Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Sensibilité et pratiques religieuses

La noblesse au pied de la croix : oisiveté, loisir... Sacrifice ?

Claude-Isabelle Brelot

Texte intégral

  • 1 Avec la soutenance du beau mémoire de DEA (histoire) soutenu en décembre 1994 par Madame C (...)
  • 2 Lucien FEBVRE, Histoire de la Franche-Comté, Paris, Boivin, 1912.
  • 3 Ferdinand vicomte Chifflet d’Orchamps (Montmirey-la-ville, 1812-Besançon, 1879) ; cf. doct (...)
  • 4 Besançon : Recologne, canton d’Audeux, arr. de Besançon, dép. du Doubs ; Saint-Claude : Mo (...)

1C’est à Robert Sauzet que je dois la découverte des productions de l’atelier tourangeau des maîtres-verriers Lobin, auquel les commandes du clergé et de la noblesse légitimiste donnèrent éclat et large réputation. L’intérêt qu’il a manifesté pour cet art religieux tardif, mais significatif de la sensibilité des élites traditionnelles du XIXe siècle1, m’autorise aujourd’hui à lui rendre hommage en revenant sur la production artistique du fils de l’une des familles patriciennes de Besançon, famille qui s’était illustrée au temps où Besançon était ville libre espagnole et où les Comtois bénéficiaient de la faveur de Charles Quint2. Il s’agit du vicomte Ferdinand Chifflet3, dont plusieurs œuvres – hauts et bas-reliefs –, décorent encore quelques églises des diocèses de Besançon et de Saint-Claude4. Plus que la valeur artistique, c’est la signification de cet ensemble et sa destination qui retiennent l’intérêt. Le chemin de croix de Recologne, en particulier, offert à cette paroisse, atteste la forte volonté d’insertion de l’ancien seigneur dans son village et dans la chrétienté.

La piété ultramontaine dans sa fonction intégratrice

  • 5 COURTIEU (Jean) [dir.], Dictionnaire des communes du département du Doubs, Besançon, Cêtre (...)
  • 6 Selon une conversation déjà ancienne avec Monsieur Guy de La Chaise.
  • 7 Difficile à identifier, en l’absence d’une généalogie familiale très complète.

2Ces quatorze bas-reliefs, cuits sur place à la tuilerie des Verdot, explicitent la marque d’une époque et d’un lieu. Ponce-Pilate y prend les traits de Napoléon 1115, Jules Grévy ceux du mauvais larron6 et le vicomte ceux du bon larron. Une Sainte Anne accompagnant l’ensemble emprunte le visage d’une jeune châtelaine du voisinage, née Seguin de Jallerange7. L’œuvre, qui implique une longue méditation sur la souffrance et le salut par la croix, rejoint le dolorisme de la piété populaire, attestant ainsi la greffe de l’ultramontanisme sur la noblesse.

  • 8 Arch. dép. Doubs, 492 O 6 ; cf. Florence ARNOULD, L’évergétisme dans le département du Dou (...)
  • 9 "Bon comme un Chifflet”, dit un adage comtois, cit. par Claude-Isabelle BRELOT, La nobless (...)
  • 10 Armand MARQUISET, Statistique historique de l’arrondissement de Dole.– Besançon, Deis, 184 (...)
  • 11 Courrier franc-comtois, 3-VI-1879.

3Son don à l’église paroissiale revêt une signification toute particulière : elle est, dans l’espace public du village, la seule trace de la présence du vicomte Chifflet. En effet, lorsque ses héritiers prennent leurs dernières dispositions, en 1881, la donation destinée à la fondation d’une école de filles tenue par les Sœurs de la charité est refusée par le conseil municipal, qui préfère avoir recours à une institutrice laïque8. Le patronage des anciens seigneurs est ainsi mis en échec, alors que leur bonté était légendaire9 : une génération plus tôt, leur évergétisme avait financé non loin de là, à Montmirey-la-ville, pont de pierre et pompe à incendie10 et, en 1870 encore, pendant l’occupation prussienne, le vicomte Chifflet, otage des troupes allemandes pour le canton d’Audeux, avait obtenu une réduction de la contribution de guerre imposée aux habitants11. Après le refus des édiles de Recologne, infligé au lieu même de la résidence châtelaine, le désir d’éterniser la mémoire collective des Chifflet a dorénavant la paroisse pour seul appui. La chrétienté paroissiale devient ainsi le substitut de la communauté de village et de l’institution municipale en voie de républicanisation.

  • 12 Auguste CASTAN, Besançon et ses environs, Besançon, Jacquin, 1901, p. 171-172 ; comtesse A (...)
  • 13 Canton de Montmirey-le-château, arr. de Dole et dép. du Jura.
  • 14 L’abbé P. BRUNE écrit à tort "sur ses épaules".
  • 15 Bas-relief, au château de Montmirey-la-ville.
  • 16 Château de Montrambert, commune de Marpain, canton de Montmirey-le-château (Jura). Ce chât (...)
  • 17 Château d’Arcelot, commune d’Arceau, canton de Mirebeau, dép. de Côte-d’Or.
  • 18 Vie de Sainte Élisabeth de Hongrie, 1836.

