Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

Les influences religieuses sur l’éducation sentimentale des jeunes filles dans la première moitié du XIXe siècle (France et pays anglo-saxons ou germaniques)

Gabrielle Houbre

Texte intégral

  • 1 Henri HEINE, De la France, Paris, Lévy, 1860, p. 261.

1"Chez nous, en Allemagne comme en Angleterre et dans les autres pays germaniques, on accorde aux jeunes filles toute la liberté possible, tandis que les femmes mariées entrent sous la dépendance la plus absolue et sous la surveillance la plus sévère de leurs maris. En France, c’est (...) le contraire qui arrive : les jeunes filles demeurent dans une retenue claustrale jusqu’à ce qu’elles se marient"1.

2Observateur attentif des règles qui ordonnaient la société aristocratique et bourgeoise de la capitale française, dans laquelle il séjournait en 1831, Henri Heine ne manqua pas de relever le singulier contraste qui existait entre le statut social, étroit et contraint, réservé à la jeune fille et celui, sensiblement plus indulgent, concédé à la femme mariée. Cette différenciation semblait le heurter non pas tant par ce qu’elle supposait de diversité et d’inégalité dans la condition féminine au sein de mêmes groupes sociaux, mais plutôt parce qu’elle inversait exactement le schéma relationnel masculin/féminin en place dans son propre pays comme dans les autres pays germaniques ou anglo-saxons, et tout entier articulé autour de la situation de la femme (et non pas de l’homme) par rapport à l’état conjugal.

3Le cadre limité de cet article imposant un objet d’études précis, nous nous intéresserons principalement aux jeunes filles et aux rapports qu’elles entretiennent avec l’autre sexe au moment où se pose véritablement la question du mariage. En cherchant à établir d’abord ce que l’assertion d’Heine, selon laquelle les jeunes filles des pays germaniques et anglo-saxons bénéficient de "toute la liberté possible", recouvre vraiment, et en s’attachant à déterminer ensuite si la forte tradition protestante commune à ces pays participe – et de quelle façon – à l’élaboration d’un modèle éducatif spécifique, différent de celui, majoritairement catholique, des jeunes françaises.

L’émancipation des jeunes filles des pays anglo-saxons et germaniques

  • 2 Cf. par exemple les écrits à caractère autobiographique du comte Albert de LEZAY-MARNESIA (Mes souv (...)
  • 3 Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., p. 178.
  • 4 L’amour, le matérialiste, le spiritualiste, le complet et divin, op. cit., p. 31.

4Les natifs de pays anglo-saxons ou germaniques de passage à Paris ou au contraire les Français en voyage dans l’un de ces pays, s’accordent, avant ou après Heine, à souligner la grande latitude laissée à la jeune Hollandaise, Allemande, Anglaise ou Américaine par rapport à la jeune Française2. La comtesse Dash note ainsi qu’en Angleterre la jeune fille jusqu’à son mariage "n’appartient qu’à elle-même"3 tandis qu’Olympe Audouard remarquait de son côté qu’"en Angleterre, en Amérique, en Allemagne [les filles sont] libres par de sages usages"4.

  • 5 Fonds Cordey, op. cit., lettres à sa mère du 24 mai et du 15 juin 1849 : ’Melle Semenann [?] n’étai (...)
  • 6 "Elles se marient par amour", stipule Olympe AUDOUARD dans L’amour..., op. cit., p. 31, alors que T (...)
  • 7 Le Flâneur. Cicérone des étrangers à Paris. Journal non politique, 1837 (4e année), n° 31, article (...)
  • 8 H. TAINE, Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 104 ; comtesse DASH, Comment on fait son chemin dans (...)

5Chaque observateur des mœurs anglo-saxonnes ou germaniques se plaît à lier directement cette liberté, ou cette "indépendance" que le pasteur Charles Cordey avait pu relever chez une jeune Hollandaise d’origine suisse, célibataire, et voyageant néanmoins seule en France5, à la possibilité pour les jeunes filles de prendre largement part à leur éducation sentimentale, mariage compris, ce qui était refusé aux jeunes Françaises. Ainsi les jeunes Anglo-saxonnes sont-elles présentées avec la volonté affichée d’associer effectivement sentiment amoureux et mariage6. Elles sont d’ailleurs aidées dans cette démarche par l’accord explicite des milieux bourgeois ou aristocratiques dont elles sont issues. De fait, elles ont le loisir d’entamer un véritable dialogue amoureux avec le partenaire masculin – le "sweet heart" comme le définit en 1837 le journal Le Flâneur7 – qui leur est agréable, libre à elles ou à ce dernier de développer ce dialogue ou d’y mettre fin. Il s’agit dès lors d’une véritable éducation sentimentale menée parallèlement et de façon assez égalitaire par les deux sexes : chacun semble pouvoir accéder véritablement à la connaissance de l’autre. "[Les jeunes gens] peuvent donc s’étudier et se connaître autant qu’il leur plaît", "On apprend à se connaître, on essaie ses goûts, son caractère mutuel, et si l’on se convient, on se prend", constatèrent pareillement Taine et la comtesse Dash à propos de la jeunesse anglaise8, la comtesse ajoutant que "ces romans-là éclosent en plein soleil, sans la moindre difficulté, sans la préparation ordinaire des fiançailles".

  • 9 H. HEINE, De la France, op. cit., p. 261. Mme TROLLOPE, Paris et les parisiens en 1835, op. cit., p (...)

6On est là loin des usages français qui confinent les jeunes filles de la société dans un rôle composé et compassé, en ne leur laissant que peu de possibilités d’initiatives face à l’autre sexe. Heine avait remarqué cette situation en s’étonnant, comme le fera également Mme Trollope quelques années plus tard, de voir le dialogue amoureux s’ébaucher systématiquement avec les femmes déjà mariées : "Dans le monde, c’est-à-dire dans le salon, [les jeunes filles] restent assises en silence et l’on s’en occupe fort peu, car il est de mauvais ton et maladroit de faire la cour à une demoiselle. Voilà la différence essentielle. Nous autres allemands, comme nos voisins germaniques, surtout les anglais, nous offrons notre hommage à la jeune personne non mariée (...). Chez les français au contraire, c’est la femme mariée qui est l’objet d’amour dans la vie réelle comme dans l’art"9.

