Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Quand les annonciades célestes de Liège recevaient Antoine Arnauld ou les préoccupations spirituelles de contemplatives à la fin du XVIIe siècle

Marie-Elisabeth Henneau

Texte intégral

  • 1 M.-E. MONTULET-HENNEAU, Les cisterciennes du pays mosan, moniales et vie contemplative à l’époque m (...)
  • 2 Br. DEMOULIN, Politique et croyances religieuses d’un évêque et prince de Liège, Joseph-Clément de (...)
  • 3 R. BRAGARD, Le séjour et l’influence d’Antoine Arnauld à Liège, dans Bulletin de l’Institut archéol (...)
  • 4 La présente étude introduit un sujet qui sera traité de manière plus approfondie dans une future pu (...)

1Dans le prolongement d’une étude consacrée au monachisme féminin au pays mosan1, des recherches menées à propos de communautés religieuses, implantées sur le sol liégeois dans le courant du XVIIe siècle, ont permis la mise à jour d’archives inédites et non encore exploitées. Ces documents, chroniques, coutumiers, livres de profession ou recueils de prières, offrent la possibilité de suivre les tribulations de couvents confrontés à d’énormes soucis matériels mais aussi d’approcher une part de l’univers spirituel des cloîtrées. Parmi les interrogations inévitables en cette délicate matière, surgit évidemment la question du jansénisme et de son influence possible au sein des couvents liégeois2. La mention d’une visite d’Antoine Arnauld aux célestines de Liège3 a suscité une attention particulière pour la destinée de ces contemplatives4.

  • 5 S. BOULVAIN, Contribution à l’histoire religieuse de la ville de Liège : la fondation de couvents à (...)
  • 6 Annonciades célestes ou célestines, ordre voué à la Vierge, créé par Marie-Victoire Fornari Strata (...)

2Comme bien d’autres au cours des XVIe et XVIIe siècles, la cité de Liège est sollicitée pour l’accueil de nouvelles fondations religieuses. Trente-trois maisons s’y établissent en l’espace de deux siècles, malgré la réticence de plus en plus ferme des chanoines tréfonciers de la cathédrale et des membres du Magistrat, inquiets de la prolifération intra muros des réguliers et davantage encore de l’accaparement des territoires de la cité par ces gens de mainmorte5. Leur résistance s’avère plus vive encore lorsqu’il s’agit d’ordres contemplatifs, en dépit de la complaisance que leur porte le prince-évêque Ferdinand de Bavière (1612-1650). Sous son épiscopat, dix-neuf communautés, dont dix de contemplatives, reçoivent l’autorisation de s’installer à Liège. Les annonciades célestes sont du nombre6.

  • 7 L’évêque suffragant Etienne Strecheus tente d’empêcher cette implantation préjudiciable selon lui a (...)
  • 8 Leur admission, demeurée provisoire jusqu’alors, est confirmée le 10 mars 1631. L’église conventuel (...)

3La première fondation liégeoise répond au souhait des annonciades de Nancy, qui introduisent une demande auprès des autorités liégeoises durant l’été 16267. Sept religieuses, sous la direction de leur prieure Marie-Anne Mauhain, quittent Nancy au mois d’août 1627, pour s’installer à Liège le 7 septembre. L’année suivante, au mois de mars, elles font l’acquisition d’une demeure dans le quartier de l’Ile, qu’elles intègrent le 10 juin 16288.

  • 9 Constitutions des révérendes mères du monastère de l’Annonciade de Gennes, fondées l’année de nostr (...)

4Leurs constitutions sont imprimées à Liège en 1642 par les soins de Baudouin Bronckart, qui signe à leur intention quelques lignes dédicatoires : "... votre Institut est... incomparable, puisqu’il vous applique si particulièrement à l’incomparable Mystère du christianisme, à l’auguste et divin Mystère de l’incarnation qui est le principe de tout notre bonheur, à ce miracle si grand, si rare et si nouveau, où nous voyons dans le temps un Dieu dans le sein d’une Vierge et un homme pour l’éternité dans le sein d’un Dieu"9.

  • 10 Constitutions…, p. 17-18.

5Le ton est d’emblée donné, la dévotion au Verbe Incarné est au centre de la spiritualité des annonciades. "Nous voulons que toutes nos oraisons, mortifications et observances soient premièrement à la gloire de la très saincte Trinité, et en action de grâces du décret qu’elle a faict de toute éternité, de vouloir sauver le genre humain par le moyen de son Verbe incarné et de toutes les grâces concédées à la sacrée humanité de Jésus-Christ notre Seigneur ; Secondement à la louange et honneur de la Vierge bienheureuse, et pour remercier Dieu de tous les dons et privilèges qu’elles a receus de sa Divine Majesté, et spécialement de ce qu’elle a été choisie pour être Mère de Dieu, et en reconnaissance de tous les actes de perfection qu’elle a faicts durant sa vie, comme aussi tous les services qu’elle a rendus à son fils bien-aimé pendant l’espace de trente-trois ans qu’il a vescu en ce monde"10.

  • 11 Constitutions..., épître dédicatoire non paginée.
  • 12 La novice jure "de ne iamais donner [sa] voix ny procurer par [elle] ou par le moyen d’autres, qu’o (...)
  • 13 Constitutions..., p. 44-46.

