Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Les publications des franciscains : une mutation d’identité

Marie-Madeleine Fragonard

Texte intégral

  • 1 Mendiants et réformes. Les religieux Mendiants acteurs du changement religieux dans le Roy (...)

1Cette étude est destinée à servir de pendant à celle qui est consacrée aux publications des Dominicains (Göttingen 1992, à paraître) : toutes deux sont le fruit de l’enquête dirigée par R. Sauzet sur les Mendiants et l’évolution religieuse du XVIe s.1. Avec un esprit de système un peu contraignant, elle aura donc globalement les mêmes articulations, mais elle ne peut avoir exactement les mêmes critères de dates, qui étaient, rappelons-le, des morts de 1500 (la dernière génération active du XVe s., celle des Observances et de la devotio) à ceux de 1570 (la dernière génération à n’avoir pas vécu d’emblée la lutte religieuse bipartite). Les Dominicains de la génération suivante, Jean de Monluc excepté, ne dévient pas du modèle qui se construisait au fil du début du siècle, érudit, dévot, polémique, mais de tout ceci point trop. En revanche, les Franciscains connaissent une forte passe à vide, et la génération qui écrit de 1570 à 1590 est totalement différente de ses prédécesseurs. Un changement d’identité, radical, que nous allons montrer par la confrontation de deux corpus : l’un composé des auteurs qui publient jusqu’en 1570, l’autre de leurs successeurs.

  • 2 L. WADDING, Scriptores ordinis Minorum quibus accessit Syllabus illorum qui ex eodem ordin (...)

2La mémoire franciscaine conserve un grand nombre de noms, grâce à Wadding et aux ouvrages du XVIIe en général, où l’histoire de l’Ordre est bien représentée dans les publications2 ! Mais l’Ordre a surtout un Martyrologe fort long (88 noms uniquement connus pour leur assassinat), peu de biographies précises, et des listes de livres présumés peu vérifiables ; les dates précises de vie ne sont pas toujours indiquées, un certain flou chronologique accompagne donc notre classement, ainsi que nos remarques sur les manuscrits, parfois très clairement étudiés pourtant.

  • 3 Ce tableau indique pour chaque auteur la répartition de ses œuvres publiées indiquée par o (...)

3De notre première tranche d’observation, il se dégage 32 auteurs publiés, de la seconde 8, dont la production se répartit comme suit3 :

4Les publications franciscaines apparaissent d’emblée très différentes des publications Dominicaines.

  • 4 G. Toutain éditant Reginaldeti, Claude de Campio éditant Jean PICARD, les Troys Mirouers d (...)

5Proportionnellement moins actifs (FARGE : cinq Docteurs Franciscains parisiens qui publient sur les 37 qu’il recense), les Franciscains ne semblent pas, eux, inspirés par la mémoire de l’Ordre : le rituel dominicain de publier l’année de la mort de l’auteur ne s’exerce guère ici (sauf Glapion et Menot). Mais il est vrai qu’on publie les inédits de ceux qui ont déjà publié de leur vivant : immédiats pour Brulefer et Fontaine, quelques années plus tard pour Maillard et Titelman. L’édition systématique à l’intérieur de l’Ordre n’est pas non plus évidente, sauf envers un grand ancêtre comme St Bonaventure. Il y a en revanche des dominicains éditant des Franciscains4 ! Un seul converti publie activement : François Lambert.

6Ce qui frappe dès l’abord est le partage en deux masses mal reliées : le début de siècle jusqu’à 1532 (plus de 60 ouvrages dont tous ceux de Lambert), une seconde masse après 1562. Dans les trente ans d’intervalle, 16 ouvrages, et tout Rabelais.

7Le premier ensemble montre des préoccupations très spécifiques qui unissent la première génération du XVIe s. aux Franciscains du XVe s.