  • 10 Mes souvenirs, op. cit., p. 55.

7Dans les pays de tradition protestante, la bienveillante discrétion des familles des jeunes gens, et plus globalement celle de la société, permettent à l’idylle de se dérouler dans des limites conventionnelles rapportées par le comte de Lezay-Marnésia lorsqu’il fait mention, dans ses Souvenirs, de sa propre liaison sentimentale avec une jeune Hollandaise d’Amsterdam, dans les dernières années du XVIIIe siècle : "L’usage en Hollande permet aux jeunes hommes et aux jeunes filles de s’aimer, de se le dire, de se le témoigner en toute liberté. Une fois que le jeune homme a fait la déclaration de ses sentiments et qu’ils sont agréés, ils peuvent se voir, se fréquenter, même sans témoins, même hors de la présence des parents de la jeune fille, sans que ceux-ci s’en inquiètent, sans que la susceptibilité publique en soit offensée. Un sentiment général de moralité ne permet pas de supposer d’autres intentions aux assiduités du jeune homme que celle d’obtenir la main de la jeune fille"10.

  • 11 Cf. à ce sujet Yvonne KNIEBIEHLER, "Corps et cœurs", Histoire des femmes en Occident, direction G. (...)
  • 12 Cf. par exemple H. TAINE, Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 104 ou la comtesse DASH, Comment on (...)
  • 13 Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 105.

8Un véritable espace d’intimité est donc concédé aux jeunes gens, même si son horizon reste expressément et publiquement le mariage. Par ailleurs la reconnaissance du sentiment amoureux en lui-même comme celle de sa possible traduction par un comportement privé spécifique – pouvant aller jusqu’aux baisers et caresses11 – a de quoi surprendre les observateurs français. Habitués à ne voir évoluer leurs jeunes compatriotes que sous l’étroite surveillance d’un chaperon, surtout lors de rencontres avec des hommes, ils sont d’autant plus sensibles au caractère confidentiel qui s’attache aux entrevues en tête-à-tête des jeunes gens, ainsi qu’à la placidité avec laquelle ces dernières sont acceptées par tous12. Un autre sujet d’étonnement pour eux réside dans l’attitude que les deux partenaires ont l’un pour l’autre. Durant l’idylle, la jeune fille, en partie affranchie de la tutelle parentale, est en effet en mesure de mettre en évidence une véritable identité personnelle que le jeune homme reconnaît explicitement quand advient l’instant solennel de la demande en mariage. C’est alors tout naturellement à sa compagne qu’il l’adresse d’abord, avant de se retourner ensuite vers les parents de cette dernière, procédé qui, commente Taine, est "le contraire des mœurs françaises, où l’homme se croirait indélicat s’il disait un seul mot net ou vague à la jeune fille avant d’avoir parlé aux parents"13.

  • 14 Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., pp. 179-180.
  • 15 Cf. par exemple la comtesse DASH, Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., pp. 179-180, (...)
  • 16 Cf. H. HEINE, De la France, op. cit., p. 260.
  • 17 Mes souvenirs, op. cit., p. 57. Cf. également l’intervention temporaire des parents d’Elise du Ples (...)

9Cette autonomie laissée à la jeune fille dans la recherche de son futur époux autorise les "essais", peut éventuellement se compliquer "d’incidents prolongés" – pour reprendre les périphrases de la comtesse Dash14 – sans que la situation atteigne au drame qu’une jeune fille de bonne famille, séduite et enceinte, provoquerait immanquablement en France. Les anglo-saxons portent un regard plus indulgent sur les "erreurs" de jeunesse des miss que sur les liaisons adultères des ladies qui cristallisent la vindicte sociale15. Là encore, le rapport jeune fille/femme mariée est inversé en regard de la France, où il est bien connu que la vie amoureuse de la femme débute véritablement après son mariage et souvent sans son époux, et que l’opinion tolère beaucoup quand la discrétion est de mise16. Il ne faut cependant pas exagérer la latitude de la jeune fille dans le domaine des amours prénuptiales : les parents pour conciliants qu’ils peuvent se montrer, savent aussi prendre des mesures contraignantes quand l’idylle vécue par leur fille contrarie trop leur sens des convenances ou leur stratégie matrimoniale. Dans ce cas, la soumission du jeune couple est de mise : "La fréquence et l’intimité de mes relations amoureuses avaient donné de l’ombrage au père de la jeune personne, objet de mes empressements" expliquait ainsi Lezay-Marnésia qui, en raison de la fragilité de sa position sociale, ne put demander la main de la jeune fille ; la réaction de la famille fut alors immédiate : "La jeune fille fut plus étroitement surveillée, resserrée : il lui fut enjoint de cesser avec moi tout rapport, de se soustraire à ma vue, et d’exiger, dans l’intérêt de son repos, que je m’éloignasse. Il fallut me résigner à ce cruel effort et j’obéis"17.

  • 18 Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., p. 182.
  • 19 North-America, op. cit., p. 347. Sur son féminisme, cf. Francis RONSIN, Les Divorciaires. Affrontem (...)

10Si, réfléchissant aux deux principes éducatifs proposés par l’Angleterre – l’émancipation – et la France – la sujétion –, la comtesse Dash, se montre d’un progressisme prudent voire timoré en préconisant la pratique du juste milieu – "pas trop de libertés, pas de retenue ridicule"18 –, Olympe Audouard, qui s’illustra particulièrement dans la lutte pour le rétablissement du divorce, fait un éloge résolu du modèle anglo-saxon plus proche des aspirations féministes : "Je trouve, dans le sentiment qui porte les Anglais et les Américains, comme aussi les Allemands, à confier à la jeune fille elle-même son honneur à garder, quelque chose de digne et d’élevé ; c’est la marque du plus grand respect qu’on puisse accorder à la femme"19.

Des choix éducatifs divergents : jeune fille avertie contre oie blanche, mixité contre séparation des sexes

  • 20 Françoise MAYEUR note d’ailleurs que c’est en réaction à la Réforme, que la Contre-Réforme catholiq (...)

