Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Du service du roi à la gloire de dieu : l’exemple de François Bouquet, évêque de Montpellier (1655-1676)

Henri Michel

Texte intégral

  • 1 R. SAUZET, Contre-Réforme et Réforme catholique en bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au X (...)

1Comme l’histoire du diocèse de Nîmes, chère à Robert Sauzet, celle du diocèse de Montpellier est dominée au cours du XVIIe siècle par l’action de plusieurs évêques soucieux d’appliquer les principes de la Réforme catholique. Dès le début du siècle, ces deux sièges épiscopaux sont en effet occupés par des prélats dont la ligne spirituelle et l’action pastorale sont marquées par une forte inspiration de "l’école française". C’est aussi vrai pour Pierre Valernod, évêque de Nîmes de 1598 à 1621, imprégné d’une profonde mystique christocentrique que pour Pierre de Fenouillet, évêque de Montpellier de 1607 à 1652, présenté traditionnellement comme "le compatriote, l’ami et le collaborateur apostolique de Saint François de Sales"1 Par la suite, malgré des tempéraments et des formations parfois différents, les évêques de ces deux diocèses partagent des références religieuses communes qui s’expriment clairement à travers leur pastorale. Là, le "mondain" Anthime-Denis Cohon (1634-1644 et 1655-1670), le vertueux Hector d’Ouvrier et son successeur, d’une vanité trop souvent mal contenue, Jacques Séguier (1671-1687) ; ici, l’érudit François Bosquet (1655-1676) et son neveu successeur, Charles de Pradel (1676- 1696) ; les uns et les autres s’efforcent de visiter régulièrement leur diocèse, de réunir des synodes et d’établir des séminaires. Ils rappellent les réguliers que les guerres de religion ont chassés de leur ville épiscopale et soutiennent l’installation d’ordres nouveaux. Au sein de l’épiscopat, largement uni spirituellement, François Bosquet détonne, non par ses mœurs, ni par sa théologie, mais par son parcoursprécédant son accession au rang d’évêque. La plupart des autres évêques sont d’anciens chanoines. Pierre de Valemod l’a été à Die et à Nîmes, Anthime-Denis Cohon au Mans et à Chartres, et Jacques Séguier, lui aussi à Chartres, tandis que Charles de Pradel l’a été à la cathédrale de Montpellier. Quand il est consacré à la fin de l’année 1648 évêque de Lodève, François Bosquet commence une nouvelle vie vouée à Dieu après avoir connu successivement celle d’un jeune érudit et celle d’un intendant de province. Son passage du service du roi à la gloire de Dieu s’est accompli rapidement entre 1645 et 1646.

  • 2 P. HENRY, François de Bosquet, intendant de Guyenne et de Languedoc, évêque de Lodève et d (...)
  • 3 G. LARGUIER, Le drap et le grain en Languedoc. Recherches sur Narbonne et le Narbonnais (1 (...)
  • 4 Lettres de Peiresc, éd. par Ph. TAMIZEY DE LARROQUE, Paris, Imprimerie nationale, 1898. T. (...)
  • 5 P. HENRY, op. cit., p. 43.
  • 6 Sur cette notion, voir A. JOUANNA, le Devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 65-90.
  • 7 S. PICOT, Oraison funèbre de Messire Fr. de Bosquet, .... Avignon, S. Offray, 1676. In-4°, (...)
  • 8 M. FOISIL, La Révolte des Nu-pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris, P.U.F., 1970, (...)

