il assure à l’enfant débile une station debout précoce et sûre103.

  • 104 Ibid., f° 21.
  • 105 Ibid., f° 79.
  • 106 Ibid., f° 64 v°-65.
  • 107 Ibid., ff° 70 v°-71.

20L’association entre pèlerinages, danses et divertissements – si ceux-ci restent honnêtes – ne choque pas davantage notre pèlerin : "Je disais en moi-même, est-ce là des pèlerins du grand St Vaast, ô Dieu qu’ils sont joyeux et charmants"104. En revanche, passant devant le jardin botanique d’Amiens, qui était autrefois fréquenté par la jeunesse de la ville, il prend soin de noter les raisons de sa transformation : "le mal qui s’y commettait obligea les missionnaires de l’année 1707 d’en parler publiquement, l’appelant dans leurs sermons non point le jardin du Roi mais le jardin du Diable, prédisant qu’il serait un jour détruit et brûlé jusqu’à la terre, ce qui arriva", le gouverneur d’Amiens ayant fait abattre les arbres en 1708105. Il regrette que la cérémonie du pèlerinage collectif à Conti soit désormais "un peu altérée par l’indévotion de plusieurs pèlerins" et se félicite d’être ce jour-là accompagné "d’un père avec ses deux filles, gens que je connus fort chrétiens, civils et prudents"106. Sortant de la chapelle Notre Dame des Grâces, il se rend à l’oratoire où est conservé le crucifix qui fut profané en 1756, "par des misérables ayant arraché ce crucifix qu’ils brisèrent par pièces et jetèrent aux champs" ; la croix, dont les restes ont été recherchés et "ramassés avec respect" par des "personnes de piété", fut réparée, bénite derechef et portée en procession au dit lieu, l’évêque d’Amiens, Louis-François-Gabriel d’Orléans de la Motte accordant quarante jours d’indulgence à "ceux qui iraient faire leurs prières les jours de dimanche et fêtes". L’indignation de Pierre Bernard éclate à l’évocation de ce sacrilège qui "obligea la justice d’avoir recours aux monitoires pour avoir révélation des auteurs de crime énorme" : nous sommes moins de dix années avant la mutilation d’une croix sur le Pont-Neuf d’Abbeville et l’exécution du chevalier de la Barre107.

  • 108 Ibid., f° 36 v°.
  • 109 Ibid., f° 63 v°.
  • 110 Ibid., f° 77 (il vient de visiter les charniers où l’on inhumait les pestiférés).

21Réfléchissant sur sa propre écriture à la fin de l’un de ses récits, Pierre Bernard demande à son lecteur d’excuser sa simplicité "en fait de m’exprimer en mes termes d’écrire, j’ai contenté mon zèle, j’ai écrit ce que j’ai vu et lu. Ne vous amusez point, je vous prie, à censurer mon petit ouvrage, mais au contraire pensez à ce que les saints qui étaient hommes comme nous ont fait pour mériter le ciel, suivons leurs exemples, imitons leurs vies, et Dieu nous donnera une récompense pareille à la leur. Ainsi soit-il"108. En effet, il n’a traité de ses divers pèlerinages "que par piété", il n’a écrit "que pour édifier ou récréer honnêtement" son prochain, donc "le profane ne peut ici trouver place"109. Cette dernière affirmation n’est pas totalement exacte puisqu’il aime à nous livrer sur chacun des monuments, portes, citadelles, églises ou oratoires tous les détails historiques qu’il a pu recueillir et à nous faire une description précise de ce qu’il a vu. On retrouve bien ici le souci d’enracinement noté au début de cet article. Mais pour ce dévot laïc, dont la figure en cette fin de XVIIIe siècle commence peut-être à s’estomper, le pèlerinage aux Lieux saints de l’église d’Amiens est d’abord une manière de faire son salut, préparer sa mort et attendre la Parousie – c’est au moins l’image qu’il a voulu laisser de lui-même : durant sa route, il médite en lui-même "sur le grand nombre de morts qui doit ressusciter au dernier jour et comme moi-même je verrais mon Dieu"110. Et lorsqu’il s’amuse à rédiger les médiocres vers d’un "rondeau sur la mort de Pierre Bernard", ce n’est pas pure plaisanterie :

  • 111 BM Amiens ms 843, p. 185.