11La place et la fonction assignées au système éducatif sont bien sûr un critère essentiel pour tenter de comprendre le degré d’émancipation de la jeune fille et le naturel qui préside, avant tout projet sérieux de mariage, aux relations sentimentales entre jeunes gens des pays anglo-saxons et germaniques20.

  • 21 De la démocratie en Amérique, op. cit., pp. 170-172, Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 108, Nort (...)
  • 22 De la démocratie en Amérique, op. cit., p. 170.

12La cohérence d’une instruction solide et diversifiée, développant des qualités de réflexion et d’intelligence, est certes notée par Tocqueville aussi bien que par Taine ou Olympe Audouard21 comme un facteur positif dans l’élaboration judicieuse de la personnalité féminine. Mais ce qui retient davantage l’attention des observateurs français est l’autre dimension de l’éducation, "morale" peut-on dire. Ils s’attardent à commenter le choix des sociétés protestantes qui laissent leurs enfants, filles aussi bien que garçons, accéder à la pleine connaissance de la vie, y compris dans ses aspects les plus "redoutables". "N’ayant ni la possibilité ni le désir de maintenir la jeune fille dans une perpétuelle et complète ignorance, [les Américains] se sont hâtés de lui donner une connaissance précoce de toutes choses. Loin de lui cacher les corruptions du monde, ils ont voulu qu’elle les vît d’abord et qu’elle s’exerçât d’elle-même à les fuir, et ils ont mieux aimé garantir son honnêteté que de trop respecter son innocence", relève ainsi Tocqueville au cours des pages qu’il consacra à la jeune fille et à la femme américaine lors de son périple aux Etats-Unis (avril 1831-février 1832)22.

  • 23 Cf. par ex. O. AUDOUARD, North-America, op. cit., p. 346.
  • 24 Le problème est posé dans un livre traduit de l’anglais en 1847, La mission des femmes, par Melle R (...)
  • 25 Comment on fait son chemin dans la monde, op. cit., p. 183.

13Dans cette présentation des pratiques sociales et a-sociales et cette volonté de "transparence", la mère joue un rôle actif en favorisant un dialogue ouvert avec sa fille. Elle accepte ses interrogations, voire les devance, fournit les réponses les plus franches et sait s’effacer ensuite dès que sa fille, avertie des "dangers" encourus, manifeste des velléités d’autonomie. C’est du moins le portrait, trop idéalisé sans doute, qui ressort de certains écrits sur les pays anglo-saxons23. Même nuancé il nous éloigne singulièrement du modèle français de l’oie blanche, où la mère est exhortée à préserver ses enfants de tout ce qui, matériellement ou symboliquement, peut s’apparenter à une "souillure". Au fil du XIXe siècle les revendications féminines et féministes se sont d’ailleurs faites plus pressantes quant à la redéfinition du rôle maternel, en particulier dans cette tâche de transmission du "savoir" qui incombait à chaque mère à l’égard de sa fille24. La comtesse Dash elle-même se présentait en apôtre de cette évolution : "Je voudrais qu’à dix-sept ans une jeune fille, qui entre dans le monde, fût instruite par sa mère elle-même, de ce qu’elle doit désirer savoir" ; il est vrai qu’elle craignait avant tout que la jeune fille ne se tournât vers deux autres sources potentielles de savoir, également rejetées comme néfastes par la société de la monarchie censitaire et du Second Empire, les amies intimes et les romans : "En éclairant la route, en lui signalant les périls, en lui montrant le moyen de les éviter ; la curiosité s’émousse, elle ne songe plus à trouver ailleurs ce que lui a offert une tendresse éclairée..."25.

  • 26 Jules SALLES (né en 1814), Mémoires d’un vieil artiste, Nîmes, Lavagne-Peyrot, 1896, p. 2.
  • 27 Gabrielle HOUBRE, L’éducation sentimentale des jeunes filles et des jeunes garçons dans la bourgeoi (...)

14Une autre différence intervient dans les principes éducatifs entre la plupart des pays à forte tradition protestante et les pays où le catholicisme domine. Pour les premiers, la mixité est en effet volontiers de mise entre les filles et les garçons, dans les pratiques sociales sinon dans les établissements d’éducation ou d’enseignement secondaire – ces derniers ne prenant véritablement leur essor pour les filles que dans la seconde moitié du siècle –. Au contraire, une rigoureuse séparation des sexes est opérée dans les seconds à toutes les étapes de l’éducation. Les conséquences sur la teneur des relations s’établissant entre les deux sexes sont bien entendu fondamentales et considérables. Jules Salles, fils d’un commerçant nîmois de confession évangélique, fut par exemple placé en 1826 dans un pensionnat suisse. Or le même établissement accueillait également dans ses bâtiments un pensionnat de jeunes filles. Ces dernières faisaient table commune avec les garçons et passaient une partie de leurs soirées en leur compagnie. Cette mixité imposée, au début de l’adolescence, les "ennuyait passablement" confessait Jules Salles, lequel reconnaissait cependant "un bon côté à cette cohabitation, c’était de nous habituer un peu à la société des dames, au milieu de laquelle je me suis senti mieux à l’aise quand l’âge a été venu de m’y présenter"26. Or cette relative familiarité des deux sexes habitués à se côtoyer, fait cruellement défaut aux jeunes Français lorsqu’ils se retrouvent après un long temps de séparation dû à une adolescence passée au couvent, dans un pensionnat, ou directement sous la tutelle maternelle pour les unes, dans un collège pour les autres. Les retrouvailles sont alors bien souvent synonymes de moments d’angoisse et de désillusion. Angoisse à l’idée d’affronter un sexe que l’on perçoit comme inconnu. Désillusion d’un imaginaire adolescent – particulièrement exacerbé à l’époque du romantisme mais aussi de la contrainte des corps- qui voit se briser ses plus audacieuses et raffinées constructions chimériques sur la platitude maladroite des paroles et des attitudes de l’autre sexe lors de l’entrée dans le monde, étape sociale initiatique mettant fin à la séparation organisée des sexes27.

