Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Les visites pastorales en Alentejo : le cas de Santa Luzia das Pias

Jacques Marcade

Texte intégral

  • 1 Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du XVIIe siè (...)
  • 2 Répertoire des visites pastorales de la France. Première série. Anciens diocèses (jusqu’ e (...)
  • 3 Joaquim RAMOS DE CARVALHO et José PAIVA, Repertorio das visitas pastorais da diocese de Co (...)

1Avec son travail sur le diocèse de Chartres1, Robert Sauzet a montré la richesse de cette source que constituent les visites pastorales. Malheureusement, une étude analogue serait bien difficile pour nombre de diocèses français, ne fût-ce que celui de Poitiers, à titre d’exemple2. Nous trouvons le même contraste dans le cas du Portugal. Les visites pastorales du diocèse de Coïmbre vont mobiliser pendant longtemps toute une équipe de chercheurs3. Par contre, les sources concernant les diocèses du sud du Portugal ont pratiquement disparu. Or, nous savons par diverses allusions que de telles visites ont existé même si nous ne disposons pas de textes précis : comptes rendus de visite ou mentions sur les registres paroissiaux. Aussi, le document concernant Santa Luzia das Pias n’en revêt que plus d’intérêt.

  • 4 Jacques MARCADE, D. Frei Manuel do Cenáculo Vilas Boas, évêque de Beja, archevêque d’Evora(...)
  • 5 Arquivo Distrital de Evora (A.D.E. par la suite), CXXX/ 2-19. L’enquête sur São Teotónio n (...)
  • 6 A.D.E., Diário, CXXIX/ 1-17. La visite de Pias est mentionnée à trois reprises : f. 166, 2 (...)

2Tout l’Alentejo, soit plus de 20 000 km2, relevait jusqu’en 1770 de l’archidiocèse d’Evora, flanqué sur sa partie orientale des évêchés de poche de Portalegre et Elvas. En 1770, la partie méridionale avait été détachée pour former un nouveau diocèse dont le siège était à Beja. Le premier titulaire, D. Manuel do Cenáculo Vilas Boas, retenu à Lisbonne par ses multiples fonctions4, n’avait pu se rendre immédiatement dans son diocèse. Quand, en 1777, avec le changement de règne suivi de la disgrâce du marquis de Pombal, il a enfin pu gagner son siège épiscopal, il a cherché à mieux connaître son nouveau champ pastoral. A cette occasion, le prélat, voulant s’informer de la politique menée par ses prédécesseurs en ce domaine, lança une enquête sur les visites paroissiales. A vrai dire, nous ne disposons de réponses que pour deux paroisses : Santa Luzia das Pias et São Teotónio5, ce qui est peu pour les 119 paroisses du nouveau diocèse. Néanmoins, l’existence de ces deux réponses semble militer en faveur d’une enquête alors que la consultation du simple dossier Pias aurait pu faire croire à une recherche érudite, portant uniquement sur cette paroisse. En effet, nous disposons ainsi de la recension des visites pastorales sur près de trois siècles, plus exactement de 1534 à 1779, date de la visite de D. Manuel do Cenáculo6.

  • 7 Pias, nom actuel, district de Beja. La paroisse n’était pas une unité administrative comme (...)
  • 8 Arquivo Nacional, Diccionario geografico, 29, f. 1215-1217. – A.D.E., CXXX/ 2-16. En 1779, (...)
  • 9 A l’échelle du diocèse, d’après le Diccionario geografico, les pourcentages seraient de 47 (...)

3Pias7 était au XVIIIe siècle une paroisse du termo de Moura, dans la comarca de Beja. Les quelques 800 habitants se répartissaient en deux agglomérations : Pias, qui avait alors plus de 650 habitants et Santa Luzia, qui en comptait 120 ; en outre, quelques familles vivaient dans des écarts isolés, sur de grands domaines. La paroisse avait deux églises et, parfois le curé allait dire la messe dans celle de Santa Luzia8. La cure était à la nomination de la Mitre, ce qui n’était guère fréquent dans la région9 ; toutefois, nous ne saurions conclure que cette qualité a suscité un nombre plus important de visites car les évêques ont toujours revendiqué le droit de visite dans les paroisses relevant des Ordres militaires.

