Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

Les Italiens et la religion d’après les voyageurs français du XVIIe siècle

François Brizay

Texte intégral

  • 1 E. KANCEFF, Oeuvres de Jean-Jacques Bouchard, par Emanuele Kanceff, Journal, t. 2, Voyage dans le r (...)

1Plusieurs voyageurs français qui ont parcouru l’Italie entre 1588 et 1726, pendant un long XVIIe siècle, ont publié à leur retour des guides, des récits de voyage, des essais, abordant des thèmes aussi variés que l’économie, l’histoire, la société. Cependant, quel que fût leur goût pour les ruines antiques, les mœurs matrimoniales ou les institutions vénitiennes, il n’en demeure pas moins que la religion reste dans leurs écrits un sujet important car les Italiens passaient pour des dévots, aussi bien à Rome, Venise, ou Naples, comme l’affirme J.-J. Bouchard : "... il n’y a point de peuple en toute l’Italie si dévot que le napolitain. C’est irréligion parmi eus que de manquer un jour à ouïr la messe, et ne pas porter un chapelet à la main toute la mattinée ; et qui n’a pas qualche habito della Madonna ou d’un autre saint au col, et qui n’est pas de quelque congrégation, est impie"1

  • 2 Voir G. LABROT, L’image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme (1534-1677), Paris, Champ Vallon, (...)
  • 3 J. CHELINI et H. BRANTHOMME, Les Chemins de Dieu. Histoire des pèlerinages chrétiens des origines à (...)

2Dix-sept auteurs, au moins, ayant publié, ou écrit pour eux leur témoignage, entre 1595 et 1730, évoquent les rapports que les Italiens entretenaient avec la religion en distinguant deux thèmes majeurs : les croyances et le comportement des fidèles devant le sacré. Ces observations s’inscrivent dans une géographie des pratiques religieuses tenant compte des différences régionales, mais privilégiant Rome qui affirme alors clairement son rôle de capitale du monde catholique après le concile de Trente2, ainsi que Lorette dont le pèlerinage marial fut activement encouragé par la Contre-Réforme3.

Les croyances religieuses des Italiens et leurs manifestations

  • 4 ROGISSART, Les Delices de l’Italie, contenant une description exacte du Païs, des principales Ville (...)

3Les auteurs français qui ont observé les pratiques religieuses des Italiens s’accordent pour souligner leur croyance aux miracles, manifestation essentielle de la puissance de Dieu, de la Vierge et de leurs avocats auprès des hommes, les saints, dont la validité du culte fut énergiquement réaffirmée par l’Eglise de la Contre-Réforme. Rogissart résume bien l’opinion de ses compatriotes en écrivant à propos des Napolitains, décidément choyés : "... ils croient facilement les miracles, et dès qu’il se découvre quelque nouvelle image miraculeuse, tout le monde y court avec des presens et des offrandes"4. Ils cherchent donc moins à vérifier la véracité ou l’authenticité de ces miracles qu’à rapporter le récit de ces derniers en s’abritant parfois derrière la tradition, une rumeur, qu’ils livrent au lecteur avec des formules impersonnelles comme : "on dit", "l’on prétend", qui trahissent leur scepticisme.

  • 5 Comme ils sont toujours présentés de la même manière, un exemple significatif tiré de VILLAMONT, Vo (...)
  • 6 J.-A. RIGAUD, Bref recueil des choses rares, notables, antiques, citez, forteresses principales d’I (...)
  • 7 P. DUVAL, Le Voyage et la description d’Italie. Montrant exactement les Raretez et choses Remarquab (...)
  • 8 Le miracle des tombeaux, ou des corps saints, exhalant une bonne odeur, semble avoir été plus fréqu (...)
  • 9 N. BENARD, Le voyage de Hierusalem et autres lieux de la Terre Ste, faict par le Sr Bénard Parisien (...)
  • 10 P. DUVAL, op. cit., p. 383.

