Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Organisation et fonctionnement des studia réguliers philosophico-théologiques en Pologne dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle

Jerzy Flaga

Texte intégral

1L’Eglise catholique attachait toujours une grande importance à la formation du clergé, diocésain aussi bien que régulier. La formation spirituelle et intellectuelle des réguliers, et plus particulièrement des réguliers prêtres, décidait, dans une mesure considérable, des formes et de l’efficacité de l’influence exercée par les ordres sur la vie sociale, culturelle et – avant tout – religieuse des sociétés au sein desquelles il leur fallait œuvrer.

2Le problème de la formation du clergé se posa avec une acuité accrue après Trente, époque où s’imposa la nécessité d’un renouveau de la vie religieuse et où, face à la Réforme, il devint urgent de défendre la foi et les principes moraux.

  • 1 De plus amples développements sur l’enquête se trouvent dans notre article : Ankieta zakonna nuncju (...)

3Pour connaître les modalités de l’éducation et de la formation intellectuelle – à l’époque en question – des membres de différents ordres (et des candidats à la vie dans les communautés régulières), il est indispensable d’examiner d’abord les institutions à vocation éducative fonctionnant dans les communautés, c’est-à-dire les noviciats et les studia. Ces studia étaient notamment plus ou moins développés, plus ou moins spécialisés dans leurs activités que déterminaient l’importance, le caractère et les buts poursuivis par les ordres ou leurs groupes. C’est pourquoi disposant d’une source aussi particulière que les matériaux de l’enquête du nonce Giuseppe Garampi sur les ordres et congrégations en Pologne dans les années 1773-1774, qui apportent des renseignements hautement intéressants en ce qui concerne notre problème, renseignements assez rares dans d’autres sources, nous avons décidé d’étudier la structure et l’organisation des studia philosophico-théologiques dans le cadre des ordres et congrégations1. Ce qui fait apparaître cette problématique comme digne d’intérêt, c’est en outre le fait qu’elle permet de comprendre pas mal d’autres phénomènes, pas forcément en rapport direct avec les ordres.

4A la lumière de l’enquête on constate (les publications antérieures relatives à la question sont concordantes) que les studia philosophico-théologiques comportaient trois disciplines : la philosophie, la théologie dogmatique et la théologie morale. Evidemment, chacune de ces disciplines incluait des matières plus particulières, dans le cas de philosophie, et des traités, dans celui de la théologie.

5Ayant pris en considération les trois disciplines, nous avons pu observer que les divers ordres n’organisaient guère leurs studia philosophico-théologiques en s’en tenant à un schéma unique. On peut distinguer jusqu’à sept façons de les constituer. La première consistait à créer des studia destinés uniquement à l’enseignement de la théologie dogmatique. Ce fut le type le plus répandu, sans compter les studia purement philosophiques. Sur le nombre total de 160 maisons studia philosophico-théologiques, relevant de 15 ordres différents (pour 23 maisons studia, les informations sur leur organisation font défaut) des studia de ce type sont enregistrés dans 28 cas. La deuxième façon se ramenait à une union de la théologie dogmatique et morale ; ces studia sont au nombre de 19. 14 studia n’enseignaient que la théologie morale. Dans les trois groupes suivants, on combinait soit la théologie dogmatique, la théologie morale et la philosophie (18), soit la théologie dogmatique et la philosophie (13), soit enfin la théologie morale et la philosophie (15). Des studia à orientation exclusivement philosophique, sans liens avec une (des) discipline(s) théologique(s), existaient dans 49 couvents.

6Il est également intéressant, ou même davantage, de noter la répartition selon les ordres. Le nombre le plus élevé des studia à une seule discipline, théologie dogmatique ou philosophie, s’observe dans deux ordres franciscains, les observantins (bernardins) et les fratres minores strictions observantiae (reformati) ainsi que chez les carmes chaussés. En ce qui concerne les premiers, dans deux cas seulement on enseignait la philosophie et une des disciplines théologiques. Chez les carmes chaussés de la province de Grande-Pologne, des studia pour chacune des disciplines se trouvaient dans un autre couvent. C’est pourquoi sur les 13 couvents de cette province, les 7 couvents avec des studia constituaient plus de 50 % (dans cette province) ! A remarquer que dans ces ordres, on organisait les studia d’une manière analogue au cours du XVIIe siècle et dans la première moitié du XVIIIe. Ce fait est éloquent : le phénomène de la centralisation des maisons studia semble étranger à ces ordres. Ajoutons que cet usage se laisse remarquer aussi dans de grands centres urbains où il était parfaitement possible d’installer des studia mixtes. On pourrait alors se poser la question de savoir ce qui conditionnait une telle façon d’organiser les studia au sein de ces ordres. Il est probable que deux éléments y avaient joué : une politique consciente des ordres, imposée cependant par des circonstances extérieures ; il est notamment difficile d’admettre que vers la fin du troisième quart du XVIIIe siècle les ordres n’aient point vu les avantages de la centralisation des studia dans des centres urbains importants, étant en même temps des centres culturels. Le phénomène est particulièrement surprenant dans le cas des ordres franciscains, qui dans l’organisation des studia auraient dû appliquer les recommandations des Conseils généraux ordonnant que les maisons studia fussent établies dans ces localités où il y avait déjà des studia d’autres ordres ou des séminaires. Les causes essentielles de cet état de choses semblent avoir été d’ordre matériel : la situation financière ne permettait guère de réunir dans quelques couvents un nombre important de futurs prêtres et de professeurs. La crise économique avait frappé surtout les ordres ne vivant que d’aumônes. Cette façon d’organiser les studia s’explique aussi sans doute par les décisions tridentines : le décret relatif à la réforme des ordres exigeait que, dans un couvent, il y eut seulement un tel nombre de réguliers que les revenus propres ou les dons des fidèles étaient à même d’entretenir.

