Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Le ménage de monsieur le Curé : les feux de prêtres dans la Bresse du XVIe siècle1

Denise Turrel

Texte intégral

  • 1 La formule du titre est empruntée au livre de P. BOUTRY (Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars (...)
  • 2 Dans la série SA aux A.D. Savoie et pour la Bresse, A.D. Côte-d’Or, B 11595 et 11596.

1A l’époque où s’achevait le concile de Trente, le duc de Savoie décida un dénombrement de ses Etats "de deçà les monts". Ce document, en grande partie conservé pour la Bresse et la Savoie2, n’a été jusqu’ici étudié que dans un but démographique. L’analyse était axée traditionnellement sur les structures de la famille et le nombre d’enfants. Cette source est pourtant riche d’autres renseignements. On peut ainsi lire dans ce document la présence du clergé : quelle était la place et la structure des feux de prêtres, en ce milieu du XVIe siècle ? En quoi ces ménages se distinguaient-ils, par la taille, la composition, de ceux de la population ? Les historiens du XVIe siècle insistent sur l’absence de distance entre le clergé et les fidèles, et sa grande intégration au sein de la population. A l’inverse, on peut souligner l’action de longue haleine qui, depuis la réforme grégorienne, s’efforçait de séparer les hommes d’Eglise des laïcs. En permettant de cerner la spécificité des feux de prêtres, et les éventuels clivages de catégories à l’intérieur de ceux-ci, ce document de 1561 dessine des nuances entre une trop grande intégration, et déjà des signes de différenciation, à la veille de la Réforme catholique.

  • 3 En témoigne la remarque, en 1561, du prieur de la chartreuse de Montmerle : (Nous) "avons desja fai (...)
  • 4 Quelques-unes de ces visites sont conservées (A.D. Savoie, SA 224). Sept d’entre elles concernent l (...)
  • 5 Lettres de commission du 17-1-1561 pour l’exécution du dénombrement, A.D. Savoie, SA 1864.

2La source s’inscrit dans un faisceau d’enquêtes entreprises par le duc Emmanuel Philibert de Savoie, lorsqu’en 1559 il reprit possession de la partie transalpine de ses Etats. Dès 1560, le clergé avait fait l’objet de deux visites, l’une ayant pour finalité les décimes et portant sur les bénéficiers3, l’autre, sur l’état des bâtiments ecclésiastiques et la qualité du service pastoral4. En 1561, pour éviter la fraude sur la gabelle du sel, l’administration ducale décida un vaste dénombrement de la population, "teste par teste, noms et surnoms et de famille en famille, en spécifiant toutesfois et descripvant séparément les paouvres et misérables personnes, les petitz enffans qui n’exéderont l’âage de cinq ans, (...) aussi par mesme moyen description du nombre et quantité du bestail prenant sel"5.

3Les registres conservés pour la Bresse décrivent 4476 feux rassemblant 22754 personnes, dont 249 ecclésiastiques, soit presque un quart de la province (figure 1 de l’annexe), dénombrés du 17 mars au 29 mai 1561. Bourg, la capitale, et ses 3500 habitants s’y trouve. La zone rurale concerne principalement la plaine de Bresse, pays d’habitat dispersé en grandes fermes, où le nombre moyen de personnes par feu est souvent supérieur à 6. Quelques paroisses viticoles des côtes du Revermont, formées par le rebord du Jura, où les foyers sont deux fois plus étroits (3 personnes le plus souvent) sont aussi représentées.

  • 6 D. TURREL, Bourg-en-Bresse au XVIe siècle, Société de Démographie historique, 1986, pp. 26-29.

4La validité de cette source a pu être étudiée pour la ville de Bourg, par recoupement avec d’autres documents, essentiellement des dénombrements municipaux de la fin du siècle, qui avaient un but inverse de celui de la gabelle du sel : il s’agissait, en période de guerre, de compter les bouches à nourrir et les provisions. La différence de résultats entre ces deux sources montre que la fraude a porté sur le nombre de personnes présentes à l’intérieur d’un foyer (3,6 personnes par feu en 1561, 5,1 en 1601), non sur le nombre de feux, qui est très proche dans les deux cas6. La nature des dénombrements municipaux poussait à surestimer les bouches à nourrir, alors que le régime fiscal de la gabelle incitait au contraire les contribuables à les dissimuler : la charge en enfants, en domestiques, augmentait l’impôt de consommation obligatoire. On passe ainsi de 1,3 enfants et 0,5 domestiques par feu dans le dénombrement pour la gabelle, à respectivement 2,1 et 0,9 dans les deux autres. Mais sans doute la description des campagnes, qui constitue la grosse masse de notre document, est-elle plus fiable, car les quelques dizaines de familles d’un village étaient faciles à cerner et bien connues de leurs vicaires, contrairement à la population plus mouvante de la ville. La dimension du feu obtenue dans le plat pays (5,3 personnes), très supérieure à celle de la ville (3,6), irait en ce sens.

5Les ecclésiastiques étaient, comme leurs ouailles, soumis à la gabelle. La qualité de l’enregistrement les concernant est globalement bonne. En effet, les membres du clergé séculier sont bien identifiés dans le dénombrement, par l’avant-nom "messire" et par l’indication de leur état (presbtre). Aussi leur nombre est-il fiable, alors que le document soulève de nombreux problèmes d’interprétation pour atteindre le chiffre global d’habitants de la province, ou même le chiffre exact de certaines paroisses. La volonté de modernité de l’administration savoyarde s’est heurtée par exemple à la persistance de frontières féodales complexes, dans les paroisses septentrionales contiguës à la Franche-Comté, où ne sont pas décrits des foyers résidant en territoire savoyard mais relevant de seigneurs franc-comtois. C’est ainsi que quelques vicaires, bien que présents lors du dénombrement en tant qu’assistants de l’administration (leur signature l’atteste), ne font pas partie des feux décrits dans les registres conservés.

