Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Entre "frères ennemis", les prêtres jansénistes de Montpellier, "témoins de la vérité"

Marie-Hélène Froeschle-Chopard

Texte intégral

  • 1 Edmond PRECLIN, Les Jansénistes du XVIIIe siècle et la Constitution civile du Clergé, Pari (...)
  • 2 Dominique DINET, Marie-Claude DINET-LECOMTE, "Les jansénistes du XVIIIe siècle d’après les (...)

1Dans une France méridionale peu ouverte au jansénisme, le diocèse de Montpellier fait figure d’exception. Edmond Préclin y a repéré une forte concentration de prêtres du "Parti" (plus de 100) au début du XVIIIe siècle, époque où il est possible d’évaluer le nombre de prêtres jansénistes grâce à l’acte d’appel interjeté contre la Bulle Unigenitus1. De Bordeaux aux Alpes, c’est la plus forte concentration d’appelants du Midi (diocèse de Senez compris). Plus récemment, une étude systématique du recueil de Nivelle qui, malgré quelques imperfections de détail, a le mérite de rassembler l’ensemble des appelants du royaume en les classant par diocèse, arrive à des résultats analogues, même si la région de Montpellier semble concurrencée par les diocèses provençaux d’Aix et de Senez pour le nombre des appelants, de Marseille et de Toulon pour la proportion de paroisses touchées dans chaque diocèse2.

  • 3 Pierre CHAUNU, "Jansénisme et frontière de catholicité (XVIIe et XVIIIe siècles). A propos (...)
  • 4 La paix de Montpellier date de 1622 ; l’édit de grâce d’Alès, de 1629.
  • 5 Mémoires pour servir à l’histoire du Languedoc par feu Mr de Basville, intendant de cette (...)
  • 6 A.D. de l’Hérault (A.D.H.), visites pastorales : G 1157 à 1161, visites de Charles-Joachim (...)

2Toutefois "l’exception" montpelliéraine vient de plus loin, car la région est aussi une "frontière de catholicité"3. A ses portes s’ouvre le pays réformé de Nîmes et des Cévennes. Dans le diocèse de Montpellier, protestants et catholiques se sont encore affrontés au début du XVIIe siècle4. Deux générations plus tard, un tiers des habitants de la cité épiscopale est toujours constitué de "nouveaux convertis"5. Au début du XVIIIe siècle, le diocèse compte toujours quelques paroisses où les protestants sont majoritaires et les localités qui abritent de petits noyaux de nouveaux convertis y sont nombreuses6.

3Cette continuité entre Réforme et Jansénisme sur un même territoire invite à reprendre pour cette région l’interprétation que Pierre Chaunu proposait pour expliquer le caractère "archaïque" du jansénisme lorrain au XVIIIe siècle, un jansénisme né du prosélytisme contre-réformé, plus tourné vers la théologie et la morale que vers les luttes politiques de l’époque.

  • 7 Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD, Recherches sur les prêtres jansénistes dans le diocèse de (...)
  • 8 Catherine MAIRE, "L’Eglise et la Nation : du dépôt de la vérité au dépôt des lois, la traj (...)

4C’est ce que nous nous proposons de faire à travers le dossier des prêtres jansénistes du diocèse de Montpellier7, sans toutefois ignorer que des études récentes tendent à minimiser l’opposition entre un jansénisme plus théologique du XVIIe siècle et un jansénisme postérieur, plus politique8. Nous aborderons la question en cherchant tout d’abord à définir les caractéristiques du groupe des prêtres qui se déclarent jansénistes en 1717. Ensuite, par le biais de l’analyse d’une bibliothèque, nous tenterons une approche de leur spiritualité.

  • 9 A.D. H, G 1432.
  • 10 Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 3666, f° 77.
  • 11 Ces quelques nouvelles signatures proviennent des "Actes de chanoines, curés, docteurs, ec (...)
  • 12 Cette expression est reprise de l’ouvrage de Vivien de LABORDE, directeur du séminaire ora (...)

5Pour cerner le plus exactement possible le nombre d’ecclésiastiques jansénistes du diocèse, on dispose de trois types de sources. Il y a d’abord l’adhésion à l’acte d’appel interjeté par les évêques de Boulogne, Mirepoix, Montpellier et Senez et déposé en Sorbonne le 1er mars 1717 : ces adhésions sont enregistrées à l’officialité de Montpellier9. Il y a ensuite les lettres que certains prêtres écrivent à Charles-Joachim Colbert, l’évêque janséniste du diocèse, et qui sont recueillies dans la patiente compilation de Nivelle déjà évoquée. Il y a enfin les adhésions à l’appel des prêtres du diocèse de Montpellier qui résident à Paris10. On peut ainsi dénombrer 98 prêtres appelants. En 1721, les plus convaincus ou les moins pusillanimes adhèrent au réappel des quatre évêques et bravent ainsi la déclaration royale interdisant tout nouvel acte de ce genre. En tenant compte de quelques autres protestations antérieures, ces "réappelants" sont alors au nombre de 5411. Dans les années suivantes, quelques nouveaux prêtres affirment leur jansénisme en témoignant leur indignation après la condamnation de Soanen par le concile d’Embrun. Cependant, à partir de 1721, où il se réduit de moitié par défection, le petit groupe des irréductibles va s’amenuisant au fil des ans, à chaque décès des "témoins de la Vérité"12.

  • 13 A. D.H., C 4706 : "Noms et surnoms des prêtres et des ecclésiastiques du diocèse de Montpe (...)