8Les combattants pour l’Observance (Maillard, Ceva) y rejoignent les universitaires scotistes et tenants de Pierre Lombard jusqu’en 1520. On édite encore Dorbellus (mort en 1455 et promoteur du scotisme parisien) et dans la foulée de l’édit de 1474, la via antiqua de la théologie traverse les publications de Brulefer, Bernard, Denisse, Gérard, Rufin et, pour autant que les indications de Wadding soient fiables sur les inédits, les travaux de Fontaine. Publications et republications font surgir le mélange terrible Bonaventure / Duns Scot / Pierre Lombard, mélange assumé pleinement par le seul Brulefer. Une forte présence de textes sur les règles de l’Ordre et leur bienfondé témoigne de l’âpreté des querelles de rénovation, suivie des querelles anti-monastiques (Ceva, Gilbert Nicolas, Thomas d’Illyrie, Lambert).

  • 5 Supposés : GERARD, une Hiérarchie célste de Denys, CAULIER, Traité de la pauvreté du Chris (...)

9Cette génération est celle des auteurs de sermons : Maillard et Menot, abondamment réédités jusqu’en 1530, Ceva, Denisse, Messier ; et si les textes de Thomas d’Illyrie sont peu répandus, leur notoriété dans les mémoires atteste leur efficacité. Les ouvrages de piété forment un troisième pôle dont les préoccupations dominantes sont le sort des âmes du Purgatoire et la bonne mort : Spéculum finalis retributionis de Reginaldeti (1492 ?), Spéculum mortalium de Denisse (1507), Passetems de vie humaine de Glapion (1521) et autres Serpens Antiquus de septem peccatis criminalibus de Huet (1510 ?). Quelques traces de piété mariale (Jean Capet, Gilbert Nicolas) et de mystique (L’eschelle d’amour divine, de J. Sauvage, 1520 ?), sans plus. Personne de semble se spécialiser dans l’ouvrage de piété, comme a pu le faire Pierre Doré chez les Dominicains, pour offrir aux laïcs un instruments de réflexion dévote. Mais il faudrait compter là avec les manuscrits supposés et réels5, qui attestent une activité plus vaste non publiée. Le plus porteur d’avenir reste les livrets de Maillard : L’exemplaire de Confession est une très petite somme d’informations sur la vie morale et les péchés, mais aussi leur juridiction (cas réservés), leurs conséquences pratiques (la restitution, car l’avarice est le péché qui est le plus étudié...), avec des cas concrets, complément à l’usage des fidèles des manuels à l’usage des confesseurs. Aussi connaît-il plusieurs éditions, dont une languedocien. L’Histoire de la Passion de Jésus Christ est l’amorce des grandes Méditations sur la Passion, mais elle est encore peu personnelle, et tout encombrée d’histoires très apocryphes.

10La faiblesse du travail polémique ferait presque oublier la conjoncture réelle : seul l’ouvrage de Thomas d’Illyrie dénonce les luthériens dès 1524. Il est vrai que François Lambert, depuis le camp luthérien, se charge, lui, d’un travail d’un modèle complètement neuf : polémique contre son Ordre, traités de théologie appuyés sur l’Ecriture simple, et prolixité (21 titres en 12 ans, dont 7 en 1525 !)

11L’usage du français n’est pas très abondant : certes il apparaît tôt (trad. du Vita Christi par Le Menand en 1487) mais il n’est utilisé de façon significative qu’après 1520 en piété : la Confession de Maillard, Les trois miroirs du monde de Picard, L’Eschelle d’amour divine de Sauvage, et la prophétie de Thomas d’Illyrie, les sermons de Clerici en 1528. Soit 22 ouvrages en français avant 1560.

  • 6 A. GODIN Spiritualité franciscaine en Flandre au XVIe s. L’homilaire de Jean Vitrier : tex (...)