4Leurs écrits distinguent grossièrement deux types de miracles : ceux qu’accomplirent à Rome les martyrs chrétiens persécutés par les empereurs païens, et les miracles survenus du XIIe au XVIIe siècle. Les premiers figurent dans l’évocation de l’origine des églises romaines et la description de ces dernières5. Les seconds apparaissent dans les pages consacrées à Lorette et à deux phénomènes particuliers : les hosties sanglantes et les tombeaux de saints qui exhalent une bonne odeur. En effet, Bolsena, en 1263, puis Ferrare, en 1571, auraient été le théâtre d’un miracle que plusieurs voyageurs français ne manquent pas de relater, comme Jacques-Antoine Rigaud : "Audit Ferrare y a une Eglise qu’on nomme S. Marie del Vado, ou arriva un miracle à un prestre disant Messe doutant de la reallité du S. Sacrement, lequel rombant la saincte Hostie en reiallit du sang, qui aspergea tout le ciel de ladite chapelle, laquelle nous avons veu, le faict est arrivé 1571, et le 28 de Mars..."6. Cette intervention divine pendant la célébration de l’office étant alors utilisée par l’Eglise pour réaffirmer le dogme de la transsubstantiation contesté par les protestants, les guides ne devaient pas manquer d’en souligner l’importance devant les visiteurs qui, en les rappelant dans leurs récits de voyage, accordent une place privilégiée à cette croyance. La Contre-Réforme s’attacha également à la défense du culte des saints, et c’est à la lumière de ce contexte qu’on peut lire les lignes rapides faisant allusion à l’odeur "suave" qui s’échappait du tombeau de saint Antoine à Padoue. Soucieux de vérifier ce miracle, certains voyageurs durent cependant accepter de s’en remettre à la rumeur dévote, comme Duval, géographe ordinaire du roi : "... on baise la pierre de marbre qui est sur son cercueil, et on dit qu’elle sent le musq, ou une odeur pareille"7. Pour les voyageurs français, si cette divine fragrance8 caractérise Padoue, le sanctuaire franciscain n’a pas le monopole des phénomènes liés aux sépultures saintes, car ils évoquent aussi l’huile qui s’écoulait de tombeaux à Bari9 et Tripalda10 (dans le Royaume de Naples) notamment.

  • 11 VILLAMONT, op. cit., chap. 27-29, feuilles 65-72.
  • 12 Un exemple tiré de Jordan, Voiages historiques de l’Europe, contenant l’Origine, la Religion, les M (...)
  • 13 E. KANCEFF, op cit., p. 372.

5L’univers miraculeux accorde une place de choix à Lorette dont la présentation obéit, dès l’ouvrage de Villamont11, à un modèle que beaucoup d’auteurs reprirent : histoire et description de l’architecture et du trésor de la Santa Casa, relation des miracles qui s’y sont produits, puis, éventuellement, description des pèlerins. Les translations de la maison de la Vierge de Nazareth à Lorette retiennent ici notre attention. Les auteurs qui abordent ce thème insistent sur les quatre translations qu’effectua la maison en notant scrupuleusement la chronologie officielle d’un miracle dont l’évocation est inévitable pour tout voyageur qui a séjourné dans la région d’Ancône12. C’est le miracle qui suscite le plus de relations et de commentaires après 1680, donnant ainsi au lecteur l’impression que cette petite ville symbolise la piété, le goût des Italiens pour le surnaturel et les pèlerinages, au même titre que Rome. Cette rapide présentation de la géographie des miracles, telle qu’elle figure dans les guides et récits de voyage français, serait incomplète si elle ne faisait pas allusion à certains sites qui n’apparaissent que sous une ou deux plumes. Rares, ces notations confortent l’image d’un peuple, ou plutôt de peuples italiens sensibles et attachés aux manifestations de la puissance divine, comme, par exemple, les habitants de Salerne qui redoutaient le couvent des dominicains "celebre pour cette cloche qu’ils disent soner toute seule lors qu’un moine doit mourir"13.

  • 14 BENARD, op. cit., pp. 445-455, et N. de BRALION, Les curiositez de l’une et de l’autre Rome, ou tra (...)

6Les fidèles, convaincus des pouvoirs surnaturels des saints qu’ils regardaient comme des intercesseurs auprès de Dieu, voulaient honorer les lieux où celui-ci s’était manifesté, et s’approprier une petite partie des pouvoirs de ceux-là en approchant leurs tombeaux. Leur croyance aux miracles les conduisait donc à prendre la route des pèlerins et à vénérer les reliques, deux manifestations de la foi particulièrement encouragées par l’Eglise post-tridentine. C’est la raison pour laquelle les voyageurs français associent souvent des listes de reliques à la narration des miracles, notamment à Rome. Mais il serait fastidieux de citer ici des catalogues d’os, de dents, de morceaux de vêtements, si méticuleusement notés qu’ils donnent parfois le sentiment que les églises de la Ville Eternelle n’étaient que des ossuaires14. Rome ne détenait cependant pas le monopole des reliques car les auteurs pieux évoquent celles qu’ils ont pu voir ou honorer ailleurs pendant leurs pérégrinations. Ainsi, du nord au sud de l’Italie, les principaux saints et saintes faisant l’objet d’une mention furent : St Charles Borromée à Milan, St Antoine à Padoue, St Dominique à Bologne, St Marc à Venise, St François et Ste Claire à Assise, St Nicolas à Tolentino, St André à Amalfi, St François de Paule à Paule Castello et St Nicolas de Myre à Bari. Les martyrologes donnent au lecteur le sentiment que Rome abritait essentiellement des reliques datant des premiers siècles de l’Eglise, tandis que les bourgs et villes du reste de l’Italie vantaient surtout les mérites de leurs saints médiévaux. Les saints de la Contre-Réforme, comme St Charles Borromée n’apparaissent que peu à peu dans les guides. Ils s’ajoutent à la longue liste des villes qui honoraient un ou plusieurs saints, éléments inévitables de la foi post-tridentine en Italie.