6Grâce à Georges-Lazare Berger de Charancy, le successeur de Colbert sur le siège de Montpellier, et qui est bien déterminé à éradiquer toute trace de jansénisme, on peut dresser un état de la question au milieu du siècle. En effet, après avoir publié un mandement sur la signature obligatoire du formulaire (7 mars 1739), le nouvel évêque fait dresser une liste des appelants de 1717 – reconstituée dans sa quasi totalité- dans laquelle est consigné l’essentiel de l’itinéraire de chacun de ces ecclésiastiques13. Mis à part les prêtres décédés, ceux qui ont quitté le diocèse, et quelques appelants pour lesquels la liste ne donne aucune indication, le groupe se partage alors en deux parties égales : ceux qui ont révoqué leur appel et signé le formulaire ; ceux qui s’en sont abstenus, alors que cette signature a été à nouveau imposée par le Régent en 1722.

7Mais la réalité n’est jamais aussi tranchée. Il reste toujours un soupçon sur les ecclésiastiques rentrés dans le rang du clergé orthodoxe. D’ailleurs, certains d’entre eux refusent de publier le mandement de Charancy sur le formulaire. D’autres, bien qu’ayant accepté la Bulle et signé le formulaire, restent suspects aux yeux du nouvel évêque qui les poursuit dans divers procès. Au total, malgré toutes ces "persécutions", il reste encore au milieu du siècle 45 prêtres jansénistes dans le diocèse.

8De tous ces dénombrements, surgit une première caractéristique de ce clergé : sa détermination. Il cède difficilement aux pressions de toutes sortes qui s’exercent sur lui, car il croit fermement être le défenseur de la vraie foi.

9Une première question doit être résolue : quelle est l’importance de ces prêtres jansénistes dans l’ensemble du clergé séculier ?

  • 14 Le chiffre de 270 est une moyenne établie entre deux rapports d’intendance : l’un date de  (...)
  • 15 La chute est moins considérable que dans d’autres régions. Ainsi dans le diocèse de Tours (...)
  • 16 Dominique DINET, art. cit. : les prêtres jansénistes représentent, dans le diocèse de Meau (...)

10En 1717, si on exclut les prêtres résidant momentanément à Paris, les appelants du diocèse sont au nombre de 85. Par rapport à un clergé séculier évalué à 270 membres ils représentent 31 % de l’effectif14. En 1721, la proportion est tombée à 18 %. En 1740, elle se réduit à 13 %15. Comme à l’échelle nationale, ce clergé est minoritaire. Mais cette minorité est loin d’être négligeable, d’autant qu’il n’est absolument pas tenu compte du clergé régulier. L’importance relative des jansénistes dans le clergé séculier est comparable à celle que l’on rencontre dans nombre de diocèses parisiens16.

11On peut étudier ces prêtres à partir de trois angles d’approche : leur répartition entre ville et campagne, leurs origines sociales, leur culture.

  • 17 Le clergé de la campagne est connu par les visites pastorales de COLBERT (150 prêtres). Pa (...)

12En 1717, 54 prêtres appelants résident à Montpellier, 31 se trouvent dans les paroisses du diocèse. Dans la ville, ils rassemblent une petite moitié de l’ensemble des séculiers (44 % °). Plus rares à la campagne, ils ne représentent que 20 % du clergé rural17. Ce clergé est donc majoritairement "urbain", même si, au cours du temps, l’abandon est plus marqué en ville que dans les campagnes. Par ailleurs, parmi les 46 prêtres de la ville sur l’origine desquels on possède des indications, 18 sont originaires de Montpellier même et 12 viennent d’autres cités du Languedoc ou de Provence. La ville est donc toujours de préférence le milieu d’éclosion du jansénisme, et Montpellier joue ici un rôle moteur.

13Dans cette ville, l’étude des registres paroissiaux permet de retrouver les familles de 27 appelants. Les simples bourgeois et les marchands ont peu d’importance, relativement à l’aristocratie aisée des cours de justice et des professeurs de médecine. Ainsi, les prêtres jansénistes sont portés par un milieu cultivé, un milieu dans lequel il n’est pas rare de trouver des alliances entre familles. C’est également dans ces familles que l’on rencontre le plus de jansénistes laïcs dont certains, comme la dame Sabatier, mourront sans sacrements.

14Les prêtres jansénistes des paroisses rurales ont également leur originalité. Par rapport au reste du clergé "rural", issu en sa grande majorité (65 %) d’autres diocèses et spécialement des diocèses montagnards environnants, les appelants sont du diocèse, et quelquefois de Montpellier même. D’autre part, la répartition de ce jansénisme des champs n’est pas uniforme. Il se rencontre plutôt dans la plaine, où la moitié des paroisses ont eu un ou plusieurs prêtres jansénistes entre 1717 et 1740. Des neuf bourgs du diocèse estimés à plus de 1000 habitants dans les visites pastorales de Charancy), six ont connu au moins un prêtre janséniste. Ici aussi, le jansénisme est marqué d’un certain caractère "urbain".

  • 18 Ce phénomène existe ailleurs. Dans le petit diocèse de Vence, on ne rencontre qu’un seul p (...)
  • 19 Nouvelles Ecclésiastiques, du 24 décembre 1754.