  • 28 Notes sur l’Angleterre, op. cit., pp. 107-108.
  • 29 North-America, op. cit., p. 357. Voir par exemple les témoignages de Marie d’AGOULT, Mes souvenirs  (...)

15Les jeunes Anglo-saxons sont moins exposés à de pareilles mésaventures. Taine note que les jeunes Anglaises sont moins "accessibles à l’illusion, au rêve enthousiaste, parce qu’elles ont fréquenté les jeunes gens et pratiqué un peu le monde"28. Olympe Audouard, quant à elle, donne un autre motif pouvant expliquer la relative sérénité des jeunes Américaines : "elle ne s’attend pas à trouver en lui [son éventuel mari] un demi-dieu, un être parfait, un preux chevalier ou un esclave toujours soumis et aimant ; non, la littérature anglaise est trop sensée, trop pratique pour que la jeune fille puisse se créer un idéal chimérique ; elle s’attend à trouver en lui un ami, un compagnon tendre et dévoué, mais un être humain avec des vices et des défauts. Elle n’a donc aucune déception, ne se nourrissant pas l’esprit de lectures parlant de ces amours insensées, plus fortes et plus belles que nature", renouant ici avec le traditionnel topos sur l’influence néfaste de la littérature romanesque sur l’imaginaire des demoiselles, topos qui fit florès sous la monarchie de Juillet29.

  • 30 De la démocratie en Amérique, op. cit., p. 170.

16Dotée d’un savoir "social" ignoré des Françaises, aguerrie aux compagnies masculines, la jeune Américaine fait preuve aux yeux de Tocqueville d’une assurance morale impressionnante qui fait sa supériorité : "... elle les[les vices et les périls] voit clairement, les juge sans illusion et les affronte sans crainte ; car elle est pleine de confiance dans ses forces, et sa confiance semble partagée par tous ceux qui l’environnent"30.

La prégnance des cultures religieuses31

  • 31 Cet article reflète mal ce que les termes de "protestant" ou de "protestantisme" recouvrent de comp (...)
  • 32 Sur la femme catholique, voir la contribution de Michela De GIORGIO, "La bonne catholique", in Hist (...)
  • 33 North-America, op. cit., p. 355.
  • 34 Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 108.
  • 35 Alexis de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, op. cit., p. 169.
  • 36 C’est par exemple le cas pour la période victorienne en Angleterre, où Françoise BASCH note que "La (...)

17On le voit, la figure de la jeune Anglo-saxonne qui s’est imposée, femme à l’esprit pratique voire terre-à-terre, positive et dynamique, avertie et réfléchie, responsable et émancipée tranche nettement de celle de la jeune Française, oie blanche patentée, sentimentale et romanesque à souhait. Les auteurs de ces portraits relèvent parfois des influences religieuses. Ce n’est pas un hasard si Olympe Audouard englobe dans un même élan "la Française, l’Espagnole et l’Italienne" qui toutes trois souffrent, en raison des défaillances de leur éducation catholique32, d’être "abandonnées sans défense à leur cœur"33. Taine n’omet pas non plus de faire référence au protestantisme pour justifier les "habitudes de réflexion et de raisonnement" propres aux Anglaises34. Mais c’est Tocqueville qui mit le plus clairement en évidence la corrélation entre le degré d’émancipation de la jeune fille et la religion à laquelle adhère la société dans laquelle cette jeune fille évolue. "Chez presque toutes les nations protestantes, les jeunes filles sont infiniment plus maîtresses de leurs actions que chez les peuples catholiques", constatait-il ainsi, avant d’avancer une autre explication, de nature politique cette fois, à cet état de fait et d’esprit : "Cette indépendance est encore plus grande dans les pays protestants qui, ainsi que l’Angleterre, ont conservé ou acquis le droit de se gouverner eux-mêmes"35. On peut bien sûr nuancer cette dernière remarque ; certes dans la plupart des nations protestantes la démocratie est plus avancée que dans la France de la monarchie censitaire, mais la liberté profite à la jeune fille seulement, peu ou pas à la femme mariée dont le statut juridique et social est souvent plus contraignant qu’en France36.

  • 37 Note c du chap. IX dans l’édition présentée par Eduardo NOLLA, op. cit., p. 169. Cf. aussi la note (...)
  • 38 En marge de ce passage figurait cette remarque : "Probablement supprimer ceci. C’est un terrain dan (...)
  • 39 Ibid., note f p. 170.

18Tocqueville avait d’ailleurs davantage insisté, dans son manuscrit original de De la démocratie en Amérique, sur le poids des influences religieuses dans les pratiques politiques et sociales des nations en précisant par exemple qu’elles "se font principalement apercevoir par la manière dont on dirige l’éducation des femmes. Car c’est toujours dans le cercle de la famille et des affaires domestiques que la religion exerce le plus d’empire"37. Toutefois l’écrivain a quelque peu édulcoré son analyse dans la version définitive publiée en 1840, pour la partie dont sont extraites ces lignes, pensant prendre trop de risques38. Tocqueville avançait l’idée que "la foi chrétienne en certains dogmes précis", s’ajoutant à "l’indépendance générale de l’esprit" et à la "raison" représentaient les fondements sur lesquels les américains s’appuyaient pour "guider et assurer les premiers pas de la jeune fille"39.

  • 40 Lawrence STONE, The Family, Sex and Marriage in England 1500-1800, op. cit., chap. 6 "The Growth of (...)
  • 41 Jean BAUBEROT, "De la femme protestante", in Histoire des femmes en Occident, op. cit., t. 4, pp. 1 (...)
  • 42 L’éducation progressive, ou étude du cours de la vie, Paris, A. SAUTELET et al., 1828, 2 t. en 1 vo (...)
  • 43 "... la Réforme ayant particulièrement mis l’accent sur l’individualisation de la vie religieuse, i (...)