  • 10 "ici finit l’ancien livre et au début du livre qui sert actuellement".
  • 11 Isaias da ROSA PEREIRA, Visitações de Santiago de Obidos (1434-1481), Lusitana sacra, VIII (...)
  • 12 Diccionario geografico, 34, Serpa matriz.
  • 13 Respectivement en 1800 (Obitos, décès), 1802 (Baptizados, baptêmes) et 1826 (Casamentos, m (...)
  • 14 Il a, en annexe, relevé les noms de tous ses prédécesseurs depuis 1534. Pias a eu un desse (...)

4Pour effectuer ce travail, le curé a pu disposer de deux sources : le livre des visites et les registres paroissiaux. Il semble bien que ce soit la première qui ait été utilisée comme en témoigne la mention qui suit la visite de 1692 : "aqui finalizou o livro velho e no principio do livro que actualmente serve"10. On sait que ce type de sources permet une approche de la vie des paroisses sur une longue durée, parfois pour des périodes fort anciennes11 ; malheureusement, nous n’en avons pas trouvé trace. La seconde source aurait pu être constituée par les registres paroissiaux. Ceux-ci avaient été établis au début du XVIe siècle dans l’archidiocèse d’Evora, du moins si nous en croyons le curé de Serpa12. Sur quelques registres, nous avons trouvé mention de visites effectuées dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ; mais les registres de Pias ne commencent qu’au XIXe siècle13. Aussi, ce travail effectué par le desservant de Pias au XVIIIe siècle nous permet d’avoir accès, indirectement, à des sources maintenant disparues14.

  • 15 D. Henrique n’a reçu Evora qu’en 1540 et c’est quatre ans plus tard que le siège a été éri (...)

5Les noms et qualités des visiteurs ainsi que les dates de leur passage ont été systématiquement relevés. Au plus, peut-on relever une petite erreur pour le tout début de la période quand le rédacteur attribue une visite à l’épiscopat de l’archevêque D. Henrique alors que Evora n’est encore qu’un évêché administré par D. Afonso, archevêque de Lisbonne15. Parfois un lapsus calami, voire la mauvaise lecture du titre réel de D. Nuno, évêque de Salé peuvent être mis sur le compte de la précipitation. Mais ces reproches restent somme toute véniels compte tenu de l’intérêt que présente un tel document. Nous avons ainsi, sur près de trois siècles, un aperçu des activités pastorales des prélats et du souci qu’ils témoignaient de leurs responsabilités.

  • 16 Georges BACCRABERE, Visite canonique, Dictionnaire de droit canonique, 7,1965, col. 1512-1 (...)
  • 17 La première visite générale, après un siècle de troubles et de guerres il est vrai, date d (...)

6Le Concile de Trente avait défini les règles de la visite des diocèses par les Ordinaires, ou des ayants-droit mandatés par eux16. Nous pouvons constater que dans l’Alentejo c’était pratique courante avant même les décisions du concile. Aussi, Trente n’a été, pour nombre d’évêques portugais, qu’une approbation ou une officialisation de ce qu’ils faisaient déjà ; il n’est donc pas étonnant de constater la régularité du rythme des visites tout au long du siècle, alors que les prescriptions tridentines ont eu bien du mal à s’imposer dans d’autres régions, le Poitou entr’autres17.

  • 18 Pour le XVIe siècle, cf. Dom Maur COCHERILL, Une description du Portugal au XVIe siècle, A (...)