15Mais ce qui fait l’originalité de ces campagnes, c’est la corrélation entre le jansénisme et un ancien protestantisme. Grâce aux visites pastorales de Colbert et de Charancy, il est possible en effet de connaître exactement quelles sont les paroisses qui comptent des nouveaux convertis. Or les prêtres jansénistes de la campagne se trouvent justement, et dans de nombreux cas, dans ces paroisses. Mieux encore, c’est dans les localités où toute la population est "ancienne catholique" que les prêtres jansénistes révoquent leur appel avec le plus de facilité. Tout se passe comme si l’augustinisme ambiant des paroissiens (ou son absence) rejaillissait sur le pasteur18. On retrouve, dans le détail, la "frontière de catholicité" définie par Pierre Chaunu. Certains l’ont imprimée dans leur chair, tel le prieur-curé de Restinclières, Brignac de Montamaud, né d’un père protestant converti par l’évêque de Mirepoix19.

16On s’en tiendra au seul exemple de Ganges qui compte 1200 protestants sur 1800 habitants. Ce bastion du protestantisme dans le diocèse est une des places fortes du jansénisme : deux prêtres appelants s’y succèdent de la fin du XVIIe siècle à 1740. Il est vrai que l’évêque est patron de cette cure. On a donc ici un réseau d’influences ou de correspondances. Certes l’évêque janséniste nomme à cette cure, mais peut-être nomme-t-il en fonction du milieu de la paroisse, d’un milieu qui en lui-même pose problème au vieux catholicisme, et qui exige par là, implicitement, un prêtre prêt à l’affrontement. On touche ici au dernier aspect de ce jansénisme des campagnes, qui est la culture des appelants.

  • 20 Les visites pastorales de COLBERT, qui indiquent les grades universitaires de chaque prêtr (...)

17Pour juger de cette culture, nous prendrons comme critère les grades universitaires. 40 % des appelants citadins en possèdent, bien que les oratoriens aient été exclus du groupe afin de ne pas fausser les statistiques. Dans les paroisses rurales, la proportion tombe à 33 %. Toutefois, dans ces campagnes, les prêtres jansénistes sont plus cultivés que l’ensemble de leurs confrères. En effet, un cinquième seulement du clergé rural possède des grades universitaires20. De plus, on ne doit pas oublier que tous les jansénistes sont comptés parmi ces prêtres "cultivés" de la campagne.

18La différence entre les deux clergés, janséniste et "orthodoxe", ressort encore plus par l’importance relative qu’occupent dans les deux groupes les différents grades universitaires. Ces derniers sont, par ordre décroissant, ceux de docteur, maître es arts et bachelier. Bien que les "docteurs" jansénistes se rassemblent surtout en ville, ils s’en trouvent quelques uns à la campagne qui, accompagnés des "maîtres es arts", constituent la majorité du groupe janséniste, tandis que les bacheliers sont majoritaires au sein de l’ensemble du clergé rural.

  • 21 On retrouve, à travers l’exemple des campagnes du diocèse de Montpellier, un écho lointain (...)

19D’origine urbaine et souvent lié aux classes aisées de la ville, attentif aux exigences des nouveaux convertis et quelquefois issu de ce milieu, le prêtre janséniste est plutôt un homme cultivé21... Il nous reste à définir le contenu de cette culture ou, plutôt, pour prolonger notre propos de départ, définir les caractéristiques, si elles existent, d’une spiritualité spécifique.

  • 22 Nouvelles ecclésiastiques. Tables. Les indications suivantes proviennent de la même source (...)
  • 23 L’inventaire de sa bibliothèque se trouve ainsi dans le fonds de l’hôpital général : A.D.H (...)

20Pour cela, nous avons choisi d’étudier la bibliothèque de l’un d’eux, Jean Nérot, "docteur agrégé de la faculté de théologie de Montpellier", originaire de Bagnols (diocèse d’Uzès) où il est né le 27 janvier 1665. Attiré à Montpellier par un de ses compatriotes, curé de Sainte-Anne, il sera d’abord vicaire dans cette paroisse. Très estimé de Colbert, il devient chanoine de Saint-Sauveur, époque où il signe le formulaire "s’imaginant voir les propositions de Jansénius", mais "toujours intimement uni malgré cette singularité à ceux qui pensent différemment"22. Il accompagne Colbert au cours de ses visites pastorales. En plein accord avec son évêque, il signe l’acte d’appel au concile général contre la bulle Unigenitus. Colbert lui demande de prêcher Avent et Carême, lui confère la direction générale des écoles de la ville et celle du Bureau des pauvres honteux. Après l’arrivée de Charancy, il vit dans la retraite, "s’occupant uniquement de l’étude, de la prière et de la lecture des ouvrages faits pour la défense de la Vérité". Il meurt en 1750, ayant fait les pauvres de l’hôpital général ses légataires universels23. Privé de sacrements, il est enterré "sans prières, sans cérémonies, sans ornement et pendant la nuit".

  • 24 Jean QUENIART, dans Cultures et Société Urbaines dans la France de l’Ouest au XVIIIe siècl (...)

21Cette rapide biographie nous montre un janséniste convaincu, malgré la signature du formulaire au début de sa carrière. Sa bibliothèque, qui est importante (299 titres)24, permet de définir ce jansénisme avec plus de précision.

  • 25 Ceci se retrouve aussi bien dans les grandes collections (Claude JOLLY, "Unité et diversit (...)
  • 26 Jean QUENIART, op. cit. Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD, "La culture du clergé provençal à (...)
  • 27 Voici la composition exacte de la bibliothèque : Théologie (70 % des titres), Droit (6 %), (...)