4Cette chrétienté paroissiale, pour le vicomte Chifflet, transcende les oppositions sociales. Dans le même mouvement, le choix des sujets traités, dans leur ensemble, est révélateur d’une piété ultramontaine à la faveur de laquelle les élites traditionnelles rejoignent les dévotions populaires. Dolorisme, christocentrisme, goût du miracle et culte des saints sont conjugués dans une pédagogie de la foi accessible à tous. La geste des saints est en effet le thème récurrent de l’œuvre du vicomte Chifflet. Il offre au couvent des Capucins de Besançon -sans doute comme ami de Charles Mareschal de Longeville, entré en religion dans ce monastère12, un Saint François d’Assise et le loup de Gubbio, ce loup qui promet au saint de renoncer à ses habitudes de férocité. À l’église de Montmirey-la-ville13, deux grands panneaux en demi-bosse, d’abord destinés à la chapelle du château de Chambord et demeurés inachevés, mettent en scène Saint Louis rendant la justice sous le chêne de Vincennes et Saint Louis portant la sainte couronne d’épines14. Ce cycle de Saint Louis est complété par Blanche de Castille enseignant son fils15. Des châteaux amis furent gratifiés de Jeanne d’Arc sur son bûcher16, Sainte Élisabeth de Hongrie17, à qui Charles de Montalembert, député du Doubs de 1848 à 1857, a consacré un livre18. De la même veine relève encore la Sainte Anne de l’église de Recologne, dont le registre de couleurs lumineuses s’inspire de la polychromie des statues anciennes. Le répertoire des thèmes est donc proche de celui des vitraux de la dynastie Lobin. Noble royaliste et légitimiste, le vicomte Chifflet trouve son inspiration dans des sujets où se rejoignent cultes populaires et fidélité au roi de France. La fusion dans la piété ultramontaine ouvre les voies d’une possible restauration de la chrétienté.

  • 19 Gaston COINDRE, Mon vieux Besançon. Histoire pittoresque et intime d’une ville, Besançon, (...)
  • 20 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 157.
  • 21 G. COINDRE, Mon vieux Besançon..., ouv. cit., p. 440 ; Auguste CASTAN, Musées de Besançon. (...)
  • 22 P. BRUNE, Dictionnaire..., ouv. cit., p. 56 ; vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Un hiver à Bopp (...)
  • 23 G. COINDRE, Mon vieux Besançon..., ouv. cit., p. 440
  • 24 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 154-155. Ces deux haut-reliefs sont-il (...)
  • 25 Françoise BAUDSON, Le style troubadour. Catalogue de l’exposition du musée de Brou (Bourg- (...)
  • 26 Station III du chemin de croix de Recologne.

5L’utopie d’une chrétienté médiévale explique les références de l’inspiration. Elles se veulent à la fois naïves et populaires, quoique le vicomte Chifflet soit un amateur éclairé. Président, à Besançon, de la Société des amis des beaux-arts, de 1869 à sa mort19, il pratique dessin, peinture et sculpture en amateur assidu et passionné. "Les exigences de l’art ne laissaient point de trêve à l’esprit délicat de M. Chifflet, et [...] ses efforts devaient bientôt engloutir ses forces20", affirme son biographe. Dessinant à la mine de plomb, selon la mode anglaise de son temps21, il est l’auteur d’aquarelles, de miniatures, de copies de tableaux de famille du XVIe siècle et d’un album de dessins rehaussé de couleurs réalisé au cours d’un séjour sur les bords du Rhin22. Mais il est surtout connu pour ses terres cuites enluminées de teintes parfois un peu vives, "prestigieu[ses] de couleur et d’entrain23". Sa technique du modelage et de l’émail se renouvelle dans une recherche proche du courant néo-palissyste : mise au point d’effets métalliques, recours à des effets prononcés de haut-relief et de demi-bosse, inspiration médiévale. L’influence de la renaissance byzantine de l’école de Cologne semble attestée par le hiératisme des personnages dans les panneaux de Montmirey24, alors que la Sainte Anne de Recologne fait songer au modelé et au répertoire décoratif d’un Lucca della Robbia, et que le Loup de Gubbio, comme Le tournoi du château de Montmirey relève du style troubadour et manifeste une "imagination autrement intuitive que les maigres pastiches de mademoiselle de Fauveau25". Plurielle, rarement dégagée de la copie, l’inspiration de l’artiste traduit tantôt le goût du pittoresque, tantôt l’amour du dessin soigné et des perspectives savantes26, tantôt encore la recherche de l’idéalisation. Toujours est-il que cet art se veut naïf dans l’ambition d’être populaire.

  • 27 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, discours de réception, Mémoires de l’Académie de Besançon, 185 (...)
  • 28 Ibidem, p. 81 sq.
  • 29 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Les Burgondes d’après le poème des Niebelungen”, Annales fran (...)
  • 30 Charles-Olivier CARBONELL, Histoire et historiens, une mutation idéologique des historiens (...)
  • 31 Canton d’Amancey, arr. de Besançon, dép. du Doubs ; cette thèse sera chaudement soutenue p (...)
  • 32 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, réponse au Duc d’Aumale in Revue des deux mondes, 1861 ; "Une (...)
  • 33 C’est en 1865-1866 que cet ouvrage est publié sous la signature de Napoléon III.

