Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

Des pèlerins au bout du monde. Pratiques religieuses des chrétiens de Saint-Thomas au XIVe siècle

Christiane Deluz

Texte intégral

1Le sentiment d’appartenir à un ensemble étendu jusqu’aux limites de l’oekoumène a été très vivant dans le peuple chrétien dès les tout premiers siècles du Moyen Age, renforcé qu’il était par l’universalisme hérité de Rome. Même si la chrétienté occidentale avait conscience de former un tout cohérent face entre autres à Byzance et à l’Islam, elle gardait mémoire d’une évangélisation qui avait atteint les extrémités du monde et les premiers grands voyageurs en Asie, un Jean de Plan Carpin, un Guillaume de Rubrouck, ne s’étonnèrent pas de rencontrer au cœur de la Mongolie des frères, hérétiques certes, mais marqués du même signe de la croix.

2Une des plus lointaines de ces communautés chrétiennes était sans doute celle des chrétiens dits de Saint-Thomas, à l’extrémité de la côte de Coromandel et au sud de celle de Malabar, c’est-à-dire au-delà du port de Quilon et de l’actuel cap Comorin, dans l’aire de navigation plus ou moins réservée aux Chinois. Une tradition longue et ininterrompue attestait leur existence et, à partir du XIIIe s., les récits des missionnaires et voyageurs parlent longuement de leurs églises, de leurs rites religieux, parfois insolites. Nous nous attarderons un peu sur les descriptions de leurs pèlerinages, qui révèlent des prises de position assez différentes sur ces fidèles déconcertants.

  • 1 Acta Apostolorum apocrypha, éd. R. A. LIPSIUS et M. BONNET, 1901-1903, 2 vol.
  • 2 J. PIRENNE, La légende du "Prêtre Jean", éd. posthume, Strasbourg, Presses Universitaires, 1992, p. (...)

3La tradition faisant de saint Thomas l’apôtre des Indes remonte aux premiers siècles de l’Eglise. Les Actes de Thomas, un apocryphe du IIIe ou IVe s. racontent qu’il a d’abord été miraculeusement envoyé à un roi nommé Gundophorus, à la frontière indo-parthe, puis s’est lancé vers l’Inde majeure où le roi Masdai le fit martyriser à coups de lance à Calamine1. Les Pères, Ephrem, Ambroise, Jérôme, Origène, se font l’écho de cette tradition sans aucunement la remettre en cause. Pieuse légende pensait-on, mais le trouble fut jeté dans les esprits quand, en 1848, J.T. Reinaud retrouva le nom du roi Gondophares dans des monnaies de la vallée de l’Indus, monnaies datables du premier siècle de notre ère2. Sans doute avait-on à tort méconnu l’extension des relations qui pouvaient exister à l’apogée de l’empire romain entre les mondes méditerranéen et asiatique. Il semble toutefois impossible de situer Calamine dans l’Inde du sud, à la ville de Mailapur qui se vantait de conserver le tombeau de l’Apôtre, le nom de Masdai renvoyant plutôt à la Perse. Le christianisme a sans doute gagné lentement ces rivages de l’Inde au cours des IVe et Ve siècles, à partir des puissants foyers chrétiens, et marchands, d’Edesse ou de Mossoul.

  • 3 COSMAS INDICOPLEUSTES, Christiana Topographia, Livre III, Patrol. Graec., LXXXVIII, col. 169- 170.
  • 4 GREGOIRE de TOURS, In gloria martyrum, M.G.H.S.S. rerum merovingicarum, I, p. 507.
  • 5 J. RICHARD, "Les missionnaires latins dans l’Inde au XIVe s.", Studi veneziani, XII (1970), p. 231- (...)