22Dans l’allure générale des titres datés, cette bibliothèque présente une large majorité d’ouvrages édités dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Ceci confirme des résultats connus : la culture des prêtres au XVIIIe siècle est tournée vers le passé, comme la plupart des communautés religieuses de la même époque25. Cependant, contrairement aux collections de la fin du XVIIIe siècle, qui s’ouvrent timidement sur les Belles-Lettres ou l’Histoire26, la théologie constitue la plus grande partie de la bibliothèque de Nérot (70 % des titres) et le livre religieux, que l’on trouve également dans le Droit (droit canon) et l’Histoire (histoire ecclésiastique) y est omniprésent27.

  • 28 Bernard DOMPNIER et Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD, "Bibles et commentaires de la Bible da (...)

23A l’intérieur de la Théologie, les rubriques le mieux représentées sont les Bibles et interprètes de l’Ecriture (17,5 % des titres), la polémique (16 %), les saints Pères (14,5 %) et la théologie morale (14 %), tandis que la théologie mystique n’arrive qu’en cinquième position (11 %). Comme il n’est pas possible d’étudier ici toutes ces catégories en détail, on s’en tiendra aux deux premières : les Bibles et les commentaires de l’Écriture qui sont bien souvent le reflet de l’ensemble des collections28 ; les ouvrages de polémique qui révèlent les positions de leur possesseur dans les luttes doctrinales.

24D’après la date d’édition des ouvrages, l’Ecriture et les commentaires de l’Ecriture se présentent ainsi : 7 éditions au XVIe siècle, 26 au XVIIe siècle et 3 au XVIIIe siècle.

  • 29 Bible éditée à Lyon, Sébastien Honorat, 1560. C’est une édition de la Bible de Genève. Voi (...)

25Les trois "Bibles" du XVIe siècle sont le Nouveau Testament grec et latin d’Érasme, la Bible hébraïque de Sébastien Munster et une Bible en français29. Par ces titres, il semble que Nérot ait eu le souci de connaître les résultats de la recherche humaniste tant dans les langues anciennes que dans les traductions françaises, souvent d’origine réformée. Cette "ouverture" devient encore plus manifeste lorsqu’il s’agit des commentaires de l’Écriture publiés à la même époque où la présence de Thomas d’Aquin, n’équilibre pas celle des réformés : Robert Étienne, Oecolampade et Jean Le Mercier.

  • 30 L’inventaire donne : "La Ste Bible selon la Vulgate enrichie de figures, Lyon, Jullieron, (...)
  • 31 LELONG, op cit., t. 1, p. 294 : la première édition est de 1575-1579.

26Les mêmes tendances persistent au XVIIe siècle. Dans les Bibles, il y a bien deux éditions de la Vulgate, ainsi qu’une réédition des concordances d’Hugues de Saint-Cher. Mais il y a aussi des traductions françaises pour le début et la fin du siècle : une Bible de Louvain (1614)30 et l’Ancien Testament de Le Maistre de Sacy, (1685, ouvrage incomplet, 23 volumes). Il y a en outre deux Bibles protestantes ; l’une, en latin, du savant hébraïsant, Emmanuel Tremelius (1603)31 ; l’autre en français, des ministres de Genève (1678).

27Les commentaires de l’Écriture publiés au cours de cette période se multiplient (19 titres). Parmi les éditions de la fin du siècle, il y encore quelques auteurs anciens et traditionnels, dont les ouvrages sont écrits en latin, comme Thomas d’Aquin, Maldonat ou Bellarmin, auxquels on peut ajouter Menochius, mort en 1655, mais aussi Jansénius, évêque d’Ypres. Il y a aussi des commentaires en français d’auteurs plus récents, dont Bossuet, Bernard Lamy et Michel Mauduit.

28Il faut souligner ici la présence de l’Introduction à l’Écriture sainte, de Lamy, car cet ouvrage n’est pas un commentaire de la Bible au sens traditionnel du mot. Il n’en aborde pas le texte chapitre par chapitre. Il propose une approche thématique et reconstruit les principaux aspects du judaïsme ancien. On n’a pas affaire à une démarche apologétique : Lamy tient le texte biblique pour le récit historique du peuple juif sans y chercher la préfiguration du Nouveau Testament. La présence de cet ouvrage en deux exemplaires, qui s’ajoute aux commentaires provenant de réformés, dénote chez Nérot une réflexion continue sur l’Écriture.

  • 32 Dictionnaire des livres jansénistes, Anvers, 1752, t. 1, p. 50. En effet, il soutient "cet (...)

29Si l’on met à part la Bible de Sacy ou les commentaires de Jansénius qui sont des "classiques", les auteurs jansénistes restent très discrets. Michel Mauduit, avec ses analyses de l’évangile, des actes des apôtres et des épîtres, est le seul auteur qui puisse être considéré comme un précurseur des appelants32.

  • 33 Les principaux représentants en sont alors DUGUET, Règles pour l’intelligence des saintes (...)

30On observe le même effacement des auteurs jansénistes dans les trois ouvrages édités au XVIIIe siècle : une Bible de Sacy, Le grand dictionnaire de la Bible de Simon et les Commentaires de Don Calmet. Ce qui frappe encore ici, c’est le désir encyclopédique de posséder un ensemble de travaux contemporains sur la Bible, plutôt qu’une interprétation précise de l’Ecriture. Notons en particulier que le Figurisme, qui prédomine chez les théologiens de Saint-Magloire33, y est totalement absent.