6Evidente est en effet la volonté d’insertion dans la société villageoise de ce châtelain fortuné et raffiné. Il n’est pas excessif de parler d’un patriotisme local qui s’inscrit dans la continuité du patronage seigneurial. Le vicomte Chifflet, en bon connaisseur de l’histoire comtoise, participe activement aux travaux de l’Académie de Besançon, "seule institution comtoise restée debout" et donc dépositaire à ses yeux d’une grande mission : "conserver notre Franche-Comté, [...] lui garder son passé, [...] lui perpétuer le souvenir de ses libertés27". Il n’est pas moins actif aux Annales franc-comtoises, revue littéraire, historique et catholique ultramontaine dans laquelle, de 1868 à 1870, il donne un survol de l’histoire comtoise sous la forme d’une série de tableaux historiques. La force du sentiment provincial et la haine de la centralisation parisienne28 y éclatent avec, par exemple, Le Druide ou la nationalité séquanaise expirante. Qui plus est, cet érudit éclairé a le goût de la recherche : son étude de la civilisation burgonde à travers une source littéraire29 n’est sans doute pas très éloignée des avancées méthodologiques de la Revue des questions historiques30 ; et de se faire archéologue pour défendre l’Alésia de Franche-Comté – Alaise31 – et réfuter la thèse d’Alise-Sainte-Reine dans la Revue des deux mondes et dans les cercles provinciaux32. Le légitimiste trouve de surcroît son compte dans cette polémique qui l’oppose à l’auteur de l’ Histoire de Jules César et aux cercles officiels du Second Empire33. L’imaginaire de l’historien s’enrichit de la geste de Vercingétorix à Alèse qui donne de nouvelles lettres de noblesse à la "nation" comtoise.

  • 34 C.-I. BRELOT, La noblesse réinventée..., ouv. cit.

7Reste que les pratiques artistiques de cet amateur acharné dépassent l’amateurisme éclectique et mondain. Elles révèlent un univers intérieur, une prière, et donc une méditation sur la vie, la mort et le sens qu’un noble – et avec lui la noblesse comme groupe social – donne à sa pérennité, à sa "réinvention34", à son adaptation au monde moderne. Le bon larron auquel il prête ses propres traits porte sa croix : une vocation contrariée.

Une vocation contrariée

  • 35 Alain GUILLEMIN, "Aristocrates, propriétaires et diplômés. La lutte pour le pouvoir local (...)
  • 36 Alexis de TOCQUEVILLE, Œuvres complètes, T. XVIII, Correspondance d’Alexis de Tocqueville (...)
  • 37 Claude-Isabelle BRELOT, "Entre académie provinciale et salons parisiens, un noble en quête (...)

8Car c’est bien un destin contrarié que celui du vicomte Chifflet : renoncement forcé à une vocation d’artiste, tristesse d’un mariage sans enfant, disparition du nom, échec politique, pertes financières, hostilité républicaine compromettant l’éternisation du nom par recours à l’évergétisme... De tous les jeunes gens de la génération de 1830, il est l’un de ceux dont le sacrifice fut le plus complet. Lui ont été refusées la compensation dans la réussite économique d’un Kergorlay35, la notoriété d’une œuvre publiée, l’amitié d’un Tocqueville – qui sauve Circourt de l’oubli36, la satisfaction d’un avenir familial assuré par un fils, seule consolation du marquis de Vaulchier37.

  • 38 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, Mémoires de l’Académie de Besançon, 1856, p. 76 et 81. Le vico (...)
  • 39 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Besançon dans 70 ans [1936]", Annales franc-comtoises, 1866.
  • 40 Il avait épousé à Versailles le 17 février 1840 Marie Victorine Roy de La Chaise : Jean-Ti (...)

9Son nom lui assigne un rôle, car il a conscience de porter un "beau nom [...], difficile à [assumer], mais dont [il] a le droit de [s]e montrer fier", sans que besoin soit d’y ajouter particule ou nom de terre38. Réinventer la noblesse n’est pas pour lui un vain mot : l’aristocratie doit devenir "celle de l’intelligence, de la noblesse des sentiments développés par l’éducation, tout privilège ayant été abdiqué. [...] Soyons fiers de notre race pour faire aussi bien que nos ayeux, et pour faire dire que nous sommes nobles, jamais pour le dire nous-mêmes"39. Grande est donc pour lui la souffrance de voir son nom disparaître avec lui, alors qu’il était l’unique fils de ses parents et qu’aucun enfant n’était né de son mariage40.

  • 41 Archives nationales, BB 30 642 et 995 ; vicomte Albert REVEREND, Les familles titrées et a (...)
  • 42 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 147-148 et 153.

10De surcroît la tradition de la robe est imposée à ce petit-fils d’un premier président du parlement de Besançon, fils d’un député de la Restauration devenu Pair de France en 1828 et baron-pair héréditaire sur constitution d’un majorat41, qui incarne en sa personne l’excellence de la noblesse provinciale. Son père s’oppose à sa vocation d’artiste et le contraint, "par tous les moyens possibles", à faire son droit42. Contrainte bien vaine : la révolution de 1830 le prive de tout avenir politique dès l’âge de 18 ans.