"BERNARD est mort, dira-t-on quelque jour
Comme on l’a dit des autres tour à tour [...]
Ne pouvant donc trouver aucun détour
Pour éviter de mourir à mon tour,
Soir et matin pendant toute l’année,
Je dois prévoir cette heure inopinée
Puisqu’on dira peut-être au premier jour
BERNARD est mort."111

Notes

1 Bibliothèque municipale d’Amiens, mss. 842 à 846. Le scripteur ne s’est pas contenté de présenter les pages de titre de chaque volume comme s’il s’agissait de volumes imprimés. Il a poussé l’imitation jusqu’à inscrire, toutes les douze pages, des signatures de cahier : Al, B1, Cl etc. Dans les pages qui suivent, nous avons systématiquement modernisé l’orthographe de Pierre Bernard, sans tenir compte de ce qui serait aujourd’hui considéré comme des "fautes".

2 B.M. Amiens, ms 842 et 843, "Manuscrit sur les Antiquitéz de la ville d’Amiens contenant ce qu’il y a de plus curieux en son enceinte en fait d’histoire tant sacrée que civile. Orné de passages de la Ste Ecriture et mis en ordre par ***", tomes I et II. Une suscription postérieure nous apprend que ces manuscrits appartiennent à Jacques Firmin Gellée, marchand épicier rue et chaussée St Leu à Amiens.

3 B.M. Amiens, ms 844, "Histoire des Antiquités de l’Evêchez d’Amiens. Des droits des Anciens Evêques de cette ville, des Cérémonies observées à leur entrée, avec une suite des Evêques depuis St Firmin martyr jusqu’à aujourd’hui...”

4 B.M. Amiens, ms 845.

5 B.M. Amiens, ms 846, "Histoire de la Sainte Croix de Notre Seigneur Jésus Christ Particulièrement du Crucifix miraculeux de St Honoré vulgairement S. Sauve Donné dans le VIIe siècle par S. Salve à l’église S. Pierre S. Paul, aujourd’huy S. Firmin le Confesseur de la ville d’Amiens Comme aussi l’histoire de l’Image miraculeuse de Notre Dame de Foy révérée dans l’Eglise des RRPP Augustins de cette ville Puis le traité historique du Chef de S. Jean Baptiste conservé en la Cathédrale. Enfin le Précis de la vie des SS Patrons titulaires du Diocèse d’Amiens Suivie des Annales de cette Ville depuis l’an 696 de la Fondation de Rome jusqu’à aujourd’huy mis en ordre par *** tom. V".

6 B.M. Amiens, ms 792.

7 B.M. Amiens, ms 842, "Avertissement", non paginé (fol. 2 v°-3).

8 Pierre Bernard cite précisément les sources auxquelles il a puisé : plans, cartes, manuscrits, livres imprimés.

9 B.M. Amiens, ms 844, p. 163 et 182.

10 B.M. Amiens, ms 843, p. 301.

11 B.M. Amiens, ms 844, p. 163. De même l’auteur fait l’éloge du doyen du chapitre, Adrien Antoine de Lestoque qui, écrit-il, "se fait actuellement aimer tant par son chapitre que par tous les gens de bien, à cause de sa douceur, de son humeur affable ainsi que de sa régularité à remplir les devoirs de sa charge.", ibid., p. 179.

12 D’une part, le chapitre cathédral a procédé dans les années 1775-1777 à un inventaire systématique de ses titres et chartes, Archives départementales de la Somme, G 3038 à 3044 ; d’autre part toute une série de documents historiques "provenant du chanoine François Villeman et autres" marque l’intérêt du chapitre pour sa propre histoire, ibid., G 3010 à 3032.

13 Bibliothèque de la Société des antiquaires de Picardie (désormais BSAP), ms CB8. Le manuscrit a été acheté en 1910 à la vente de M. Dubois. Une copie de ce manuscrit, établie à la fin du XVIIIe siècle est conservée à la bibliothèque municipale d’Amiens, ms 909. Ce dernier manuscrit comporte également la copie d’une "Description de la ville d’Amiens en forme de placet au roi", écrite en vers "Par Pierre Bernard 6 octobre 1764". Il s’agit d’un poème en 106 strophes ou "articles" d’octosyllabes.