  • 15 Parmi les statues miraculeuses évoquées par les auteurs français figurent le Volto Santo de Lucques (...)
  • 16 BENARD, op. cit., p. 551 : "Si est-ce qu’il arrive en certain temps et principallement en esté tant (...)
  • 17 M. de GUYOT DE MERVILLE, Voyage historique d’Italie, contenant des recherches exactes sur les gouve (...)
  • 18 M. de SAINT-MARTIN, Le gouvernement de Rome, où il est traité de la religion, de la iustice, et de (...)

7Pour vénérer ces reliques, les images pieuses ou les statues miraculeuses15, dont ils attendaient une guérison, l’allégement d’une souffrance, la promesse d’une grossesse, les fidèles participaient à des pèlerinages dont les principaux centres correspondaient aux villes que nous venons juste de citer. Les auteurs français les évoquent simplement, sans s’attarder sur leur fréquentation, leur organisation ou leur origine ; leur vision de l’Italie des pèlerinages repose sur deux villes qu’ils gratifient de longs commentaires et descriptions : Rome, siège de nombreuses reliques, mais surtout ville sainte où les dévots pouvaient obtenir des indulgences, particulièrement pendant les Années saintes, et Lorette, principal sanctuaire marial en Italie. Ce dernier apparaît comme un lieu très fréquenté, plus particulièrement à Pâques et à la fête de la Nativité de la Vierge, car, de Bénard16 à Guyot de Merville17, tous les observateurs s’accordent pour souligner la densité des flux de pèlerins convergeant vers le sanctuaire. A Rome, si pendant les fêtes de Pâques ou les Jubilés les pèlerins préféraient faire leurs prières et dévotions dans les sept églises principales, Michel de Saint-Martin souligne cependant les multiples occasions qu’avait le croyant d’y satisfaire sa piété : "On celebre presque tous les iours la Feste de quelqu’un, et souvent en un méme iour dans plusieurs Eglises qui portent son nom. Quelques iours avant la Feste, les Curés font mettre des affiches aux Carrefours, pour exhorter à venir honorer le Sainct, à se Confesser et Communier, à gaigner l’Indulgence, et entendre la Musique"18.

  • 19 M. GUYOT DE MERVILLE, op. cit., p. 404.

8La dévotion des Italiens pour les reliques, les images et statues miraculeuses, leur goût pour les pèlerinages, marquaient leur adhésion aux dogmes défendus par l’Eglise. La place que ces croyances et leur expression occupe dans les livres des voyageurs français est, bien sûr, un témoignage de l’affirmation du modèle tridentin dans la Péninsule, mais aussi de l’étonnement plus ou moins affiché des étrangers. En effet, bien que les Français ne portent pas systématiquement des jugements de valeur sur la foi des Italiens, leur regard n’en devient pas moins de plus en plus critique avec le temps. Même si des auteurs continuent à souligner la sincérité de la foi des Italiens, comme Guyot de Merville qui écrit : "les Siennois ont beaucoup de respect pour elle (la Vierge), et j’ose bien dire, qu’après la ville de Lorette, il n’y a pas de lieu au monde, où l’on en fasse plus de cas"19, d’autres voient de la superstition et une dévotion de façade dans les pèlerinages, les processions et l’attrait pour le surnaturel. C’est ainsi que le poète Saint-Amant, sous prétexte de faire de l’esprit, s’en prend violemment à la piété des Romains :

  • 20 M.-A. de SAINT-AMANT, La Rome ridicule caprice, s.l., 1643, str. 84.

"D’impertinentes simagrées
Ils fardent la dévotion ;
Par leur grande inclination
Les bonnes mœurs sont dénigrées
Pourveu qu’un autel soit orné,
De maint ex voto griffonné,
Un Sainct leur en doit bien de reste ;
Et cependant, à ces Tableaux
La piété la plus modeste
Rit sous-cappe et dict mots nouveaux"20

  • 21 GUYOT DE MERVILLE, op. cit., t. 2, pp. 242-243. On notera qu’il a copié Rogissart à propos du goût (...)
  • 22 Idem, pp. 69-70.
  • 23 Idem, pp. 403-404.

9Après 1680 environ, la présentation des croyances des Italiens devient plus critique, notamment chez les auteurs protestants. Guyot de Merville, par exemple, s’inscrit bien dans ce courant, et l’on peut supposer qu’il fut, sinon protestant, du moins proche d’eux, car il effectua plusieurs séjours en Hollande et à Genève et se montra sévère dans ses observations sur la religion catholique. Voici, par exemple, ce qu’il écrit sur les Napolitains : "Ils sont forts dévots, mais ils ne sont pas fort pieux. Je m’explique. Ils aiment les Eglises, les chapelles, les confrairies, les rosaires, les chapelets, et tout ce qu’il y a de plus charlatan dans la religion. Ils paroissent croire facilement les miracles, et lorsqu’il se découvre quelque nouvelle image miraculeuse, on ne voit que trop de gens qui y courent avec des presens et des offrandes... En in mot ils n’épargnent rien pour passer pour des gens pieux, mais tout cela n’est qu’un vain exterieur, et si je dis qu’ils sont dévots, c’est dans le sens que ce terme paroît avoir generalement aujourd’hui par tout le monde"21. Il manifeste la même sévérité pour les Génois22 et les Italiens en général23. Ses prises de position nous rappellent que la lecture de ces témoignages doit prendre en considération la formation intellectuelle et les opinions religieuses des auteurs. De ce point de vue, ils se divisent en deux familles, la première regroupant les voyageurs ironiques, agacés par ce qu’ils considèrent comme des superstitions et des croyances ridicules, la seconde rassemblant les auteurs dévots, pèlerins (Villamont, Rigaud, Bénard), ecclésiastiques (de Saint-Martin) ou simples curieux (Duval, Jordan, entre autres), sensibles à la piété et la foi de gens dont ils croient partager les sentiments. Leurs préjugés, leurs a priori se retrouvent dans leur description des comportements des Italiens devant le sacré.