2François Bosquet est tardivement devenu un serviteur de la monarchie, même si ses études de Droit à Toulouse l’avaient préparé à ce rôle2. Quand son père lui achète en 1634 une charge de juge royal à Narbonne, il approche de la trentaine. Il rêvait de gagner Rome. Il se retrouve simple magistrat dans une capitale provinciale en voie de décadence malgré la bonne tenue de son trafic portuaire3. Au nom d’un sage réalisme, Peiresc pense que ce n’est pas un mauvais choix : "... les choses estant aujourd’hui réduites à tels termes au siècle où nous sommes, que si l’on veut estre du monde, il faut avoir des charges publiques, aultrement on est exposé à trop de failles"4. Ses nouvelles fonctions ne l’obligent pas pour autant à rompre avec Paris où il s’était établi en 1632. Il réussit ainsi à maintenir et à fortifier ses relations avec les dignitaires de l’Eglise gallicane et les meilleurs érudits de son temps qui sont de plus en plus nombreux à reconnaître ses compétences. Vers la fin de l’année 1635, par exemple, l’Assemblée générale du Clergé lui demande de poursuivre des recherches sur le droit canonique5. C’est à l’occasion d’un de ses séjours parisiens dû à la poursuite d’un procès contre le Viguier de Narbonne que se joue son avenir. Grâce à un de ses proches, Marin Cureau de La Chambre, il rencontre en 1638 le chancelier Pierre Séguier dont il est désormais, selon une expression qu’il emploie plusieurs fois dans sa correspondance, "la créature"6. L’année suivante, le voici conseiller d’État par la grâce de son nouveau protecteur. Comme l’affirme son panégyriste, il passe alors pour "un des appuis" et pour "le plus intime confident" du chancelier "dans les affaires les plus importantes du Conseil"7. Les marques de confiance ne manquent pas. Tandis que s’achève la révolte des Nu-Pieds, Pierre Séguier lui confie au début de l’année 1640 "la charge du parquet en attendant l’arrivée des commissaires tenant le parlement de Normandie"8. L’année suivante, le futur évêque de Lodève et de Montpellier, reçoit l’intendance de Guyenne et en 1642 celle de Languedoc.

  • 9 P. PSELLOS, Synopsis legum versibus iambis et politicis.... Parisiis, I. Camusat, MDCXXXII (...)
  • 10 Cf. lettre de Fr. Bosquet à P. Séguier du 9 mars 1645 in Lettres et Mémoires adressés au C (...)
  • 11 Ibid., p. 124, lettre de Fr. Bosquet à Pierre Séguier, 12 mars 1645.

3Dans sa nouvelle charge, l’ancien étudiant toulousain du collège de Foix fait preuve d’une rare capacité d’adaptation, mise entièrement au service de son protecteur. Hier, rat de bibliothèques, le voici maintenant administrateur d’une grande et difficile province. Celui qui s’était passionné quelques années plus tôt pour la publication d’une traduction latine d’un poème grec de Psellos, d’une vie des papes d’Avignon et d’une Histoire de l’Église de Gaule jusqu’au règne de Constantin, se révèle en peu de temps comme un négociateur souvent efficace dans les âpres discussions préliminaires au vote par les États du Don gratuit et comme un organisateur actif pour régler les déplacements et l’approvisionnement des troupes de Catalogne9. Au fil des jours, le nouvel intendant trouve des solutions aux affaires les plus diverses, du commerce des grains au partage des couvents entre les Capucins de Guyenne et ceux du haut-Languedoc10. Dans un premier temps, sa formation d’érudit ne semble donc pas être un handicap. Cependant, peu à peu le ton change dans la correspondance qu’il adresse régulièrement à Pierre Séguier. Lassitude et amertume font bientôt oublier sa satisfaction initiale de remplir au mieux la tâche confiée. En mars 1645, François Bosquet en vient à supplier son protecteur de bien vouloir lui donner congé11. La maladie n’est pas seule à l’origine de ce désenchantement croissant.

  • 12 Ibid., p. 114, lettre de Fr. Bosquet à P. Séguier, Narbonne, 23 janvier 1645.

4Certes, la précarité de sa santé a pesé sur l’évolution de l’attitude de François Bosquet. Il a été en particulier malade à la fin de l’année 1644. Au début de l’année suivante, cependant, s’il retrouve "la force de fère l’ouverture des estats", il manque toujours d’optimisme12. Ses rapports avec le second intendant de la province ne se sont pas améliorés, la situation de la province ne s’est pas véritablement détendue. Alors, il ne reste plus au protégé du chancelier Pierre Séguier qu’à envisager une autre carrière.