  • 7 Par exemple, à la fin du cahier du dénombrement de la paroisse de Ramasse : "Le présent roolle et d (...)
  • 8 E. LABROUSSE et R. SAUZET, in Histoire de la France religieuse, Seuil, t. 2,1988, p. 391.

6Le clergé était-il plus que les autres catégories porté à la dissimulation fiscale ? Les vicaires jouaient un rôle essentiel lors du dénombrement. Ils devaient être présents, et jurer "sur les Evangiles" que le rôle était fait "au vrai et fidèlement"7. Placés au cœur du système, il semble qu’ils n’aient guère pu frauder plus qu’une "honnête" moyenne sur le nombre de personnes présentes à leur foyer, à cause de la présence à leurs côtés des principaux notables du village. Quant à la description de la composition des feux, elle ne se posait pas en termes de fraude fiscale : l’administration ne s’intéressait qu’au nombre de personnes, non à l’identification précise des membres du groupe familial. Il est quelquefois difficile de préciser le rapport de parenté entre le prêtre et ses corésidents, qui portent souvent le même nom. La description de l’environnement familial du prêtre est pourtant un des grands intérêts du document : celui-ci donne une vision laïque, purement matérielle, de la vie du clergé. Les autres sources (visites pastorales, archives des officialités) sont d’origine ecclésiastique, et Robert Sauzet a bien montré les limites de ces témoignages : "l’image du personnel ecclésiastique inspecté qu’elles donnent dépend d’abord du paysage mental du visiteur"8. Bien que non moralisateur dans son objectif, le dénombrement n’échappe pas bien sûr à ce dernier reproche, en ce qui concerne la mention de l’illégitimité des enfants par exemple. Cette précision est très variable, totalement absente de certains villages, courante ailleurs, fréquente dans la description des feux de prêtres chapelains, très rare chez les vicaires qui décrivaient leur propre foyer. Sur ce dernier point, le doute ne peut que subsister : réalité sans doute, peut-être aussi restriction mentale chez des prêtres désirant soustraire leur vie privée à l’administration.

7Toutefois, ces remarques n’interdisent pas de trouver dans ce dénombrement des éléments objectifs caractérisant les feux de prêtres. En effet, les silences ou les ambiguïtés de la source sont relativisés, dès lors qu’il s’agit essentiellement de comparer, dans le même document, le feu de prêtre séculier à celui de la population, et le feu du desservant de paroisse à celui des chapelains.

  • 9 L’expression "feu de prêtre” sera utilisée pour désigner tout foyer dans lequel vit un prêtre. La d (...)

8Ces éléments de différenciation ont été recherchés dans la répartition des feux de prêtres9, la taille et la structure de ces foyers, et dans leur composition.

  • 10 Ces chiffres sont proches de ceux du XVe siècle, époque pour laquelle ont été soulignées les fortes (...)

9Le comptage simultané des prêtres et de leurs paroissiens permet de calculer précisément le taux d’encadrement de la population (tableau 1 de l’annexe). Globalement, séculiers et réguliers regroupent 249 personnes, soit un ecclésiastique pour 91 habitants, avec une nette différence entre la ville (1 pour 31) et la campagne (1 pour 137)10, car Bourg concentre 5 des 6 couvents dénombrés. Parmi ceux-ci, un seul couvent de femmes. La présence du clergé est donc essentiellement masculine (2 % de la population masculine, contre 0,1 % de la population féminine). Si l’on considère le seul clergé séculier, la différence d’implantation entre ville et campagne s’atténue : 1 prêtre pour 120 habitants à Bourg, 1 pour 151 ailleurs. Mais les ecclésiastiques ne sont pas uniformément répartis dans les campagnes : 80 % d’entre eux vivent dans l’agglomération principale du village (contre la moitié seulement de la population), et seule une minorité réside dans les fermes familiales, en habitat dispersé.

  • 11 Cité par V. TABBAGH, "Effectifs et recrutement du clergé séculier français à la fin du Moyen Age”, (...)
  • 12 D’après L. BINZ, La vie religieuse dans le diocèse de Genève, op. cit., p. 499.
  • 13 V. TABBAGH, in Le clerc séculier au Moyen Age, op.cit., p. 187. N. LEMAITRE, Le Rouergue flamboyant (...)

10On compte en moyenne 4,5 prêtres séculiers par paroisse (3,8 pour les paroisses rurales), soit 1 prêtre pour 145 habitants et 28 feux. La Bresse se situe là à un niveau médian, intermédiaire entre les taux les plus bas de 1 à 2 prêtres par paroisse existant dans le diocèse d’Evreux11 ou celui, tout proche, de Genève12 et la "surabondance sacerdotale" du Limousin ou du Rouergue (respectivement 15 et 13 prêtres par paroisse dans la première moitié du XVIe siècle13.

  • 14 Ce chiffre est proche de celui trouvé dans les régions à faible encadrement paroissial : environ tr (...)