4Quoi qu’il en soit, l’existence de ces frères est attestée ensuite de siècle en siècle avec une remarquable continuité. C’est Cosmas Indicopleustès, au VIe s., qui, parcourant les églises du monde entier, les rencontre au sud de l’Inde3. C’est un certain Théodore qui, à la même époque, affirme à Grégoire de Tours avoir visité le tombeau du saint à Calamine, un tombeau vide, les reliques ayant été transférées à Edesse, ce qui ne l’empêche de rester le théâtre de nombreux miracles4. Au IXesiècle, le roi anglo-saxon Alfred aurait envoyé l’évêque Sigelm vers ce prestigieux sanctuaire des Indes5.

5A côté des textes, les cartes ; parmi les mappemondes les plus anciennes, celles qui accompagnent le Commentaire de l’Apocalypse du moine espagnol Beatus font parfois figurer sur les divers pays du monde les visages des Apôtres qui les ont évangélisés et celle de Thomas rayonne sur l’Inde.

  • 6 J. PIRENNE, op. cit., p. 32.
  • 7 J. RICHARD, art. cit., p. 232.
  • 8 GERVAIS de TILBURY, Otia Imperialia, III, 26, éd. G.W. Leibnitz, Scriptores rerum brunswicensium, H (...)

6Au milieu du XIIe siècle, commence à circuler en Europe la célèbre Lettre du Prêtre Jean où celui-ci est présenté comme héritier des Rois Mages, eux-mêmes associés à la légende de saint Thomas dans certaines versions, comme une version syriaque du VIIIe s. : après la Résurrection, Thomas, en route vers l’Inde, baptise les Rois Mages, qui deviennent ses auxiliaires dans son œuvre d’évangélisation. Et le magnifique palais du Prêtre Jean est rapproché du palais que le roi Gundophorus aurait demandé à saint Thomas de lui construire6. Tout cela renouvelle l’intérêt porté au saint Apôtre. On nomme des occidentaux qui y seraient allés en pèlerinage, le languedocien Bernard le Pénitent, vers 1170, le chevalier saxon Henri de Morungen vers 11907. Dans les Otia Imperialia, rédigés au tout début du XIIIe s., Gervais de Tilbury raconte comment, le jour de Pâques, le corps saint est sorti de son tombeau et donne la communion au peuple avec la main qui a touché les plaies du Christ ressuscité, une main qui se retire si se présente un fidèle en état de péché mortel. Il situe toutefois la scène à Edesse qui revendiquait aussi la présence du tombeau de l’Apôtre8.

  • 9 On a parfois attribué la Mappemonde d’Ebstorf à Gervais de Tilbury, cf. J. STRZELCZYK, Gerwazy z Ti (...)
  • 10 Atlas catalan, 5e carte. Légende dans J.A. C. BUCHON, Notice sur un atlas en langue catalane de l’a (...)

7Est-ce à l’influence de Gervais que l’on doit de trouver sur la grande mappemonde d’Ebstorf, vers 1290, la cité d’Eriforum en Inde avec la légende : "Hic sanctus Thomas Gundoforo regi palatium edificavit"9 ? Dorénavant, les mappemondes rappelleront toutes la présence des chrétiens dans cette lointaine terre. L’Atlas Catalan, par exemple, représente parmi les souverains des Indes le roi chrétien Etienne : "Açi senyoreya lo rey Stene, Christian. Açi es lo cors de sent Thomas apostol." Et le globe que Martin Behaim achève l’année même de la découverte de l’Amérique rappelle, dans une légende, que le martyre du saint a eu lieu au sud de l’Inde dans "l’île de Coïlum"10.

  • 11 JEAN de MONTECORVINO, 2e lettre, (trad. anglaise), Ch. DAWSON, The Mongol Mission, Londres, New-Yor (...)