  • 13 Dictionnaire de Biographie française, t. V, col. 6 et J.-Fr. DUBOST, "Absolutisme et décen (...)
  • 14 Lettres et Mémoires adressés au chancelier Séguier, éd. R. MOUSNIER, op. cit., Paris, P.U. (...)
  • 15 Id., éd. A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 69, lettre de Fr. Bosquet à P. Séguier, Toulouse, (...)
  • 16 Ibid., p. 144, id. à id., Narbonne, 23 janvier 1645.
  • 17 Ibid., p. 117, id. à id., Narbonne, 13 février 1645.
  • 18 Ibid., p. 130, id. à id., Narbonne, 31 mars 1645.
  • 19 Ibid., p. 150, id. à id., Montpellier, 1er août 1645.
  • 20 Ibid., p. 159, id. à id., Narbonne, 30 octobre 1645.

5Sans aucun doute, François Bosquet a eu de plus en plus de mal à s’entendre avec l’autre intendant de Languedoc, Jean Balthazar, un ancien conseiller au parlement de Paris13. Bien que, semble-t-il, ils aient commission commune et qu’ils se soient partagés les affaires de la province, les deux hommes ont peu d’affinités capables de les rapprocher14. Leur caractère, tout comme les réseaux de fidélité auxquels ils appartiennent, les opposent. Au cours de l’année 1644, leurs rapports se tendent. Moins d’un mois après avoir écrit au chancelier qu’il vient de quitter à Narbonne Balthazar "avec la civilité et l’intelligence qu’il croyait être gardée entre personnes qui font conjointement le service du roi", il laisse sa plume pour dessiner ce portrait haineux de celui qui s’affirme de plus en plus comme son rival : "... tout est envenimé dans l’esprit de ce petit (sic) vipère qui change les bonnes viandes en poison et tache de noircir les actions pour lesquelles, s’ils les avaient rendues, il escrirait des panégyriques à la cour et dresserait des trophées dans la province"15. A partir de ce moment, rares sont les lettres qui n’expriment pas ici ou là une amertume supportée de plus en plus difficilement. Le 23 janvier 1645, par exemple, "... j’ay trouvé que le dit Sieur (entendez, Balthazar) qui n’est point dégousté depuis l’année dernière, donnait ses ordres secrètement sans me les communiquer comme il fait de toute chose..."16. Trois semaines plus tard, il rappelle : "Je suis toujours environné des embûches de mon ennemy..."17. A la fin du mois de mars, il ne cache même plus son découragement : "... Je suis icy, Monseigneur, en un poste où toutes choses y passent, ou sans mon advis, ou contre mon advis, les attachemens que monsieur le maréchal (de Schomberg) a avec mon collègue, me font croire qu’il n’y se fera autre chose à l’advenir... Et partant, je me sens en ma conscience inutile et au service du roi et au bien de cette province, si les choses demeurent en l’estat..."18. L’été n’efface pas la déception, bien au contraire : "... Ceux qui ont perdu la province et les affaires du roi sont hautement loués en recevant de remerciemens, sont commis par préférence à l’exécution des ordres de Sa Majesté et ne manquent point de publier dans la province que l’on adjouste point de foy à ce que j’en escris...”19. A la fin du mois d’octobre, il reconnaît en pleine désillusion, "... je n’ay pas assez d’esprit pour acquérir cette prudence qui couvre les défaut des autres..."20. Le temps des lamentations contre les calomnies est alors bien commencé. Tout semble se liguer contre lui : voilà bientôt deux ans qu’il n’a reçu aucun appointement.