14 Il n’y a en réalité que onze récits, puisque le récit du pèlerinage à la Sainte Larme à l’abbaye Saint Pierre-lès Selincourt mentionne une double visite à ce sanctuaire les 1er mai et 29 septembre 1740. Il y avait originellement un plus grand nombre de récits puisque l’un des possesseurs a pris soin de paginer le manuscrit en ajoutant : "J’ai possédé ce livre au complet. Je l’ai prêté de confiance. On eut l’infamie de me soustraire les pèlerinages d’Alberte et autres et c’est ce motif qui m’a fait dénombrer les feuillets ci-dessous.”

15 BSAP, ms CB8, f° 36 v°-37 : Pierre Bernard dit un De Profundis pour le repos de l’âme de son père dans la chapelle Notre Dame des Vertus.

16 A.M. Amiens GG 62, f° 7. Les deux fils, Pierre et Jean-Baptiste signent le registre. Firmin Bernard est dit avoir à sa mort 73 ans. Sur la manufacture d’Amiens, cf. P. DEYON, Amiens, capitale provinciale. Etude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris, La Haye-Mouton, 1967.

17 Ibid., GG 56. Firmin Bernard signe l’acte de son mariage. La naissance de Léonor, "fils illégitime de Marie-Jeanne de La Cressonnière qu’elle déclare être des œuvres de Firmin Bernard, maître houppier, présent audit baptême et consentant à la susdite déclaration date du 3 janvier précédent.

18 Ibid., GG 57, baptême en date du 29 juillet 1717. Auparavant sont nés, outre Léonor, Marie Marguerite, baptisée le 25 avril 1715, Jean-Baptiste, baptisé le 16 mai 1716. Suivront Marie Marguerite, née le 21 décembre 1718, Nicolas Firmin, né le 1er septembre 1722, Firmin, né le 13 janvier 1725.

19 A.D. Somme, C1114, p. 404, cote 4061. L’école de la charité de la rue du Jardinet figure à la cote 4123.

20 A.M. Amiens, GG 751 à 753.

21 Cf. A. LABARRE, "Les maîtres écrivains. Contribution à l’histoire de l’enseignement à Amiens, du XVe au XVIIIe siècle", Bulletin trimestriel de la Société des Antiquaires de Picardie, t. 58,1979, pp. 37- 54. Sur l’enseignement primaire à Amiens, on peut se reporter à H. CHISICK, "L’éducation élémentaire dans un contexte urbain sous l’Ancien Régime. Amiens aux xviie et xviiie siècles", Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie, t. 58, 1980, pp. 319-378, et t. 59,1981, pp. 11-40.

22 Pierre Bernard ne figure ni dans F. I. DARSY, Le clergé de l’église d’Amiens en 1789, Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. XIII, Amiens, 1892, ni dans M. DESTOMBE, Le clergé du diocèse d’Amiens et le serment de la Constitution civile du clergé, 1790-1791, Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. LII, Amiens, 1971.

23 BSAP, ms n° CB 8, f° 40, pèlerinage du 8 septembre 1738 à Notre Dame des Vertus. Lors de son baptême le 29 juillet 1717, son parrain, Pierre Lefebvre, ne fait mention d’aucune qualité cléricale.

24 Ibid., f° 45 v°, pèlerinage du 1er mai 1740 à la Sainte Larme de Selincourt. Pierre Bernard, à cette occasion, sert la messe du prieur de Boisrault.

25 Déclaration du décès (survenu la veille), sur les registres de décès du 1er arrondissement d’Amiens ("Saint-Firmin pour l’extérieur"), A.M. Amiens, E2 531, f° 21 v°. Pierre Bernard est dit alors âgé de 80 ans.

26 BSAP, ms n° CB8, f° 64-67, pèlerinage qui a lieu les 9 et 10 août 1749.

27 Ibid., f° 34. C’est la réponse qu’il fait à un religieux bénédictin qui, le voyant en prière dans l’église de l’abbaye de Saint-Fuscien, lui demande s’il ne veut pas "servir dans cette abbaye". Lorsqu’il parle au tome IV de son grand œuvre de l’hôpital Saint Julien d’Amiens, Pierre Bernard conclut sa notice : "Je connais cette maison pour l’avoir fréquentée 37 ans. Dieu la conserve", BM Amiens, ms n° 845, p. 112.