12On trouve peu de commentaires sur l’Ecriture. La patristique ne figure pas dans les publications, ce qui ne signifie peut-être pas une ignorance totale. Depuis les études sur l’homiliaire de Jean Vitrier6, correspondant d’Erasme, dont tout est resté manuscrit, on sait que la culture ancienne et l’évangélisme sont bien attestés. Mais ils ne sont pas un objectif.

  • 7 Robert MESSIER, Super epistolas et evangelia totius quadragesimae sermones, Girault, 1531, (...)
  • 8 une "chanson piteuse" éditée s.l. nd, une ballade dans FABRI, le Grand et vray art de plei (...)
  • 9 CLERICI, Traité des fondements spirituels de Dieu, 1528, sermon où les 12 articles de foi (...)
  • 10 op.cit.

13Globalement rien ne nous mène vers les Belles lettres ou les Lettres savantes. Messier peut bien filer la métaphore de la moisson autour de son nom dans sa préface7, et Maillard écrire quelques poèmes attestés par L’art de seconde Rhétorique de Fabri8, l’allégorisation à l’ancienne règne sur les sermons comme sur la piété9. L’humanisme ne semble pas mordre sur la culture franciscaine : par rapport aux dominicains, on pourrait discerner une sorte de retard de citations dans une prédication appuyée sur la Bible, bien sûr, mais peu sensible au "modernisme". Pour échantillon, le premier sermon De adventu de Maillard cite Aristote, St Bernard, le Miroir historial de Vincent de Beauvais, le second, St Bernard, Alexandre de Hales, Alexandre de Bosnie, Aristote, Durand de Mende, Scot, Augustin, Bonaventure. Le premier sermon de Carême de Menot est à peine plus patristique : Bernard, Bonaventure, Chrysostome, Grégoire, Augustin, Scot. Un peu de nouveau avec Picard, en 1530 : Grégoire, Augustin, Ambroise, Bernard, Isidore, mais aussi Sénèque et Denys, dans une sorte de paraphrase lyrique un peu maigre10.

14Suivent trente ans de vide pour une seconde génération, faite de théologiens appelés au Concile de Trente (Richard du Maine, Nicolas Le Grand) et des premiers opposants à la réforme, ce qui témoigne d’une crise. L’Ordre compte des convertis, moins nettement cachés que ceux des Dominicains : sur 86 fiches biographiques, 13 ont des problèmes d’hérésie relative mineure, 9 penchent au luthéranisme, 8 deviennent protestants avoués, on trouve des positions ambiguës, dans le conflit avec les Bibliens de Meaux, et des indulgences ou des résistances dans le procès de Jean Pernocelle (voir Farge).

15La première polémique est faible, et ce trait est commun avec les Dominicains, mais beaucoup plus durable. Et l’on ne peut pas trouver ici une propagande active compensatoire dans les livrets de piété dont les intentions polémiques seraient avouées. Richard du Maine commente le Psautier, avec peut-être un contrôle sur l’hébreu, aussitôt contrebalancé par son édition des commentaires de Pierre Lombard sur les mêmes Psaumes. La patristique fait une apparition timide avec Caillau, les commentaires de St Paul avec N. Le Grand (sur l’épître aux Hébreux en 1537, sur l’Epître aux Romains en 1546, dédiés à François I), les méditations avec Titelman (1550), le catéchisme commenté avec Letard (1556), comme autant de faits prometteurs non exploités.

  • 11 D. CROUZET, Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, Champva (...)

16Puis viendrait la vague des prêcheurs excités des années de trouble, qu’on repère plus aux cœurs des émeutes qu’à leur table d’écriture11. Mais justement ne se manifestent d’abord que des écrivains occasionnels comme Cathelan (qui a l’honneur d’une réponse de Calvin).