31Ainsi, l’Ecriture sainte de la bibliothèque de Nérot, dans laquelle ne figure ni le Nouveau testament de Mons ni les Réflexions morales de Quesnel, ne se caractérise pas par le jansénisme, mais par un souci d’équilibre entre diverses interprétations et traductions, principalement entre les auteurs protestants et catholiques. On y voit percer par ailleurs, au début du XVIIIe siècle, un désir d’accéder aux derniers résultats de l’exégèse, sans toutefois aborder la critique plus radicale d’un Richard Simon qui reste absent de cette bibliothèque.

32Voyons à présent la théologie polémique, seconde catégorie de la Théologie (33 titres).

  • 34 Jean RICHARD, curé de Triel, L’Agneau pascal ou explication des cérémonies que les juifs o (...)
  • 35 Ange de la Passion, carme, le Disciple pacifique de St Augustin, sur la liberté, la grâce, (...)

33Contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, les ouvrages écrits pour ou contre le jansénisme sont peu présents (3 titres) bien que le cinquième de cet ensemble relève d’auteurs jansénistes. Nérot possède le célèbre Agneau pascal34. Le Dictionnaire des livres jansénistes analyse longuement cet ouvrage et dénonce le parallèle qu’il établit entre les juifs et la persécution faite aux "serviteurs de la vérité", ainsi que l’importance qu’il donne à la lecture des livres saints traduits en français. Plus curieusement, les deux autres ouvrages, beaucoup plus récents, sont hostiles aux appelants : le disciple pacifique de St Augustin (1715)35 et un ouvrage anonyme écrit "contre le nouveau système des prophètes du second ordre" (1741).

  • 36 Deux titres seulement touchent à l’apologétique : les Pensées de Pascal et La vérité de la (...)

34Si on range ces ouvrages de Théologie polémique dans les deux catégories traditionnelles qui la constituent, apologétique et controverse, ils donnent la préférence, de manière écrasante, à la controverse36.

  • 37 Francisco ORANTES Y VILLENA, Locorum catholicorum tum sacrae scripturae, tum etiam antiquo (...)
  • 38 Par exemple : Nicolas COEFFETEAU, Réponse au livre intitulé le mystère d’iniquité du sieur (...)

35Dans cette catégorie, il se dessine une strate du XVIe siècle, comprenant une réfutation de l’institution chrétienne de Calvin (1566)37 et les Controverses de Bellarmin (1596), qui se prolonge par les polémiques protestants-catholiques du début du XVIIe siècle. Ici se distinguent Coeffeteau et le cardinal Duperron, les pasteurs Rivet et Blondel. Avec des ouvrages qui se répondent38 et des oeuvres de Bellarmin annotées par le théologien protestant Daniel Tilenus, un équilibre s’établit entre les auteurs des deux confessions.

  • 39 La première édition est de 1664.

36Dans une seconde strate, constituée par des éditions du XVIIe siècle ou du début du XVIIIe siècle, l’importance des auteurs protestants (dont le pasteur Jean Daillé qui réunit à lui seul 9 titres) est toujours aussi grande. C’est dans cette période que les ouvrages d’auteurs jansénistes se multiplient, généralement dans leur première édition. Nérot acquiert d’Arnauld Le renversement de la morale de J.C. par les erreurs des Calvinistes touchant la justification (Paris, 1672), l’Apologie pour les catholiques contre les faussetez et les calomnies d’un livre intitulé La politique du clergé de France (Liège, 1681), la Réponse générale au nouveau livre de M. Claude intitulé Réponse au livre de la perpétuité de la foi de M. Arnauld (Paris, 1671) ; d’Arnauld et Nicole, La perpétuité de la foy de l’Église catholique touchant l’Eucharistie avec la réfutation de l’écrit d’un ministre (Claude) contre ce traité (Paris, 170139) ; de Nicole, les Préjugés légitimes contre les calvinistes (Paris, 1671)

37La théologie polémique indique ainsi nettement la préoccupation essentielle de ce prêtre janséniste, qui est la lutte contre le protestantisme. Ce n’est que par rapport à cette lutte que s’établit ensuite le choix des grands auteurs jansénistes, plutôt que d’autres controversistes de la fin du XVIIe siècle.

  • 40 Nous reprenons ici le sous-titre de l’ouvrage de Léopold WILLAERT, Bibliotheca Janseniana (...)
  • 41 Nérot possède trois ouvrages de DUGUET : Recueil de lettres spirituelles sur divers sujets (...)

38On retrouverait les mêmes tendances dans l’ensemble de la bibliothèque. Les ouvrages "concernant les controverses théologiques en relation avec le jansénisme"40 n’y rassemblent que 20 % des titres. Lorsqu’ils atteignent de plus fortes proportions, comme pour la théologie dogmatique (43 %), ils concernent les questions de la grâce et de la communion fréquente débattues au XVIIe siècle, jamais le figurisme du XVIIIe siècle. Ce n’est pas ignorance de la part de Nérot, mais choix. Bien que Duguet ou Quesnel ne soient pas absents de sa bibliothèque, il ne les reconnaît que pour leurs ouvrages de spiritualité41.

  • 42 A Chartres, Robert SAUZET note l’importance des bibles et des commentaires scripturaires d (...)
  • 43 François-Aimé POUGET, Instructions générales en forme de catéchisme où l’on explique en ab (...)