7Quatre prélats se sont succédé sur le siège d’Evora de 1522 à 1602 ; en effet, D. Henrique est revenu sur le siège archiépiscopal après le décès de D. João de Melo, son successeur en 1564 lorsque le cardinal D. Henrique avait dû regagner Lisbonne en tant que régent pour le compte de son neveu, le jeune roi Sébastien. De 1534, date de la première visite mentionnée, jusqu’en 1602, date du décès de D. Teotónio de Bragance, soit en 68 ans, la paroisse de Pias a été visitée 54 fois, c’est à dire environ tous les quinze mois. Nous pourrions certes relever des écarts de près de trois ans (1551-1554) mais, par quatre fois (1542, 1548, 1554 et 1576), la paroisse a reçu deux visiteurs durant la même année. Ainsi, les préceptes du Concile de Trente ont été parfaitement respectés dans l’archidiocèse d’Evora et aucune saison n’arrête le visiteur mandaté. Pourtant, dans cette partie du bas-Alentejo, la zone de collines entre le Guadiana et la frontière espagnole, les communications n’étaient pas toujours faciles. Pias n’est pas un bout du monde et la visite pouvait s’inscrire dans un circuit plus large ; néanmoins, nous sommes frappé de constater que le plus grand nombre de visites a lieu en hiver, c’est à dire au moment où les communications étaient le plus difficiles : 28. Elles sont encore nombreuses au printemps : 14 et la chaleur de l’été n’empêche pas les déplacements : 5. C’est au cours de l’automne que les visites se font rares : 1 en septembre, 0 en octobre mais 6 en novembre, lorsque le froid revient. Il est vrai que l’automne est une période difficile dans le bas Alentejo, c’est la saison des fièvres, si nous en croyons les témoins18.

  • 19 Emile MANGENOT, La confirmation d’après le Concile de Trente, Dictionnaire de Théologie ca (...)
  • 20 Ainsi, cinquante ans plus tard, les paroissiens de Corte do Pinto, dans le sud est du dioc (...)

8La qualité des visiteurs est fort instructive. Notons tout d’abord que quatre visites ont été faites par des évêques : trois évêques auxiliaires et D. Teotónio de Bragance en personne. Or, de telles visites sont extrêmement importantes : seul un évêque pouvait donner la confirmation19 et n’oublions pas que ce sacrement est en tant que tel un des canaux de la grâce, problème sur lequel le Concile s’était tout particulièrement penché. Ainsi, en 1537 et en 1544, puis en 1576 et 1586, les paroissiens de Pias avaient eu la possibilité de recevoir ce sacrement. Par ailleurs, il était important que les fidèles puissent avoir un contact physique avec une autorité religieuse autre que leur curé. Un évêque n’était plus à leurs yeux un dignitaire lointain, cantonné dans une ville où l’on n’allait jamais ; pour eux, désormais, et la tradition orale en perpétuait le souvenir20, il était un homme bien concret.

  • 21 Il s’agit peut-être en fait de D. Gaspar dos Reis, évêque de Tripoli (Antonio Francisco BA (...)

9L’étude des autres visiteurs n’est pas moins intéressante. Cinquante visites ont été effectuées par des ayants-droit mais nous ne relevons que 31 noms de visiteurs. Jusqu’à l’épiscopat de D. Teotónio de Bragance, un même visiteur a pu revenir plusieurs fois dans la paroisse . C’est le cas de Maître Gaspar21 : 7 fois, Alonso Peres : 6 fois ; José Sardinha, Ayres da Luz, André Fialho : 3.... Notons que, en 1575, Alonso Peres a effectué une visite sede vacante, ce qui montre bien que le processus mis en place durant un épiscopat a continué à bien fonctionner même en l’absence d’archevêque. La fréquence des visites, le retour, à bref intervalle, des mêmes personnes : Maître Gaspar en 1546, 1548 (deux fois), 1549, 1551 ou André Fialho : 1559,1560, 1561, sont autant de moyens de contrôler la situation, de voir les améliorations à apporter et d’en surveiller l’application.

  • 22 Elle a été fondée en 1570. Avant cette date, parmi les quatorze visiteurs il y avait déjà (...)
  • 23 Nous n’avons pas considéré le titre de bacherel comme un titre universitaire, ce qu’il est (...)