17S’il fallait résumer ces soixante ans, par rapport aux moyennes de Farge faites sur les œuvres des docteurs du début du siècle :

  • plus de sermons (17 % au lieu de 5.7 %), moins de logique et de philosophie (3.5 % au lieu de 24 % mais Farge a enregistré tous les professeurs parisiens),
  • mais à 3 % près, assez de théologie, d’Ecritures, de piété, de polémique et de Lettres diverses : le milieu franciscain du début du siècle ressemble en gros à son début de siècle et curieusement pécherait par le conformisme, s’il n’était racheté par deux originaux, Rabelais, et son ami Jean Thenaud, l’un et l’autre protégés de François I, dont nous parlerons ensuite.

18Le groupe qui leur succède est autrement fait :

  • 12 CHEFFONTAINE, Novae illustrations christianae fidei adversus impios, libertinos, atheos, e (...)
  • 13 Genebrard traduit Flavius Josephe, édite Origène, 4 livres de prières et commentaires bibl (...)
  • 14 Taillepied s’intéresse aux antiquités nationales (1585 : Histoire de l’estat et republique (...)

19Changement de monde. Les sermons s’effondrent (5.2 %) ; disparaît la théologie scolastique, l’Ecriture double, la patristique passe de 1.8 % à 7.5 % ; la piété se maintient mais la polémique explose (26 % au lieu de 7 %). Ce petit nombre d’auteurs prolifiques fait merveille sur tous les fronts. Dans cette seconde vague polémique écrite, la vraie, les auteurs sont cette fois instruits, érudits, surtout ceux qui naissent vers 1539-40 et se lancent dans la bagarre dès leurs vingt ans (Taillepied, Genebrard, Feuardent). Ils revitalisent l’activité de "silencieux" comme Flavin ou Cheffontaine, qui attend ses 50 ans pour se lancer. Ils se signalent par l’abondance de leurs écrits et leur diversité, un ton généralement plus vif dans la polémique qui touche aux personnes (vies de Luther, Bèze et Carlstadt par Taillepied publiées avec la vie de Calvin par Bolsec), qui a le français pour armes (de la lettre du Passevent parisien à Pasquin de Cathalan en 1566, au pamphlet des Entremangeries ministrales de 1601 qui résume Feuardent et connaît trois éditions malgré ses 300 pages). Si le Saint Sacrement et la messe sont les dominantes normales des thèmes, contre les calvinistes, Genebrard a repéré les antitrinitaires dès 1569, et tous visent généralement large12 : un soupçon de rodomontade peut-être, chez Feuardent qui combat en 1585 174 erreurs des Calvinistes, et 230 en 1599... Mais cette fois les combattants ont un savoir très complet, touchant à l’érudition. La présence des hébraïsants hellénisants permet de rivaliser avec les grands noms de l’humanisme réformé : c’est le cas tout spécial pour Genebrard13. La place tenue par les Commentaires de l’Ecriture (prophètes et St Paul) n’est pas sans rappeler un type de production que nous avons vu... chez François Lambert d’Avignon. L’Ordre acquiert les qualités de ses adversaires et fait ses points forts des points forts de l’ennemi. Il se renforce de surcroît d’un savoir patristique et historique : il ne faut pas abandonner l’Eglise primitive aux mains des Infidèles, il faut éditer les textes, réfuter les Centuries de Magdebourg, rectifier les histoires et refonder le passé, y compris celui de l’Ordre14. Peut-être cette vivacité érudite les empêche-t-elle de se soucier de l’éducation affective et spirituelle de leur public : les livrets de piété sont extrêmement rares (5, dont deux sur les âmes après la mort) mais sans doute aptes à susciter la polémique autant que l’édification (apologie des Pénitents du roi par Cheffontaine en 1583 !).

20Par malheur ces héros du franciscanisme sont aussi des Ligueurs farouches : leur action ne contribue pas à améliorer l’image de l’Ordre dans la pensée dominante monarchiste, ni dans la pensée moyenne (les moines flagellants, puis processionnaires, c’est eux dans l’imaginaire gallican), avant que des structures et des expériences différentes ne renouvellent l’Ordre (capucins, récollets).