19Il est vrai qu’on retrouve dans les modes de pensée ou le comportement des jeunes filles Anglo-saxonnes ou germaniques, des traits imputables à la pratique religieuse ou du moins à la prégnance culturelle du protestantisme. Ainsi en est-il de cette autonomie si caractéristique – "the right of the individual to a certain freedom of action and inner belief40 – laissée aux jeunes filles et qui est aussi un des principaux fondements sur lesquels Mme Necker de Saussure appuie sa pédagogie. Protestante, "fondatrice d’un établissement guidé par des principes éducatifs novateurs et situé sur les bords du lac de Genève"41, Mme Necker de Saussure insiste dans son manuel d’éducation publié en 1828, puis réédité à de nombreuses reprises jusque sous la IIIe République, sur la nécessité pour l’adolescent, fille ou garçon, de s’impliquer personnellement et activement dans la conduite de son éducation ; ce dynamisme éducatif de l’adolescent doit se conjuguer avec l’effacement progressif mais réel de l’autorité parentale au profit de cette confiance et de cette persuasion qui doivent dominer, selon elle, dans les relations parents/enfants42. Il n’est pas impossible de rapprocher ce souci de l’autonomie laissée à l’adolescent(e), de la pratique du libre-examen privilégié par les protestants qui sont par ailleurs opposés aux pratiques catholiques de confession. En effet, au dialogue à huis-clos entre la demoiselle et son confesseur, qui voit succéder aux questions à la fois précises et implicites sur l’intimité des réponses embarrassées, se substitue une interrogation solitaire de l’individu dont le seul interlocuteur possible est Dieu. A la notion de pénitence nécessaire et répétée fait face la certitude de ne pouvoir être jugé que par Dieu. La protestante ne subit donc ni l’influence inquisitoriale d’un tiers, ni celle édifiante des livres de piété ou de morale qui forment le lot quotidien des lectures des jeunes catholiques et qui, complétées par le discours maternel, édictent pour elle les normes sentimentales43. A l’opposé, la protestante conduit sa vie amoureuse prénuptiale à partir de la somme des axiomes bibliques qu’elle reconnaît et, comme on l’a vu, à partir de la transmission de l’expérience maternelle et d’une science du monde qu’elle acquiert rapidement.

  • 44 Abbé J. GAUME, Histoire de la société domestique chez tous les peuples anciens et modernes, ou infl (...)
  • 45 Idem p. 472 et pp. 468-469.
  • 46 "De la femme protestante", op. cit., p. 199.
  • 47 Cf. Pierre BAYLE, Dictionnaire historique et critique, édition Alain Niderst, Paris, Editions socia (...)
  • 48 La conception de Marie par sa mère Anne est exempte du péché originel, ce qui bien entendu ne signi (...)
  • 49 L’Immaculée Conception. Histoire d’un dogme catholique-romain ou comment l’hérésie devient un dogme (...)

20Analysant l’influence du christianisme sur la famille, l’abbé Gaume, défenseur zélé et intransigeant de la religion catholique, pourfend vigoureusement le protestantisme non seulement à travers ce thème, récurrent, de l’émancipation de la jeune fille, mais aussi à travers celui de la désacralisation de la virginité44. Enumérant en effet les causes qui menacent l’institution familiale, il relève après la "négation du sacrement du mariage" et le divorce, le "bannissement de la virginité", et commente ainsi la dégradation qu’il croit reconnaître chez la femme anglaise : "Le culte de Marie est l’exaltation de la femme. Or, il n’existe plus en Angleterre. La sainte virginité, qui grandit la fille d’Eve jusqu’au niveau de l’ange, n’entoure plus sa tête d’une auréole céleste. Descendue de ce piédestal sublime, la femme anglaise n’excite plus l’admiration ; c’est à peine si elle obtient les égards dus à son sexe "45. La notion de virginité est un autre point qui paraît effectivement partager les sensibilités catholique et protestante. Jean Baubérot, dans sa contribution à l’Histoire des femmes, a rappelé que "la Réforme est porteuse d’une conception de la femme qui se situe partiellement en rupture avec l’idéal catholique, puisqu’elle refuse toute valorisation de la virginité et de l’univers conventuel"46. Marie, figure virginale par excellence, n’a jamais inspiré aux protestants, loin s’en faut, la même ferveur qu’aux catholiques. Le culte marial, si cher à ces derniers, a toujours provoqué la défiance sinon la franche hostilité des adeptes de Luther et de Calvin47. Son essor, qu’entérine et accroît la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception de Marie (Ineffabilis Deus, 8 décembre 185448) par Pie IX, irrite fortement les théologiens anglicans et réformés. En France, Edmond de Pressensé stigmatise immédiatement, dans un article de La Revue Chrétienne en date de janvier 1855, un "culte efféminé" pour "une belle jeune femme fadement idéalisée"49.

  • 50 Comtesse DASH, Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., p. 179.
  • 51 H. TAINE, Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 161,O. AUDOUARD, North-America, op. cit., p. 345, p.(...)

21Le fait qu’il n’existe pas d’équivalent protestant à la consécration rituelle des Rosières -dont la première vertu reste la virginité, même si la virginité ne fait pas à elle-seule la Rosière dans la France du XIXe siècle- est un autre indice de la relation plus détachée que les protestants semblent entretenir avec la virginité. Il ne s’agit toutefois pas de prétendre ici que les protestants ne sont pas attachés à la virginité féminine, ils le sont, mais sans doute pas de façon aussi forte que les catholiques. Ces derniers tendent à considérer la jeune fille séduite comme plongée dans un état de déchéance absolue. Fautive, la jeune fille doit alors vivre dans les affres de la culpabilité. L’éthique protestante relativise peut-être davantage cette même faute50 et surtout blâme d’abord le séducteur. C’est en effet sur cet homme qui a osé "une action de coquin" que rejaillit l’essentiel de l’opprobre social51.

  • 52 Cf. par exemple les travaux de Claude LANGLOIS (Structures religieuses et célibat féminin au XIXe s (...)