8Mais dès la fin du XIIIe s., les voyageurs, non contents de traverser l’immense continent asiatique sur les routes millénaires de la soie, avaient osé se lancer aussi sur l’océan Indien et pouvaient se faire l’écho, non plus d’antiques récits, mais de leur vivante expérience. Le premier à écrire est le frère mineur Jean de Montecorvino, envoyé en mission auprès des Tartares par le pape Nicolas IV en 1289 avec le frère prêcheur Nicolas de Pistoie et le marchand Pierre de Lucalongo, un Vénitien probablement. Dans une lettre rédigée une fois arrivé à destination à Cambaluc, il rappelle qu’en 1291, il a séjourné treize mois "à l’église de Saint Thomas l’Apôtre", baptisant "environ cent personnes en diférents endroits" et qu’il a enterré dans cette église son compagnon Nicolas, décédé. Mission assez facile semble-t-il, qui contraste avec les difficultés qu’il rencontre dans les terres tartares "car ces pays n’ont été atteints par aucun Apôtre ni disciple des Apôtres"11.

  • 12 P. PELLIOT, Recherches sur les chrétiens d’Asie centrale et d’Extrême-Orient, (œuvres posthumes de (...)
  • 13 JOURDAIN CATHALA de SEVERAC, Mirabilia, éd. Coquebert de Montbret, Recueil de voyages et mémoires d (...)

9Montecorvino aurait pu croiser Marco Polo, qui rentrait en Occident cette même année par la route de mer. Celui-ci se montre plus disert et, pour la première fois, nous entendons parler de pèlerinages au tombeau de l’Apôtre et des miracles qui s’y produisent. Puis les témoignages vont se multiplier. Toute une organisation missionnaire s’est en effet mise en place sous l’impulsion des papes d’Avignon. Dominicains et Franciscains se consacrent à la fois à l’évangélisation des "idolâtres", à la cura animarum des quelques communautés marchandes latines présentes ici et là dans les ports et à la reconquête des chrétiens nestoriens dont ils découvrent avec étonnement l’ignorance et l’abandon spirituel. L’église nestorienne chaldéenne connaissait bien, à l’instar des autres églises chrétiennes, une organisation en provinces ecclésiastiques dépendant du patriarche de Ctésiphon, résidant à Maragha depuis la conquête mongole, mais les régions "de l’Extérieur", c’est-à-dire hors de la Perse et de la Mésopotamie, avaient parfois perdu contact avec le patriarcat, surtout avec les progrès des conquêtes musulmanes sur les côtes occidentales et orientales de l’Inde entre 1297 et 131112. La mission connaît donc des moments difficiles, quatre Franciscains sont martyrisés par les musulmans à Thâna en avril 1321. Jourdain Cathala de Séverac, un Dominicain les ensevelit dans l’église Saint Thomas de Sofâla et se consacre dans cette région pendant plusieurs années à un ministère, ingrat selon ses dires, avant de partir pour Quilon où la communauté chrétienne indigène est plus importante et les marchands occidentaux plus nombreux. Il est même consacré évêque de Quilon par Jean XXII en 1329. C’est dans cette ville qu’il rédige un récit connu sous le nom de Mirabilia13.

  • 14 JEAN de MARIGNOLLI, (trad. anglaise) Recollections of Travels in the East, in H. YULE, Cathay and t (...)

10Un autre long récit est celui du Franciscain Jean de Marignolli, qui séjourna à Quilon dans les années 1346-47, dans des conditions assez favorables, doté d’une pension par les princes indigènes. Il évoque une église Saint-Georges-des-Latins, décorée de peintures par ses soins, et des "frères" établis dans la ville. Nous apprenons de lui que les chrétiens de Saint Thomas contrôlent tout le commerce du poivre de la région, source de richesse non négligeable14.

11Mais nous voudrions nous attacher particulièrement aux témoignages plus prolixes consacrés à ces chrétiens. On en compte trois, celui de Marco Polo, celui du Franciscain Oderic de Pordenone, pérégrinant en Asie dans les années 1330 et celui du Livre de Mandeville, rédigé en 1356.

  • 15 MARCO POLO, Le Devisement du monde, Version française de Louis Hambis, éd. La Découverte, Paris, Ma (...)
  • 16 ibid., p. 445-446.