21Quelle vie de l’Ordre explique cette inertie puis cette mutation ?

  • 15 RABELAIS, Lettres, éd. Pleiade p. 945-950.
    Cf. PLATTARD, Rabelais en Poitou, 1923, (...)

22Globalement, l’Ordre franciscain part dans le travail de publication avec des handicaps. La querelle de l’Observance y est plus violente qu’ailleurs et mobilise l’énergie, avant que n’ arrive le mouvement proprement dit de Réforme. Dans l’application même de l’Observance, des précautions anti-intellectuelles doivent éviter les dérapages vers ce qui apparaît alors comme l’ennemi : l’érudition à l’antique et l’investigation philologique. Quand l’autorité demande la suppression des ouvrages en grec, Rabelais et Lamy, alors en relations avec G. Budé et Erasme15, se trouvent en porte à faux et poussés l’un vers l’ ordre bénédictin puis les aventures que l’on sait, et l’autre vers Bâle.

  • 16 Bourdeilles sous Louis XI, Jean Capet pour Jeanne de France, Glapion pour Charles Quint, J (...)

23L’Ordre n’est pas non plus très bien en Cour : malgré quelques exceptions, comme la protection de François I sur Thenaud, il n’y a pas là de ces confesseurs de Princes ou puissants aumôniers de Cour susceptibles de tirer la culture de l’Ordre vers un modèle aristocratique. Nos quelques confesseurs princiers n’écrivent pas ou peu16. Exception, Maillard, confesseur de Charles VIII, mais il confirme la règle en ne publiant que bien après cette charge. Or l’essentiel du travail littéraire et érudit a bien souvent les princes comme destinataires : ici une incitation manque.

  • 17 Ravissante histoire d’apparition à un pauvre veuf : la supercherie dévoilée cause un immen (...)
  • 18 C. BADIUS, Alcoran des Cordeliers, Genève, 1556 ; sur un ton moins acide, N. VIGNIER, Lége (...)
  • 19 Lidei majorum nostrorum defensio qua haereticorum saeculi nostri astus ac stratagemata del (...)

24Il faut dire surtout que l’Ordre est victime de sa réputation : créé pour être un ordre de prédicateurs proches du peuple, l’Ordre s’est donné les moyens d’une propagande par la verve, la fougue, la simplicité, qui, l’anticléricalisme montant, lui a créé l’image d’un Ordre d’incultes. Partout où les nouvelles du XVIe après les fabliaux parlent de Moines (parasites, goinfres, violeurs, hypocrites cafards), il s’agit des Franciscains. Tout succès sur le terrain se paie d’une dégradation de l’image vis-à-vis des élites (et peut-être même ici d’une désaffection auprès des groupes moyens ?). Des positions spectaculairement réactionnaires (Huet est chargé du groupe d’étude contre Reuchlin, Pierre de Cornibus, bien qu’il lie amitié avec les Jésuites débutants, est anti-humaniste et antiérasmien), quelques maladresses drôles ("l’histoire des farfadets d’Orléans")17, les actions venimeuses de dénonciateurs, l’opposition aux bibliens, achèvent la caricature. Les professeurs scotistes expliquent la présence intensive et caricaturale du groupe dans la Bibliothèque de Saint-Victor comme la voit Rabelais dans son Pantagruel, et sous la diction tousseuse de Janotus de Bragmardo, "le plus suffisant" des théologiens de la Sorbonne, le franco-latin de Menot fait merveille. Le protestantisme reprend l’image du moine bête et paillard (l’inquisiteur est tout, sauf bête), se gaussant pour longtemps des Conformités de St François, par l’Alcoran des Cordeliers, les histoires farcesques et légendes dorées diverses18. L’image même de l’Ordre, quoi qu’il fasse, est déjà une catastrophe, contre laquelle les historiens de l’Ordre s’insurgent explicitement, contre les médisants de toute plume : comme le clame Cheffontaine, Boccace et Pogge nous ont fait tout le mal19 !