11Pour préciser cette analyse, il faut distinguer les prêtres responsables de paroisse (curés ou vicaires) des chapelains, desservants des fondations de messes. Notre source est ici précieuse, car elle décrit tous les prêtres, alors que les chapelains sont souvent bien mal connus, car peu encadrés par les autorités ecclésiastiques. La qualité de curé ou vicaire est en général indiquée, mais un recoupement avec la visite effectuée en 1560, très précise sur le personnel ecclésiastique, suggère que cette mention n’était pas absolument systématique. En effet, les sept paroisses de notre échantillon visitées en 1560 ont en moyenne 2 co-vicaires (contre 1,6 nommés comme tels dans les paroisses rurales en 1561), si bien que le rapport desservants/chapelains passe de 2 pour 3 en 1560 à 1 pour 3 en 1561 – alors que le nombre total de prêtres par paroisse est le même dans les 2 cas14. Il semble donc bien qu’à la campagne, certains vicaires ne soient pas mentionnés comme tels. A Bourg par contre, le chiffre est sûr : 3 chanoines co-vicaires sur 28 prêtres, soit un pour 9.

  • 15 G. CABOURDIN, Terre et hommes en Lorraine, (1550-1635), Nancy, 1977, p. 562 (pour le comté de Vaudé (...)

12Le taux d’encadrement paroissial est au minimum d’un desservant pour 413 habitants (1 pour 372 dans le plat pays, ce chiffre étant sans doute sous-estimé, et 1 pour 1123 en ville). Loin du bon encadrement de la Lorraine ou de la Bretagne (1 pour 200 habitants), inférieur également aux diocèses de Chartres et Nîmes étudiés par Robert Sauzet (1 pour 200 communiants), ce taux est proche de celui, faible, des diocèses d’Avignon ou de Vaison (1 pour 460 habitants)15. En ville, la forte présence du clergé va paradoxalement de pair avec la faiblesse de la cure d’âmes.

  • 16 Ce taux d’absentéisme, très fort, correspond à celui du proche diocèse de Genève : 80 % de paroisse (...)

13Ces desservants ne sont pas le plus souvent des curés – 6 curés seulement sont résidents, soit 17 %16 –, mais des vicaires associés (de 1 à 4 par paroisse). Leur lieu d’habitation est indiqué environ une fois sur deux. A Bourg, les trois vicaires vivent dans la maison de cure. Mais à la campagne, ils résident dans deux cas sur trois dans leur maison personnelle ou familiale, car la cure est le plus souvent inhabitable ou inexistante (c’est le cas de cinq des sept paroisses du Revermont visitées en 1560). Ainsi, seul un desservant sur trois se distingue, par sa résidence, de ses paroissiens. La séparation entre le presbytère et la chaumière est encore très minoritaire.

14L’étude de la taille et de la structure du feu permet de cerner la spécificité de ces ménages.

15Le nombre de personnes par foyer s’échelonne de 1 à 20 (tableau 3 de l’annexe), le mode étant à 2, inférieur à celui de la population, car la majorité des foyers de prêtres groupe moins de 5 personnes. Mais un tiers d’entre eux forme des ménages larges, de 6 à 20 personnes, si bien que la moyenne (5,2) se rapproche de celle de l’ensemble de la population, qui est de 5 personnes par feu. Benoît Pitrod, l’un des vicaires du village de Jayat, vit dans une vaste maisonnée de vingt personnes, qui comprend sa mère, son frère et sa femme, des neveux, un autre couple, les enfants de ce couple, quatre serviteurs et deux servantes. On trouve donc des feux ecclésiastiques dans tout l’éventail des dimensions des ménages : un seul foyer paysan est supérieur à celui du vicaire de Jayat, avec 21 personnes. Globalement, les feux où vivent les prêtres ne se distinguent donc pas par leur taille du reste de la population.

Dimension des feux selon la résidence

Dimension des feux selon la résidence

16Les nuances apparaissent dans l’analyse des feux selon la résidence et les catégories de prêtres.

17Classiquement, la dimension du foyer diminue avec la taille de l’agglomération. Cette différence entre les fermes isolées du bocage et les maisons urbaines est bien plus sensible dans les feux ecclésiastiques (de 7,6 à 2,5) que dans l’ensemble de la population (5,8 à 3,8). Les prêtres vivant en habitat dispersé sont absorbés dans des maisonnées de plus de sept personnes. Ceux de la ville intra muros au contraire ont rompu avec ce mode de résidence : ils vivent seuls, avec une femme pour tenir leur ménage.

Dimension des feux selon la catégorie de prêtres

Dimension des feux selon la catégorie de prêtres

18L’opposition entre les vicaires et les autres prêtres est très nette. Le feu du desservant de paroisse est une cellule autonome, constituée de cinq personnes quel que soit son environnement. L’autre groupe mêle au contraire deux catégories hétérogènes. A la campagne, il s’agit des humbles desservants de chapelles et de fondations de messe, qui vivent dans les fermes familiales. En ville, ce sont principalement des bénéficiers (chanoines, curés non résidents), dont le mode de vie est déjà spécifique, et le feu différencié (2 personnes par feu seulement).

19Le document permet aussi d’approcher la structure du groupe domestique, bien que les liens de parenté ne soient pas toujours mentionnés, et n’aient pas fait l’objet d’interrogations de la part des autorités, le but du dénombrement étant seulement de compter les consommateurs de sel.

Structure des ménages de prêtres *

Structure des ménages de prêtres *

* selon les catégories de P. LASLETT (Household and family in past time, Cambridge, 1972), qui se définissent par rapport à un noyau conjugal.

Structures de ménages de prêtres (exemples)

cat. 1 – Benoit Guyeton, chapelain de Saint André le Panoux.

cat. 2 – Vincent Michaud et Philibert Braudes, vicaires de Vescours.

cat. 3 – Antoine Forey, chapelain de Corent la Ville.

cat. 4 – Etienne Jullieron, vicaire de Hautecourt.

cat. 5 – Denis De Bereysia, chapelain de Foissiat.