L’attitude des Italiens devant le sacré.

10Jusqu’ici, en suivant les guides et récits de voyage, nous avons entrevu les croyances des populations de la Péninsule, mais nous n’avons pas regardé celles-ci prier, vénérer les reliques, écouter un sermon. Pourtant, plusieurs auteurs ne se contentent pas de catalogues de lieux saints et d’impressions fugitives, mais donnent un peu de vie à leurs textes en décrivant les ecclésiastiques et les laïcs au cours des offices, des processions, des pèlerinages, dans les monastères, les couvents, les églises. Ces notes expriment l’étonnement, l’amusement, le dépit de Français devant des attitudes différentes de celles qu’ils pouvaient observer chez eux. Souvent critiques, elles nous renseignent plus sur la sensibilité religieuse de leurs auteurs que sur celle des Italiens ; néanmoins, elles sont un bon exemple des confrontations culturelles qui alimentèrent la réflexion des Européens sur la relativité des lois, des croyances et des religions à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle.

  • 24 A. JOUVIN DE ROCHEFORT, Le Voyageur d’Europe où sont les voyages de France, d’Italie et de Malthe, (...)
  • 25 Idem, p. 630.

11Les Français soulignent le caractère démonstratif de la foi des Italiens, clercs et laïcs confondus. Leurs pratiques religieuses, bruyantes et visibles, avaient une dimension théâtrale qui faisaient d’elles un spectacle où les fidèles étaient à la fois acteurs et spectateurs. Commençons par les religieux, qui ne ménageaient pas leurs efforts pour se mettre à la portée de leurs ouailles, si l’on se fie au témoignage savoureux de Jouvin de Rochefort qui entendit, et vit, un énergique prédicateur à Messine : "Nous entendîmes un sermon le jour d’une grande feste dans cette Eglise (l’Annonciade), où selon la coûtume d’Italie, les femmes estoient séparées des hommes par un petit parquet environné d’air à la hauteur d’un homme ; qui selon la coûtume des Predicateurs de Sicile, fut commencé par un long discours plaisant en façon de comédie, qui est leur politique et leur moyen de faire venir quantité de monde les écouter, comme nous le vîmes dans cette predication, où (que Dieu me le pardonne) je n’eus jamais tant de divertissement que d’entendre ce Predicateur qui contrefaisoit si bien toutes les paroles qu’une fille dit à ses pere et mere pour leur temoigner l’envie qu’elle a de se marier bien tost, qu’il n’y a personne qui pust s’empêcher de rire de l’entendre"24. Jouvin ne se moque pas du religieux ; il assiste à un spectacle étonnant pour lui, qui se poursuit dans l’assistance car, au moment où le prédicateur achève son sermon, les fidèles réagissent brutalement : "On entendit les soûpirs et les doleances des femmes, qui à l’imitation du Predicateur, qui tenoit un Crucifix en sa main (que l’on voit ordinairement à toutes les chaires des Predicateurs) se battoient la poitrine, et se donnoient des soufflets avec telle force que toute l’Eglise en retentissoit de telle sorte, qu’on eust dit qu’elles estaient devenuës toutes saintes de ce sermon"25.

  • 26 M. MISSON, Nouveau voyage d’Italie, fait en l’année 1688. Avec un memoire contenant des avis utiles (...)

12La superstition et le fétichisme pouvaient aussi provoquer des tumultes devant l’autel. Un homme réputé pour ses dons surnaturels ou sa grande piété était considéré, de son vivant, comme un saint dont la moindre relique était sensée procurer à celui qui la possédait une petite partie de son pouvoir. Ses apparitions donnaient donc lieu à des mouvements de foule dont Misson donne un aperçu à Venise : "Le Père Marc d’Aviano, dont je vous ay parlé dans ma lettre d’Ausbourg (sic), est présentement icy : J’ay esté deux ou trois fois pour l’entendre prescher, mais il n’y a pas eû moyen d’entrer ; il faudroit estre là quatre heures auparavant, afin de trouver place. La dévotion du peuple est si grande, pour ce prétendu faiseur de miracles, qu’an commencement ils déchiroient son froc, et luy arrachoient les poils de la barbe ; et ils n’auroient pas manqué de le démembrer tout-à-fait, afin d’en avoir des Reliques ; si l’on ne se fust avisé de percer la muraille de l’Eglise, et de le faire entrer en chaire, par une galerie qui y conduit tout droit, d’une maison voisine, et qui le dérobe ainsi aux dévots indiscrets"26. Ce témoignage sans commentaire renforce l’image de bouillants Italiens capables de violence pour obtenir ce qu’ils regardaient comme une preuve matérielle de la puissance divine et un talisman. Point de recueillement, ou de silence, mais une ardeur collective excitée par la sensibilité religieuse.