  • 20 E. GILSON, Rabelais franciscain, Paris, 1924 ; E. MERAY, les libres prêcheurs devanciers d (...)
  • 21 voir H. MARTIN, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Age, Cerf, 1988.

25L’Ordre est peu perméable aux Belles Lettres. Et les révisions historiques ont détérioré l’image déjà en lambeaux. Même ceux qui les aiment bien ont contribué à noircir ou à créer le quiproquo : l’ouvrage de Gilson sur Rabelais et les plaisanteries franciscaines fait mieux comprendre la portée des plaisanteries, mais donne l’impression étrange de Franciscains sans cesse en joie20. Mais surtout Les libres prêcheurs devanciers de Rabelais, de Meray, qui enrôle Maillard et Menot (avec les Jésuites de Louis XIII) dans le rang des comiques carnavalesques croit les libérer du carcan des bondieuseries et du classicisme, mais les rentre au burlesque. Ont-ils le goût si mauvais ? Les ouvrages de Maillard que nous avons vu n’ont les bizarreries que Meray leur prête (chiffres absurdement précis des plaies du Christ, etc.) que parce qu’ils citent très nettement St Bonaventure, et seul Menot imprime en français-latin. Ils forment tous deux leurs sermons par subdivisions imposées qu’on peut critiquer dans le principe comme une offense à Cicéron, mais il n’y a rien là de comique en soi21. Cet Ordre pratique, qui cherche le résultat et ne lésine pas sur l’action, les prédications apocalyptiques, les appels au massacre, ne prend ni avant ni après le temps de réfléchir à sa stylistique (sauf Gemma predicantium, de Denisse, qui est plus un répertoire). Il faut attendre le traité de l’éloquence sacrée de Panigarole pour voir apparaître une conscience et un art efficace au service de la Réforme catholique, liés à une spiritualité post-tridentine.

26La génération de la fin de siècle apparaît vraiment comme une victoire contre toute l’histoire de l’Ordre, restaurant l’érudition, la piété élitiste : Genebrard l’hébraïsant et Panigarole, c’est un nouvel Ordre pour une nouvelle Eglise.

27Mais à côté des cadres généraux, nous trouvons trois personnages exceptionnels et atypiques : Rabelais, Thenaud, Thevet. Ce sont eux, forcément, qui retiennent le cœur. Et qu’on n’objecte pas que Rabelais, quand il publie, oscille entre le statut de bénédictin défroqué et de curé... Rabelais nous apprend bien des choses sur le franciscanisme, et en ce sens Wadding a raison de le compter parmi ses ouailles. Comment le refus de l’ordre de se tourner vers les disciplines intellectuelles modernes (le grec), la fascination méthodique de l’Ordre pour ses Maîtres, Bonaventure, Lombard, Scot, sine ou cum commento, a stérilisé les énergies. Sans insister ici sur son œuvre littéraire, rappelons que ses publications mènent de la médecine à l’architecture, et que si l’ésotérisme, l’hébreu, le droit, ne lui sont pas étrangers, il n’a pu tout apprendre hors du couvent d’où il écoute Erasme et l’affaire Reuchlin.

  • 22 Jean THENAUD, Traicté de la Cabale, ms Arsenal 5061 res. mais aussi Triomphe des vertus, ( (...)

28Original aussi, cet ami de Rabelais, Jean Thenaud22, protégé de François de Moulins et du Roi, que son voyage en Terre Sainte de 1512 à 1514 fait spécialiste de l’Orient, mais surtout que son œuvre manuscrite classe parmi les premiers modèles d’un humanisme ésotérique. On peut contester d’ailleurs son savoir cabalistique, qui ne paraît pas très poussé ou très ésotérique : il s’y essaie, via Reuchlin et Pic de La Mirandole. Mais l’iconographie en est si belle, bleu, feu et or... Cette pensée de luxe, pas toujours claire, versifiée, calligraphiée, esthétisée, est un modèle de la cour de François I : la qualité des manuscrits témoigne du bon accueil que lui fait la famille royale.