22Au demeurant ces dernières remarques ne sont que des hypothèses de travail qui demandent à être vérifiées. On doit en effet porter une plus grande attention aux liens étroits qui existent entre condition féminine et spécificités religieuses au XIXe siècle. C’est curieusement un champ de recherches assez peu exploré par les historiens, en France du moins, si l’on excepte, et ce n’est pas négligeable, la question des femmes dans la religion52. Les travaux font particulièrement défaut sur les femmes appartenant aux minorités religieuses en France, protestantes ou juives. Si des différences apparaissent dans la condition féminine à travers des pays de culture très largement imprégnée de protestantisme ou de catholicisme, on peut se demander ce qu’il en est pour une femme n’appartenant pas à la communauté religieuse majoritaire de son pays. Se montre-t-elle plus proche des modes de vie dominants, fussent-ils influencés par une religion qui n’est pas la sienne, ou, au contraire, reste-t-elle fidèle aux préceptes de sa propre religion ?

  • 53 André ENCREVE, Protestants français au milieu du XIXe siècle, Genève, Labor et Fides, 1986, p. 64. (...)
  • 54 Berthe CARRIVE, Souvenirs de Ségalas (sur la jeunesse de son père Félix Pécaut), bibliothèque de la (...)

23Il serait ainsi intéressant de chercher à déterminer dans ce domaine d’éventuelles spécificités internes à la communauté réformée française. Dans la première moitié du XIXe siècle, la bourgeoisie protestante semble en effet prise entre son désir d’intégration dans la société, surtout sous la monarchie de Juillet dont le régime lui convient somme toute assez bien, et sa volonté de maintenir son identité culturelle, sinon religieuse, au moment où se développe le mouvement du "Réveil". Dans ce contexte socio-politique précis, il reste difficile de cerner les influences du protestantisme dans les pratiques d’éducation propres aux jeunes filles et dans les comportements sociaux et privés des femmes, pour n’évoquer que ces deux thèmes. Immédiatement se pose le problème crucial des archives. Problème quantitatif d’abord : André Encrevé évalue la communauté protestante à un nombre oscillant entre 830 000 et 850 000 personnes (dont environ 30 000 réunis en région parisienne), soit 2,3 % de la population française vers 1850, ce qui reste faible53. Qualitatif ensuite : si les aspects institutionnels ont été largement étudiés, il n’en est pas de même pour tout ce qui relève de la vie privée. Il est vrai à cet égard que les fonds conservés à la bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français s’avèrent limités pour ce qui concerne les archives privées datant du XIXe. Le même constat peut être fait pour les archives protestantes versées aux Archives nationales. Enfin quand bien même le chercheur obstiné se trouve-t-il récompensé par des manuscrits à caractère autobiographique, demeurent des obstacles liés au thème même de la recherche dont le moindre n’est pas l’autocensure. "J’ignore les détails de la naissance de ce grand amour qui unit les deux enfants et ne devait s’éteindre qu’avec la vie. Une réserve naturelle a toujours scellé les lèvres de ma mère à ce sujet. Quant à mon père jamais un mot de lui n’est venu nous renseigner sur ce point..." écrivait ainsi Berthe Carrive à propos de ses parents, Félix Pécaut et Herminie Dupourqué qui se marièrent en 185154.

24Protestante ou catholique, l’histoire des sensibilités amoureuses et de l’éducation sentimentale est aussi celle des silences et des esquives...

Notes

1 Henri HEINE, De la France, Paris, Lévy, 1860, p. 261.

2 Cf. par exemple les écrits à caractère autobiographique du comte Albert de LEZAY-MARNESIA (Mes souvenirs, Blois, Lecesne, 1854, pp. 54 et ss), du pasteur Charles CORDEY (Lettres à sa mère et à son frère 1842-1850, Société de l’histoire du protestantisme français, Ms 1503/II, lettres à sa mère des
24 mai et 15 juin 1849) pour la Hollande, de Mme TROLLOPE (Paris et les parisiens en 1835, Paris, Fournier, 1836, 3 vol., t. 2, pp. 39 et ss), de la Comtesse DASH (Comment on fait son chemin dans le monde, Paris, Lévy, 1868, pp. 177 et ss) ou d’Hippolyte TAINE (Notes sur l’Angleterre, Paris, Hachette, 1890, p. 101 et ss) pour l’Angleterre, d’Alexis de TOCQUEVILLE (De la démocratie en Amérique, Paris, Vrin, édition Eduardo Nolla, 1990, pp. 169 et ss) ou d’Olympe AUDOUARD (Voyage à travers mes souvenirs, Paris, Dentu, 1884, p. 45, L’amour, le matérialiste, le spiritualiste, le complet et divin, Paris, Dentu, 1880, p. 31 et surtout North-America. A travers l’Amérique, Paris, Dentu, 1871, pp.
345 et ss) pour les Etats-Unis.

3 Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., p. 178.

4 L’amour, le matérialiste, le spiritualiste, le complet et divin, op. cit., p. 31.

5 Fonds Cordey, op. cit., lettres à sa mère du 24 mai et du 15 juin 1849 : ’Melle Semenann [?] n’était, je crois, pas institutrice chez M. de St Georges. Elle y était plutôt comme amie. Sa position est, je crois, fort indépendante de toute manière.”

6 "Elles se marient par amour", stipule Olympe AUDOUARD dans L’amour..., op. cit., p. 31, alors que TAINE précise dans ses Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 101 : qu’"une jeune fille anglaise ne veut se marier que par inclination".
Cf. sur ce point Carl N. DEGLER, At Odds. Women and the Family in America from the Revolution to the Present, New York, Oxford University Press, 1980, p. 19 et Lawrence STONE (The Family, Sex and Marriage in England 1500-1800, London, Weidenfeld and Nicolson, 1977) qui met l’accent sur l’émergence d’une volonté nouvelle, au XVIIIe siècle, de faire coïncider dans l’état de mariage les impératifs de la reproduction naturelle avec le sentiment amoureux et le plaisir sexuel (pp. 527 et ss).

7 Le Flâneur. Cicérone des étrangers à Paris. Journal non politique, 1837 (4e année), n° 31, article "Les femmes anglaises (les jeunes personnes)", p. 3, signé V. de S. : " sweet heart signifie doux cœur, tendre engagement, amant ; et les miss voient et recoivent le sweet heart quand il leur plaît, même dans leur famille”.