12Au chapitre CLXXVII, Ci devise du lieu où est le corps de Messire Saint Thomas, l’Apôtre, le Vénitien explique que le corps de saint Thomas est dans "un lieu solitaire et fort éloigné des routes", ce qui n’empêche pas chrétiens et Sarrasins d’y venir nombreux en pèlerinage, ces derniers le tenant pour un "très grand prophète" Polo nous montre les pèlerins ramassant de la terre du lieu du martyre du saint et l’emportant pour la faire boire, délayée dans de l’eau, à leurs malades qui sont aussitôt guéris. "Et Messire Marco porta avec lui de cette terre à Venise et guérit de nombreuses personnes avec celle-ci"15. Il raconte ensuite "un beau miracle", récent, puisque datant des "alentours de l’an 1288 de l’Incarnation du Christ. " Un grand "baron" fait emplir du riz tiré de ses terres les maisons où logent les chrétiens, afin d’empêcher le pèlerinage. Mais l’Apôtre lui apparaît en songe ; armé d’une fourche qu’il lui plante sur la gorge, et le somme de vider toutes les maisons sous peine de mourir "de mauvaise mort". Le "baron" s’exécute aussitôt et va proclamant les louanges de saint Thomas à la "grande joie et grande liesse" des chrétiens16.

13On le voit, rien dans ce texte qui puisse étonner le lecteur occidental, mêmes pieuses pratiques, mêmes apparitions en songe, même pouvoir thaumaturgique du saint, Mailapur est comparable aux autres sanctuaires de la chrétienté.

  • 17 Les Voyages en Asie du bienheureux ODERIC de PORDENONE, religieux de saint François, éd. H. Cordier (...)
  • 18 ibid., p. 115.

14Toute autre est l’image que donne de ces chrétiens Oderic de Pordenone. Le chapitre XI est consacré au Royaume de Mobarum, le Maabar des marchands arabes, c’est-à-dire la région de la côte de Coromandel au sud de Madras où se trouve Mailapur17. Il décrit une église Saint-Thomas "toute pleine d’idoles", dont l’une, géante, comparable aux grands Saint Christophe des églises d’occident, est l’objet d’une véritable adoration de la part des "faulx crestiens du pays renoyé". Elle trône dans une niche d’or, parée d’un collier d’or et de pierres précieuses sans prix. On vient de loin en pèlerinage pour la vénérer, mais il n’est plus question de terre miraculeuse ou de quête de guérison. Oderic observe, non sans inquiétude et réprobation, les rites étranges du pèlerinage, prosternation à terre tous les trois pas, marche les yeux baissés et surtout les "diverses afflictions corporelles" pratiquées par les pèlerins : ils frappent le sol de leur tête ou s’infligent diverses blessures à coups de couteau ou d’épée, quand ils ne sacrifient pas leurs enfants pour asperger la statue de leur sang. Une fois par an, pour la fête de la fondation de l’église, "l’idole" est promenée en procession sur un char orné lui aussi d’or et de pierres précieuses. "Devant le char vont les pucelles vierges deux et deux, apres les pelerins qui de loingtain pays y sont venus. Apres vont ceulz qui sont malades de quelconques maladies. Apres vient une grande multitude de menestrelz"18. Mais cette procession solennelle est aussi l’occasion de verser le sang puisque plusieurs fidèles se jettent sous les roues du char et se font volontairement écraser. Ce sont bien deux cents personnes qui meurent ainsi selon les estimations d’Oderic.

15Il ajoute que certains se sacrifient devant leur "dieu" sans attendre la fête et le font savoir par des hérauts ; amis et parents se rassemblent, frappant la victime de coups de couteau tout le long du chemin. Arrivé dans le sanctuaire, le "chétif " achève lui-même sa mise à mort avant que son cadavre soit solennellement brûlé par les assistants qui emportent ses cendres comme des reliques.

  • 19 POLO, op. cit., p. 430-431.