20Globalement, un tiers des prêtres vit en solitaire, un tiers en famille élargie, le dernier tiers se répartissant à égalité entre les trois autres catégories. La famille élargie est la situation la plus fréquente (37 %), pour les vicaires comme pour les chapelains, l’homme d’Eglise étant un élément ajouté à un noyau conjugal. Le groupe familial est le plus souvent élargi latéralement : tel celui, très représentatif, de Michel Triboliet, chapelain de Saint-Etienne-du-Bois, qui vit avec son frère et les enfants de celui-ci. On rencontre aussi souvent, à la campagne, des formes combinées : l’ecclésiastique vit avec sa mère et son frère marié, ou avec sa belle-sœur et son neveu marié.

21Les solitaires sont moins souvent des vicaires (19 %) que des chapelains (35 %), ce qui dessine le profil d’un groupe paupérisé de prêtres habitués, qui n’ont parfois pas même une servante, tels plusieurs desservants de chapellenies de Marboz, décrits comme misérables. Les prêtres de Bourg sont à 70 % des solitaires : le modèle du prêtre urbain se distingue nettement du mode de vie de la population qui l’entoure (seuls 15 % des citadins vivent isolés).

22La catégorie 3, celle des familles nucléaires, qui est majoritaire dans la population, est la plus rare chez les ecclésiastiques (8 %). Elle regroupe de jeunes prêtres restés dans leur famille, avec leurs parents et leurs frères et sœurs encore célibataires, d’autres plus âgés, ayant pris en charge leur mère veuve, et quelques cas d’ecclésiastiques vivant de façon conjugale, avec leur propre enfants.

23Les familles comprenant plusieurs noyaux conjugaux forment 11 % de l’ensemble : ainsi Jean Pobel, chapelain de Bény, qui vit dans la maison de son père avec celui-ci et ses trois frères, dont deux sont mariés. Comme le montre cet exemple, elles sont plus fréquentes chez les chapelains.

  • 17 A la campagne, seuls 4 chapelains de Marboz résident ensemble, sans servante, sans doute pour des r (...)

24La catégorie 2 (ménages sans lien conjugal ni filial) rassemble (du point de vue qui nous intéresse) deux catégories fort différentes. La moitié est composée de prêtres dont le ménage est tenu par leur sœur, ou leur belle-sœur. L’autre moitié, la plus originale, est constituée par des corésidents non parents : 2, 3, parfois 4 prêtres habitant ensemble, avec une servante. On trouve dix feux de cette catégorie, regroupant 27 prêtres (soit 17 % des ecclésiastiques). Ce mode de vie concerne les vicaires (41 %) beaucoup plus que les chapelains (7 %)17. Si l’on ne retient que le cas des paroisses où sont associés plusieurs desservants, on constate qu’une fois sur deux, ceux-ci ont choisi une vie collective (soit deux tiers des co-vicaires).

25Alors que la majorité des ecclésiastiques est restée dans un cadre familial, deux modèles différents, minoritaires, se sont mis en place : la ville est favorable à une rupture des liens familiaux de résidence, la responsabilité pastorale d’une paroisse également : trois quarts des clercs urbains, plus de la moitié des vicaires sont hors de ce cadre.

  • 18 La situation est la même dans la région voisine du Lyonnais : M. T. LORCIN, Vivre et mourir en lyon (...)

26Le maintien majoritaire du groupe de résidence familial montre que le clergé rural se recrutait largement sur place, et restait stable18. A travers les différentes formes du groupe familial, le personnage le plus présent dans le proche entourage du prêtre est celui du frère. On compte un frère pour 2 prêtres, soit deux fois plus que de mères. Cette remarque correspond aux conclusions de M.T. Lorcin sur les testaments lyonnais à la fin du Moyen Age : "Les prêtres accordent résolument la priorité à leur famille (...) formée avant tout de neveux et de frères".

  • 19 Les campagnes du Quercy après la guerre de 100 ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse, 1978, p. 258.

27L’intégration du clergé dans la communauté villageoise était, encore au XVIe siècle, à base familiale, comme aux siècles précédents. J. Lartigaut a décrit, pour le XVe siècle, des prêtres qui "socialement, appartiennent plus à leur famille qu’à leur Eglise"19. Il semble pourtant qu’être d’Eglise leur donnait une certaine dignité, du moins cette préséance à l’intérieur du groupe familial, si importante dans la société de l’époque. 83 % des prêtres sont chefs de feu. Parmi ceux qui vivent avec un laïc adulte (père, frère ou autre), dans deux cas sur trois c’est le prêtre qui est nommé comme chef de famille – et dans 80 % des cas s’il s’agit d’un vicaire. Il est rare qu’un desservant de paroisse soit considéré comme un élément interne à un feu dirigé par un laïc, mais cela arrive dans 6 % des cas. Le vicaire de Jasseron se trouve ainsi englobé dans une maisonnée de 8 personnes, dirigée par un des ses frères marié. Le phénomène est plus fréquent à la campagne, où 20 % des prêtres vivent dans un feu dirigé par un laïc, qu’à Bourg, où tous sont chefs de feu, sauf un jeune chanoine qui vit chez sa mère, veuve d’un docteur en droit.