39Bibles et ouvrages de polémique donnent ainsi la clef de la spiritualité de Nérot. Sans doute est-il bien hardi et prématuré d’élargir à l’ensemble des prêtres jansénistes de Montpellier des conclusions limitées à ce seul exemple, et il serait nécessaire de poursuivre l’enquête dans d’autres bibliothèques et d’autres régions42. Toutefois, il semble qu’à travers Nérot on atteigne tous ceux qui, comme l’auteur du célèbre Catéchisme de Montpellier, autre prêtre janséniste du diocèse, se sont préoccupés de mettre l’Ecriture à la portée de tous, de ramener dans le giron de l’Église les nouveaux convertis43. C’est cette préoccupation qui explique, à la fois, leur culture plus grande que celle du prêtre ordinaire et leurs positions doctrinales.

40Dans ces positions, les luttes politiques du XVIIIe siècle ont peu de place. Nérot, prêtre appelant et mort sans sacrement en 1750, est peu préoccupé de richérisme. Il est même, peut-être, plutôt hostile aux revendications du clergé du second ordre.

41Par ailleurs, bien qu’il soit à l’affût de tous les nouveaux travaux concernant l’Écriture sainte, il ne paraît sensible ni à la critique radicale de Richard Simon, ni à l’interprétation figuriste qui naît chez les jansénistes après la condamnation, par la bulle Unigenitus, de 101 propositions tirées des Réflexions morales de Quesnel. Dans l’acquisition de Bibles et de commentaires de l’Écriture, il reste attaché à des productions plus anciennes et marquées par la controverse, dans lesquelles il choisit presque aussi souvent les interprètes protestants (10 titres) que les interprètes catholiques orthodoxes (16 titres), laissant la plus petite part aux auteurs jansénistes (6 titres) ou humanistes (4 titres). Cette orientation s’affirme dans les ouvrages de controverse où les auteurs catholiques (9 "orthodoxes" et 5 jansénistes) et les auteurs protestants (14 titres) s’équilibrent.

  • 44 W. FRIJOFF et D. JULIA, "Les Oratoriens de France sous l’Ancien régime. Premiers résultats (...)

42Ces résultats, dus au hasard de la conservation d’un catalogue de bibliothèque, confirment la thèse de Pierre Chaunu au sujet des pays de "frontière de catholicité", dans lesquels le jansénisme semble être né du prosélytisme contre-réformé. Toutefois l’analyse de la bibliothèque de Jean Nérot invite à nuancer ce jugement et à mettre aussi l’accent sur l’ouverture, face au protestantisme, de la tradition augustinienne du prêtre janséniste, sur son souci de garder un équilibre entre les interprétations réformées et catholiques. Cette ouverture est aussi la caractéristique de la congrégation de l’Oratoire, un des hauts lieux du jansénisme militant des années 1680-1750, qui a ouvert ses rangs, au XVIIe siècle, à de nombreux nouveaux convertis, et qui a tissé à Saumur "des liens d’estime et de controverse féconde avec les professeurs de l’Académie calviniste"44. A l’exemple de Jean Nérot, les prêtres jansénistes du diocèse de Montpellier pourraient bien être les représentants d’un milieu intermédiaire entre les "frères ennemis" que sont toujours, après la Révocation de l’Edit de Nantes, catholiques et protestants.

Notes

1 Edmond PRECLIN, Les Jansénistes du XVIIIe siècle et la Constitution civile du Clergé, Paris, 1929, p. 84, carte de "l’extension du jansénisme et du richérisme (1716-1723)" établie à partir de :
– J. CARRY et J. LOUAIL, Histoire du livre des réflexions morales et de la Constitution Unigenitus, Amsterdam, 1726-1739 ;
– NIVELLE, Cri de la foy, s 1, 1719. Revu et augmenté par La Constitution Unigenitus déférée à l’Eglise universelle, Cologne, 1757 ;
– des Tables des Nouvelles ecclésiastiques.

2 Dominique DINET, Marie-Claude DINET-LECOMTE, "Les jansénistes du XVIIIe siècle d’après les recueils des actes d’appel de Gabriel-Nicolas Nivelle", Jansénisme et Révolution, Paris, Chroniques de Port-Royal, 1990, p. 47-63.

3 Pierre CHAUNU, "Jansénisme et frontière de catholicité (XVIIe et XVIIIe siècles). A propos du Jansénisme lorrain", Revue Historique, 86e année, t. CCXXVII, janvier-mars 1962, p. 115-138.

4 La paix de Montpellier date de 1622 ; l’édit de grâce d’Alès, de 1629.

5 Mémoires pour servir à l’histoire du Languedoc par feu Mr de Basville, intendant de cette province, Amsterdam, 1734 (Mémoires écrits à la fin du XVIIe siècle).

6 A.D. de l’Hérault (A.D.H.), visites pastorales : G 1157 à 1161, visites de Charles-Joachim COLBERT ; G 1355 à 1366 et G 1162, visites de Georges-Lazare Berger de CHARANCY.

7 Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD, Recherches sur les prêtres jansénistes dans le diocèse de Montpellier, D.E.S. sous la direction d’Alphonse DUPRONT, Paris-Sorbonne, 1966.

8 Catherine MAIRE, "L’Eglise et la Nation : du dépôt de la vérité au dépôt des lois, la trajectoire janséniste au XVIIIe siècle”, Annales, E.S.C., 1991, n° 5, p. 1177-1205.

9 A.D. H, G 1432.

10 Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 3666, f° 77.