6La quête du Dieu caché s’opère dans la solitude des cloîtres. "Votre Ordre sacré, poursuit l’imprimeur liégeois, par la profession particulière que vous faites de la retraite, adore le Verbe incarné dans le ventre bien-heureux de la Vierge ;... à l’exemple de ce Dieu couvert du Voile de notre humanité, vous prenés par hommage celuy de la Religion, et... pour plaire à cet incomparable Epoux de vos Âmes, vous le cherchés dans la solitude, où il vous a conduittes, et où il parle à vos cœurs"11. En plus des vœux traditionnels, les annonciades s’engagent par un quatrième vœu au respect scrupuleux de la clôture12. "Nous ne permettrons à aucune personne d’entrer dans l’Enclos de nostre Monastère, sinon quand la nécessité nous contraindra d’y laisser entrer quelqu’un qui ayt expresse permission par escript de l’Ordinaire, comme l’ordonne le sacré Concile de Trente. Nous n’y recevrons ny chiens ny oiseaux, ou autres animaux de plaisir, ny mesmes des instruments de musique. Nous n’aurons aucunes terrasses eslevées à descouvert, parce qu’une des principales fins pour lesquelles ces Monastères sont érigés, a esté pour y recevoir des filles désireuses d’éviter la fréquentation des estrangers, autant qu’il sera possible, et même la veuë de leurs parens, et autres personnes ; le tout pour l’amour de Dieu leur Créateur, et de nostre Seigneur Jesus-Christ, lequel estant dedans le sein du Père Etemel, est descendu du Ciel pour racheter leurs âmes de son sang précieux à fin de les espouser"13.

  • 14 "[Les] paroles de nostre Seigneur ne tendent qu’à nous montrer combien il se plaît à voir les perso (...)
  • 15 "Mais d’autant que les parens, qui donnent la dot à leurs filles, n’ont pas le plus souvent tant de (...)
  • 16 Constitutions..., p. 54-55. "La principale intention de cest Ordre fut de n’estre jamais veue, et l (...)

7L’insistance des rédactrices des constitutions à maintenir les parents à l’écart du cloître14 témoigne des difficultés éprouvées par les communautés religieuses pour arriver à prendre leurs distances par rapport au monde. Les moniales sont partagées entre un engouement pour une retraite véritable, garantie selon elles par un dispositif de grilles et des réglementations strictes, et la nécessité de composer avec leur entourage. La sévérité d’une règle monastique peut devenir un obstacle à l’entrée en religion : les familles s’effraient d’une séparation radicale et orientent plus volontiers leurs filles vers des instituts moins rigoureux15. Or les nouveaux couvents vivent essentiellement des dots et donations offertes aux religieuses lors de leur profession. On imagine l’inquiétude des cellérières... Des accommodements sont introduits, avec toutefois une double grille installée au parloir pour maintenir les distances16.

  • 17 Vers 1627, les annonciades de Tournai désirent fonder un couvent à Liège. Déjà sollicitées par leur (...)
  • 18 Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168.

8La discipline austère que s’imposent les annonciades attire quelques émules. En 1632, la communauté compte vingt-six professes et peut se permettre d’envisager une fondation dans la ville voisine de Huy. Cette entreprise nuit à l’entente entre les religieuses. D’année en année, les difficultés matérielles s’ajoutent aux conflits personnels. La guerre fait feu. Les vocations se raréfient. La situation économique est désastreuse. Aussi les annonciades voient-elles avec angoisse arriver leurs sœurs de Tongres, dont le couvent est la proie des flammes en 167717. Elles accueillent cependant treize sœurs en déroute, qui souhaitent bientôt s’établir définitivement au cœur de la cité. Le Magistrat liégeois tarde à donner son consentement. Le 10 juillet 1681, les célestines reçoivent enfin leurs lettres d’admission. Elles occupent alors une maison du faubourg d’Avroy, avant l’acquisition, en 1697, d’une propriété située dans le même quartier18.

  • 19 Les unes sont dites célestines "en Ile", les autres célestines "d’Avroy", selon les toponymes de le (...)
  • 20 Constitutions…, p. 198-201.
  • 21 Constitutions…, p. 211-215.
  • 22 Cf. annexe 1.

9Deux communautés d’annonciades célestes19 vont vivre à Liège durant un siècle, fidèles à leur spiritualité d’origine et attachées à une discipline rigoureuse. Leur formation est simple : aucune exigence intellectuelle n’est requise, seule la disposition du cœur prévaut. Au cours de l’année de noviciat, les futures religieuses, issues de la bourgeoisie liégeoise, sont initiées à "la manière d’examiner leur conscience". Elles doivent se montrer "capables de comprendre l’importance de l’entreprise qu’elles se proposent" et "pleines de courages pour souffrir ce qu’il faudra pour l’honneur de Dieu et pour l’obéissance des supérieurs"20. Elles apprennent "à bien se confesser, communier, ouïr la messe, méditer et lire les livres spirituels". Les moins douées sont enseignées de "quelques bons exercices conformes à leur capacité". Mais l’essentiel consiste à "apprendre à se dépouiller de l’affection des choses du monde"21. L’esprit de cet enseignement se retrouve dans les instructions pour novices, formulées par Marie-Antoinette Bernardine, célestine de Tongres ( ߙ 1651)22 : mépris du monde, charité mutuelle, idéal de la vita apostolica, anéantissement de la volonté et adoration du Verbe incarné, un programme de vie consacrée dont les principaux points réapparaissent avec constance dans toutes les sources conservées.