  • 20 Lors du don gratuit versé par toute la ville en 1569, les ecclésiastiques paient, par foyer, un tie (...)
  • 21 Seul le curé de Saint André le Panoux, qui a obtenu la dignité de protonotaire apostolique, dispose (...)
  • 22 Un quart n’en a pas. La possession de bétail est précisée pour 10 paroisses seulement.
  • 23 "La paroisse et l’encadrement religieux des fidèles du XIVe au XVIe siècle", L’encadrement religieu (...)

28Quelques indices de leur existence matérielle permettent de les situer économiquement par rapport à leurs paroissiens. Les feux d’ecclésiastiques comprennent un domestique en moyenne. En ville, ce chiffre représente le double de celui de la population ; il confirme l’appartenance sociale majoritairement aisée du clergé urbain20. La moitié des foyers ruraux de prêtres n’ont pas de domestique, mais seuls 10 % vivent sans parente (mère, belle-sœur, nièce...) pour tenir leur ménage. La prépondérance des servantes est nette à Bourg, les serviteurs masculins étant majoritaires à la campagne, ce qui laisse penser qu’il s’agit de domestiques agricoles employés sur l’exploitation familiale21. Des pasteurs et des vachères sont parfois mentionnés, car les ménages de prêtres possèdent presque tous un petit troupeau (5 bêtes en moyenne, vaches et brebis surtout)22. Le document précise, en marge, la mention de l’imposition ou la raison de l’exemption. Rares sont les foyers de prêtres signalés comme "pauvres" ou "misérables" : 10 %, c’est-à-dire moins que dans la population. On ne trouve guère de plèbe ecclésiastique, mais, comme l’a souligné F. Rapp23, des fils de paysans moyens, enracinés dans le "groupe social qui les entretenait et dont ils étaient les préposés à la prière". Il est certain qu’à la campagne, le niveau de vie des clercs est celui de leur famille, plus que de leurs revenus propres – 4 % seulement des prêtres ruraux ont un bénéfice, contre la moitié du clergé de Bourg.

29L’étude de la vie domestique du prêtre permet de souligner un dernier point : celui de leur proximité avec le sexe féminin. Leurs foyers comprennent autant d’éléments féminins que d’éléments masculins. Infime est le nombre de prêtres qui ne côtoient pas quotidiennement une femme dans leur maison. Le mode de vie du clergé n’a pas globalement de caractère séparé, à l’écart des affections familiales et des relations féminines journalières. Le dénombrement pourtant se révèle malaisé à utiliser pour étudier la moralité des clercs. La source décrit le groupe de résidence sans faire d’enquête sur la vie sexuelle du prêtre. Elle diffère en cela des visites pastorales, qui différencient le concubinage, les liaisons épisodiques, celles avec des femmes mariées, et la fréquentation des prostituées. C’est ainsi que le silence du document est total, sur ce point, pour le clergé régulier, alors qu’on sait, par les registres paroissiaux, que les religieux avaient des enfants illégitimes.

  • 24 Ce terme est employé, du Lyonnais à la Savoie, pour désigner les bâtards.
  • 25 Dans les paroisses rurales du diocèse de Genève vers 1411-1414, 6 % des desservants nourrissent des (...)

30On distinguera les certitudes (les prêtres élevant leurs enfants) des soupçons portant sur le concubinage ancillaire. Aucun prêtre urbain ne nourrit de "donné"24. Dans le clergé rural, un seul vicaire vit avec sa servante maîtresse et ses deux enfants, soit une remarquablement faible proportion de desservants (2 %), alors que 7 % des chapelains ont dans leur foyer des donnés25.

31Les prêtres ont-ils proportionnellement plus de donnés que la population dans laquelle ils vivent ?

Feux comprenant 1 ou plusieurs enfants donnés

Feux comprenant 1 ou plusieurs enfants donnés
  • 26 On ne peut exclure ici un sous-enregistrement dû à la source, la bâtardise de certains enfants n’ét (...)

32Il semble que oui, à la campagne, et cela peut expliquer l’image du prêtre paillard si fréquemment répandue, alors que le phénomène est en lui-même très minoritaire (8 % seulement des feux ecclésiastiques). A une époque où les enfants illégitimes sont très rares parmi les paysans, les bâtards des prêtres prennent une place relativement importante : un quart des enfants donnés26. La ville est le lieu d’une plus grande liberté pour les laïcs. Au contraire les prêtres urbains, peut-être plus surveillés par la hiérarchie ecclésiastique, sans doute aussi plus instruits des exigences de l’Eglise, ne se permettent pas l’existence d’une vraie famille, avec des enfants. Le cas du prêtre âgé qui vit en patriarche, avec sa fille, son gendre et sa petite fille (Nicolas Verrat, de Hautecourt) est un archaïsme rural, dont le modèle urbain s’est totalement dégagé – de même que celui des trois prêtres villageois qui résident avec femme et enfants, en une véritable union qui n’est pas un concubinage ancillaire, puisqu’ils ont en outre une servante : tel Benoît Chamoton, chapelain de Ceyzériat, qui vit avec une jeune femme, une servante, et Catherine, sa donnée.

33Au delà des enfants reconnus, le document renseigne-t-il sur le concubinage effectif, au sens actuel du terme ? Peut-on soupçonner tous ceux qui vivent dans l’intimité de leur maison avec une servante ? L’un d’eux, le curé de Saint-Julien-sur-Reyssouze, précise avec dignité qu’il s’agit d’une "chambrière ancienne". Que penser alors des autres, pour lesquels cette précision n’est pas donnée ? Si, aux 5 % de prêtres ayant des bâtards, on ajoute les 15 % de ceux qui vivent seuls avec une femme non apparentée, on atteint 20 % de concubinaires supposés (seulement 4 % des vicaires sont dans ce cas). A l’opposé, la moitié du clergé vit sans "servante", c’est-à-dire seuls, ou avec des femmes de leur famille (mais il est vrai que certains ont d’improbables nièces).