16Comment expliquer un tel écart entre deux textes qu’une trentaine d’années séparent ? Certes, pour Marco Polo, l’Inde n’a été qu’une série d’escales sur la route du retour, alors qu’Oderic a séjourné plusieurs années en Extrême-Orient en s’intéressant tout particulièrement aux communautés chrétiennes qu’il rencontrait. Il faut toutefois remarquer que Polo fait lui aussi un récit de meurtres rituels dans cette même région de l’Inde du sud, mais en en donnant une explication différente : "Quand un homme a fait un crime tel qu’il doit en perdre la vie et que le seigneur le veut faire occire, alors dit celui qui doit être occis qu’il se veut occire lui-même pour l’amour et l’honneur de telle idole. Le roi dit qu’il veut bien"19. Suit le même cérémonial, l’annonce à travers la ville, le cortège de parents et d’amis, la mort à coups de couteau et le bûcher allumé "avec grande joie et festivité." Il n’est cependant pas question d’une vénération particulière pour les cendres.

17Dans son indignation devant les déviations religieuses des chrétiens de Saint-Thomas, frère Oderic aura-t-il confondu deux pratiques différentes ? Les autres missionnaires et voyageurs en Asie ne font pas allusion à de telles coutumes. Mais le texte d’Oderic a inspiré Jean de Mandeville quand il aborde la description de cette partie du monde.

  • 20 G. B. WARNER, Dictionary of National Biography, vol. 36, 1893, p. 23-29, s.v., Mandeville.
  • 21 JEAN de MANDEVILLE, Voyage autour de la terre, trad. C. Deluz, Paris, Les Belles Lettres, 1993, p. (...)
  • 22 Il n’y a pas d’utilisation directe de l’ouvrage de Polo par Mandeville.

18Le Livre de Mandeville est composé comme un "patchwork" pour reprendre le mot d’un de ses plus célèbres détracteurs, G.F. Warner20. C’est-à-dire qu’il entrelace les extraits des sources les plus récentes, notamment les écrits des voyageurs, avec des éléments empruntés au vénérable fond des auctoritates. C’est ainsi que, parlant des chrétiens de Saint-Thomas, il mêle au récit d’Oderic la légende du bras du saint, trouvée dans les Otia imperialia, mais en lui faisant subir une légère transformation. Il n’est plus question de communion donnée ou refusée, saint Thomas est transformé en juge qui tranche les causes litigieuses en rejetant le billet placé dans sa main par qui n’est pas dans son bon droit21. Faut-il voir ici l’indice d’une information rappelant celle que donnait Marco Polo22 ? En tous cas, Mandeville poursuit en reprenant ce que dit Oderic sur l’église, les "simulacres", les pèlerinages et les meurtres volontaires, mais le ton est tout différent, comme la comparaison des deux textes le montre.

  • 23 ODERIC, op. cit., p. 115. MANDEVILLE, op. cit., p. 134.
  • 24 MANDEVILLE, op. cit., p. 135.
  • 25 ODERIC, op. cit., p. 116.

19La statue est "assise très noblement sur une grande chaire", la noblesse a remplacé la richesse. "Et y viennent en pelerinage de loingtain pays comme cy nous Crestiens vont à Saint Jaques en Galice" devient : "On vient en pèlerinage devant cette idole en aussi grand nombre et avec autant de dévotion que les chrétiens à Saint-Jacques en Galice". Les mutilations volontaires sont accompagnées d’une remarque : "Ils disent que celui qui meurt pour l’amour de son dieu est bienheureux." Et au lieu de reprendre le décompte d’Oderic Oncques ne se fait ceste meschante feste qu’il ne muere plus de deux cents personnes", Mandeville admire le courage de ces fidèles : "Ils font cela avec grande dévotion pour l’amour de leur dieu et pensent que plus ils souffriront de peines et de tribulations pour l’amour de cette idole, plus ils seront près de Dieu et auront de joie en l’autre monde. En bref, pour l’amour de leur idole, ils accomplissent des pénitences et font souffrir à leur corps un martyre tel qu’aucun chrétien n’oserait en faire le dixième pour l’amour de Jésus-Christ son Seigneur"23. Enfin celui qui se met à mort volontairement pour son dieu n’est plus un "chétif", ni un "meschant", mais un dévot qui se frappe à mort "en disant ses prières" et ses amis célèbrent avant la crémation une sorte de liturgie plus ou moins inspirée de celle des funérailles chrétiennes : "Regardez, Dieu, ce qu’a fait pour vous votre ami et serviteur fidèle. Il a abandonné femme et enfants, richesses et tous biens de ce monde pour vous, et sa propre vie pour vous et par amour pour vous et vous a offert en sacrifice sa chair et son sang. Veuillez le placer auprès de vous parmi vos amis les plus chers en la gloire du Paradis, car il l’a bien méritée"24. Et Mandeville met en parallèle la fierté des parents dont un des leurs est mort ainsi pour son dieu avec celle des lignages d’Occident qui comptent parmi eux un saint, là où Oderic se contentait de constater : "Et dient que cilz est sauvé qui ainsi a voulu tout de gré morir pour son dieu"25.