7En instituant des studia, on tenait – semble-t-il – également compte de la situation pastorale : il fallait souvent avoir recours aux futurs prêtres des maisons studia pour assurer la bonne marche de la cura animarum et du culte. Il en fut ainsi surtout dans les régions menacées par le protestantisme. Nous laissons délibérément de côté la question de savoir quelles en furent les conséquences pour le niveau des études. Les chercheurs qui se sont penchés sur l’histoire des ordres sont unanimes à penser que l’abaissement du niveau des études et de la formation s’explique, entre autres, par cet engagement des clercs-étudiants dans la pastorale et dans des activités sans aucun rapport avec la formation intellectuelle, par exemple la quête.

8Il est de même légitime d’admettre qu’une telle façon d’organiser les studia par les ordres susmentionnés découlait de l’attachement à la tradition de l’ordre et de la peur de toute innovation. La tradition jouait dans les ordres un très grand rôle, on s’y référait souvent en justifiant toutes sortes de décisions. Il est notoire que dans les ordres mendiants (les observantins, les reformati aussi bien que les carmes furent des mendicantes), les studia avaient eu la même forme dans la première période de leur existence : pratiquement chaque couvent avait alors le droit d’accepter des candidats à l’ordre et de les former.

9Pour ce qui est d’autres ordres, la situation présentait de fort nombreuses différenciations. Néanmoins, une tendance paraît se dégager : les studia à une seule discipline dominent. Il en était ainsi chez les franciscains conventuels, les trinitaires, les ermites de saint Paul et les basiliens uniates. Par exemple, sur les 16 studia que comptaient les deux provinces basiliennes, deux seulement enseignaient plusieurs disciplines ; dans un cas, c’était la théologie dogmatique et la philosophie, dans l’autre, la théologie morale et la philosophie. Tous les autres, au nombre de 14, se limitaient à une seule discipline.

10L’absence de centralisation dans certains ordres, pour ce qui était des studia, n’empêcha cependant guère la présence, dans certaines villes importantes, de plusieurs studia, relevant de divers ordres, parfois même deux studia au sein de la même communauté de réguliers. La conséquence, non voulue, certes, en fut l’augmentation du nombre d’ecclésiastiques réguliers dans ces villes, dans lesquelles le pourcentage d’ecclésiastiques dans l’ensemble de la population augmenta considérablement, en atteignant des proportions inconnues dans d’autres villes. Les six villes les plus grandes de la Respublica d’alors, à savoir : Cracovie, Lvov, Lublin, Poznañ, Varsovie et Wilno, offrent l’exemple le plus frappant. Outre Lublin et Poznañ avec respectivement 8 et 6 institutions de formation, les autres quatre villes eurent presque une vingtaine de ce type d’institutions (Cracovie et Varsovie – 19 chacune, Wilno 18, Lvov 16). Un problème à part, c’est la question de savoir que fut l’influence de ce fait sur l’intensité et la portée de l’activité pastorale développée par les milieux de réguliers. Nous ne disposons pas, il est vrai, de cherches spéciales sur cette question, mais l’influence positive sur la vie religieuse et sociale des habitants des villes concernées et de leurs environs semble indubitable.

11A côté du système d’organistation des studia esquissé plus haut, système conditionné – nous l’avons dit – par la réalité, on doit enregistrer encore une manière de créer des maisons studia, en partant notamment de critères formels, juridiques. Le procédé intéressait aussi bien des studia théologiques que des studia philosophiques ; il en résultait leur combinaison, leur fusion presque. Compte tenu de ces critères formels et juridiques, les studia se divisaient en studia dits conventuels, dont les origines remontent au moyen âge ; le trait caractéristique de ces studia fut leur présence dans chaque couvent. A l’époque qui nous intéresse, où il y avait déjà d’autres types de studia de réguliers, les studia conventuels avaient pour but de reprendre, d’approfondir les connaissances acquises antérieurement. Il en était ainsi au moins chez les dominicains, dont les studia nous sont le mieux connus. L’autre type, ce sont les studia particularia ; le mieux connus chez les dominicains, ils existaient aussi dans d’autres ordres. Leur but était la formation des jeunes religieux provenant de quelques couvents peu éloignés les uns des autres. Cependant vers la fin du XVIe siècle ces studia disparaissent et à leur place viennent s’établir des studia dits materialia. Ceux-ci combinaient également l’enseignement de la philosophie et de la théologie. Chaque contrata eut au moins un studium de cette espèce.