  • 43 Livre d’or des élèves du pensionnat de Fribourg en Suisse (1827-1847), Montpellier, Grolli (...)
  • 44 C.-I. BRELOT, La noblesse réinventée..., ouv. cit., p. 568 et 585 (note 639). Le vicomte C (...)
  • 45 Marcel VOGNE, La presse périodique en Franche-Comté des origines à 1870, Chez l’auteur, 19 (...)
  • 46 M. VOGNE, La presse périodique..., ouv. cit., T. IV, p. 411-413 et T. V, p. 338-364.
  • 47 Union franc-comtoise, 31-V-1879, nécrologie par le rédacteur.
  • 48 C.-I. BRELOT, La noblesse réinventée..., ouv. cit., p. 569 et note 528 de la même page.

11La lutte politique s’impose donc à lui, mais ne lui vaudra que des échecs. L’honneur seul est sauf, selon le comte de Chambord, qui soulignera à sa mort que « jamais le prénom de Fidèle – [son dernier prénom] – ne fut mieux porté"43. Le légitimisme de combat lui est une seconde nature, puisqu’il est fils, neveu et beau-frère d’ardents légitimistes. Mais les défaites se succèdent dans une province où le sentiment antinobiliaire est vif dans la paysannerie comme dans la bourgeoisie de la robe : le seul mandat qu’il recueille est, sous la Seconde République, celui de maire de Recologne44. L’homme politique, pourtant, ne manque ni de conviction ni de talent. Deux entreprises de presse sont tout ou partie à son actif. Il est en 1846 l’un des fondateurs de l’Union franc-comtoise, journal catholique, royaliste et conservateur45. Sous la Seconde République, il rédige seul une feuille hebdomadaire, La vérité populaire46, avec laquelle il s’efforce de reconquérir le suffrage universel paysan et qu’il fait diffuser à ses frais par des colporteurs visitant les moindres villages47. Est-ce cette entreprise qui compromet alors l’équilibre de son budget ? Le sacrifice paraît ne pas lui peser. La conception chevaleresque de la lutte politique l’emporte : sa protestation, au lendemain du 2 décembre 1851, entraîne sa révocation48. La modernité de ses méthodes – journalisme, campagnes électorales et style direct du pamphlétaire – n’a pas conjuré l’évolution profonde du suffrage universel.

  • 49 G. COINDRE, Mon vieux Besançon..., ouv. cit., p. 440.
  • 50 Arch. dép. Doubs, E 20, acte reçu Brugnon, notaire à Besançon, 29-II-1848.
  • 51 Arch. dép. Doubs, E 20, acte reçu Brugnon, notaire à Besançon, 23-XII-1849.
  • 52 Arch. dép. Doubs, E 20,161, acte reçu Brugnon, notaire à Besançon, 29-II-1852.
  • 53 Arch. dép. Doubs, E 20, acte reçu Brugnon, notaire à Besançon, 23-XII-1851. S’agit-il à Be (...)
  • 54 M. VOCNE, La presse périodique..., ouv. cit., Tome V, p. 339, qui cite le journaliste Mich (...)
  • 55 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Besançon dans 70 ans”, art. cit.
  • 56 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 159 ; Auguste CASTAN, Musées de Besanç (...)

12Il subit aussi des revers de fortune. À lire son ancien secrétaire, il aurait connu "[une] fin angoissante [...], noblesse suprême des honnêtes qui n’ont pas thésaurisé"49. Déjà débiteur pour 23 000 F du Conseil de Neuchâtel (Suisse) et pour 18 000 F de madame d’Udressier, il emprunte en février 1848 42 500 F à la femme d’Albert de La Follie de Lorcy50, en février 1849 50 000 F à Caroline Lang et à deux frères Mareschal de Sauvagney51, en février 1852 150 000 F encore à douze créanciers de Besançon, dont huit sont nobles et la plupart amis52 ; le besoin semble alors pressant puisqu’il va jusqu’à hypothéquer une partie de la terre de Recologne après s’être défait dans les années précédentes de biens fonciers évalués à 150 000 F53. Même si un emprunt finance le remboursement du précédent, les difficultés sont réelles. Sont-elles dues au financement de La Vérité populaire et de ses colporteurs ? Sans doute, puisque Chifflet faisait seul les frais du déficit du journal, d’abord hebdomadaire puis, après décembre 1851, publié de façon irrégulière54. En 1866 il doit imaginer un héritage de douze millions pour projeter dans l’avenir ses rêves présents, c’est-à-dire la réactivation de l’évergétisme municipal à l’endroit de Besançon, avec la restauration du palais Granvelle, l’érection d’une statue d’Hugues de Salins et la construction d’une cité ouvrière aux Chaprais55... Effectivement, quelques années avant sa mort, il devra annuler un premier testament et non pas donner, mais vendre à la ville de Besançon le "taureau d’Avrigney", précieuse trouvaille archéologique érigée en bien de famille depuis un siècle56.

  • 57 Adeline DAUMARD, "L’oisiveté aristocratique et bourgeoise en France au XIXe siècle : privi (...)
  • 58 Auguste CASTAN, "Monographie de la bibliothèque de Besançon", Inventaire général des riche (...)
  • 59 André PIDOUX DE LA MADUERE, Le vieux Dole, Besançon, Séquania, 1929-1931, Tome III (1930), (...)
  • 60 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 158.
  • 61 Jean-Luc MAYAUD, Les Secondes Républiques du Doubs. – Annales Littéraires de l’Université (...)
  • 62 Roger MARLIN, "Un problème d’affouage en Franche-Comté au XIXe siècle", Revue d’histoire é (...)
  • 63 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Besançon dans 70 ans", art. cit.