  • 23 Adresses pour les religieuses de l’ordre de l’Annonciade, fondées à Gennes, l’an de nostre salut 16 (...)
  • 24 "[Elle] se préparera pour louer Dieu, s’imaginant être personne publique, et à guise d’un Ambassade (...)
  • 25 Constitutions..., p. 124.

10La récitation des psaumes en latin pose d’évidents problèmes de compréhension. L’imagination des religieuses est alors sollicitée pour compenser leur ignorance. "Au mieux qu’elles pourront entendre quelque sens, qu’elles taschent autant qu’il leur sera possible d’exciter en elles ces affections d’adoration, de louanges, de remerciements, de douleur des péchéz, de crainte, d’amour, de confiance, et autres choses signifiées par les paroles du psalme. Celle qui n’aura ceste capacité, d’autant que la force de l’oraison ne consiste point à entendre le sens des paroles, mais en l’amour et douceurs de Dieu, en l’institution de la saincte Eglise, elle pourra s’imaginer d’être comme une personne rustique, et simple laquelle présente une requête bien composée à un Prince, la récitant dévotement, simplement, humblement, avec intention de demander à Dieu les choses qui sont signifiées en icelles..."23. L’approche du mystère divin s’assortit constamment d’un cérémonial de cour dont la moniale s’inspire pour élaborer sa prière24. Cependant la liturgie doit demeurer d’une grande sobriété. "Nous n’userons iamais d’aucun chant et musique en nostre glise, ny mesme es Festes plus solennelles"25.

  • 26 Cf. annexe 2.
  • 27 Un Oratoire des Annonciades célestes contenant l’état du Verbe incarné pendant les neufs mois qu’il (...)
  • 28 "J’entre donc volontiers en mon propre néant, et me resjouis infiniment de vostre grandeur, espéran (...)
  • 29 Cf. annexe 4.
  • 30 Cf. annexe 5.
  • 31 Adresses pour les religieuses..., p. 45-46.
  • 32 "Les meubles de chacune Cellule seront un lict, un siège, une petite table, accompagnée d’un petit (...)

11Les intentions de prières au cours de la messe indiquent une association de pensées avec deux confréries particulièrement actives à Liège, celle du Rosaire et celle du Saint-Sacrement26. Au vu d’un recueil de prières du début du XVIIIe s., leurs réflexions pieuses portent essentiellement sur le mystère de l’Incarnation27 et la grandeur de Dieu28. Elles consacrent par ailleurs leurs temps d’oraison à l’adoration de la Trinité29 et à la vénération de la Vierge30. Une place essentielle est accordée dans l’horaire quotidien à l’oraison mentale qui est dite "semblable à une fournaise de feu, laquelle avec sa chaleur rend les hommes autant prompts à opérer toutes sortes de biens que par le froid ils étaient tièdes et paresseux et que comme le fer grandement chaud et embrasé perd la rouille, cède et s’accommode de telle sorte aux coups de marteaux que le serrurier en faict ce que bon luy semble, de mesme ceux et celles qui par l’exercice de la méditation taschent de s’embraser en l’amour de Dieu, se dépouillent de la rouille des vices et péchés, se revêtent de la lumière et splendeur de toutes les vertus, laissent et quittent la dureté et opiniâtreté du propre jugement et de la propre volonté, cèdent aux autres se laissent plier par la saincte obéissance et prennent toutes les formes que les supérieures veulent"31. Ces exercices spirituels sont pratiqués à l’abri des regards, dans l’intimité de la cellule, avec un nombre restreint de livres mis à la disposition des annonciades32.

  • 33 Extrait de la vie de sœur Marie-Bernard-Antoinette, entrée en 1663 chez les célestines de Tongres e (...)

12La chronique du couvent d’Avroy retrace en termes élogieux le portrait de quelques filles remarquables. L’idéal de la parfaite annonciade s’y profile : "C’estoit une âme intérieure et silencieuse, toujours haletante vers Dieu, il n’y avoit qu’à la bien regarder : son extérieur inspiroit le recueillement. Elle étoit fort dévote à la Sainte Vierge et par tout où elle voyoit son image, elle la saluoit même en fléchissant les genous. Ecrit de sa main : En tant que créature raisonnable, il faut être régulière. En tant que chrétienne, il faut être pénitente. En tant que Religieuse, il faut vivre purement... Contempler Dieu, aimer Dieu et être uniforme avec Dieu. Mon Jésus, je me jette entre vos bras, nourrissez moy. Ne m’abandonnez pas au loup infernal qui me veut dévorer"33.

  • 34 En 1691, les célestines d’Avroy se réfugient chez les cisterciennes du Val-Benoît, pendant le bomba (...)

13Les textes de prières laissés par les deux communautés ne permettent pas de les distinguer sur le plan de la spiritualité, d’inspiration bérullienne. Il reste à repérer le rôle tenu par le clergé auprès de ces communautés. Manifestement, les annonciades demeurent à l’écart de la sphère d’influence de la Compagnie de Jésus, dont la présence est par contre très marquée chez leurs amies, les cisterciennes voisines34. Les documents conservés mentionnent par contre la présence de membres du clergé séculier pour l’exercice des fonctions de chapelain, de confesseur et de directeur spirituel.