  • 27 Anonyme, Voyage de l’année sainte, Cologne, Abraham Stohfler, Cologne, 1675, p. 6.
  • 28 M. MISSON, op. cit., t. 1, p. 230.

13L’église était un lieu, ou plutôt une scène privilégiée pour s’initier à une rudimentaire anthropologie religieuse, et plusieurs auteurs ont noté ces approbations sonores durant les offices. Cependant, sauf venue d’un religieux réputé pour sa sainteté, ou intervention bruyante des fidèles, les messes italiennes ressemblaient beaucoup à celles de France ; par conséquent, leur évocation reste discrète dans la littérature de voyage. En revanche, les pèlerinages et les processions offraient un spectacle moins commun, souvent impressionnant, surtout si on tient compte des effectifs qu’ils mobilisaient. Les Français en ont donc rapporté des images violentes et frappantes. Ainsi, à Rome, pendant le pèlerinage qu’il y accomplit en l’Année Sainte 1675, un Franc-comtois anonyme croisa des flagellants : "Vous la (Rome) voyés quelquefois dans la Penitence, ses Citoyens devenir leurs propres bourreaux, et faire voir se dechirans à coups de foüet"27. Pieux, il voit dans cette pratique une preuve de piété un peu rude ; pour le protestant Misson, au contraire, les processions et les pèlerinages restent une activité risible. Lisons-le fustiger des comportements qu’il juge étrangers à la foi, comme les déambulations des pèlerins de Lorette autour de la Santa Casa : "Mais ce que nous avons trouvé de plus rare, dans cet endroit, ce sont les processions de ceux qui font le tour de cette Maison à genoux, les uns tournent cinq fois, les autres sept, et les autres douze, selon le mystère qu’ils cherchent dans le nombre. Représentez-vous quarante ou cinquante personnes, hommes, femmes, et petits enfants, tout cela trottant sur les genoux, en tournant d’un costé. Et un pareil nombre qui les rencontre, en allant de l’autre. Chacun tient son Chappelet, et murmure ses pâtrenostres ; cependant ils songent tous à costoyer la muraille, tant pour abréger le chemin que pour aprocher de plus prés le Saint lieu ; ce qui les fait souvent entrechoquer, et ne cause pas peu d’embarras "28. En ridiculisant le lieu de pèlerinage le plus célèbre d’Italie, après Rome, Misson attaque le culte marial, et en se moquant des gestes des croyants, il réduit leur dévotion à des gesticulations absurdes proches du paganisme. La piété devient mécanique, artificielle, une sorte de jeu.

  • 29 G. d’EMILIANE, Histoire des tromperies des prestres et des moines de l’Eglise romaine..., contenues (...)

14Démonstratifs dans l’expression de leurs sentiments religieux, les Italiens, tels que les voyaient les voyageurs français, étaient aussi familiers avec le sacré. Les objets religieux ne leur inspiraient pas le respect auquel s’attendaient certains auteurs, d’autant plus sévères dans leurs jugements qu’ils étaient protestants, comme Gabriel d’Emiliane. L’usage du chapelet scandalisa ce dernier : "Presque tous les Italiens ont toujours un chappelet sur eux, dans leur poche, ou à leur col entre leur pourpoint et leur chemise. Les Dames le portent au bras. C’est aujourd’hui un ornement pour elles, comme le sont les colliers et les bracelets de perles et de diamans... Les plus debauchées auroient honte de sortir sans avoir leurs grands chappelets à leurs bras, qui leur pendent jusqu’aux pieds. Ce n’est pas qu’elles ayent grande devotion à le dire, mais c’est que c’est une contenance dont elles ne sauroient se passer, et elles ne font point de difficulté de demander à leurs Amans un chappelet pour le prix de leur commerce infame"29. Ce qui choque ici l’austère d’Emiliane, c’est la rencontre inattendue entre le chapelet, pour lequel sa confession n’a aucune tendresse particulière, et l’amour vénal, entre le divin et la chair. Dans son esprit, cette collusion devient une preuve du manque de sérieux des catholiques italiens, et particulièrement des femmes, capables de mêler sans remords le profane et le sacré.

  • 30 J.-J. BOUCHARD, op. cit., p. 279.