11 Ces quelques nouvelles signatures proviennent des "Actes de chanoines, curés, docteurs, ecclésiastiques séculiers et réguliers, pour empêcher l’accommodement de 1720". Ces actes s’établissent avant le réappel, mais s’inscrivent dans le même mouvement et, pour cela, doivent être pris en considération (Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 3669).

12 Cette expression est reprise de l’ouvrage de Vivien de LABORDE, directeur du séminaire oratorien de Saint-Magloire : Du Témoignage de la Vérité dans l’Église, s.l., 1718. A la suite des théologiens de Saint-Magloire, initiateurs de l’appel contre la bulle Unigenitus, les opposants à cette bulle sont en effet persuadés de former le petit groupe des élus chargé de témoigner de la vérité dans l’Eglise. Voir Catherine MAIRE, art. cit.

13 A. D.H., C 4706 : "Noms et surnoms des prêtres et des ecclésiastiques du diocèse de Montpellier qui ont appelé au futur concile". Cette liste n’est pas datée mais plusieurs indications permettent de la situer entre 1740 et 1741.

14 Le chiffre de 270 est une moyenne établie entre deux rapports d’intendance : l’un date de 1698 (Mémoires pour servir à l’Histoire du Languedoc..., op. cit.) ; l’autre de 1744 (A.D.H., C 46, "mémoires sur le diocèse de Montpellier").

15 La chute est moins considérable que dans d’autres régions. Ainsi dans le diocèse de Tours étudié par Gérard PAINCHAULT, le second jansénisme dans le diocèse de Tours (1713-1775), D.E.S. sous la direction de Denis RICHET, Tours, 1970. En 1718, il y a 50 % de curés jansénistes dans ce diocèse puis, en 1736, 4 % seulement. Il est vrai que les vicaires et les autres prêtres ne sont pas comptabilisés dans ce travail.

16 Dominique DINET, art. cit. : les prêtres jansénistes représentent, dans le diocèse de Meaux, 6 % des ecclésiastiques, 13 % dans le diocèse de Sentis et 20 % dans celui de Beauvais, pourtant considéré comme un bastion janséniste.

17 Le clergé de la campagne est connu par les visites pastorales de COLBERT (150 prêtres). Par différence avec le chiffre global du clergé séculier (270 membres), les prêtres de la ville peuvent être évalués à 120.

18 Ce phénomène existe ailleurs. Dans le petit diocèse de Vence, on ne rencontre qu’un seul prêtre janséniste. Il est vicaire dans la seule paroisse où se trouve une quarantaine de nouveaux convertis, et il est lié à ce milieu (Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD et Marcel BERNOS, "Entre peuple et hiérarchie : l’échec d’une pastorale", Dix-huitième siècle, 1980, p. 271-292.) Dans le diocèse de Tours, les fiefs du protestantisme du XVIIe siècle deviennent les lieux du jansénisme laïc au XVIIIe siècle (Gérard PAINCHAULT, Le second jansénisme dans le diocèse de Tours, op. cit.).

19 Nouvelles Ecclésiastiques, du 24 décembre 1754.

20 Les visites pastorales de COLBERT, qui indiquent les grades universitaires de chaque prêtre, renseignent uniquement sur le clergé de la campagne. C’est donc uniquement pour ce clergé rural que l’on peut comparer prêtres jansénistes et totalité du clergé.

21 On retrouve, à travers l’exemple des campagnes du diocèse de Montpellier, un écho lointain du lien entre les partisans de Jansénius et la République des Lettres. Voir Bruno NEVEU, Erudition et religion aux XVIIe et XVIIIe siècles, préface de Marc FUMAROLI, Paris, 1994.

22 Nouvelles ecclésiastiques. Tables. Les indications suivantes proviennent de la même source et des N.E. du 24 décembre 1754.

23 L’inventaire de sa bibliothèque se trouve ainsi dans le fonds de l’hôpital général : A.D.H.B 317.

24 Jean QUENIART, dans Cultures et Société Urbaines dans la France de l’Ouest au XVIIIe siècle, Paris, 1978 qualifie de "grandes” les bibliothèques qui, pour la même période (vers 1725-1730), ont plus de 200 volumes. La liste des "livres propres pour tous ceux qui aspirent à l’état ecclésiastique", établie en 1693 par l’imprimeur de l’évêque de Châlons, ne détaille pas plus de 83 titres : voir Roger CHARTIER et Daniel ROCHE, "Les pratiques urbaines de l’imprimé", Histoire de l’édition française, t.le livre triomphant, 1660-1830, sous la direction de Henri-Jean MARTIN et Roger CHARTIER, Paris, 1982-1984, p. 403-429.

25 Ceci se retrouve aussi bien dans les grandes collections (Claude JOLLY, "Unité et diversité des collections religieuses", Histoire des bibliothèques françaises, Les bibliothèques sous l’Ancien régime 1530- 1798, sous la direct. de Claude Jolly, Paris, 1988) que dans les fonds modestes, malgré quelques exceptions (Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD, "La Bibliothèque des dominicains de Toulon au XVIIIe siècle", Provence Historique, fasc. 171, 1993, p. 3-34).

26 Jean QUENIART, op. cit. Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD, "La culture du clergé provençal à la fin de l’Ancien Régime”, Hommes de Dieu et Révolution en Provence, B. COUSIN éd., C.N.R.S., 1995, p. 21-33.

27 Voici la composition exacte de la bibliothèque : Théologie (70 % des titres), Droit (6 %), Sciences et Arts (5 %), Belles-Lettres (4 %), Histoire (15 %).