10Les visiteurs sont en même temps des gens fort capables mais aussi des proches de l’archevêque, donc peu susceptibles, semble-t-il, de céder aux intrigues locales. A l’écart des querelles, ils étaient mieux à même de juger et de rendre compte de façon objective. Tous ces visiteurs ont des titres universitaires et ce, avant même la création de l’Université d’Evora22 : dès les années 1540, nous trouvons sept docteurs, neuf maîtres et treize licenciés23. Les deux visiteurs pour lesquels il n’est pas fait mention de titres universitaires sont deux clercs qui ont été mandatés par les visiteurs officiellement désignés pour les remplacer ; toutefois, ce sont des cas exceptionnels que l’on ne retrouve plus par la suite. Dans leur grande majorité, les visiteurs appartiennent à l’entourage proche de l’archevêque, la familia ou la camara épiscopal pour reprendre les expressions du XVIIIe siècle, c’est à dire le cercle étroit des collaborateurs de confiance.

  • 24 Antonio de OLIVEIRA FREIRE, Descripçam corografica do Reyno de Portugal, Lisbonne, 1734, p (...)

11Durant le XVIIe siècle, soit de 1602 à 1703, date du décès de D. Luis da Silva, Pias n’a reçu que huit visiteurs, soit un tous les douze ans et demi. Il est vrai que le contexte politique peut expliquer ce désintérêt apparent des prélats. D. José Coutinho, retenu en Espagne depuis 1636, y est resté en otage jusqu’à sa mort. Ensuite, l’Eglise d’Evora a connu une longue période de vacance, de 28 ans, le Saint-Siège se refusant à reconnaître le Portugal redevenu indépendant. Certes, on pourrait objecter que le chapitre cathédral, sede vacante, aurait pu organiser des visites : c’est ce qu’il a fait par deux fois. Mais, il ne faut pas oublier que la Restauration a été suivie d’une longue période de guerre contre l’Espagne. Largement ouvert sur la frontière et sans barrières naturelles, l’Alentejo était un terrain propice pour les invasions et les batailles24 ; d’ailleurs, en 1663, le curé de Pias a été assassiné dans son presbytère par des pillards espagnols. Néanmoins, durant cette période, Pias a reçu par deux fois des visiteurs. Pendant l’épiscopat de D. Diogo da Souza, la paroisse n’a reçu qu’une seule visite : plus de cent ans après le dernier passage d’un évêque, ce fut D. Bemardino de Santo António, évêque de Targa, en 1692. Un rythme plus rapide a été repris sous l’épiscopat de D. Luis da Souza : quatre visites en douze ans et il nous faudrait ajouter celle de 1703 qui fut programmée de son vivant. Pour la seconde fois en peu de temps, Pias avait reçu la visite d’un autre prélat, D. Francisco Baratta, évêque de Mycènes, venu en 1701.

12Le total des visites est par trop réduit pour que nous puissions en tirer quelque enseignement. Même durant l’épiscopat de D. Luis da Silva, aucun visiteur n’est revenu une seconde fois dans la paroisse. Par contre, comme au siècle précédent, tous les visiteurs sont pourvus de titres universitaires et sont des proches de l’Ordinaire.

  • 25 René RENOU, L’Algarveau XVIIIe siècle, thèse Paris X- Nanterre, 1979, p. 241.
  • 26 Il est curieux que le curé de Pias lui laisse ce nom de Souza et non Tavora e Souza auquel (...)
  • 27 A. F. BARATTA, op. cit., p. 99 : "vrai loup dans le troupeau du Seigneur".
  • 28 José Pedro FERRAZ GRAMOZA, Successos de Portugal..., Lisbonne, 1882, t. I, p. 128.
  • 29 A.D.E., CXII, 1-17. Il a visité Torrão le 2 mai 1763, le 11 mai 1766 et le 23 juin 1769.–  (...)