13Des échecs répétés marquent donc cette vie apparemment inutile. Pour le vicomte Chifflet, le loisir est une vocation forcée et l’oisiveté une fatalité maudite57. Reste qu’il trouve assez de ressources dans son éducation et sa personnalité pour faire la preuve de son utilité sociale. Collectionneur par passion héréditaire, il sauve, grand’rue, à Besançon, la galerie de bois d’un escalier sculpté du XVe siècle qu’il fait replacer au château de Recologne58. Catholique intransigeant, ancien élève des Jésuites à Dole59 puis, après les ordonnances Martignac, à Fribourg, il passe sous le Second Empire du combat politique à l’action sociale. Confrère de Saint-Vincent-de-Paul, membre du Cercle Saint-Joseph60, il est attentif aux petits et aux pauvres, qu’il évoque en trois œuvres exposées au Salon de Besançon, en 1862, 1870 et 1872 : La misère, terre cuite, La vieille fileuse de Recologne, dessin, et L’amour agricole, autre dessin. Au temps des troubles forestiers de 184861, il est seul à se faire le défenseur des "petits" dans la répartition de l’affouage62. Une de ses fictions – Besançon [en 1936] – révèle son catholicisme social, et sa culture apparaît ouverte aux réflexions des réformistes, un Le Play par exemple. Dans un quartier en voie d’urbanisation, celui des Chaprais, il rêve de la construction, autour d’une statue du Génie de l’industrie, d’une cité de maisons ouvrières dont les habitants seraient propriétaires et bénéficieraient de jardins, bibliothèques, bains publics et restaurants économiques, le tout financé par une association coopérative et par la conférence Saint-Vincent-de-Paul63.

14Aux effets cumulés de tous ses insuccès, le vicomte Chifflet survit. Qui plus est, il les intériorise et découvre en eux le chemin du salut. La "réinvention" de la noblesse ne va pas, pour lui, sans la croyance au pouvoir salvateur de la souffrance et du sacrifice.

Le sacrifice, vocation de la noblesse ?

15L’insertion de contemporains dans les tableaux de la Passion souligne fortement l’actualisation du drame sacrificiel. Chifflet lui-même s’y met à la juste place que lui assigne la théologie du salut, celle du bon larron. Qu’il donne les traits de Jules Grévy au mauvais larron est une forte leçon : Jésus-Christ est donc mort pour sauver aussi Jules Grévy et les républicains, et celui qui s’engage dans l’imitation de Jésus doit porter sa croix à sa suite. La représentation de Napoléon III en Ponce-Pilate est elle aussi plus qu’une charge polémique : elle affirme l’universalité d’un salut qui sauve également traîtres et ennemis. L’actualisation atteste une acceptation doloriste du naufrage légitimiste dans la société post-révolutionnaire. Pour le vicomte Chifflet, la seule issue est le chemin de croix : l’échec du légitimisme, comme celui de sa vie, n’a de sens qu’en Jésus-Christ.

  • 64 Livre d’or des élèves [...] de Fribourg..., Montpellier, Grollier, 1889, p. 59.
  • 65 Philippe BOUTRY, "Dieu", Histoire des droites en France, Tome III, Sensibilités, sous la d (...)
  • 66 Philippe LEVILLAIN, "Les droites en République", Histoire des droites en France, ouv. cit. (...)
  • 67 Nous avons donné une illustration de ces stratégies successives avec "Entre académie provi (...)

16Telle est la mystique chrétienne du renoncement sur laquelle le vicomte Chifflet fonde la réinvention de l’utilité sociale de la noblesse. "Il sacrifia à [cette] nobl[e] caus[e] son temps, sa santé, sa fortune"64, écrit son biographe. Cette réinvention, mûrie par l’eschatologie contre-révolutionnaire65 et par un catholicisme intransigeant66, n’est cependant pas une démarche individuelle. D’autres passent du combat politique à l’action sociale, de l’exercice d’un mandat électoral à l’affairisme, du patronage nobiliaire à la revendication de l’identité culturelle provinciale67. Nombreuses ont donc été les stratégies de rechange des légitimistes sans clientèles : diffusion de l’évangile agronomique et reconquête de la confiance paysanne, compensation de la perte du pouvoir par la conduite du développement économique ou par la direction de la vie culturelle provinciale, initiatives diverses de protection sociale dans la société urbaine.

  • 68 Philippe BIRGY, "Lecture et écritures de la noblesse (D.H. Lawrence et W.B. Yeats)", commu (...)

17Ainsi, dans la société post-révolutionnaire, le sacrifice apparaît comme la vocation par excellence des noblesses : l’exercice du pouvoir leur est fermé ; leur reste le sacrifice qui rachète et qui sauve68. L’affirmation de cette vocation éclaire les ressorts secrets d’une attitude paradoxale : la noblesse la moins acculturée à la modernité retourne la fatalité de ses échecs en moyen de salut et, de ce fait, intériorise la voie d’adaptation la plus symbolique, qui n’est pas dépourvue d’efficacité, même dans une société laïcisée.

  • 69 G. COINDRE, Mon vieux Besançon, ouv. cit., T. II, p. 640.
  • 70 René REMOND, La droite en France de la Première Restauration à la Ve République, Paris, Au (...)
  • 71 Adeline DAUMARD, "L’oisiveté aristocratique...", art. cit.