  • 35 Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168, p. 59.
  • 36 Ibidem, p. 112-113.
  • 37 Ibidem, p. 153.

14Ainsi en 1681, les célestines d’Avroy sont prises en charge par Engelbert Pollain, qui devient leur confesseur ordinaire, avant sa nomination à la cure de Saint-Gangulphe, paroisse du centre-ville, le 29 juin 1690. Cet homme "tout à fait désintéressé, qui n’estoit altéré que du bien des âmes, un prêtre de très grande édification"35 va demeurer en liens très étroits avec la communauté d’Avroy jusqu’à sa mort en 1731. Il y imprime un climat de rigueur que les supérieures contribuent à entretenir. La mère Marie-Madeleine-Joseph, supérieure de 1682 à 1691 "n’auroit enfreint la Règle pour aucun respect humain"36. Marie-Madeleine-Séraphine Gosuin qui dirige la communauté de 1691 à 1697 "désiroit une si grande perfection dans ses filles, lors qu’elle étoit supérieure qu’elle persécutoit les moindres apparences du mal...[Elle était] non seulement ennemie du relâchement mais encore de toute nouveauté"37.

  • 38 Chassé de Bruxelles au mois d’avril, Arnauld erre de refuge en refuge. Il arrive à Liège le 26 mai (...)
  • 39 GUELPHE, Relation de la retraite de M. Arnauld dans les Pays-Bas en 1679, Mons, 1733, p. 56-57. Con (...)
  • 40 Les références données par R. BRAGARD, op. cit., p. 247, n. 3, qui mentionnent une allusion à cette (...)
  • 41 Quesnel l’écrit à Mme de Fontpertuis le 19 août 1690 (Amersfoort P.R. 3220). Cf. J.A. G. TANS, Pasq (...)
  • 42 Pollain se rappelle au bon souvenir de Quesnel quelques années plus tard. Cf. Lettre de Le Jeune à (...)

15Le curé Pollain fréquente alors le cercle des jansénistes liégeois, parmi lesquels le vicaire général Corneille Faes, le vice-prévôt Henri Dumont, Henri Denis, professeur au Séminaire et Joseph Naveau, chanoine de la collégiale Saint-Paul. La ville est en effervescence durant l’année 1690. Les oratoriens ont échoué dans leur tentative de fondation. Les jésuites veillent farouchement sur leur monopole ! Ils ne décolèrent plus lorsqu’ils apprennent l’arrivée à Liège d’Antoine Arnauld et de Pasquier Quesnel38. Accueilli par Joseph Naveau et par les échevins Louis de Cartier, Pierre-Ernest de Charneux et François de La Ruelle, Arnauld devient l’hôte de Cartier, avant de se réfugier, à la fin de l’été, chez Marguerite Bouhon. Cette fille pieuse, dirigée par Pollain, est en lien avec les annonciades d’Avroy, qui semblent avoir reçu Arnauld et Quesnel39. Le premier y aurait célébré la messe40, le second y aurait logé41. Malgré les incertitudes qui pèsent sur la réalité de cette rencontre, celle-ci demeure plausible. Marguerite Bouhon habite à proximité du couvent. En dépit du caractère clandestin de leur séjour, Arnauld et Quesnel ont rencontré plusieurs membres du parti janséniste liégeois, dont Engelbert Pollain42.

  • 43 François de Hinnisdael vient d’obtenir ses lettres patentes de vicaire général et représente le par (...)
  • 44 Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168, p. 130-132.
  • 45 Marie-Françoise LALOIRE, Histoire chronologique du monastère de l’Annonciade céleste, Mss in-4°, ca (...)
  • 46 J.A. G. TANS, Pasquier Quesnel et les Pays-Bas..., Groningue, 1960, p. 315, 420, 424, 431, 445, 450 (...)

16Quoiqu’il en soit de la véracité de l’anecdote, il est indéniable que les annonciades d’Avroy sont manifestement en relation avec ce groupe de sympathisants. Sans probablement suivre les controverses théologiques qui préoccupent leur entourage masculin, les religieuses inclinent pour une vie austère et rigoureuse, nourrie d’une spiritualité bérullienne puisée dans des textes de l’Oratoire. En 1695, leur comportement commence à éveiller des soupçons. En réponse à l’inquiétude de certaines familles alertées par leurs filles, le vicaire général François de Hinnisdael43, entreprend une visite régulière au mois de décembre 1695. La supérieure refuse que le scrutin se déroule au parloir ; au nom du respect de la clôture, elle exige que les entretiens se tiennent à l’église, de part et d’autre de la grille du chœur. "Tout l’examen vouloit à s’informer de leur conduite ; savoir sy la supérieure n’estoit pas trop sévère et sy le confesseur ne nous privoit pas de communion". Aucune plainte n’est formulée. Les religieuses plaignantes reviennent sur leurs accusations et se répandent en louanges sur le gouvernement de leur supérieure44. La communauté n’est pas inquiétée. Mais leur réputation demeure. En 1722, les annonciades en Ile, demeurées plus discrètes, accueillent des religieuses qui ont quitté leur cloître d’Avroy, car "le jansénisme [y] étoit introduit"45. Entre temps, Marguerite Bouhon est entrée chez les célestines d’Avroy, dont elle devient la supérieure entre 1706 et 1714. Sa sœur Marie-Thérèse-Victoire lui succède de 1714 à 1737. Elles demeurent en contact épistolier avec Quesnel qui se soucie de leur envoyer les meilleurs textes de l’Oratoire et en particulier les œuvres du cardinal de Bérulle46.