8 H. TAINE, Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 104 ; comtesse DASH, Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., p. 179.

9 H. HEINE, De la France, op. cit., p. 261. Mme TROLLOPE, Paris et les parisiens en 1835, op. cit., pp. 48-49 du t. 2 : "En Angleterre quand on voit une femme passer par toutes les manœuvres de la coquetterie, depuis la première phrase indifférente de ’comment vous portez-vous ?’ jusqu’à cette douce langueur dans laquelle les yeux se fixent immobiles sur le tapis, pendant que la tête légèrement penchée semble vouloir faciliter à l’heureuse oreille le moyen de s’abreuver des enivrantes protestations du ’parfait amour’ ; quand ces choses, dis-je, se voient en Angleterre, même dans le cas où la dame aurait plus de dix-huit ans, on peut être assuré qu’elle n’est pas mariée ; mais ici, soit dit d’ailleurs sans la plus légère ombre de médisance, on est tout aussi certain qu’elle l’est".

10 Mes souvenirs, op. cit., p. 55.

11 Cf. à ce sujet Yvonne KNIEBIEHLER, "Corps et cœurs", Histoire des femmes en Occident, direction G. Duby et M. Perrot, Paris, Plon, 1991, 5 vol, t. 4, pp. 351-387 et surtout p. 366.
Cf. aussi Carl N. DEGLER, op. cit., p. 20 : "as Alexis de Tocqueville and other foreign travelers in America in the 1830s and 1840s pointed out, unmarried women were much freer in public than their married sisters. Middle- and lower-class women moved about not only without chaperones, but also with a certain amount of abandon".

12 Cf. par exemple H. TAINE, Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 104 ou la comtesse DASH, Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., p. 179.

13 Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 105.

14 Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., pp. 179-180.

15 Cf. par exemple la comtesse DASH, Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., pp. 179-180, H. TAINE, Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 166. Balzac a mis en scène cette vindicte sociale dans Peines de cœur d’une chatte anglaise, Paris, GF/flammarion, 1985 ; cf. l’introduction de Rose FORTASSIER pp. 22 et ss.

16 Cf. H. HEINE, De la France, op. cit., p. 260.

17 Mes souvenirs, op. cit., p. 57. Cf. également l’intervention temporaire des parents d’Elise du Plessis dans son idylle avec Edmond de Pressensé qu’elle finit par épouser en 1847, in Marie DUTOIT, Mme E. de Pressensé. Sa vie d’après sa correspondance et son œuvre, Paris, Fischbacher, 1904, p. 21.

18 Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., p. 182.

19 North-America, op. cit., p. 347. Sur son féminisme, cf. Francis RONSIN, Les Divorciaires. Affrontements politiques et conceptions du mariage dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, pp. 159 et ss.

20 Françoise MAYEUR note d’ailleurs que c’est en réaction à la Réforme, que la Contre-Réforme catholique a commencé à élaborer une véritable politique éducative, pour les filles comme pour les garçons, L’éducation des filles en France au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1979, p. 13.

21 De la démocratie en Amérique, op. cit., pp. 170-172, Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 108, North-America, op. cit., p. 355.

22 De la démocratie en Amérique, op. cit., p. 170.

23 Cf. par ex. O. AUDOUARD, North-America, op. cit., p. 346.

24 Le problème est posé dans un livre traduit de l’anglais en 1847, La mission des femmes, par Melle R*, chez Delay et repris en 1876 dans un compte rendu de l’ouvrage par "l’auteur de La Société d’Amour pur”, vraisemblablement une féministe française et protestante. Cf. aussi O. AUDOUARD, North-America, op. cit., pp. 345 et ss.

25 Comment on fait son chemin dans la monde, op. cit., p. 183.

26 Jules SALLES (né en 1814), Mémoires d’un vieil artiste, Nîmes, Lavagne-Peyrot, 1896, p. 2.

27 Gabrielle HOUBRE, L’éducation sentimentale des jeunes filles et des jeunes garçons dans la bourgeoisie et l’aristocratie françaises. 1815-1848, thèse d’Histoire (nouveau régime) sous la direction de Michelle Perrot, soutenue en 1990 à l’Université de Paris 7, chap. 3,6 et 7,t. 1.

28 Notes sur l’Angleterre, op. cit., pp. 107-108.

29 North-America, op. cit., p. 357. Voir par exemple les témoignages de Marie d’AGOULT, Mes souvenirs 1806-1833, Paris, Calmann-Lévy, 1877, pp. 119-120 et de Marie LAFARGE, Mémoires, Paris, René, 1842, 4 vol., p. 120 et p. 1170 du t. 1.

30 De la démocratie en Amérique, op. cit., p. 170.

31 Cet article reflète mal ce que les termes de "protestant" ou de "protestantisme" recouvrent de complexités et de variétés étant donné l’extrême diversité des courants spirituels et des positions doctrinales nés de la, ou plutôt des Réformes. Une étude plus approfondie permettrait d’introduire de nécessaires nuances.

32 Sur la femme catholique, voir la contribution de Michela De GIORGIO, "La bonne catholique", in Histoire des femmes en Occident, op. cit., t. 4, pp. 169-197.

33 North-America, op. cit., p. 355.

34 Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 108.

35 Alexis de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, op. cit., p. 169.

36 C’est par exemple le cas pour la période victorienne en Angleterre, où Françoise BASCH note que "La jeune fille qui contracte mariage perd d’un seul coup tous ses droits de "feme sole", c’est-à-dire d’individu libre et indépendant sur le plan des droits civils", Les femmes victoriennes, Paris, Payot, 1979, p. 38. Une étude comparatiste des différentes situations juridiques de la femme à travers les sociétés occidentales reste cependant à établir.

37 Note c du chap. IX dans l’édition présentée par Eduardo NOLLA, op. cit., p. 169. Cf. aussi la note f du même chap., p. 170.

38 En marge de ce passage figurait cette remarque : "Probablement supprimer ceci. C’est un terrain dangereux sur lequel je ne dois marcher que par nécessité.", ibid.

39 Ibid., note f p. 170.

40 Lawrence STONE, The Family, Sex and Marriage in England 1500-1800, op. cit., chap. 6 "The Growth of Affective Individualism", citation p. 229.