20Ainsi nous sont données trois images différentes de ces lointains chrétiens vus par leurs frères d’Occident. Marco Polo, pourtant friand d’exotisme, les a présentés en tout semblables aux pèlerins de chez lui et a même participé à leurs rites, emportant pieusement la terre rouge (il en précise la couleur) qui guérit les malades vénitiens aussi bien que ceux de l’Inde. Le saint Thomas qui est vénéré "en la province du Maabar" n’est pas une idole, mais un apôtre de l’Eglise catholique, universelle. S’il passe sous silence les excès de dévotion des fidèles, c’est peut-être pour n’avoir pas eu le temps de les observer, mais peut-être aussi parce que les quelque seize ans passés dans l’empire du Grand khan l’ont suffisamment "dépaysé" pour qu’il ne s’en étonne pas.

  • 26 ibid., p. 114.

21Le frère Oderic parle sans doute en témoin oculaire ; on peut assister encore de nos jours à de telles démonstrations lors des célébrations de la Semaine Sainte aux Philippines. Pour lui, c’est la différence qui l’emporte, dès l’instant où il pénètre dans l’église et aperçoit cette statue géante, couverte de colliers, aux traits peut-être asiatiques. Certains commentateurs y ont vu, sans doute à tort, une statue du Bouddha. Son indignation, sa réprobation s’expliquent si l’on songe qu’il arrive doté de pouvoirs de légation missionnaire par le pape et donc conscient de ses responsabilités à l’égard de l’orthodoxie des chrétiens indigènes. Peut-être éprouve-t-il quelque ressentiment vis-à-vis de cette Inde où ses frères viennent d’être massacrés, par des musulmans il est vrai, puisqu’il emporte avec lui les ossements des martyrs de Thâna qu’il va déposer au couvent franciscain de Zayton. Mais c’est surtout au nom de la vérité qu’il a la certitude de détenir qu’il fustige les "faulx Crestiens", mis dans le même sac que "tous les mescreants de celle contrée"26.

  • 27 MANDEVILLE, op. cit., p. 235.

22Par de subtiles retouches apportées au texte qu’il utilise, Jean de Mandeville se situe sur un autre registre. La différence, il ne songe pas à la nier, c’est elle qui donne de l’intérêt à son livre, "raconter des choses étranges... procure du plaisir aux gens"27. Mais ses voyages, même s’ils n’ont pas été aussi lointains qu’il le prétend, ses lectures aussi sans doute, l’ont convaincu que cette différence n’est que de surface et que l’humanité, dans toute sa diversité, est profondément une. Les chrétiens de Saint-Thomas ne sont qu’un exemple parmi d’autres, la lecture de l’ensemble de son Livre permet de s’en convaincre.

23Ces pèlerins ne paraîtront pas trop lointains, je l’espère, à Robert Sauzet pour qui le continent asiatique n’est pas tout à fait un continent étranger. La science "pèlerine" acquise auprès d’Alphonse Dupront lui permettra de dire s’il faut ou non ranger leurs pratiques parmi les pèlerinages paniques. Quant à "l’idole" de saint Thomas, elle a hélas disparu avec l’église quand les Portugais ont édifié un nouveau sanctuaire dans Mailapur rebaptisée Sao Tomé.