28 Bernard DOMPNIER et Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD, "Bibles et commentaires de la Bible dans quelques bibliothèques ecclésiastiques du XVIIIe siècle", colloque La réception de la Bible en Europe, Clermont-Ferrand, 11-12 décembre 1992, à paraître.

29 Bible éditée à Lyon, Sébastien Honorat, 1560. C’est une édition de la Bible de Genève. Voir LELONG, Bibliotheca sacra..., Paris, 1723, t. 1, p. 347 et Bettye Thomas CHAMBERS, Bibliographe of French Bibles, fifteenth-and Sixteenth- Century, Genève, 1983, p. 273.

30 L’inventaire donne : "La Ste Bible selon la Vulgate enrichie de figures, Lyon, Jullieron, 1614". LELONG, op. cit. (t. 1, p. 329 et ss) donne cette Bible comme une des éditions de la Bible de Louvain. Il en est de même de Bettye Thomas CHAMBERS, Bibliographe of French Bibles, t. II, Seventeenth Century, Genève, 1994, p. 90-91.

31 LELONG, op cit., t. 1, p. 294 : la première édition est de 1575-1579.

32 Dictionnaire des livres jansénistes, Anvers, 1752, t. 1, p. 50. En effet, il soutient "cette scandaleuse proposition, qui est si fort au goût du Parti, que l’Église doit souffrir une apostasie générale".

33 Les principaux représentants en sont alors DUGUET, Règles pour l’intelligence des saintes Écritures, Paris, 1716 et LA BORDE, Du Témoignage de la Vérité dans l’Église, op. cit. Ils s’appuient sur l’antique exégèse qui consiste à chercher dans l’Ancien Testament la préfiguration du Nouveau, ils adoptent l’idée d’une répétition de l’histoire sainte : comme les juifs de l’Ancien testament, les Gentils sont en train d’abandonner la vérité. Mais l’histoire de l’Eglise examinée dans cette perspective révèle aussi en son sein l’existence ininterrompue "de dépositaires de la vérité" : saint Augustin contre Pélage, Jansénius contre Molina, Les jansénistes contre les jésuites.

34 Jean RICHARD, curé de Triel, L’Agneau pascal ou explication des cérémonies que les juifs observaient en la manducation de l’agneau de Pasque, appliquées dans un sens spirituel à la manducation de l’agneau divin dans l’Eucharistie, Cologne, 1686.

35 Ange de la Passion, carme, le Disciple pacifique de St Augustin, sur la liberté, la grâce, la prédestination..., Paris, 1715-1729.

36 Deux titres seulement touchent à l’apologétique : les Pensées de Pascal et La vérité de la religion catholique prouvée par l’Ecriture sainte...., Paris, 1696, livre d’un ancien pasteur passé au catholicisme, Marin Grostète, sieur de Mahis.

37 Francisco ORANTES Y VILLENA, Locorum catholicorum tum sacrae scripturae, tum etiam antiquorum patrum pro ortodoxa et vetere fide retinenda... in quibus praecipua Institutionis Calvini capita... apertissime confutantur, le édit., Venise, 1564.

38 Par exemple : Nicolas COEFFETEAU, Réponse au livre intitulé le mystère d’iniquité du sieur Du Plessis, Paris, 1614 et André RIVET, Remarques et considérations sur la response de N. Cœffeteau au livre de Du Plessis- Mornay intitulé le mystère d’iniquité par A R ministre en l’église de Thouars, Saumur, 1615.

39 La première édition est de 1664.

40 Nous reprenons ici le sous-titre de l’ouvrage de Léopold WILLAERT, Bibliotheca Janseniana Belgica, Louvain, 1949-1951.

41 Nérot possède trois ouvrages de DUGUET : Recueil de lettres spirituelles sur divers sujets de morale et de piété par un prêtre de l’oratoire, Paris, 1721 ; Conduite d’une dame chrétienne pour vivre saintement dans le monde, Paris, 1725 ; Explication des qualités ou des caractères que Saint Paul donne à la charité, Paris, 1727. De QUESNEL, il a : Le bonheur de la mort chrétienne, Paris, 1721 (1e édit, 1688).

42 A Chartres, Robert SAUZET note l’importance des bibles et des commentaires scripturaires dans la bibliothèque du janséniste Pierre Sarrazin, théologal : "Réforme catholique et influences jansénistes dans le chapitre cathédral de Chartres à la fin du XVIIe siècle", Mélanges Robert Mandrou, Paris, 1985, p 247-253.

43 François-Aimé POUGET, Instructions générales en forme de catéchisme où l’on explique en abrégé, par l’Écriture sainte et par la tradition, l’histoire et les dogmes de la religion, la morale, les sacremens, les prières, les cérémonies et les usages de l’Église, imprimées par ordre de messire Charles Joachim Colbert, évêque de Montpellier, à l’usage des anciens et des nouveaux catholiques de son diocèse... Paris, 1702 (Nérot possède une édition de 1705, ainsi que la version latine publiée en 1725). Le souci de mettre l’Ecriture à la portée de tous est caractéristique du jansénisme du XVIIe siècle. Voir Bernard CHÉDOZEAU, "Les grandes étapes de la publication de la Bible en français du concile de Trente au XVIIIe siècle", Bible de tous les temps, t. VI, Le grand siècle et la Bible, Paris, 1989, p. 341-360.

44 W. FRIJOFF et D. JULIA, "Les Oratoriens de France sous l’Ancien régime. Premiers résultats d’une enquête", Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 65, n° 175, 1979, p. 225-265.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search