  • 23 F. LESTRINGANT, André Thevet, cosmographe des derniers Valois, Droz, 1991.

29Aux antipodes du travail de Thenaud, bien plus documenté et réaliste malgré ses inventions embellissantes, voici André Thevet le cosmographe, le polémiste. Lui aussi voyageur de la Terre Sainte au Brésil, et grand fournisseur de manuscrits. Lui aussi épisodiquement défroqué. Polémiste dans l’aventure de découverte qui le joint au huguenot intermittent Villegagnon dans la colonisation de notre France antarctique (entendez : le Brésil), il est durement attaqué par les Protestants comme par les catholiques. Lui qui sut "cristalliser autour de lui la curiosité de son siècle"23 a fait de la cosmographie une affaire de réalité et non de documentation écrite.

30A leur manière spécifique ces trois aventuriers que protégèrent les grands et les Princes démentent à la fois l’image et la pratique de leur Ordre, au début comme à la fin du siècle, libres de Duns Scot comme la rhétorique, jamais en Observance, et toujours curieux du futur.

31Pour des raisons contradictoires, la survie des publications franciscaines est faible : le scotisme disparaît, fors dans un mince créneau d’archéologie du savoir vers 1585. Titelman survit durant le siècle au titre de la philosophie et de la théologie naturelle : il sombre avec elle devant le XVIIe s. Rien des sermons, balayés par la nouvelle rhétorique ecclésiastique et laïque. Taillepied "survit" pour 5 rééditions de ses Apparitions des Esprits, parce que la querelle des revenants concerne à la fois les débats post-tridentins sur les âmes en peine et les angoisses démonologiques, mais jusqu’en 1616. Les ligueurs et les excités des guerres passent aussi vite. Reste donc Rabelais, étrange destin pour les Franciscains. Mais rappelons bien vite que Frère Jean des Entommeures est... un Bénédictin.

Notes

1 Mendiants et réformes. Les religieux Mendiants acteurs du changement religieux dans le Royaume de France (1480-1560), éd. par R. SAUZET, publications de l’Université de Tours, 1994.

2 L. WADDING, Scriptores ordinis Minorum quibus accessit Syllabus illorum qui ex eodem ordine pro fide Christi fortiter accubuerunt, Rome, Tard, 1650.
R.P. C. RAPINE, Histoire générale de l’Origine et progrez des Frères Mineurs de Saint François de l’an 1486 jusques à l’an 1606, Paris, Sonnius, 1631.
J. K. FARGE, Biographical register of Paris doctors of théologie 1500-1536. Toronto, 1980 et Orthodoxy and Reform, A prosopography of paris graduates 1500-1536, Bril, 1985.
La réforme des Réguliers en France, Actes du Colloque de Fontevraud, revue d’Histoire de l’Eglise de France, n° 174, 1979.

3 Ce tableau indique pour chaque auteur la répartition de ses œuvres publiées indiquée par ordre chronologique. Les catégories retenues sont celles de J. K. FARGE, Orthodoxy and Reform, p. 103, pour aider aux comparaisons.

4 G. Toutain éditant Reginaldeti, Claude de Campio éditant Jean PICARD, les Troys Mirouers du Monde Paris, 1530.

5 Supposés : GERARD, une Hiérarchie célste de Denys, CAULIER, Traité de la pauvreté du Christ ; retrouvés : GLAPION, La cité du cœur divin, LA ROCHE Contemplation du Jour des Rois, CAPET, La voye de Paradis.

6 A. GODIN Spiritualité franciscaine en Flandre au XVIe s. L’homilaire de Jean Vitrier : texte, étude thématique et sémantique, Genève, 1971.