18Le chemin de croix de Recologne n’aurait pas d’intérêt pour l’historien s’il ne dévoilait, en définitive, l’attitude de toute une génération et de toute une famille politique, celle du légitimisme. Lui fait écho le propos du marquis Louis-René-Simon de Vaulchier du Deschaux dans les années 1840 : "Je songe à la mort"69. Faut-il en rester à une interprétation strictement politique, concluant au suicide de la noblesse légitimiste70 ? La "fatalité de l’oisiveté", si vivement ressentie par tant d’autres jeunes gens des années 1830, est le drame de toute une génération71. Le propos, cependant, comme le chemin de croix de Recologne, est révélateur d’un imaginaire qui est le propre d’un groupe social.

  • 72 Yves CITTON, Impuissances. Défaillances masculines et pouvoir politique de Montaigne à Ste (...)
  • 73 De même que dans la vision de Karl Marx, c’est le prolétariat qui sauve l’humanité.

19La "réinvention" de la noblesse, au fil du siècle, est une conquête parfois douloureuse, et l’adaptation de l’ancien second ordre à la société post-révolutionnaire s’opère dans l’impuissance politique72 comme dans le dynamisme. Cette adaptation ne se limite pas à l’embourgeoisement d’une noblesse capable des conquêtes de la bourgeoisie. Elle passe aussi par les voies obscures qu’explorent les gentilshommes légitimistes et contrerévolutionnaires lorsqu’ils s’interrogent sur leur place dans la société post-révolutionnaire qui les a rejetés. Leur imaginaire social, lorsqu’ils pensent se découvrir puis s’assigner une vocation sacrificielle, les réintègre symboliquement et paradoxalement dans la société égalitaire73. L’histoire des élites ne saurait retenir seulement les images brillantes des succès flatteurs de la culture d’ordre ; elle doit retenir aussi les ténébreuses souffrances dans lesquelles la noblesse tente d’interpréter et de maîtriser son histoire.

Notes

1 Avec la soutenance du beau mémoire de DEA (histoire) soutenu en décembre 1994 par Madame Catherine DORE devant l’Université de Tours et partiellement publié : "La création à Tours d’un atelier de peinture sur verre", L’atelier Lobin, Chambray-les-Tours, 1994, p. 31-54.

2 Lucien FEBVRE, Histoire de la Franche-Comté, Paris, Boivin, 1912.

3 Ferdinand vicomte Chifflet d’Orchamps (Montmirey-la-ville, 1812-Besançon, 1879) ; cf. docteur Charles LABRUNE, "Le vicomte Chifflet (1812-1879), notice biographique”, Mémoires de l’Académie de Besançon, 1879, pp. 143-160. Sur la famille Chifflet, cf. Roger MARLIN, "Autour des Chifflet”, La nouvelle revue franc-comtoise, n° 49, p. 1-19 ; Georges BLONDEAU, Le premier président Chifflet et sa famille, Lons-le-Saunier, Declume, 1919 ; Auguste CASTAN, "Les Chifflet, notes”, Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 1884, pp. 57-100.

4 Besançon : Recologne, canton d’Audeux, arr. de Besançon, dép. du Doubs ; Saint-Claude : Montmirey-la-ville, canton de Montmirey-le-château, arr. de Dole et dép. du Jura.
L’Abbé Paul BRUNE, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art de la France. Franche-Comté, Paris, Bibl. d’art et d’archéologie, 1912, XXVIII + 337 p., a donné p. 56 et 288 la liste des œuvres du vicomte Chifflet, complétée par notre note 21.

5 COURTIEU (Jean) [dir.], Dictionnaire des communes du département du Doubs, Besançon, Cêtre, 1986, Tome V, p. 2 679.

6 Selon une conversation déjà ancienne avec Monsieur Guy de La Chaise.

7 Difficile à identifier, en l’absence d’une généalogie familiale très complète.

8 Arch. dép. Doubs, 492 O 6 ; cf. Florence ARNOULD, L’évergétisme dans le département du Doubs au XIXe siècle, Université de Franche-Comté, mémoire pour le DEA d’histoire sociale, 1991, 240 ff +
30 ff d’annexes.
Lionel ESTAVOYER, Dictionnaire des communes... du Doubs, ouv. cit., Tome V, p. 2 679, relève toutefois en 1882-1883 l’achat d’une maison dépendant du château pour y établir l’école.

9 "Bon comme un Chifflet”, dit un adage comtois, cit. par Claude-Isabelle BRELOT, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870. – Annales littéraires de l’Université de Besançon, n° 477 et 478/Série historique, n° 6 et 7. – Paris, Belles-Lettres, 1992, 1243 p. en 2 tomes ; cf. p. 654.

10 Armand MARQUISET, Statistique historique de l’arrondissement de Dole.– Besançon, Deis, 1841, Tome II, p. 264 ; Alphonse ROUSSET, Dictionnaire de géographie historique et statistique des communes de la Franche-Comté. Département du Jura, Lons-le-Saunier, Robert, 1856, Réimp. Paris, 1970 et Lons-le-Saunier, Marque-Maillard, 1989, Tome IV, p. 323.