Notes

1 Acta Apostolorum apocrypha, éd. R. A. LIPSIUS et M. BONNET, 1901-1903, 2 vol.

2 J. PIRENNE, La légende du "Prêtre Jean", éd. posthume, Strasbourg, Presses Universitaires, 1992, p. 32-33.

3 COSMAS INDICOPLEUSTES, Christiana Topographia, Livre III, Patrol. Graec., LXXXVIII, col. 169- 170.

4 GREGOIRE de TOURS, In gloria martyrum, M.G.H.S.S. rerum merovingicarum, I, p. 507.

5 J. RICHARD, "Les missionnaires latins dans l’Inde au XIVe s.", Studi veneziani, XII (1970), p. 231- 241, p. 232.

6 J. PIRENNE, op. cit., p. 32.

7 J. RICHARD, art. cit., p. 232.

8 GERVAIS de TILBURY, Otia Imperialia, III, 26, éd. G.W. Leibnitz, Scriptores rerum brunswicensium, Hanovre, 1707-1709, vol. I, p. 969.

9 On a parfois attribué la Mappemonde d’Ebstorf à Gervais de Tilbury, cf. J. STRZELCZYK, Gerwazy z Tilbury. Studium z dziejow uezonosci geograficznej w sredniowieczu (Gervais de Tilbury. Une étude sur l’histoire de la science géographique au Moyen Age), Wrodaw, 1970, résumés en anglais et russe.

10 Atlas catalan, 5e carte. Légende dans J.A. C. BUCHON, Notice sur un atlas en langue catalane de l’an 1374 conservé parmi les manuscrits de la bibliothèque du Roi, Paris, 1841, p. 132.
E. G. RAVENSTEIN, Martin Behaims Erdtaffel, (fac-similé du globe) B.N. département des Cartes et plans.

11 JEAN de MONTECORVINO, 2e lettre, (trad. anglaise), Ch. DAWSON, The Mongol Mission, Londres, New-York, 1955, p. 224-227.

12 P. PELLIOT, Recherches sur les chrétiens d’Asie centrale et d’Extrême-Orient, (œuvres posthumes de Paul Pelliot), Paris, Imprimerie Nationale, 1973, p. 5-12.

13 JOURDAIN CATHALA de SEVERAC, Mirabilia, éd. Coquebert de Montbret, Recueil de voyages et mémoires de la Société de Géographie, IV, Paris, 1839, p. 37-64.

14 JEAN de MARIGNOLLI, (trad. anglaise) Recollections of Travels in the East, in H. YULE, Cathay and the way thither, Hakluyt Society, 2nd. series, Londres, 1913-1916, t. II, p. 344-346 et 374-376.

15 MARCO POLO, Le Devisement du monde, Version française de Louis Hambis, éd. La Découverte, Paris, Maspéro, 1980, vol. 2, p. 444-445.

16 ibid., p. 445-446.

17 Les Voyages en Asie du bienheureux ODERIC de PORDENONE, religieux de saint François, éd. H. Cordier, (Recueil de voyages et documents pour servir à l’histoire de la géographie, t. 20) Paris, 1891, p. 113- 116.

18 ibid., p. 115.

19 POLO, op. cit., p. 430-431.

20 G. B. WARNER, Dictionary of National Biography, vol. 36, 1893, p. 23-29, s.v., Mandeville.

21 JEAN de MANDEVILLE, Voyage autour de la terre, trad. C. Deluz, Paris, Les Belles Lettres, 1993, p. 132

22 Il n’y a pas d’utilisation directe de l’ouvrage de Polo par Mandeville.

23 ODERIC, op. cit., p. 115. MANDEVILLE, op. cit., p. 134.

24 MANDEVILLE, op. cit., p. 135.

25 ODERIC, op. cit., p. 116.

26 ibid., p. 114.

27 MANDEVILLE, op. cit., p. 235.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search