17Une riche documentation demeure encore à exploiter pour affiner cette brève évocation. Cette première approche, prémisse d’une étude sur le monde régulier à Liège au temps de la Réforme catholique, laisse pressentir une conception de la vie religieuse bien différente de celle, plus modérée quoique non dénuée de préoccupations spirituelles, entrevue chez les cisterciennes. Et cependant, ces communautés occupent un même espace, vivent une part de la même histoire et entretiennent des relations étroites d’entraide et d’amitiés. Mais leurs guides sont différents : la Compagnie de Jésus pour les unes, l’Oratoire pour les autres... Une diversité d’expériences, encore à découvrir...

Annexe 1. Instructions pour le noviciat des annonciades célestes de Tongres par Marie-Antoinette Bernardine ( ߙ 1651)

18Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss 1169,

19p. 20-22.

20[La mère leur disait : ]

211. Quelles oublieroient et auroient horreur de toutes les pratiques du monde et quelles tâcheroit d’étouffer en elles tout ce qui s’en ressentoit.

222. Quelle considéreroit l’obligation quelles avoient à [Notre Seigneur] de les avoir retiré du monde où Jésus-Christ n’a point de parte puisqu’il a dit qu’il n’était pas du monde.

233. De bien reconnoître le bonheur quelles avoit d’être appellée à l’adoration du grand mistère du verbe incarné dans le sein de la Sainte Vierge et pour imiter et s’unir à Jésus-Christ dans ce divin mistère aimer la vie cachée ; quelle ne trouvoit rien de plus digne que de tojours regarder Jésus-Christ, car leur disoit-elle, il est la vie qui nous conduite à son Père et il est la porte qui nous fait entrer dans la vie étemelle.

244. Que les novices soient modestes, et gaie sans légèreté.

255. A l’Office divin quelles y soient dans une grande révérence et respects ; que tous leur maintien fasse paroître quelle ne désire plus rien de la terre.

266. Pour bien converser ensemble, il faut banir des discours le jugement propre sur des particuliers et la louange et le blâme, cela étant contraire à la charité.

277. Se souvenir que les premiers chrétiens vivoient ensemble comme n’aiant qu’un cœur et une âme, voilà comme nous devons être disoit-elle, la charité résidant dans le cœur fait qu’on ne regarde que Dieu en toutes choses, dans nos sœures, ne nous arêter qua ce qui y est de bon et qui glorifie Dieu en elles.

288. Ne soutenir iamais ses propres pensées et sentimens, être facile à les quitter est la marque d’une âme vertueuse et qui tient à la charité.

299. Pour comunier souvent mener une vie sante et divine qui aille honnorant sans cesse la vie de Jésus-Christ et pour cela aimer beaucoup notre Seigneur et rejetter tout ce qui n’est pas luy ni de luy ni ne peut être fait pour luy plaire.

3010. Avoir une basse estime de soy-même, estimer peu, se créer une grande idée de Dieu.

3111. S’étudier à l’abnégation de notre propre volonté et jugement, se mortifier et se soumettre entièrement à la direction de nos supérieures.

Annexe 2. Intentions pour la communion

32Archives de l’État à Liège, Annonciades célestes en Ile, n° 3, début XVIIIe s.

33"[Premier] dimanche : Nous offrirons la communion à la très.sainte Trinité, pour les confrères et consœurs du Sacré Rosaire, selon les intentions de sa Sainteté accordant l’indulgence plénier. Pour les repos des âmes de nos mères et sœurs, parens, amis, et bienfaiteurs décédé on donnera demain le tems pour dire l’office de nos Saintes Règles.

34[Deuxième] dimanche : Pour la délivrance de captives et les associez de la bonne mort I.P.

35[Troisième] dimanche : Pour l’union et la satisfaction des ecclésiastiques, l’extirpation des hérésies et pour les associez de la confrairie du très Saint Sacrement I.P.

36[Quatrième] dimanche : Selon l’intention de sa Sainteté en accordant l’indulgence plenier à ceux et à celle qui disent dévotement l’Angelus

37[Cinquième] dimanche : Pour remercier la très Sainte Trinité de toutes les grâces qu’elle nous a fait dans le cours de ce mois et pour réparer par notre Seigneur Jésus Christ toutes nos infidélités.

38Intention pour le 25e jour du mois : En mémoire et action de grâce de l’incarnation du Verbe divin, de l’institution du très saint Sacrement, et de sa mort et passion, pour obtenir l’une pour l’autre une emple participation au mérites de ces mistères ; ou bien en mémoire et reconnaissance de l’excès d’amour que Jésus Christ nous témoigne dans son Incarnation. L’institution du très saint sacrement et sa mort douloureuse".

Annexe 3. Elévation à Jésus Christ pour implorer ses lumières et son secours

39Début XVIIIe s.

40Archives de l’État à Liège, Annonciades célestes en Ile, n° 3.