  • 21 Ibid., p. 154, id. à id., Montpellier, 15 août 1645.
  • 22 Lettres et Mémoires du chancelier Séguier, éd. par R. MOUSNIER, op. cit., t. II, p. 746, 7 (...)
  • 23 Lettres et Mémoires du chancelier Séguier, éd. par A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 161, Na (...)

6Ce thème financier alimente tardivement les plaintes de François Bosquet. A la mi-août 1645, il n’hésite plus à informer son protecteur : il "y aura vingt mois à la fin de celuy-ci que je n’ai pas touché un denier de mes appointements et messieurs des finances me traitent avec cette rigueur qu’après m’avoir fait traîner des années entières, ils me doivent des assignations sur des fonds consommés longtemps auparavant. J’ay eu toute la patience que l’on ne scauroit exiger du plus souffrant homme du monde..."21. Au début du mois de novembre, la situation est toujours la même : "... les messieurs des Finances m’oublient entièrement, n’ayant point reçu un denier de mes appointemens d’intendant depuis 23 mois, ni gage du Conseil d’Estat depuis trois ans..."22. A la fin du mois suivant, rien n’est encore réglé : "... enfin tout cède à la nécessité... Je vois bien le dessein de ces Messieurs qui manient la bourse qui est de me tirer d’icy par la faim"23.

  • 24 Ibid., p. 173, id. à id, Pézenas, 12 févr. 1646.
  • 25 Ibid., p. 156, id. à id, Narbonne, 11 sept 1645.

7En février 1646, le versement de ses appointements ne semble pas avoir été encore effectué24. A ces difficultés personnelles qui l’usent, s’ajoute la conscience éprouvante d’une dégradation progressive de la situation languedocienne au point que vers la fin de l’été 1645, il est persuadé que "le seul remède pour affermir la province dans le repos et l’obéissance, est l’arrivée de son Altesse royale aux estats ou de monseigneur le prince". De son aveu même, la présence "d’une puissance extraordinaire" peut apaiser la province25. Le mois suivant, le calme revient, mais les tâches auxquelles il doit faire face demeurent multiples et complexes. On comprend sans peine qu’il ait envisagé assez vite d’abandonner sa charge d’intendant.

  • 26 Ibid., p. 124, id. à id, Narbonne, 12 mars 1645.
  • 27 Ibid., p. 127, Narbonne, 27 mars 1645. Voir aussi, p. 129-130, 154 et Lettres et Mémoires. (...)
  • 28 Lettres et Mémoires..., éd. A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 131-132, 134, 149, 153, 156.
  • 29 Lettres et Mémoires..., éd. R. MOUSNIER, op. cit., t. II, p. 715. P. J. HAITZE, Portraits (...)

8Dès le mois de mars 1645, il s’en ouvre à son protecteur : "Je vous supplie de me vouloir donner congé a bonne heure, et pendant que je puis me retirer avec honneur, auparavant que je sois obligé de voir et souffrir les dernières extrémités de la province et d’augmenter ses calamités au lieu de les soulager..."26. A partir de ce moment-là, il renouvelle plusieurs fois sa demande. A la fin du même mois, il rappelle "les malheurs que je prévois pour la province m’en fait appréhender le plus long séjour" ; le 30 mai et le 15 août suivants, il lance de nouvels appels au secours. Au début de novembre, il s’étonne même de rester en fonction alors que le bruit court que son successeur a été nommé27. Ainsi, sans aucun doute, dans les premiers mois de 1645, François Bosquet a aspiré à quitter ses fonctions administratives en Languedoc. En revanche, il semble hésiter entre deux voies, celle du Palais ou celle de l’Eglise. Dans une lettre adressée le 17 avril à Pierre Séguier, il se déclare prêt à continuer à la servir tout en laissant échapper que "peut-être le temps donnera quelque occasion pour m’establir dans un lieu de plus grand repos, ou d’une action plus conforme à mes inclinations", et d’ajouter qu’avec son accord, il serait prêt à accepter la charge de Premier président du parlement d’Aix-en-Provence. Près de deux semaines plus tard, le projet se précise : "L’on m’escrit de Provence... que le président Régusse du parlement d’Aix traite avec le premier président a force d’argent. Monsieur le comte d’Alet" (c’est-à-dire le gouverneur de Provence) "n’en est pas bien aise, et l’on me fait croire qu’il serait ravy d’avoir quelque autre personne et mes amis jugent que je lui serais agréable". Malgré ses dénégations, François Bosquet maintient que le premier président a bien traité secrètement avec le président Régusse. Mois après mois, il ne désespère pas d’obtenir cet office prestigieux avec l’appui du chancelier. Pour hâter la conclusion, il interroge celui-ci : "Si j’allais faire ce petit tour à Paris pendant que le premier président de Provence y est..."28. Finalement, l’affaire n’est pas conclue. Dans une situation difficile, Jean de Mesgrigny entendait bien se démettre de sa charge, mais non la résigner en faveur du premier que le ministère lui proposerait29.