28 Ibid., f° 20.

29 Ibid., ffos 68-71

30 Ibid., ffos 72-79.

31 Ibid., ff0S 23-35.

32 Ibid., ffoS 36-40.

33 Ibid., ffos 61-63. Il y a discordance entre la date où Pierre Bernard situe son pèlerinage "en un dimanche premier jour de septembre 1749" (f° 61), et la date où il dit avoir écrit son récit, "écrit par Pierre Bernard, le 3 septembre 1748 (f° 63 v°). Il faut retenir 1749, le 1er septembre de cette année là étant un dimanche.

34 Ibid., ffos 80-87. Le pèlerinage est effectué le 23 septembre 1764.

35 Ibid., ffos 58-60.

36 Ibid., f° 66 v°.

37 Ibid., f° 45. L’année 1740, Pierre Bernard a fait deux fois le pèlerinage à l’abbaye de Selincourt : la première fois du 1er au 4 mai, la seconde, le 29 septembre et les jours suivants. Les deux fois, il a été logé par l’abbé Josse, prieur de Boisrault, "traité et reçu de la manière la plus honorable”. A noter que Selincourt conserve dans sa toponymie le souvenir du pèlerinage : il y existe au nord un bois de Ste Larme et au sud une ferme de Sainte Larme.

38 Ibid., f° 50 v° : "Vous voyez, lecteurs, que j’ai assez bien marché, puisque j’étais à Pas, avant deux heures”.

39 Ibid., f° 51. A deux lieues d’Arras, alors qu’il aperçoit les clochers de la ville, Pierre Bernard se reconnaît "très fatigué" : "Tantôt je tombais dans le découragement par la perte de vue que je faisais trop souvent de la ville d’Arras ; mais à mesure que je l’apercevais, je disais en moi-même, courage, Bernard, si le chemin te fatigue, tu ne seras pas longtemps à voir le saint Calvaire tant désiré."

40 Ibid., f° 53. Le lit est "assez bon [...], dans lequel je laissai toutes mes peines, lassitudes et fatigues, par le moyen d’un doux et sain repos.”

41 II y a discordance entre la date où Pierre Bernard fixe son voyage, 23 août 1740 (f° 50), et la date marquée pour l’écriture du récit (30 août 1741 (f° 57 v°). Pierre Bernard étant dans l’habitude de rédiger ses récits immédiatement après son retour, l’une des deux dates est erronée. Nous opterions volontiers pour 1741, Pierre Bernard ayant accompli deux pèlerinages en 1740.

42 Sur douze pèlerinages accomplis, sept d’entre eux se déroulent un dimanche ; il est probable que l’Annonciation (25 mars), la Nativité de la Vierge (8 septembre), la Saint Barthélemy (24 août), la Saint Michel (29 septembre) sont aussi fériés. On peut enfin présumer ainsi que la fin de septembre est une période de vacances.

43 Ibid., f° 36. Scénario exactement identique le 27 juin 1734 pour le pèlerinage à Camon, Pierre Bernard affirmant s’être levé "de grand matin", f° 23.

44 Ibid., ffoS42v° et 61.

45 Ibid., f° 62.

46 Ibid., f° 63 v°.

47 Ibid., f° 51 v°.

48 Ibid., f° 43 r°v°. Mollians le Vidame est à 55 mètres d’altitude et la route que prend Pierre Bernard vers Camps en Amiénois monte à 120 mètres d’altitude.

49 Ibid., f° 60 v°.

50 Ibid., f° 35 v°.

51 Ibid., f° 53.

52 Ibid., f° 45.

53 Ibid., f° 57 v° à Rainneville, au retour d’Arras, "n’étant plus en puissance de faire plus grande chère”, et fol. 59 v° à Longueau "comme ce village était le seul que je devais rencontrer jusqu’à St Ouen", c’est-à-dire l’église paroissiale de Demuin.

54 Ibid., f° 60.

55 Ibid., f° 50 v° ; à Conti, Pierre Bernard prend sa "réfection" avec la confrérie de St Antoine "dans un des cabarets du lieu, où nous bûmes un pot de bière en mangeant un morceau (f° 67).