41Je vous adore ô Jésus ! Sagesse éternel, Ange du Grand Conseil et charitable conseillier de tous ceux qui s’adressent à vous. Permetté à moy indigne néant de venir vous demander conseil et lumière dans l’affaire dont il s’agit, faite moy donc, je vous supplie Seigneur connoitre ce que ie doit faire et quel est votre volonté la dessus, metté en mon cœur ou découvré-moy par quelqu’autre endroit ce que vous demandé... Enseigné moy la manière dont je me doit conduire, et les moiens que ie dois emploier pour faire réussir toutes choses, pour votre plus (grande) gloire, le salut de ma pauvre ame, et le bien de cette communauté. O sagesses incarnée ! je vous offre un cœur préparé à suivre vos divines lumières, et à exécuter vos ordres, ie mets en vous toute mon espérance, je ne désire que l’accomplissement de vos très saintes volontés, Dirigé moy, conduisé mes pas. Faite luire sur moy vos divines splendeurs, et ne m’abandonne pas à mes propres ténèbres car sans vous je ne suis rien, et je ne puis rien.

Annexe 4. Les intentions des pénitences, jeune et abstinence de nos saintes Règles

42Archives de l’État à Liège, Annonciades célestes en Ile, n° 3.

43"Le lundi : Nous offrirons l’abstinence à la Sainte Trinité, en action de grâce de ce que la Sainte Vierge a été choisie pour être mère de Dieu.

44Mardi : Nous offrirons la cinture de cilice à la Sainte Trinité à l’honneur de la Robbe de gloire dont est revêtue la reine du ciel.

45Mercredi : Nous offrirons l’abstinence à la Sainte Trinité en action de grâce du privilège faite à l’humanité Sainte de notre Seigneur Jésus-Christ d’être unie à la personne du Verbe étemel.

46Jeudi : Nous offrirons la discipline à la Sainte Trinité en union de la passion de notre Seigneur Jésus Christ et en action de grâce de l’institution du très Saint-Sacrement.

47Vendredi : Nous offrirons le jeûne à la Sainte Trinité en union et en action de grâce de la passion de notre Seigneur Jésus Christ.

48Samedi : Nous offrirons l’abstinence à la Sainte Trinité en action de grâce de ce que la Sainte Vierge a été Vierge devant l’enfantement et après l’enfantement, et la discipline en l’honneur de son cher Fils".

Annexe 5. Prière à la très sainte Vierge pour connoitre et accomplir la volonté de Dieu.

49Archives de l’État à Liège, Annonciades célestes en Ile, n° 3.

50"O Marie ! Mère de mon Seigneur Jésus-Christ, Mère de pitié et de miséricorde, mère et refuge des pécheurs : mère et protectrice spéciale des annonciades célestes, j’ay recours à votre bonté secouré moy : aidez moy : et me favorisé d’un rayon de votre lumière dans la perplexité ou je me trouve, ne sachant ce que je dois faire pour la gloire de votre fils, votre honneur et le bien de votre religion et des âmes que vous y avez appellé, je ne désire et ne veut rien que ce que vous voulé et désiré, faite donc ô ma Reyne que j’accomplisse votre volonté. Vous êtes la mère de la sagesse Incarnée, et de l’Ange du grand conseil, éclairé moy ; dirigez moy instruisé moy et m’enseigné de quelle manière je me dois comporter, afin que votre fils et mon Dieu soit aimé, honnoré et glorifié selon votre désir, en moy, et en toutes celles que vous avez commises à mes soins. Ainsi soit-il".

Notes

1 M.-E. MONTULET-HENNEAU, Les cisterciennes du pays mosan, moniales et vie contemplative à l’époque moderne, préface de dom Jean Leclercq, Institut historique belge de Rome, Bruxelles, 1990,
648 p., nbr. ill.

2 Br. DEMOULIN, Politique et croyances religieuses d’un évêque et prince de Liège, Joseph-Clément de Bavière (1694-1723), Liège, 1983. L. CEYSSENS, Joseph-Clément de Bavière, prince-évêque de Liège, dans Augustiniana, t. XLII, 1992, p. 379-416.

3 R. BRAGARD, Le séjour et l’influence d’Antoine Arnauld à Liège, dans Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. LXVII, 1949-1950, p. 241-254.

4 La présente étude introduit un sujet qui sera traité de manière plus approfondie dans une future publication.

5 S. BOULVAIN, Contribution à l’histoire religieuse de la ville de Liège : la fondation de couvents à l’époque moderne, Mémoire de licence, Liège, 1994, 206 p.

6 Annonciades célestes ou célestines, ordre voué à la Vierge, créé par Marie-Victoire Fornari Strata (Gênes, 1562-1617) en 1604 et introduit en France par Etiennette Delizet, qui fonde un couvent à Pontarlier en 1612 ; à Paris une maison est ouverte en 1622, à l’initiative de Marie-Agnès Dauvaine. Abrégé des grandeurs et de l’excellence de l’ordre de l’Annonciade céleste, Lyon, 1652. Fr. REPETTO, Marie-Victoire, dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. X, col. 598-600.

7 L’évêque suffragant Etienne Strecheus tente d’empêcher cette implantation préjudiciable selon lui aux ursulines, ses protégées. Mais les garanties financières avancées par le gouverneur de Bouillon permettent aux annonciades d’obtenir les indispensables lettres patentes du prince-évêque, le 8 août 1627. Marie-Françoise LALOIRE, Histoire chronologique du monastère de l’Annonciade céleste, Mss in-4°, ca 1750, Bruxelles, Bibliothèque royale, Mss n° 19612. M. DEMET, Le Couvent des Célestines en Ile de Liège, dans Leodium, t. XLIX, Liège, 1962, p. 17-26.