15D’autres auteurs évoquent des situations où les fidèles adoptaient une attitude familière, là où les contemporains de Pascal espéraient un peu plus de recueillement. Les bavardages pendant les offices ne les surprenaient pas beaucoup, mais l’usage que de drôles de paroissiens faisaient parfois des églises suscitait leur consternation, ou leur indignation amusée. Jean-Jacques Bouchard, qui avait mené une vie dissolue avant de s’installer en Italie, raconte avec un plaisir évident une scène surprise dans une église napolitaine : "... Vous verrez dans Naples de petites eglises où ne peuvent pas tenir deus ou trois cents persones, là où il y aura six et dix banis refugiez, qui boivent, mangent et couchent dans l’eglise, non sine candida puella vel puello, là où ils font mille vilenies et insolences ; entre autres, je vi une fois dans Sta Maria Rotonda deus ou trois jeunes gens assez beaus garçons, où les cavaliers napolitains alloient come au bordel, et y vis une fois en passant, dans le benestier que je consideroi pour estre un tripié fort antique, des bouteilles de vin que ces messieurs avoient mis rafraischir dans l’eau beniste"30. Comme dans le texte de G. d’Emiliane, l’impiété présumée est mêlée au péché de chair que les catéchismes et les sermons de la Contre-Réforme combattaient constamment, et s’accommode d’une profanation. Cependant, Bouchard ne se pose pas en censeur. Catholique hétérodoxe qui n’hésitait pas à fréquenter les milieux libertins à Rome (et qui aspirait à une carrière ecclésiastique au moment de la rédaction de son sulfureux journal), il ne s’indigne pas d’une familiarité avec le divin qu’il savait inséparable du catholicisme italien.

  • 31 GUYOT DE MERVILLE, op. cit., pp. 183-184.
  • 32 G. d’EMILIANE, op., cit., pp. 211-214.
  • 33 M. MISSON, op. cit., 4° é.„ 1717,t. 1, p. 377.

16Le libertinage et le jeu apparaissent donc comme les deux manifestations de cette familiarité. On les retrouve, d’ailleurs, dans les processions et les pèlerinages où les femmes profitaient d’une occasion de rompre la monotonie des jours et, parfois, de fuir momentanément la pesanteur de leur entourage. Aussi se voient-elles accorder une place centrale dans les cérémonies religieuses, comme les fêtes en l’honneur de Sainte Catherine, à Sienne, auxquelles assista Guyot de Merville : "A vrai dire le vrai, cette procession inspire plus d’amour mondain que de dévotion : il ne faut pas s’en étonner. Les Galands des Dames, ne manquant pas de se trouver à cette fête, pendant tout le tems de la procession on les voit se parler, rire, et badiner avec elles sans qu’on y trouve à redire. J’ai même vu de ces saintes femmes, pendant cette dévote marche, manger des confitures sèches, qu’elles avoient reçues de leurs Amants"31. La légèreté des participants est présentée comme une tradition dont personne ne s’offusque ; la vénération de la sainte est un divertissement. Parfois, celui-ci devient une farce et le pèlerinage un prétexte au badinage. Sur le chemin de Lorette, les pèlerins ont ainsi droit aux sarcasmes, prévisibles, de G. d’Emiliane32 et de Misson : "Les Femmes s’habillent le plus richement qu’il leur est possible, et s’attachent à leurs corps de robe, un petit bourdon de la longueur de la main, Bourdon qui donne lieu à de jolies pensées, et qui sert à égayer l’entretien sur la route"33.

  • 34 Anonyme, Lettres curieuses ou relations de voyages, etc., Paris, J.-B. Loyson, 1670, pp. 102-103 ; (...)
  • 35 A.-T. de LIMOJON, op. cit., p. 385.
  • 36 Idem, p. 386.
  • 37 Idem, pp. 387-388.

17Les laïcs n’étaient pas les seuls à prendre du bon temps aux moments et lieux où ils auraient dû se recueillir. Entre 1670 et 1691, quatre ouvrages se sont intéressé au libertinage des religieuses de Venise34. La ville des doges n’attirait pas les étrangers pour ses seules institutions et l’originalité de son site ; ses femmes, et plus particulièrement les prostituées, jouissaient d’une réputation flatteuse. Les religieuses n’échappaient donc pas au stéréotype de la Vénitienne légère, et les voyageurs français leur prêtaient des aventures galantes. Le monastère devenait un lieu de rencontre entre des nonnes consumées par l’amour et leurs amants, et, une nouvelle fois, un lieu saint abritait des gestes et des pensées profanes. Mais ce thème n’était-il pas trop convenu ? Limojon, par exemple, écrit bien que "toute la vigilance des Supérieures ne sert qu’à faire trouver à ces Filles plus d’expediens pour voir leurs Amans"35 et que "pendant le Carnaval les Parloirs sont les rendez-vous des masques"36, mais il s’interroge pourtant sur la véracité de ces affirmations : "Cependant quelque medisance qu’on puisse faire sur cela, et quelques histoires qu’on conte de certaines Religieuses qui ont quelquesfois eu la curiosité de voir l’Opéra, et qui en ont trouvé les moyens, je veux croire que tout cela est faux ; et que les autres libertez qu’elles ont, et qu’on estime à Venise de petite conséquence, donnent lieu à en dire plus de choses qu’il n’y en a en effet"37.