  • 27 Id., p. 127 : un prêtre sur 7 seulement fait un legs à sa domestique, alors que très vraisemblablem (...)
  • 28 N. LEMAITRE, op.cit., p. 180.

34Ces résultats sont à utiliser de façon nuancée. D’une part, il n’est pas sûr que ceux qui vivent dans leur maison familiale, entourés par leur parenté, soient plus chastes que les autres. Sur les 7 prêtres ayant des donnés, 4 vivent dans un environnement familial, ce qui montre que la société acceptait bien les enfants illégitimes, et aussi qu’il ne faut pas surestimer la surveillance ni la contrainte morale exercées par les familles sur leurs clercs. Dans l’autre sens, il serait excessif de porter la suspicion sur tous ceux qui vivent avec une servante. Les ecclésiastiques sans enfant ne poursuivaient sans doute pas une liaison régulière, car on ne trouve pas trace d’abandon d’enfant à l’époque, ni d’enfant de prêtre recueilli dans d’autres foyers – et on ne peut guère supposer de la part du clergé rural une limitation volontaire des naissances que même les élites urbaines ne pratiquaient pas. Les servantes maîtresses "royalement traitées" dans les testaments étudiés par M.T. Lorcin27 n’étaient probablement qu’une minorité de l’ensemble des domestiques. Les marges d’incertitude introduites par ces remarques se compensent. Les chiffres proposés paraissent assez vraisemblables, et correspondent à l’impression généralement admise d’un fort taux de concubinage ancillaire. Il est difficile de comparer exactement ces données avec celles qui émanent des visites pastorales : celles-ci sont plus larges, incluant le plus souvent les concubinaires "dénoncés" ou "débauchés". Mais pour l’essentiel, tous rejoignent le chiffre proposé par N. Lemaître : un cinquième de prêtres concubinaires28.

  • 29 L. BINZ, op.cit., p. 364, pour le diocèse de Genève en 1411-1414 ; mêmes chiffres en 1378-1379 dans (...)
  • 30 J. CHIFFOLEAU, in Histoire de la vie religieuse, op. cit., t. 2, p. 32.

35L’essentiel est de souligner le comportement différent du clergé chargé d’âmes : 4 % seulement des vicaires offrent prise au soupçon, par la composition de leur groupe de résidence ou la présence d’enfants reconnus. On est loin des 15 à 20 % de desservants concubinaires ou débauchés dénoncés dans la même région, vers 140029. Cette évolution spectaculaire montre que, sous les pressions répétées pendant des siècles des autorités ecclésiastiques, une différenciation de comportement s’est opérée entre certaines catégories d’hommes d’Eglise et la population. J. Chiffoleau a souligné l’importance du respect du célibat, qui a le sens capital de séparation entre l’ordre clérical et les laïcs. Cette séparation ne s’achèvera que dans la France post-tridentine, "mais il est évident", écrit-il, "que cette rupture est préparée bien avant"30. Le résultat du changement des mœurs des clercs est en effet très sensible, dans notre document du XVIe siècle, aussi bien dans le clergé urbain (qui exclut le bâtard) que chez les desservants, qui se tiennent de façon visible éloignés de l’autre sexe.

36A travers le regard du démographe se dégagent deux modèles sacerdotaux, celui du vicaire et celui du prêtre urbain.

37Le desservant de paroisse ne se fond pas dans la population, comme le chapelain dont le comportement et le mode de vie traduisent une parfaite intégration aux ruraux qui l’entourent. Le ménage du vicaire a de fortes spécificités : une dimension fixe, indépendante de son environnement rural ou urbain, une existence propre – le vicaire n’étant pas un élément absorbé dans une vaste maisonnée, mais un point d’appui pour des proches (mère, sœur) –, une structure plus souvent communautaire que familiale, une composition qui pour la quasi-totalité a toutes les apparences de l’honnêteté et de l’éloignement des tentations. Ainsi le foyer du prêtre qui avait la charge spirituelle de la paroisse s’est-il progressivement distingué des autres. Certes, cette évolution n’est pas achevée : un tiers seulement des desservants de paroisse a une résidence séparée et visible, dans la cure, et l’on peut bien sûr retenir au moins un cas de transgression ostensible du célibat ecclésiastique.

  • 31 En reprenant les critères utilisés précédemment, on obtient en ville 40 % de concubinaires possible (...)

38Le modèle clérical citadin est lui aussi très différencié : un foyer restreint au minimum, une vie séparée, en rupture avec les liens familiaux, des ressources provenant de l’Eglise, indépendantes de tout revenu annexe ou familial, un rapport aux femmes qui, lorsqu’il existe, est passé dans la clandestinité et associé au refus de l’enfant, contrairement au concubinage rural souvent très familial31.

  • 32 Selon la formule de V. TABBAGH, in Le clerc séculier au Moyen Age, op.cit., p. 189.