8 Leur admission, demeurée provisoire jusqu’alors, est confirmée le 10 mars 1631. L’église conventuelle est consacrée le 30 novembre 1632.

9 Constitutions des révérendes mères du monastère de l’Annonciade de Gennes, fondées l’année de nostre salut 1604, Liège, Baudoin Bronckart, 1642.

10 Constitutions…, p. 17-18.

11 Constitutions..., épître dédicatoire non paginée.

12 La novice jure "de ne iamais donner [sa] voix ny procurer par [elle] ou par le moyen d’autres, qu’on élargisse la closture de ce monastère des grilles avec la plaque de fer trouée et couverte de toille noire de l’autre costé, et de ne parler à grilles ouvertes avec [ses] parents, sçavoir Père, mère, frères et sœurs, plus de trois iours l’année, [et] iamais avec autres personnes excepté aux actes publiques qu’il conviendrait faire par devant notaire... supérieurs...". La formule reproduite dans les Constitutions..., p. 64, est recopiée par chaque religieuse au jour de sa profession dans le Registre aux Professions, Archives de l’Etat de Liège, Annonciades célestes à Liège, n° 1.

13 Constitutions..., p. 44-46.

14 "[Les] paroles de nostre Seigneur ne tendent qu’à nous montrer combien il se plaît à voir les personnes Religieuses entièrement destachées de leurs parents, pour s’unir parfaitement à luy, se contentans d’aymer leurs proches d’une affection modérée selon l’ordre de la vraye charité. Pour cela doncques et aussi en l’honneur de la bienheureuse Vierge Mère, nostre Advocate, laquelle à cause de nous se contenta d’estre tant de fois privée de la douce veuë de son bien-aymé fils : et pour avec plus de ferveur s’adonner à la dévotion à laquelle la fréquentation de la grille est tant contraire, et aussi pour le bien spirituel des parens, il est à désirer que toutes les filles qui entreront dans cest Ordre, soient poussées de cest esprit, et qu’elles y entrent avec grande affection de donner ce contentement à leur Dieu, à leur rédempteur, Seigneur et Espoux Iésus-Christ, qui gouta du fiel et mourut pour elles, et ceste satisfaction la Mère de Dieu, Royne des Cieux leur Advocate et Maistresse, avec cest acte magnifique, de ne se plus laisser voir, ny voir elles mesmes autant qu’il est en leur pouvoir". Constitutions..., p. 49-50.

15 "Mais d’autant que les parens, qui donnent la dot à leurs filles, n’ont pas le plus souvent tant de perfection que de pouvoir se priver entièrement de les voir et pourroient facilement empescher leur vocation en les mettant en d’autres Monastères, Nous, ayant esgard à la gloire de Dieu et que les filles ne soient totalement privées de l’effect de leur sainct désir : à fin aussi de donner quelque contentement aux parens, ordonnons et déterminons que les religieuses de noz monastères pourront donner audience, et parler à leurs Pères et mères, ou autres personnes une fois en deux mois : aux hommes qui seront parents au premier degré seulement, et aux femmes en premier et second degré : de sorte qu’elles ne pourront que six fois se présenter à la grille pour y recevoir les visites de leur parents." Constitutions..., p. 51-52.

16 Constitutions..., p. 54-55. "La principale intention de cest Ordre fut de n’estre jamais veue, et la permission qui a esté faite de pouvoir estre veue trois fois l’année a esté une pure licence qui a esté donnée, non pour le regard des Religieuses lesquelles si elles sont vrayment dévotes, et si elles ont l’esprit de parfaite mortification, plustost doivent désirer de ne voir jamais, et de n’estre veues pour l’amour de Dieu, lequel les a aymées avec une charité éternelle, et les aymant a voulu en la plénitude des temps mourir pour elles ; et pour l’amour qu’elles portent à la très-glorieuse Vierge, au service de laquelle elles se sont données, et se sont mises sous sa très-fidelle protection..." Constitutions..., p. 60.

17 Vers 1627, les annonciades de Tournai désirent fonder un couvent à Liège. Déjà sollicitées par leurs consœurs de Nancy, les autorités ecclésiastiques liégeoises ne souscrivent pas à leur requête. Les tournaisiennes finissent par s’installer à Tongres en 1640. Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168.

18 Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168.

19 Les unes sont dites célestines "en Ile", les autres célestines "d’Avroy", selon les toponymes de leurs quartiers respectifs.

20 Constitutions…, p. 198-201.

21 Constitutions…, p. 211-215.

22 Cf. annexe 1.

23 Adresses pour les religieuses de l’ordre de l’Annonciade, fondées à Gennes, l’an de nostre salut 1604, et de nouveau réimprimées, conformes à la pratique de l’observance des constitutions, pour servir d’instruction aux exercices spirituels des monastères dudit ordre, Liège, Baudoin BRONCKART, 1642, p. 28-30.

24 "[Elle] se préparera pour louer Dieu, s’imaginant être personne publique, et à guise d’un Ambassadeur envoyée de la saincte Eglise à la Divine Majesté pour trois causes au nom de tous et de chacun sçavoir est pour louer ceste sublime grandeur, de toutes ses divines perfections, pour la remercier de tous les bénéfices faicts à tous, et pour impétrer à chacun les grâces desquelles il a plus besoin". Ibidem, p. 19-20.