18Les voyageurs français présentent les Italiens comme des fidèles superstitieux, attachés aux manifestations collectives et spectaculaires de la foi, prompts à mêler profane et sacré. Le regard parfois désapprobateur qu’ils portent sur ces pratiques révèle leurs préjugés. Ils sont horrifiés de voir la foi et les pratiques religieuses associées, dans certaines circonstances, à ce que l’Eglise considérait alors comme l’une des plus graves fautes : le péché de chair. La peur de celui-ci conduisant naturellement à une misogynie inavouée, les femmes, dans leurs livres, se comportent comme des êtres inconséquents, bavards, puérils et portés au badinage. Cependant, ces clichés ne dissimulent pas le fait que la religion catholique, en Italie, mobilisait des foules qui souscrivaient, avec leur tempérament et leur sensibilité, aux dogmes de l’Eglise. A partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, les auteurs français qui voient moins la sincérité de cette foi que le ridicule de son expression, témoignent du fossé alors en train de se creuser entre une Italie profondément attachée à ses traditions religieuses et une France dont certains de ses fils sont moins sensibles aux certitudes de la foi et plus sceptiques.

Notes

1 E. KANCEFF, Oeuvres de Jean-Jacques Bouchard, par Emanuele Kanceff, Journal, t. 2, Voyage dans le royaume de Naples, Voyage dans la campagne de Rome, Torino, G. GIAPPICHELLI, 1977, p. 280.

2 Voir G. LABROT, L’image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme (1534-1677), Paris, Champ Vallon, 1987.

3 J. CHELINI et H. BRANTHOMME, Les Chemins de Dieu. Histoire des pèlerinages chrétiens des origines à nos jours, Paris, Hachette, 1982, pp. 249-250.

4 ROGISSART, Les Delices de l’Italie, contenant une description exacte du Païs, des principales Villes, de toutes les Antiquitez, et de toutes les raretez qui s’y trouvent, Paris, 1707, t. 3, p. 47.

5 Comme ils sont toujours présentés de la même manière, un exemple significatif tiré de VILLAMONT, Voyages du Seigneur de Villamont, Paris, 1595, suffit pour illustrer le propos. Le jeune pèlerin breton, dans les 35 pages qu’il consacre à Rome, décrit les principales églises, donne la liste des reliques qu’elles abritent et raconte les éventuels miracles qui s’y sont déroulés. L’église des Trois Fontaines est ainsi présentée : "Et l’autre temple et eglise, est des 3 fonteines distant de Rome environ de deux bons mille, ainsi nommee à raison qu’au mesme lieu et endroit l’Apostre Sainct Paul eut la teste couppee, laquelle tombant à terre feit trois sauts, assez eloignez l’un de l’autre, avant mourir, où tout incontinent sourdirent miraculeusement trois claires fonteines, l’eau desquelles est des meilleures à boire", feuille 34. Ces lignes ne sont suivies d’aucun commentaire.

6 J.-A. RIGAUD, Bref recueil des choses rares, notables, antiques, citez, forteresses principales d’Italie. Avec une infinité de particularitez dignes d’estre sçeuës, Aix, Jean Tolosan, 1601, feuille 13.

7 P. DUVAL, Le Voyage et la description d’Italie. Montrant exactement les Raretez et choses Remarquables qui se trouvent es Provinces et en châques Villes, les distances d’icelles, etc., Troyes, Nicolas Oudot, vendu à Paris chez Gervais Clousier, 1656, p. 192.

8 Le miracle des tombeaux, ou des corps saints, exhalant une bonne odeur, semble avoir été plus fréquent dans le Royaume de Naples que dans le reste de l’Italie. Voir J.-M. SALLMANN, Naples et ses saints à l’âge baroque (1540-1750), PUF, Coll. "Ethnologies", Paris, 1994, pp. 274-275.

9 N. BENARD, Le voyage de Hierusalem et autres lieux de la Terre Ste, faict par le Sr Bénard Parisien Chevalier de l’ordre du St Sepulchre de Notre Seigneur Iesus Christ. Ensemble son retour par l’Italie, Suisse, Allemagne, Holande et Flandre, en la tres fleurissante et peuplee Ville de Paris, Paris, Denis Moreau, 1621, pp. 381-382.