11 Courrier franc-comtois, 3-VI-1879.

12 Auguste CASTAN, Besançon et ses environs, Besançon, Jacquin, 1901, p. 171-172 ; comtesse Antoine de CHASTENET de PUYSEGUR, Notice sur la famille Mareschal de Longeville, anciens seigneurs de Longeville, Vuillafans, l’Etoile et autres lieux en Franche-Comté, Tours, Mame et fils, 1909, 39 p. ; cf. p. 24.

13 Canton de Montmirey-le-château, arr. de Dole et dép. du Jura.

14 L’abbé P. BRUNE écrit à tort "sur ses épaules".

15 Bas-relief, au château de Montmirey-la-ville.

16 Château de Montrambert, commune de Marpain, canton de Montmirey-le-château (Jura). Ce château appartenait au beau-père de son neveu par alliance, Jules Ménans.

17 Château d’Arcelot, commune d’Arceau, canton de Mirebeau, dép. de Côte-d’Or.

18 Vie de Sainte Élisabeth de Hongrie, 1836.

19 Gaston COINDRE, Mon vieux Besançon. Histoire pittoresque et intime d’une ville, Besançon, Jacquin, 1900-1910, p. 440.

20 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 157.

21 G. COINDRE, Mon vieux Besançon..., ouv. cit., p. 440 ; Auguste CASTAN, Musées de Besançon. Catalogue des peintures, dessins, sculptures et antiquités, Besançon, Dodivers, 1886 (7ème édition), p. 197 (n° 544 et 545) cite deux dessins à la mine de plomb.

22 P. BRUNE, Dictionnaire..., ouv. cit., p. 56 ; vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Un hiver à Boppart sur le Rhin", Annales franc-comtoises, 1865, février, p. 136-147 ; mars, p. 202-215 ; mai, p. 347-362 ; juin, p. 454-467.

23 G. COINDRE, Mon vieux Besançon..., ouv. cit., p. 440

24 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 154-155. Ces deux haut-reliefs sont-ils une œuvre de jeunesse, antérieure à 1830, comme le laisserait penser leur destination primitive ?

25 Françoise BAUDSON, Le style troubadour. Catalogue de l’exposition du musée de Brou (Bourg-en-Bresse), 1971, p. 60. Félicie de Feauveau (1801-1886) de noblesse bourguignonne et ultra, en faveur à la cour de Charles X, exposa au salon de 1827. La notoriété de ce sculpteur dans le goût néogothique tient également à son dévouement à la Duchesse de Berry qui provoqua sa condamnation à la déportation, qui explique son installation à Florence en 1833, où elle connut une grande célébrité.

26 Station III du chemin de croix de Recologne.

27 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, discours de réception, Mémoires de l’Académie de Besançon, 1856, p. 75 et 81.

28 Ibidem, p. 81 sq.

29 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Les Burgondes d’après le poème des Niebelungen”, Annales franc-comtoises, 1864.

30 Charles-Olivier CARBONELL, Histoire et historiens, une mutation idéologique des historiens français (1865-1885), Toulouse, 1976.

31 Canton d’Amancey, arr. de Besançon, dép. du Doubs ; cette thèse sera chaudement soutenue par Georges Colomb, créateur de la Famille Fenouillard, du sapeur Camember et du savant Cosinus, la question d’Alésia demeurant l’une des plus agitées de l’historiographie régionale.

32 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, réponse au Duc d’Aumale in Revue des deux mondes, 1861 ; "Une excursion en Bourgogne, la question d’Alaise", Mémoires de l’Académie de Besançon, janvier 1861, p. 24 ; "Etude sur l’Alésia de Franche-Comté", janvier 1862, p. 51-86.

33 C’est en 1865-1866 que cet ouvrage est publié sous la signature de Napoléon III.

34 C.-I. BRELOT, La noblesse réinventée..., ouv. cit.

35 Alain GUILLEMIN, "Aristocrates, propriétaires et diplômés. La lutte pour le pouvoir local dans le département de la Manche (1830-1875)”, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 42 (avril 1982), pp. 33-60.

36 Alexis de TOCQUEVILLE, Œuvres complètes, T. XVIII, Correspondance d’Alexis de Tocqueville avec Adolphe de Circourt et madame de Circourt de 1848 à 1859, éditée par Anne-P. KERR, Paris, Gallimard, 1983, p. 20-22 et 203-204.

37 Claude-Isabelle BRELOT, "Entre académie provinciale et salons parisiens, un noble en quête d’utilité sociale : le marquis Louis de Vaulchier", dans Mémoires de l’Académie de Besançon, vol. 189 (1990-1991), p. 464-483.

38 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, Mémoires de l’Académie de Besançon, 1856, p. 76 et 81. Le vicomte Chifflet semble s’être refusé à être appelé Chifflet d’Orchamps, en dépit des lettres patentes de 1828 et d’une ordonnance de 1839 (cf. note 41).

39 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Besançon dans 70 ans [1936]", Annales franc-comtoises, 1866.

40 Il avait épousé à Versailles le 17 février 1840 Marie Victorine Roy de La Chaise : Jean-Tiburce de MESMAY, Dictionnaire historique, biographique et généalogique des anciennes familles de Franche-Comté.Paris, Chez l’auteur, 1958-1963,11 vol. ronéot. p. 675.

41 Archives nationales, BB 30 642 et 995 ; vicomte Albert REVEREND, Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle, Titres, anoblissements et pairies de la Restauration, Paris, Champion, 1974 (nouvelle édition par Jean TULARD), Tome II, p. 126-127 et Titres et confirmations de titres, Monarchie de juillet..., p. 33.