13Il nous faudrait distinguer deux phases durant le XVIIIe siècle : avant et après 1770. Nous avons tout d’abord une longue période de quelques 70 années qui ont précédé la restauration de l’évêché de Beja. Durant ce laps de temps, Pias n’a reçu que dix visiteurs. Le premier archevêque du XVIIIe siècle, D. Simão da Gama avait bien organisé les visites paroissiales dans son diocèse de Faro25. Après son transfert à Evora, il a peut être été surpris par l’ampleur de la tâche mais, surtout, il a été gêné pour son travail pastoral par un nouveau conflit avec l’Espagne. Ce n’est qu’une fois la paix revenue, lors de la dernière année de son épiscopat, que Pias a accueilli un visiteur. Malgré un quart de siècle de vacance du siège archiépiscopal, Pias a été visité par deux fois, en 1717 et 1735. L’épiscopat de D. Miguel da Souza26 a vu une reprise des visites à un rythme plus rapide, environ tous les quatre ans. Le nom de son successeur, D. João Cosme da Cunha, n’apparaît pas dans ce document ; le curé fait simplement allusion à l’administrateur de l’archidiocèse, D. Vicente da Gama Leal, évêque d’Hétalonie, coadjuteur de l’archevêque de Rio-de-Janeiro. Personnellement, nous ne partageons pas le jugement de A.F. Baratta sur D. João Cosme da Cunha : à ses yeux, celui ci aurait été un mauvais pasteur, "verdadeiro lobo no rebanho do Senhor"27. Les parfums de la cour et du pouvoir n’ont pas grisé celui qui fut un bon évêque de Leiria28 au point de lui faire oublier ses devoirs ; même si ses charges l’ont retenu loin d’Evora, il est venu plusieurs fois dans son diocèse. Avec son accord, D. Vicente da Gama Leal a fort consciencieusement rempli sa tâche : en témoignent les visites qu’il a effectuées en personne à Torrão ou celles qu’ont réalisées des ayants-droit à Pias, par deux fois, ou à Sao Teotónio, tout au sud, aux limites de l’Algarve29. Ainsi, après 1750 on assiste à une reprise des visites dont le rythme tend à se rapprocher des prescriptions tridentines, comme si, une fois passées les périodes difficiles des débuts de la Restauration et des guerres avec l’Espagne, l’Eglise portugaise renouait avec ses anciennes traditions.

14C’est dans ce contexte que D. Manuel do Cenáculo a pris possession de son siège, au début par personne interposée. Son vicaire général, Francisco Cadorso Meneses a procédé à une visite générale du diocèse, passant à Pias en mars 1772. Quand D. Manuel do Cenáculo eut gagné son siège épiscopal, il tint à procéder en personne à une visite générale et se rendit à Pias le 15 mai 1779. Le nom de Pias ne réapparaît pas dans son Diário par la suite mais il fait allusion à des déplacements dans les régions voisines de Moura ou Portel, sans autre précision. A-t-il de nouveau visité Pias ? nous ne saurions conclure faute d’indications. Quand l’âge lui eut interdit les longs déplacements, les visites paroissiales ont été confiées à des ayants-droit : dans le projet de visite générale de 1791, Pias était dans le ressort du vicaire forain de Serpa.

  • 30 A.D.E., CXXX/ 2-16. Etat du clergé.

15Durant ce siècle, plusieurs visites ont été confiées à des responsables locaux : vicaires forains d’Estremoz ou Serpa, vicaire général en résidence à Beja (deux fois, avant 1770). Les trajets à effectuer étant plus courts que ceux que nécessitait un départ d’Evora, comme aux siècles précédents, nous trouvons plus de visites en été : cinq, qu’en hiver : quatre et toujours aussi peu en automne : une. Les visiteurs exercent tous de hautes responsabilités : vicaires forains, vicaires généraux, juges ecclésiastiques et nous pouvons remarquer que la fermeture brutale de l’Université d’Evora en 1759, n’a pas eu de conséquences sur la qualité du clergé alentejan ; tous sont docteurs mais il est vrai que, lors de l’enquête de 1792, 10 % des membres du clergé du diocèse de Beja, même dans des petites paroisses rurales, pouvait se targuer de titres universitaires30.

  • 31 Domingos MAURICIO, Aspectos sociologicos da vida religiosa do Alentejo ontem e hoje. O cle (...)
  • 32 Les cinq desservants entre 1534 et 1605 ont reçu 56 visiteurs. Les deux premiers curés du (...)
  • 33 Fr. Manoel da MARIA SANTISSIMA, Historia dafundação do real convento e seminario de Varate (...)