  • 30 Lettres et Mémoires..., éd. A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 129.
  • 31 Ibid., p. 170.
  • 32 VINCENT DE PAUL, Correspondance, éd. par P. COSTE, t. II, Paris, 1921, p. 554-555, Pézenas (...)
  • 33 Lettres et Mémoires..., éd. A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 172.
  • 34 VINCENT DE PAUL, op. cit., p. 562-563, Pézenas, 5 février 1646, id. à id. et p. 565-566, P (...)

9Avant même de s’orienter vers le Palais, François Bosquet semble avoir envisagé un chemin plus éloigné du monde. A l’approche de Pâques, il écrit au chancelier : "J’espère d’achever à ces testes une œuvre de dieu en moy que j’aie commencée, il y a bien longtemps et donc j’ay promis l’accomplissement pendant les désespoirs de ma santé. Vous ayant esté inutile, monseigneur, dans les choses temporelles, je pourray vous servir dans les fonctions d’un ministère dont la puissance fait obéir le ciel et s’estend jusques au throne de Dieu, que je prie d’avoir agréable ce sacrifice que je luy fairai de moi-même, et le rendre tel à vos yeux"30. Il faut cependant attendre le début de l’année 1646 pour qu’il fasse allusion dans sa correspondance avec Pierre Séguier à ses projets épiscopaux : "Les gages précieux que j’ai de vostre bonté en mon endroit me font espérer vostre entière protection en l’affaire de la résignation de l’évêché de Lodève"31. Quelques jours plus tôt, l’évêque d’Alet, Nicolas Pavillon avait déjà averti Monsieur Vincent de la nouvelle de la démission de l’évêque de Lodève en faveur de Mr. du Bousquet, conseiller d’Estat et intendant de la justice en Languedoc et le lui avait recommandé "pour les marques qu’il donne de sa vertu et de sa piété vraiment chrétienne"32. Pourtant le projet suscite oppositions et rumeurs. Le maréchal de Schomberg se plaint "pour ne lui avoir communiqué une chose qui n’a esté faite qu’en son absence". Surtout, le bruit court que cette résignation cache quelque traité simoniaque. François Bosquet se défend devant son protecteur d’avoir voulu commettre "une friponnerie"33. Nicolas Pavillon éclaire Monsieur Vincent troublé par l’affaire : sur ses conseils, il n’y a pas eu de traité entre Jean Plantavit de La Pause et l’intendant du Languedoc au sujet de la cession de la bibliothèque du prélat lodévois et d’un jardin lui appartenant, mais seulement "l’acte de démission pure et simple, avec réserve de pension d’une partie de revenu au profit dudit seigneur évêque". Mais l’évêque d’Alet reconnaît de l’aveu même de François Bosquet, que celui-ci "a dit ou fait dire à Monsieur de Lodève le besoin qu’il aurait de sa bibliothèque et jardin quand il sera dans la charge, et l’inclination et même résolution de s’en accomoder avec lui la juste estimation qui en sera faite, sans pourtant vouloir s’y engager aucunement". On comprend avec l’informateur de Mr. Vincent que certains aient pu considérer ces discussions "comme un traité simoniaque", "vu que les hommes ne forment leur jugement que sur ce qui paraît extérieurement"34. Finalement, les craintes de simonie apaisées, François Bosquet peut abandonner ses fonctions d’intendant et se préparer à sa consécration épiscopale qui a lieu le 20 décembre 1648.