10 P. DUVAL, op. cit., p. 383.

11 VILLAMONT, op. cit., chap. 27-29, feuilles 65-72.

12 Un exemple tiré de Jordan, Voiages historiques de l’Europe, contenant l’Origine, la Religion, les Mœurs, les Coûtumes et les forces de tous les peuples qui l’habitent, et une Relation exacte de tout ce que chaque Païs renferme de plus digne de la curiosité d’un Voiageur, t. 3, Qui comprend tout ce qu’il y a de plus curieux en Italie, Paris, Nicolas le Gras, 1693, pp. 196-197, illustre bien la vulgate de Lorette : "... on apprend, que les Turcs ayant commencé d’envahir la Terre Sainte, Dieu ne voulant pas que le lieu où son Fils avoit reçû l’Incarnation, fût pollué par les Infidèles, permit que les Anges enlevassent cette petite Maison, le neuviéme Mai 1291 pour la porter de Nazareth en Galilée où elle étoit jusques en Dalmatie, d’autres disent en Esclavonie : que trois ou quatre ans aprés, elle fut portée par ces Esprits bien-heureux dans le Diocese de Recanati, en la Marche d’Ancone, sur la terre d’une pieuse Dame nommée Lorette : mais que la situation de cette petite Maison se trouvant dans un bois où les voleurs insultoient souvent les Pelerins, huit mois aprés elle fut transportée à demi lieuë de là sur une Colline, et ensuite plus loin, qui est l’endroit où l’on a bâti cette superbe Eglise dans laquelle on a enclos cette Chambre".

13 E. KANCEFF, op cit., p. 372.

14 BENARD, op. cit., pp. 445-455, et N. de BRALION, Les curiositez de l’une et de l’autre Rome, ou traité des plus augustes temples et autres principaux Lieux Saints de Rome Chrestienne, et des plus notables Monuments et vestiges d’Antiquité et magnificence de Rome Payenne, Paris, Edme Couterot, 1655-1659, p. 81 et sq.

15 Parmi les statues miraculeuses évoquées par les auteurs français figurent le Volto Santo de Lucques, qu’aurait sculpté Saint Nicodème, le crucifix de Sirolo, et la statue de la Vierge dans la Santa Casa de Lorette, attribuée à Saint Luc.

16 BENARD, op. cit., p. 551 : "Si est-ce qu’il arrive en certain temps et principallement en esté tant de pèlerins de toutes parts que l’on ne sçait où se loger."

17 M. de GUYOT DE MERVILLE, Voyage historique d’Italie, contenant des recherches exactes sur les gouvememens, les mœurs, les fêtes, les spectacles et les singularités des villes où l’auteur a passé, etc., La Haye, 1729. Il écrit t. 2, p. 10 : "Je puis vous assurer, Monsieur, que je suis très-content de m’être un peu détourné du droit chemin pour passer à Lorette, quand ce ne seroit que pour le plaisir que j’ai eu de voir sur cette route une infinité de monde, qui vient en foule visiter ce saint lieu. On peut dire que c’est une procession continuelle ".

18 M. de SAINT-MARTIN, Le gouvernement de Rome, où il est traité de la religion, de la iustice, et de la police, Caen, Adam Cavelier, 1652, p. 154.

19 M. GUYOT DE MERVILLE, op. cit., p. 404.

20 M.-A. de SAINT-AMANT, La Rome ridicule caprice, s.l., 1643, str. 84.

21 GUYOT DE MERVILLE, op. cit., t. 2, pp. 242-243. On notera qu’il a copié Rogissart à propos du goût des Napolitains pour les miracles (voir note 4), ce qui conforte l’idée que ces guides et récits de voyage étaient stéréotypés.

22 Idem, pp. 69-70.

23 Idem, pp. 403-404.

24 A. JOUVIN DE ROCHEFORT, Le Voyageur d’Europe où sont les voyages de France, d’Italie et de Malthe, d’Espagne et de Portugal, des Pays-Bas, d’Allemagne et de Pologne, d’Angleterre, de Danemark et de Suède, Paris, Denis Thierry, 1672, pp. 629-630.

25 Idem, p. 630.

26 M. MISSON, Nouveau voyage d’Italie, fait en l’année 1688. Avec un memoire contenant des avis utiles à ceux qui voudront faire le mesme voyage, La Haye, 1691,t. 1, p. 205.

27 Anonyme, Voyage de l’année sainte, Cologne, Abraham Stohfler, Cologne, 1675, p. 6.

28 M. MISSON, op. cit., t. 1, p. 230.

29 G. d’EMILIANE, Histoire des tromperies des prestres et des moines de l’Eglise romaine..., contenues en huit lettres écrites par un voyageur pour le bien du Public, Rotterdam, 1693, pp. 49-50.

30 J.-J. BOUCHARD, op. cit., p. 279.

31 GUYOT DE MERVILLE, op. cit., pp. 183-184.

32 G. d’EMILIANE, op., cit., pp. 211-214.

33 M. MISSON, op. cit., 4° é.„ 1717,t. 1, p. 377.

34 Anonyme, Lettres curieuses ou relations de voyages, etc., Paris, J.-B. Loyson, 1670, pp. 102-103 ; N. AMELOT DE LA HOUSSAIE, Histoire du gouvernement de Venise, Paris, F. Leonard, 1676, p. 89 ; A.-T. de LIMOJON, La Ville et la République de Venise, Paris, Louis Billaine, 1680, pp. 283-288 ; M. MISSON, op. cit., t. 2, pp. 5-6.

35 A.-T. de LIMOJON, op. cit., p. 385.

36 Idem, p. 386.

37 Idem, pp. 387-388.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search