12Le type suivant de studia philosophico-théologiques, représenté – tout comme les studia materialia uniquement chez les dominicains – fut le studium formate. Le niveau des études dans ce studium égalait celui des études universitaires, mais il n’était pas possible d’y obtenir le grade de lecteur (ayant le droit d’enseigner). Le dernier type, distingué à partir de critères formels et juridiques, ce furent les studia generalia. Tous les ordres avaient l’ambition de disposer de ce genre de studium, pour le moins un par province. Dans la hiérarchie des studia, ce fut le type le plus élevé, de niveau universitaire. Une structure particulière de ce studium s’observe chez les frères mineurs (bernardins) : leurs studia generalia théologiques comportaient une 1ère classe et une 2e classe, avec le ius iubilationis (droit, au bout de dix ans d’enseignement, à la dignité de lector iubilatus, assurant différents privilèges).

13Il convient de mentionner ici le fait que toutes les maisons studia, indépendamment de leur caractère, étaient transférées – si tel était le besoin, si telle était la pression des circonstances extérieures – d’un couvent dans un autre. Plusieurs causes pouvaient entraîner de tels transferts. Le plus souvent, ce furent des guerres, des incursions d’armées étrangères, mais aussi des épidémies. Dans des situations pareilles, on divisait parfois le studium selon les matières enseignées et on transférait les étudiants dans plusieurs localités. Une autre cause, assez fréquente, fut l’incendie du couvent (la plupart des couvents furent à cette époque encore des constructions en bois). Le plus souvent, après l’élimination de la cause du transfert les studia revenaient dans leurs sièges primitifs, ce qui peut suggérer que certains couvents étaient dans les ordres particuliers traités exclusivement comme des maisons studia.

14Tous les studia, indépendamment de leur caractère et de leur organisation, eurent leurs directeurs. Le plus souvent, cette fonction incombait à une seule personne avec un fort large éventail de prérogatives. Ce supérieur portait le nom de praefectus ou de regens. Conformément à la constitution et aux lois de l’ordre, le praefectus était un prêtre se caractérisant par un vaste savoir et en même temps bon organisateur. Il devait assurer la bonne marche du studium. Dans la majeure partie des ordres, il était également obligé d’établir le programme des cours et des travaux pratiques : il lui fallait aussi veiller à ce que les décisions des supérieurs de l’ordre relativement aux studia fussent scrupuleusement exécutées, tant par les professeurs que par les étudiants. Le praefectus était en outre censé s’intéresser à de nouvelles idées susceptibles de contribuer au développement du studium et des études y poursuivies. Parmi les tâches du praefectus, il y avait de même la présidence des disputes scientifiques, où il proposait des questions et des thèses. Le praefectus précisait les exigences aux examens. Dans certains ordres, il était enfin obligé de surveiller les cours des professeurs. La grande richesse de types des studia chez les dominicains fit que l’administration de ces institutions était dans cet ordre plus complexe que partout ailleurs. L’autorité suprême supervisant les studia dominicains, mais seulement les studia generalia, s’appelait moderatorium. Celui-ci devait éliminer les étudiants trop faibles, organiser les examens, participer à toutes les disputes publiques et enfin préparer des comptes rendus destinés à la curie générale de Rome.

  • 2 Pour plus de détails, voir notre article Organizacja zakonnych studiów filozoficzno-teologicznych w (...)

15Un problème à part, c’est la réalisation de toutes ces fonctions dans la pratique. On sait que tous les couvents, même ceux avec des studia, avaient leurs supérieurs, qui exerçaient leur autorité parallèlement et indépendamment des praefectus et des regens. Des conflits que pouvait engendrer une telle situation, nécessitaient l’intervention des chapitres des ordres ou des supérieurs de l’ordre. De tels différends semblent cependant avoir été rares ; le plus souvent, la coopération était satisfaisante2.

16Le fonctionnement des studia de réguliers était conditionné par trois facteurs : la présence des lectores (professeurs), celle des étudiants et celle d’une bibliothèque. Ces questions font, il est vrai, partie de la problématique en rapport avec l’organisation des studia en cause, mais compte tenu de leur importance dans le processus de la formation intellectuelle des prêtres réguliers, on devrait leur consacrer une étude à part.

Notes

1 De plus amples développements sur l’enquête se trouvent dans notre article : Ankieta zakonna nuncjusza G. Garampiego z lat 1773 i 1774 jako podstawa zródtowa do badañ nad studiami zakortnymi i ich organizacjá, "Roczniki Teologiczno-Kanorticzne", 36 (1989), fasc. 4, pp. 35-44.

2 Pour plus de détails, voir notre article Organizacja zakonnych studiów filozoficzno-teologicznych w XVII i XVIII w. "Roczniki Humanistyczne", 42 (1994), fasc. 2, pp. 97-122.

Auteur

Université Catholique de Lublin

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search