56 Ibid., f° 28. Halte similaire à la fontaine située au milieu du bourg de Conti, "dont les eaux nous ravirent par leur pureté et leur doux ramage" (f° 66). Lorsqu’il boit à la fontaine de Belissent, située près de la porte du cours de la Hotoie, Pierre Bernard entonne le psaume "Quemadmodum desiderat cervus ad fontes aquarum".

57 Ibid., f° 26. Nous avons un autre exemple de la sensibilité de Pierre Bernard aux sons : l’attention qu’il porte au carillon de l’abbaye St Vaast d’Arras, "remarquable par les différents airs qu’il joue d’une manière également juste et agréable" (f° 56).

58 Ibid., f° 69 v°.

59 Ainsi à Arras où Pierre Bernard visite en détail la citadelle et l’ensemble de la ville, Ibid., f° 53 v°-
56 v° ou à Corbie, ms. BM Amiens, n° 909, f° 33 (le ms de la BSAP est incomplet pour ce dernier pèlerinage). Lorsqu’il va honorer Saint Sulpice à Breilly, Pierre Bernard déclare le faire "tant par promenade que par dévotion". En raison des limites imparties à cet article, nous ne parlerons pas ici de la "curiosité" que manifeste Pierre Bernard pour les monuments qu’il visite.

60 BSAP ms CB8, f° 57.

61 Ibid., f° 60 v°. Lors du pèlerinage à Corbie, le 23 septembre 1764, la pluie le prend à Rivery (banlieue d’Amiens), et ne le quitte qu’à Corbie (f° 81 v°).

62 Ibid., f° 21.

63 Ibid., f° 23. Prières similaires : ff° 36, 50, 58 ("Je priai Dieu, la Ste Vierge et mon bon ange gardien de m’accompagner durant ce petit pèlerinage, et de me préserver de tout accident fâcheux particulièrement de mort subite, comme il était arrivé à tant de personnes en pareilles occasions"), 80.

64 Ibid., f° 67. Prières similaires ffos 40 v°, 57 v°, 79 v° ; BM Amiens, ms 909, f° 33. Le village du Petit Saint Jean est à trois kilomètres et demi de la cathédrale d’Amiens.

65 Ibid., f° 22 v°, 36 (psaume 116, verset 15 : pretiosa in conspectu Domini mors sanctorum ejus), 46 v° (prière de demande de miséricorde), 57 v° (paraphrase de la 2e épître de Saint Pierre chapitre 1 verset 17), 60 v° (prière liturgique pro fratribus nostris absentibus), 63 v° (litanie des saints), 71 v° ; BM Amiens, ms 909, f° 33 (psaume 149, verset 5).

66 Ibid., f° 23 v°, 24, 26, 36 v°, 58 v°, 59, 66, 68, 73, 77.

67 Ibid., f° 59 : agenouillé devant la Croix des Martyrs, Pierre Bernard récite une prière qui demande que les mérites de l’agonie du Christ facilitent l’entrée de son âme au Paradis lorsque celle-ci "sera sur le point de franchir le pas dangereux qui doit” la conduire à son éternité.

68 Ibid., f° 47-49 v°. Pierre Bernard recopie ici des passages entiers d’une lettre pastorale de l’évêque d’Arras, en date du 26 avril 1738 à laquelle il fait d’ailleurs référence. Il renvoie son lecteur à celle-ci et au "procès-verbal qui fut fait à ce sujet". Le pèlerinage de Pierre Bernard se déroule les 23 et 24 août 1740.

69 Ibid., f° 51 v°-52 v°. La prière est très certainement empruntée à un recueil contemporain.

70 Ibid., f° 44.

71 Ibid., f° 37. Il récite à cette occasion la prière Languentibus in Purgatorio, f° 38.

72 Ibid., f° 37-39. A noter, au titre de la piété mariale, qu’à l’aller comme au retour du pèlerinage à la Sainte Larme de Selincourt, Pierre Bernard s’arrête à la "dévote chapelle" de Notre Dame de Bovelles, située dans le cimetière de ce village (ffos 43 et 46).

73 Ibid., ff° 26 v° (prière à l’église de Fouencamps dédiée à St Pierre), 62 v° (village de Montières, église dédiée à St Pierre), 74, 75, 81 (église St Pierre du faubourg St Pierre) ; BM Amiens, ms 909, f° 33 (prière à St Pierre dans l’église St Firmin le Confesseur qui était autrefois dédiée à St Pierre et St Paul).