39Ces deux modèles ont été patiemment façonnés par les efforts de la hiérarchie ecclésiastique pour l’un, par l’émergence de la modernité urbaine pour l’autre. En ce milieu du XVIe siècle, ils ne regroupent encore – ou peut-être devrait-on écrire : ils regroupent déjà – la moitié des prêtres. Avec la Réforme catholique, l’autre moitié, celle des chapelains ruraux, disparaît peu à peu. Le "ménage de Monsieur le curé" adopte progressivement des caractères opposés à ceux de ses paroissiens, favorisant ainsi de plus en plus son éloignement social et sa "distinction". Le "bon prêtre" du XVIIe siècle peut apparaître comme l’aboutissement et la fusion de nos deux types du siècle précédent, comme le fruit par conséquent de l’action conjuguée de la volonté de l’Eglise et de l’adoption par les élites des mentalités de la ville. Le modèle du prêtre qui triomphe avec la Contre Réforme est celui de la victoire du vicaire "guide dans la foi" sur les "rémouleurs de messe"32, mais aussi celui de l’imposition des modes de vie et de la culture urbaine à la société rurale.

ANNEXES

FIGURE 1 : Le dénombrement de 1561 en Bresse. Communes actuelles pour lesquelles les registres sont conservés

FIGURE 1 : Le dénombrement de 1561 en Bresse. Communes actuelles pour lesquelles les registres sont conservés

TABLEAU 1 : Présence quantitative du clergé dans la population (en nombre d’individus)

TABLEAU 1 : Présence quantitative du clergé dans la population (en nombre d’individus)

TABLEAU 2 : Le clergé séculier en chiffres

TABLEAU 2 : Le clergé séculier en chiffres

TABLEAU 3 : Dimension des feux de prêtres séculiers

TABLEAU 3 : Dimension des feux de prêtres séculiers

Notes

1 La formule du titre est empruntée au livre de P. BOUTRY (Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Le Cerf, 1986, p. 222), qui traite de la même région, trois siècles plus tard.

2 Dans la série SA aux A.D. Savoie et pour la Bresse, A.D. Côte-d’Or, B 11595 et 11596.

3 En témoigne la remarque, en 1561, du prieur de la chartreuse de Montmerle : (Nous) "avons desja faict dénombrement des dites bestes et aussi de nombre des personnaiges sus escriptz. Et aussi des Revenus et charges pour ce qu’il nous a este commande pour ung commissaire deputé de par sa dite altesse pour rayson des decimes" (A.D. Côte-d’Or, B 11596, p. 133 et 133 v°).

4 Quelques-unes de ces visites sont conservées (A.D. Savoie, SA 224). Sept d’entre elles concernent les mêmes paroisses que notre dénombrement.

5 Lettres de commission du 17-1-1561 pour l’exécution du dénombrement, A.D. Savoie, SA 1864.

6 D. TURREL, Bourg-en-Bresse au XVIe siècle, Société de Démographie historique, 1986, pp. 26-29.

7 Par exemple, à la fin du cahier du dénombrement de la paroisse de Ramasse : "Le présent roolle et dénombrement a este faict comme sus est escript par messire Claude Vachy prebtre vicaire de Ramasse benoid Corretel et heliet berthad des bourgeois dud. Ramasse a ce commis lesquels ont jurez par leurs sermentz aux sainctz evangiles de dieu es mains de moy notayre ducal soubsigne et vichastellain dud. lieu de Ramasse Iceluy présent rolle avoir faict au vray et fidellement les an et jour sus escriptz. Ainsi l’aferme pour vray Claude Vachi viquere (signature)". (A.D. Côte-d’Or, B 11595, p. 212 v°).

8 E. LABROUSSE et R. SAUZET, in Histoire de la France religieuse, Seuil, t. 2,1988, p. 391.

9 L’expression "feu de prêtre” sera utilisée pour désigner tout foyer dans lequel vit un prêtre. La description nominative de toutes les personnes vivant dans la maisonnée permet de repérer les membres du clergé qui ne sont pas chefs de feu, soit 17 %, qui disparaîtraient si la source était un simple rôle nominatif des chefs de famille.

10 Ces chiffres sont proches de ceux du XVe siècle, époque pour laquelle ont été soulignées les fortes densités cléricales urbaines (J. CHIFFOLEAU, in Histoire de la France religieuse, op. cit., p. 30). Ils correspondent aussi à ceux du diocèse voisin de Genève (d’après L. BINZ, La vie religieuse dans le diocèse de Genève, 1378-1450, Genève, 1973, p. 499). A la veille de la Révolution, le diocèse de l’Ain ne comptait plus qu’un prêtre pour 484 habitants (d’après le mémoire de G. BRUN, cité par A. ABBLATECI et P. PERDRIX, Les débuts de la Révolution dans les pays de l’Ain, Bourg, 1989, p. 79).

11 Cité par V. TABBAGH, "Effectifs et recrutement du clergé séculier français à la fin du Moyen Age”, Le clerc séculier au Moyen Age, XXIIe Congrès de la SHMES, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 188.

12 D’après L. BINZ, La vie religieuse dans le diocèse de Genève, op. cit., p. 499.

13 V. TABBAGH, in Le clerc séculier au Moyen Age, op.cit., p. 187. N. LEMAITRE, Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez (1418-1563), Le Cerf, 1988, p. 391. Ce dernier chiffre (1 prêtre pour 8 feux) correspond à un maximum chronologique, car la demande de prêtres diminue ensuite dans les testaments (p. 343). Une seule de nos paroisses rurales (Marboz) se rapproche de ces niveaux (avec 17 prêtres, soit 1 pour 16 feux).

14 Ce chiffre est proche de celui trouvé dans les régions à faible encadrement paroissial : environ trois prêtres sur quatre sont des desservants dans les paroisses rurales du diocèse de Genève au XVe
s. (d’après L. BINZ, op.cit., p. 499) et dans celles du diocèse d’Avignon au XVIIe s. (M. VENARD, Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d’Avignon au XVIe s., Le Cerf, 1993, p. 1114).