41 Jean BAUBEROT, "De la femme protestante", in Histoire des femmes en Occident, op. cit., t. 4, pp. 199-213, citation p. 209.

42 L’éducation progressive, ou étude du cours de la vie, Paris, A. SAUTELET et al., 1828, 2 t. en 1 vol., p.
13 du t. 1 : "Arrivés à l’entrée de l’adolescence, nous verrons l’élève lui-même commencer à travailler à sa propre éducation. Il en conçoit, il en adopte toujours mieux le but, il en approuve les moyens, et finit par les choisir ou les indiquer. Ses parents conservent tous leurs droits sur lui, mais pourtant peu-à-peu le pouvoir leur échappe : leur autorité n’aurait presque plus d’effets salutaires s’ils étaient réduits à en user. Tout doit être confiance d’abord, puis persuasion complète et intime".

43 "... la Réforme ayant particulièrement mis l’accent sur l’individualisation de la vie religieuse, il existe fort peu de livres de piété protestante. Sans trop exagérer, on peut d’ailleurs soutenir que les protestants n’en possèdent qu’un seul, la Bible.", in André ENCREVE, Les protestants en France de 1800 à nos jours, Paris, Stock, 1985, p. 169.

44 Abbé J. GAUME, Histoire de la société domestique chez tous les peuples anciens et modernes, ou influence du christianisme sur la famille, Paris, Gaume frères, 1844. Il attaque ainsi l’"inconséquence" du protestantisme qui "appesantit le joug sur la femme mariée" mais "laisse à la jeune fille une liberté dont les bonnes mœurs sont loin de s’applaudir" (p. 475).

45 Idem p. 472 et pp. 468-469.

46 "De la femme protestante", op. cit., p. 199.

47 Cf. Pierre BAYLE, Dictionnaire historique et critique, édition Alain Niderst, Paris, Editions sociales, 1974, article "Nestorius", pp. 109-119.
Chez les anglicans, la situation est particulièrement complexe. Le Prayer Book contient par exemple une prière "Pour la fête de la bienheureuse vierge Marie" (cf. David HOLETON/Denis le MOULLAC, La tradition anglicane, Chambray, C.L.D., 1980, p. 49) mais, comme pour les protestants luthériens ou calvinistes, la vierge n’a pas de pouvoir d’intercession.
Merci à Jacqueline Lalouette et à Patrick Thierry d’avoir bien voulu m’aider de leurs remarques sur la théologie catholique et protestante.

48 La conception de Marie par sa mère Anne est exempte du péché originel, ce qui bien entendu ne signifie en rien qu’Anne ait conservé sa virginité, au contraire de Marie lors de la conception de Jésus.

49 L’Immaculée Conception. Histoire d’un dogme catholique-romain ou comment l’hérésie devient un dogme, Paris, lib. Meyrueis et Cie, 1855, extrait de La Revue Chrétienne, n° 1, janvier 1855, p. 16.
Concernant la réaction des anglicans, cf. le Dictionnaire de théologie catholique, Paris, LETOUZEY et ANE, t. 7 (première partie), 1922, p. 1212.

50 Comtesse DASH, Comment on fait son chemin dans le monde, op. cit., p. 179.

51 H. TAINE, Notes sur l’Angleterre, op. cit., p. 161,O. AUDOUARD, North-America, op. cit., p. 345, p.
367 et p. 358 : "Celui qui, amoureux d’une femme, deviendrait son amant, commettant ainsi le crime d’adultère avec elle, serait bel et bien appelé un malhonnête homme. Les jeunes filles refuseraient de l’accepter pour époux, les portes des familles lui seraient fermées... La loi le punirait en même temps que la déconsidération l’attendrait". Son enthousiasme en faveur de la société américaines la conduit parfois à quelques excès : "La jeune fille américaine a non-seulement pour elle la loi, qui punit le séducteur, mais elle a encore la société qui lui reconnaît le droit de se venger elle-même. Si un homme parjure ses serments après l’avoir compromise, l’abandonne, la jeune fille prend un revolver, va attendre son infidèle dans la rue et elle lui brûle la cervelle".
Il est à noter qu’Olympe AUDOUARD eut elle-même à souffrir d’un mariage imposé et qu’elle obtint assez rapidement une séparation corps et biens (cf. Voyage à travers mes souvenirs, op. cit., pp. 45-46).
La loi permet en effet, dans la plupart des pays de tradition protestante, de déposer des plaintes contre les séducteurs (en particulier en cas de grossesse, la jeune fille peut demander à ce qu’on établisse la paternité de son enfant ; cf. Lawrence STONE, The Family, Sex and Marriage, op. cit., pp. 607 et ss.). Le Code civil français met les hommes à l’abri de ce type de procédure.

52 Cf. par exemple les travaux de Claude LANGLOIS (Structures religieuses et célibat féminin au XIXe siècle, Lyon, Centre d’histoire du catholicisme, 1972 ; Le catholicisme au féminin : les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984) et d’Odile ARNOLD (Le corps et l’âme : la vie des religieuses au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1983).
"La place insuffisante faite à la religion” est d’ailleurs une des critiques qui avait été adressées à la récente Histoire des femmes en Occident dirigée par Georges DUBY et Michelle PERROT, en dépit de trois chapitres sur la femme catholique, la femme protestante et la femme juive dans le volume consacré au XIXe siècle (t. 4) ; critique rapportée par Michelle PERROT dans les actes du colloque Femmes et histoire (novembre 1992), Paris, Plon, 1993, note 3 de l’introduction, p. 193.

53 André ENCREVE, Protestants français au milieu du XIXe siècle, Genève, Labor et Fides, 1986, p. 64. L’estimation comprend les réformés (plus de 555 000), les luthériens (plus de 267 000) et les membres des églises indépendantes.

54 Berthe CARRIVE, Souvenirs de Ségalas (sur la jeunesse de son père Félix Pécaut), bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français, manuscrit dactylographié de 20 p. écrit entre 1905 et 1910 (Ms 166/a), p. 13.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search