74 BSAP, ms n° CB8, f° 33.

75 Ibid., f° 28. Pierre Bernard note aussi que le chemin qui va à l’église de Saint-Acheul est dénommé "la voie sainte" : "à cause qu’anciennement on enterrait les morts sur ce chemin, on présume que parmi les corps des idolâtres, on y enterrait aussi les corps des martyrs qu’on regardait alors comme rebelles aux lois des empereurs qui les faisaient mourir avec les ennemis de leurs fausses divinités" (f° 24). Même remarque f° 59.

76 Lorsqu’il se rend à la chapelle Notre Dame des Vertus, Pierre Bernard récite "les litanies de la Sainte Vierge et autres cantiques en son honneur, et cela durant toute ma route" (f° 36 v°).

77 Ibid., ff°26 v° et 69 v°.

78 Ibid., ff° 27 v°-28 v°.

79 Ibid., f° 37.

80 Ibid., f° 66. Cf. le texte cité plus haut à propos du Calvaire d’Arras.

81 Ibid., f° 44.

82 Ibid., f° 44 v°.

83 Ibid., f° 31. De la même façon, il a les larmes aux yeux devant le Calvaire d’Arras, f° 52.

84 Ibid., f° 19 v°.

85 Ibid., f° 15 v° 19. Il s’agit du chapitre X, § 1, des Instructions générales en forme de catéchisme... imprimées par ordre de Messire Charles-Joachim Colbert, Paris, 1702, p. 573-575.

86 Ibid., f° 4.

87 Ibid., f° 11 v°.

88 Ibid., f° 15 v°.

89 Ibid., f° 19. Il parle ici du pèlerinage au Saint Calvaire d’Arras. Pour les pèlerinages mariaux, ils se font "pour le salut des vivants et des morts et pour obtenir de la Sainte Vierge les grâces dont nous avons besoin" (f° 19 v°).

90 Ibid., f° 44.

91 Ibid., f° 33 v°.

92 Ibid., f° 67.

93 Ibid., ffos 84 v°, 87 v°. Guillaume Manier, pèlerin picard qui va en 1726 à Saint Jacques de Compostelle recopie dans son récit de pelerinage l’inventaire des reliques de la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle. Le plus souvent ces inventaires étaient imprimés sous forme de placards. Cf. E. DE BONNAULT D’HOUET (éd.). Pèlerinage d’un paysan picard à Saint Jacques de Compostelle au commencement du XVIIIe siècle, Montdidier, 1890, p. 89, 94.

94 Ibid., f° 74 v°.

95 Ibid., f° 70.

96 Ibid., f° 30. (Chapelle Saint-Domice où l’on va également "en concours de dévotion et en pèlerinage le 23 octobre) ; f° 43 : Pierre Bernard, sur la route de Selincourt découvre le 1er mai 1740 en l’église de Molliens "un grand concours de peuple qui y venait en dévotion."

97 Ibid., f° 50 ; peu après le miracle survenu à Isabelle Le Grand, l’évêque avait ordonné que, le 3 mai 1738, il y aurait exposition du St Sacrement, Salut, Te Deum et bénédiction du St Sacrement "auxquelles cérémonies assista un grand concours du peuple” (f° 49 v°). Pierre Bernard visite également à Arras la chapelle de la Sainte Cnadelle (f° 56), relique "qui n’est plus montrée qu’en certains jours de l’année".

98 Ibid., ff° 41 v°-42, 46 v°.

99 Ibid., f° 20.

100 Ibid., f° 40. La fête de Saint Cyr et Sainte Juliette est le 16 juin.

101 Ibid., f° 25 v°.

102 Ibid., f° 21 v°.

103 Cf. sur ce point J. GELIS, L’arbre et le fruit. La naissance dans l’Occident moderne, XVIe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 1984, pp. 458-479.

104 Ibid., f° 21.

105 Ibid., f° 79.

106 Ibid., f° 64 v°-65.

107 Ibid., ff° 70 v°-71.

108 Ibid., f° 36 v°.

109 Ibid., f° 63 v°.

110 Ibid., f° 77 (il vient de visiter les charniers où l’on inhumait les pestiférés).

111 BM Amiens ms 843, p. 185.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search