  • 35 Lettres et Mémoires adressés au chancelier P. Séguier, éd. par R. MOUSNIER, op. cit., t. I (...)

10Le cheminement du futur évêque de Lodève et de Montpellier n’a rien d’exceptionnel, ni d’étrange. D’une part, plusieurs intendants sont devenus prêtres au cours de leur carrière, comme Elie Laisné de la Margerie, intendant de Poitou et de Touraine, et René Voyer d’Argenson, intendant du Dauphiné avant d’être nommé en Limousin, Saintonge et Auvergne35. D’autre part, ce parcours s’explique facilement dans le cas de François Bosquet. Sa mésentente avec Jean Baltazard est loin d’être seule en cause. Homme d’étude de plus en plus porté, depuis sa maladie, à la piété, il ne pouvait s’accomplir pleinement que dans des fonctions religieuses. Elles lui offraient la possibilité de vivre enfin selon la loi de Dieu. Elles ne le contraignaient pas à abandonner totalement ses activités intellectuelles et elles lui permettaient de mettre au profit de l’administration de son diocèse l’expérience acquise dans l’exercice tout récent de ses fonctions d’intendant.

Notes

1 R. SAUZET, Contre-Réforme et Réforme catholique en bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au XVIIe siècle, Lille, Université de Lille III, 1978, 2 vol. Ed. abrégée, Bruxelles-Louvain éd. Nauwelaerts, 1979, 527 p ; L. de LA ROQUE, Les Évêques de Maguelone, Montpellier-Paris, 1883, p. 129-132.

2 P. HENRY, François de Bosquet, intendant de Guyenne et de Languedoc, évêque de Lodève et de Montpellier, étude sur une administration civile et ecclésiastique au XVIIe siècle, Paris, E. Thorin, 1889, XVI-788 p.

3 G. LARGUIER, Le drap et le grain en Languedoc. Recherches sur Narbonne et le Narbonnais (1300-1789), Thèse d’État, Paris VII, 1992. 2 vol. Résumé par l’auteur in Études sur l’Hérault, N.S. 9,1993, p. 99- 105.

4 Lettres de Peiresc, éd. par Ph. TAMIZEY DE LARROQUE, Paris, Imprimerie nationale, 1898. T. VII, p. 694, lettre de Peiresc à Fr. Bosquet, Aix, 5 juillet 1634.

5 P. HENRY, op. cit., p. 43.

6 Sur cette notion, voir A. JOUANNA, le Devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 65-90.

7 S. PICOT, Oraison funèbre de Messire Fr. de Bosquet, .... Avignon, S. Offray, 1676. In-4°, p. II.

8 M. FOISIL, La Révolte des Nu-pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris, P.U.F., 1970, p. 323-324.

9 P. PSELLOS, Synopsis legum versibus iambis et politicis.... Parisiis, I. Camusat, MDCXXXII. In-8°, 7 ff. n. ch., 136 p. ; Fr. BOSQUET, Pontificum Romanorum qui e Gallia oriundi, in ea sederunt, historia, ab 1305 ad annum 1394.... Parisis, S. Cramoisy, 1632. In-8°, 7 ff. n. ch., 375 p., Ecclesiae gallicanae historiarum liber primus.... Parisiis, J. Camusat, 1633. In-8°, 6 ff. n. ch., 78p., rééd. en 1636,2 part, en 1 vol. in-4° ; D. BÍLOGHI, Étapes et étapiers en Languedoc (XVIe-XVIIIe s.), Montpellier, 1994. 33 vol. (Thèse d’Histoire, ss. dir. A. Blanchard).