15 G. CABOURDIN, Terre et hommes en Lorraine, (1550-1635), Nancy, 1977, p. 562 (pour le comté de Vaudémont, vers 1561). A. CROIX, La Bretagne aux XVIIe et XVIIIe s, la vie, la mort, la foi, Maloine, 1981, p. 1157 (1 prêtre pour 150 habitants dans les années 1560 en pays nantais, 1 pour 220 habitants, vers 1650). R. SAUZET, Contre Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIe siècle, Lille, 1978, p. 61 (pour 26 paroisses du diocèse de Nîmes en 1611). M. VENARD, Réforme protestante, Réforme catholique à Avignon, op.cit., p. 1114 (pour le XVIIe s.).

16 Ce taux d’absentéisme, très fort, correspond à celui du proche diocèse de Genève : 80 % de paroisses aux mains de curés non résidents en 1516-1518 (L. BINZ, op.cit., p. 302).

17 A la campagne, seuls 4 chapelains de Marboz résident ensemble, sans servante, sans doute pour des raisons d’économie car ils sont dits misérables. Des familiarités existent en tant qu’institution, dans plusieurs autres localités de notre échantillon (Meillonnas, Saint-Trivier-de-Courtes), mais elles n’entraînent pas de co-résidence effective.

18 La situation est la même dans la région voisine du Lyonnais : M. T. LORCIN, Vivre et mourir en lyonnais à la fin du Moyen Age, C.N.R.S., 1981, pp. 76 et 127.

19 Les campagnes du Quercy après la guerre de 100 ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse, 1978, p. 258.

20 Lors du don gratuit versé par toute la ville en 1569, les ecclésiastiques paient, par foyer, un tiers de plus que la moyenne. Notre échantillon ne contient que 2 nobles, tous 2 bénéficiers qui résident à Bourg.

21 Seul le curé de Saint André le Panoux, qui a obtenu la dignité de protonotaire apostolique, dispose d’un laquais.

22 Un quart n’en a pas. La possession de bétail est précisée pour 10 paroisses seulement.

23 "La paroisse et l’encadrement religieux des fidèles du XIVe au XVIe siècle", L’encadrement religieux des fidèles au Moyen Age et jusqu’au concile de Trente, Actes du 109e Congrès National des Sociétés savantes (Dijon, 1984), Paris, 1985, p. 33.

24 Ce terme est employé, du Lyonnais à la Savoie, pour désigner les bâtards.

25 Dans les paroisses rurales du diocèse de Genève vers 1411-1414, 6 % des desservants nourrissent des bâtards (L. BINZ, op.cit., p. 363) et 2 % du total des prêtres de l’archiprêtré de St Junien vers 1520 (N. LEMAITRE, op.cit., p. 179).

26 On ne peut exclure ici un sous-enregistrement dû à la source, la bâtardise de certains enfants n’étant pas déclarée, chez les paysans comme chez les prêtres. Cependant le rapport entre les deux catégories reste significatif. Il recoupe les données obtenues par M. T. LORCIN, op.cit., pp. 26 et 101.

27 Id., p. 127 : un prêtre sur 7 seulement fait un legs à sa domestique, alors que très vraisemblablement presque tous en avaient.

28 N. LEMAITRE, op.cit., p. 180.

29 L. BINZ, op.cit., p. 364, pour le diocèse de Genève en 1411-1414 ; mêmes chiffres en 1378-1379 dans le diocèse de Lyon. Certes, dans notre dénombrement, et contrairement aux visites pastorales, le vicaire décrit son propre foyer. Une falsification de sa composition devant l’administration ducale avec la complicité des notables prouverait en tout cas une mauvaise conscience, et une intériorisation des injonctions des autorités ecclésiastiques. En réalité, trop d’éléments concordent, opposant chapelains et vicaires, pour voir là l’effet d’une dissimulation spécifique.

30 J. CHIFFOLEAU, in Histoire de la vie religieuse, op. cit., t. 2, p. 32.

31 En reprenant les critères utilisés précédemment, on obtient en ville 40 % de concubinaires possibles. Pourtant les ménages de prêtres citadins frappent par l’absence d’enfant (qu’il soit bâtard ou neveu) : on trouve un seul enfant de moins de 5 ans pour les 23 feux ecclésiastiques de la ville, alors qu’on en compte 1 pour 2 feux de prêtres ruraux.

32 Selon la formule de V. TABBAGH, in Le clerc séculier au Moyen Age, op.cit., p. 189.

Table des illustrations

Titre Dimension des feux selon la résidence
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Dimension des feux selon la catégorie de prêtres
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Structure des ménages de prêtres *
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende cat. 1 – Benoit Guyeton, chapelain de Saint André le Panoux.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3k
Légende cat. 2 – Vincent Michaud et Philibert Braudes, vicaires de Vescours.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4k
Légende cat. 3 – Antoine Forey, chapelain de Corent la Ville.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7k
Légende cat. 4 – Etienne Jullieron, vicaire de Hautecourt.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4k
Légende cat. 5 – Denis De Bereysia, chapelain de Foissiat.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Feux comprenant 1 ou plusieurs enfants donnés
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Titre FIGURE 1 : Le dénombrement de 1561 en Bresse. Communes actuelles pour lesquelles les registres sont conservés
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre TABLEAU 1 : Présence quantitative du clergé dans la population (en nombre d’individus)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre TABLEAU 2 : Le clergé séculier en chiffres
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre TABLEAU 3 : Dimension des feux de prêtres séculiers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19308/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search