7 Robert MESSIER, Super epistolas et evangelia totius quadragesimae sermones, Girault, 1531, Messier, moissonneur et semeur de bon grain du champ des fidèles.

8 une "chanson piteuse" éditée s.l. nd, une ballade dans FABRI, le Grand et vray art de pleine rhétorique, Rouen, 1521.

9 CLERICI, Traité des fondements spirituels de Dieu, 1528, sermon où les 12 articles de foi correspondent aux 12 pierres précieuses de Jérusalem céleste.
PICARD, Les trois mirouers du monde, Paris, Longis, 1530, L’écriture, l’âme créée à l’image de Dieu, Jésus en croix sont trois miroirs à consulter sans cesse : " Dame dévote, regarde et contemple en ce mirouer..."

10 op.cit.

11 D. CROUZET, Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, Champvallon, 1990 (Capitis I 301, Cathelan I 202, Clerici I 368, Flavin I 391 et 416).
Il y a peu de trace pourtant de cette effervescence liée au prophétisme : le seul prophète reste Thomas d’Ulyrie, qui traverse la France du sud. Nous n’oserions pas trop compter pour prophéties les horoscopes de Thenaud pour François d’Angoulême, ni les Prognostications et Almanachs de Rabelais, encore qu’elles ne risquent point l’erreur en prédisant que les aveugles y verront bien peu...

12 CHEFFONTAINE, Novae illustrations christianae fidei adversus impios, libertinos, atheos, epicureos et omne genus infidelis, Paris, 1586.

13 Genebrard traduit Flavius Josephe, édite Origène, 4 livres de prières et commentaires bibliques en hébreu, bataille sur la chronographie (1570) ; il écrit même des poèmes... en hébreu en hommage dans la Cosmographie de Thevet. Sa très réelle science lui vaut d’être une source du Psautier traduit par Vigenère comme des poèmes de La Ceppède.

14 Taillepied s’intéresse aux antiquités nationales (1585 : Histoire de l’estat et republique des druides, 1587 : Antiquitez et singularitez de Pontoise) mais aussi au Thrésor de l’Eglise catholique, contenant l’origine, institution, statuz, ordonnance, ceremonie, Paris, 1586.

15 RABELAIS, Lettres, éd. Pleiade p. 945-950.
Cf. PLATTARD, Rabelais en Poitou, 1923, p. 3-29.

16 Bourdeilles sous Louis XI, Jean Capet pour Jeanne de France, Glapion pour Charles Quint, Jean Barrier 1500-1565 ? confesseur du duc de Guise.

17 Ravissante histoire d’apparition à un pauvre veuf : la supercherie dévoilée cause un immense scandale, les Cordeliers font pénitence publique.

18 C. BADIUS, Alcoran des Cordeliers, Genève, 1556 ; sur un ton moins acide, N. VIGNIER, Légende dorée, Genève, 1608 qui remonte à la querelle de l’Université de Paris contre les docteurs Mendiants.

19 Lidei majorum nostrorum defensio qua haereticorum saeculi nostri astus ac stratagemata deleguntur, Plantin, 1575, p. 346.

20 E. GILSON, Rabelais franciscain, Paris, 1924 ; E. MERAY, les libres prêcheurs devanciers de Luther et Rabelais, Paris, 1860.

21 voir H. MARTIN, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Age, Cerf, 1988.

22 Jean THENAUD, Traicté de la Cabale, ms Arsenal 5061 res. mais aussi Triomphe des vertus, (Ms Leningrad Fr. F V. XV, 1 et B.N. Fr. 144) et d’autres sur la majesté des Rois de France, encourageant François I dans sa marche à l’Empire. A. M. LECOQ, François I imaginaire, Macula, 1990, décrit très précisément les différents manuscrits des œuvres avec des reproductions des peintures.

23 F. LESTRINGANT, André Thevet, cosmographe des derniers Valois, Droz, 1991.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search