16Le modeste travail effectué par le curé de Santa Luzia das Pias s’avère en fait fort riche d’enseignements. Tout d’abord, nous avons un aperçu de cette Eglise portugaise, tridentine avant le Concile de Trente, et qui a su persévérer dans cette voie lorsque les circonstances politiques le lui ont permis. Surtout, dans ce texte, nous avons un résumé de l’histoire de l’Eglise dans l’Alentejo. Au XVIe siècle, avec ses nombreux prêtres, pour une population faible il est vrai31, et ses prélats réformateurs, l’Eglise remplit pleinement ses fonctions32. Le XVIIe siècle, siècle de guerres voit un affaiblissement de la vie religieuse, d’où la réaction d’António das Chagas et de ses missionnaires qui veulent évangéliser à nouveau la région33 ; les cadres sont désorganisés et les fidèles doivent avant tout songer à la vie quotidienne. Le XVIIIe siècle, surtout dans sa seconde moitié, a connu une reprise du travail pastoral qui aurait pu déboucher sur une amélioration de la vie religieuse ; c’est la tâche à laquelle se sont voués un D. Miguel da Souza ou un D. Manuel do Cenáculo mais qu’allaient ruiner les événements du XIXe siècle.

Notes

1 Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du XVIIe siècle. Essai de sociologie religieuse, Rome, 1975.

2 Répertoire des visites pastorales de la France. Première série. Anciens diocèses (jusqu’ en 1790), Editions du C.N.R.S. Prenons par exemple Alet, Angoulême, Dax, Poitiers....

3 Joaquim RAMOS DE CARVALHO et José PAIVA, Repertorio das visitas pastorais da diocese de Coimbra . XVII. XVIII. XIX sec., Coïmbre, 1985. Les dossiers représentent plusieurs dizaines de mètres linéaires, sans compter les cartons conservés à l’évêché.

4 Jacques MARCADE, D. Frei Manuel do Cenáculo Vilas Boas, évêque de Beja, archevêque d’Evora, Paris, 1978, plus particulièrement le chapitre 2.

5 Arquivo Distrital de Evora (A.D.E. par la suite), CXXX/ 2-19. L’enquête sur São Teotónio ne porte que sur le XVIIIe siècle : six visites entre 1714 et 1769.

6 A.D.E., Diário, CXXIX/ 1-17. La visite de Pias est mentionnée à trois reprises : f. 166, 220 et 284.

7 Pias, nom actuel, district de Beja. La paroisse n’était pas une unité administrative comme dans la France de cette époque mais elle relevait du chef lieu d’une sorte de canton (termo), lui-même inclus dans l’équivalent d’un de nos arrondissements (comarca).

8 Arquivo Nacional, Diccionario geografico, 29, f. 1215-1217. – A.D.E., CXXX/ 2-16. En 1779, Pias comptait 749 "personnes de confession", soit âgées de sept ans et plus.

9 A l’échelle du diocèse, d’après le Diccionario geografico, les pourcentages seraient de 47,5 % pour les Ordres militaires, 40 % pour la Mitre et 12,5 % pour des patrons divers, laïques ou ecclésiastiques.

10 "ici finit l’ancien livre et au début du livre qui sert actuellement".

11 Isaias da ROSA PEREIRA, Visitações de Santiago de Obidos (1434-1481), Lusitana sacra, VIII, 1970, p. 103-220.

12 Diccionario geografico, 34, Serpa matriz.

13 Respectivement en 1800 (Obitos, décès), 1802 (Baptizados, baptêmes) et 1826 (Casamentos, mariages). Par contre, nous avons trouvé trace de visites en mai 1764 à Saboia (I- Casamentos) ou août 1772 à Vila Ruiva (I- Casamentos).

14 Il a, en annexe, relevé les noms de tous ses prédécesseurs depuis 1534. Pias a eu un desservant durant toute la période ; il n’y a aucune lacune sur ces 245 années. Ainsi, aux Temps modernes, le catholicisme alentejan n’est pas un "catholicisme sans prêtres".