42 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 147-148 et 153.

43 Livre d’or des élèves du pensionnat de Fribourg en Suisse (1827-1847), Montpellier, Grollier, 1889, p. 59.

44 C.-I. BRELOT, La noblesse réinventée..., ouv. cit., p. 568 et 585 (note 639). Le vicomte Chifflet s’efface d’ailleurs le plus souvent en faveur de son beau-frère Albert Picot d’Aligny : arch. nat., C 1232 (13 et 15), élections législatives, 1837 et 1846, arr. de Dole. Picot d’Aligny, battu, recueille alors le quart des suffrages exprimés.

45 Marcel VOGNE, La presse périodique en Franche-Comté des origines à 1870, Chez l’auteur, 1977-1980, 7 vol. ; cf. T. V, p. 7-253 ; C.-I. BRELOT, La noblesse réinventée..., ouv. cit., p. 553-558.

46 M. VOGNE, La presse périodique..., ouv. cit., T. IV, p. 411-413 et T. V, p. 338-364.

47 Union franc-comtoise, 31-V-1879, nécrologie par le rédacteur.

48 C.-I. BRELOT, La noblesse réinventée..., ouv. cit., p. 569 et note 528 de la même page.

49 G. COINDRE, Mon vieux Besançon..., ouv. cit., p. 440.

50 Arch. dép. Doubs, E 20, acte reçu Brugnon, notaire à Besançon, 29-II-1848.

51 Arch. dép. Doubs, E 20, acte reçu Brugnon, notaire à Besançon, 23-XII-1849.

52 Arch. dép. Doubs, E 20,161, acte reçu Brugnon, notaire à Besançon, 29-II-1852.

53 Arch. dép. Doubs, E 20, acte reçu Brugnon, notaire à Besançon, 23-XII-1851. S’agit-il à Besançon de l’hôtel Chifflet, vendu en 1838 par le vicomte Ferdinand, après la mort de son père ?

54 M. VOCNE, La presse périodique..., ouv. cit., Tome V, p. 339, qui cite le journaliste Michel, Union franc-comtoise du 11 avril 1853.

55 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Besançon dans 70 ans”, art. cit.

56 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 159 ; Auguste CASTAN, Musées de Besançon, Catalogue..., ouv. cit., p. 272-273 (n° 1 015).

57 Adeline DAUMARD, "L’oisiveté aristocratique et bourgeoise en France au XIXe siècle : privilège ou malédiction”, Oisiveté et loisirs dans les sociétés occidentales au XIXe siècle. Colloque d’Amiens, 19-20- XI-1982, présenté par A. DAUMARD, Abbeville, Paillart, 1983, p. 127-134.

58 Auguste CASTAN, "Monographie de la bibliothèque de Besançon", Inventaire général des richesses artistiques de la France, Paris, 1886, p. 257 ; G. COINDRE, Mon vieux Besançon, ouv. cit., p. 157.

59 André PIDOUX DE LA MADUERE, Le vieux Dole, Besançon, Séquania, 1929-1931, Tome III (1930), p. 466.

60 C. LABRUNE, "Le vicomte Chifflet...", art. cit., p. 158.

61 Jean-Luc MAYAUD, Les Secondes Républiques du Doubs. – Annales Littéraires de l’Université de Besançon, n° 338/série Historique, n° 1. – Paris, Belles-Lettres, 1986, 474 p.

62 Roger MARLIN, "Un problème d’affouage en Franche-Comté au XIXe siècle", Revue d’histoire économique et sociale, 1957, n° 2, pp. 167-197.

63 Vicomte Ferdinand CHIFFLET, "Besançon dans 70 ans", art. cit.

64 Livre d’or des élèves [...] de Fribourg..., Montpellier, Grollier, 1889, p. 59.

65 Philippe BOUTRY, "Dieu", Histoire des droites en France, Tome III, Sensibilités, sous la direction de Jean-François SIRINELLI, Paris, Gallimard, 1992, p. 217 et 232-233.

66 Philippe LEVILLAIN, "Les droites en République", Histoire des droites en France, ouv. cit., Tome I, Politique, p. 147 sq.

67 Nous avons donné une illustration de ces stratégies successives avec "Entre académie provinciale et salons parisiens, un noble en quête d’utilité sociale : le marquis Louis de Vaulchier", art. cit.

68 Philippe BIRGY, "Lecture et écritures de la noblesse (D.H. Lawrence et W.B. Yeats)", communication au colloque Anciennes et nouvelles aristocraties, Toulouse, 22 au 25 septembre 1994, à paraître, qui cite René Girard.

69 G. COINDRE, Mon vieux Besançon, ouv. cit., T. II, p. 640.

70 René REMOND, La droite en France de la Première Restauration à la Ve République, Paris, Aubier, 1968 (3ème édition), 238 p.

71 Adeline DAUMARD, "L’oisiveté aristocratique...", art. cit.

72 Yves CITTON, Impuissances. Défaillances masculines et pouvoir politique de Montaigne à Stendhal, Paris, Aubier (collection Critiques), 1994, apporte une contribution à l’analyse de l’impuissance politique.

73 De même que dans la vision de Karl Marx, c’est le prolétariat qui sauve l’humanité.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search