10 Cf. lettre de Fr. Bosquet à P. Séguier du 9 mars 1645 in Lettres et Mémoires adressés au Chancelier P. Séguier, éd. par A. D. LUBLINSKAYA, Moscou, 1966, p. 122.

11 Ibid., p. 124, lettre de Fr. Bosquet à Pierre Séguier, 12 mars 1645.

12 Ibid., p. 114, lettre de Fr. Bosquet à P. Séguier, Narbonne, 23 janvier 1645.

13 Dictionnaire de Biographie française, t. V, col. 6 et J.-Fr. DUBOST, "Absolutisme et décentralisation en Languedoc au XVIIe siècle", R.H.M.C., t. XXXVII, juil.-sept. 1991, p. 379-380.

14 Lettres et Mémoires adressés au chancelier Séguier, éd. R. MOUSNIER, op. cit., Paris, P.U.F., 1964, t. II, p. 771.

15 Id., éd. A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 69, lettre de Fr. Bosquet à P. Séguier, Toulouse, 29 juin 1645.

16 Ibid., p. 144, id. à id., Narbonne, 23 janvier 1645.

17 Ibid., p. 117, id. à id., Narbonne, 13 février 1645.

18 Ibid., p. 130, id. à id., Narbonne, 31 mars 1645.

19 Ibid., p. 150, id. à id., Montpellier, 1er août 1645.

20 Ibid., p. 159, id. à id., Narbonne, 30 octobre 1645.

21 Ibid., p. 154, id. à id., Montpellier, 15 août 1645.

22 Lettres et Mémoires du chancelier Séguier, éd. par R. MOUSNIER, op. cit., t. II, p. 746, 7 nov. 1645.

23 Lettres et Mémoires du chancelier Séguier, éd. par A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 161, Narbonne, 20 déc. 1645, Lettre de Fr. Bosquet à P. Séguier.

24 Ibid., p. 173, id. à id, Pézenas, 12 févr. 1646.

25 Ibid., p. 156, id. à id, Narbonne, 11 sept 1645.

26 Ibid., p. 124, id. à id, Narbonne, 12 mars 1645.

27 Ibid., p. 127, Narbonne, 27 mars 1645. Voir aussi, p. 129-130, 154 et Lettres et Mémoires..., éd. R. MOUSNIER, op. cit., t. II, p. 746.

28 Lettres et Mémoires..., éd. A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 131-132, 134, 149, 153, 156.

29 Lettres et Mémoires..., éd. R. MOUSNIER, op. cit., t. II, p. 715. P. J. HAITZE, Portraits ou Éloges historiques des premiers presidens du Parlement de Provence, Avignon, D. Chastel, M. DCC. XXVII, p. 120.

30 Lettres et Mémoires..., éd. A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 129.

31 Ibid., p. 170.

32 VINCENT DE PAUL, Correspondance, éd. par P. COSTE, t. II, Paris, 1921, p. 554-555, Pézenas, 29 déc. 1645, N. Pavillon à M. Vincent.

33 Lettres et Mémoires..., éd. A. D. LUBLINSKAYA, op. cit., p. 172.

34 VINCENT DE PAUL, op. cit., p. 562-563, Pézenas, 5 février 1646, id. à id. et p. 565-566, Pézenas, 1er mars 1646. G. VASSAL, De la Réforme à la Contre-Réforme : Jean Plantavit de la Pause, Montpellier, 1994, 2 vol. (Maîtrise d’Histoire moderne) et Abbé C. BLAQUIERE, Histoire des évêques de Lodève : Jean Plantavit de la Pause, Montpellier, impr. Valat, 1910.

35 Lettres et Mémoires adressés au chancelier P. Séguier, éd. par R. MOUSNIER, op. cit., t. Il, p. 88-90.

Auteur

Université de Montpellier III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search