15 D. Henrique n’a reçu Evora qu’en 1540 et c’est quatre ans plus tard que le siège a été érigé en archevêché. Sur D. Afonso et son travail pastoral, cf. I. da ROSA PEREIRA, Subsidios para historia da Igreja eborense. Séculos XVI e XVII, Arquivos do Centro Cultural Português, IV, 1972, p. 177-241.

16 Georges BACCRABERE, Visite canonique, Dictionnaire de droit canonique, 7,1965, col. 1512-1594.

17 La première visite générale, après un siècle de troubles et de guerres il est vrai, date de 1598.

18 Pour le XVIe siècle, cf. Dom Maur COCHERILL, Une description du Portugal au XVIe siècle, Arquivos do Centro Cultural Português, III, 1971 – Pour les témoignages du XVIIIe siècle, cf. J. MARCADE, op. cit., p. 104-110.

19 Emile MANGENOT, La confirmation d’après le Concile de Trente, Dictionnaire de Théologie catholique, III, 1908, col. 1088-1093.

20 Ainsi, cinquante ans plus tard, les paroissiens de Corte do Pinto, dans le sud est du diocèse, se rappelaient du passage de l’évêque de Nankin en 1734 (A.D.E., Diário, CXXIX/ 1-18, cah. 41).

21 Il s’agit peut-être en fait de D. Gaspar dos Reis, évêque de Tripoli (Antonio Francisco BARATA, Memória sobre a fundação da Sê de Evora e suas antiguidades, Evora, éd. 1903, p. 49 – D. Maur COCHERILL, L’archidiocèse d’Evora, Dictionnaire d’Histoire et de géographie ecclésiastique, 16, col. 135-150).

22 Elle a été fondée en 1570. Avant cette date, parmi les quatorze visiteurs il y avait déjà trois docteurs et sept licenciés. Les rotations plus rapides des visites après 1576 doivent-elles être liées à la sortie des premières promotions de l’Université d’Evora ?

23 Nous n’avons pas considéré le titre de bacherel comme un titre universitaire, ce qu’il est au XVIIIe siècle. Au XVIe siècle, ce nom pouvait désigner une simple dignité dans un chapitre cathédral (I. da ROSA PEREIRA, art. cit., Arquivos..., p. 20).

24 Antonio de OLIVEIRA FREIRE, Descripçam corografica do Reyno de Portugal, Lisbonne, 1734, p. 129 : "cette province fut toujours choisie comme théâtre de guerre, dans celles qui se sont déroulées avec la couronne de Castille".

25 René RENOU, L’Algarveau XVIIIe siècle, thèse Paris X- Nanterre, 1979, p. 241.

26 Il est curieux que le curé de Pias lui laisse ce nom de Souza et non Tavora e Souza auquel Pombal l’avait contraint de renoncer et ce, deux ans après la disgrâce du ministre. D. Miguel de Tavora a aussi visité en personne Sao Teotonio en 1749.

27 A. F. BARATTA, op. cit., p. 99 : "vrai loup dans le troupeau du Seigneur".

28 José Pedro FERRAZ GRAMOZA, Successos de Portugal..., Lisbonne, 1882, t. I, p. 128.

29 A.D.E., CXII, 1-17. Il a visité Torrão le 2 mai 1763, le 11 mai 1766 et le 23 juin 1769.– CXXX/ 2-19. Le dernier visiteur de São Teotónio, Pedro Alfar, avait visité Pias en 1767.

30 A.D.E., CXXX/ 2-16. Etat du clergé.

31 Domingos MAURICIO, Aspectos sociologicos da vida religiosa do Alentejo ontem e hoje. O clero arquidiocesano de Evora em 1575, Broteria, LXXXIII, 1966, p. 182-196.

32 Les cinq desservants entre 1534 et 1605 ont reçu 56 visiteurs. Les deux premiers curés du XVIIe siècle n’ont reçu aucune visite ; cinq des six suivants en ont connu sept. Au XVIIIe siècle, les quatre desservants ont tous reçu au moins un visiteur et même plusieurs pour ceux qui étaient en poste à partir de 1740.

33 Fr. Manoel da MARIA SANTISSIMA, Historia dafundação do real convento e seminario de Varatejo, Porto, 1799,2 vol.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search