25 Constitutions..., p. 124.

26 Cf. annexe 2.

27 Un Oratoire des Annonciades célestes contenant l’état du Verbe incarné pendant les neufs mois qu’il a été au ventre virginal de sa sainte Mère, Liège, L. BRONCKART, in-32, 160 p. est signalé dans de THEUX, Bibliographie liégeoise, 2e éd. 1973, année 1686. Aucun exemplaire n’a pu être retrouvé à ce jour. Cf. annexe 3.

28 "J’entre donc volontiers en mon propre néant, et me resjouis infiniment de vostre grandeur, espérant que vous inclinerez la hautesse de vos regards à la profondeur de mes humiliations. Car bien que vous soyez grand, vous vous plaisez neantmoins à la petitesse et les humbles de cœur sont les Palais de vostre Majesté.” Adresses pour les religieuses..., p. 75.

29 Cf. annexe 4.

30 Cf. annexe 5.

31 Adresses pour les religieuses..., p. 45-46.

32 "Les meubles de chacune Cellule seront un lict, un siège, une petite table, accompagnée d’un petit banc à s’agenouiller pour servir d’oratoire, sans armoire fermant à clef, un crucifix, deux images de papier, dont l’une sera de Nostre Dame, un bénitier, une lampe, et autres choses necessaires : un seul livre spirituel, lequel estant achevé de lire par la Sœur elle pourra en demander un autre, avec la permission et l’advis de la Mère Prieure, oultre lequel livre elle pourra tousiours avoir en sa cellule les escripts contenans nos Règles, avec les livres traittans de l’oraison, de l’extirpation des vices, et acquisition de la vertu, composéz expres pour nostre Ordre en particulier". Constitutions..., p. 34-35. "Ayant dit cy-dessus que chacune Religieuse ne peut avoir dans sa cellule qu’un livre à la fois, il est nécessaire d’en eslire une, qui ayt la charge de tous les livres de la maison, qui seront mis en un certain lieu commun, desquels elle aura un mémoire, selon l’ordre de l’alphabet, à fin que quand on luy empruntera quelqu’un pour le lire, elle le puisse trouver promptement". Constitutions..., p. 176.

33 Extrait de la vie de sœur Marie-Bernard-Antoinette, entrée en 1663 chez les célestines de Tongres et morte à Liège en 1688. Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168, p. 101.

34 En 1691, les célestines d’Avroy se réfugient chez les cisterciennes du Val-Benoît, pendant le bombardement de la ville. Elles entretiennent ensuite de relations très suivies. Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168, p. 115-117 et Archives de l’Etat à Liège, Abbaye du Val-Benoît, Registre n° 447.

35 Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168, p. 59.

36 Ibidem, p. 112-113.

37 Ibidem, p. 153.

38 Chassé de Bruxelles au mois d’avril, Arnauld erre de refuge en refuge. Il arrive à Liège le 26 mai 1690. R. BRAGARD, Le séjour et l’influence d’Antoine Arnauld à Liège, dans Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. LXVII, 1949-1950, p. 241-254. Ph. DIEUDONNE, Ruth d’Ans et les jansénistes jusqu’à la mort du grand Arnauld, Mémoire de licence, Liège, 1974.

39 GUELPHE, Relation de la retraite de M. Arnauld dans les Pays-Bas en 1679, Mons, 1733, p. 56-57. Contrairement à l’analyse donnée par Br. DEMOULIN, op. cit., p. 47, Marguerite n’est pas encore annonciade à ce moment. Arnauld séjourne à son domicile privé, et non chez les célestines !

40 Les références données par R. BRAGARD, op. cit., p. 247, n. 3, qui mentionnent une allusion à cette célébration dans la Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168, p. 58-59, semblent erronées. Br. DEMOULIN, op. cit., p. 48 renvoie à une lettre de Quesnel à du Vaucel, du 6 septembre 1690, dans Correspondance de Pasquier Quesnel..., éd. Mme A. LE ROY, Paris, t. I, 1900, p. 164. Ce texte mentionne l’autorisation de célébrer la messe qu’Arnauld a obtenue grâce au vicaire général Faes, sans autre précision.

41 Quesnel l’écrit à Mme de Fontpertuis le 19 août 1690 (Amersfoort P.R. 3220). Cf. J.A. G. TANS, Pasquier Quesnel et les Pays-Bas..., Groningue, 1960, p. 316, n. 1.

42 Pollain se rappelle au bon souvenir de Quesnel quelques années plus tard. Cf. Lettre de Le Jeune à Quesnel du 5 février 1709, dans J.A. G. TANS, Pasquier Quesnel et les Pays-Bas..., Groningue, 1960, p. 291.

43 François de Hinnisdael vient d’obtenir ses lettres patentes de vicaire général et représente le parti anti-janséniste à Liège. Cf. Br. DEMOULIN, op. cit., p. 68.

44 Chronique des célestines d’Avroy, Bibliothèque de l’Université de Liège, Mss n° 1168, p. 130-132.

45 Marie-Françoise LALOIRE, Histoire chronologique du monastère de l’Annonciade céleste, Mss in-4°, ca 1750, Bruxelles, Bibliothèque royale, Mss n° 19612., fol. 437-441.

46 J.A. G. TANS, Pasquier Quesnel et les Pays-Bas..., Groningue, 1960, p. 315, 420, 424, 431, 445, 450, 466,471.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search